Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous propose d’illustrer le mot histoire(s).

Je ne vais pas vous en raconter, je n’ai jamais aimé l’Histoire! En vieillissant je m’y intéresse un peu plus, surtout depuis que nous visitons quelques châteaux, mais les histoires des grandes familles ou des grandes guerres, bref l’Histoire avec un grand H ne m’a jamais passionnée.

Par contre, j’aime les histoires, de tous types et j’en lis d’ailleurs beaucoup. J’en écris aussi, très modestement, lors de l’atelier d’écriture « Jetez l’encre » auquel je participe une fois par mois près de chez moi mais aussi une fois par semaine en ligne sur le site Brick a Book (pour info, ces dernières sont publiées chaque lundi, ouvrez l’œil 😉).

Après chaque module de 6 séances, certaines histoires de l’atelier d’écriture sont mises en forme et publiées sous forme de petits livrets.

Ce sont ceux auxquels j’ai participé que vous voyez ci-dessous.

Et je vous assure que les histoires qu’ils contiennent sont étonnantes, rigolotes, effrayantes, un peu frappadingues ou juste émouvantes mais les découvrir procure toujours beaucoup de plaisir.

Et si vous aussi vous souhaitez écrire des histoires, je vous offre le kit de démarrage ci-dessous. Il n’est pas nécessaire de lire la notice (de toutes manières incompréhensible), il faut juste ajouter une pincée d’imagination, bien secouer et le tour est joué! 

Pour voir les interprétations du mot histoire(s) par les autres participant(e)s, allez vite voir chez Ma.

Je vous dis à lundi pour ma prochaine histoire…

Continuer la lecture
Atelier d’écriture Brick a Book 328

Alexandra a changé à nouveau de formule et il s’agit maintenant d’un atelier d’écriture 2.2! En gros, c’est redevenu hebdomadaire, les textes sont envoyés en commentaires et commentés directement sur le post chez Alexandra.

La photo proposée pour ce 328ème atelier est celle ci-dessous

Et voici l’histoire qu’elle m’a inspirée:

La méprise

Depuis toujours elles avaient tout fait pareil. C’est bien normal après tout vu qu’elles étaient nées du même œuf, jumelles jusqu’au bout des ongles. Les premières années de leur vie, leur mère les habillait de manières différentes pour les reconnaître plus facilement mais elles s’amusaient à échanger leurs vêtements dès qu’elles étaient hors de vue. A l’adolescence, ce sont les petits amis qu’elles échangeaient, sans rien leur dire évidemment sinon où aurait été le plaisir. Vu qu’elles n’avaient aucun secret l’une pour l’autre, personne ne s’était jamais rendu compte de rien. Jamais une question précise n’était restée sans la réponse adéquate puisque dès qu’elles étaient ensemble elles se racontaient tout dans les moindres détails, aussi intimes fussent-ils.

Leurs études également furent les mêmes, c’est normal, elles aimaient les mêmes matières. Et si l’une se sentait moins en forme au moment de l’oral, c’est l’autre qui s’y collait à deux reprises. Les profs avaient beau s’arracher les cheveux et avoir l’impression de se faire rouler, la candeur naturelle des jumelles les sauvait de toutes les situations.

Jusqu’au jour où…elles rencontrèrent une paire de jumeaux dont elles tombèrent amoureuses. Bien sûr ceux-ci jouaient les mêmes tours qu’elles mais, après tout, où était le mal. Ils s’aimaient très fort tous les quatre même si on ne savait jamais très bien qui était qui.

Ne souhaitant en aucun cas s’éloigner de leur moitié respective, non de leur conjoint mais de la deuxième partie de la paire, les deux couples emménagèrent dans des appartements identiques dans le même immeuble.

Quand, en rentrant du travail, une des jumelles vit cette armoire sur le balcon supérieur! Probablement une climatisation vu la vague de chaleur annoncée. Rien de plus normal pour des gens normaux mais pas pour elle. Son sang ne fit qu’un tour, le pacte de « tout à l’identique » était rompu de fort méchante façon. Sur le champ elle allât acheter des affiches « appartement à vendre » sans même prendre la peine de demander une explication.

C’est en rentrant chez elle qu’elle comprit sa méprise en voyant un technicien déballer le même appareil à placer sur son propre balcon. Confuse, elle fit des confettis de son affiche et n’en souffla jamais un mot à quiconque, pas même à sa jumelle…

Envie de voir ce que cette photo a inspiré aux autres personnes? Courez vite chez Brick a Book  

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous propose d’illustrer par nos photos le mot nature. Le thème est vaste et la nature est si belle et si variée…

Que choisir? Des fleurs? Des arbres? Des animaux?… Trop banal et puis j’aime bien surprendre. Et si je vous parlais d’un endroit incroyable découvert récemment sur l’île de Kos où j’ai eu vraiment très, très chaud?  Il s’agit de la source chaude située à Agios Fokas, à 13 km seulement de la ville de Kos.

La source jaillit naturellement d’une grotte et s’écoule dans un bassin artificiel aménagé avec des rochers chaque année au mois d’avril. Il change donc à chaque fois d’allure. L’eau jaillit à une température de 80°c et se mélange à l’eau de mer dans le bassin d’environ 10 mètres de diamètre. La température de l’eau se situe entre 35 et 40°c suivant l’endroit où on se trouve, ce qui demande une période d’adaptation tellement c’est chaud! (C’est pas la peine de me chercher, je suis derrière l’appareil qui a pris ces photos).

On est plutôt content de se refroidir dans l’eau de la mer Égée!

L’eau thermale d’Embros contient principalement du dioxyde de carbone mais aussi d’autres gaz y compris une trace de sulfure d’hydrogène ce qui dégage une odeur de soufre (odeur d’œuf pourri).

Il paraît que cette eau aurait des vertus thérapeutiques prouvées contre des maladies de la peau, des yeux, des voies respiratoires et les troubles musculaires. En tout cas c’est très agréable à tester et une dame m’a dit qu’à chaque fois qu’on s’y plongeait on rajeunissait de dix ans. Je n’ai hélas pu y aller qu’une fois cette année mais je compte bien y retourner au moins deux ou trois fois dans le futur.
Ce cadeau de la nature est, à l’heure actuelle, encore accessible gratuitement à toute heure, il est juste demandé de respecter les lieux.

Les détails pratiques sont inspirés de ce site.

Voilà, j’espère que vous aurez apprécié la baignade chaude grâce au cadeau de Dame Nature et je vous invite à aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré la nature.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Munich (1)

Quand je vous dis Munich, à quoi pensez-vous? Aux fêtes de la bière d’accord mais Munich ce n’est pas que ça heureusement! Est-ce qu’un voyage-découverte à Munich vous plairait?
Si oui alors vous êtes au bon endroit parce que je compte vous emmener dans la capitale de la Bavière.

Avec près de 1,5 millions d’habitants, Munich est la troisième plus grande ville d’Allemagne et la douzième plus importante de l’Union européenne. La surface totale de l’espace urbain munichois s’élève à 31 hectares. L’Isar sillonne la ville sur 13,7 kilomètres et ses rives représentent un espace de loisirs. Les parcs sont nombreux. Le jardin anglais à lui seul s’étend sur plus de 375 hectares. Munich est jumelée avec des villes du monde entier, d’Édimbourg à Kiev. La ville présente une offre culturelle diversifiée avec 47 théâtres et 46 musées. Environ 115 000 étudiants sont inscrits dans les 17 universités de la ville et profitent également des nombreux types de loisirs disponibles.(source)

Je vous invite donc à regarder quelques endroits qui m’ont marquée dans cette ville où tout est grand et souvent baroque. On a l’impression d’évoluer dans un décor de théâtre…

Ceci est le premier film que je partage…

…mais j’ai eu beaucoup de peine à choisir les photos à garder tant elles me tenaient toutes à coeur.

Si vous envisagez de visiter Munich, comptez au minimum 3 jours et prenez de bonnes chaussures de marche . Heureusement que dans cette ville on n’a jamais de problèmes pour se désaltérer 

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Ce samedi Ma nous demande d’illustrer en photo le mot « repos ». J’ai d’abord pensé au repos éternel mais j’en parlerai dans un prochain article.

Et puis, vous savez, ou pas, que j’adore les chats et s’il y a sur terre une espèce qui a bien compris ce qu’était le repos je pense que ce sont bien eux! 

Voici donc 2 photos de chats errants qui ont trouvé leur bonheur pour se reposer en toute liberté.

 

Je vous offre un petit bonus musical, juste ce qu’il faut en ce samedi plutôt gris.

Faites comme moi, allez voir chez Ma comment les autres ont illustré le mot « repos » avant de passer un

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Kalymnos (GR)

Cette île est située entre Kos et Leros dans le sud-est de la mer Égée, sa superficie est seulement de 111,14 kilomètres carrés et elle est la quatrième plus grande île du Dodécanèse

Un peu d’histoire

Le Dodécanèse a été occupé par le royaume d’Italie lors de la guerre italo-turque de 1912.  Après la capitulation de l’Italie en , l’archipel italien devient l’enjeu de la campagne du Dodécanèse: les États-Unis ayant refusé d’épauler les Britanniques, ce sont les Allemands qui sortent vainqueurs des combats et, même après la retraite allemande de Grèce continentale en 1944, le Dodécanèse reste occupé jusqu’à la fin du conflit, en 1945. Une fois la Seconde Guerre mondiale terminée, les îles sont brièvement occupées par le Royaume-Uni. Finalement, le Traité de Paris de 1947 permet le rattachement de l’archipel au royaume de Grèce.(source)

La pêche aux éponges

L’île de Kalymnos (’île des « Sponge Divers ») jouit d’une réputation mondiale grâce à ses plongeurs et à sa pêche aux éponges. La pêche aux éponges a une longue tradition sur l’île et contribue à la prospérité économique de l’île.
Kalymnos ainsi que Karpathos, Kasos, Nisyros, Symi et Halki sont les principaux lieux d’où sont originaires les soi-disant «Voutichtadon» (plongeurs qui pêchent des éponges), dont les activités s’étendent à l’ensemble de la Méditerranée orientale. Récemment, ils ont développé leur «métier» même dans des pays tels que l’Amérique, le golfe du Mexique et la Floride. Jusqu’à il y a quelques décennies à peine, les plongeurs dodécanésiens plongeaient nus (plongée sous-marine), ce qui signifiait ne pas porter d’équipement de protection et donc apprendre par l’expérience. C’étaient les fameux Voutichtades. De nos jours, ils utilisent des combinaisons de plongée spéciales et d’autres équipements modernes et s’entraînent entre-temps à la Divers Public School de Kalymnos Island, la seule école de plongée en Grèce qui offre à ses diplômés un diplôme de plongée professionnel. Les plongeurs de l’île de Kalymnos sont célèbres dans toute la mer Méditerranée non seulement pour leurs compétences en matière de pêche aux éponges, mais également pour toute opération liée à la plongée. Pour mémoire, les plongeurs traditionnels ont cessé de plonger en 1895. Depuis lors, tout le monde utilise des combinaisons de plongée et respecte toutes les mesures de sécurité.(source)

A bientôt pour d’autres balades dans le Dodecanèse ou ailleurs…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Bretagne (5)

Aujourd’hui je vous emmène prendre le bon air en Bretagne, plus précisément dans le Morbihan.

Nous commencerons notre balade par Sainte-Anne d’Auray puis Auray et nous terminerons par Carnac.

Sainte-Anne d’Auray

Principal lieu de pèlerinage de la Bretagne, ce village est situé  dans le Morbihan. 

Il s’agit d’un ancien hameau d’une quarantaine d’habitations situé dans la paroisse de Pluneret qui portait le nom de Ker Anna, et qui en breton signifie village d’Anne. Une tradition orale, diffusée par les fidèles chrétiens de cette région, voulait que Ker Anna fût appelé ainsi en référence à sainte Anne mais cette toponymie résulte d’un syncrétisme entre le vieux fond païen de la déesse Dana et le culte des saints chrétiens (source)

Si Dana vous évoque vaguement quelque chose, c’est peut-être en raison de cette chanson du groupe celtique Manau :

Auray

Nichée au creux de la rivière d’Auray, cette cité médiévale de caractère séduit au premier regard avec son centre-ville animé et le port de Saint-Goustan. Les siècles ont passé et les ruelles du cœur historique ont conservé leur charme d’antan.(source)

Carnac

Les célèbres mégalithes de Carnac, haut lieu de la Préhistoire européenne, font partie des incontournables. Plus de 3 000 menhirs alignés sur 4 km de long…(source)

Je vous invite à regarder les quelques photos partagées 

ici

sans oublier de cliquer sur les termes soulignés pour en apprendre bien davantage.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi je participe au défi de Ma et le mot à illustrer cette semaine est « pain ».

Ça tombe bien, je viens justement d’en faire un que je vous montre ci-dessous

Bon, j’avoue, je triche un peu puisque je le fais à la machine à pain mais quand même, je sais exactement ce qu’il y a dedans comme ingrédients et je connais sa date précise de fabrication ce qui n’est pas toujours le cas avec ce qu’on achète dans le commerce…

Je n’utilise jamais deux fois de suite la même farine puisque j’achète un assortiment, suivant nos goûts, dans un moulin près de chez moi. On a ainsi une variété de pains ce qui est plutôt agréable et puis le pain qui cuit (même dans une machine) sent tellement bon!

Et si vous voulez en apprendre davantage sur la fabrication du pain je vous invite à consulter ce site dont le projet, initié en financement participatif, m’a interpellée il y a déjà quelques années.

Et puis parce le pain c’est bien mais que ça peut être encore meilleur, je vous offre cette vieille chanson qui sent le vécu 

Et chez les autres participant(e)s, comment est le pain? Allons vite voir chez Ma pour savoir s’ils sont plutôt baguette, pain de mie, pain grillé,… 

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Certain(e)s d’entre vous le savent, je suis allée récemment passer quelques jours de vacances sur l’île de Kos. Les photos de murs peints ci-dessous proviennent de là. Certains sont plutôt sympas et d’autres un peu moins soignés mais j’ai souhaité les laisser groupés puisque issus du même endroit.

Un simple clic sur la première miniature ouvrira la photo en grand et vous permettra de naviguer sur les autres.

Continuer la lecture
Atelier d’écriture Brick à Book 327

Comme chaque mois, depuis le début de cette année, je participe à l’atelier d’écriture en ligne Brick a Book.

La photo fournie par Alexandra pour ce mois de juin est celle ci-dessous.

© Edan Cohen

Et voici l’histoire qu’elle m’a inspirée:

Cap !

Tout avait commencé par cette question de Sophie : cap ou pas cap ?

C’est certain que le petit Matéo lui plaisait bien et qu’elle rougissait à chaque fois qu’il lui parlait même si c’était pour ne rien dire comme c’était trop souvent le cas.

Mais quand il lui avait demandé de le retrouver à 18 heures dans l’ombre complice de la ruelle de leur quartier elle avait répondu qu’elle devait réfléchir.

Elle avait demandé conseil à Sophie. Celle-ci, bien moins sage malgré son prénom, lui avait directement dit qu’elle devait y aller, ne fut-ce que pour voir à quoi mènerait ce rendez-vous à l’abri des regards. So frémissait de curiosité et imaginait des tas de choses au doux parfum d’interdit.

Mais Aurélie était plus réservée, plus craintive et elle regrettait déjà de s’être confiée à son amie.

Mais quand même, si elle n’y allait pas, elle perdrait toutes ses chances d’exister aux yeux de Matéo. C’était déjà une victoire qu’il l’ait enfin remarquée, elle et pas une autre plus mignonne, plus hardie, plus…, enfin…plus quoi !

Les heures passaient et So n’arrêtait pas de la taquiner pour finalement perdre patience et lui asséner l’ultime question « cap ou pas cap » ? A laquelle elle ne pouvait répondre que positivement si elle ne voulait pas passer pour une poule mouillée et puis…elle en avait très envie. D’un SMS laconique se réduisant à deux lettres O et K, elle prévint Matéo.

Pour être certaine qu’elle y aille vraiment, Sophie avait tenu à l’accompagner jusqu’à l’entrée du passage. Elles se trouvaient donc côte à côte, frissonnant du manque de chaleur soudain dû au passage du soleil à l’ombre. Impossible de voir si Matéo était déjà là, leurs yeux mettaient un certain temps à s’habituer à l’obscurité.

Quand soudain un cri joyeux résonna émis par Matéo qui venait de les voir. Vite, vite, Aurélie dit à So de s’en aller, oui elle était cap et n’avait surtout plus besoin de témoin!

 

Si vous aimez lire de courtes histoires courez chez Brick  a Book pour lire les autres créations.

Et, pour finir sur une note d’humour, je précise que les histoires proposées ne sont pas livrées en kit, mais peuvent être lues directement  

Source: internet

Continuer la lecture
  • 1
  • 2
Fermer le menu