Voyage, voyage: Iena et Gera (D)

Iena

Iena, charmante ville où l’optique se rappelle à nous très souvent mais dont nous garderons surtout le souvenir du magnifique jardin botanique de 4,5 hectares de superficie.

Ville de sciences, Iéna allie à merveille un passé industriel et intellectuel, la recherche, l’innovation et la vie universitaire.

La recherche et l’économie ont été les vrais piliers d’Iéna, la hissant au rang de ville scientifique. Il n’est donc pas étonnant d’y trouver différents musées exceptionnels : le musée de l’optique et la villa SCHOTT sont notamment consacrés à la vie et à l’œuvre de Carl Zeiss et Ernst Abbe et jouent un rôle prépondérant dans le domaine des sciences et des techniques. La ville compte également d’intéressants musées consacrés à la littérature et à l’histoire de l’art, notamment la « Kunsthof » d’Iéna. Ou bien encore des monuments liés à de grands noms, tel le Planétarium Zeiss, ouvert en 1926. (Source)

Pour voir mes photos, un petit clic sur la photo ci-dessous 😉.

Gera

Malgré une histoire riche de plus d’un millénaire, Gera, qui a été très éprouvée tout au long de son histoire, garde peu de témoignages de cette histoire.

Nous y avons passé peu de temps, pressés d’arriver au plus vite en Saxe.

Je partage quelques photos accessibles en cliquant sur la photo de la fontaine aux pingouins d’Iena ci-dessous.

Voilà, après Gera, nous explorerons la Saxe pour d’autres découvertes. 

Bonne journée :bye:

Continuer la lectureVoyage, voyage: Iena et Gera (D)

Voyage, voyage: Weimar (D)

Nous poursuivons notre voyage vers l’est de l’Allemagne en nous arrêtant cette fois à Weimar. Nous sommes toujours dans le Land de Thuringe, dans une ville qui comporte de nombreux monuments historiques. Weimar a acquis son statut de ville en 1253.

Le Guide du Routard nous apprend que Weimar fut qualifié de « paradis » par Goethe et d’ « Athènes du Nord » par Madame de Staël. Weimar est une ville fortement appréciée par les passionnés de littérature allemande pour son patrimoine culturel très riche. Weimar fut choisie comme ville européenne de la culture en 1999.

Dans l’histoire allemande, la période allant de 1919 à 1933 est appelée la république de Weimar, du fait que sa constitution a été rédigée et adoptée à Weimar par l’Assemblée nationale constituante allemande et non à Berlin. En effet le climat social était insurrectionnel dans le contexte de la révolution allemande de 1918-1919, ce qui rendait la capitale trop dangereuse aux yeux des parlementaires.

Weimar a aussi été le centre du mouvement Bauhaus . La ville abrite de nombreuses galeries d’art, des musées, le Théâtre national allemand et l’université Bauhaus.

Dès 1937, le régime nazi a créé un camp de concentration près de Weimar, celui de Buchenwald, un petit bois où Goethe aimait se promener. (Source)

Si vous souhaitez voir mes photos, il suffit de cliquer sur la carte ci-dessous.

Il me reste à parler de deux villes de Thuringe (Iena et Gera)  avant de partir encore plus à l’est, en Suisse Saxonne. Vous verrez, c’est très étonnant comme région 👍.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Weimar (D)

Voyage, voyage: Erfurt (D)

Il y a un certain temps (pour ne pas dire un temps certain!) je vous avais promis des photos d’un séjour en Allemagne et plus précisément en Thuringe. Après Eisenach et Gotha, je vais vous emmener cette fois visiter quelques endroits de la ville d’Erfurt.

Erfurt est une ville d’Allemagne, capitale de la Thuringe, évêché catholique et ville universitaire, fondée au 8e siècle, traversée par la rivière Gera.

Erfurt est la plus grande ville de Thuringe et l’une des trois métropoles régionales aux côtés de Gera et Iéna. Outre l’administration régionale, Erfurt est le siège d’institutions importantes : le tribunal fédéral du travail, l’université d’Erfurt et l’évêché, dont la cathédrale (Erfurter Dom) constitue aux côtés du Krämerbrücke l’un des principaux monuments de la ville. La ville possède en outre un important noyau médiéval avec de nombreuses maisons à colombages et plus de vingt églises anciennes. (Source)

Comme d’habitude, mes photos partagées sont visibles en cliquant sur le bouton ci-dessous et en faisant défiler vers le bas. Les photos sont cliquables pour agrandissement.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Erfurt (D)

La ville européenne de l’année

La ville gagnante a reçu les louanges d’un jury d’urbanistes du fait de la préservation de son patrimoine et de sa politique d’amélioration du bien-être de ses habitants.

Après délibération entre des urbanistes venus de toute l’Europe, c’est en effet la ville médiévale d’Amersfoort, située en plein milieu des Pays-Bas, qui a emporté la mise grâce à des points forts qui ont convaincu le jury. “Amersfoort bénéficie d’une vision à long terme pour la ville qui donne la priorité à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens“, explique dans un communiqué le co-évaluateur principal Jon Phipps. (Source)

Je ne sais pas si vous avez été intéressé par ce classement mais j’en profite pour vous inviter à me suivre dans la découverte de cette ville dont je vous ai parlé il y a déjà 3 ans et qui vous a peut-être échappé.

Continuer la lectureLa ville européenne de l’année

Voyage, voyage: Monréal (D)

En France, le nom de Montréal est porté par plusieurs communes situées dans l’Ardèche, l’Ariège, l’Aude, la Drôme, le Gers et l’Yonne mais aujourd’hui c’est en Allemagne que je vous emmène, dans la région de l’Eifel volcanique pour un Monréal sans “t”.

Pour info, il existe une association des “Montréal”.

Celui dont je vais vous parler est un joli village où les maisons à colombages, rouge et blanc essentiellement, se blottissent les unes contre les autres. On y trouve des ruelles étroites, une pittoresque église de la Sainte-Trinité, l’imposant pont Nepomuk qui enjambe l’Elzbach et les ruines des châteaux de Löwenburg et Philippsburg. Des éléments attractifs, pour qui aime ça, qui en font une belle destination d’excursion dans l’est de l’Eifel. (Source et plus d’info)

Ruines de Löwenburg ((forteresse aux lions)) et Philippsburg
Façades à colombages
Eglise de la Sainte-Trinité

Les ponts sur l’Elzbach

Pont pour accéder au village
Statue de Saint-Jean de Nepomuk
Le calvaire avec les quatre figures de lion du XVIe siècle

J’espère bien retourner dans ce bel endroit l’année prochaine sous le soleil 😉.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Monréal (D)

Voyage, voyage: Montréal (F)

Un peu d’histoire pour commencer grâce à un panneau explicatif:

Au 11ème siècle commença l’épopée d’une grande dynastie: la lignée des Anséric, seigneurs renommés, puissants vassaux des ducs de Bourgogne.

En 1228, les habitants de Montréal se voient accorder une chartre d’affranchissement et en 1255 le dernier des Anséric est condamné à l’exil. Montréal devient alors la propriété des ducs de Bourgogne.

En 1521, le roi François 1er séjourne à Montréal et confirme la chartre d’affranchissement. En 1599, le roi Henri IV fait raser les fortifications et, à partir de cette date, Montréal vit à l’écart des grandes pages de l’histoire et devient village. 

En 1900 Montréal comptait 595 habitants et en 2022, moins de 200 personnes y résidaient à l’année.

Et si vous en voulez encore c’est par ici 😊.

Et par contre si vous voulez faire la balade avec moi il faut cliquer juste en dessous.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Montréal (F)

Voyage, voyage: l’Abbaye de Fontenay (F)

Après vous avoir fait découvrir Noyers-sur-Serein, je vous emmène un peu plus loin visiter un haut lieu de la région: l’Abbaye de Fontenay.

L’Abbaye de Fontenay, une des plus anciennes abbayes cisterciennes, a été fondée par Saint-Bernard en 1118.

Après la Révolution française qui entraîna le départ des moines, elle a été reprise comme bâtiment industriel, ce qui a permis de préserver l’ensemble des bâtiments de style roman : l’église abbatiale, le dortoir des moines, le cloître, la salle capitulaire, la salle des moines et la forge.

L’Abbaye est agrémentée d’un parc paysager qui a été classé « Jardin Remarquable » en 2004 par le Conseil National des Parcs et Jardins.

L’Abbaye est depuis 1820 la propriété privée d’une même famille, qui poursuit la conservation de ce site exceptionnel en l’ouvrant à la visite toute l’année. Elle accueille chaque année plus de 100 000 visiteurs, qui viennent admirer la beauté et la pureté d’une architecture préservée depuis 900 ans, et goûter au calme d’un lieu profondément spirituel. (Source)

 

Ci-dessous nous voyons l’entrée de l’Abbaye.

Une fois la porterie passée, on voit les très beaux bâtiments intérieurs et les parterres. La porterie est surmontée d’un étage reconstruit au 15e siècle. C’était le logement du frère portier. Nous nous baladons un peu avant de rentrer dans les bâtiments qui sont ouverts à la visite.

Le platane que l’on voit ci-dessus à gauche a été planté en 1780 et mesure 35 mètres de haut pour une circonférence de 6 mètres.

L'enfermerie à droite

Isolé à l’extrémité du dortoir, ce petit bâtiment du 16e siècle est souvent considéré, de par son nom comme une ancienne prison. Il est vrai que les abbés avaient droit de haute et basse justice sur les terres de l’abbaye. Certains préfèrent y voir un lieu où l’on conservait (« enfermait ») les biens les plus précieux de l’abbaye, livres ou objets de culte. Le mur pignon de cette construction n’est autre que l’unique élément subsistant du réfectoire du 13e siècle. (Source)

L’église abbatiale

Nous entrons dans l’église construite à partir de 1139  sur un plan en croix latine. De pur style roman, elle est voûtée en berceau brisé.

La statue de Notre-Dame de Fontenay (fin du 13e) est l’un des plus beaux exemples de la statuaire bourguignonne

Le chœur est couvert de carreaux émaillés des XIIe et XIIIe siècles. On y trouve également un remarquable retable sculpté du XIIIe siècle, ainsi qu’un ensemble de pierres tombales dont celle de l’évêque anglais Ebrard de Norwich, qui finança la construction de l’abbatiale.

Le cloître

On voit ici le chœur du monastère où les moines lisaient ou accomplissaient des tâches pratiques. Les quatre galeries qui entourent le préau forment un ensemble de 36 mètres sur 38.

Le dortoir des moines

Cette vaste salle possède une magnifique charpente en chêne qui date de la seconde moitié du 15e et évoque la coque d’un navire renversé. La règle de Saint-Benoît stipulait que tous les moines devaient dormir dans la même pièce. Ceux-ci étaient installés sur de simples paillasses disposées à même le sol et séparées par des cloisons basses. (Source: dépliant de l’Abbaye)

La forge

Ce grand bâtiment (53 mètres sur 13.5) a été construit par les moines à la fin du 12e. Les moins forgerons de Fontenay développaient une production industrielle commercialisée aux alentours. La dérivation  de la rivière faisait tourner des roues actionnant les martinets (grands marteaux hydrauliques) qui battaient le fer. (Source: dépliant de l’Abbaye)

Le logis abbatial

Cet élégant édifice de la première moitié du 18e siècle était le logement des abbés commendataires, nommés par le roi, lorsque Fontenay passa sous le régime de la commende en 1547. Habitation coquette, ce bâtiment est loin de la rigueur cistercienne.

La lumière de Fontenay

Nichée au creux d’un vallon boisé, l’Abbaye de Fontenay bénéficie d’une luminosité particulière. La lumière de Fontenay, très singulière, éclaire à toute heure du jour les bâtiments, les jardins et les forêts avoisinantes, et crée des contrastes chromatiques magnifiques entre la blondeur de la pierre, la palette de verts de la végétation environnante et le bleu du ciel, offrant aux visiteurs un spectacle inoubliable d’une grande beauté. L’abbatiale bénéficie d’une atmosphère tamisée et intime de semi-pénombre grâce à l’éclairage doux de la lumière traversant les sobres vitraux.

La lumière de Fontenay est recherchée et appréciée par les photographes. Les prises de vue amateurs sans trépied sont autorisées dans l’Abbaye.

La visite se termine et nous ressortons par la porterie empruntée pour entrer dans le domaine abbatial.

J’espère que la visite de cet endroit vous a plu autant qu’à moi 😊.

Continuer la lectureVoyage, voyage: l’Abbaye de Fontenay (F)

Voyage, voyage: Noyers-sur-Serein (F)

Je vais bien sûr partager avec vous ma découverte de ce charmant village de l’Yonne mais j’aimerais commencer par la raison qui m’a menée précisément là.

Il y a quelques mois, je participais régulièrement à l’atelier d’écriture en ligne du blog Brickabook. La photo proposée en février m’avait inspiré ce texte et j’avais eu envie de savoir où avait été prise la photo proposée. Ayant trouvé qu’il s’agissait de Noyers, j’avais noté le nom dans une liste d’endroits à voir un jour. Puis j’avais oublié… Jusqu’à ce que, en me baladant dans le village, je passe devant l’endroit d’où avait été prise la photo!👍

J’ignorais à l’époque que ce village avait souvent servi de lieu de tournage pour le cinéma et la télévision.

  • En 1946, André Berthomieu choisit Noyers-sur-Serein pour son film Amour, Délices et Orgues.
  • En 1966, la scène de l’auberge dans La Grande Vadrouille de Gérard Oury est tournée dans une maison de Noyers. Les personnages joués par Bourvil et Louis de Funès, en cavale, posent leurs bicyclettes contre un mur et se glissent dans une auberge en plein banquet de la Wehrmacht.
  • En 1982, une partie du feuilleton L’Esprit de famille, de Roland-Bernard, est tournée dans le centre du village, notamment devant la mairie et devant l’église, avec les acteurs Maurice Biraud, Véronique Delbourg et Érik Colin.
  • Début 1984, le clip de la chanson New Moon on Monday du groupe anglais Duran Duran est tourné dans les rues du village.
  • En 1986, Giorgio Treves tourne à Noyers quelques scènes de son premier long métrage, Le Mal d’aimer.
  • En 1988, pour Antenne 2, Josée Dayan installe sa caméra à Noyers pour réaliser Le Chevalier de Pardaillan, une série télévisée en quinze épisodes.
  • En 1990, une partie du téléfilm L’Enfant des loups est tournée dans le village.
  • Pendant l’été 2006, le petit bourg médiéval se transforme en décor de cinéma le temps de quelques jours. Un retour en l’année 1645, de la terre battue dans les rues : c’est Molière de Laurent Tirard qui y est tourné, avec Romain Duris, Fabrice Luchini, Laura Morante, Édouard Baer et Ludivine Sagnier. La même année, Hollywood pose aussi ses caméras à Noyers, pour les scènes du village dans le film Stardust, le mystère de l’étoile de Matthew Vaughn avec Robert De Niro et Michelle Pfeiffer.
  • En 2009, Noyers sert de décors pour la huitième saison d’Une famille formidable, diffusée sur TF1. En 2011, trois épisodes de la neuvième saison de la série sont également tournés, en juin, à Noyers. En 2012, la production y pose aussi ses valises pour y tourner une partie de la saison 10.(Source)

Bref, nous avons pris beaucoup de plaisir à parcourir les rues de ce village hors du temps où il fait bon vivre. Les maisons anciennes à colombages, les ruines du château, les charmantes petites boutiques où on est bien accueilli,…tout concourt à un sentiment de bien-être.

Vous pourrez découvrir mes photos en cliquant

Continuer la lectureVoyage, voyage: Noyers-sur-Serein (F)

Voyage, voyage: Euskal Herria (E), Guernica-5

Guernica  est une commune de Biscaye dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Capitale historique et spirituelle du Pays basque, elle est particulièrement connue pour sa destruction, le , par les aviateurs de la légion Condor, envoyés par Hitler afin de soutenir le général Franco.

Ce bombardement a inspiré de nombreux artistes : Guernica est le nom d’un tableau de Pablo Picasso, d’une sculpture de René Iché, d’une des premières musiques électroacoustiques de Patrick Ascione, d’une composition musicale de René-Louis Baron et d’un poème de Paul Éluard (La victoire de Guernica). (Source)

Lors de ce bombardement, les deux tiers des bâtiments ont été détruits mais la Maison des Assemblées et le célèbre Arbre de Guernica sont restés intacts.

Reproduction en mosaïque de la célèbre toile de Picasso (Aujourd'hui, le tableau est installé au Musée Reina Sofia à Madrid).

La Maison des Assemblées, que l’on peut voir ci-dessous, est aujourd’hui le siège des Juntes générales de Biscaye, organe institutionnel suprême du territoire, et le lieu où le lehendakari ( chef de gouvernement de la communauté autonome du Pays basque espagnol) prête serment après son investiture par le Parlement basque espagnol.

L’ensemble monumental de la maison des Juntes de Guernica est constitué par le bâtiment de Santa María la Antigua, avec ses différentes salles, et l’arbre avec ses alentours.

L' Arbre de Guernica, symbole des libertés traditionnelles des Biscayens, et par extension des Basques.
Bâtiment annexe de la Maison des Assemblées

Ci-dessous, nous pénétrons dans la salle des Assemblées.

Le bâtiment actuel est de type néoclassique et réunit les fonctions d’église et de parlement. Pour cela il a une surface elliptique où se trouvent les sièges des élus et dans la tête se trouve un autel qui est converti en pupitre présidentiel.

Le décor est composé de différents éléments qui font référence à l’histoire de Biscaye. Dans les parois se trouvent vingt-six tableaux des différents seigneurs qui ont été à la tête de la seigneurie de Biscaye.(Source)

Un grand triptyque carré intitulé Lírica y religión (Lyrique et religion) complète cette salle qui rappelle la Galerne qui le 20 avril 1878 a coûté la vie à 200 pêcheurs de Bermeo.

Mais ce qui est à coup sûr le plus impressionnant dans cet édifice c’est le vitrail qui se trouve entre l’antichambre et la salle de l’assemblée. Cet endroit est appelé sala de la vidriera (salle du vitrail). La représentation de l’arbre de Guernica en verre occupe une surface de 235 m².

La bibliothèque de cette Maison des Assemblées est assez impressionnante également.

Bibliothèque et archives de la Casa de Juntas

C’est vraiment un très beau bâtiment où on découvre de nombreux détails d’ornement comme par exemple le vitrail ci-dessous.

A proximité de la Maison des Assemblées se trouve le Musée Euskal Herria

Le Musée Euskal Herria installé dans le Palais Alegria, l’un des rares bâtiments de Guernica à avoir été épargné par les bombardements de 1937. Entièrement reconstruit au milieu du XVIIIème siècle, l’édifice présente un style baroque avec sa façade en pierre et ses trois balcons à balustrades.

Il s’agit d’un musée ethnographique qui a pour objectif d’enseigner aux visiteurs l’importance de l’histoire, de la politique et de la culture basque, et de leur faire découvrir les spécificités de son peuple. (Source)
Malheureusement nous étions un peu trop tard pour le visiter de même que le Musée de la Paix, lui aussi fermé 🙁.

 

Musée Euskal Herria

Nous terminons ce rapide tour de Guernica avec l’église Santa Maria…

…et l’auditoire en plein air Seber Altube.

J’espère que cette découverte vous aura permis de découvrir un peu cette ville dont on ne connaît souvent que la toile de Picasso.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Euskal Herria (E), Guernica-5

Voyage, voyage: Euskal Herria (E), Gaztelugatxe-4

Je l’ai dit précédemment, nous avions envie d’explorer la partie espagnole du Pays Basque mais le déclencheur a été notre envie d’aller voir un lieu assez impressionnant.

Je n’ai personnellement pas regardé la série Game of Thrones mais, à moins de vivre sur une autre planète, il était difficile de ne pas en entendre parler. Or un des lieux de tournage se trouve être l’ermitage de San Juan de Gaztelugatxe à 35 km à l’est de Bilbao.

San Juan de Gaztelugatxe est le château de Peyredragon de Daenerys Targaryen. Un îlot magique au bord de la mer. Gaztelugatxea été le théâtre de pirates, sabbats et légendes et ce n’est pas par hasard qu’il accumule des titres tels que «merveille plus votée” ou enclave « plus appréciée » par des voyageurs du monde entier. (Source)

Le vrai nom de Gaztelugatxe peut se traduire par « château-rocher » en basque (« gaztelu » = château et « aitz » = rocher).(Source).

Et donc, munis de notre billet d’accès, nous avons courageusement entrepris l’ascension des 241 marches inégales qui zigzaguent jusqu’au sommet. Nous n’avons, malheureusement, pas pu faire sonner trois fois la cloche de l’ermitage pour nous porter chance parce que la corde était coincée tout en haut!

Si vous voulez me suivre sans avoir à grimper les 241 marches pour voir l’ermitage puis redescendre, il vous suffit de

Pour mieux aprécier les photos, je vous invite à cliquer dessus dans le Sway pour les voir en grand, en espérant que cet endroit vous plaît autant qu’à moi 😊.

Et je termine en ajoutant que nous n’en avons pas encore fini avec le Pays Basque espagnol 😉.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Euskal Herria (E), Gaztelugatxe-4