L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

 

L’agenda ironique de juillet s’est terminé sur une victoire d’Adrienne : H comme Histoire musicales à égalité avec Carnets Paresseux : Le Lion de Denfert se rêve.

Pour l’Agenda Ironique d’août, c’est l’Ornithorinque qui a été choisi et il nous propose comme sujet un voyage vers mars.

L’époque importe peu, mais deux éléments devront apparaître dans la narration : la barraque et le bonimenteur (homme ou femme).

Les infos complètes se trouvent ici  et vous avez jusqu’au 26 août pour déposer votre texte en commentaire à la même adresse .

A vos claviers pour que nous ayons encore le plaisir de lire de nombreux textes originaux comme chaque mois 👍.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Le mot que Ma nous demande d’illustrer par une photo personnelle ce samedi est “succès“.

J’avoue que je me suis un peu creusé les méninges pour choisir ma photo.

J’ai finalement choisi de partager un cliché assez récent pris lors d’une fête de village. Le succès pour les petits est d’attraper la floche au carrousel comme on dit en Belgique et je pense qu’en France on attrape le pompon au manège. Le résultat est le même, celle/celui qui réussit a droit à un tour gratuit. C’est un beau succès pour elle/lui 🥳.

Je vous invite à me suivre chez Ma pour y découvrir les nombreux succès proposés.

Et je vous souhaite un excellent week-end rempli de nombreux succès, grands ou petits 😊, c’est bon pour le moral!

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Besta-Berri ou la Fête-Dieu au Pays Basque

En vacances au Pays Basque en juin dernier, notre hôtesse préférée nous a conseillé d’aller assister aux festivités de la Fête-Dieu (Besta-Berri en Basque).

Comme nous allons régulièrement dans le Sud-Ouest, ce ne sont plus les endroits trop fréquentés par les touristes qui nous attirent mais les spécificités, les coutumes et la culture des habitants. Nous nous sommes donc rendus à Hélette.

Bien sûr le nom indique qu’il s’agit d’une fête catholique mais  la célébration religieuse est étroitement mêlée à un spectacle haut en couleur et en musique.

Ces deux dernières années, à cause du Covid, les jeunes du village n’ont pu célébrer la fête-dieu, une fête ancestrale si chère au cœur des Hélétars qui jusque-là n’avait été interrompue que durant les deux guerres mondiales.(Source)

Nous avons donc assisté avec un grand plaisir que nous n’imaginions pas à l’avance (n’étant pas trop bons clients des manifestations religieuses) au défilé des participants, détaillés ci-dessous, sur la place de Hélette.

Les sapeurs (zapurrak), les coqs (oilarrak), les sergents (sarjentak), les caporaux (kaporalak), les lanciers (alabardariak) et les porteurs de bannières (banderariak) emmènent la marche jusque dans l’église et offrent un très beau cérémonial au pas lent, avançant de six pas et reculant de quatre. (Source)

Pour voir mes photos et vidéos de cette fête, il suffit de cliquer

Il est difficile de transmettre l’émotion suscitée par cette fête mais nous avons été très touchés de voir ces jeunes gens prendre un tel plaisir dans ce défilé ainsi que d’entendre la belle voix grave des anciens.

Continuer la lectureBesta-Berri ou la Fête-Dieu au Pays Basque

Du côté de chez Ma

J’ai toujours un peu de mal à cette période de l’année à publier régulièrement: il y a tant d’autres choses à faire que rester devant un écran 😎. Malgré ça, le rendez-vous de Ma chaque samedi reste un fil rouge que je ne souhaite pas couper parce qu’il demande finalement un effort plutôt limité pour choisir une photo qui corresponde au thème prévu et que j’aime ce rendez-vous hebdomadaire.

Cette semaine il s’agit de “ville ou campagne“.

J’ai choisi de partager une photo de ville qui m’a amusée en vacances à Bilbao.

Je n’ai pas attendu que le peintre ait fini son travail mais vous pourrez voir ci-dessous les détails d’une plaque terminée.

Je ne sais pas vous mais moi j’ai trouvé ça très élégant, bien plus que les plaques de rue qu’on trouve chez nous.

Pour voyager en ville ou à la campagne il vous suffit de passer chez Ma.

Bon week-end à tout le monde salut1

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

L’agenda ironique de juillet: le temps du vote

Juillet se termine tout doucement et avec lui l’agenda ironique sur le thème de la musique chez Toulopera.

C’est donc sur ce même blog que vous allez pouvoir trouver les liens vers les douze textes proposés, vous pourrez les (re)lire et même voter pour votre préféré 😊.

A ce sujet, suite à l’une ou l’autre question, je rappelle que tout le monde peut voter librement, les participants aussi mais pas que 😉.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous dis à bientôt pour découvrir qui hébergera l’agenda ironique d’août. A coup sûr de nouvelles contraintes amusantes à appliquer!

 

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet: le temps du vote

Du côté de chez Ma

Le samedi je joue avec Ma en cherchant une photo qui illustre le thème de la semaine.

Il s’agit cette fois de l’expression “en vrac”.

De passage récemment à Bergerac, j’ai apprécié cet étalage de différentes variétés de tomates, chose qu’on ne voit pour ainsi dire jamais sur les marchés de Belgique.

Utilisez-vous aussi ces petits contenants lavables et réutilisables qui évitent le gaspillage d’emballage pour les fruits et légumes?

En Belgique c’est devenu indispensable depuis que les sachets en plastique sont interdits presque partout.

Je vous invite à passer voir comment se présente le vrac chez Ma et vous souhaite un excellent week-end sous des températures plus supportables.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

L’agenda ironique de juillet ✍🏻

Pour rappel, les règles de l’agenda ironique de ce mois se trouvent chez Toulopera et, sans beaucoup d’étonnement, valsent autour de la musique 🎵.

Je vous livre ci-dessous le texte que mes neurones, ramollis par la chaleur, ont bien voulu imaginer. J’ai même tenté d’y ajouter quelques termes musicaux (en italique).

Philtre d’Amour DIY garanti 100% efficace sur Pinterest (qui est quand même LA référence 😉)

Utiliser un grand faitout qu’ils disaient dans la recette. Comme si j’avais une batterie de cuisine chez moi ! Tu parles, j’ai dû emprunter l’ustensile en question à ma voisine. Je ne cuisine jamais qu’en solo mais j’ai tellement peur de rater la recette que je ne veux rien changer du tout à la partition détaillée dans le grimoire. Déjà que je n’ai pas de balance de cuisine…              
Y plonger le trio d’herbes récoltées en batifolant nue le matin même dans les prés et les bois environnants et faire cuire à gros bouillons avec un bon morceau de bœuf. Ajouter un peu de poudre de perlimpinpin achetée au magasin arabe du village. Saler, poivrer à volonté. Là, ça y est, je vois une envolée de fumée qui part du faitout. Drôle de nom d’ailleurs cette marmite parce que si vraiment elle faisait tout, moi je n’aurais plus rien à faire.

cupérer soigneusement la mousse qui se forme sur le dessus de la préparation, elle sera utile plus tard. Pour faire quoi, je me le demande mais bon, je ne vais pas commencer à chicaner. Il faut juste que je pense à prévoir l’ouverture d’un coin de fenêtre parce que ça sent très fort ce brouet-là ! On est loin du gloubi-boulga mais quand même !

Minimiser la chaleur sous le faitout afin de calmer l’ébullition. Comme je cuisine à l’électricité, ça va mettre un certain temps à se calmer, c’est que c’est bien chaud ce truc-là. Et vas-y que je bouillonne et que je glougloute à fond.

Facile à faire qu’il était écrit en bien gras dans la recette de potion magique. C’est vrai que jusque-là, à part la marmite de la voisine j’ai tout trouvé sans devoir demander conseil à qui que ce soit. Heureusement, j’aurais bien trop honte d’avouer à quelles extrémités je suis rendue pour que Pierre me remarque enfin !

Solstice d’été apparaissait aussi parmi les conditions essentielles pour que le philtre d’amour fonctionne et que les soupirs enamourés de Pierre ne soient plus que pour moi. Heureusement nous sommes le 20 juin et tout se dessine à merveille.

La pire de toutes les filles qui butinent autour de Pierre, c’est Zoé. Elle sort avec tous les garçons du village mais elle ne veut même pas me laisser le seul qui me plaît vraiment. Il faut dire qu’elle passe ses journées à bronzer tandis que moi qui bosse du matin au soir je reste désespérément blanche et peu appétissante.

Si seulement j’étais plus jolie, je n’aurais pas besoin d’user d’artifices, il y a longtemps qu’il m’aurait remarquée…mais on s’arrange avec ce qu’on a comme disait ma mère et cette fois je suis sûre que la magie agira.

Docilement, j’ajoute la mousse réservée précédemment en mélangeant pianissimo. Il ne me reste qu’à verser un peu de cette préparation dans le verre de mon amoureux. Je sais comment faire : le convaincre que je suis la seule à connaître l’accord boisson qui convient à son hamburger du samedi soir sur la place du village et le tour sera joué. Enfin, j’espère…

 

Sauf que cette bonne odeur de viande mijotée aux herbes m’a ouvert l’appétit et que je ne résiste pas à y plonger la cuiller une fois, deux fois,… et zut ! J’ai tout mangé et je suis encore plus amoureuse que jamais mais je n’ai plus aucune potion magique pour amener Pierre à partager mes sentiments. Ce ne sera pas encore l’harmonie entre nous cette fois mais mon estomac ne se plaindra pas lui qui craignait déjà de devoir vivre d’amour et d’eau fraîche !

Voilà, j’espère que cette lecture vous aura distrait et, si l’envie vous prenait de vous essayer à l’exercice, sachez que la date limite pour participer est le 27 juillet. Il vous reste donc assez de temps pour cogiter et nous rejoindre dans l’aventure, toujours amusante, de l’agenda ironique.

Bonne journée 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet ✍🏻

Du côté de chez Ma

J’ai l’habitude, le samedi, de jouer avec Ma en essayant d’illustrer par une photo personnelle le thème du jour.

Cette semaine elle nous demande d’illustrer le mot “actualité“.

Pour la première fois depuis que je joue, je ne suis pas arrivée à choisir une photo qui me plaise. L’actualité n’est pas très rose depuis plusieurs mois, la chaleur actuelle me paraissait difficile à illustrer et mon actualité à moi totalement inintéressante…

Et puis ce soir, nous sommes allés voir un court spectacle en plein air sur le poète Jacques Prévert. C’était à la fois poétique et drôle mais surtout terriblement bien interprété par les comédiens/musiciens au nombre de trois. Plus d’infos ici, on ne sait jamais s’ils passaient près de chez vous.

Donc, mon actualité toute récente (j’aurais difficilement pu faire plus récent) c’est cette photo de deux d’entre eux: Nicolas Buyse et Greg Houben.

Et, à proximité du spectacle, dans le parc d’Avroy, de quoi nous remonter le moral si nécessaire avec cette Barmacie qui proposait des remèdes assez sympas (genre ti-punch par exemple 😋).

Bref, ce fut un moment de bonne humeur généreusement saupoudrée par la poésie de Prévert 😊.

Je vous souhaite une très belle fin de week-end après avoir été vous informer des différentes actualités chez Ma.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Voyage, voyage: La Bouteille et Chaumont sur Tharonne (F)

Quand nous partons en vacances en France, nous évitons les autoroutes et privilégions le chemin des écoliers ce qui nous offre parfois de bien jolies découvertes.

Ce fut le cas cette fois en fin de matinée, en arrivant dans l’Aisne où j’ai tenu à photographier cette imposante église fortifiée dans la commune de La Bouteille. 

On a l’habitude en traversant la Thiérache de voir ces églises fortifiées où les habitants pouvaient se réfugier en cas de problème mais elles m’impressionnent toujours par leur aspect massif.

Plus tard dans la journée, j’ai cru voir une statue d’homme assis sur un banc dans une ambiance invitant au repos. Nous avons répondu à l’invitation en décidant de nous arrêter dans cette charmante commune du Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire, Chaumont-sur-Tharonne.

 

Cet hommage à Louis Blériot (1872-1936), premier à traverser la Manche en avion, le 25 juillet 1909, se trouve près de l’église Saint-Etienne, construction portée à l’inventaire des monuments historiques. L’aviateur a en effet résidé dans la commune. 

Plus d’infos sur ces statues ici.

En tournant les yeux en face de l’église, on aperçoit une autre silhouette et, en nous approchant, nous rencontrons une dame âgée, assise à côté de son panier. Elle nous raconte l’histoire du lieu. Je vous en fait écouter une partie.

Continuons notre balade autour de l’église…

Nous pouvons même nous poser et…

Ou, si on préfère, regarder les statues très différentes exposées dans le parc de l’église.

Nous admirons une dernière maison avant de nous remettre en route vers notre première escale en chemin vers Bidache.

Voilà, j’espère que ce départ en vacances vous aura donné envie de me suivre un peu plus loin sur cette route qui nous a réservé, une fois encore, de bien jolies surprises et découvertes étonnantes.

Soyez juste un peu patient(e)s, je suis fort occupée et j’ai plus envie de profiter de l’extérieur que de m’asseoir devant un écran 😎.

Continuer la lectureVoyage, voyage: La Bouteille et Chaumont sur Tharonne (F)

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique

Il semblerait bien que Donald se soit piqué au jeu puisque, après sa participation en juin, il vient de m’envoyer un texte pour juillet.

Nous sommes quelques-uns à souhaiter élargir les participations à cet exercice littéraire amusant et il serait dommage que le fait de ne pas avoir de blog soit un frein absolu.

Voici donc la participation de Donald Bilodeau à l’AI de juillet dont les règles se trouvent chez Toutlopera.

Musique

par Donald Bilodeau

 

UTile au-delà de l’océan

Jusqu’au bout de tous les continents

Tu es la seule à unir les Hommes

Digne maillon de la chaîne en somme.

 

futant l’argument de la guerre

Les soldats se prenant pour des frères

Chantent tous en chœur sur toi, si belle

Universelle et intemporelle.

 

MIrage d’amour coûte que coûte

J’en suis certain, je n’ai plus de doute

Il n’y a que toi que l’on écoute

Toi, la virtuose ouvrant les routes.

 

FAscinante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde en constantes discordances ?

 

SOLidaire pour tendre tendance

D’un jour sans soupirs et sans silences

Telle une symphonie d’allégresse

Comme une douceur, une caresse.

 

LA mélodie de jour ou de nuit

Dans le bruit de l’eau, le chant des feuilles

Le souffle du vent chassant l’ennui

Ou dans un salon, un soir de deuil.

 

SI tu habilles si bien les mots

Mets de la couleur dans nos radios

Fais danser les notes du piano

En sonate au tempo allegro !

 

DOminante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde aux si grandes espérances ?

 

*****

Je me permets de faire un petit ajout à la fin de ce texte: cette chanson de Jean-Pierre Ferland que Donald m’a fait découvrir (il est écrivain, mais aussi mélomane 👍). Écoutez bien les paroles…

Voilà, je laisse bien sûr à Donald le soin de répondre à vos commentaires et je commence doucement à réfléchir au texte de ma propre participation.

Je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique