Brick a book 363 ✍🏻

Nous n’avons reçu la photo que hier après-midi mais malgré tout le défi reste là: construire une courte histoire au départ de celle-ci dans le cadre de l’atelier d’écriture Brick a book.

©Jordan Whitt

Les parents leur avaient dit de courir, le plus vite possible pour se mettre à l’abri dans les fourrés de l’autre côté de la clairière. 

Les hélicoptères des gardes-côtes survolaient l’endroit à la recherche des migrants débarqués ce matin.

Quelques-uns avaient été arrêtés sitôt le pied posé sur le sol de ce qu’ils pensaient terre d’asile. Pendant que les gardes essayaient de discuter avec les adultes, quelques enfants s’étaient enfuis suivant en cela les recommandations de leurs parents. Ces derniers pensaient que, même si eux ne s’en sortaient pas, au moins leurs enfants connaîtraient des jours meilleurs, quitte à, pour cela, faire éclater la famille.

Bien sûr, le reste de leur vie se passerait à se demander ce qu’étaient devenus leurs gamins mais ils voulaient croire que le monde n’était pas aussi pourri que ce qu’on leur avait démontré jusqu’à aujourd’hui.

A commencer par le passeur qui leur avait pris le peu de richesses et de bijoux qu’ils avaient pu sauver de la convoitise de leurs ennemis dans le pays qu’ils fuyaient. Avant cela, ceux qui les avaient hébergés en attendant que la mer se calme avaient aussi exigé de l’argent, beaucoup d’argent, une bonne part des économies de toute une vie…

Ils étaient là, désespérés, se demandant ce que l’avenir leur réservait mais n’ayant plus la force de se battre. Leurs dernières forces venaient de les quitter et seul l’espoir pour leurs enfants maintenait une petite flamme tremblante dans leurs yeux.

Ils voulaient croire que des humains n’auraient pas à coeur de renvoyer des enfants seuls dans un pays en guerre.

Leur foi en l’homme était immense mais était-elle justifiée?

Voilà ce que cette photo et l’actualité m’ont soufflé comme mots.

Pour voir ce qu’ont écrit les autres participant(e)s, rendez-vous sur Brick a book et passez une bonne semaine.

Continuer la lecture Brick a book 363 ✍🏻

Journée internationale du droit des femmes 2020 ♀️

La journée de la femme est morte. Vive la journée internationale des droits des femmes. Le 8 mars est devenu un événement politique. Une avancée encore récente et jamais gagnée.

 Faites-vous plaisir mesdames, c’est votre journée. Achetez-vous de la lingerie ”. Quelle marque commerciale oserait encore ce genre de publicité pour célébrer le 8 mars ? Et pourtant, ce fut longtemps le cas. Isabella Lenarduzzi, fondatrice et Directrice Générale de JUMP qui soutient l’empowerment des femmes,  se souvient de cette époque où cette journée était l’occasion d’offrir une fleur aux femmes dans les entreprises et où le Thalys donnait des places à prix réduits pour aller faire du shopping à Paris entre copines. “ C’était il y a moins de 10 ans, écrit-elle sur son mur Facebook. Quel chemin fait depuis ! ”(source)

Les femmes sont nombreuses et diverses. Toutes uniques, toutes différentes, toutes des individus à part entière. Incarnant chacune leur genre à leur manière. Et le 8 mars précisément, ce sont leurs voix, multiples et plurielles, qui se font entendre.(source)

Pour bien expliquer puisque, même en 2020, tout le monde n’a pas encore compris  😥

Dans ma commune, une exposition d’affiches a pris place pour célébrer cette journée. Je partage avec vous deux de mes préférées.

Femme multi-tâches 😉

On termine par un sourire c’est tellement plus agréable avec humour…

Continuer la lecture Journée internationale du droit des femmes 2020 ♀️