Voyage, voyage: l’île de beauté (fin)

Cet article sera le dernier  à chanter les louanges de cette île de beauté qu’est la Corse. J’ai mis longtemps à aller voir ce qu’il en était réellement mais je n’ai à aucun moment regretté de l’avoir fait. La nature y est souvent sauvage, comme je l’aime, fleurie, avec des roches incroyables aux couleurs étonnantes. Les routes parcourues et les villes et villages traversés m’ont tous donné l’envie d’en savoir davantage et je croise les doigts pour un jour y retourner approfondir la découvertetelechargement-1

J’espère néanmoins par cette dizaine d’articles vous avoir fait (re)découvrir certains endroits fabuleux.

Je vous livre encore quelques photos, déjà empreintes de nostalgie, présentant quelques dernières jolies découvertes en chemin.

Ci-dessous, les fameux porcs corses (Porcu nustrale) qu’on rencontre un peu partout, en enclos ou en liberté totale mais qui servent à fabriquer les charcuteries corses si goûteuses.

dscn2816-copier

Nous laissons les porcs se reposer pour aller voir un endroit moins terre-à-terre, la fameuse cascade appelée Voile de la mariée à Bocognano.

dscn2820-copier

Le chemin qui y mène est escarpé mais agréable malgré tout grâce au chant de la cascade qui devient de plus en plus audible au fur et à mesure qu’on se rapproche.

dscn2822-copierdscn2821-copier

Et enfin apparaît devant nous cette très belle cascade dont on comprend bien ce qui a justifié son nom.

dscn2823-copier

dscn2827-copier

Une dernière vue sur le paysage au départ de notre chambre d’hôtes, on regrette déjà de devoir partir tristesse

dscn2843-copierEt puis, pour finir en beauté, enfin je l’espère ,je vous offre ces quelques fleurs corses

2016-24-10-15-32-472016-24-10-15-33-51

Mais bon, la fin d’un voyage, ouvre la promesse d’autres belles découvertes à venir…

arc en ciel

 

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (10), Piana et les callanche (non il ne faut pas « s » c’est le pluriel corse)

S’il y a bien un endroit où circuler pour s’en mettre plein les mirettes c’est à coup sûr le long de la route des calanche de Piana.

Je vous invite à me suivre dans cette belle découverte en cliquant sur le lien ci-dessous…

 https://sway.com/s/F3laxoyO12qGt2ZU/embed

Et, comme deux visiteurs m’ont posé la question, je précise, au passage, que la présentation est bien personnelle et pas piquée sur un autre blog/site  smiley . Sinon j’aurais indiqué la source bien sûr…

Vous comprenez mieux maintenant pourquoi on l’appelle « Île de beauté »? D’ailleurs je trouve qu’ici il manque un « s » car c’est vraiment une île de beautés et je comprends la fierté des Corses
telechargement

 

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Beauté (9) Ajaccio

Il s’agit bien sûr d’un air connu de Tino Rossi, probablement le chanteur corse le plus connu de nos parents, voire de nos grands-parents.

Ajaccio, c’est aussi une ville de plus de 100.000 habitants. On est donc loin des mignons petits villages que je vous ai présentés avant mais, aller en Corse sans voir Ajaccio, c’est juste inconcevable. Nous allons donc y aller aujourd’hui.

Ci-dessous, voilà la vue dont nous jouissions chaque matin en sortant de notre chambre d’hôtes: les montagnes et les immenses fleurs de cactus magnifiques 👍

Mais je vous ai promis Ajaccio alors, on y va.

La manufacture de tabac d’Ajaccio a été fondée en 1913, puis reprise en 1920 par l’industriel Henri Alban, propriétaire d’une usine de transformation du tabac en feuille à Bône (Algérie) . La succursale d’Ajaccio a été la seule usine de transformation du tabac en Corse durant quatre ans. Elle allait être concurrencée par l’usine de Toga (Haute-Corse) à partir de 1924 ; cette rivalité commerciale devait contribuer au déclin de l’établissement ajaccien qui cessa de fonctionner en 1940. La manufacture avait été équipée industriellement avec des machines à grand rendement, elle a longtemps représenté la seule industrie d’Ajaccio et de sa proche région. La main-d’oeuvre était surtout féminine. L’usine avait employé jusqu’à 110 personnes en 1924. Cet établissement est l’unique cas urbain, d’une tentative d’industrialisation dans le sud de la Corse et il demeure un témoignage matériel dans l’histoire mouvementé de la culture et de la commercialisation du tabac qui avait débuté en 1818 sur l’île. L’usine Alban constitue pour la Corse un exemple rare d’architecture d’inspiration néo-mauresque ; la façade principale est décorée de mosaïques polychromes (source).

Le 30 avril 1492 à l’extrémité du promontoire de Capo di Bollo, à l’emplacement appelé Punta della Leccia, la banque de Saint Georges fait poser la première pierre de ce château fort qu’on appellera u castellu. Dans l’enceinte même de la citadelle on construit l’église Santa Croce et un moulin à vent qui va permettre aux habitants de la cité d’y apporter leur blé à moudre.A la fin du XVe siècle la nouvelle cité baptisée Aiacciu s’étend à l’intérieur d’un triangle délimité par la piazza del diamante, la piazza del olmo et la citadella (source).

Bon, vous vous doutiez qu’on allait parler du natif le plus célèbre d’Ajaccio bien sûr même si moi, étant Belge, c’est surtout Waterloo que je connais siffle

200w

De gauche à droite ci-dessus, sa maison natale, un écusson qui montre la fierté des Corses, le monument commémoratif de Napoléon 1er et la grotte Napoléon.
Concernant cette dernière, la tradition orale et la légende ont fait de « a grotta » le lieu où Napoléon enfant (mais il avait quitté Ajaccio à l’âge de 9 ans), adolescent (lorsqu’il est revenu pour un 1er séjour, il en avait 17) venait nourrir ses rêves de grandeur en contemplant la mer.
Cette tradition est probablement née en 1831 , lors de la visite officielle du prince de Joinville, l’un des fils du roi-citoyen Louis-Philippe.
Elle est devenue, depuis, l’un des symboles du culte bonapartiste local (source: panneau explicatif à proximité de la grotte).

Statue de Napoléon et ses frères

Ci-dessus, à droite, le chemin qui mène à la tour génoise et au phare des Sanguinaires 

La chapelle des Grecs, sur la route des Sanguinaires
Tout en haut, la tour génoise de Capo Nero
A droite, la Chapelle palatine dite impériale, crypte de la famille Bonaparte
Statue du Cardinal  Joseph Fesch, fondateur du musée qui porte son nom
Le phare des Sanguinaires
Alphonse Daudet « Les lettres de mon moulin », le phare des Sanguinaires (extrait)
Et pour finir, cette grande sculpture de femme nonchalamment allongée dans l’herbe dont j’ignore l’auteur.

Et pour garder l’ambiance bien de là-bas je vous propose un moment musical…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (8), le pont génois de Zipitoli

Ce pont génois est un ouvrage d’art qui date du XVe siècle. Il est classé monument historique. Il se trouve sur la commune de Bastelica.

Une agréable balade au coeur de la forêt de Pineta nous amène vers ce pont dont l’arche unique enjambe la rivière d’Ese.

Heureusement que des panneaux nous guident étant donné qu’on ne voit rien depuis la route.

Sampiero Corso fait partie, avec Napoléon 1er et Pascal Paoli,  des Corses les plus célèbres.

Nous continuons sur les routes sinueuses et rencontrons quelques cochons sauvages.

Nous arrivons ensuite à Tavera.

Ce village doit son nom à une famille noble espagnole, dont le père s’appelait Juan Antonio Pagano nobile Tavera. Arrivant en Corse au XVIe siècle dans la région d’Ajaccio, elle s’installa très vite dans la montagne à 800 m, dans un endroit nommé Tavera Vecchia (Tavera la vieille). À cet endroit subsistait une vieille église romane datant du VIIe siècle non loin du village actuel de Bocognano. Puis cette famille, avec ses serviteurs, descendit dans la vallée et fonda Tavera. Ils construisirent en 1622 une grande maison appelée Casalta (la maison haute). Une autre maison, érigée plus tard, porte le nom de Casa-nova.

Napoléon Bonaparte, alors capitaine d’artillerie, s’opposa à Pascal Paoli, qui voulait rattacher la Corse à l’Angleterre. Dénoncé et poursuivi, Bonaparte quitta précipitamment Corte pour Ajaccio, et trouva refuge à Tavera, dans la famille Mancini.

L’essor du village fut vraiment réel vers 1880, avec une des premières maisons communales comprenant une école, édifiées en Corse. Et se développa avec l’arrivée du chemin de fer (gare de Tavera) (source).

En chemin, nous trouvons ce panneau explicatif au col de Scalleda, un des principaux cols de Corse..

La montagne est un élément déterminant de la vie des communautés insulaires.
Par son étendue, son altitude et sa structure, elle découpe la Corse en 2 régions naturelles (l’Au-delà et l’En-deça des monts) et cloisonne la majeure partie des microrégions.

A bientôt pour la suite de nos balades corses…

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (7), Sartène

Nous continuons sur les routes corses qui nous mènent cette fois à Sartène.
Les maisons aux façades grises et brunes, les remparts de granit dominant la vallée donnent beaucoup de caractère à ce magnifique endroit. Baladez vous dans les rues du vieux Sartène, perdez vous dans ce labyrinthe de venelles pavées et de passages secrets.

« La plus corse des villes corses » selon Prosper Mérimée, Sartène domine le golfe du Valinco et offre un panorama exceptionnel jusqu’aux aiguilles de Bavella. Cette « Ville d’Art et d’Histoire » vous fera découvrir un patrimoine urbain, religieux, naturel d’une grande diversité et d’une grande richesse (source).

dscn2435-copierdscn2436-copierdscn2437-copierdscn2438-copierdscn2440-copierdscn2443-copierdscn2446-copier

dscn2447-copierdscn2449-copier

dscn2458-copier

dscn2460-copier

dscn2466-copier
L’église Sainte-Marie

dscn2465-copier

Le « Catenacciu » littéralement « l’enchaîné » vous fera revivre l’ascension du christ au Mont Golgotha dans la ferveur religieuse de centaine de pèlerins venus de  toute la Corse.

dscn2463-copier
La croix portée par le pénitent pendant la procession

 

Nous mangeons une très bonne assiette de charcuteries corses sur la terrasse agréable du restaurant Le Sartène puis visitons le moulin à huile où nous pouvons voir tous les outils nécessaires à la fabrication d’une bonne huile d’olive.

dscn2467-copierdscn2468-copierdscn2469-copierdscn2471-copier

dscn2472-copier

A bientôt pour la suite de la balade…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Beauté (6) les Aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella (I Forchi di Bavedda en corse) dominent le col du même nom à 1 218 m. Les localités de Quenza, Zonza et Conca sont implantées en arc de cercle au sud-ouest du col de Bavella.

J’ai adoré l’ambiance un peu mystérieuse de l’endroit où la brume recouvrait tout. Nous venions d’un endroit très ensoleillé et le contraste avec cette atmosphère spéciale était saisissant et intéressant à côtoyer et à immortaliser en photos smiley

dscn2333-2-copierdscn2334-2-copier

dscn2336-2-copier
Rencontre inattendue avec les ânes à croix brune sur le dos

dscn2339-2-copierdscn2340-2-copierdscn2341-2-copierdscn2342-2-copierdscn2346-2-copierdscn2348-2-copier

dscn2349-2-copier

dscn2354-2-copier

dscn2356-2-copierdscn2358-2-copierdscn2359-2-copierdscn2360-2-copier

dscn2372-2-copier
L’église Santa Maria Assunta à Zonza (style néo-gothique)
dscn2375-2-copier
J’aime les vieilles pierres…
dscn2376-2-copier
…et je ne suis pas la seule 😉
dscn2380-2-copier
Vue sur les Aiguilles au loin

dscn2382-2-copierdscn2396-2-copier

dscn2398-2-copier
C’est fou tout ce  qu’on rencontre sur les routes corses!

dscn2401-2-copierdscn2402-2-copierdscn2403-2-copierdscn2407-2-copierdscn2409-3-copierdscn2411-2-copierdscn2413-2-copier

img_0633-2-copier
Le panneau et la statue de Notre-Dame des Neiges

C’est une des plus belles célébrations de l’île. Celle de Notre-Dame des Neiges, la sainte patronne de Bavella. Chaque année des centaines de pèlerins viennent rendre hommage à la vierge blanche de l’Alta Rocca, face aux célèbres aiguilles.  Les processions et les célébrations de Marie, sainte protectrice de la Corse, sont nombreuses sur l’île. Celle de Bavella a une particularité, le cadre unique des Aiguilles de Bavella. Notre-Dame des Neiges, c’est le nom qu’ont donné les habitants à la vierge qui leur est apparue en plein hiver.Chaque été depuis les années 50, pèlerins et touristes montent tout en haut du col pour déposer des offrandes, une bougie ou un souvenir pour honorer la sainte patronne et les proches disparus. Des centaines de personnes viennent ainsi célébrer Notre-Dame des Neiges. Certains dès le petit matin, marchent depuis Zonza jusqu’à l’esplanade du col de Bavella. La statue immaculée est portée par les religieux jusqu’à la chapelle de Sainte-Marie, pour un moment de recueillement, de chants et de prières (source)

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Beauté (5)Porto Vecchio

La troisième commune de l’île de Beauté est Porto-Vecchio. C’est là que je vous emmène aujourd’hui même si ce n’est pas du tout ma ville préférée de Corse: beaucoup trop touristique à mon goût, touristique dans le mauvais sens du terme bien sûr…

Un peu d’histoire

C’est sur un vaste rocher d’immenses porphyres roses que les sénateurs de Gènes proposèrent en 1539 à l’Office de San Giorgio, richissime banque génoise, d’élever une forteresse permettant la mise en valeur de la plaine et l’exportation de denrées vers leur propre cité.

Ainsi naît la Citadelle de Porto-Vecchio. Malgré un golfe large et un arrière pays fertile, l’endroit n’en demeure pas moins une très forte aire de paludisme et un vrai nid de pirates barbaresques.

De 1540 à 1589, la citadelle a été trois fois détruite puis reconstruite. La République de Gênes finit par céder l’île à la France en 1768.

Un an plus tard, les troupes du Roi Louis XV prennent possession du « Bastion de France » ainsi rebaptisé et s’installent sur un espace fortifié de 3 hectares.(source)

dscn2276-2-copier

dscn2277_st-jean-baptiste-2-copier
L’église Saint-Jean-Baptiste, place de la République
dscn2278-2-copier
Détail
dscn2279-2-copier
Intérieur

dscn2280-2-copier

dscn2283-2-copier
Les fortifications: le Bastion de France

Pour en apprendre davantage sur la citadelle de Porto-Vecchio, c’est par ici

dscn2301-2-copier
La porte génoise

dscn2285-2-copierdscn2299-2-copier

dscn2303-2-copierdscn2307-2-copier

dscn2308-2-copierdscn2312-2-copier

dscn2313-3-copier
Tortue sauvage corse

dscn2318-2-copierdscn2324-2-copier

dscn2326-2-copier
Le cimetière de Porto-Vecchio
dscn2329-2-copier
Insectes corses au repos 😉

Notre prochaine escale corse aura lieu dans un endroit qui m’a fortement impressionnée et surtout qui m’a beaucoup plu: les Aiguilles de Bavella.

Un peu de patience…

 

 

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (4), Bonifacio

Benvenuti a Bunifazziu !

Riche d’une histoire qui trouve ses sources à l’époque néolithique, Bonifacio a été le siège d’événements historiques qui ont marqué profondément la ville par ses édifices religieux, son architecture médiévale, ses constructions militaires, son complexe portuaire …
En vous rendant à Bonifacio, vous découvrirez un site extraordinaire par sa situation, entre mer et maquis, un musée vivant et authentique où l’artisanat local est mis à l’honneur. Vous serez totalement dépaysé à quelques milles du continent et passerez un séjour inoubliable dans un cadre idyllique et nature !
(source)

Bonifacio, prononcé « Bonifatchou » ou presque, par les autochtones, est une jolie ville du sud de la Corse qui tirerait son nom de Boniface II de Toscane.

Impossible de rater la citadelle, construite par les Génois, qui surplombe la ville ainsi que les falaises de calcaire impressionnantes et magnifiques. Une excursion en bateau permet de mieux voir celles-ci mais également de pénétrer dans des grottes paradisiaques.

DSCN1877 (Copier)

DSCN1882 (Copier)
Ici commence la montée vers la citadelle…
DSCN1884 (Copier)
…et ça monte un certain temps mais ça vaut vraiment la peine

DSCN1894 (Copier)DSCN1904 (Copier)DSCN1906 (Copier)DSCN1912 (Copier)

DSCN1913 (Copier)
L’entrée de la citadelle

DSCN1914 (Copier)

DSCN1919 (Copier)
Il fait bon flâner dans les petites rues pitoresques

DSCN1921 (Copier)

DSCN1923 (Copier)
La rosace de l’église Sainte-Marie Majeure

DSCN1950 (Copier)

Le très beau cimetière marin, presque tout blanc

DSCN1977 (Copier)

DSCN1998 (Copier)
La descente de l’escalier du roi d’Aragon
DSCN1999 (Copier)
Nous descendons jusqu’au niveau de la mer
DSCN2004 (Copier)
Arrivé en bas de l’escalier, on peut encore circuler un peu sous la falaise

DSCN2009 (Copier)DSCN2016 (Copier)

DSCN2040 (Copier)
Le rocher dit du grain de sable
DSCN2084 (Copier)
On voit bien ici la pente de l’escalier du roi d’Aragon
DSCN2085 (Copier)
Les maisons au bord de la falaise
DSCN2146 (Copier)
Au loin, le Bélem et la Madonetta (voir plus bas)
DSCN2148 (Copier)
Le rocher dit du cochon
DSCN2157 (Copier)
C’est magnifique à l’intérieur des grottes
DSCN2171 (Copier)
Le phare de la Madonetta
DSCN2175 (Copier)
Le Bélem, « c’est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau, hissez haut! »
DSCN2177 (Copier)
Dans le port se trouvent quelques bateaux de SDF (Sans Difficultés Financières) bénéficiaires de RMI (Revenus Mensuels Illimités)

Bon, ce n’est pas Saint-Trop mais ça m’a quand même fait penser à cette chanson de Vincent Baguian qui hue ceux « qui agitent leurs yachts trop gros sous le nez des petits badauds… » Allez, je partage avec vous   Résultats de recherche d'images pour « gif animé gratuit note de musique »

 

bonjour

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (3), Murato, Sorio, Lozari, l’Île Rousse, La Pietra, Corbara, Aléria

Nous continuons notre découverte de la Corse avec, pour débuter, cette église que je trouve très spéciale et très belle: Saint-Michel de Murato, édifiée en 1140 alors que la Corse était gouvernée par Pise, elle a été consacrée en 1283.

Elle est construite en blocs calcaires (blancs) et en blocs de serpentine (verdâtres).

DSCN1728 (2) (Copier)DSCN1733 (2) (Copier)DSCN1734 (2) (Copier)

Isolé à 475 mètres d’altitude, cet édifice roman de style pisan est daté du XIIème siècle (vers 1140). La légende veut qu’il ait été bâti par des anges en une nuit : Elle était stratégiquement située pour servir de point de rassemblement pour les populations environnantes isolées. 

Le charme de Saint Michel tient autant à sa grâce et à son équilibre qu’au choix de son implantation sur un site enchanteur (Le site de Lourinion est signalé sur la carte de la Corse dessinée par le cartographe et astrologue grec d’Alexandrie Ptolémée, vers 150.). En 1839, Mérimée évoquait Saint-Michel (San Michele di Muratu) comme « la plus élégante et la plus jolie église qu’il ait vu en Corse ».

En 1855, le clocher porche fut rehaussé par Achille Murati – petit fils du lieutenant de Pascal Paoli à la demande de la population qui désirait mieux entendre la cloche)

Mais ce qui frappe d’emblée dans cette édifice religieux, c’est sa polychromie : la serpentine (ou chloritite) de la rivière du Bevincu se détache avantageusement sur la pierre calcaire de Saint-Florent. Cette église romane jouit en outre d’une ornementation extérieure foisonnante : Chapiteaux gravés, modillons sculptés, minutieux travail d’encadrement des fenêtres meurtrières (source)

DSCN1749 (2) (Copier)

Ci-dessus, une des nombreuses croix aux quatre vents présentes en Corse. La Corse est balayée par 7 vents qui viennent des 4 points cardinaux. Ils portent les noms de rêve d’Orient et sont généralement paisibles même s’il leur arrive parfois de se déchaîner…

  • le Libecciu, vient du Sud-Ouest ou de l’Ouest et peut-être très violent, allant même jusqu’à déraciner des arbres!
  • la Tramuntana,souffle du Nord et apporte le froid en hiver,
  • le Mistral vient du continent, de la vallée du Rhône. Il est sec en été, humide en hiver tout comme le Sirocco qui souffle du Sud-Est et peut apporter la pluie sur la moitié orientale,
  • la Gricale, vient du Nord-Est et ne concerne que la face orientale de l’île,
  • la Ponenté, souffle de l’Ouest et est accompagné de perturbations,
  • le Levante vient de l’Est, plus ou moins violemment et apporte les nuages. Il peut s’accompagner de pluie et rend la mer houleuse.

(Inspiré librement d’un panneau installé sur place par Histoires de pierres et d’eau)

DSCN1752 (2) (Copier)

DSCN1755 (2) (Copier)
Sorio

DSCN1767 (2) (Copier)

DSCN1770 (2) (Copier)
Voyez-vous la route qui serpente dans la montagne?

DSCN1773 (2) (Copier)

DSCN1781 (2) (Copier)
Le gris des rochers de la Haute-Corse sur la D81
DSCN1782 (2) (Copier)
La plage de Lozari, à 7 km de l’Île Rousse
DSCN1787 (2) (Copier)
Le marché couvert de l’Île Rousse
DSCN1790 (2) (Copier)
Le phare de la Pietra
DSCN1798 (2) (Copier)
On devine à droite la tour génoise en ruines
DSCN1806 (2) (Copier)
Presqu’île de la Pietra
DSCN1809 (2) (Copier)
Les rochers n’ont plus la même couleur grise…
DSCN1817 (2) (Copier)
Les ruines de la tour génoise de la presqu’île
DSCN1831 (2) (Copier)
Corbara, en Ballagne
DSCN1832 (2) (Copier)
L’église de l’Annonciation
DSCN1834 (2) (Copier)
Le parvis est entièrement réalisé en galets de différentes couleurs
DSCN1838 (2) (Copier)
Dans le village de Corbara…
DSCN1839 (2) (Copier)
Une très belle découverte: le musée privé de Guy Savelli à Corbara, à ne rater sous aucun prétexte! L’homme est un passionné…

Poursuivons notre route jusqu’à Aleria où nous nous baladons un moment à la découverte de l’endroit.

DSCN1858 (2) (Copier)
Je m’arrête un instant devant la majesté de cette porte massive
DSCN1860 (2) (Copier)
Le fort de Matra

DSCN1861 (2) (Copier)

DSCN1870 (2) (Copier)
Un angle du toit du fort de Matra à Aléria

Après cette dernière photo de l’église, nous quitterons Aléria pour nous rendre  à Bonifaccio (dans le prochain article sur la Corse)

DSCN1873 (2) (Copier)
Le clocher de l’église Saint-Marcel
Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de beauté (2) Canari, Olmeta di Tuda, Corte, Saint-Florent, Oletta

DSCN1597 (2) (Copier)

Nous poursuivons notre découverte de la Corse cette fois du côté de Canari où nous voyons ces étonnantes plages de couleur peu habituelle, heureusement qu’il y a un panneau explicatif.

DSCN1578 (2) (Copier)DSCN1579 (2) (Copier)DSCN1581 (2) (Copier)

DSCN1586 (2) (Copier)
J’aime beaucoup ces ânes avec une croix brune sur le dos
DSCN1592 (2) (Copier)
Olmeta di Tuda
DSCN1596 (2) (Copier)
Corte
DSCN1602 (2) (Copier)
Corte
DSCN1617 (2) (Copier)
La citadelle de Corte

DSCN1624 (2) (Copier)

DSCN1627 (2) (Copier)
Une étonnante tour triangulaire, ce qui est assez rare
DSCN1630 (2) (Copier)
Un peu partout en Corse, on rencontre des statues de Pascal Paoli, figure emblématique de la fondation de l’identité corse
DSCN1639 (2) (Copier)
Dans cette maison sont nés Joseph Napoléon Bonaparte, roi de Naples et d’Espagne et Jean-Thomas Arrighi de Casanova,  duc de Padoue

DSCN1650 (2) (Copier)DSCN1654 (2) (Copier)

DSCN1664 (2) (Copier)
Saint-Florent

DSCN1667 (2) (Copier)DSCN1669 (2) (Copier)

DSCN1676 (2) (Copier)
Saint-Florent
DSCN1682 (2) (Copier)
Saint-Florent
DSCN1706 (2) (Copier)
Oletta: l’église Saint-André

DSCN1717 (2) (Copier)

DSCN1724 (2) (Copier)
Musée d’art sacré d’Oleta

DSCN1725 (2) (Copier)

Ceci est loin de clôturer les photos sur la Corse, ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle Île de beauté…

Continuer la lecture
  • 1
  • 2
Fermer le menu