Du côté de chez Ma

Le mot proposé par Ma en cette 46ème semaine est “ruines”.

Je vous ai déjà montré de nombreuses ruines et je n’avais pas envie de reprendre les mêmes. J’ai donc choisi cette fois de partager des photos d’un endroit qui se trouve en Albanie et que nous avons visité cette année: le site archéologique de Butrint.

Ville importante à l’époque antique, Butrint a deux histoires: une histoire mythologique et une histoire archéologique. Selon la légende, la cité aurait été fondée par des Troyens fuyant la guerre de Troie. A leur arrivée sur les côtes de l’Epire, pour honorer les Dieux, ils sacrifient un bœuf, qui, seulement blessé, continua à courir jusqu’à tomber mort sur la presqu’ile de Butrint. Voyant ici un bon augure, les Troyens décidèrent de bâtir la cité Buthrotum, « le bœuf blessé ». L’histoire archéologique est évidemment tout autre. Occupé, depuis l’Age du Bronze par différentes tribus, le site prit de l’importance au VIe siècle av. J-C, lorsqu’il devint un centre cultuel avec l’édification d’un temple dédié à Asclépios (Esculape), le Dieu de la médecine. Au IVe siècle av. J-C, Butrint devint un centre administratif de la tribu des Chaoniens et se dote alors d’une agora regroupant les institutions politiques et religieuses. C’est de cette époque que date le théâtre. (source)

Temple d’Asclépios

Porte du lion (un lion mange un bœuf)

Ancienne basilique

Chapelle baptismale

Amphithéâtre

Voilà, je vous laisse méditer sur ces ruines albanaises probablement moins connues que les grecques ou les italiennes mais qui méritent quand même une petite visite…

N’hésitez pas à aller voir chez Ma les autres participations à ce projet.

 

Les murmures des murs

Une petite pause sympathique et reposante avant le défi de Ma demain ça vous dit?

A demain 

La grande lessive (2)

Vous le savez, j’ai l’habitude de faire la dernière grande lessive de l’année vers la mi-novembre, avant les premières gelées.
Le moment est donc venu de voir où nous pouvons, en France, laver notre linge sale pas forcément en famille mais en tout cas à l’ancienne.

Vous avez vos paniers à linge et le savon de Marseille?

Alors il suffit de me suivre 

ici

Il ne restera plus ensuite qu’à s’occuper du séchage pour être dans de beaux draps!

Avouez que ça a quand même plus de charme que ça 

 

Du côté de chez Ma

Cette semaine, le mot proposé par Ma est “mémoire”. Fastoche, il y a plein de commémorations de la grande guerre. Trop facile même, y a qu’à se baisser… Ne voulant pas tomber dans la facilité mais jouer le jeu quand même dans l’esprit du moment j’ai choisi de vous proposer des photos personnelles  d’endroits de mémoire qui m’ont particulièrement touchée.

  • Le Mémorial de Caen

Le mémorial de Caen est un endroit que tout le monde devrait visiter ne fut-ce qu’une fois dans sa vie pour entretenir la mémoire collective, surtout de nos jours où certains la perdent dangereusement!

Ce que j’ai aimé à cet endroit ce sont les témoignages qui nous font prendre conscience que tous les hommes ont le même coeur et que, de l’autre côté aussi, certains souffraient et n’avaient pas choisi de faire la guerre!

  • Un endroit plus confidentiel

Cet endroit se trouve dans l’enceinte d’une chambre d’hôtes où nous sommes allés quelques fois  à Ver-sur-Mer en Normandie. C’est très émouvant de se trouver là et de lire les mots ci-dessus en se remémorant ce qui s’est passé dans la région.

  • Daschau

J’y suis allée, glacée d’horreur en avançant. Le silence était aussi assourdissant que tous les cris qui avaient dû y être poussés. J’ai pris des photos, pour moi, pas pour en faire un article: il faut y aller pour s’en imprégner et un récit reste un récit, ce n’est jamais qu’un travail de mémoire par procuration…ceux qui sont tombés valent mieux que ça!

Voyage, voyage: Corfou, le trône du Kaizer

Non mais vous croyiez vraiment que je n’allais pas commémorer la fin de la grande guerre? Et bien vous vous trompiez parce que cet article m’offre une belle occasion de le faire…à ma manière. Je vous ai récemment emmenés visiter l’Achilleon, palais créé par Sissi mais ensuite racheté par le Kaizer Guillaume II qui avait pris ses quartiers à Corfou (il y a pire comme endroit vous en conviendrez!).

Or, il y a tout juste 100 ans aujourd’hui, dans une petite ville de Belgique francophone,…

…le 9 novembre 1918, l’un des actes les plus importants de la fin de première guerre mondiale a pour théâtre la ville de Spa. Dès septembre 1914, l’armée allemande occupe la ville d’eau. En mars 1918, Guillaume II, chef des armées, y installe son quartier général. Il veut se rapprocher du front ouest et se préparer à une intervention militaire en Allemagne, où la révolution gronde. Jusqu’au bout, il veut croire qu’il peut sauver son empire. Il sera forcé d’abdiquer, au terme d’une journée d’intenses négociations.(source)

Et donc, comme pour lui faire un pied de nez (y a pas de mal à se faire plaisir), je vous invite à me suivre à l’endroit appelé “le trône du Kaizer” sur l’île de Corfou. En réalité il s’agit du belvédère de Pélekas aménagé par Guillaume II qui aimait s’y asseoir. Je ne sais pas si elle date de cette époque mais on y trouve une longue vue gratuite .

Les scènes de combats sont bien présentes dans les médias ces jours-ci et je suis une inconditionnelle du devoir de mémoire ce qui ne m’empêche pas de préférer le soleil (l’ombre vient toujours d’elle-même suffisamment tôt )

Et hop, une nouvelle crise!

Si ça continue je vais perdre la face! Et pourtant est-ce ma faute? Non certainement pas puisque c’est moi la victime de ces crises de paréidolie!

Donc si on considère que je ne suis pas responsable, que ça m’amuse et que, comme je partage volontiers, ça pourrait bien vous faire sourire aussi alors, il est où le problème ?  Et bien il n’y en a pas et c’est très bien ainsi 

Bon alors on va voir si vous êtes aussi dérangé de la ciboulette que moi (c’est pas la peine de s’énerver, je sais bien qu’on dit ciboulot mais j’ai décidé de réagir contre la trop grande place du masculin dans le vocabulaire et de féminiser quand c’est possible, mais, dans ce cas-ci, juste un brin  )

Ce qui serait chouette, ce serait que vous me disiez si vous voyez autre chose que moi, ok? On pourrait ainsi faire avancer la recherche sur cette maladie rare qu’est la “paréidolite aiguë” 

Ne sont-ils pas trognons ces minois vus en plein champ?

Et le petit fantôme souriant, l’auriez-vous repéré au pied de son arbre où il vivait heureux?

Ci-dessous, moi je vois une tête d’animal, un chien peut-être…qui n’a pas l’air bien méchant, c’est le principal.

Je dois vous faire un dessin…ou pas?

La voyez-vous aussi cette belle alanguie qui tend ses jambes au soleil au bord de l’eau?

Et ben mon cochon! J’espère que tu as échappé à la peste porcine 

Mais qui lui a tapé sur le crâne jusqu’à l’aplatir? Il en a les yeux tout tristes et le nez chiffonné (chiffonnez?) …

Bon, d’accord, son copain n’est pas mieux loti (non je n’ai pas parlé de pierre loti(e)!

Ce caribou ne manque pas de piquant(s)!

Tiens, une autre benne qui tire la tête celle-ci.

Le profil de Bart Simpson himself sur la route! 

Le même modèle de benne que le précédent mais au teint olivâtre cette fois…on a dû lui balancer quelques saloperies je pense…

Ce pignon de maison me faisait les yeux doux en battant des cils à chaque fois qu’on passait devant ♥️

Rencontré en chemin, ce pauvre personnage fort cerné m’a fait pitié.

J’ai manifestement pris par surprise les maisons-jumelles ci-dessous: elles en sont restées bouches bées! 

Comment ne pas trembler face aux petits yeux chafouins de cet engin!

Même le gsm/gps nous offre un profil souriant à gros nez! Je crois que la crise s’intensifie et que je suis de plus en plus atteinte. Vite, vite, qu’on trouve l’antidote…ou pas!

Et un dernier “vert” pour la route! Quand je pense que depuis plus de 100 ans tout le monde connait le “Cri” de Munch et que, sans moi, l’oeuvre de la nature ci-dessous serait restée ignorée je me demande ce que font les critiques d’art 

Je rappelle que toutes les photos sont personnelles et je vous donne rendez-vous à la prochaine crise 

Les murmures des murs

Prêts à faire le mur ou plutôt à l’admirer?

Alors on y va!

Si vous avez un peu de temps, et que le sujet vous intéresse, je vous propose de vous installer confortablement et d’écouter cette interview sur le street art.

Du côté de chez Ma

Bizarre l’idée de Ma de choisir de nous demander d’illustrer le mot “bizarre” dans le cadre de son projet 52.

Dans la définition du mot, on trouve, entre autres, “ce qui est inhabituel”. Du coup j’ai repensé à cet instrument de musique inhabituel découvert dans un château à Wernigerode (Allemagne).

Il s’agit du Gubal, encore jamais rencontré dans mon coin de Belgique.

Ce que ça produit comme sons? Ecoutez, c’est assez zen je trouve et tout ça avec le même instrument à caresser, faire gémir du bout des doigts.

A la semaine prochaine pour une autre illustration suggérée par Ma.

Voyage, voyage: Corfou, l’Achilleon

L’Achilleon est un palais situé sur l’île grecque de Corfou.
Construit à la fin du 19ème siècle en l’honneur du héros homérique Achille par l’impératrice Élisabeth d’Autriche-Hongrie (plus connue sous le surnom de « Sissi »), il est racheté par le Kaiser Guillaume II d’Allemagne en 1907 puis occupé par les troupes françaises et serbes, qui en font un hôpital militaire, pendant la Première Guerre mondiale.
De nos jours, l’Achilleon est un musée où le fantôme de Sissi est bien présent.

Je vous invite à me suivre pour cette visite incontournable de tout séjour sur l’île de Corfou en cliquant

ici

Le Kaiser Guillaume souhaitait pouvoir accéder à la mer depuis l’Achilleon sans devoir traverser la route. Il fit donc construire un ouvrage appelé “Kaizer’s bridge” (le pont de l’empereur).
De nos jours, la partie qui passait au-dessus de la route a été démolie pour laisser passer les véhicules de grand gabarit mais tout le reste est toujours visible.

Ainsi se termine la découverte de l’Achilleon et du chemin le reliant à la mer. Vous vous doutez bien sûr que d’autres photos de Corfou suivront… On ne va pas s’arrêter en si bon chemin 

Invitation à entrer

Comme vous le savez je me balade souvent le nez en l’air ce qui me permet de voir de jolies garnitures sur les toits mais pas que…

Particulièrement en Allemagne, les commerçants placent de jolies enseignes pour attirer le regard des passants et, qui sait, en faire des clients potentiels 

Celles que je vous montre ci-dessous se trouvent toutes en Bavière, une bien belle région où je ne manquerai pas de vous emmener à nouveau dans le futur.