Le Sahara…en Belgique!

Vous me connaissez, je suis curieuse. Il aura donc suffit de l’évocation, à la télé, d’un coin du nord-est de la Belgique dont je n’avais jamais entendu parler pour que, quelques jours plus tard, nous décidions d’aller voir par nous -mêmes.

Nous voilà donc partis vers le Limbourg (une des 10 provinces qui constituent la Belgique) et en particulier vers la commune campinoise de Lommel (voir carte de Belgique ci-dessous).

©Wikipedia

Un passage par le bureau du tourisme pour nous procurer quelques infos, en profiter pour admirer l’étonnante Maison de verre en nous promettant d’y revenir plus tard et nous voilà parti vers le Sahara!

La Maison de verre

Bien que cela semble étrange, cette réserve naturelle protégée doit son apparition à… la pollution. Sous l’effet des émanations de l’ancienne usine de zinc, toute la végétation s’est réduite comme une peau de chagrin, jusqu’à disparaître totalement. Le résultat : un paysage aride, recouvert de sable blanc. Des arbres ont ensuite été plantés il y a très longtemps pour constituer un nouveau bois et éviter ainsi que l’ensablement ne se poursuive. C’est ce qui a donné cette réserve naturelle, aussi belle qu’exceptionnelle.(source)

Si vous êtes d’accord de découvrir aussi cet endroit de Belgique assez étonnant, je vous y emmène ci-dessous via mes photos:

Il faisait très beau quand j’y suis allée, pas question de neige et mais ça ne m’a pas empêchée de vous proposer d’écouter cette chanson très douce d’Anggun pour terminer ce billet.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Le mot que nous devons illustrer aujourd’hui chez Ma est le très beau mot « Liberté ». Au-delà du poème d’Eluard, il y a beaucoup d’illustrations de liberté. A commencer par la liberté de ton que nous utilisons sur nos blogs ou la liberté de penser chère à Florent Pagny, et il n’est pas le seul.

Mais j’ai une autre découverte à partager pour illustrer ce mot. Au mois de mai dernier, je suis allée sur l’île de Kos et on m’avait dit qu’il fallait absolument aller dans la forêt de Plaka près de l’aéroport pour y voir les paons en liberté.

Voici une photo prise à cet endroit

C’est vraiment un chouette moment de détente que nous avons passé à cet endroit libre d’accès, en plein bois et apparemment pas trop connu puisque ce n’est pas l’affluence de touristes mais plutôt de personnes très calmes qui viennent se reposer, se ressourcer en regardant les paons mais aussi de nombreux chats qui vivent là en totale liberté avec des bénévoles qui leur apportent à manger chaque jour. (clic pour agrandir les miniatures)

Si vous souhaitez mieux découvrir les paons de Plaka, je vous invite à regarder le montage ci-dessous, réalisé à partir de mes photos…

Je vous souhaite un excellent week-end avec une météo redevenue plus supportable mais surtout n’oubliez pas d’aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré le mot liberté.

Continuer la lecture
Découverte: les fontaines de Verviers (B)

Je vous ai déjà emmenés à ma suite pour découvrir le street art à Verviers, pour rappel, l’article se trouve ici. Mais bien sûr cette ville a d’autres curiosités à nous proposer et je vous invite à me suivre à nouveau si vous le voulez bien dans cette ancienne cité lainière de la province de Liège.

À l’ère industrielle (du 18ème au début du 20ème siècle), elle fut un centre important de production lainière connu et reconnu mondialement pour ses innovations technologiques. Aujourd’hui, elle porte le titre de Capitale wallonne de l’eau accordé par la Région wallonne, qui en a fait son pôle de l’or bleu. Elle accueille notamment les administrations wallonne chargées de l’eau. Verviers est aussi embellie de nombreuses fontaines qui honorent ce titre.(source)

Si vous voulez situer Verviers, c’est facile, voici toutes les infos 

Trêve de plaisanterie, si vous ne craignez pas d’être éclaboussés, je vous invite à la découverte de quelques fontaines verviétoises en cliquant juste

ici

Pour rappel les mots soulignés sont, en général, des liens qui vous en apprendront davantage.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous propose d’illustrer par nos photos le mot nature. Le thème est vaste et la nature est si belle et si variée…

Que choisir? Des fleurs? Des arbres? Des animaux?… Trop banal et puis j’aime bien surprendre. Et si je vous parlais d’un endroit incroyable découvert récemment sur l’île de Kos où j’ai eu vraiment très, très chaud?  Il s’agit de la source chaude située à Agios Fokas, à 13 km seulement de la ville de Kos.

La source jaillit naturellement d’une grotte et s’écoule dans un bassin artificiel aménagé avec des rochers chaque année au mois d’avril. Il change donc à chaque fois d’allure. L’eau jaillit à une température de 80°c et se mélange à l’eau de mer dans le bassin d’environ 10 mètres de diamètre. La température de l’eau se situe entre 35 et 40°c suivant l’endroit où on se trouve, ce qui demande une période d’adaptation tellement c’est chaud! (C’est pas la peine de me chercher, je suis derrière l’appareil qui a pris ces photos).

On est plutôt content de se refroidir dans l’eau de la mer Égée!

L’eau thermale d’Embros contient principalement du dioxyde de carbone mais aussi d’autres gaz y compris une trace de sulfure d’hydrogène ce qui dégage une odeur de soufre (odeur d’œuf pourri).

Il paraît que cette eau aurait des vertus thérapeutiques prouvées contre des maladies de la peau, des yeux, des voies respiratoires et les troubles musculaires. En tout cas c’est très agréable à tester et une dame m’a dit qu’à chaque fois qu’on s’y plongeait on rajeunissait de dix ans. Je n’ai hélas pu y aller qu’une fois cette année mais je compte bien y retourner au moins deux ou trois fois dans le futur.
Ce cadeau de la nature est, à l’heure actuelle, encore accessible gratuitement à toute heure, il est juste demandé de respecter les lieux.

Les détails pratiques sont inspirés de ce site.

Voilà, j’espère que vous aurez apprécié la baignade chaude grâce au cadeau de Dame Nature et je vous invite à aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré la nature.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Munich (1)

Quand je vous dis Munich, à quoi pensez-vous? Aux fêtes de la bière d’accord mais Munich ce n’est pas que ça heureusement! Est-ce qu’un voyage-découverte à Munich vous plairait?
Si oui alors vous êtes au bon endroit parce que je compte vous emmener dans la capitale de la Bavière.

Avec près de 1,5 millions d’habitants, Munich est la troisième plus grande ville d’Allemagne et la douzième plus importante de l’Union européenne. La surface totale de l’espace urbain munichois s’élève à 31 hectares. L’Isar sillonne la ville sur 13,7 kilomètres et ses rives représentent un espace de loisirs. Les parcs sont nombreux. Le jardin anglais à lui seul s’étend sur plus de 375 hectares. Munich est jumelée avec des villes du monde entier, d’Édimbourg à Kiev. La ville présente une offre culturelle diversifiée avec 47 théâtres et 46 musées. Environ 115 000 étudiants sont inscrits dans les 17 universités de la ville et profitent également des nombreux types de loisirs disponibles.(source)

Je vous invite donc à regarder quelques endroits qui m’ont marquée dans cette ville où tout est grand et souvent baroque. On a l’impression d’évoluer dans un décor de théâtre…

Ceci est le premier film que je partage…

…mais j’ai eu beaucoup de peine à choisir les photos à garder tant elles me tenaient toutes à coeur.

Si vous envisagez de visiter Munich, comptez au minimum 3 jours et prenez de bonnes chaussures de marche . Heureusement que dans cette ville on n’a jamais de problèmes pour se désaltérer 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Kalymnos (GR)

Cette île est située entre Kos et Leros dans le sud-est de la mer Égée, sa superficie est seulement de 111,14 kilomètres carrés et elle est la quatrième plus grande île du Dodécanèse

Un peu d’histoire

Le Dodécanèse a été occupé par le royaume d’Italie lors de la guerre italo-turque de 1912.  Après la capitulation de l’Italie en , l’archipel italien devient l’enjeu de la campagne du Dodécanèse: les États-Unis ayant refusé d’épauler les Britanniques, ce sont les Allemands qui sortent vainqueurs des combats et, même après la retraite allemande de Grèce continentale en 1944, le Dodécanèse reste occupé jusqu’à la fin du conflit, en 1945. Une fois la Seconde Guerre mondiale terminée, les îles sont brièvement occupées par le Royaume-Uni. Finalement, le Traité de Paris de 1947 permet le rattachement de l’archipel au royaume de Grèce.(source)

La pêche aux éponges

L’île de Kalymnos (’île des « Sponge Divers ») jouit d’une réputation mondiale grâce à ses plongeurs et à sa pêche aux éponges. La pêche aux éponges a une longue tradition sur l’île et contribue à la prospérité économique de l’île.
Kalymnos ainsi que Karpathos, Kasos, Nisyros, Symi et Halki sont les principaux lieux d’où sont originaires les soi-disant «Voutichtadon» (plongeurs qui pêchent des éponges), dont les activités s’étendent à l’ensemble de la Méditerranée orientale. Récemment, ils ont développé leur «métier» même dans des pays tels que l’Amérique, le golfe du Mexique et la Floride. Jusqu’à il y a quelques décennies à peine, les plongeurs dodécanésiens plongeaient nus (plongée sous-marine), ce qui signifiait ne pas porter d’équipement de protection et donc apprendre par l’expérience. C’étaient les fameux Voutichtades. De nos jours, ils utilisent des combinaisons de plongée spéciales et d’autres équipements modernes et s’entraînent entre-temps à la Divers Public School de Kalymnos Island, la seule école de plongée en Grèce qui offre à ses diplômés un diplôme de plongée professionnel. Les plongeurs de l’île de Kalymnos sont célèbres dans toute la mer Méditerranée non seulement pour leurs compétences en matière de pêche aux éponges, mais également pour toute opération liée à la plongée. Pour mémoire, les plongeurs traditionnels ont cessé de plonger en 1895. Depuis lors, tout le monde utilise des combinaisons de plongée et respecte toutes les mesures de sécurité.(source)

A bientôt pour d’autres balades dans le Dodecanèse ou ailleurs…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Bretagne (5)

Aujourd’hui je vous emmène prendre le bon air en Bretagne, plus précisément dans le Morbihan.

Nous commencerons notre balade par Sainte-Anne d’Auray puis Auray et nous terminerons par Carnac.

Sainte-Anne d’Auray

Principal lieu de pèlerinage de la Bretagne, ce village est situé  dans le Morbihan. 

Il s’agit d’un ancien hameau d’une quarantaine d’habitations situé dans la paroisse de Pluneret qui portait le nom de Ker Anna, et qui en breton signifie village d’Anne. Une tradition orale, diffusée par les fidèles chrétiens de cette région, voulait que Ker Anna fût appelé ainsi en référence à sainte Anne mais cette toponymie résulte d’un syncrétisme entre le vieux fond païen de la déesse Dana et le culte des saints chrétiens (source)

Si Dana vous évoque vaguement quelque chose, c’est peut-être en raison de cette chanson du groupe celtique Manau :

Auray

Nichée au creux de la rivière d’Auray, cette cité médiévale de caractère séduit au premier regard avec son centre-ville animé et le port de Saint-Goustan. Les siècles ont passé et les ruelles du cœur historique ont conservé leur charme d’antan.(source)

Carnac

Les célèbres mégalithes de Carnac, haut lieu de la Préhistoire européenne, font partie des incontournables. Plus de 3 000 menhirs alignés sur 4 km de long…(source)

Je vous invite à regarder les quelques photos partagées 

ici

sans oublier de cliquer sur les termes soulignés pour en apprendre bien davantage.

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Certain(e)s d’entre vous le savent, je suis allée récemment passer quelques jours de vacances sur l’île de Kos. Les photos de murs peints ci-dessous proviennent de là. Certains sont plutôt sympas et d’autres un peu moins soignés mais j’ai souhaité les laisser groupés puisque issus du même endroit.

Un simple clic sur la première miniature ouvrira la photo en grand et vous permettra de naviguer sur les autres.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Arras

Comment parler d’Arras sans débuter par cette chanson venue du fond de ma mémoire et qui fait que je sais depuis très longtemps situer cette ville dans l’hexagone…

Malgré ça je n’avais jamais pris le temps de m’arrêter dans cette ville. C’est maintenant chose faite et je ne regrette pas. 

Au XVIème siècle, l’édit de Philippe II interdit de « bâtir dans la ville d’Arras, à moins que les murs ne soient faits de pierre ou de brique sans aucune saillie sur les rues ». Ces contraintes architecturales sont mises en place par mesure de sécurité mais aussi dans un souci d’embellissement. Elles ont donné naissance à un ensemble unique en Europe de 155 façades de style baroque flamand. Construites perpendiculairement aux places, les maisons étroites de façade sont nombreuses et permettent à davantage de commerces d’avoir “pignon sur rue”.(source)

Je vous ai montré le poids public lors d’un récent défi de Ma mais il y a bien d’autres choses à voir dans cette ville du Nord.

En résumé, étant donné que je n’ai fait qu’y passer, d’Arras je retiendrai surtout

A bientôt pour d’autres découvertes…

Continuer la lecture
Les RICV de Berck

Les quoi vous demandez-vous? Les RICV sont les Rencontre Internationales des Cerfs-Volants qui ont lieu chaque année à Berck dans le Pas de Calais. L’année passée, plus de 900.000 personnes avaient fait le déplacement pour assister à cet événement qui regroupe environ 500 cerf-volistes (source/infos

Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi le nom du cerf-volant est si étrange ? Les cerfs-volants ont des tas de formes, mais jamais je n’en ai vu, personnellement, en forme de cerf ou de biche. Bizarre, non ? Et quelle orthographe compliquée !… qui vient elle aussi d’une erreur.
Quand cet objet est arrivé en Europe, inventé en Chine, sa forme était celle d’un dragon à longue queue, une sorte de serpent. On a donc qualifié cet étonnant objet de « serp-volant », « serp » étant l’ancienne appellation du serpent. Puis, le mot « serp » ayant disparu de la langue française, il a été alors transcrit phonétiquement, mais de façon erronée, en « cerf-volant », les deux mots se prononçant de la même façon.(source)

J’aurais beau vous expliquer en long et en large de quoi il s’agit que ça n’égalerait pas les photos que j’ai prises de ce grand rassemblement sur la plage de Berck. C’est à la fois, beau et impressionnant et il est clair qu’on retrouve son âme d’enfant (pour autant qu’on l’ait perdue ) en regardant ces géants qui volent au-dessus de nos têtes.

Je vous invite à regarder le montage en cliquant

ici

Je n’ai pas partagé toutes mes photos, il y en aurait trop mais j’ai choisi celles qui me plaisaient le plus. Dans le montage, chaque photo est cliquable pour la voir en grand.

C’était un chouette séjour, étonnant grâce à l’imagination des artisans qui construisent leurs propres cerfs-volants et qui, par leur présence, mettent des étoiles dans les yeux des nombreux spectateurs.

Continuer la lecture
Fermer le menu