Brick a book 371 ✍🏻

Le lundi c’est le jour de l’écriture sur la base de la photo proposée sur le blog Brick a book. C’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture aujourd’hui.

©Jeffrey F Lin

J’avais cru à une blague quand mon copain Alex m’avait invité à aller assister à un match des Red Panthers. Il savait à quel point le sport, quel qu’il soit, m’ennuyait tant que je n’étais pas moi-même en mouvement. En plus le hockey, je n’y connaissais rien, ni les règles, ni aucune des choses essentielles à connaître pour pouvoir s’impliquer un minimum.

– Justement, m’avait-il dit, comme tu ne connais pas, tu vas pouvoir tout découvrir et je suis sûr que tu vas aimer ça.

Plus pour ne pas avoir à discuter pendant des heures parce que je le connaissais et savais qu’il ne lâcherait pas facilement son idée, j’ai fini par accepter à contre-coeur. 

Pour ne pas arriver complètement idiot au bord du terrain, j’avais un peu fouillé sur internet et découvert que le hockey féminin était en pleine ascension  ce sport étant considéré par de plus en plus de femmes comme “chic, tendance et cool”. Soit.

Il n’empêche que le jour venu, je ne me sentais pas à l’aise. Il faisait assez calme au bord du terrain, les spectateurs étaient très disciplinés au contraire de ceux qui assistaient habituellement aux rencontres du club de foot dont je faisais partie.

Et puis les Red Panthers ont fait leur entrée juste après les joueuses de Biélorussie. Et là j’ai su que j’avais bien fait de venir. D’entrée de jeu, c’est le cas de le dire, mes yeux ne se sont plus détachés d’une d’entre elles, la suivant le long de ses déplacements en zig-zag sur le terrain. Elle faisait montre d’un mélange intime de grâce féminine et de détermination à gagner, coûte que coûte. Je ressentis un enthousiasme délirant quand elle transforma en succès ses deux “penalty corner”.  Dès la fin du match, je me précipitai pour féliciter l’équipe gagnante tout en n’ayant d’yeux que pour une joueuse en particulier. C’est à ce moment qu’un grand brun ténébreux bien baraqué se pencha vers elle en l’embrassant tendrement.

J’étais un peu penaud en voyant ma bulle de joie éclater ainsi mais ça ne m’a pas empêché de retourner souvent avec Alex assister aux rencontres de nos hockeyeuses nationales. 

Je me réjouis à l’avance du plaisir que nous aurons lors de la coupe du monde qui sera organisée chez nous en février 2021!

Je vous invite à aller vous rendre compte sur le blog Brick a book de ce que l’imagination de chaque personne invente à partir de la même photo. Vous serez surpris!

Cet article a 9 commentaires

  1. Pierre

    Bonjour Bernadette !
    Une petite odeur de saphisme ?
    Bon lundi et bonne semaine !
    Pierre

    1. Photonanie

      Ah non pas du tout. Qu’est-ce qui t’a fait penser ça? Un problème d’hormones peut-être? 😉
      Bonne semaine.

      1. Pierre

        Mince ! Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais parti avec l’idée que c’était une fille qui racontait ! … Tu n’es pas une fille ?

        1. Photonanie

          Affirmatif mon capitaine 😉 Mais quand j’utilise des adjectifs au masculin (invité, idiot,…) je me place, momentanément, dans la peau d’un homme 😀

  2. Kroum

    Très mignon ce coup de coeur même s’il n’a duré que le temps d’un match. On était bien présent avec tes personnages et on a ressenti la déception de l’amoureux. Bravo Photonanie!

    1. Photonanie

      Merci Kroum. Le positif c’est qu’il continue à aller voir les matches de hockey féminin 😉

  3. Geneviève Hubinon

    Voilà le premier match de hockey féminin auquel j’ assiste ! Cela a l’ air de demander pas mal de qualités et d’ endurance. Belle histoire aussi ! Bonne soiree .

    1. Photonanie

      Je te rassure, c’était aussi mon premier 😉
      Bonne soirée itou.

Répondre à Kroum Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.