Les murmures des murs…liégeois

Une petite balade à Liège à la découverte de nouveaux murs décorés ça vous tente? C’est parti alors.

Une fresque dessinée et réalisée par l’artiste français 2Shy vient de voir le jour sur le mur pignon au 19 Boulevard de la Constitution à 4020 Liège.

Lauréate de l’année 2016 du prix Co-Legia, l’asbl Spray Can Arts, avec le soutien de l’opération Paliss’art de la Ville de Liège, a en effet invité l’artiste français 2Shy a réaliser une fresque de plus de 200 m² dans le quartier liégeois d’Outremeuse. Par la même occasion, l’artiste a imaginé et procédé à la décoration du préau du Centre psychothérapeutique de jour pour Enfants « La Manivelle » avec la participation des enfants et de l’équipe du Centre.

Issu du graffiti, l’artiste parisien 2Shy explore un langage visuel oscillant entre illustrations, créations graphiques et typographies. Dans ses fresques, il décline un univers abstrait, géométrique, spontané et coloré depuis plus d’une décennie.

La fresque de 2Shy est donc une collaboration inédite entre Spray Can Arts, Co-Legia et l’opération Paliss’art de la Ville de Liège. (source)

Fresque d’Oscar San Miguel Erice à l’ancien emplacement du Musée des Beaux Arts de Liège. 

Elles plaisent, les fresques qui habillent la ville, de couleurs, d’art et d’histoire. Récemment a été inaugurée une nouvelle fresque au cœur de Liège, au coin de la rue de la Loi et du boulevard de la Constitution, en Outremeuse.

Cette nouvelle œuvre, qui s’inscrit dans le cadre de l’opération Paliss’art, rend cette fois hommage au photographe liégeois Hubert Grooteclaes, disparu il y a tout juste 25 ans. L’opération Paliss’art propose dans le cadre de cet anniversaire, une fresque monumentale inspirée des recherches graphiques du photographe. Cette composition est l’œuvre des artistes Michaël Nicolaï et Soke, issus du Collectif liégeois Spray Can Arts ASBL. La nouvelle fresque se définit à la fois comme une synthèse et une interprétation du travail qu’Hubert Grooteclaes a mené dans les années ’60. Ses filles et son épouse étaient présentes lors de l’inauguration. En passant par là, ouvrez l’œil. (source)

Je viens de découvrir cet article que je partage volontiers avec vous.

Continuer la lecture
Découverte de petits coins de Liège en Belgique (4)

Aujourd’hui je vous invite à découvrir un lieu emblématique de la Cité ardente: la Montagne de Bueren.

Arrêtons-nous tout d’abord sur l’expression qui est, encore de nos jours, utilisée pour caractériser la ville de Liège, la Cité ardente.

Ce surnom est en fait le titre d’un livre paru en 1905 sous la plume du comte Henry Carton de Wiart, écrivain et homme politique : il s’agit d’un roman historique qui raconte le sac et l’incendie de la ville, en 1468, par les hordes bourguignonnes de Charles le Téméraire.
1905, c’est aussi l’année de l’Exposition Internationale de Liège. Quand le prince Albert (le futur Albert Ier) l’inaugure le 27 avril, il reprend l’expression « cité ardente » pour louer le dynamisme économique de la ville, qui va montrer au monde la puissance de ses activités industrielles.
Le surnom est resté pour suggérer une cité animée, aux activités commerciales et culturelles intenses, connue pour le caractère chaleureux et bon-vivant de ses habitants. Assoiffés de liberté, têtus et frondeurs, fiers de leurs traditions, ils sont toujours prêts à participer aux événements festifs et culturels qui jalonnent chaque année.(source)

Continuer la lecture
Découverte de petits coins de Liège en Belgique (3): l’Opéra, André Grétry, Mady Andrien, le Trocadéro

Je vous ai déjà montré quelques coins de Liège, la ville la plus proche de mon domicile. Je vous propose aujourd’hui de continuer la découverte.

L’Opéra de Wallonie

Inauguré en 1820, en tant que théâtre de Liège, ce bâtiment fut construit avec des matériaux de récupération provenant de la destruction de nombreuses églises lors de la révolution de 1789.
La première pièce qui y fut présentée était « Zémire et Azor« , inspiré de la Belle et la Bête, de André Grétry dont nous parlerons plus tard.
Au fil du temps, le bâtiment a subi de nombreuses transformations. La dernière restauration en date, tant de l’intérieur que de l’extérieur, a pris fin il y a  seulement quelques années.

  • L’extérieur a été agrandi en hauteur d’un espace d’apparence moderne qui est doté d’une salle polyvalente.
  • La machinerie de scène en fait un des théâtres les plus modernes au monde
  • La magnifique salle de spectacle à l’italienne de plus de 1000 places a retrouvé son lustre d’antan.

On remarque la parfaite symétrie du cadre de scène.

C’est un très bel endroit dont le restaurant mérite également que l’on s’y pose avant de se laisser emporter par le spectacle 
J’ai eu la chance d’y voir quelques opéras et celui qui m’a le plus marquée est sans hésiter Madame Butterfly. Comme j’aime beaucoup l’Allemagne, j’ai bien sûr apprécié également l’Anneau des Niebelungen, bien que très différent. 
Pour une visite virtuelle de l’Opéra Royal de Wallonie, cliquez ici

André Grétry

André Grétry, ami de Voltaire et protégé de Napoléon, a été enterré, suivant ses volontés, au cimetière du Père Lachaise mais son coeur a été rapatrié à Liège en 1842. Il se trouve dans l’urne (photo ci-dessous) nichée dans le socle de sa statue en bronze juste devant l’Opéra.

Les danseurs

Pas étonnant qu’à deux pas de l’Opéra se trouve une galerie commerciale appelée Galerie Opéra. C’est en arrivant dans celle-ci qu’on replonge dans l’art avec la sculpture de Mady Andrien.
Cette sculptrice bien connue dans la région a embelli de ses oeuvres de nombreux endroits de la ville de Liège.

Le Trocadéro

Poursuivons notre balade-découverte jusqu’au théâtre du Trocadéro, une autre salle à l’italienne qui accueille des oeuvres moins prestigieuses mais fait partie de la vie liégeoise depuis longtemps.

Le Trocadéro est un théâtre belge situé à Liège. C’est le plus parisien des cabarets liégeois. C’est  aussi  le dernier théâtre de Wallonie à proposer le concept de revue, ce genre théâtral bien connu qui associe la musique, la danse et les sketches,  joyeuses satires des mœurs de notre époque.
Les revues ont bâti sa réputation et son succès mais le Trocadéro accueille aussi chaque année des comédiens, des humoristes et des concerts de qualité. Un défi toujours renouvelé pour ce théâtre privé qui fonctionne sans le moindre subside public.
Surnommée la bonbonnière de la rue Lulay, la salle est entièrement décorée de velours rouge et de peinture à la feuille d’or. Le Trocadéro est un véritable théâtre à l’italienne en miniature. Il peut cependant accueillir près de 650 spectateurs. Le théâtre a la particularité de se situer en plein centre de la Cité ardente.

Historique

Le premier établissement ouvert sur les lieux de l’actuel  Trocadéro  s’appelait le Strass ou plus exactement l’Eden-Strasbourg. En 1903, cette salle de spectacle sera rebaptisée « La Renaissance ». En 1917,  les nouveaux directeurs décident, en pleine guerre, de jouer tous les jours de la semaine alors qu’auparavant les représentations n’étaient que bihebdomadaires. C’est à cette époque que La Renaissance devient le Trocadéro.

Pourquoi Trocadéro?

Aucune raison valable n’explique le choix de ce nom surtout quand on sait que le terme ‘‘ Trocadéro désigne… un fort de la baie de Cadix, pris par l’armée française en 1823. Le terme a été donné également au palais oriental construit par Davioud et Bourdet pour l’exposition universelle de 1878 mais qui sera démoli en 1937 et remplacé par l’actuel palais de Chaillot abritant les musées de l’Homme, de la Marine, des Monuments français et du Cinéma. Allez trouver le lien avec le théâtre de la rue Lulay à Liège…
Le Trocadero reste une salle magique, un lieu de fête incomparable, c’est un peu de Paris en bord de Meuse qui nous offre ses lumières en ces temps gris.
(Source)

Détails de la façade

Nous compléterons probablement la découverte de cette ville à d’autres occasions 

Continuer la lecture
Découverte de petits coins de Liège en Belgique (2): la Collégiale Saint-Barthélemy

La Collégiale Saint-Barthélemy se trouve à quelques pas du Grand Curtius et tranche sur le gris du paysage urbain par ses façades colorées et ses deux tours à toitures rhomboèdres.

Construite au XIème siècle, cette Collégiale présente une architecture spécifique au Saint-Empire Romain Germanique et est une des 7 Collégiales liégeoises. Son carillon sonne à 8 heures et à midi. 

Je vous propose de me suivre pour une visite guidée de la Collégiale et si vous souhaitez en (sa)voir davantage c’est ici que ça se passe.

A bientôt pour d’autres découvertes liégeoises…

Continuer la lecture
Découverte de petits coins de Liège en Belgique (1): le Grand Curtius

Je ne vous ai pas encore beaucoup parlé de la ville près de laquelle j’habite mis à part une ou deux approches (ici et ).

Vous savez que Liège se situe à moins d’une heure des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Luxembourg et à environ une heure et demie de la France (en voiture). C’est drôlement pratique pour découvrir les voisins, leur habitat et leur culture et vous savez combien j’aime ça.

Mais je ne voudrais pas, à force de courir par monts et par vaux, négliger cette ville où j’ai passé ma jeunesse et qui recèle quelques beaux endroits même si on pense toujours que l’herbe est plus verte ailleurs… Aujourd’hui j’ai donc décidé de vous faire connaître le Grand Curtius.

Il s’agit du plus grand musée (5000 m² de surface d’exposition) de Wallonie (partie francophone de la Belgique). Celui-ci est un ensemble muséal qui regroupe le musée Curtius (musées d’archéologie et d’arts décoratifs), le musée d’art religieux et d’art mosan, le musée d’armes et le musée du verre ainsi que l’ancienne collection d’égyptologie de l’université de Liège.
Son nom lui vient de Jean De Corte, dit Jean Curtius, industriel liégeois et négociant d’armes du XVIIe siècle.
Cet ensemble est situé sur l’un des nombreux quais qui encadrent le lit de la Meuse.

Regardons quelques photos de l’ensemble du Grand Curtius:

Approchons-nous pour mieux voir les détails de la façade

Ci-dessous, on voit mieux la  fontaine « Enfant assis sur un dauphin » (Robert Massart) qui se trouve entre le Curtius et le Centre administratif du Port Autonome de Liège (3ème port intérieur d’Europe).

En effet, de tout temps, Liège a été un centre important de navigation ! Les relations fluviales, que la Meuse rendait possibles, faisaient de ce fleuve un puissant élément d’attraction. Elles ont largement contribué à la prospérité de la Principauté de Liège, tout en influençant fortement la vie des habitants de la Cité. (source).

Alors, vous ne trouvez pas que ça a de l’allure?
Ci-dessous, une porte latérale du Curtius suivie d’une vue de l’étroite rue du Mont de Piété.

Ci-dessous, la cour intérieure du Curtius

 

Détails des oeuvres exposées dans cette cour

Pour terminer, ou presque, une photo des quelques canons exposés à l’entrée côté quai du Curtius.

Pour terminer agréablement cet article, la Belgique étant réputée pour le chocolat mais aussi, pour son choix de bières   je ne pouvais pas vous taire plus longtemps l’existence de la bière Curtius 

A bientôt pour d’autres découvertes…

Continuer la lecture
Liège (B) et les quais de Meuse

Vous vous souvenez peut-être de la très belle gare de Liège que je vous avais présentée il y a quelque temps…

Et si nous profitions du beau temps pour aller tout près de cette gare découvrir les quais de Meuse et ce qu’on trouve à proximité?

Depuis peu de temps, dans la prolongation de l’esplanade de la gare a pris place une passerelle réservée aux modes doux, la Belle Liégeoise.

Cette passerelle conduit au beau parc de la Boverie et au musée de la Boverie,  à la fois musée des Beaux-Arts et centre d’expositions de qualité internationale. Ex-MAMAC, ce lieu vient d’être rénové et agrandi par des espaces plus modernes.

La Boverie est autrefois une vaste zone champêtre composée d’îlots et de pâturages (le lieu tire d’ailleurs son nom des bœufs qu’on y fait paître) nous apprend Claude Warzée sur son blog.

DSCN3943 (2) (Copier)
La passerelle presque terminée
DSCN3939 (2) (Copier)
Le Palais des Congrès en bord de Meuse
DSCN4324 (2) (Copier)
La Meuse et vue sur le pont haubané du Pays de Liège au loin
DSCN4381 (2) (Copier)
La « Belle Liégeoise » et la tour des Finances
DSCN4325 (Copier)
La volière de la Boverie et l’expo de photos de Jim Sumkay
DSCN4329 (Copier)
Musée de La Boverie, de face
DSCN4356 (2) (Copier)
Musée de la Boverie, le côté vu depuis la roseraie
DSCN4363 (2) (Copier)
Une extension contemporaine du musée
DSCN4332 (2) (Copier)
« Le vieux jardinier », Emile Claus, vers 1886
DSCN4343 (2) (Copier)
Francisque Poulbot
DSCN4388 (2) (Copier)
La passerelle et la tour des Finances
DSCN4322 (2) (Copier)
L’endroit est idéal pour toucher un maximum de passants…

…et en plus il joue plutôt bien ://emotup//:

DSCN3938 (2) (Copier)
La tour des Finances…
DSCN3958 (2) (Copier)
DSCN3956 (2) (Copier)
DSCN3952 (2) (Copier)
DSCN3946 (2) (Copier)
…vu ce qu’ils me ponctionnent, je l’ai photographiée sous toutes ses coutures 😉
DSCN4393 (2) (Copier)
La tour des Finances vue depuis la gare des Guillemins et pourtant, malgré ce que m’a dit un ami, on ne sait malgré tout pas toujours où part notre argent…

A proximité se trouve aussi la tour cybernétique devant laquelle j’ai passé de longs moments, lorsque j’étais gamine, en attendant qu’il se passe quelque chose, sans savoir quoi…et , comme disait Jean Gabin, « maintenant je sais, je sais qu’on ne sait jamais… » 😉

Cette tour a été installée en 1961 mais elle ne fonctionnait plus depuis 40 ans.
Les dispositifs dynamiques, lumineux et sonores qui faisaient partie intégrante du projet artistique de Nicolas Schöffer ont été restaurés à l’identique, tout en les dotant d’équipements techniques nouveaux et performants. Ainsi, par exemple, les pales en aluminium ont été remplacées par des pales en inox, des LED se substituent aux luminaires d’origine, pourvus de sources à incandescence, le système de pilotage de l’époque a été remplacé par des organes informatiques actuels.

Une Tour Lumière Cybernétique aurait dû être installée en 1990 à proximité de la Défense (au bord de l’autoroute Paris-Saint-Germain)  mais un concours de circonstances (dont la mort du Président Pompidou) a fait échouer le projet…

Continuer la lecture
La photo mais c’est bien sûr!

Dès le départ on pressent que je vais en parler. C’est un de mes hobbys parmi de nombreux autres.

Les voyages, que j’aime beaucoup également, me donnent souvent l’occasion de prendre de nombreuses photos que je partage avec plaisir.

Et comme il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour trouver de beaux endroits, je vais partager avec vous une première photo prise très près de chez moi.

Une gare pour évoquer des voyages, ce n’est pas idiot finalement… 🙂

Il s’agit de la gare Calatrava à Liège. Oui, oui, le même Calatrava que celui qui a dessiné la gare de New-York qui vient d’être inaugurée.

Continuer la lecture
Fermer le menu