Du côté de chez Ma

Ce samedi le mot proposé par Ma est « rond ». J’aime bien, c’est un beau mot, que l’on parle de forme ou de caractère, voire même de vin!

Quand j’étais jeune on disait « Cicéron c’est Poincaré » dans une logique totalement anachronique bien sûr…

Et donc je vous propose ci-dessous de très bons biscuits ronds parce que je suis gourmande et que j’aime ça (même si je ne crache pas sur les carrés bien sûr).

Un biscuit rond à la vanille,un spéculoos rond, un Oréo et une lunette de Romans avec deux trous ronds ça le fait non?

Mais parfois rond a une autre signification et, par exemple aux fêtes de Bayonne, il peut arriver que l’on rencontre, en fin de journée, des gens qui sont ronds comme des queues de pelle!

Si une comparaison entre l’adjectif ‘rond’ et une chose ronde paraît d’une logique implacable, l’important est maintenant de savoir pourquoi ‘rond’, en argot, est synonyme de ‘soûl’. Le mot ‘soûl’[1] est issu du latin ‘satur’ qui voulait dire ‘rassasié’, surtout de nourriture (pensez à ‘saturer’).
Au début du XIIe siècle, l’adjectif s’utilise pour désigner quelqu’un qui a mangé et bu à satiété (comme on le retrouve encore aujourd’hui dans ‘manger ou boire tout son soûl’).
D’ailleurs, Furetière, au XVIIe, indique que ‘soûl’ veut dire « qui a mangé autant ou plus qu’il ne faut pour vivre ».
Quant à l’adjectif ‘rond’, outre son sens premier, il a aussi désigné une personne ayant le ventre bien rebondi du fait d’avoir l’habitude de manger et boire plus qu’il ne faut. Donc une personne qu’on disait aussi ‘soûle’.

Ce n’est qu’à la fin du même siècle que son usage est restreint au sens de ‘ivre’, pour celui qui a bu plus que de raison. (source)
[1]: qui ne vient pas de Mossoul! 

Continuer la lecture
Fermer le menu