Balade à Audenarde (B) 1ère partie

Audenarde (Oudenaarde en néerlandais) est une ville néerlandophone de Belgique, située en province de Flandre-Orientale, au sud de Gand, sur les rives de l’Escaut. On l’appelle parfois la perle des Ardennes flamandes même si ce terme est une hyperbole qui souligne à la fois la grande modestie de ces reliefs par contraste avec la vraie Ardenne et l’attachement des Flamands pour ces seuls reliefs qui structurent le territoire, contrastant avec les basses plaines plus habituelles dans la région.

Que visiter à Audenarde? En fait, pas mal de choses pour une ville de taille moyenne à commencer par les rues où se trouvent d’anciennes jolies maisons en style flamand (pignons en gradins) et aussi en style Art-déco. Le magnifique hôtel de ville (style gothique brabançon) qui héberge  le MOU (musée d’Audenarde et des Ardennes flamandes) et la collégiale Sainte-Walburge situés sur la grand-place sont des bâtiments magnifiquement ouvragés. 

C’est en visitant le MOU que j’ai appris que le mot “verdure” caractérise une tapisserie dont le fond, et éventuellement la bordure décorative, est entièrement rempli de rinceaux décoratifs.

Le célèbre écrivain français Victor Hugo a exprimé sa fascination par ces mots: « Dans ce bâtiment fantastique, il n’y a aucun détail qui ne vaut la peine d’être regardé. »(Source)

Une image vaut mille mots, je vais donc, comme d’habitude partager quelques photos bien plus parlantes.

Il me reste encore quelques photos que j’aimerais partager. Elles prendront place dans un deuxième article à venir…

Continuer la lectureBalade à Audenarde (B) 1ère partie

Au pays de Montmédy (F), 1ère partie

Au pays de Montmédy, nous avons visité deux endroits intéressants: la basilique d’Avioth et la citadelle de Montmédy quelques kilomètres plus loin.

A deux pas de l’abbaye d’Orval mais en France, se trouve la basilique d’Avioth dite “basilique des champs”  (41 m de long et 18 m de haut sous les voûtes).

Il faut dire que le village est assez petit et qu’il est étonnant d’y découvrir une basilique de style gothique du 14ème siècle  classée monument historique.

Son développement serait dû à la découverte d’une mystérieuse statue de la vierge. La légende réconte que cette statue a été déplacée par les villageois mais qu’elle serait revenue  mystérieusement à la même place. C’est ce qui aurait incité les fidèles à construire une église à cet endroit.

Le pape Jean-Paul II l’a élevée au rang de basilique en 1993.

Une des versions de la légende raconte que le bailli chargé de la construction vendit son âme au diable afin que l’église soit construite rapidement. Satan mit au travail tous ses diablotins censés terminer le travail avant le premier chant du coq. Un de ces petits diables travaillait tellement bien qu’il faisait de l’ombre à Satan qui le chassa…
Pour terminer la construction de l’église, il manquait une seule pierre que le diable partit chercher lui-même mais il s’attarda en chemin à faire la fête. L’épouse du bailli, mise au courant du pacte diabolique, prit une torche et fit le tour du village afin de réveiller tous les coq qui se mirent à chanter de concert. Le diable comprit qu’il avait perdu l’âme du bailli et ordonna aux diablotins de détruire l’édifice. Celui-ci était tellement solide qu’il résista!

C’est peut-être bien ce diablotin qui trône fièrement sur un toit proche de la basilique 😉.

A la place du simple oratoire élevé à l’endroit de la découverte de la statue on a construit un chef d’oeuvre gothique flamboyant.

Au début du 14e siècle, lorsque la statue de Notre-Dame d’Avioth put entrer dans son église, une autre statue de la Vierge prit sa place pour recevoir, en son nom, les offrandes des pèlerins. On appela cette statue : la Vierge Recevresse. Avec le temps, le nom de Recevresse fut donné au monument. Ainsi, depuis huit siècles, la Basilique d’Avioth a été construite et entretenue grâce à des dons et à des offrandes. C’est encore le cas aujourd’hui.

« La Recevresse » est un monument unique au monde et sa reproduction, grandeur nature, se trouve au musée des monuments français à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris.(Source)

J’ajoute encore que, comme cette église contient un sanctuaire à répit, elle était très fréquentée par les croyants de l’époque. Un pélerinage a encore lieu de nos jours chaque année le 16 juillet.

Si vous voulez voir mes photos d’Avioth, c’est

Je vous raconterai prochainement ma balade dans la citadelle de Montmédy.

A bientôt ://niceday//:

Continuer la lectureAu pays de Montmédy (F), 1ère partie

Voyage, voyage: la balade des chapelles d’Harambeltz (Pays Basque – France)

C’est bientôt l’été et le temps des balades. 

Si vous me suivez depuis un moment vous connaissez ma passion (oui, oui, on peut dire ça) pour le Pays Basque (principalement français jusqu’à présent mais ça peut s’élargir 😉).

Après avoir revu par hasard hier soir sur TV5 une émission déjà appréciée il y a quelques mois, je me suis trouvée transportée sur ces coteaux basques si envoûtants et j’ai eu envie de vous emmener à ma suite sur une partie d’un chemin vers Compostelle.

La chapelle St Nicolas d’Haranbeltz, restaurée il y a quelques années, est située dans le hameau d’Haranbeltz sur la commune d’Ostabat. Elle est datée des 12ème et 13ème siècles et fait partie des plus précieux témoins de l’histoire jacquaire en Basse Navarre.

Haran beltz, en basque, signifie la vallée noire en raison de la forêt sombre qui l’entoure (Source: livre Randonnées dans les Pyrénées).

Chapelle d'Harambeltz

Le chemin de Compostelle passe par les prairies à vaches et à brebis puis  traverse une fougeraie, avant de monter à travers une forêt de chênes et de nous offrir des paysages grandioses. 

On passe devant une stèle située à côté d’une prairie. Le soleil nous accompagne, il fait chaud et ça grimpe mais quelle vue 🤩.

On aperçoit, au sommet, la chapelle de Soyarza (1845) dont le nom signifie “regarde l’étoile du berger”.

En nous approchant pour mieux découvrir la chapelle nous voyons une table d’orientation et une pierre ornée de coquilles Saint-Jacques, logique 😉.

Si l’on en croit ce qui est écrit sur le linteau, cette chapelle de SOYARZA est de 1894. En fait, elle fut construite sur un ancien lieu de culte construit par les Prémontrés au XII ème siècle, lesquels étaient bien implantés dans la région. Et cette ancienne chapelle dépendait de la communauté des Prémontrés d’Urdax. On parla ensuite d’ermitage de SOYARZA et une carte de 1719 le confirme. Puis cet ermitage sera laissé à l’abandon, et récupéré comme abri pour les aninaux. Sans entretien, l’ermitage se dégrade, jusqu’à être détruit par un incendie vers la fin du XIXeme siècle.

On dit que les habitants proches récupérèrent des décombres une statue de la Sainte Vierge conservée intacte. Ils décidèrent de reconstruire, en 1845, sur une partie des fondations de l’ancien ermitage, un petit sanctuaire, ce sera la chapelle actuelle où se déroulera chaque année un pèlerinage marial.

Sur une plaque de pierre, sera gravée en 1894, en basque, leur invocation:

Erauntsi gaichtoetarik
Begira gaitzatzu Yauna
Othoiz egizu guretzat
ama Birjina
1894

(Source)

des mauvaises bourrasques
regarde nous seigneur (garde nous)
Priez pour nous
Mère Vierge
1894

Nous continuons notre balade en enjambant la clôture comme indiqué dans notre guide. Heureusement tout est prévu pour enjamber les barbelés 👍.

Une belle balade dans une région magnifique, chère à mon coeur, et un magnifique souvenir de plus à ranger parmi les nombreux autres…

J’espère que vous aurez apprécié cette balade livrée à domicile.

Si je vous ai reparlé du Pays Basque, c’est aussi parce que nous sommes sur le départ pour traverser la France en diagonale afin d’aller rassasier nos yeux de tous les beaux paysages de l’Euskadi.

Comme d’habitude, je ne mets pas mon blog en pause mais j’y passerai probablement beaucoup moins de temps que quand je suis chez moi.

Je suis certaine que vous me comprenez 😊.

Continuer la lectureVoyage, voyage: la balade des chapelles d’Harambeltz (Pays Basque – France)

Les murmures des murs

Il y a longtemps que je n’ai plus partagé  de photos de murs peints. Or, de mes vacances cet été en Allemagne, j’ai rapporté quelques spécimens qui m’ont paru assez artistiques.

Les deux régions que nous avons visitées cette fois sont la Thuringe et la Saxe que vous pourrez situer sur la carte ci-dessous si vous le souhaitez.

Je partagerai plus tard quelques photos de ces régions intéressantes et étonnantes. La Saxe, située en ex-Allemagne de l’Est, se trouve à la frontière avec la République Tchèque. Dépaysement garanti!

Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le bouton ci-dessous pour voir les photos et, comme d’habitude, un simple clic sur une d’entre elles l’affiche en grand 😉.

Continuer la lectureLes murmures des murs

Balade à Palenge (B)

Aujourd’hui j’ai envie de partager le beau temps pour vous emmener dans les campagnes de mon beau pays en suivant cet itinéraire de la Maison du Tourisme Famenne-Ardenne.

Nous partons donc du côté de Durbuy dont je vous ai déjà parlé et nous commençons notre balade à l’église du village. Cette église, en pierre calcaire, est consacrée à Notre-Dame de la Visitation et est  précédée d’une grotte artificielle dédiée à Notre-Dame de Lourdes.

Avant de monter vers l’église, on peut faire un petit crochet afin de voir une statue de femme langoureusement allongée sur un rocher. Elle a été réalisée lors du symposium de sculptures de Durbuy par Manon Huguenin  et s’appelle “Ambivalence”. 

Si ça vous intéresse, vous trouverez des détails sur ce site dont je vous propose un extrait ci-dessous

En poursuivant notre chemin, nous passons devant la petite chapelle consacrée à Sainte-Thérèse de Lisieux et nous profitons d’une belle vue sur l’arrière de l’église.

Un peu plus loin, nous arrivons devant une des nombreuses fermes du hameau, la ferme en carré dite du Mérou (18ème siècle). Elle est construite également en pierre calcaire comme de nombreux bâtiments de la région. Cette ferme a été en partie aménagée en gîte et peut accueillir jusqu’à 32 personnes…hors pandémie.

Le ciel est bleu, le soleil nous accompagne et la balade au grand air est vraiment agréable, loin du bruit et de la pollution des villes.

En poursuivant notre chemin nous découvrons une maison encore plus ancienne que la ferme, la Maison Théate qui date du 17ème siècle.

Ayant terminé notre balade en boucle, nous revenons vers l’église et, à proximité, nous voyons cette gouttière rigolote bien plus grande, plus utile et moins connue que le célèbre Manneken-Pis bruxellois 😊.

J’ai un peu regretté qu’il ne pleuve pas pour voir couler l’eau mais  le grand soleil, tellement agréable en cette fin d’hiver, m’a vite consolée…

Cette balade date de la semaine passée et, depuis aujourd’hui, l’hiver s’est chargé de nous rappeler que c’était encore lui qui allait régner pour quelque temps encore 😦.

Continuer la lectureBalade à Palenge (B)

Voyage, voyage: Argenton-sur-Creuse (F)

Nous n’avons pas séjourné à Argenton-sur-Creuse, tout au plus fait une halte de mi-journée en allant vers le Périgord, il y a déjà 4 ans, mais cette petite cité m’a laissé un bon souvenir. Comme souvent, j’ai regretté de ne pas avoir plus de temps à passer à cet endroit.

Ancienne place fortifiée, elle a évolué au fil des âges pour devenir une petite ville accueillante et dynamique, dont la modernité des quartiers s’harmonise avec l’authenticité des vieux quartiers du Moyen Âge.

Aussi nommée la “Venise du Berry”, Argenton vit au rythme de la Creuse. tantôt calme et sereine, tantôt tourbillonnante et animée.

Je vous invite à une balade le long de l’eau.

Le vieux pont enjambant la Creuse

On peut encore aujourd’hui admirer quelques belles maisons médiévales, de vieilles maisons à galeries et à balustrades charpentées de toits cuivrés et gris ardoise.(source)

Un incontournable d’Argenton est la chapelle de la Bonne Dame que je vous montre ci-dessous.

La chapelle, qui domine toute la ville avec sa monumentale statue dorée, est visible de loin. C’était, à l’origine, la chapelle du château médiéval. Détruite, reconstruite, diminuée, elle est enfin réhabilitée à la fin du XIXe siècle et fait l’objet d’un pèlerinage, en souvenir de l’épidémie de peste de 1630. Elle étend toujours son bras droit sur la cité, le gauche soutenant l’enfant Jésus. La montée jusqu’à la chapelle demande un effort mais on est récompensé par une vue splendide sur la ville et la Creuse.(source)

On voit de loin la chapelle mais le clocher de l’église Saint-Sauveur est bien présent également.

On le voit aussi de très loin…

Du bord de la Creuse...
...ou en déambulant dans la ville

Remarquable également, cet hôtel particulier, érigé au XVe siècle, il se situe dans la rue Duperthuis. Sa tour en façade lui donne l’allure d’un vieux château de contes de fées.

Tout comme cette porte gothique qui orne la façade d’une demeure bourgeoise (XVe – XVIe siècle) au décor de style gothique flamboyant, dont une belle fenêtre à croisée simple et une arcade surbaissée qui permettait d’accéder à la boutique. La porte est ornée de pinacles et de feuilles de choux.

Une place accueillante où il fait bon flâner au soleil:

Je pense intéressant de mentionner également que

La blanchisserie est une tradition bien établie dans la Vallée de la Creuse ! A partir du 19ème siècle les vêtements sont fabriqués en série et la ville connaît un essor fulgurant dans le domaine de la confection. Le Musée de la Chemiserie et de l’élégance masculine nous rappelle, dans une scénographie moderne, le souvenir des chemisières et filatures qui rythmaient la vie de la vallée… (source)

Malheureusement je n’ai pas eu le temps de le visiter. Une prochaine fois peut-être…

On se retrouve bientôt pour d’autres balades 😎

Continuer la lectureVoyage, voyage: Argenton-sur-Creuse (F)

Voyage, voyage: la Bavière, Berchtesgaden

Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur (W. Churchill)

Interprétant cette pensée de manière très personnelle 😄, je continue à partager des photos  de vacances passées tout en rêvant aux vacances futures…confinement oblige.

Et comme j’aime vraiment beaucoup la Bavière et que nous l’avons bien quadrillée, c’est à Berchtesgaden que je vous propose de m’accompagner cette fois.

Cette commune est située dans les Alpes bavaroises, à l’extrême sud-est de l’Allemagne et de la Bavière, à 30 km au sud de Salzbourg (Autriche).

Cette ville  est essentiellement connue pour avoir été le lieu de villégiature d’Adolf Hitler dès les années 1930. Sa résidence, le Berghof, fut détruite par les Alliés en 1945. 

Mais ce n’est pas du tout de ça que je souhaite vous parler mais plutôt des beautés trouvées dans cette région. C’est sûr que si vous n’aimez pas les façades décorées et les clochers à bulbe vous risquez d’être déçu 😑.

Mais pour les autres, le sens de la promenade vous est montré ci-dessous.

J’espère que cette découverte vous aura plu autant qu’à moi parce que je n’en ai pas encore fini avec cette belle région 😃.

A bientôt, prenez soin de vous 😷.

Continuer la lectureVoyage, voyage: la Bavière, Berchtesgaden

Voyage, voyage: Wies (D)

Si vous souhaitez voir une des plus belles églises de style rococo au monde, je vous invite à me suivre.

Miraculeusement conservée dans l’écrin d’une vallée des Alpes, l’église de Wies (1745-1754), chef-d’œuvre de l’architecte Dominikus Zimmermann, est probablement l’expression la plus parfaite du rococo bavarois, exubérant, allègre et coloré.(source)

La forme étonnante du bâtiment attire déjà le regard par sa particularité: on distingue une partie ovale avec, à gauche, une chaire et, à droite, une tribune de chantre.

De nombreux détails se trouvent  sur Wikipedia dont cette histoire:

L’origine de cette église « dans le pré » est un miracle qui s’est produit en 1738. Une jeune femme a vu pleurer une statue du Christ flagellé. Ce miracle a rapidement eu comme conséquence un pèlerinage. Une petite chapelle fut construite mais elle s’avéra bien vite trop petite pour accueillir les pèlerins venus de toute l’Europe.
Il a fallu que le chapitre de Steingaden prenne la décision de construire une nouvelle église.

Mais c’est assurément à l’intérieur que nous sommes le plus étonnés. Nous sommes peu habitués à de telles débauches d’ornements chez nous et là on atteint des sommets dans le style rococo. J’avoue que je ne suis pas fan mais ça ne m’empêche nullement d’admirer le travail exceptionnel réalisé. Je ne regrette aucunement le petit détour fait dans la région pour dénicher cette oeuvre d’art.

Sur le site internet de cette église, j’ai trouvé ce tour  en 3 d qui permet de mieux se rendre compte de ce dans quoi on baigne quand on est sur place. Je vous le conseille 😮

J’ai encore en réserve d’autres photos souvenirs de Bavière à partager. J’espère que ces découvertes d’une région moins visitée par les francophones, à tort d’ailleurs, vous la feront apprécier comme ce fut le cas pour moi.

A bientôt pour d’autres balades 😊.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Wies (D)

Voyage, voyage: le Clos Lucé (F)

Au retour de son expédition dans le Milanais,…, François 1er, ramena avec lui Léonard de Vinci, l’un des grands maîtres de l’école florentine. (…) A l’époque…Léonard de Vinci,…, n’habitait plus Rome qu’avec regret. C’est alors que le roi offrit à son génie l’hospitalité de la France” .(source)

Buste de François 1er

Depuis sa Toscane natale jusqu’à sa mort au Clos Lucé le 2 mai 1519, Léonard de Vinci tente de percer les secrets de la nature et de la physique qui servent de fondement à ses travaux.
(…)
Cet homme qui rêve de faire voler les hommes, qui imagine le futur, ce peintre, inventeur, ingénieur, scientifique, humaniste et philosophe, reste immortel.

Le Château du Clos Lucé qui porte l’empreinte laissée par le Maître, s’est donné pour mission de proposer au public une synthèse de l’œuvre de Léonard. Tout au long de la visite, éprouvez l’étrange sensation que le génie vient à peine de s’éclipser.(source)

Je ne vous ferai pas l’offense de décrire le génie de Léonard de Vinci mais, si vous voulez en savoir davantage sur l’homme, une biographie, qui m’a parue assez pertinente, est disponible ici et une présentation intéressante également est disponible ici.

Et si vous souhaitez voir mes quelques photos personnelles de l’endroit, Léonard vous y conduira en personne si vous cliquez sur la photo du buste ci-dessous.

Buste de Léonard
Continuer la lectureVoyage, voyage: le Clos Lucé (F)

Voyage, voyage: Corfou, Kanoni, l’île de la Souris et la villa Mon Repos

Parce que la tempête est passée et qu’il est permis de rêver au beau temps à venir, je vous emmène dans un coin de Corfou que j’ai particulièrement apprécié.

La presqu’île de Kanoni doit son nom à une batterie de canons abandonnée par les troupes napoléoniennes. Au large de Kanoni se trouve l’îlot surmonté du monastère de Vlacherna.
Au paysage vient s’ajouter la célèbre île de Pontikonissi, avec l’église de Pantocrator.
C’est ce petit coin de terre (l’île de la Souris), qui est probablement le symbole le plus connu de Corfou et qui, selon la légende, serait le bateau mythique d’Ulysse, que Poséidon transforma en pierre, comme le raconte Homère dans l’Odyssée.(source)

La villa Mon Repos

Mon Repos est un palais de la famille royale grecque situé dans l’île de Corfou. Construit en 1831, il se trouve en haut d’une colline, dans le centre archéologique de Corfou, et occupe probablement le site de l’ancienne Corcyre. (…) Après l’annexion des îles Ioniennes par le royaume de Grèce en 1864, le palais est racheté par le roi Georges Ier qui le nomme Mon Repos. Le souverain achète progressivement divers lopins de terres jouxtant le palais jusqu’à créer un domaine de plus de 250 hectares. Les jardins de « Mon Repos » étaient réputés pour la diversité des plantes et des arbres (2000 espèces différentes) provenant de cadeaux de familles royales européennes. La famille royale s’y rend régulièrement l’été et plusieurs descendants du roi y voient le jour dont le prince Philip (futur duc d’Édimbourg) en 1921 (source)

Comme d’habitude, il faut cliquer sur le bouton ci-dessous pour m’accompagner en balade

Continuer la lectureVoyage, voyage: Corfou, Kanoni, l’île de la Souris et la villa Mon Repos