Jour d’élections

La Belgique a une particularité en ce dimanche 9 juin, puisque nous avons l’obligation d’aller voter. Et pas qu’une fois puisque 3 scrutins sont organisés en même temps: élections européennes, fédérales et régionales.

Nous devrons aussi voter à nouveau le 13 octobre pour les élections communales. Pfiou ça fait beaucoup de cases à cocher (ou pas) mais si on ne va pas voter on risque d’avoir un avertissement ou une amende de 40 à 80 euros. En cas de répétition, cette amende sera de 80 à 200 euros.

Si on ne vote pas, et qu’on n’a pas de raison valable, au moins 4 fois en 15 ans, on ne pourra plus voter pour une période de 10 ans. Pendant cette période, on ne peut recevoir ni nomination, ni promotion, ni distinction de la part des pouvoirs publics.

Au-delà de ces sanctions, je trouve que voter est un droit que nos ainés ont obtenu difficilement et qu’il ne devrait pas être imaginable de ne pas l’exercer. Quand on pense que les femmes n’ont le droit de voter que depuis 75 ans!

Dans mon pays dont la partie flamande souhaite l’éclatement, c’est encore plus important de s’exprimer.

Vous ne comprenez pas comment fonctionne la Belgique? Normal, nous pas toujours non plus vu nos différents niveaux de pouvoir et nos différents découpages 😉 .

Bref, nous saurons prochainement quelle coalition va diriger notre pays si toutefois nous ne revivons pas la même situation qu’en 2011 à savoir 653 jours sans gouvernement. C’est surréaliste? Ben oui on est en Belgique 😊.

Continuer la lectureJour d’élections

Agenda ironique d’avril: le temps des votes + un bonus

La participation à l’AI est clôturée et les votes sont attendus avant le 30 avril mais l’intégration du tableau de votes n’ayant pas pu se faire, les votes doivent être communiqués par courriel à l’adresse: carnetsparesseux[at]yahoo[point]fr

Pour rappel, ou juste pour le plaisir, les treize textes participants sont les suivants: La Licorne (avec un bis), Jacou, Jobougon, Isabelle-MarieGibulène (avec un peu de rab), John DuffAdrienne, Toulopéra (avec une rallonge), Sabri NaMijoPhotonanieCarnetsparesseux (en deux épisodes) & Lyssamara.

 

Comme l’article est un peu court, je profite de l’occasion pour partager la découverte, faite chez Géhèm, d’un artiste belge assez amusant et plein d’imagination.

Il s’agit de Vincent Bal et de sa shadowology (ombrologie) qui est le fait de dessiner avec des ombres et quelques coups de crayon bien placés.

Regardez ci-dessous:

Je ne vais pas essayer de décrire ce qu’il fait, c’est graphique, astucieux et original😉. Vous pourrez voir d’autres exemples ici et là.

Et si vous en voulez encore, c’est très facile d’en trouver sur Facebook, Instagram, … bref sur internet.

Pour moi, qui suis atteinte de paréidolie, c’est assurément une démarche qui me plaît 😊.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Continuer la lectureAgenda ironique d’avril: le temps des votes + un bonus

Journée internationale du droit des femmes 2024 ♀️

Les droits des femmes peuvent être exprimés de mille et une manières mais vous savez que j’ai un faible pour les fresques murales. Or il se trouve que depuis septembre dernier, une gigantesque fresque murale (300 m²) a été inaugurée à Liège et elle fait réfléchir les passants quant à la place des femmes, entre autres, dans la vie de tous les jours.  

Cette fresque conscientise, dans une ville faite par et pour des hommes, à la place des minorités dans l’espace public. L’idée de départ a été de remettre en question le modèle masculin pour arriver à une réelle mixité où tous se sentent bien. Sur cette œuvre, on voit que les rues portent des noms de femmes, les pères gardent les enfants, des femmes jouent au foot, sont ouvrières ou boxeuses. Elles investissent les rues, les bords de Meuse et les statues changent de sexe. Il n’est pas question de “supprimer” les hommes mais on les trouve là où on a moins l’habitude de les voir: dans les plaines de jeux, les crèches,…

Fresque Solidaris

Le Collectif 7ème Gauche à l’origine de ce projet a réalisé un livret explicatif et je le partage volontiers ici.

Pour terminer, si comme moi vous avez cherché l’origine de cette journée du 8 mars, je vous livre un article découvert ce matin qui sème le doute sur l’explication la plus courante 😉.

Le principal est que cette journée existe finalement.

Je souhaite donc une bonne journée à toutes les femmes et bien sûr aussi aux hommes qui auront lu mon article jusqu’au bout 😊.

Continuer la lectureJournée internationale du droit des femmes 2024 ♀️

Waterloo (B)

Certains se sont réjouis de la victoire de Napoléon à Iena mais l’histoire est remplie d’évènements parfois très différents…
Pour répondre à Géhèm qui proclame qu’il fait toujours un temps de chien à Waterloo et que donc, en tant que minuet, il n’est pas intéressé, j’ai décidé de partager quelques photos de Waterloo où nous avons participé à une visite guidée fort intéressante l’été passé. 😉.

Un peu d’histoire, 15 ans avant la création de la Belgique…

Un panneau sur le champ de bataille nous dit que:

C’est sur ce site que le dimanche 18 juin 1815 près de 200.000 hommes s’affrontèrent pendant plus de 10 heures avec 35.000 chevaux et sous le feu de 500 canons.

A partir de 16 heures et venant du sud, 7 à 8 charges de 8000 cavaliers français menées par le Maréchal Ney, déferlèrent durant 2 heures sous le feu des tirailleurs alliés sans toutefois parvenir à écraser les carrés de défense anglaises. Chacun de ces carrés étaient composés d’environ 600 hommes sur 3 rangs, épaule contre épaule et pointant tous mousquets et baïonnettes vers l’extérieur.

 

Les installations du souvenir

Lion de Waterloo

Erigée entre 1824 et 1826, la Butte du Lion est le symbole le plus reconnu du champ de bataille de Waterloo. Retour sur son histoire et sur la place qu’elle occupe au cœur du paysage brainois.

À la demande du souverain du royaume des Pays-Bas, Guillaume Ier (1772-1843), la Butte a été bâtie à l’endroit présumé où son fils, le jeune prince d’Orange, fut blessé le 18 juin 1815. Touché à l’épaule et transporté à la ferme de Mont-Saint-Jean, l’héritier du trône commandait les troupes hollando-belges sous les ordres du duc de Wellington. Neuf ans après les affrontements, le royaume cherche à commémorer cet épisode de l’ultime bataille de Napoléon – la Belgique était un territoire néerlandais jusqu’à son indépendance en 1830. Au début de l’année 1820, l’architecte du pouvoir, Charles Vander Straeten est choisi pour son projet de tumulus, alors que d’autres proposaient une pyramide ou un obélisque. Il est décidé qu’il soit surmonté d’un lion, symbole principal du régime. Ce Leo belgicus (Lion Belgique) est composé de neuf morceaux en fonte de fer coulés à Seraing. Son poids et ses dimensions sont impressionnants : 28 tonnes pour 4,5 mètres de longueur sur 4,45 de hauteur, de sa tête jusqu’à ses pieds.

Le monticule sur lequel il trône est visible à plusieurs kilomètres à la ronde, du haut de ses 41 mètres de hauteur et de ses 169 de diamètre. En son centre, une colonne de briques soutient le poids du lion. Tourné vers la France, l’animal a la patte posée sur un globe terrestre, annonçant la paix européenne retrouvée. Le 28 octobre 1826, il est hissé et posé sur son piédestal. L’escalier de 227 marches n’est ajouté qu’en 1863-1864 – il en manque aujourd’hui une, suite à l’affaissement de la butte à la fin du XXe siècle. Son ascension offre une vue panoramique sur les différentes zones du champ de bataille, de la Haie-Sainte à la forêt de Soignes. De nombreuses personnalités ont gravi ce monument devenu iconique en Belgique, de l’empereur du Japon à Buffalo Bill… (Source)

La rotonde

Ci-dessous, la Rotonde (édifice peint en blanc, d’un diamètre extérieur de 35 mètres et d’une hauteur de 15 mètres) de style néo-classique très pur, qui abrite le Panorama, une gigantesque peinture panoramique de la bataille de Waterloo.

Le panorama proprement dit est un dispositif « comprenant un vaste tableau cylindrique embrassant les murs d’une rotonde que le spectateur découvre à partir d’une plate-forme érigée au centre de l’édifice ». La plate-forme de 9 m de diamètre se situe à 5 m du sol, ce qui place l’œil du spectateur à la hauteur de la ligne d’horizon.

La toile circulaire de 12 m de haut et de 110 m de long réalisée par le peintre français Louis-Jules Dumoulin est « précédée d’un faux terrain, de manière à dissimuler son bord inférieur et à renforcer l’effet d’illusion ». Ce faux terrain recouvert de sable et de végétation séchée est agrémenté d’objets réels (barrières, fusils, charrues) ainsi que de soldats et de chevaux gisant sur le sol et réalisés en papier mâché.

Elle décrit l’une des grandes charges de la cavalerie française menées par le maréchal d’Empire Michel Ney contre les lignes anglo-alliées. (Source)

Rotonde Waterloo

On est en Belgique quand même donc on termine par la visite de la brasserie… 

Cuves Waterloo
Futs Waterloo

 

avec dégustation bien sûr 😋.

Bière Waterloo

A bientôt pour d’autres découvertes 😊.

Continuer la lectureWaterloo (B)

Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous demande d’illustrer le thème “royal“.

En tant que Belge je suis un peu favorisée puisque j’habite dans un royaume avec un vrai couple royal.

Je ne les ai jamais rencontrés mais je peux quand même vous montrer leur résidence: le château royal de Laeken.

La photo ci-dessous vous montre une partie de l’ensemble des serres royales qui complètent le château.

J’ai eu la chance de visiter ces serres en 2021 et vous en avais déjà parlé ici.

Je vous invite maintenant à aller voir ce qu’il y a de royal chez Ma aujourd’hui et je vous souhaite un excellent week-end.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Du côté de chez Ma

Ce samedi, Ma nous demande d’illustrer par une photo personnelle et non trafiquée, le thème “Perle(s)“.

Il se fait que j’ai sous le coude des photos que j’ai prises il y a quelques mois  d’un magnifique projet artistique mis en place au pont de Fragnée à Liège.

Ce pont, pour lequel l’architecte Paul Demany, adepte du classicisme français, s’est inspiré du pont Alexandre III de Paris (1900), a été construit à l’occasion de l’Exposition universelle de Liège (1905).  C’est un passage fort important et fort emprunté dans la ville. Les éléments dorés ont été restaurés complètement il y a quelques années. Vous pourrez découvrir l’histoire de sa construction ici si ça vous intéresse.

Et les perles me direz vous? Et bien depuis la fin avril dernier et pour une période de un an, les tritons qui garnissent les extrémités du pont ont été embellis par la pose de perles géantes dans les coquillages qu’ils supportent.

Ces perles nacrées pèsent chacune 350 kg et ont un diamètre de 1 mètre. Ce projet a été imaginé par l’artiste plasticienne Maria Vital Goral, en collaboration avec le bureau d’études Pôle Design, un bureau de design liégeois.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à regarder ce reportage diffusé sur la télé locale liégeoise.

Et puis bien sûr on se presse d’aller voir chez Ma les perles proposées par les autres participant(e)s au projet.

Je vous souhaite un agréable week-end.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Les murmures des murs

Partie à la découverte de la ville de La Louvière (B) dont le nom vient du passé “endroit de prédilection pour les loups”, j’ai suivi un parcours de Street Art proposé par l’OT.

Ce sont ces réalisations que je souhaite partager.

Le premier mur est réalisé en céramique ainsi que le loup à l’avant-plan.

Ben oui, nous sommes à La Louvière

Le dernier est particulier. Il est constitué de panneaux portant des morceaux de vaisselle. En effet, La Louvière a été, de 1841 à 2011, le siège de la manufacture de faïence fine Royal Boch réputée en Belgique. 

Encore plus particulier, ce travail est l’œuvre de Leon Keer dont l’application sur smartphone permet de voir assemblées et en mouvement les différentes pièces en scannant les vues.

C’était la première fois que je voyais des dessins se mouvoir ainsi 👍.

Continuer la lectureLes murmures des murs

Le château du Faing (B)

Le château du Faing
Au centre de la Gaume, en bord de Semois, se dresse, à l’entrée du village de Jamoigne, le château du Faing. Vers la fin du 15e siècle, ses premiers occupants appartiennent à la famille du même nom. Faits barons en 1623, ils occupent les lieux pendant plus de 300 ans. Le château est ensuite habité par plusieurs propriétaires dont, en 1872, le comte Fernand de Loen d’Enschedé. Ce dernier le fait reconstruire en style néogothique. Lieu de mémoire, il devient, au début de la Première Guerre mondiale, une importante infirmerie. Durant la Seconde Guerre mondiale, le château a accueilli et sauvé de l’extermination 87 enfants juifs. Maison de repos, home puis propriété communale en 2000, le château fait l’objet d’une restauration importante en 2010. Il est, depuis, dévolu aux services de l’administration de la Ville de Chiny et au CPAS. (Source)

Pour les très curieux, une histoire plus complète est disponible ici.

A l’avant du château se trouve une oeuvre de l’artiste belge Marie-Paule Haar, hommage aux 87 enfants juifs cachés dans le château. 
Un panneau placé au pied de l’oeuvre nous dit ceci:

Unir dans un même symbole les enfants et leurs protecteurs, suggérer l’enfer, montrer la lumière, telles sont les caractéristiques du mémorial. Il ne s’agit pas de créer une oeuvre mortifère. Le souvenir doit se nourir de l’émotion et du recueillement, il doit aussi montrer le chemin de l’espérance et de la tolérance.

L’oeuvre, de 2012, s’inspire d’un arbre qui s’enroule en spirale dans lequel huit visages d’enfants sont découpés. Parmi ces huit visages, celui de Ruth Salomon, la seule petite fille cachée dans cette école de  garçons.

A quelques pas du château, on complète la découverte en admirant des fresques de l’auteur gaumais Jean-Claude Servais.

Ces fresques font partie du parcours Servais (9 km) qui relie Jamoigne à Florenville.

Continuer la lectureLe château du Faing (B)

L’agenda ironique de février 2023

Ouf, j’ai cru que je ne trouverais jamais le temps de participer à l’agenda de février!

Pour rappel, les souhaits de Carnets paresseux, hébergeur en ce mois de février, se trouvent ici.
C’est en les relisant que la consigne de parler de légumes m’a soufflé une évidence! Bon sang mais c’est bien sûr, j’ai la chance d’habiter dans une commune où les poireaux (qu’on appelle porais en wallon) marchent tout seuls. Bon, c’est une légende mais on est libre d’y croire ou pas après tout 😊.
Et lors de mon intronisation dans cette confrèrie, je me suis engagée à porter leur réputation partout où ce serait possible. Inimaginable donc de faire l’impasse! Et si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à venir faire la fête le 19 mars prochain dans ma commune. J’avais déjà évoqué le sujet ici.
Je vous livre mon petit texte sans prétention à la suite de l’image, tout à fait de circonstance, d’Elena Pavlona Guertick (Source).

Les porais tilffois

Les porais se retrouvent souvent le vendredi, le samedi ou le dimanche pour faire la fête. C’est aussi à ce moment qu’ils répètent, avec les Jardiniers mélomanes, les airs entraînants qui feront danser tout le monde lors du prochain carnaval du Laetare.  Au début de chaque soirée, les musiciens s’alignent en rang d’oignons mais ça ne dure jamais longtemps : quand les notes s’envolent, ils commencent eux aussi à gesticuler. Dans les autres endroits du pays, on fête plutôt le mardi gras, aussi gras que le bouillon d’ailleurs, mais pas chez nous. C’est qu’on y tient à cette fête du Laetare dont le nom signifie « se réjouir ». Et, on a beau dire, se réjouir ça permet d’occulter pour un temps les nuages qui s’étirent au-dessus de nos têtes !

Bref, quand les porais sortent, je ne vous raconte pas le tapage qu’ils font en tapant leurs pieds au sol pour bien chasser l’hiver et dégeler la terre !           
Il est impossible de résister à leur bonne humeur qui fait vibrer nos cœurs et, quitte à sentir leurs visages virer au rouge tomate, toutes et tous suivent la farandole et s’amusent en se dandinant comme des dindons sans gêne aucune. Deux mots d’ordre seulement pour ce moment : joie de vivre et insouciance ! Pour ce qui est de se prendre le chou, on verra plus tard !

© Les Porais Tilffois
Continuer la lectureL’agenda ironique de février 2023

Sur les traces des sorcières

Jeudi passé, une balade hivernale, juste avant d’abondantes chutes de neige, nous a menés à Xhierfomont.  Cet endroit blotti au pied d’un dôme rocheux est connu dans le pays sous le nom de “Rofthier” ou “Rouge-Thier”. Cette dénomination provient sans doute de la couleur rougeâtre de la roche schisteuse contenant principalement des minerais de fer et de manganèse (on trouve d’ailleurs sur place le musée du manganèse, propablement un des plus petits au monde puisqu’installé dans une ancienne cabine électrique!).

Mais ce n’est pas pour ça que l’endroit nous a attiré mais plutôt en raison d’un évènement du passé.

Au début de notre promenade nous jouissons de magnifiques paysages sur la vallée tandis qu’à nos pieds le givre sublime la végétation.

Nous passons à côté de la jolie église Saint-Paul entourée du cimetière où se dressent de vieiles croix de schyste. Un mur d’enceinte assure à ce lieu calme et sérénité. Le long de la balade, des poèmes ou des citations nous accompagnent et rythment agréablement le parcours.

Un peu plus loin, la nature nous offre une jolie charmille aux couleurs hivernales.

Nous continuons notre progression en pensant qu’il serait sympa de revenir à la belle saison. L’endroit est charmant mais le tout petit degré affiché par le thermomètre ne nous incite pas vraiment à nous poser sur le banc malgré le texte apposé à côté

Et puis ce n’est pas pour nous geler les fesses que nous sommes ici mais plutôt en mémoire de femmes au destin tragique.

Il paraît que c’est ici que, voici 400 ans, sorciers et sorcières se réunissaient lors du sabbat. Ce n’est hélas pas qu’une légende puisqu’une stèle (contenu basé sur des preuves historique) nous rappelle que 44 personnes (essentiellement des femmes bien sûr) ont été conduites au bûcher.

Il est à remarquer qu’aucun prénom ou nom de ces femmes n’apparaît: elles ne sont identifiées que par rapport à leur époux! Une invisibilité totale des femmes en milieu rural comme il est fort bien expliqué dans ce document.

On n’imaginait pas que le combat des femmes pour trouver leur place durerait encore et encore… 😤

J’espère que vous aurez aimé parcourir ces lieux avec moi et découvrir une partie de l’histoire de ma région.

Continuer la lectureSur les traces des sorcières