Voyage, voyage: Marmande (F)

A une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d’Allemans du Dropt (que je vous ai présenté récemment) se trouve la ville de Marmande, capitale de la tomate.

Nous y avons passé très peu de temps en juillet 2020, trouvant que la ville était “morte”. Peut-être était-ce dû à la situation sanitaire et est-ce mieux en d’autres temps, toujours est-il que nous avons erré moins d’une heure dans cette ville en ne croisant quasi personne.

Wikipédia nous dit que Marmande est un ancien castrum romain, entré dans l’histoire en 1182 avec la charte qui lui fut accordée par Richard Cœur de Lion.

Je vous montre les quelques photos prises quand même à Marmande mais c’est juste pour vous amener à l’œuvre monumentale qui a fait que j’ai malgré tout eu envie de consacrer un article à cette ville.

Commençons par la cloche chinoise qui est exposée dans le square de Verdun:  inaugurée en début d’année du Serpent (à sonnettes ?) pour les Chinois, la cloche marmandaise aura marqué Marmande !(source)

Un peu plus loin nous voyons l’église Notre-Dame mais, comme je ne me suis pas renseignée au préalable et que la ville ne nous enthousiasme pas plus que ça, nous loupons le cloître qui est paraît-il intéressant. Une autre fois peut-être… 😉

Notre-Dame (Marmande)

Nous admirons quelques jolies façades anciennes au passage.

L’œuvre qui m’a tellement impressionnée est le mur historique qui se trouve sur le boulevard Richard Cœur de Lion. Réalisé en 1994 en grès cérame par la mosaïste plasticienne Mathilde L’Huillier et ses parents, ce mur de 5 mètres de haut couvre 250 m² et est impressionnant. Un vrai très grand livre d’histoire.

Les mots de l’artiste:

Cette fresque est l’une des plus belle que nous ayons faite en famille pour la région. Un beau souvenir, elle représente très bien la technique en grille, dessinée par ordinateur,  de taille imposante, avec au besoin transformations dernière minute, vérification avant expédition, plaques régulières, faciles à mettre en carton pour expédition. (source)

Cette mosaïque évoque des événements importants de l’histoire de la ville du Concile de Granon en 673 jusqu’au siège de la ville par Henri IV en 1580.

Assurément une très belle découverte que je ne suis pas près d’oublier et si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire de la famille Lhuilier, il suffit de cliquer ici.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Marmande (F)

Voyage, voyage: Allemans du Dropt (F)

Après vous avoir fait découvrir, il y a un peu plus de deux ans, une ville allemande où la Marseillaise est jouée chaque jour, voici venu le moment de vous parler d’un village français qui s’appelle Allemans 😊, juste retour des choses. En pays de Guyenne, cette cité de caractère est située dans le département du Lot-et-Garonne  en région de Nouvelle Aquitaine.

Le village d’Allemans-du-Dropt doit son nom à la confédération germanique des Alamans, qui l’envahit au VIe siècle. La date de fondation d’Allemans ne peut être précisée. Le plus ancien document qui pourrait prouver son existence date de l’an 817. 

En 1896, la commune prit le nom d’Allemans-du-Dropt pour se distinguer de ses nombreux homonymes. Nom que le village a failli perdre lors de la 1ère Guerre Mondiale afin de réprouver la conduite des Allemands.(source)

Si vous êtes prêts à me suivre dans cette découverte, il vous suffit de cliquer

J’espère une fois encore que la balade vous aura plu 😊.

PS: vous pouvez voir les photos du Sway en grand en cliquant simplement dessus 😉. 

Continuer la lecture Voyage, voyage: Allemans du Dropt (F)

Voyage, voyage: Saint-Sever (F)

En partant ou revenant de vacances, nous prévoyons souvent de petites haltes découvertes à des endroits que nous ne visiterions pas en d’autres occasions.

C’est le cas de  Saint-Sever, dans les Landes, à 18 kilomètres au sud de Mont-de-Marsan. Cette petite ville se trouve sur la voie de Vézelay du chemin de Compostelle (mais nous n’y sommes pas arrivés à pied 😉).


Son nom provient de Saint-Sever, un des évangélisateurs de la Novempopulanie (no stress, moi aussi c’est la première fois que je lis ce nom 😉) mort en martyr vers 407.

Cette ancienne ville médiévale, doit sa réputation à sa majestueuse abbatiale, fondée à la fin du Xe siècle et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.
C’est dans cette abbaye qu’a été enluminé le Beatus de Saint-Sever. (source)

L’église abbatiale de Saint-Sever, datée des XIe et XIIe siècles, est réputée pour son riche décor sculpté et son chœur à six absidioles échelonnées.

Elle est située sur la place du Tour du Sol qui tient probablement son nom de la trajectoire du soleil qui réchauffe ses murs tout au long de la journée. Des jeux taurins ont animé cette place jusqu’en 1854.

Vue depuis l’intérieur

Les sculptures de ses chapiteaux polychromes

Le jardin du cloître

Fac-similé du Beatus de Saint-Sever, dit aussi Apocalypse de Saint-Sever.  Il s’agit d’un manuscrit enluminé du XIème siècle contenant notamment un commentaire de l’Apocalypse de Beatus de Liébana. L’original est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France.
Plusieurs pièces consacrées au Beatus dans le tout nouveau musée d’art et d’histoire du Cap de Gascogne (film, livre numérique…) vous permettront de découvrir ce manuscrit. 

Le Beatus de Saint-Sever est le seul exemplaire connu réalisé au nord des Pyrénées, témoins des liens étroits noués entre l’abbaye et l’Espagne. 

En poursuivant notre visite du lieu, nous découvrons un puits (profondeur 27 mètres jusqu’au limon, la margelle ayant disparu) où se trouvait une partie de la cuisine des bâtiments conventuels. Juste à côté, une niche dans le mur abritait probablement une sorte d’évier.

La poursuite de notre balade dans les rues pleines d’histoire, nous amène au Couvent des Jacobins, monument datant de 1280, abritant le musée. C’est le seul couvent dominicain du grand Sud-Ouest intégralement conservé. Nous voyons ci-dessous les arcades et le cloître.

Moins sérieusement, nous avons aussi découvert le siège de cette association 😊 qui doit probablement être au repos depuis plus d’un an…

Que dire encore si ce n’est que c’est bien là qu’on trouve le fameux poulet fermier St-Sever, premier label rouge de l’histoire et la célèbre usine de plumes et duvets : Pyrenex (je signale que cette pub est gratuite 😊).

A bientôt pour d’autres balades 👋.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Saint-Sever (F)

Voyage, voyage: La Bastide-Clairence (F)

Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas encore vraiment voyager qu’on doit se priver du souvenir des endroits plaisants visités l’été dernier 😉. Je vous invite à entrer dans un des plus beaux villages de France, la Bastide-Clairence.

Jardin du restaurant “Les arceaux”

Fondée en 1314 par Louis 1er roi de Navarre et futur roi de France pour s’offrir un débouché sur la mer « Bastida de Clarenza » reste marquée par la diversité de population et de religion que son statut lui apporta. Façades blanches rayées de vert ou de rouge rappellent néanmoins que l’on est en Pays Basque. (source)

Après un rapide tour du village, je vous propose de découvrir un cimetière chrétien unique en France: il est constitué de dalles de pierre, à même le sol, qui font le tour de l’église.

Assez de blablas, des photos seront beaucoup plus explicites 😃.

Pour être transporté à La Bastide-Clairence, il suffit de cliquer

J’espère que vous aurez apprécié autant que moi la découverte de ce bel endroit chargé d’histoire.

Continuer la lecture Voyage, voyage: La Bastide-Clairence (F)

Balade à Clermont-sur-Berwinne (B)

On se doute que l’hiver n’a pas dit son dernier mot mais, comme on dit, ce qui est pris est pris et les températures dignes d’un très beau printemps que nous connaissons depuis quelques jours invitent à la promenade dans différents coins de notre beau pays.

Aujourd’hui je vous invite à découvrir un village classé parmi les plus beaux villages de Wallonie, il est situé en Pays de Herve, sur la Berwinne et il s’agit de Clermont-sur-Berwinne.

Vue sur le village depuis le Pré Desonay où se trouvait antan le premier château

Ce village, dont l’existence est prouvée depuis 1230, deviendra très vite une seigneurie de type médiéval.

Notre balade commence sur la place de la Halle où ce que nous remarquons en premier est l’hôtel de ville si particulier. 

On dit souvent que “les Clermontois se marient sur la rue” parce que l’hôtel de ville d’origine enjambait déjà la chaussée. Cette particularité a été maintenue lors de la reconstruction en 1888. C’est à ce moment qu’a été ajoutée la tour en poivrière. 

De face
De profil

En face de l’hôtel de ville se trouve l’église Saint-Jacques le Majeur (17ème siècle).  Implantée en hauteur, elle domine le village auquel elle semble tourner le dos en raison de l’absence de parvis et de l’entrée latérale.

A partir du 17ème siècle, les constructions en bois ont progressivement laissé la place à des construction en pierre de style Renaissance Mosane. C’est le cas de la  Maison Pirenne située à droite de l’église.

Juste à côté de l’église, se trouve logiquement la maison du curé. On y découvre un chronogramme gravé sur les pierres de taille qui entourent l’entrée.

D’autres photos prises à proximité:

Ci-dessus on voit “le bac” ou “fontaine Saint-Jean” qui a servi de lavoir pendant plusieurs siècles. Les habitants du village viennent encore parfois s’y approvisionner en eau. Cette source servait surtout à alimenter le ruisseau qui faisait tourner le moulin du seigneur. Elle ravitaillait également les douves du premier château disparu de nos jours.

C’est ici que nous quittons Clermont sur une dernière vue prise d’un peu plus haut au retour de la promenade à travers champs.

Je vous souhaite une très bonne journée.

Continuer la lecture Balade à Clermont-sur-Berwinne (B)

Voyage, voyage: La chapelle impériale de Biarritz (F)

Au cours de l’été 2020, en vacances au Pays Basque, nous apprenons que des visites guidées sont organisées dans la chapelle impériale construite au XIXème siècle à la demande  d’Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III.

Il est à noter que…

En raison de la régence qu’elle exerça au cours de la guerre de 1870, elle est la dernière femme à avoir gouverné la France avec les prérogatives d’un chef d’État (source)

Comme il y a longtemps que nous ne sommes plus allés à Biarritz et que nous fuyons le côté trop touristique de la ville, nous décidons de nous inscrire à cette visite.

Un peu d’histoire

Enfant, la petite Eugénie, découvre Biarritz en compagnie de sa mère, la comtesse de Montijo. Elle y reviendra plus tard, sur les conseils de son médecin, pour des bains de mer. A cette époque, Biarritz ne comptait qu’environ 300 habitants vivant essentiellement de la pêche.

Le destin d’Eugénie est modifié quand  la reine d’Espagne, dont  elle était la dame de compagnie, lui présente Napoléon. Ce dernier lui fera la cour pendant quatre ans avant de l’épouser. C’est dans la maison prêtée par le maire de Bayonne, que le jeune couple passera son voyage de noces. Eugénie est tellement attachée à la région (et comme je la comprends!) que, en 1855, Napoléon fait construire la villa Eugénie à Biarritz .

Jusqu’en 1870, la cour impériale ne manqua que peu de rendez-vous d’été à Biarritz et attira à sa suite le gotha international. La Reine Isabelle d’Espagne, le Roi de Wurtemberg, Léopold II de Belgique, les souverains du Portugal, le Prince Jérôme Bonaparte, le Prince Albrecht de Bavière, le Prince Walewski, les Princes de Metternich, le Chancelier Bismarck, les écrivains Prosper Mérimée et Octave Feuillet s’y succédèrent au fil des années. (source)

En 1863, Eugénie exprime le souhait de faire construire une chapelle dans le jardin de sa villa. Elle s’en ouvre à Prosper Mérimée qui lui conseille l’architecte qui a imaginé la flèche de la cathédrale de Bayonne.

Le 5 mars 1865, la première messe est célébrée dans la chapelle impériale.

La chapelle impériale

Comme Eugénie est originaire de Grenade, il n’est pas étonnant que sa chapelle soit construite dans un style mêlant roman-byzantin (dorures) et hispano-mauresque. Elle est dédiée à la vierge noire mexicaine Notre-Dame de Guadalupe (en souvenir de la guerre que la France menait alors dans ce pays).

Suivant les vœux d’Eugénie, il y a toujours quatre messes par an célébrées dans la chapelle:

  • Le 9 janvier pour l’anniversaire de la mort de Napoléon III
  • Le 1er juin pour celui de la mort du prince Impérial
  • Le 11 juillet pour celui de l’Impératrice Eugénie
  • et le 12 décembre pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe.

J’espère que vous aurez pris plaisir à me suivre dans cette visite qui sort un peu des clichés liés à Biarritz 😊.

Continuer la lecture Voyage, voyage: La chapelle impériale de Biarritz (F)

Voyage, voyage: Morlanne (F)

En vacances au Pays Basque, notre hôtesse, toujours de bon conseil et jamais à court d’idées intéressantes,  nous a suggéré de nous rendre à Morlanne (dans le Béarn, en Terre de Soubestre) où une visite guidée était organisée. Nous avons passé un très bon moment dans les rues du village et dans le château de Morlanne.

Pour vous situer un peu l’endroit, sachez que le village médiéval de Morlanne est situé à environ 20 km de Pau.

Étymologiquement, l’hypothèse la plus vraisemblable serait que le nom de Morlanne vienne du latin mor qui a donné en gascon mor/morre ayant pour sens « sommet arrondi », et du terme lanne, qui veut dire lande. Le nom signifierait donc le sommet sur la lande.

Le village date du Moyen-Âge mais ne s’est véritablement développé qu’au moment de la guerre de Cent ans lorsque Gaston Fébus le choisit comme bastion défensif.

Le village était constitué à l’époque de deux agglomérations l’une autour du château (Castetbieilh) et l’autre autour de l’église.

Gaston Fébus fit alors ériger la Carrère du château ( rue principale caractérisée par sa construction typique des villes nouvelles au Moyen-Âge) pour relier ces deux quartiers. et maîtriser ainsi le recensement de la population. Il découpa le terrain en lanières et en donna une à chaque habitant afin qu’il y installe sa maison et son jardin. Chaque propriété s’étendait jusqu’aux remparts constitués d’argile et de bois (disparus de nos jours). Le village ainsi organisé (le Castelnau) et fortifié fera partie intégrante de la défense mise en place par Fébus.

Ci-dessous, le château, la partie de le Carrère du château qui va de celui-ci à l’église avec les maisons bien alignées.

Je vous invite à me suivre à travers les rues de Morlanne et je vous rappelle qu’on peut voir les photos en grand, en cliquant dessus 😉.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Morlanne (F)

Voyage, voyage: (le bon) Sens (F)

Nous nous y sommes arrêtés en partant en vacances cette année et nous avons trouvé cette ville très belle. En plus, en voyant les panneaux directionnels Sens – Soucy on s’est mis à rêver à un monde vraiment…sans soucis 😊. 

Nous approchons de Sens, nous y serons bientôt, la route est prometteuse: la journée sera belle 🌞.

La ville de Sens est située à environ 100 km au sud-est de Paris, en région Bourgogne-Franche-Comté. J’avoue que je sais peu de chose de cette région sauf qu’on y trouve de beaux toits en tuiles vernissées et que j’aime beaucoup ça.

Si vous avez envie de me suivre dans cette jolie ville dont on parle peu, vous découvrirez le centre ville (hôtel de ville, halles,…) mais aussi

  • la cathédrale Saint-Etienne: la première cathédrale gothique de France mérite à coup sûr une visite,
  • le  Palais-Musée: étonnant. Accolés à la cathédrale, les bâtiments du Palais synodal et de l’ancien archevêché accueillent progressivement l’ensemble des collections senonaises. La visite prend un certain temps tellement le musée est spacieux (plusieurs étages). Sans oublier, à proximité, la Chambre des Merveilles,
  • le parc du Moulin à Tan, à quelques minutes du centre ville, ce parc de 15 hectares est un des plus visités de Bourgogne.

J’ai bien sûr pris quelques photos à Sens et je les partage volontiers si vous cliquez

Comme d’habitude, j’espère que vous aurez apprécié la balade presque à mes côtés…

Continuer la lecture Voyage, voyage: (le bon) Sens (F)

Voyage, voyage: Bidache (Pays Basque) (2)

Le lundi d’habitude c’est le jour de l’écriture sur base d’une photo proposée sur le blog Brick a book mais, en cette période où rien n’est plus vraiment habituel, il n’y a pas eu de proposition de photo alors, à la place, j’ai décidé de vous emmener avec moi en voyage. J’espère que ça vous plaira 😊.


Il y a un peu plus d’un an  je vous avais proposé un article sur la ville de Bidache au Pays Basque et j’y regrettais de ne pas avoir trouvé dans mes archives de photos du cimetière israélite de Bidache.

Comme c’est ma région de coeur, je me suis fait un plaisir d’y retourner, sans me forcer 😊, et d’y prendre enfin quelques photos de l’endroit. Tant qu’à faire, je me suis aussi un peu documentée sur l’origine de cette communauté juive à Bidache.

De la fin du 16ème siècle à la Révolution française, Bidache constitue une petite principauté qui se proclame « souveraine », sous la souveraineté de la famille de Gramont, prétention généralement considérée avec sérieux par les historiens. (source)

Un peu d’histoire

A la fin du 15ème siècle, les juifs sont expulsés d’Espagne puis du Portugal lors de l’Inquisition ibérique. Ces “marchands portugais” sont accueillis en France par les rois Henri II et Henri III. 

En 1602, la veuve de Philibert de Gramont et maîtresse du roi Henri IV, obtient de ce dernier un arrêt qui autorise les juifs à s’installer où ils le veulent dans le royaume. Dès lors, la famille de Gramont s’instaura en protectrice des juifs dans un mélange d’intérêt et de sincérité. Il est donc normal qu’un terrain pour enterrer leurs morts leur ait été attribué à Bidache.

J’ai collecté et fortement résumé des informations glanées dans deux livres sur le Pays Basque. Le premier, spécifique, m’a été offert (merci Catherine 😘) et le second, plus général, acheté dans un office de tourisme.

Et y a pas de photos me diront les habitués? Patience, les voilà, ci-dessous…

L'entrée du cimetière
Il reste une centaine de tombes

Ce cimetière classé atteste de l’importance de la communauté juive à Bidache entre la fin du 17ème et le 18ème siècle.
Bien sûr les juifs ne venaient pas à Bidache que pour y mourir mais également pour y pratiquer leur religion et y faire commerce ainsi qu’en témoignent les deux bâtiments ci-dessous:

Je m’en voudrais de finir cet article sur Bidache en occultant la mairie et l’église de Saint-Jacques le Mayeur (édifice de style néogothique construit au XIXe siècle)  sous l’autel de laquelle se trouve la crypte des Gramont.

J’espère que cette petite partie d’histoire de France, ou plutôt de Navarre, vous aura fait voyager dans le temps et en terres basques.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Bidache (Pays Basque) (2)

Découverte du fort de la Chartreuse (B)

Je vous l’avais annoncé et, en plus, il se trouve que la date d’aujourd’hui convient plutôt bien à ce que je vous propose. En effet, je vous emmène cette fois, pas très loin de chez moi,  au fort de la Chartreuse qui domine le quartier d’Amercœur à Liège.

Ce fort fut construit, entre 1817 et 1823, à l’époque du Royaume uni des Pays-Bas afin de protéger la cité.

Il tient son nom du monastère de l’Ordre des Chartreux qui occupa le site du 14ème siècle à la Révolution liégeoise. Il n’aura cependant jamais de rôle stratégique important.

En 1891, le fort est déclassé et devient une simple caserne. Il sert de prison pour les patriotes belges durant la Première Guerre mondiale (1914-1918). Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1944, l’armée américaine l’utilise comme hôpital militaire.

De moins en moins utile au ministère de la défense nationale, il est démilitarisé en 1981: les derniers militaires quittent l’ancien fort en 1988. (source)

Génie 1914-1918

Génie 1914-1918

Bastion des fusillés

Bastion des fusillés

A Liège, le site de l'ancien Fort de la Chartreuse abrite un lieu de mémoire particulier. Il est le premier à avoir été consacré à la résistance civile. Durant la guerre 14-18, 48 hommes y ont été fusillés par l'occupant allemand.

La Chartreuse a servi de prison pour des centaines de Belges qui osèrent se dresser contre l'envahisseur et lui résister. C'est à la Chartreuse qu'ont été conduits, la veille de leur exécution, les condamnés à mort par l'autorité militaire allemande.

Détail

Détail

Le réseau Clarence

Le réseau Clarence

Réseau de renseignements belgo-français de la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Libération, le fort a servi d'hôpital militaire à l'armée américaine.

C’est donc un endroit empreint de mémoire sur lequel on trouve de nombreux témoignages liés aux deux guerres mondiales mais, comme il est abandonné depuis plus de 30 ans, une partie des photos des bâtiments relèvent davantage de l’urbex que d’un domaine strictement militaire.

C’est une expérience que je n’avais encore jamais vécue mais, je l’avoue, j’ai aimé ça 😊.

La nature reprend ses droits

C’est aussi un endroit très arboré (voir carte ci-dessous) où il est agréable de se promener.

Ces quelques photos apportent une touche supplémentaire au portrait de la région où je vis.

La prochaine fois, je pense vous emmener plus loin parce que je ne vous ai pas encore dévoilé toutes les beautés du Pays Basque découvertes cette année, du temps où on pouvait encore voyager…

Ceci dit, ne nous plaignons pas trop: en Belgique, on peut encore se déplacer, même en période de confinement 👍.

A bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lecture Découverte du fort de la Chartreuse (B)