Voyage, voyage: Lyon (2)

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à la colline de Fourvière qui domine le centre de Lyon. Ce qui nous a paru le plus facile pour y accéder a été d’emprunter le funiculaire appelé Ficelle de Fourvière.

Dans son ouvrage inachevé « Le Banquet » (1879), l’historien français Jules Michelet surnomme la colline de Fourvière la montagne mystique.
Le plus ancien lieu d’occupation de Lyon nous entraîne dans les pas des Romains pour y découvrir 2000 ans d’histoire. Nous verrons cela plus tard, l’article du jour se focalisant sur la basilique de Fourvière qu’on voit presque de partout quand on circule dans la ville. Ce n’est pas pour rien qu’on surnomme également cet endroit la colline qui prie.

Deux choses sont marquantes quand on arrive au sommet: la grandeur de la basilique et le panorama géant que l’on découvre.

La basilique Notre-Dame de Fourvière et la chapelle Saint-Thomas à droite.

« Ne craignez donc point, j’aurai soin de vous et de vos enfants »

(Source musique)

Pour terminer, je vous propose un extrait d’un auteur que j’apprécie:

Une vraie église, ça doit être vieux, ça doit être la plus vieille chose d’un village. ça sert à rien, c’est juste là, comme un bibelot sur une cheminée. ça décore! C’est comme un souvenir de famille qui se refile de génération en génération. (Michel Bussi, « Gravé dans le sable »)



4 commentaires

  1. J’avais reconnu dans tes vues panoramiques de Lyon l’origine du point de vue mais je t’avoue, à ma courte honte, que je n’ai jamais posé un pied à l’intérieur. Tu répares donc une fâcheuse lacune et tu m’éviteras, du même coup, une visite réelle : le décor a tendance à me barbouiller. 😉
    J’aime par contre beaucoup la simplicité de la cathédrale Saint-Jean dont tu as proposé quelques photos dans ton premier billet.

    • photonanie

      Je comprends que le décor te barbouille mais ce que je ressens dans ce genre d’endroit c’est avant tout de l’admiration pour les artisans qui ont réalisé, avec les moyens de l’époque, ces grandes constructions décorées jusqu’au haut-le-coeur (ou « chœur », surtout le style rococo en Allemagne)…
      J’aime beaucoup les temples protestants qui sont éblouissants de simplicité mais ce n’est pas ce qu’on trouve le plus en France…

  2. Bonjour Bernadette !

    C’est vrai que c’est une jeune église rutilante et bien maquillée. Moi, j’ai un faible pour les très vieilles …églises ! Outre Géhèm (qui n’est pas toujours plein à ras bord ! ), Michel Bussi l’a dit aussi très joliment !

    Bonne journée !

    Pierre

    NB: Pour ton com; sur Eklablog je t’ai répondu :
    http://rotpier.eklablog.com/les-poemes-pas-tres-reguliers-du-jour-l-eloge-de-l-atheisme-ou-le-pieg-a134296330

    Par contre: « Et je comprends peut-être enfin pourquoi mon avatar n’apparaît pas chez Géhem et le tien bien. » … pour cela je ne sais pas mais j’aime bien le :  » le tien bien  » !!!

    Et pis c’est tout !

    • photonanie

      Votre président aussi préfère les vieilles, mais pour les églises je ne connais pas ses goûts 😉
      C’est drôle que je parle de la basilique le jour où tu parles d’athéisme, nos articles se complètent bien finalement…
      Bonne journée

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :