Nouvelle année, nouveaux défis!

En commençant ce blog, j’avais annoncé ne pas vouloir me dévoiler trop vite et en dire trop sur moi, vous suggérant de me découvrir petit à petit, pas tout de suite, pas trop viiiite… Vous le savez, j’aime la photo, l’humour, les échanges, les découvertes, l’apprentissage de nouvelles choses mais j’aime aussi beaucoup lire et même écrire.

Depuis maintenant plus de deux ans, je participe mensuellement à un atelier d’écriture créative dans ma commune et j’aime ça! Le nom de cette initiative: « Jetez l’encre ». Un espace Facebook propose régulièrement des infos je pense mais comme je suis un peu (beaucoup même!) rétive à Facebook…ben je ne sais jamais trop ce qui s’y passe , préférant les contacts humains « dans la vraie vie ».

Dernièrement, me laissant dériver dans le labyrinthe des blogs, je suis arrivée sur le site Bric à Book qui m’ a paru intéressant . Infos sur les sorties littéraires de différents genres et autres informations littéraires mais ce qui m’a surtout accrochée c’est l’atelier d’écriture en ligne. 

Sur base d’une photo, chacun, chacune écrit ce qu’il souhaite (il n’y a apparemment pas vraiment de contraintes, à confirmer bien sûr) et le partage se fait en ligne une fois par mois.

Les écrits pour la première participation de l’année sont demandés pour le 7 janvier 2019 (oui, demain 😉 )

Je l’annonçais dès le titre de cet article, nouvelle année, nouveau défi. Je verrai dans le temps si j’ai suffisamment d’inspiration, de temps, d’envie tout simplement pour continuer mais je me lance modestement. Alors si ça peut déjà me faire plaisir au moins en ce début 2019, pourquoi me priver?

La photo proposée pour l’atelier n°322 est celle ci-dessous

© Nick Cooper

Et voici les quelques lignes qu’elle m’a inspirée puisque, va savoir pourquoi, j’ai spontanément traduit par « café pour noirs »…et que je n’ai pas souhaité changer de cap 🙂

Black and white

Ils s’étaient assis distraitement en terrasse sans un regard pour l’enseigne de l’établissement. Personne n’avait osé faire de commentaire. La serveuse, magnifique noire élancée, s’était postée devant eux sans dire un mot. Elle ressentait leur présence comme une provocation. On disait que l’apartheid c’était du passé, que plus personne n’y pensait aujourd’hui mais à ce moment précis, elle ne pensait qu’à ça et aux humiliations vécues par ses aïeux.          
Et puis l’homme a parlé, il a demandé la carte des boissons. Impressionné par la fierté silencieuse de la jeune femme, il était sans voix. Il se contenta de pointer du doigt ce qu’ils souhaitaient consommer en indiquant « deux » avec ses doigts. Il accroissait ainsi, sans le savoir et même sans le vouloir, l’agacement de la barmaid qui y vit plutôt un signe de victoire, un de plus de la part de ces blancs qu’elle haïssait viscéralement.    
Et pourtant, ils n’avaient fait que commander deux petits blancs secs plutôt que deux cafés noirs…

 

Je vous invite à aller voir dès demain sur le site Brik a Book les autres participations, je sollicite votre indulgence à mon égard (sans fausse modestie, juré, craché!) et je vous souhaite un bon amusement.

Continuer la lecture
Fermer le menu