Du côté de chez Ma

Aujourd’hui, Ma nous invite à illustrer en photo(s) le mot « vacances ». Ouf, il était temps d’en parler puisque nous sommes le 31 août et que la rentrée scolaire est prévue lundi pour les petits 😉.

J’adore partir en vacances et nous partons souvent pour des périodes plus ou moins longues suivant l’endroit où nous allons (et la distance bien sûr) mais si je dois ne choisir qu’un endroit où je me sens comme chez moi et où j’ai toujours autant de plaisir à retourner alors c’est sans hésiter que je vous montre ce que je vois depuis la chambre que nous choisissons dans la maison d’hôtes où j’aime vraiment aller encore et encore… (je précise que je ne suis pas sponsorisée, enfin pas pécuniairement, mais j’ai toujours un très bon apéro quand j’arrive 😊)

Avouez qu’il y a pire comme vue en ouvrant les volets le matin…

Et si nous allons voir où les autres visiteurs de Ma passent leurs vacances? 

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Ce samedi Ma nous demande d’illustrer le mot « lointain ». De prime abord ça ne me semble pas très facile et puis je me souviens de ce phare photographié au Québec qui était tellement lointain qu’on le devinait à peine dans le Saint-Laurent.

Heureusement que dans le minibus qui nous emmenait voir les baleines on a trouvé un livre avec une photo du phare en question. On a ainsi pu l’immortaliser en photographiant le livre…de près 😉

Et si on allait voir comment les autres personnes ont illustré le mot « lointain » chez Ma?

Continuer la lecture
Les fêtes de Bayonne

Elles se sont terminées il y a quelques jours mais je n’y étais pas cette année. Je le regrette tant l’ambiance de ces fêtes est formidable. J’ai déjà eu l’occasion d’y participer et je peux dire que c’est inoubliable! On a envie de chanter et de danser, on se sent libéré et on pense juste à s’amuser sans se prendre la tête.
La pratique festive des fêtes de Bayonne est inscrite à l’
Inventaire du patrimoine culturel immatériel français, c’est dire si c’est sérieux…

La marionnette du roi Léon, veille attentivement sur ses ouailles durant toutes les fêtes.
Héros d’une bande dessinée de Jean Duverdier, ce personnage est inspiré d’une figure de la vie bayonnaise, Léon Dachary (Raphaël Dachary à l’état-civil), réputé à l’époque pour ses frasques.
C’est lui qui lance les fêtes en jetant, du balcon de la mairie, les fameuses clés de la ville, avec une personnalité invitée. (source)

Le roi Léon au balcon

C’est la fête dans tous les quartiers de la ville. Des bars avec musiques festives sont installés pour faire la fête tandis que des bandas jouent de la musique dans les rues. La danse tient une grande place également, qu’elle soit folklorique (en rue ou sur estrade) ou moins conventionnelle partout où on en a envie.

L’identité basque est bien présente…

Les géants bayonnais sont de sortie pour l’occasion, pour le plaisir des petits et des grands.

 

C’est clair qu’il vaut mieux ne pas être agoraphobe si on veut se sentir bien.

Un quai de Bayonne bien garni par les festayres
Non, ce n’est pas moi mais ces deux danseurs folkloriques ont pris gentiment la pose pour moi

 

Tous les jeux sont permis du moment qu’on s’amuse

Les régates des fêtes ( courses d’aviron) sont aussi organisées pendant ces fêtes au ponton de l’Aviron Bayonnais et sur la Nive.

J’espère que ces quelques vues vous auront donné envie de participer un jour à ces fêtes du sud-ouest à l’ambiance généralement bon enfant. En tout cas, c’est très chouette l’après-midi parce que, en fin de journée, c’est parfois moins évident pour certains…

 

Un dernier conseil, comme vous l’aurez compris, si vous voulez vous fondre dans la foule des festayres*, il vaut mieux être habillé en blanc en portant au moins un foulard rouge mais, mieux encore, une écharpe en ceinture (rouge également), sinon vous vous ferez chambrer gentiment (je le sais, ça nous est arrivé, depuis on a notre tenue ).

*:  Dans le sud-ouest, le mot festayre (du gascon hestaire) désigne les fêtards des ferias. La feria est une fête taurine (courses landaises ou autres, personnellement je n’ai jamais assisté à ce volet de la fête et je n’aime pas les corridas!) (source)

Continuer la lecture
Balade automnale dans la Charmille

Aujourd’hui, profitant d’un timide soleil, je suis partie me balader dans les bois, pas trop loin de chez moi, dans un bel endroit appelé la Charmille.
C’est Simon des Marets, receveur général du prince-évêque de Liège, qui fit édifier un ensemble comprenant un château et des dépendances au début du XVIIe siècle. La charmille fut érigée en 1885 par J. R. Nys, un ancien industriel devenu rentier.

dsc_0073-2-copier

L’endroit porte un nom bien de saison et nous met directement dans l’ambiance…

dsc_0074-2-copier

Il a bien plu les derniers jours et la pluie a laissé derrière elle des miroirs naturels reflétant joliment les arbres du chemin.

dsc_0075-2-copier

Ce très bel arbre, dans lequel une rechute de paréidolie me fait voir un personnage de profil avec un long nez fin, est bien mis en valeur par les deux piliers qui  guident mon regard.

dsc_0077-2-copier

Un panneau, à l’entrée, nous explique que nous allons voir une charmille ne manquant pas de…charmes yeux2 .

dsc_0078-3-copier

Impressionnante et jolie cette charmille, vous ne trouvez pas?

dsc_0079-2-copier

Un des charmes a tellement charmé une pièce métallique qu’il l’a engloutie et, du coup, le bois s’est déformé au point de ressembler (à mes yeux) à une partie de tête d’éléphant!

Plus loin, je rencontre des charmes enlacés ou fusionnés…serait-ce pour ça qu’on les appelle « charmes »? vil2_roucouler

dsc_0086-2-copier

Au bout de la charmille, on aperçoit à nouveau le ciel tout entier et cette croix de pierre dont l’emplacement m’ étonne avant la découverte de l’info ci-dessous…

 Madame de Behr née Victoire
                           Épouse de monsieur le chevalier de Haut-Marais
                                  Laquelle est décédée le 16 novembre 1819
 
C’est en effet, à cet endroit précisément, que dans la froidure de l’hiver, dame Victoire fut découverte inanimée, sortie de ses étriers.
dsc_0087-2-copier
A cet endroit est mentionnée la « vèquée ou vecquée » (chemin de l’Evêque) reliant Liège, la cité des princes-Evêques, à l’abbaye de Stavelot.

Dans le même coin, je croise deux étranges animaux ou plutôt des bouts de bois qui m’évoquent une tête de chien et un escargot géant  vil-respireet pourtant je vous assure que j’ai bien emprunté des chemins automnaux et pas aux tonneaux!

dsc_0091-2-copier

Pour quitter l’emplacement de la charmille, j’emprunte une rue portant le nom de  Vert Buisson (certainement davantage d’actualité au printemps à mon avis parce qu’il n’y a pas grand chose de vert en cette saison…)

dsc_0090-2-copier

La dernière photo de l’endroit, c’est ce pignon de maison où l’on trouve une croix avec cette inscription « O Crux ave, spes unica » ainsi que la date de construction et un blason, probablement celui du premier propriétaire.

Comme quoi, on ne doit pas forcément s’éloigner beaucoup de son domicile pour découvrir des endroits…pleins de charme(s)!

Continuer la lecture
Voyage, voyage: destination Allemagne

Nous décidons cette fois de partir vers l’Allemagne dans un but bien précis dont je parlerai prochainement.

Comme à chaque fois, la route est l’occasion de faire de jolies découvertes sachant que nous empruntons préférentiellement les itinéraires moins utilisés aux autoroutes et trop grands-routes.

Nous traversons d’abord le Luxembourg où nous apercevons le château de Larochette et de très beaux paysages d’automne, le ton est donné pour la suite.

Poursuivant notre chemin nous traversons le Bas-Rhin (France)  où nous découvrons, avec étonnement, des maisons dont nous n’avions jamais entendu parler et qui sont encastrées dans les rochers.

Les maisons des rochers de Graufthal dateraient du Moyen-Âge…

Ces habitations auraient d’abord été utilisées comme abris puis aménagées en habitations semi-troglodytiques.

Une chose est certaine, il ne faut pas avoir peur que le ciel vous tombe sur la tête quand on a des tonnes de cailloux au-dessus de sa maison siffleyeux

Nos traversons Hochfelden (plaine d’Alsace) où, comme je suis souvent tête en l’air, je remarque ces très belles toitures colorées.

Nous quittons la France pour nous diriger vers notre destination finale dans la Forêt Noire (Allemagne).

L’avantage d’habiter un petit pays assez central c’est qu’on peut partir de Belgique pour aller en Allemagne tout en traversant le Luxembourg et la France. Sympa non?
C’est une des choses qui a le plus étonné un ami québécois qui n’a pas du tout le même rapport aux distances entre deux points d’intérêt.

Et si vous êtes curieux de savoir pourquoi nous voulions  aller à un endroit particulier d’Allemagne en période de Toussaint, repassez par ici tout bientôt et je vous le raconterai , photos à l’appui yeux2

Continuer la lecture
Fermer le menu