Du côté de chez Ma

Comme tous les samedis j’essaye de relever le défi de Ma en illustrant par  une photo personnelle le mot qui est proposé.

Cette semaine, le mot à illustrer est “chiffre(s)“.

Ce que je vous propose ce n’est pas un, pas deux, pas trois mais toute une maison de chiffres 😊

C’est un jeu qui avait été offert à mes enfants et qui peut maintenant être utilisé par mes petits-enfants. Personnellement, j’aime beaucoup passer ce genre de relais entre générations.

NB: Pour ceux qui l’ignoraient encore, je suis Belge et chez nous il est habituel de voir des inscriptions dans deux de nos trois langues nationales (la troisième langue étant l’allemand).

Pour terminer, je vous invite vivement à passer chez Ma voir comment les autres participant(e)s ont illustré le même mot.

Bon week-end

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Ted Nomad, mon coup de 💖

Pour terminer le partage de mes photos de Street Art City, j’ai souhaité donner une place de choix à un artiste qui a su m’émouvoir. Ses visages terriblement expressifs m’ont touchée plus encore que les œuvres des autres artistes. Ça ne s’explique pas, c’est comme ça et peut-être ne partagerez-vous pas mon sentiment mais au moins vous saurez que cette personne existe et c’est le principal.

Comme il le dit “Juste exister en exultant une puissante étincelle de vie dans chaque portrait qui s’offre au spectateur. Les regards se croisent, s’épousent ou se fuient, bouleversant les émotions les plus profondes”.

Ted Nomad est né sur la route…

Sa peinture est instinctive, jetée comme une nécessité, une urgence.
Il puise son inspiration dans ses émotions et recentre le regard de l’être humain avec force et réactivité face aux phénomènes sociétaux qui l’interpellent.
Figures anonymes ou célèbres naissent de ses pochoirs au gré de ses rencontres.
En exigence de précision, il affine, il peaufine. Chaque pochoir est minutieusement « sculpté », découpé dans le vif du papier, destiné à ne vivre qu’une seule fois malgré les heures de travail, la peinture est appliquée à la bombe aérosol.

Ted Nomad a toujours dessiné, sans début ni fin, le dessin est son mode d’expression essentiel depuis ses souvenirs les plus lointains. (source)

Plus que jamais j’ai trouvé la présentation Sway adaptée à ce que je souhaitais dans le sens où elle permet de cliquer sur chaque photo pour la voir en plein écran 🧐 .

Dites-moi votre ressenti. Vous a-t-il touché également ou pas du tout? Que pensez-vous de la technique des portraits que j’appelle “à livre ouvert”?

J’attends vos commentaires…

Continuer la lecture Ted Nomad, mon coup de 💖

Brick a book 381 ✍🏻

Si vous êtes un(e) habitué(e) de mon blog vous savez que le lundi je participe avec plaisir à l’atelier d’écriture proposé par Alexandra du blog Brick a book.

Le principe est on ne peut plus simple puisqu’il suffit de s’imprégner de la photo proposée avant de laisser nos doigts courir librement sur le clavier. Même pas besoin de tremper notre plume dans l’encrier…Simple non ?

©David Shoykhet

J’étais tombée par hasard  sur cette ancienne photo en noir et blanc en triant de vieux papiers jetés dans une boîte à chaussures. Une bouffée de nostalgie m’envahit à ce moment, c’était si vieux tout ça.

J’avais dix-sept, dix-huit ans à peine et c’était mon premier rendez-vous. 

Tu m’avais invitée au restaurant pour fêter la Saint-Valentin et j’étais intimidée en t’attendant. J’aurais préféré que tu viennes me chercher chez moi et que nous entrions ensemble dans la grande salle mais je ne sais plus pourquoi tu avais souhaité que nous nous retrouvions sur place.

Un serveur condescendant m’avait emmenée vers la table où se trouvait un petit carton noir marqué “Réservé”.

Je ne savais comment me donner une contenance et tout ce qui me venait à l’esprit en regardant les pauvres tulipes dans leur vase c’était que dès demain, ou après au plus tard, elles se courberaient vers le bas.

Mais là elles étaient droites et raides, comme moi, assise sur le bord de la chaise, mal à l’aise et guettant nerveusement tous les mouvements de la porte d’entrée. 

Le serveur m’avait proposé un apéritif que j’avais évidemment refusé. Mes parents m’avaient fait tellement de recommandations pour cette première sortie sans eux…

Tu étais enfin arrivé, l’appareil photo en main comme presque toujours et c’est toi  qui avait immortalisé sur le papier mon attitude de petite fille un peu perdue, ne se sentant pas tout à fait à sa place.

Je ne me souviens plus de la suite ni de ce que nous avions mangé et bu mais tu m’avais raccompagnée en me tenant par les épaules. Je suis certaine que si tu m’avais à nouveau photographiée après ton baiser devant la porte, la photo aurait été riche en couleurs.

Comme chaque lundi, je vous invite vivement à aller lire sur le blog Brick a book, les autres textes nés au départ de la même photo.

Je vous souhaite une très belle semaine 😊.

Continuer la lecture Brick a book 381 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Comme tous les samedis j’essaye de relever le défi de Ma en illustrant par une photo personnelle le mot proposé.

Cette semaine le mot est “barrière“.

Pas besoin de chercher longtemps je sais exactement quelle photo de barrière je préfère dans ma photothèque. C’est une photo d’archives qui a été prise en Bretagne mais elle aurait pu être prise en bien d’autres endroits ressemblants.

Je vous montre…

Si vous l’ignorez, il s’agit de ce que l’on appelle une ganivelle ou “barrière girondine”. Elle est formée par l’assemblage de lattes verticales, séparées les unes des autres par un espace dont la largeur détermine la “perméabilité” de la barrière, et assemblées par des tours de fils de fer galvanisé.

Cette ganivelle, souvent utilisée sur les plages ou les chemins du littoral, suffit à provoquer une forte diminution de la vitesse du vent et la chute de matières transportées tel que le sable.
Elle est souvent réalisée à partir de châtaigner qui est un bois très dur.

Je vous invite à ouvrir la barrière pour vous rendre chez Ma afin d’y voir les photos de barrières proposées par les autres participant(e)s.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Les cris des murs (3)

Voici le troisième et dernier article regroupant mes photos de Street Art City, parfois justement appelée “Villa Médicis de l’art urbain”. Il sera moins dense et moins cohérent que les deux premiers mais j’y ai placé ce qui a accroché mon regard. 

Pour commencer, je partage des photos d’oeuvres diverses faisant l’objet d’une exposition d’artistes de Street Art qui ont exercé leur talent sur des supports mobiles mis en vente.

Vous reconnaîtrez peut-être au passage des styles déjà rencontrés en extérieur ou dans l’Hôtel 128.

La toile suivante, “Abbut”, est de l’artiste Grec Simple G. Elle est entièrement réalisée par un nombre impressionnant de  traits de marqueurs sur la toile pour aboutir à ce photoréalisme. Vous avez déjà vu son style dans la chambre “Welcome to my house” dans l’hôtel 128 (article précédent).

Je termine cette expo par le coin consacré à Kelkin dont j’ai déjà dit tout le bien que je pensais.

Pour suivre, nous avons eu droit à une exposition de Zeso qui a revisité à sa manière, le thème de la nature morte  Pour vous le situer, c’est lui qui a réalisé la fresque géante d’Alice à l’extérieur.

Dans les quelques photos de natures mortes présentées, je trouve que la dernière est très parlante et illustre plutôt bien le terme de “nature qui se meurt”, comme le dit l’artiste, hélas…

Pour davantage de détails sur Zeso et les natures mortes proposées, vous pouvez cliquer ici.

Comme je ne tiens pas à vous assommer par trop de photos en une fois, je parlerai prochainement de Ted Nomad (mon coup de coeur) dans un article qui lui sera réservé.

Je suis consciente qu’on peut aimer ou pas ce travail. Certes, je n’apprécie pas tout avec la même intensité mais je garde un souvenir émerveillé de ma visite à Street Art City en regard du travail exceptionnel réalisé par les artistes qui y ont mis leur âme.

Continuer la lecture Les cris des murs (3)

Brick a book 380 ✍🏻

Le lundi c’est jour de rendez-vous sur le blog Brick a book. Le principe? Alexandra nous propose une photo et nous laissons courir nos doigts sur le clavier pour écrire l’histoire qu’elle nous inspire. Mes mots sont sous la photo de la semaine, ci-dessous.

©Jeff Trierweiler

J’hésitais… Le message reçu précisait bien d’accrocher un ballon rouge à la portière droite de la voiture.

C’était le signe de reconnaissance apparemment. Pourquoi un ballon rouge? Va savoir. Peut-être un frustré qui chantonnait comme Lama “je n’ai pas eu de ballon rouge”? Bref, tout ça me semblait un peu bizarre mais en même temps ça titillait ma curiosité.

Je nous avais inscrits, mon frère et moi, à un rassemblement de jeunes pour faire la fête. Le message posté sur Facebook était clair: à 19h à l’entrée du bois…avec un ballon rouge bien visible pour que le guetteur nous guide ensuite.

Ce ballon je le caressais du bout des doigts, j’aimais ce contact mais en même temps je me demandais si c’était raisonnable d’aller ainsi vers l’inconnu. Certes, c’était grisant ce côté un peu mystérieux. Peut-être y retrouverais-je des amies ou y ferais-je de nouvelles connaissances. C’est ce qui m’avait excitée au départ et ce qui m’avait donné suffisamment d’arguments pour convaincre mon frère de m’accompagner. Mais plus je réfléchissais plus je m’agitais sur mon siège. Après tout je ne connaissais pas la personne qui avait lancé cette idée et c’est surtout par défi que j’avais dit “on y va”.

La voiture qui nous précédait arborait le même ballon mais j’hésitais de plus en plus au point que mes doigts commençaient à se crisper sur le plastique rouge. Une drôle d’impression m’envahissait.

Tout à coup, mue par je ne sais quelle impulsion, alors que nous approchions du lieu de rendez-vous, mon ongle creva la baudruche tandis que je disais à mon frère de continuer son chemin, sans s’arrêter.

C’est sûr que la lumière des gyrophares aperçus un peu plus loin sur la route y était pour quelque chose 😉.

Cette fête organisée sans autorisation n’avait pas plu au voisinage et la police était intervenue pour disperser les jeunes après  avoir relevé leur identité, probablement pour avertir les parents des mineurs d’âge.

Je ne saurais donc pas si j’aurais aimé ou non l’expérience dont le goût de défendu m’avait fait rêver pendant huit jours. En tout cas, je n’avais nulle envie de renouveler l’expérience  Mais peut-être est-ce cela qu’on appelle  “rêve parti”…

Pour lire les autres histoires très différentes inspirées par la même photo, je vous invite à vous rendre sur  Brick a book.

Et si l’exercice vous tente, pourquoi ne pas proposer également votre texte? 😊

Continuer la lecture Brick a book 380 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi, Ma nous invite à illustrer par une ou plusieurs photos personnelles le thème de la semaine.

Cette semaine le thème est “Au musée”.

Difficile de faire un choix parmi mes photos pour illustrer ce thème. Mais comme je n’ai pas envie de vous entraîner à l’intérieur d’un musée, j’ai choisi, après réflexion, de vous emmener à Stuttgart voir le bâtiment d’un musée peu conventionnel: le musée Porsche. 

Et puisqu’on est à Stuttgart, je vous propose d’admirer également un autre musée: La Neue Staatsgalerie qui est un musée d’art dessiné par le britannique (écossais) James Stirling.

Si Stuttgart vous attire, je vous rappelle mon article sur cette ville.

Mais comme vous savez que j’aime sourire, je ne résiste pas à partager aussi cette photo qui démontre que tout le monde n’est pas forcément intéressé par ce qui est exposé dans les musées… 😉

Pour rire également parce que vous savez qu’en Belgique rien, ou si peu, ne nous arrête, je vous invite également à visiter virtuellement le “Musée du slip“. Je n’ai pas de photo personnelle à vous montrer ne l’ayant jamais visité moi-même en vrai 😊.

Je vous souhaite de passer un très bon week-end juste après être passé chez Ma voir les autres illustrations de ce thème.

NB: si vous souhaitez voir d’autres musées sur mon blog, il suffit d’un simple clic sur l’étiquette “Musée” dans le nuage d’étiquettes de la colonne de droite (sur portable ou tablette, il faut choisir l’option “affichage ordinateur” pour afficher cette colonne😉).

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Jean-Michel Folon (2)

Il y a un peu plus de 4 ans, je vous présentais quelques oeuvres que j’avais eu le plaisir d’admirer à la Fondation Folon à la Hulpe (si vous avez oublié, cliquez ici).

Ayant récemment été voir une très belle exposition de photos, j’ai été fortement attirée par un cliché représentant un vitrail dessiné par Folon. Aussitôt dit aussitôt fait, l’église de Waha, où se trouve l’original, n’étant qu’à une cinquantaine de kilomètres, nous nous y sommes rendus. La découverte de cet endroit, si proche et pourtant méconnu, a été plus qu’agréable et m’a donné envie de vous le faire découvrir également à travers mes quelques photos.

L’église et ses abords

Pas vraiment le genre de bâtiment qui me donne envie de m’y arrêter en passant si je n’ai pas de motif précis..
Et pourtant…

 

L’endroit est charmant et la découverte des magnifiques vitraux dont est dotée cette église a été un très bon moment.

Si vous voulez tomber sous le charme également, si vous appréciez le travail de Folon en général ou si vous êtes tout simplement curieux, je vous invite à cliquer ci-dessous et je pense que vous ne serez pas déçus 😊.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire suite à cette visite…

Continuer la lecture Jean-Michel Folon (2)

Les cris des murs (2)

Après vous avoir baladés sur le site de Street Art City, je vous propose maintenant de visiter l’Hôtel 128. Il y a tant à voir et j’avais tellement envie de m’imprégner de plusieurs ambiances différentes que je n’ai pas pu tout voir en une visite. C’est littéralement étourdissant comme expérience. Parfois on aime et on voudrait prendre le temps mais certaines portes ont été refermées à peine entrouvertes. Question de goût personnel… Ce véritable hôtel hébergeait le personnel de France Telecom qui venait en formation de plusieurs jours à cet endroit avant qu’il ne soit abandonné.

Voilà la présentation faite sur le site internet:

Dès l’entrée le ton est donné, la couleur dominera.

Je vous propose de me suivre dans quelques chambres. Notez bien que ceci est une proposition honnête 😉 (je précise pour les quelques malotrus qui me font le plaisir de passer parfois par ici, ils se reconnaîtront 😊) . Les informations que j’ai notées proviennent des panneaux explicatifs présents à l’entrée de chacune d’elles.

Pour compléter la visite, je consacrerai un troisième et dernier article sur le sujet aux œuvres exposées dans les galeries intérieures tout en réservant une place de choix aux créations de Ted Nomad.

A bientôt

Continuer la lecture Les cris des murs (2)

Brick a book 379 ✍🏻

Chaque lundi je m’essaie à l’exercice proposé sur Brick a book, à savoir imaginer une histoire au départ d’une photo.

Cette semaine il s’agit de la photo ci-dessous et elle est suivie des mots qu’elle m’a inspirés.

©Connor Houtman

Il faisait noir, très noir comme si la lune était partie loin, très loin sans se retourner. J’étais fatigué d’avoir marché tellement, dans tous les sens en te cherchant. En levant les yeux je vis ces quatre chiffres qui brillaient dans le noir comme une invite.

“1989”, l’année de réunification des deux parties de l’Allemagne. C’était bon signe. Non que toi ou moi sois allemand mais, dans l’état où j’étais, me rappeler d’une réunification ne pouvait qu’être positif.

Et puis ils étaient bien éclairés en vert ces chiffres, n’était-ce pas la couleur de l’espoir? Par un raccourci osé mon esprit traduisit cela par “l’espoir d’une réunification”…pour notre couple.

Tu étais partie en claquant la porte, pleine de colère à mon encontre. Nous nous disputions souvent mais jamais encore tu n’étais partie comme ça.

Après avoir contacté tous nos amis et ta famille malgré l’heure tardive, l’angoisse m’avait laissé pantelant. Il fallait que je bouge, que je parte à ta recherche. Je ne pouvais pas rester à rien faire dans cette maison vide, tellement vide sans toi.

J’ai parcouru les rues en m’éloignant de plus en plus du quartier où nous vivions jusqu’à tomber en arrêt devant ces signes d’espoir tout là-haut.

Je sais bien que je m’accrochais à un fétu de paille mais la raison avait déserté mon esprit pour l’emplir du manque de toi.

La nuit qui s’achevait doucement me vit chanceler, ivre de fatigue et de chagrin.  Dans ma tête, la raison me soufflait de faire demi-tour et ces chiffres, devenus moins visibles au lever du jour, semblaient là, juste pour moi, à me dire que toi aussi tu avais fait demi-tour…peut-être…

Pour que l’exercice soit complet, je vous invite à aller voir sur Brick a book les mots des autres participant(e)s et je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lecture Brick a book 379 ✍🏻