Voyage, voyage: Lyon (5), oeuvres urbaines, ruines vs architecture moderne

Je terminerai cette petite promenade découverte de Lyon par quelques oeuvres assez monumentales rencontrées au hasard de mes pérégrinations, puis nous visiterons quelques ruines imposantes témoignant de l’ancienneté de la ville avant de faire un bond dans le futur grâce à quelques photos d’architecture moderne.

Pour voir mes photos, cliquez sur la catégorie souhaitée ci-dessous: (j’insiste parce qu’on m’a posé la question récemment, ce sont bien des photos que j’ai prises moi-même et qui m’appartiennent donc)

 

 

Je vous signale que, comme d’habitude, les mots soulignés dans le Sway conduisent souvent à un supplément d’information.

A bientôt pour d’autres découvertes…

 

 

 

 

 

Ouvre-moi la porte…

Ouvre-moi la porte toi qui as la clef 
De la grande école du monde 
Ce n´est pas facile de te faire entrer 
Mais je vais quand même essayer. (Enrico Macias)

Vous l’avez compris, il ne s’agira pas aujourd’hui de rester face au mur même peint ou devant un volet fermé mais devant une porte dont on ne souhaite qu’une seule chose, qu’elle ne s’ouvre surtout pas surtout si, comme le chantait Johnny il n’y a pas si longtemps, « derrière la porte il y a, toute une foule de « pourquoi » (enfin, c’est à peu près ce qu’il chantait )

Je vois bien qu’elle est floue mais j’ai choisi de la partager quand même!

Voyage, voyage: Lyon (4), traboules et autres curiosités

Les traboules

On m’avait bien recommandé de passer par les traboules, d’oser ouvrir les portes qui y menaient et d’y déambuler comme les Canuts longtemps avant moi. Incontournables d’une visite lyonnaise qui se respecte, j’ai donc parcouru quelques-unes de ces traboules parmi les 400 qu’en compte la ville.

Les traboules, ces raccourcis en forme de passage intérieur, permettent de communiquer d’une rue à l’autre en traversant un ou plusieurs immeubles et cours. Elles recèlent des curiosités architecturales : escaliers à vis, façades et galeries.
Trabouler, du latin « trans ambulare », signifie « passer à travers ». Particulièrement nombreuses dans le Vieux Lyon, elles permettaient, au Moyen-Age, de rejoindre rapidement les bateaux sur la Saône. Elles ont abrité les allées et venues clandestines des Résistants lyonnais pendant la Guerre 39-45. (source)
La première indication mentionnant une traboule que j’ai rencontrée est celle ci-dessous. Elle se trouve près du mur des Canuts à la Croix Rousse.
Je pense que la spécialité de ce médecin est de soigner les très, très vieilles personnes… (info).

Lire la suite »

Toi, toi mon toit

Non, ce n’est pas « La chatte sur un toit brûlant » quoique… Si tant est qu’il est vrai qu’ « On a tous en nous quelque chose de Tennessee » c’est possible, surtout en plein été, pas  comme maintenant quoi 

Alors, vous aimez? Nous allons prochainement ramener le regard plus bas pour continuer la découverte de Lyon.

A bientôt

 

Voyage, voyage: Lyon (3): les Canuts

Il est impossible de parler de Lyon sans évoquer les travailleurs de la soie, les canuts.

Petite ville au Moyen-Âge, Lyon grandit à partir de la Renaissance (15ème et 16ème siècles) en passant de 30 000 à 100 000 habitants, tandis que la soierie s’installe.

Au 17ème, la “Grande Fabrique” est mise en place. Cette organisation originale (manufacture dispersée) regroupe : 
– Les maîtres tisseurs (Canuts), qui tissent sur leurs propres métiers.
– Les marchands-fabricants (Soyeux), qui reçoivent les commandes, fournissent la matière première et le dessin aux canuts.
Pendant les deux siècles de stabilité qui suivent, 15000 métiers à tisser occupent 40 % des travailleurs de la ville. (source)

Lire la suite »

Les volets clos (4)

“L’homme a ce choix : laisser entrer la lumière ou garder les volets fermés.” (Henry Miller)

En ce qui me concerne, je préfère que les volets que je partage aujourd’hui soient fermés sinon je n’aurais pas pu voir leurs illustrations. Ce qui aurait été dommage non? 

 

Voyage, voyage: Lyon (2)

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à la colline de Fourvière qui domine le centre de Lyon. Ce qui nous a paru le plus facile pour y accéder a été d’emprunter le funiculaire appelé Ficelle de Fourvière.

Dans son ouvrage inachevé « Le Banquet » (1879), l’historien français Jules Michelet surnomme la colline de Fourvière la montagne mystique.
Le plus ancien lieu d’occupation de Lyon nous entraîne dans les pas des Romains pour y découvrir 2000 ans d’histoire. Nous verrons cela plus tard, l’article du jour se focalisant sur la basilique de Fourvière qu’on voit presque de partout quand on circule dans la ville. Ce n’est pas pour rien qu’on surnomme également cet endroit la colline qui prie.

Lire la suite »

Les Murmures des murs: les fresques peintes de Lyon

A tout seigneur tout honneur, mon billet de ce jour commence par une partie de commentaire d’un de mes visiteurs. J’ai juste déplacé ce qu’il écrivait pour ne pas en dévoiler trop avant mon article et mes photos.

PS : J’ai eu le plaisir d’échanger autour de projets avec Gilbert Coudène qui est le coordonnateur des fresques lyonnaises.
Un aperçu intéressant de son activité :
http://www.lyon-france.com/Decouvrir-Lyon/Architecture-Monuments/Les-Murs-Peints (Géhem)

Ceci étant dit, je vous invite cette fois à me suivre dans ma découverte émerveillée des fresques peintes de Lyon. Pour moi qui aime l’expression artistique sur les murs, là je peux dire que j’en ai pris plein les yeux, et encore je n’ai pas tout vu mais le temps et mes pauvres pieds ne m’ont pas permis d’en voir davantage.

Lire la suite »

Les volets clos (3)

Bon, le premier qui dit que ce blog ne contient pas de volet artistique… n’a pas dû voir cette rubrique 

Bien sûr, au sens figuré ce n’est pas tout à fait le cas, quoique,  mais au sens premier il n’y a aucun doute c’est ça qui me plaît évidemment. 

 

Derrière les volets clos,
Se murmurent des mots,
En toute intimité…
Et même en grand secret…

Mais le grand vent moqueur
Veut les porter ailleurs
Et secoue de son mieux
Les volets poussiéreux.

(Marie-Josée Hubert)

Voyage, voyage: Lyon (1)

Pendant des années, lors de nos vacances dans le sud, nous avions l’obsession de passer le tunnel de Fourvière à une heure creuse soit environ 3 ou 4 heures du matin … afin de ne pas être englués dans les bouchons interminables de l’endroit.
Actuellement la circulation a été améliorée à Lyon et nous ne sommes plus aussi pressés de courir au soleil. Voilà deux bonnes raisons qui nous ont poussés cet été à faire enfin connaissance avec cette ville qui a tellement à offrir aux vacanciers curieux.

Lire la suite »