Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)

Le jardin botanique créé par Paul Jovet

 

Un site exceptionnel! À Saint-Jean-de-Luz, au bord du sentier littoral, le jardin botanique surplombe l’océan. Sa visite est une invitation au voyage à travers les paysages de la Côte basque. Des collections originales complètent ce tableau: plantes utiles, labyrinthe des familles botaniques, plantes des cinq continents… 

L’idée de créer un tel site à Saint-Jean-de-Luz, destiné à conserver des espèces, est née dans les années 1980, dans le sillage de deux botanistes fortement impliqués dans la connaissance des milieux naturels régionaux : Paul Jovet et Jean Bost.

Des amoureux des plantes se sont ensuite mobilisés au sein d’une association pour la faire vivre et grandir.
En 2002, la ville lance la création du Jardin botanique et en confie la gestion et l’animation à l’association « Les Amis du Jardin botanique littoral Paul Jovet ».

En 2013, la commune reprend la gestion du Jardin botanique pour l’intégrer dans sa politique de développement territorial et durable.(source)

Je partage ci-dessous quelques-unes de mes photos, juste pour vous donner envie d’aller vous balader dans ce jardin si vous en avez l’occasion 😎.

Clerodendrum bungei
Cardère à lainer Astalaharra
Cardère des foulons
Aloe striatula
Rudbeckia
Phymaspermum acerosum
La salsepareille, le mets favori des Schtroumpfs 😋
Yucca rostrata

Zoomons sur le jardin des "plantes utiles"

J’espère que ma courte présentation vous aura plu même si elle n’offre qu’un tout petit échantillon de ce qu’on peut découvrir sur place.

A bientôt pour d’autres découvertes Basques.

Continuer la lecture Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)

Vautours

Nous avons profité de notre récent séjour au Pays Basque pour participer à une balade guidée par un accompagnateur de Mendi Gaiak

Celui-ci, très compétent, a attiré notre attention sur diverses choses rencontrées en chemin (animaux, plantes, mines de fer,…). La balade a été fort agréable et instructive même si le démarrage, tout en montée sous un soleil de plomb, m’a paru un peu pénible 😅.

Le thème du jour était d’aller à la rencontre des vautours fauves sur le massif de Larla qui surplombe la vallée de la Nive au dessus de Saint-Martin-d’Arrossa (Arrosa). En chemin nous avons vu des mines de fer qui nous ont rappelé celles de Banca déjà découvertes précédemment.

Notre guide nous a appris que:

  • Le vautour fauve a une taille d’environ 1 mètre, une envergure d’environ 2,80 mètres, vit entre 30 et 40 ans et a un plumage de couleur roux-orangé. 
  • Les vautours volent en rond et sont très grégaires: si un vautour plonge sur une proie, les autres le suivront.
  • Il a une vue jusqu’à 2 ou 3 kilomètres.
  • Les vautours ne migrent pas vraiment. Les jeunes vautours se déplacent parfois pendant 3 ou 4 ans en Espagne puis reviennent s’installer sur leur lieu de naissance.
  • Les rapaces se reconnaissent par leurs silhouettes, essentiellement la forme de la queue et du bout des ailes:

Je n’y peux rien mais dès qu’on parle de vautour c’est immédiatement celui de Lucky Luke qui me vient à l’esprit.

Source

Et on n’est pas loin de la réalité puisque les vautours sont nécrophages, c’est-à-dire qu’ils mangent surtout des animaux morts (muscles et viscères).

Pour découvrir plus en profondeur

Bon, vous vous doutez bien qu’il y a quelques photos personnelles de cette balade, je vous invite à les regarder ci-dessous.

J’espère que vous aurez pris plaisir à m’accompagner pour cette balade, hors des sentiers battus.

Continuer la lecture Vautours

Balade estivale

Que faire quand il fait très chaud sinon se balader en cherchant les chemins ombragés?

C’est ce que nous avons fait hier dans le domaine du Sart-Tilman, pas très loin de chez nous. Un peu de nostalgie vite balayée sur les lieux de mon premier et de mon dernier emploi et c’est parti.

Nous commençons notre balade dans le parc du château de Colonster.

J’ai toujours aimé cette grille isolée sans jamais avoir su de quel ensemble elle faisait partie à l’origine. 

Ci-dessous, le château vu depuis l’arboretum.

Construit au XVIe siècle, remanié au XVIIe et après l’incendie de 1966, le château de Colonster accueille aujourd’hui des réunions de travail, congrès scientifiques et manifestations de prestige. 

J’ai une longue histoire avec ce château puisque c’est dans son parc que nous nous sommes rendus pour nos photos de mariage sous la neige, j’y ai eu par la suite de nombreuses réunions professionnelles et, enfin, c’est là que ma fille a reçu son diplôme de master.

L’arboretum, très bien entretenu, contient des arbres vraiment majestueux  qui attirent souvent les citadins en mal de verdure. L’aménagement actuel du parc date de la première moitié du XIXème siècle. Les châtelains transformèrent alors le site en parc anglais à la mode de l’époque. Parallèlement à la composition de lignes plus libres, le choix s’est étoffé avec les découvertes et les acclimatations d’espèces exotiques qui en font tout l’intérêt dendrologique. (source: panneau d’info dans le parc)

Quand on quitte le parc du château, les sentiers dans les bois environnants offrent une ombre bienvenue en cette saison. La multitude de chemins possibles, pour peu qu’on ait le sens de l’orientation, offre la possibilité de choisir le temps qu’on veut consacrer à la balade.

Je vous offre, ci-dessous, quelques moments choisis.

Je vous souhaite un très bon après-midi.

Continuer la lecture Balade estivale

Découverte nature: Het Vinne (B)

Continuant d’explorer mes photos d’archives, je vous emmène aujourd’hui dans un domaine provincial dont le nom  Het Vinne fait référence à un fen (un étang naturel, une tourbière). Ce lieu de détente, balade et observation de la nature est constitué d’une zone de 100 ha asséchée par l’industrie et l’agriculture.

Situation

Jusqu’en 1841, la réserve naturelle provinciale Het Vinne était le seul lac naturel de Flandre. Depuis le Moyen Âge, la tourbe était extraite au bord de l’eau comme combustible et, jusqu’au 19e siècle, la fosse de 4 mètres de profondeur était constamment sous l’eau. Le «lac» se figeait chaque hiver et était ensuite transformé en une véritable foire avec des stands de glace, de boissons et de nourriture. En été, il était possible de pêcher ou de nager, et des bateaux faisaient traverser les visiteurs.(source)

Pour mieux vous rendre compte de la configuration des lieux, je vous propose de regarder le plan ci-dessous.

La balade à laquelle je vous invite a été faite en novembre. C’est un bel endroit où des aménagements permettent d’observer les oiseaux de manière fort agréable.

Selon les endroits, on marche sur la terre ou … sur l’eau 😉 en toute sécurité.

Faites défiler les photos ci-dessous grâce aux flèches blanches.

La bestiole ci-dessous se trouve dans la plaine de jeu à l’entrée du domaine.  Heureusement que j’ai osé l’approcher sans crainte, malgré sa taille exceptionnelle de plus d’un mètre d’envergure, pour découvrir ce beau parc. 😏.

J’espère que vous vous serez bien aérés durant cette balade au bord de l’eau, très très près de la nature.

Continuer la lecture Découverte nature: Het Vinne (B)

Balade en confinement 😊

Et donc, j’ai pris la liberté de vous inviter à une balade dans les bois proches de mon domicile. Le moment m’a paru opportun, même si j’ai encore dans mes archives photos largement de quoi alimenter quelques articles, puisque  les voyages sont suspendus actuellement. 

Quelques lotissements bordent le bois, c’est la raison pour laquelle on peut parfois apercevoir un bout de construction. Au départ du petit film ci-dessous, j’ai placé quelques photos pour terminer par une courte vidéo qui vous donnera bien l’ambiance des lieux.

Vous me suivez?

J’espère que vous aurez apprécié la balade 😊.

Continuer la lecture Balade en confinement 😊

Balade d’automne à Anthisnes (B)

Il pleut beaucoup ces derniers jours et donc, dès qu’il fait sec et que le soleil montre le bout de ses rayons, il faut en profiter bien vite. C’était le cas dimanche dernier lors d’une balade dans ma région, au départ de la commune d’Anthisnes située au sud-ouest de Liège. 

L’endroit le plus connu de cette commune est l’Avouerie. Il faut dire qu’on y trouve le musée de la bière et du peket, c’est dire comme on y tient

Je vous propose quelques explications en bonus ci-dessous.

L’ancienne ferme Saint-Laurent

Édifiée sur le magnifique site du château de l’Avouerie, de l’ancienne Eglise Maximin et de la ferme Omalus, la ferme Saint-Laurent constitue le fleuron du patrimoine anthisnois. Initialement propriété de l’abbaye bénédictine de Waulsort en 946, elle fût entièrement rénovée au 17ième siècle par l’Abbé Guillaume Natalis qui en fit un remarquable ensemble architectural. Les passants peuvent admirer cette magnifique ferme en quadrilatère classée et son splendide tour-porche dont l’appartement prestigieux hébergeait l’abbé lors de ses visites. On peut aussi reconnaître les anciennes étables et écuries, le corps de logis, la grange ainsi que les vestiges de l’ancienne Eglise Maximin. Exploitée jusqu’en 1977, la ferme Saint-Laurent a été réhabilitée en logements sociaux. Et si on ne peut la visiter, sa cour intérieure est ouverte au public, pour le plus grand plaisir des yeux ! (source)

Les informations sur la devise proviennent de cette source.

Le château d’Ouhar

Situé à Anthisnes, dans la province de Liège (Belgique), le château d’Ouhar est une résidence privée (visites sur rendez-vous, sinon ne pas rentrer sur la propriété sans autorisation). L’édifice est magnifique. Au XIVe siècle, Ouhar est déjà signalé comme fief de l’avouerie d’Anthisnes. Un acte stipule qu’il s’agit d’une tour forte alors qu’elle appartenait à la famille de Soheit. La demeure est de style renaissance mosane. La tour principale est coiffée d’un bulbe. C’est une belle ajoute du XIXe siècle imitant l’ancien.(source)

J’espère avoir réussi à vous emmener avec moi dans cette agréable balade…

Continuer la lecture Balade d’automne à Anthisnes (B)

La Maison sculpture

Il était une fois, il y a très, très longtemps, une jeune étudiante en chimie qui avait à réaliser un travail de fin d’études pour obtenir son diplôme.

Elle choisit de le faire dans un service d’électrochimie et trouva un accueil sympathique chez le professeur Ivan Gillet dont les locaux se trouvaient, à l’époque, sur le site du Val Benoît (Université de Liège). 

Par la suite, elle rencontra également Jojo, son épouse, et leurs chemins se croisèrent souvent au fil des années.

Elle avait entendu parler de leur maison particulière que certains surnommaient “le bunker”. Elle espérait la voir un jour mais ce n’était pas possible depuis la rue. Jusqu’à ce jour d’octobre 2019 où un article dans la presse lui apprit qu’une exposition était organisée justement à cet endroit!
Une occasion à ne pas rater donc 😊

En fait la maison est maintenant propriété d’un architecte, Vincent Servais, qui y a établi ses bureaux mais qui l’a en partie “prêtée” pour un temps limité (jusqu’au 31 octobre) à son épouse Cécile, galeriste, afin d’y organiser une exposition d’art.
Attention, en dehors des heures d’ouvertures de l’expo (du jeudi au samedi de 14.30 à 18.30), il s’agit d’un lieu totalement privé!

Elle est située (…) sur une parcelle de terrain relativement grande, en retrait de la rue et est magnifiquement intégrée à la végétation. D’ailleurs, ses propriétaires la faisaient vivre dans une relative discrétion, pour en conserver l’harmonie. En 1967/68, cette maison-sculpture est née de la complicité de deux frères Ivan (qui l’a habitée pendant 50 ans) et Jacques Gillet et de la collaboration de trois amis: l’architecte Jacques Gillet, le sculpteur Félix Roulin et l’ingénieur René Greisch.

C’est une maison exceptionnelle, dans le sillage de l’architecture organique de l’Américain Bruce Goff, qui s’était lié d’amitié avec son confrère liégeois. La démarche repose sur la recherche d’une harmonie entre l’habitat humain et le monde « naturel » en réalisant des œuvres fonctionnant comme des organismes vivants. (source)

NB: Le bureau Greisch est un des bureaux d’ingénierie et d’architecture les plus pointus d’Europe. Il a, entre autres, participé à l’élaboration du viaduc de Millau.

Vue de la maison sculpture

Pour découvrir les autres photos de la maison et d’une partie des oeuvres d’art qui composaient l’exposition Hors les murs, il suffit de cliquer

ici

Et si vous n’en avez pas encore assez, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous qui vous apprendra de nombreux détails sur cet endroit.

J’espère que vous aurez apprécié, autant que moi, la découverte de cet habitat étonnant…

Continuer la lecture La Maison sculpture

Du côté de chez Ma

Ce samedi, Ma nous suggère d’illustrer en photo le mot champignon. Ça tombe bien je les aime beaucoup même si je ne goûterais pas ceux que je vous montre en photo 😊

Je les ai rencontrés au hasard de mes promenades dans les bois et j’ai pris plaisir à les immortaliser. Bien m’en a pris...

Et si vous m’accompagniez voir la récolte mycologique des autres participant(e)s au défit de Ma?

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Du côté de chez Ma

Le mot proposé aujourd’hui dans le cadre du défi de Ma est le mot feuille.

Il y a bien entendu plusieurs interprétations possibles du mot sauf si on est dur de la…feuille 😉 mais je vais rester très classique dans mes propositions.

En premier je vous montre les feuilles de mon spathiphyllum préféré, celui qui orne mon living depuis très longtemps.

Ensuite,puisqu’on est dans le living, je vous propose quelques feuilles de menthe pour parfumer apéritif ou dessert, au choix.

Mais j’aime aussi beaucoup les jolies feuilles rondes des capucines dont les fleurs garnissent si bien les assiettes et les salades.

Et puis, parce que le temps passe, que l’automne se profile déjà, je ne résiste pas à partager également quelques feuilles joliment colorées de tons chauds.

 

Avant de vous souhaiter un excellent week-end, je vous invite à aller voir chez Ma comment les autres personnes ont illustré le mot “feuille”.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Brick a book 335 ✍🏻

Le lundi je participe à l’atelier d’écriture en ligne initié par Alexandra du blog Brick a book. La photo ci-dessous sert de déclencheur d’écriture et vous trouverez, juste en dessous, les mots qu’elle m’a inspirés.

© Nagy Arnold

La feuille d’or

J’ai ramassé cette petite feuille et, en filtrant le soleil à travers , je laisse mon esprit vagabonder.

A cause de la grande sécheresse de ces derniers temps, les feuilles ont jauni plus vite cette année. Les couleurs chaudes de la nature annoncent peu à peu les soirées cocoon au coin du feu de bois. Je me vois déjà un bon bouquin dans les mains et un chat ronronnant sur les genoux: le bonheur total…ou presque! J’aurais presque hâte à cet état confortable.

Mais nous n’en sommes pas encore là, l’été commence seulement à s’estomper et il nous reste heureusement à profiter, tout bientôt, de celui que Joe Dassin a su si bien chanter, l’été indien. Réjouissons-nous de pouvoir vibrer au rythme de cette belle saison.

Plus jeune, je n’aimais pas l’automne qui annonçait, toujours trop tôt à mon goût, les jours plus sombres de l’hiver. Et puis, en mûrissant, doux euphémisme pour ne pas dire vieillissant, j’ai commencé à apprécier les couleurs mordorées dont cette saison sublime le décor environnant.

C’est si beau quand tout est recouvert d’or et si gai de marcher en faisant crisser les feuilles sous nos pieds. A chaque jour son petit bonheur, bonheur de vivre et de voir la nature se transformer autour de nous.

Je dépose cette feuille d’or à mes pieds pour qu’elle se décompose et participe à la formation du terreau qui aidera de nouvelles pousses à grandir au printemps prochain. Tout pourra alors recommencer…

Je ne pouvais décemment pas terminer sans cette chanson évidemment…

Et comment les autres participant(e)s ont-ils/elles interprété cette photo? Rendez-vous chez Brick a book pour le savoir.

Continuer la lecture Brick a book 335 ✍🏻