Brick a book 358 ✍🏻

Pas de contrainte en ce lundi mais seulement la photo ci-dessous comme déclencheur d’écriture du blog Brick a book.

©MHL/CH

Je n’en revenais pas! L’émotion me serrait la gorge et tout mon corps était agité de tremblements de joie.

Deux ans déjà que j’étais parti conquérir d’autres horizons pour tenter d’oublier mes déceptions. J’avais perdu mon boulot et ma compagne m’avait lâchement abandonné à peu près en même temps. En somme, l’être vivant que je regretterais le plus en partant c’était mon fidèle compagnon Blacky. J’avais préféré le confier à un couple d’amis, ne sachant pas trop vers quoi je fuyais ni dans quelles conditions j’allais pouvoir me reconstruire…ou pas.

Mon moral était au plus bas quand je posai le pied sur ma terre d’exil en espérant malgré tout repartir à zéro. Je n’avais emporté que peu de souvenirs, souhaitant faire table rase du passé et de ses misères. Seul le souvenir de Blacky s’accrochait encore à ma mémoire et à mon coeur en lambeaux.

Dès que j’eus pris mes marques, je me rendis compte que j’avais trop de temps pour ressasser mes échecs et décidai qu’il me fallait une activité au contact des gens et qui me fatiguerait suffisamment pour chasser au loin mes idées noires. C’est ainsi que je consacrai mes maigres économies au contrat de gérance d’un débit de boisson.

Comme pour garder un lien, même ténu et lointain, avec Blacky, il m’apparut évident d’appeler l’établissement Kaffe Perro Negro. Peu de personnes comprenaient ce choix, certaines pensaient même à un autre sens, mais il me semblai important de garder un fil invisible tendu entre Blacky et moi.

Après quelques mois, mon affaire avait pris son envol, les villageois se regroupaient volontiers chez « le Belge » où ils se trouvaient bien ensemble. L’argent rentrait régulièrement et mes échecs professionnels et sentimentaux me paraissaient bien dérisoires à présent.

En hiver la clientèle se faisait plus rare et je décidai de prendre quelques jours de vacances afin d’aller voir mes amis au bord de la mer. J’étais à peine assis sur le muret que je vis accourir un grand chien fou qui me fit une fête pas possible, sautant, aboyant et me léchant tour à tour. 

Blacky ne m’avait pas oublié lui non plus et la tendresse de nos retrouvailles émouvait visiblement les passants dont certains s’amusaient même à photographier cet instant de pur bonheur!

Et si vous m’accompagniez sur le blog Brick a book pour y lire les autres récits?

Continuer la lecture
Fermer le menu