Apollinaire, le circuit de Spa-Francorchamps et le dessin de presse

Quelle drôle d’idée de mêler trois sujets aussi différents me direz-vous peut-être 😊.

Je vous raconte. Ayant fini récemment le roman “La dixième muse” d’Alexandra Koszelyk (la même qui organise tous les lundis l’atelier d’écriture en ligne sur Brick a book) j’ai été prise d’une furieuse envie d’aller enfin visiter le musée Apollinaire à Stavelot. Bien sûr je savais que le seul musée au monde consacré à ce poète se trouvait à 50 km de chez moi puisqu’il a séjourné en Belgique avec son frère, mais je n’avais jamais eu le déclic. 

Aussitôt dit aussitôt fait, une réservation en ligne et nous voilà partis à l’abbaye de Stavelot.

Le billet est combiné et permet la visite de 3 musées et d’une exposition temporaire.

Nous avons donc visité le musée Apollinaire et celui du circuit de Spa-Francorchamps (bien connu des amateurs de F1) ainsi que l’exposition très intéressante des dessins de presse du monde entier.

Et le troisième musée? C’est celui de la principauté de Stavelot-Malmédy que nous irons voir à notre aise une prochaine fois, les dessins de presse nous ayant retenu un temps certain.

 

L’abbaye de Stavelot

1. Guillaume Apollinaire

C’est en 1954 que l’Association Internationale des Amis de Guillaume Apollinaire inaugure le musée sous la présidence d’honneur de Jean Cocteau.

D’abord installé dans l’ancienne pension Constant, où résida le poète, il fut déplacé en 1961 dans l’Abbaye où  nous pouvons revivre le séjour effectué  par Guillaume et son frère.

Leur mère et son compagnon, qui s’étaient fait passer pour des aristocrates russes, les ont abandonnés plusieurs mois dans cette pension  tandis qu’ils allaient tenter leur chance au casino de Spa à quelque 15 kilomètres de là. Les deux jeunes gens n’eurent d’autre issue que de s’enfuir à la cloche de bois un jour d’octobre 1899.

Sans argent et désœuvré, c’est à Stavelot que Guillaume commencera à écrire sur tout ce qui l’entoure. C’est là aussi qu’il rencontrera son premier amour, Marie Dubois, à qui il écrira de très beaux acrostiches dont certains en patois de l’endroit.

C’est probablement la trahison de cette jeune fille qui provoquera chez lui le sentiment qui le suivra jusqu’à sa mort d’être le “mal-aimé”.

Pour voir quelques pièces présentes dans ce musée, je vous invite à cliquer, ci-dessous, sur le tableau réalisé par le peintre belge Pierre Alechinsky.

Les passionnés peuvent également trouver de nombreuses informations sur ce site consacré au poète.

Je vous parlerai de la visite du deuxième musée et de l’expo dans un prochain article.

A très vite 😀.

Continuer la lectureApollinaire, le circuit de Spa-Francorchamps et le dessin de presse

Découverte de la ville de Tournai (B) 3

Voici venu mon dernier article sur Tournai et j’ai envie de vous montrer, d’une part, les “petites” statues qui jalonnent la ville et, d’autre part, des représentations d’animaux (je vous explique pourquoi plus loin).

Les statues de Christine Jongen

Au début des années 2000,  les autorités locales confient à l’artiste plasticienne Christine Jongen (1949-) le soin de mettre en place une quinzaine de statues dans un parcours d’interprétation à travers la « Cité des cinq Clochers ». 

Elle crée alors quinze statues, en bronze, de 70 à 75 centimètres de haut, qui toutes sont déposées sur des piliers de 2,8 m de haut, en bois, renforcés par une structure en inox. Ces statues sont autant de références au passé de Tournai, évoquant des fonctions (chanoine, évêque) ou des «activités» (tailleurs de pierre, portier, arbalétrier), comme des personnages historiques.(Source

Je vous montre six statues que j’ai croisées. J’ai cru comprendre qu’il n’en restait d’ailleurs plus tout à fait 15 à la suite de vols…

De g à dr: le portier, Childéric, l’archer

De g à dr: je pense qu’il s’agit d’une personne veillant à la sécurité de la ville, le pequeu (ce personnage de carnaval amusait les enfants en leur tendant un morceau de pain imbibé de sirop attaché à un bout de ficelle. Les enfants devaient l’attraper avec la bouche sans s’aider de leurs mains) et enfin Louis XIV.

Safari photographique urbain

Ayant aperçu le livre de Jacky Legge à l’Office du tourisme de Tournai, je me suis rendu compte que j’avais effectivement déjà photographié quelques représentations d’animaux en sillonnant la ville. Acheter ce livre et faire un genre de rallye à la recherche des représentations ne m’emballait pas mais j’ai quand même continué ma balade en levant les yeux pour trouver d’autres animaux.

Je vous montre ceux que j’ai repérés.

Cette courte vidéo clôture le partage de mes photos de Tournai mais je ne peux que vous encourager à aller visiter cette ville si vous en avez l’occasion. Vous y ferez probablement d’autres découvertes encore 😊.

Continuer la lectureDécouverte de la ville de Tournai (B) 3

Découverte de la ville de Tournai (B) 2

Chose promise, chose due, voilà ma deuxième livraison de photos de Tournai, un peu plus anecdotiques.

Plaques rigolotes

Au hasard des balades j’ai remarqué quelques panneaux amusants.

*Astrid, devenue reine de Belgique, était née princesse de Suède.

J’aime beaucoup le style de la première 😉, quant à la seconde, je vous confie que j’aime bien la pâte d’amandes 😁.

Art nouveau

Ce qui est sympa, c’est qu’en se baladant à Tournai on peut découvrir quelques belles façades Art nouveau et Art déco dont certaines sont décorées de magnifiques sgrafittes, sans oublier le Musée des Beaux-Arts, qui est l’œuvre de l’architecte renommé Victor Horta.

Si, comme moi, vous êtes subjugué par les sgraffites, sachez qu’on trouve pas moins de 60 maisons qui en présentent à Tournai comme vous pourrez le lire dans cet article.

Vous pouvez découvrir quelques photos personnelles en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Pour rappel, chaque photo d’une présentation Sway peut-être vue en grand en cliquant simplement dessus 😉.

A suivre…

Continuer la lectureDécouverte de la ville de Tournai (B) 2

Découverte de la ville de Tournai (B) 1

Cette ville belge, assez proche de la frontière avec la France, fait partie de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai.

Tournai est régulièrement surnommée la “ville aux cinq clochers”. Il s’agit ceux de la cathédrale Notre-Dame qui est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco (depuis vingt ans) de même que le beffroi.

La cathédrale

C’est en 1171 que l’Archevêque de Reims et l’Évêque de Tournai ont consacré ce chef d’œuvre de l’art d’Occident (art roman et architecture gothique).

La plus grande photo ci-dessus donne une vue de la cathédrale depuis l’œuvre “400 cloches” de Laurent Gérard dans le cadre “Arts dans la ville”.  Et, pour en terminer avec la cathédrale, je ne résiste pas au plaisir de partager la magnifique photo aérienne ci-dessous reçue ce matin du site VisitWallonia.be

La Cathédrale Notre-Dame de Tournai par @capture_photography_be

Le beffroi

Construit en 1188 suite à l’octroi à la ville de la charte des libertés communales par le roi de France Philippe Auguste, il culmine à 72 mètres de hauteur et est le plus ancien de Belgique.
En 1940 des bombes incendiaires détruisent le centre de Tournai mais le beffroi isolé et offrant peu de prise aux bombes restera debout.

Je n’ai pas pu monter les 257 marches menant à la terrasse supérieure parce qu’il était exceptionnellement fermé à ce moment 😏.

En levant la tête j’ai aussi remarqué quelques jolies façades avec des pignons en escalier. Je vous les montre avec plaisir.

Je reviendrai dans un prochain article sur d’autres aspects de la ville: plaques de rue rigolotes, façades art-déco, mini statues disséminées dans la ville, les animaux dans la ville…

Tournai est vraiment une ville agréable où il fait bon vivre et où on fait quelques belles découvertes si on est un peu curieux 😎.

Continuer la lectureDécouverte de la ville de Tournai (B) 1

La vie de château à Ooidonk (B) 🏰

Mon petit pays possède quelques beaux châteaux qui ne demandent qu’à être mis à l’honneur. Bénéficiant de moins de publicité que les châteaux de la Loire, certains édifices  méritent qu’on y fasse un détour quand l’occasion se présente. C’est le cas du château d’Ooidonk que j’ai eu le plaisir de visiter dernièrement et dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui.

Unique illustration d’une architecture hispano-flamande de la Renaissance, cette forteresse médiévale, reconstruite en 1595, est considérée comme l’un des plus beaux châteaux de Belgique.
En 1864, le château et les terres environnantes furent rachetés par le Sénateur Henri t’Kint de Roodenbeke – futur Président du Sénat (1892-1899) et Ministre d’Etat – et sa femme, Zoé de Naeyer.
A présent, 150 ans après leur aïeul, ce sont les 6e Comte et Comtesse t’Kint de Roodenbeke et leurs 3 enfants qui y vivent. Ils font de ce patrimoine historique un lieu de vie et de joies familiales, en l’entretenant avec passion. (source)

Pour voir le montage de mes photos personnelles il suffit de cliquer

Et si vous en voulez encore  (il est interdit de photographier l’intérieur) je vous invite à cliquer ici.

J’espère comme d’habitude que cette découverte vous aura intéressé. N’hésitez pas à laisser un commentaire, ça me fait toujours plaisir… 😊

Continuer la lectureLa vie de château à Ooidonk (B) 🏰

La vie de château à Freÿr (B) 🏰

Ça faisait déjà un bon moment que j’avais envie de visiter le château de Freÿr. En fait, depuis que je l’avais photographié depuis un point de vue situé sur l’autre rive de la Meuse.

Le week-end “Parcs et jardins” (5 et 6 juin 2021) m’a remis cette idée en tête.

Le soleil se cachait mais au moins la pluie a eu la bonne idée de faire de même 😉.

Château et jardins de Freÿr
Rochers et château de Freÿr

L’ensemble, château et jardins, classé au Patrimoine Exceptionnel de Wallonie (Belgique), est situé en face de rochers (paradis des alpinistes) surplombant la Meuse.

Alpiniste sur les rochers de Freÿr

Je vous invite à me suivre pour découvrir les pièces de ce château à la fois lié au culte catholique mais aussi à la franc-maçonnerie (dont nous avons vu divers signes au long de notre visite) ainsi que les jardins.

Les commentaires proviennent pour partie du dépliant fourni à l’accueil mais également d’internet.

J’espère comme d’habitude que cette découverte vous aura intéressé. N’hésitez pas à laisser un commentaire, ça me fait toujours plaisir… 😊

Continuer la lectureLa vie de château à Freÿr (B) 🏰

Quand le coeur de Verviers bat plus fort…

Il y a un peu moins de deux ans, je vous emmenais vous rafraîchir au long des fontaines de Verviers (rappel).

Parmi les fontaines présentées, celle du premier bourgmestre de la ville, Pierre David, était la plus centrale et constituait un véritable hommage à cet homme en avance sur son temps. 

Il s’agit d’une grande personnalité de la ville, un édile qui a été aux affaires sous plusieurs régimes. D’abord nommé Maire de Verviers par Napoléon en personne en 1798, il a été ensuite le premier Bourgmestre de la ville lors de la création de la Belgique en 1830. On lui doit le retour au calme après la révolution, la création des corps de pompiers et le retour de l’école secondaire. (source)

Si je vous reparle de cet édifice c’est parce que lors de travaux de rénovation de la fontaine en août 2020, les techniciens ont découvert un coffret mystérieux.
Après avoir consulté les archives, il parut probable que le coffret contienne le coeur de Pierre David.

Cette découverte avait non seulement surpris mais aussi sorti de l’oubli un pan de l’histoire de Verviers. Un an après la disparition de Pierre David, le cœur du défunt est prélevé avec l’accord de la famille par quatre chirurgiens après exhumation du corps.

Le Conseil Communal décide de le faire conserver dans un bain d’esprit-de-vin. Une fontaine en son honneur sera inaugurée 44 ans plus tard, le 25 juin 1883 où l’on déposera le cœur placé dans un coffret. Depuis, plus personne ne s’en est préoccupé jusqu’à ce fameux jour d’août 2020… (source)

Des analyses réalisées par l’université et le CHU de Liège ont confirmé la présence d’un coeur dans ce coffret et, a priori, ce serait bien celui de Pierre David.

Cette première courte vidéo résume cette étonnante histoire de coeur qui a même fait l’objet d’un reportage de l’agence américaine Feature Story News ! Envie de le regarder ? Accédez à la vidéo en ligne.

“Étonnant non?” aurait conclu le regretté Pierre Desproges 😊.

Continuer la lectureQuand le coeur de Verviers bat plus fort…

Balade dans le parc et les serres royales de Laeken 👑

La première fois que je vous ai parlé de Laeken, je vous avais emmenés voir le magnifique cimetière (pour les distraits vous pouvez revoir cet article ici).

Pour ce nouvel article sur Laeken,  je vous propose une visite des serres royales qui ne sont ouvertes au public que trois semaines chaque année. Elles ne l’étaient d’ailleurs cette année que sur réservation d’un créneau horaire. De plus, en raison de la crise sanitaire, certaines serres moins vastes étaient fermées au public mais, en contrepartie, certaines allées du parc étaient exceptionnellement accessibles. (250 m dans les serres et 2 km dans le parc).

Source

La première chose qu’on voit en arrivant au parking c’est le monument de la dynastie érigé en l’honneur du premier roi des Belges, Léopold 1er.

Le monument à la Dynastie est un monument en l’honneur du roi Léopold Ier de Belgique dans le parc de Laeken à Bruxelles. Le monument est situé sur la place de la Dynastie au sommet d’une colline de 50 mètres de haut. Le monument termine l’axe monumental qui part du portail du château de Laeken et qui mène au monument après avoir traversé l’avenue du parc royal via l’avenue de la Dynastie.

Et dès qu’on se retourne, on découvre le château qui est le principal lieu de résidence du couple royal et de ses enfants.
NB: le château de Schoenenberg a été construit à l’initiative des Archiducs autrichiens et Gouverneurs généraux des Pays-Bas, Marie-Christine d’Autriche et Albert de Saxe-Teschen, entre 1781 et 1785. Ce château fut sauvé de la destruction par Napoléon Bonaparte en 1803 (bien avant la défaite de Waterloo 😉) et devint la résidence du premier roi des Belges en 1831 à la création du pays.

Pour la visite des serres et du parc (les photos s’entremêlent forcément) je vous invite à découvrir le montage de mes photos en cliquant

N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous si vous avez apprécié…ou pas 😉.

Continuer la lectureBalade dans le parc et les serres royales de Laeken 👑

Balade à Palenge (B)

Aujourd’hui j’ai envie de partager le beau temps pour vous emmener dans les campagnes de mon beau pays en suivant cet itinéraire de la Maison du Tourisme Famenne-Ardenne.

Nous partons donc du côté de Durbuy dont je vous ai déjà parlé et nous commençons notre balade à l’église du village. Cette église, en pierre calcaire, est consacrée à Notre-Dame de la Visitation et est  précédée d’une grotte artificielle dédiée à Notre-Dame de Lourdes.

Avant de monter vers l’église, on peut faire un petit crochet afin de voir une statue de femme langoureusement allongée sur un rocher. Elle a été réalisée lors du symposium de sculptures de Durbuy par Manon Huguenin  et s’appelle “Ambivalence”. 

Si ça vous intéresse, vous trouverez des détails sur ce site dont je vous propose un extrait ci-dessous

En poursuivant notre chemin, nous passons devant la petite chapelle consacrée à Sainte-Thérèse de Lisieux et nous profitons d’une belle vue sur l’arrière de l’église.

Un peu plus loin, nous arrivons devant une des nombreuses fermes du hameau, la ferme en carré dite du Mérou (18ème siècle). Elle est construite également en pierre calcaire comme de nombreux bâtiments de la région. Cette ferme a été en partie aménagée en gîte et peut accueillir jusqu’à 32 personnes…hors pandémie.

Le ciel est bleu, le soleil nous accompagne et la balade au grand air est vraiment agréable, loin du bruit et de la pollution des villes.

En poursuivant notre chemin nous découvrons une maison encore plus ancienne que la ferme, la Maison Théate qui date du 17ème siècle.

Ayant terminé notre balade en boucle, nous revenons vers l’église et, à proximité, nous voyons cette gouttière rigolote bien plus grande, plus utile et moins connue que le célèbre Manneken-Pis bruxellois 😊.

J’ai un peu regretté qu’il ne pleuve pas pour voir couler l’eau mais  le grand soleil, tellement agréable en cette fin d’hiver, m’a vite consolée…

Cette balade date de la semaine passée et, depuis aujourd’hui, l’hiver s’est chargé de nous rappeler que c’était encore lui qui allait régner pour quelque temps encore 😦.

Continuer la lectureBalade à Palenge (B)

Petite histoire belge

Je vous ai récemment parlé de l’amour de l’impératrice Eugénie pour le Pays Basque. Je vous ai aussi raconté que tout le gotha se retrouvait chaque été à sa suite dans cette région.

Parmi les têtes couronnées se trouvait le roi Léopold II de Belgique. Je ne rentrerai pas ici dans la polémique liée à ce roi colonisateur et dont les statues sont actuellement déboulonnées un peu partout en Belgique en représailles des massacres qu’il a générés en Afrique.

J’ai annoncé une petite histoire, alors que malgré tout ce fut une très grande histoire d’amour méconnue, même par la plupart des Belges.

Né en 1835 et mort en 1909, il fut le deuxième roi des Belges et, à l’école, tous les petits Belges apprennent que son épouse s’appelait Marie-Henriette.

En 1900, Léopold qui avait déjà 64 ans, tomba follement amoureux de celle qu’il appelait sa “Très belle”,  alors âgée de 16 ans, Blanche Delacroix. C’est en compagnie de sa maîtresse qu’il résidait dans les Pyrénées lors du décès de son épouse en 1902.

Et ce n’est que 7 ans plus tard, en 1909, qu’il put, malgré le scandale, enfin épouser son grand amour…trois jours à peine avant de mourir à son tour.

Veuve à 26 ans, l’épouse morganatique du roi Léopold II, devenue baronne de Vaughan, retrouva alors son amant Antoine Durieux, l’épousa en 1910 et vécut à Cambo-les-Bains, dans la villa ci-dessous, jusqu’à sa mort en 1948. Elle est enterrée au Père Lachaise.

Vue depuis le charmant kiosque à proximité

Vous comprenez je suppose pourquoi j’ai parlé de petite histoire…

Je l’ai moi-même découverte l’été dernier lors de mes vacances au Pays Basque et j’ai aimé trouver ce lien supplémentaire entre mon pays et ma région de ❤.

 Géhèm, dans son commentaire ci-dessous, nous suggère cette vidéo qui est disponible jusqu’au 6/9/2021.

Continuer la lecturePetite histoire belge