Je suis Belge

Il y a un mois et demi environ, je vous disais ici ma fierté (bien que modeste) à appartenir au peuple belge à nul autre pareil. Nul chauvinisme là-dedans, juste une satisfaction due au hasard de la vie.

Si vous ne vivez pas sur la lune vous ne pouvez pas avoir raté l’info de la disparition de la meilleure représentante de l’esprit (aussi appelé grain de folie😊) belge .

Madame la baronne nous a quittés sans avoir jamais perdu son énergie et sa bonne humeur communicatives. Elle n’a jamais renié non plus ses origines, les faisant même rayonner partout sur son passage.

On pouvait bien sûr ne pas être sensible à ce qu’elle faisait mais en voyant les hommages qui affluent de toutes parts, on ne peut nier son parcours exceptionnel: 700 chansons au style enjoué et festif, une vingtaine de comédies musicales et d’opérettes, une quarantaine de films, une trentaine de séries et téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre, elle a aussi donné près de 10 000 galas.

Amie des plus anciens (Gabin, Mariano, Aznavour, Delon, Line Renaud,…) comme des plus jeunes (MC Solar, Virginie Effira,…) qui tous sont unanimes sur sa bienveillance, sa gentillesse et surtout sa simplicité dans ses rapports aux autres.

Pas question de vous faire réécouter Tata Yoyo ou Chaud Cacao. J’avoue que j’ai hésité à choisir “Ça ira mieux demain” qui serait d’à propos vu l’ambiance générale actuelle.

J’ai finalement opté pour une chanson beaucoup moins connue d’un autre chanteur belge, disparu lui aussi, Jean Vallée, qu’elle interprétait avec tellement de coeur.

Nul doute que la bonne du curé va mettre une sacrée ambiance au paradis des artistes…

Continuer la lecture Je suis Belge

Ma belgitude…

J’ai reçu, il y a quelque temps déjà, un message qui m’a fait redresser fièrement la tête et dont je me suis largement inspirée pour composer l’article ci-dessous. Le 21 juillet on célèbre la fête nationale belge et le moment me semble plutôt bien choisi pour le publier.

Si Bécaud a chanté “La  solitude, ça n’existe pas” et bien moi je pourrais vous chanter “La belgitude ça existe bien”.Je vous invite à prendre le temps de visiter les fondamentaux de mon pays, carrefour de l’Europe, paradoxalement morcelé, riche de trois langues nationales et de 120 langues maternelles (et à ce jour toujours sans gouvernement 😊). 

Les mots en blanc sont des liens qui peuvent raviver vos souvenirs ou révéler de bonnes surprises, n’hésitez pas à cliquer dessus 😉.

Être Belge…

C’est un doux surréalisme, aux saveurs de croquettes aux crevettes, de moules-frites, de “gauff” de Liège. C’est déguster le meilleur chocolat et les meilleurs bières au monde et pétiller au Chant d’Éole en compagnie de Ruffus (ben oui, nous pouvons aussi être chauvins, parfois 😉).

NB.: Les photos ci-dessous proviennent toutes d’internet.

Être Belge…

C’est se sentir Magritte, en costume de Tintin ou de Spirou. Contempler Rubens, Van Dijk ou Brueghel, sur un air de Sax(o).
Entrer dans une gare de Delvaux en compagnie du Chat de Geluck, de la mouette de Gaston Lagaffe ou des Schtroumpfs.
S’étonner de la petite taille du Manneken Piss et compter les boules de l’Atomium (et pas l’inverse n’est-ce pas Rotpier 😈). Mais aussi lire Van Cauwelaert, Nothomb ou Yourcenar avec fierté.
C’est se rappeler que Tintin a été le premier à marcher sur la lune…et s’étonner de la drôle de frimousse de Dirk Frimout, notre astronaute qui est aussi un exemplaire vivant du professeur Tournesol!

Être Belge…

C’est piloter comme Icks et pédaler comme Merckx. C’est un smach de Hénin, une volée de Clijsters, un ace de Goffin ou un tir d’Eden Hazard.

C’est chanter avec Brel, Adamo, rêver avec les Wallace Collection ou boire un coup avec le Grand Jojo. C’est croiser Annie Cordy avec un chapeau d’Elvis Pompillo sur la tête…

C’est se dire “Alors on danse” avec Stromae ou fredonner avec Maurane, Lara Fabian, Selah Sue, Alice on the Roof, Plastic Bertrand ou Axelle Red. Mais bien sûr sans oublier notre petit chouchou, Loïc Nottet 😍 (n’hésitez pas à écouter).

Être Belge…

C’est Poelvoorder avec Arno, Bernard Yerlès, Patrick Ridremont et François Damiens sur un air de Toots Thielemans. C’est sublimer Virginie Effira et Marie Gillain en écoutant chanter Pierre Rapsat

C’est la pipe de Simenon  et le génie “jeudemotesque” de Stephane De Groodt, digne fils de Raymond Devos. C’est aussi s’appeler De France quand on se prénomme Cécile et être “aware” comme JCVD 😁.

Être Belge…

C’est discuter cinéma avec les frères Dardenne et Jaco Van Dormael  sans oublier Yolande Moreau, Olivier Gourmet, Bouli Lanners, etc..

 

Être Belge enfin, c’est être fier, sans finalement trop s’y croire 😉.

Si vous me connaissez, vous savez que j’aime beaucoup l’humour (belge bien sûr 😉) et je vous invite à regarder cette capsule qui vous aidera un peu à mieux nous comprendre…ou pas…😂.

Continuer la lecture Ma belgitude…

Les couleurs des hommes

Lors de mon (tout récent 😎) séjour au Pays Basque, j’ai croisé partout ces drôles de grosses têtes noires rigolotes avec des yeux et des bouches de toutes les couleurs. Elles servent bien sûr au tri sélectif des déchets mais elles m’ont  interpellée en ces temps où on parle beaucoup de racisme et de décolonisation.

Elles m’ont aussi rappelé cette ancienne chanson que j’écoutais dans ma jeunesse et qui me semblait bien coller à ce que je ressentais, du coup, j’ai eu envie de la partager ici. Peut-être ne la connaissez-vous pas.

Paroles
Un petit garçon est venu me voir tout à l’heure
Avec des crayons et du papier
Il m’a dit je veux dessiner un homme en couleur
Dis-moi comment le colorier
Je voudrais qu’il soit pareil que moi quand je serai grand
Libre, très fort et heureux
Faut-il le peindre en bleu, en noir ou en blanc
Pour qu’il soit comme je le veux
Si tu le peins en bleu, fils
Il ne te ressemblera guère
Si tu le peins en rouge, fils
On viendra lui voler sa terre
Si tu le peins en jaune mon fils
Il aura faim toute sa pauvre vie
Si tu le peins en noir fils
Plus de liberté pour lui
Alors le petit garcon est rentré chez lui
Avec son beau cahier sous le bras
Il a essayé de dessiner toute la nuit
Mais il n’y arriva pas
Si tu le peins en bleu, fils
Il ne te ressemblera guère
Si tu le peins en rouge, fils
On viendra lui voler sa terre
Si tu le peins en jaune mon fils
Il aura faim toute sa pauvre vie
Si tu le peins en noir, fils
Plus de liberté pour lui
Si l’on veut trouver une morale à ma chanson
C’est assez facile en somme
Il suffit de dire à tous les petits garçons
Que la couleur ne fait pas l’homme
Source : LyricFind

J’ai mis le texte pour que vous puissiez mieux vous en imprégner. Bien sûr les paroles datent un peu et ne sont plus tout à fait pertinentes mais j’aime quand même beaucoup la conclusion qui, elle, est toujours bien d’actualité, même si ce n’est pas le cas pour tout le monde…😑

Je suis rentrée hier de vacances et quand j’aurai sorti la tête des lessives et du rangement, je vais pouvoir reprendre petit à petit mon rythme habituel et passer visiter les blogs que j’ai laissés un peu sur le bord de la route en raison de conditions informatiques elles aussi en vacances 😏

Continuer la lecture Les couleurs des hommes

Du côté de chez Ma

Comme tous les samedis je tente de relever le défi de Ma: illustrer en photo l’expression ou le mot proposé.

Le choix est assez large cette semaine puisqu’il s’agit de “l’art dans la ville”. Plusieurs clichés peuvent répondre à cette définition l’art étant présent sous diverses formes. Me sont venues à l’esprit des photos de statues humaines, que j’apprécie, de vraies statues, de pierre ou de bronze, des murs peints, dont j’ai déjà partagé beaucoup de photos sur mon blog, voire même des  bâtiments de musées magnifiques (Bilbao, Metz, Stuttgart, Munich,…) qui sont eux-mêmes des oeuvres d’art dans la ville.

Finalement mon choix s’est porté sur un autre type d’art exercé dans la ville: la musique.

Je vous propose donc une photo d’un joueur de didgeridoo. Cet instrument plaît assez à mon côté surréaliste belge puisque Wikipédia nous dit que

Le didgeridoo est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres, bien qu’il soit en bois.  🤨

Dave Johnson, Lübeck, 2014

Comme chaque samedi je vous propose d’aller voir les autres illustrations du sujet chez Ma mais, pour terminer avec humour et avant de vous envoyer “dans la ville”,  je ne résiste pas au partage du dessin ci-dessous. Bon week-end.

PS: En cadeau, une courte vidéo

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Le Musée de la Boverie à Liège (B)

Il y a bientôt 4 ans, je vous avais emmenés découvrir les environs du Musée de la Boverie récemment rénové à Liège.

A l’époque on pouvait se balader librement et agréablement dans le parc attenant ainsi que parcourir la passerelle Belle Liégeoise en croisant des joggers ou des cyclistes qui profitaient eux aussi du soleil (qui a dit qu’il pleuvait toujours en Belgique? 🤨).

A l’époque, je vous avais montré très peu l’intérieur du Musée. Aujourd’hui nous sommes confinés et, en conséquence, nous passons plus de temps devant nos ordinateurs.

J’ai pensé que c’était l’occasion d’en profiter pour visiter, depuis votre canapé, ce très beau musée sans aucun risque de contamination 😃

Pour cela, il suffit de cliquer

Faites-vous plaisir, il y a moyen de naviguer dans de nombreuses photos de qualité en parcourant les galeries et en plus sans vous fatiguer 😊

Source

Continuer la lecture Le Musée de la Boverie à Liège (B)

Découverte artistique 📷

J’ai eu récemment l’occasion de voir une exposition d’étonnantes photos subaquatiques dans la très agréable galerie Lierhman.

Les photos sont l’oeuvre du talentueux photographe belge Harry Fayt.

D’aussi loin que remontent ses souvenirs, le photographe Harry Fayt a toujours été attiré par l’eau. Vers l’âge de 15 ans, il découvre un numéro de Vogue et décide de devenir photographe de mode afin de sublimer la femme. C’est à l’école Félicien Rops de Namur que Harry Fayt suivra sa formation de photographe quelques années plus tard.

En 2006, Harry Fayt lance son studio de portraits à Liège et investit dans du matériel subaquatique. Il commence alors par photographier des bébés nageurs avant de devenir photographe de mode sous l’eau.

Dans ce genre de photographie tout relève du challenge : la technique, la sécurité, les modèles, les décors. C’est un défi constant de stratagèmes et de créativité pour Harry Fayt et son équipe. Plus le projet est grand, plus il est excitant confie l’artiste.(source)

La jeune chanteuse belge Typh Barrow s’est prêtée au jeu avec son instrument fétiche. 

Ci-dessous, la préparation d’une séance photo sous l’eau: ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile à réaliser 😏.

Quelques oeuvres accrochées aux cimaises de la galerie:

Ci-dessous, vous trouverez encore deux  photos des tirages. Faut-il dire que je vous encourage vivement à aller voir cette expo si vous en avez la possibilité 👍.

Cette photo est inspirée par “La naissance de Vénus” de Botticelli

Celle-ci met en scène “Les trois Grâces” à la mode du peintre Raphaël

J’espère que vous aurez apprécié autant que moi cette très belle découverte d’un jeune talent prometteur, original et Belge 😉.

Continuer la lecture Découverte artistique 📷

Consoles, gargouilles et drôles de bouilles

Que d’eau, que d’eau aujourd’hui! Les garnitures qui suivent guident l’eau qui coule par les gouttières ou les tuyaux et certaines ont vraiment des drôles de bouilles! La garniture s’invite décidément partout en rue et ça me ravit 😀

Et c’est bien normal vu que…

Continuer la lecture Consoles, gargouilles et drôles de bouilles

Voyage, voyage: Amersfoort et le Musée Mondrian (NL)

A une vingtaine de kilomètres au N-E d’Utrecht, Amersfoort s’est développée très tôt (12ème siècle) à l’abri d’une forteresse.

Avec ses grandes places animées à toute heure, ses vieilles rues commerçantes et son vaste marché, la ville natale de Mondrian est une cité attachante, qui a choisi un rocher pour étendard, symbole d’autodérision*! Portes médiévales, ceintures de canaux noyés dans la verdure, églises gothiques et maisons patriciennes, le coeur historique d’Amersfoort est une invitation à la déambulation.(source)

*: En 1663, Everard Meyster, aristocrate un peu excentrique, lança un jour le pari qu’il parviendrait à convaincre les habitants de Amersfoort de rouler un rocher de 9 tonnes, le Kei, à l’intérieur des murs de la ville. Avec beaucoup d’enthousiasme et avec l’aide de beaucoup de bière et de bretzels frais, 400 personnes d’Amersfoort ont relevé le défi.

Je vais bien sûr vous emmener à ma suite dans le coeur de cette ville agréable mais également évoquer son enfant le plus célèbre, le peintre Piet Mondrian (1872-1944) dont les couleurs de prédilection sont bien représentées ci-dessous.

Vous connaissez la chanson maintenant, pour voir le montage de mes photos, il suffit de cliquer

Ah, au fait, les Pays-Bas ne veulent plus être appelés Hollande!

C’est la résolution des Pays-Bas pour la nouvelle année : ne plus être appelés « Hollande ». En effet, les ministères, les ambassades, les entreprises, les universités et les institutions du pays pourront seulement utiliser « Pays-Bas » désormais. Le pays a également créé un nouveau logo pour le représenter, un NL en forme de tulipe.

Ah, au fait, les Pays-Bas ne veulent plus être appelés Hollande!

C’est la résolution des Pays-Bas pour la nouvelle année : ne plus être appelés « Hollande ». En effet, les ministères, les ambassades, les entreprises, les universités et les institutions du pays pourront seulement utiliser « Pays-Bas » désormais. Le pays a également créé un nouveau logo pour le représenter, un NL en forme de tulipe.
En effet, « Hollande » désigne seulement deux provinces du pays : la Hollande septentrionale où se trouve Amsterdam et la Hollande méridionale qui englobe notamment Rotterdam et La Haye. C’est le cœur politique et économique du pays, mais aussi la région la plus touristique. L’objectif est de faire découvrir aux touristes le reste des Pays-Bas.
Mais il reste un hic toutefois : le site de l’office de tourisme a pour nom holland.com ! (source)

A bon entendeur…

Continuer la lecture Voyage, voyage: Amersfoort et le Musée Mondrian (NL)

Art urbain

Art House

Fin de la semaine dernière j’ai découvert, tout près de chez moi, un espace muséal que je n’avais encore jamais visité.

Il aura fallu un encart dans un journal local et le nom de “Banksy” pour me donner envie d’aller voir sur place.

Bien m’en a pris puisque ça a été un bon moment, une découverte intéressante et tout ça  en toute tranquillité puisque j’y étais le matin avant dix heures.

Mais me direz-vous c’est quoi cet espace? ArtHouse, c’est une expo permanente des plus grands artistes du XXe siècle au WaterHouse de Chaudfontaine. Magritte, Picasso, Matisse, Warhol, Folon sont quelques grands noms exposés dans cet espace de sensibilisation à l’art moderne.

Avant d’arriver aux oeuvres de Banksy, ce fut un vrai plaisir de déambuler parmi les nombreuses oeuvres présentées.

J’ai eu l’autorisation de prendre des photos librement mais l’éclairage et les reflets m’ont souvent obligée à photographier en biais. Si vous souhaitez en voir quelques-unes, c’est possible en cliquant juste 

Et Banksy là-dedans me direz-vous? Voici ce que j’ai pu découvrir de cet artiste urbain:

Une reproduction de “La petite fille au ballon” est  située
au pied d’un escalier.

On sait combien il tient à l’anonymat..

 

Impossible pour moi d’évoquer cet artiste sans mentionner le message fort qu’il a lancé,  récemment, dans son style personnel, à propos des sans-abris.

Et vous, aimez vous l’art? Plutôt classique, moderne, urbain,…? 🧐

Continuer la lecture Art urbain

L’homme de la Meuse

Vous connaissez probablement l’homme de la Mancha mais connaissez-vous l’homme de la Meuse? Même si les deux oeuvres sont des créations artistiques, ce n’est pas tout à fait le même genre de personnage. En fait, l’homme de la Meuse est une fresque graphique monumentale qui se trouve à Liège en bord de Meuse.

Cette fresque géante a été réalisée par l’artiste bruxellois d’origine espagnole, réputé dans le milieu du street-art, Sozyone Gonzalez. Cette oeuvre est réalisée sur deux immeubles liégeois où elle a pris place sur deux murs, hauts d’une trentaine et larges d’une vingtaine de mètres.

“J’ai représenté symboliquement les gens du peuple, qui travaillent ou qui ne travaillent pas. L’Homme de la Meuse, c’est un type qui profite de la vie, allongé en bord de Meuse, discutant avec les oiseaux.” explique Pablo Gonzalez (alias Sozyone). Parti de l’un de ses dessins originaux, l’artiste a peint 1200m² de mur avec presque autant de bombes. Un labeur d’autant plus colossal qu’il n’a pas utilisé de moyen de projection pour tracer son œuvre sur les façades : “Tout a été calculé en fonction des étages des échafaudages. C’est extrêmement mental au moment de faire l’esquisse”, poursuit Sozyone.(source)

Il s’agit de la plus grande œuvre d’art urbain réalisée dans le cadre de l’opération Paliss’art. 

C’est la collaboration entre la ville de Liège et l’asbl Spray Can Arts qui a donné naissance, en 2002, à l’opération Paliss’art qui s’attache à inscrire la création artistique contemporaine au coeur de la ville, à réconcilier l’art et la ville en introduisant dans le paysage urbain la peinture murale et les arts graphiques. Elle a permis et permet encore l’expression du street art en ville, dont l’apparition de fresques, assurément la partie la plus visible de la création.

Grandiose non?

Continuer la lecture L’homme de la Meuse