Oups! 😒

Je présente mes excuses aux abonnés qui ont reçu un embryon d’article en préparation pour le 14 juillet…

Une erreur de manipulation, une distraction et vlan l’article est parti sans photos et sans consistance.

Je vous servirai donc  ce pétard mouillé samedi mais après un sérieux toilettage, n’ayez crainte.

Du côté de chez Ma

Comme chaque semaine je participe au projet 52 de Ma.

Le mot de cette fois-ci est  “collection”.

J’aurais pu assez facilement vous renvoyer à cet article sur une exceptionnelle collection d’appareils photos mais j’ai décidé de vous livrer une petite parcelle plus personnelle en partageant une photo de ma collection de…poules.

Pourquoi les poules? Ben, pourquoi pas? Je les trouve rigolotes avec leur air idiot et hautain à la fois. On les dit bêtes mais je n’en suis pas si sûre. Et puis, les belles poules ça plaît à tout le monde n’est-ce pas messieurs?

Et c’est pas la peine d’abuser de familiarités en me disant

 

Allez, à la semaine prochaine pour le mot suivant de Ma 

 

Du côté de chez Ma

Cette semaine, le mot proposé par Ma dans le cadre du projet 52 est bulle.

Vous commencez à me connaître, je suis gourmande et une seule interprétation me suffit rarement .

Je vous propose donc le programme ci-dessous

Comme je suis Belge j’ai bien sûr directement pensé aux bulles de BD appelées aussi phylactères.

Pour illustrer cette première interprétation, je vous propose cette photo que j’ai récupérée dans l’article consacré à Angoulême.

Et puis il y a les bulles d’air qui montent dans un tube contenant de l’eau

Et enfin, les bulles faites par les magiciens qui sont si belles  qu’elles mettent de la joie dans les yeux de tous les enfants.

Un coeur en or 💛

Il y a un peu plus de trois mois, je vous emmenais visiter le très beau cimetière de Laeken

Parmi les monuments dont j’avais partagé les photos se trouvait celui du couple Evrard dont j’ignorais, à l’époque, la charmante particularité. En effet, quand son épouse mourut, Léonce Evrard a souhaité pouvoir continuer à lui déclarer sa flamme chaque année aux environs du solstice d’été.

Un ingénieux architecte a donc construit le petite temple hexagonal en y réalisant une ouverture ronde au sommet. Quand le soleil pénètre par cet orifice, il dessine un coeur de lumière dorée sur les parois dont les courbures ont été calculées astucieusement.

Il paraîtrait même que la pleureuse sculptée dans le monument touche du doigt cette “apparition”.

Je trouve l’histoire très belle et, même si je regrette de ne pas avoir pu prendre de photo personnelle de ce phénomène “architecturo-lumineux”, j’avais envie d’en parler ici en saluant la mémoire de ce monsieur qui a su si bien faire rimer amour avec toujours…

Pour voir au moins une photo et découvrir plus d’infos, je vous invite à cliquer ici.

Du côté de chez Ma

Cette semaine le thème du projet 52 de Ma est le détail.

Des photos de détails j’en ai beaucoup mais j’ai choisi cette fois de partager ce détail du portail de l’église Saint-Jacques de Ratisbonne (Allemagne).

Protégé par une verrière, le portail de l’église dite des Écossais, fondée par des moines bénédictins…irlandais en 1090, est un chef-d’œuvre de l’art roman.

Le portail principal est célèbre pour sa statuaire dont la signification reste en partie énigmatique. En ce qui me concerne, j’aime assez à y voir de bons gros chats repus qui nous accueillent, ce qui n’est pas courant à l’entrée d’une église, vous en conviendrez 

 

Je n’écris pas beaucoup actuellement sur mon blog étant justement, une fois encore, au pays des Teutons. Inutile de dire que la récolte de photos sera importante mais demandera un peu de temps de tri au retour avant le partage…

Du côté de chez Ma

Ce samedi Ma nous propose, dans le cadre de son projet 52, d’illustrer le mot “marché”.

J’adore les marchés, leur ambiance, les camelots qui hèlent le client ou s’invectivent d’un étal à l’autre, les couleurs, les odeurs aussi,…

Tout ça pour moi c’est la vie, la vraie, celle qui grouille, qui gesticule,.

Voici donc les photos que je propose pour illustrer ce thème

En premier, des photos du marché couvert de la Boqueria à Barcelone. Il est parfois appelé “la cathédrale des sens”, c’est évocateur non? J’ai adoré déambuler dans les allées de ces étals tous plus attirants les uns que les autres.

Et pour terminer sur une note nostalgique, je vous propose un autre type de marché,: le marché aux poissons de Bruges où ma grand-mère m’emmenait chaque vendredi acheter les plies qui me donnent encore l’eau à la bouche aujourd’hui rien que d’y penser 

Le jour de la photo, il servait de cadre à une exposition de peintures.

Et si vous êtes impatients de connaître les mots des autres semaines de ce projet, je vous remontre le tableau

Je vous souhaite une bonne fin de semaine 

Clochers tors

Dans un article précédent, je vous ai déjà parlé de clochers tors. Comme j’en ai trouvé d’autres dans ma région,  je prends un grand plaisir à les partager aujourd’hui.

L’église paroissiale de Grand-Marchin

Le clocher était devenu tors au cours des années, puis, la foudre l’a complètement détruit, il y a quelques années. Il a été reconstruit volontairement tors en 2005. 

L’église Saint-Jean-Baptiste de Herve

Clocher composé d’une tour carrée, romane, datant du 13ème siècle, surmontée d’une flèche de 28 mètres, recouverte d’ardoise et qui tourne de 1/8 ème de tour, de gauche à droite. Elle subit aussi un dévers de plus d’un mètre. La torsion serait due à un défaut de construction

L’église Saint-Lambert de Goé

La flèche est bâtie sur une tour carrée à laquelle est elle reliée par une pyramide aplatie. Elle est inclinée et tordue, le dévers atteignant 1/8è de la largeur de la tour. Cette déformation est due au manque de pièces raidisseuses au niveau des enrayures. Par contre, la torsion est très légère mais existe néanmoins.

Et vous, avez-vous déjà vu des clochers “tordus”? En connaissez-vous près de chez vous qui ont cette caractéristique qui leur permet d’être répertoriés sur le site des clochers tors d’Europe?

Découverte de petits coins de Liège en Belgique (4)

Aujourd’hui je vous invite à découvrir un lieu emblématique de la Cité ardente: la Montagne de Bueren.

Arrêtons-nous tout d’abord sur l’expression qui est, encore de nos jours, utilisée pour caractériser la ville de Liège, la Cité ardente.

Ce surnom est en fait le titre d’un livre paru en 1905 sous la plume du comte Henry Carton de Wiart, écrivain et homme politique : il s’agit d’un roman historique qui raconte le sac et l’incendie de la ville, en 1468, par les hordes bourguignonnes de Charles le Téméraire.
1905, c’est aussi l’année de l’Exposition Internationale de Liège. Quand le prince Albert (le futur Albert Ier) l’inaugure le 27 avril, il reprend l’expression « cité ardente » pour louer le dynamisme économique de la ville, qui va montrer au monde la puissance de ses activités industrielles.
Le surnom est resté pour suggérer une cité animée, aux activités commerciales et culturelles intenses, connue pour le caractère chaleureux et bon-vivant de ses habitants. Assoiffés de liberté, têtus et frondeurs, fiers de leurs traditions, ils sont toujours prêts à participer aux événements festifs et culturels qui jalonnent chaque année.(source)

Lire la suite »

Du côté de chez Ma

Ma participation au projet 52 de chez Ma cette semaine ne vous offrira pas de lignes d’écriture (même si je rentre à l’instant de l’atelier d’écriture auquel je participe chaque mois avec un plaisir grandissant), pas de ligne de pêche ni de lignes de transports en commun même si c’est un sujet qui m’intéresse*, mais bien des lignes qui, droites au départ, se déforment et se reforment en autre chose par le jeu de la lumière. J’y vois un peu le reflet de nos vies: un tracé souvent bien droit à la naissance, en tout cas comme l’imaginent les jeunes parents, et qui, sous diverses influences, se gondolent ( j’aime bien me gondoler ) se brisent (j’aime moins) ou se transforment…ce qui met du piquant dans la vie, reconnaissons-le, sinon on s’ennuierait vite si tout était trop lisse et rectiligne.

* Je vous ai dit que j’aimais les transports en commun donc, pour illustrer de façon ludique cet intérêt, je vous propose cette petite vidéo publicitaire que je trouve super bien imaginée.

 

Bonne fin de semaine à tou(te)s 

 

 

 

Toit, toi mon toit

Pour reprendre doucement pied dans la réalité après mon séjour corfiote (pas la peine de vérifier, c’est comme ça qu’on dit 😉 ) je vous suggère de lever les yeux et de regarder ce qui se passe sur les toits.

Ensuite il faudra me laisser un peu de temps pour trier les…nombreuses photos de vacances et ce avant de repartir vers d’autres horizons… 

Eh oui, je vis ma vie comme un papillon: je n’oublie jamais de voler mais je me pose parfois un peu quand même…

 

A bientôt…