Voyage, voyage: l’île de beauté (8), le pont génois de Zipitoli

Ce pont génois est un ouvrage d’art qui date du XVe siècle. Il est classé monument historique. Il se trouve sur la commune de Bastelica.

Une agréable balade au coeur de la forêt de Pineta nous amène vers ce pont dont l’arche unique enjambe la rivière d’Ese.

Heureusement que des panneaux nous guident étant donné qu’on ne voit rien depuis la route.

dscn2487-2-copier

Sampiero Corso fait partie, avec Napoléon 1er et Pascal Paoli,  des Corses les plus célèbres.

Nous continuons sur les routes sinueuses et rencontrons quelques cochons sauvages.

 

Nous arrivons ensuite à Tavera.

Ce village doit son nom à une famille noble espagnole, dont le père s’appelait Juan Antonio Pagano nobile Tavera. Arrivant en Corse au XVIe siècle dans la région d’Ajaccio, elle s’installa très vite dans la montagne à 800 m, dans un endroit nommé Tavera Vecchia (Tavera la vieille). À cet endroit subsistait une vieille église romane datant du VIIe siècle non loin du village actuel de Bocognano. Puis cette famille, avec ses serviteurs, descendit dans la vallée et fonda Tavera. Ils construisirent en 1622 une grande maison appelée Casalta (la maison haute). Une autre maison, érigée plus tard, porte le nom de Casa-nova.

Napoléon Bonaparte, alors capitaine d’artillerie, s’opposa à Pascal Paoli, qui voulait rattacher la Corse à l’Angleterre. Dénoncé et poursuivi, Bonaparte quitta précipitamment Corte pour Ajaccio, et trouva refuge à Tavera, dans la famille Mancini.

L’essor du village fut vraiment réel vers 1880, avec une des premières maisons communales comprenant une école, édifiées en Corse. Et se développa avec l’arrivée du chemin de fer (gare de Tavera) (source).

En chemin, nous trouvons ce panneau explicatif au col de Scalleda, un des principaux cols de Corse..

La montagne est un élément déterminant de la vie des communautés insulaires.
Par son étendue, son altitude et sa structure, elle découpe la Corse en 2 régions naturelles (l’Au-delà et l’En-deça des monts) et cloisonne la majeure partie des microrégions.

A bientôt pour la suite de nos balades corses…

 



Pas de commentaire

  1. Bonjour Bernadette !

    Belles photos et belle leçon d’histoire ! Avec un bonus : tes rencontres cochonnes !
    Eh bien, il ne manquait plus que ça !

    Bonne journée !

    Pierre

  2. Mes rencontres cochonnes, comme tu dis, m’ont fait fantasmer sur…une belle assiette de charcuteries locales 😉
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :