Du côté de chez Ma

Le samedi Ma nous propose d’illustrer un mot en photo(s) et aujourd’hui c’est le mot bulle(s).

Je me souviens que j’ai déjà illustré ce mot chez Ma il y a environ un an et demi. Ce serait bien de trouver d’autres illustrations…🤔

Heureusement que ma petite-fille est mélomane et m’a prêté son livre musical.

 Je vous invite à cliquer ci-dessous pour écouter ces notes légères comme des bulles.

J’avais déjà préparé mon article quand j’ai pensé à d’autres bulles, par exemple celles du papier-bulle qu’on a tellement de plaisir à faire éclater entre ses doigts 😄.

Et puis lors de notre randonnée de l’après-midi j’ai rencontré ces énormes bulles à verre bien connues en Belgique.

Et j’ai vu, pour la première fois, une  protection de piscine qui ressemblait à une grosse bulle…

Et vous, que connaissez-vous comme bulles à part celles du champagne? Moi je file chez Ma voir ce que les autres participant(e)s on trouvé, vous me suivez?

Continuer la lecture
La Baraque Michel (B)

Malgré son nom, ce n’est ni la maison de la mère Michel qui avait perdu son chat ni celle de notre ex-premier ministre, Charles Michel, devenu président du Conseil européen depuis fin 2019. Il s’agit d’un lieu-dit situé dans la région des Hautes-Fagnes dans l’est de la Belgique.

Ce sont de vastes étendues (4.500 hectares en Belgique) de tourbières, de landes et de forêts qui présentent une flore et une faune assez exceptionnelles liées au climat froid et humide.(Wikipedia)

C’est l’endroit où on aime se balader surtout en hiver et où, si la neige est présente (ce qui n’est pas encore le cas cette année), on peut pratiquer divers sports de glisse.

Par une belle et froide journée, c’est là que nous sommes allés nous oxygéner hier et je vous invite à nous accompagner dans cette balade vivifiante.

Molinie: nom commun désignant des plantes des sols humides. 

Le givre a orné les alentours de milliers de cristaux brillants de mille feux.

C’est vraiment un endroit étonnant de mon pays et je vous invite vivement à le découvrir si ce n’est déjà fait 👍

 

Continuer la lecture
Platani: une curiosité Turque sur l’île de Kos

Un peu d’histoire-géo pour commencer

Le village de Platani, sur l’île de Kos, se trouve à mi-chemin entre la ville de Kos et le site d’Asclépion que je vous ferai peut-être visiter plus tard.
Le nom Platani est dû au grand platane 🌳 situé sur la place centrale du village, malin 😉
Auparavant, Platani se nommait Kermetés parce qu’il avait été peuplé par des forçats déportés de Keramos en Asie Mineure (aujourd’hui en Anatolie turque). Mais, en 1974, après l’invasion de la partie nord de Chypre par les Turcs, les autorités grecques ont décidé de remplacer le nom turc du village par Platani (les infos proviennent de ce site).

Pourquoi ça m’a intéressée

La particularité de ce village, de moins de 2000 habitants, est d’avoir  une importante minorité turque (environ 50 familles) et, de là, une mosquée, les meilleurs restaurants de spécialités turques mais surtout un étonnant cimetière musulman avec des pierres tombales particulières.

Vous le savez, je suis un peu taphophile et je me précipite où je sais trouver des pierres tombales spéciales et là, je n’ai pas été déçue 👍

La mosquée

Le cimetière

Stèles récentes
Stèles à turban
Un joyeux fouillis

Suivant cette source, la plupart des stèles contiennent les indications suivantes :

  • une invocation à Dieu ou plus rarement une lamentation ;
  • les qualités du mort ou du chef de famille si le défunt est le proche d’une personnalité importante ;
  • le nom et titre du défunt
  • l’invitation à prononcer la Fatiha ( 1ère sourate du Coran) en son nom
  • la date de sa mort.

C’est quand même plus joli les stèles ouvragées que ces tombes « modernes » du même endroit je trouve…

Et vous, allez-vous parfois promener votre regard dans les cimetières? 💀

Continuer la lecture
Brick a book 356 ✍🏻

Le lundi c’est mon petit plaisir « prise de tête » puisque je m’efforce de pondre un texte au départ de la photo proposée sur le blog Brick a book, souvent le samedi, ce qui nous laisse très peu de temps pour y réfléchir…

Pour ce lundi, c’est la photo ci-dessous qui est proposée.

© Austrian National Library
     

Les cameramen de TV8 avaient insisté pour venir me filmer dans ma salle de cours. J’étais depuis plus de vingt ans professeure de solfège à l’Académie de la ville. J’avais aidé des centaines de jeunes à décoder des partitions de plus en plus compliquées. Beaucoup avaient abandonné, pensant que la musique n’était qu’amusement sans effort. Les plus motivés avaient persévéré pour leur bonheur et le mien.

L’un d’entre eux avait acquis une belle renommée comme premier violon dans un orchestre symphonique et, comme il avait été mon élève, j’avais paraît-il ma place dans le reportage qui lui serait consacré par la toute jeune chaîne de télévision.

J’étais mal à l’aise devant les caméras. A mon âge et vu mon célibat endurci, je n’avais pas l’habitude d’être ainsi observée sous tous les angles. Encore heureux que le film ne soit pas en couleurs parce que je ne m’habillais que de couleurs sombres qui n’auraient probablement pas convenu au projet. J’apparaissais comme une personne insignifiante et terne, un peu démodée, comme je le souhaitais, ne cherchant à attirer l’attention sur moi à aucun prix.

Les hommes qui me filmaient m’avaient demandé de parler de manière naturelle de mon ancien élève, selon mon bon vouloir…c’était bien ça le problème. Autant j’avais l’habitude de mener ma classe de main de maître, autant parler seule, pour être « mise en boîte » comme ils disaient, me paralysait.

J’avais empoigné un livre de partitions pour me donner une contenance et je me cachais derrière mes lunettes de myope tandis que mes jambes flageolantes me faisaient tomber dans les bras de ce fauteuil bienvenu.

Après plusieurs prises non concluantes, les cameramen perdirent patience et me dirent qu’ils allaient voir avec le régisseur s’ils devaient persévérer ou me laisser dans l’ombre où je me plaisais tellement qu’il semblait vain d’espérer m’en faire sortir!

Pour voir les autres histoires inspirées par cette photo, je vous invite à aller chez Brick a book, vous ne serez pas déçu(e) 👍

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Le samedi on joue avec Ma et on essaye d’illustrer en photo(s) le mot proposé et cette semaine c’est le mot motif.

J’ai décidé de participer en continuité avec le mot début de la semaine passée. Vous vous souvenez de mon début de tricot abandonné sans suite? Et bien cette semaine je vous offre un motif que j’ai réalisé jusqu’au bout cette fois 😉 J’espère ainsi redorer mon blason…

Ce clin d’oeil étant fait, passons aux choses sérieuses et consultons Wikipédia qui nous apprend que « en art graphique ou décoratif, mode ou peinture, un motif est une répétition de forme bien définie« .

Je vous propose de découvrir cette photo de motif vu au Maroc …

… et celle-ci-dessous à l’Alhambra de Grenade

 

Je vous invite maintenant à passer voir chez Ma quels sont les motifs des autres participant(e)s et je vous souhaite un

Continuer la lecture
Rions un peu…

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais, dans la vie de tous les jours, je m’efforce de faire comme Beaumarchais et de me presser de rire de tout de peur d’être obligée d’en pleurer. 
Et donc j’observe le monde qui m’entoure et je  lui trouve parfois un côté absurde qui me ravit. Même si je me demande à quoi pensaient les initiateurs ou si vraiment on nous prend pour des cons…

Je vous montre?

Et là je me dis « Purée! ça fait des années que je crois me laver avec une crème de douche qui n’était probablement pas nettoyante puisque sur celle-ci ils l’écrivent! »

En voyant ce panneau d’environ 60 cm de haut, je me suis dit que j’avais enfin trouvé la cachette des nains  de de Blanche-Neige!

Si ça c’est un PC de 2008, je me demande ce que j’ai parce que mon PC a beaucoup moins d’allure que ça! 😂

En voyant cet avocat au JT je me suis dit que son choix d’études avait été bon. Imaginez un peu qu’avec son nom il ait rêvé de devenir pompier 🙄

Vu au menu d’un restaurant près de chez moi… le pavé de beauf en croûte! Encore que, comme m’a dit un copain, c’est peut-être plus digeste que le connard laqué…

Je viens d’apprendre que, pour le bien-être de notre planète, la Belgique attribue un label bio à certaines voitures 🙃

Récemment je consultais les petites annonces du boulot…… et je me suis demandé ce qu’on appelait « Prix de ventre »? Peut-être des bijoux de nombril… 🤨

Si ça vous a fait au moins sourire, alors, faites comme moi trouvez le côté drôle des choses et n’oubliez jamais que 

« La plus perdue de toutes les journées est celle où on n’a pas ri  »
(Chamfort mais pas Alain 😄)

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Munich (2)

Il y a 6 mois déjà que je vous emmenais pour la première fois à Munich. Je vous ai également déjà parlé de la vague de surf du jardin anglais. Il est temps à présent de poursuivre notre découverte .

Le nom de la ville provient du vieux haut-allemand Munichen («par les moines»), en raison de la présence d’un monastère bénédictin à l’emplacement actuel de la vieille ville. On peut le voir sur les armes de la ville à l’entrée de l’Hôtel de ville.

Munich est caractérisée de « ville très agréable à vivre » Les critères retenus dans l’enquête de Monocle sont la sécurité, la « connectivité » internationale, le climat, l’architecture, les transports publics, la tolérance des habitants, l’accès à la nature, l’aménagement urbain, le marché du travail, les politiques de développements et les soins médicaux.

Je vous propose de poursuivre notre balade à la rencontre de bâtiments anciens ou très modernes, d’œuvres en plein air, de statues, bref, de quoi appréhender l’ambiance générale de l’endroit.

Bon, vous l’avez bien méritée cette bière blanche bavaroise pour vous désaltérer après tout ça.

Et, comme on dit là-bas, «Prosit» (Du latin prosit (« que cela vous soit salutaire, à votre santé ») de prosum (« être bon, salutaire, efficace »)).

Continuer la lecture
Brick a book 355 ✍🏻
     

C’est lundi et le lundi on écrit ce qui nous est soufflé par la photo proposée sur le blog Brik a book.
C’est la photo ci-dessous, sans contrainte, qui doit guider notre imagination cette semaine.

 

© The New York Public Library

J’avais retrouvé, dans une vieille boîte à chaussures, cette photo de mes arrières-grands-parents. Ma mère m’en avait parlé il y a bien longtemps et  leur histoire  était restée gravée dans ma mémoire.

C’était étrange à notre époque de voir une photo sans couleur. Parfois, je voyais de magnifiques portraits bien contrastés dans des livres de photographie mais là c’était différent, plus pâle et gris, très gris. Lui portait ses habits de tous les jours mais elle semblait avoir fait un effort d’élégance. Il avait enlevé ses lunettes, tout à fait inutiles pour regarder par-dessus l’épaule de sa femme.

Elle, au contraire en portait alors que d’habitude elle n’en avait pas vraiment besoin. On la sentait appliquée à écrire, pour un peu elle aurait tiré un bout de langue. Elle avait posé une planche  sur ses genoux pour supporter les feuilles de papier.

Le courrier leur avait été porté la veille mais lui ne savait pas lire, contrairement à elle. Elle avait tremblé en voyant le nom de l’étude de l’expéditeur soigneusement calligraphié sur l’enveloppe en redoutant on ne sait quels ennuis. Elle avait déchiffré maladroitement les mots tracés à la plume sur les trois feuilles que contenait la grande enveloppe. Ils s’étaient ensuite regardés, ahuris de la nouvelle: un notaire d’un état voisin les informait qu’ils allaient hériter de la ferme d’un oncle qu’ils connaissaient à peine mais dont ils étaient les seuls parents vivants.

L’étonnement puis la joie et enfin le questionnement les submergèrent tour à tour: ils n’avaient jamais compté que sur eux-même pour s’en sortir et, même si cette manne serait la bienvenue, ils ne savaient pas où se trouvait cette ferme et ce qu’ils allaient bien pouvoir en faire, n’étant pas fermiers eux-mêmes…

L’urgence était de se manifester auprès du notaire pour ne pas laisser passer l’occasion. Elle dut chercher pour mettre la main sur le beau porte-plume qu’elle avait reçu pour sa communion mais qu’elle n’avait jamais osé utiliser de peur de l’abîmer entre ses mains endurcies par le travail et devenues malhabiles à l’écriture. Mais cette fois elle avait décidé de se lancer, elle n’allait quand même pas écrire au notaire avec son vieux crayon à l’aniline!

Quant à la ferme, on verrait bien ce qu’on en ferait mais, dans leur situation, il n’était pas question de refuser un cadeau pareil!

Voilà, c’est ce que j’ai lu dans cette photo mais elle aura certainement inspiré des histoires très différentes aux autres participant(e)s. Je vous invite à aller voir par vous-même sur le blog Brick a book.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi j’essaye de participer au défi photographique de Ma mais le thème de cette semaine ne m’inspire pas du tout. Il s’agit d’illustrer le mot début.

Rien à faire, les idées ne venaient pas, pas le début d’une piste…

Et puis, quand même, à force de chercher, je me suis souvenue de ce début de pull datant de quelques années qui est resté un vrai début puisque je l’ai laissé en l’état depuis…longtemps 🤭

La vie est pleine de surprises puisque voilà que ce début peut servir à quelque chose 👍. Heureusement que je n’ai pas récupéré la laine pour autre chose…

Bon, je vous le montre, même si je n’en suis pas fière, vous comprendrez pourquoi je n’ai pas continué après ce début non prometteur  😂

Séquence nostalgie avec cette chanson du groupe « Début de soirée » avant d’aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré le thème.

Continuer la lecture
Toi, toit mon toit

Si je vous propose de regarder en l’air en ce début d’année, ça vous dit? Pas de thème particulier mais un pot-pourri de garnitures de toit pour tous les goûts. Prêt? C’est parti…

J’espère que cette balade sur les toits vous a plu autant qu’à moi 😊

Continuer la lecture
Fermer le menu