Atelier d’écriture Brick a Book 328

Alexandra a changé à nouveau de formule et il s’agit maintenant d’un atelier d’écriture 2.2! En gros, c’est redevenu hebdomadaire, les textes sont envoyés en commentaires et commentés directement sur le post chez Alexandra.

La photo proposée pour ce 328ème atelier est celle ci-dessous

Et voici l’histoire qu’elle m’a inspirée:

La méprise

Depuis toujours elles avaient tout fait pareil. C’est bien normal après tout vu qu’elles étaient nées du même œuf, jumelles jusqu’au bout des ongles. Les premières années de leur vie, leur mère les habillait de manières différentes pour les reconnaître plus facilement mais elles s’amusaient à échanger leurs vêtements dès qu’elles étaient hors de vue. A l’adolescence, ce sont les petits amis qu’elles échangeaient, sans rien leur dire évidemment sinon où aurait été le plaisir. Vu qu’elles n’avaient aucun secret l’une pour l’autre, personne ne s’était jamais rendu compte de rien. Jamais une question précise n’était restée sans la réponse adéquate puisque dès qu’elles étaient ensemble elles se racontaient tout dans les moindres détails, aussi intimes fussent-ils.

Leurs études également furent les mêmes, c’est normal, elles aimaient les mêmes matières. Et si l’une se sentait moins en forme au moment de l’oral, c’est l’autre qui s’y collait à deux reprises. Les profs avaient beau s’arracher les cheveux et avoir l’impression de se faire rouler, la candeur naturelle des jumelles les sauvait de toutes les situations.

Jusqu’au jour où…elles rencontrèrent une paire de jumeaux dont elles tombèrent amoureuses. Bien sûr ceux-ci jouaient les mêmes tours qu’elles mais, après tout, où était le mal. Ils s’aimaient très fort tous les quatre même si on ne savait jamais très bien qui était qui.

Ne souhaitant en aucun cas s’éloigner de leur moitié respective, non de leur conjoint mais de la deuxième partie de la paire, les deux couples emménagèrent dans des appartements identiques dans le même immeuble.

Quand, en rentrant du travail, une des jumelles vit cette armoire sur le balcon supérieur! Probablement une climatisation vu la vague de chaleur annoncée. Rien de plus normal pour des gens normaux mais pas pour elle. Son sang ne fit qu’un tour, le pacte de « tout à l’identique » était rompu de fort méchante façon. Sur le champ elle allât acheter des affiches « appartement à vendre » sans même prendre la peine de demander une explication.

C’est en rentrant chez elle qu’elle comprit sa méprise en voyant un technicien déballer le même appareil à placer sur son propre balcon. Confuse, elle fit des confettis de son affiche et n’en souffla jamais un mot à quiconque, pas même à sa jumelle…

Envie de voir ce que cette photo a inspiré aux autres personnes? Courez vite chez Brick a Book  

Continuer la lecture
Fermer le menu