Ted Nomad, mon coup de 💖

Pour terminer le partage de mes photos de Street Art City, j’ai souhaité donner une place de choix à un artiste qui a su m’émouvoir. Ses visages terriblement expressifs m’ont touchée plus encore que les œuvres des autres artistes. Ça ne s’explique pas, c’est comme ça et peut-être ne partagerez-vous pas mon sentiment mais au moins vous saurez que cette personne existe et c’est le principal.

Comme il le dit “Juste exister en exultant une puissante étincelle de vie dans chaque portrait qui s’offre au spectateur. Les regards se croisent, s’épousent ou se fuient, bouleversant les émotions les plus profondes”.

Ted Nomad est né sur la route…

Sa peinture est instinctive, jetée comme une nécessité, une urgence.
Il puise son inspiration dans ses émotions et recentre le regard de l’être humain avec force et réactivité face aux phénomènes sociétaux qui l’interpellent.
Figures anonymes ou célèbres naissent de ses pochoirs au gré de ses rencontres.
En exigence de précision, il affine, il peaufine. Chaque pochoir est minutieusement « sculpté », découpé dans le vif du papier, destiné à ne vivre qu’une seule fois malgré les heures de travail, la peinture est appliquée à la bombe aérosol.

Ted Nomad a toujours dessiné, sans début ni fin, le dessin est son mode d’expression essentiel depuis ses souvenirs les plus lointains. (source)

Plus que jamais j’ai trouvé la présentation Sway adaptée à ce que je souhaitais dans le sens où elle permet de cliquer sur chaque photo pour la voir en plein écran 🧐 .

Dites-moi votre ressenti. Vous a-t-il touché également ou pas du tout? Que pensez-vous de la technique des portraits que j’appelle “à livre ouvert”?

J’attends vos commentaires…

Un petit bonus fourni par Géhèm dans son commentaire:

Continuer la lecture Ted Nomad, mon coup de 💖

Les cris des murs (3)

Voici le troisième et dernier article regroupant mes photos de Street Art City, parfois justement appelée “Villa Médicis de l’art urbain”. Il sera moins dense et moins cohérent que les deux premiers mais j’y ai placé ce qui a accroché mon regard. 

Pour commencer, je partage des photos d’oeuvres diverses faisant l’objet d’une exposition d’artistes de Street Art qui ont exercé leur talent sur des supports mobiles mis en vente.

Vous reconnaîtrez peut-être au passage des styles déjà rencontrés en extérieur ou dans l’Hôtel 128.

La toile suivante, “Abbut”, est de l’artiste Grec Simple G. Elle est entièrement réalisée par un nombre impressionnant de  traits de marqueurs sur la toile pour aboutir à ce photoréalisme. Vous avez déjà vu son style dans la chambre “Welcome to my house” dans l’hôtel 128 (article précédent).

Je termine cette expo par le coin consacré à Kelkin dont j’ai déjà dit tout le bien que je pensais.

Pour suivre, nous avons eu droit à une exposition de Zeso qui a revisité à sa manière, le thème de la nature morte  Pour vous le situer, c’est lui qui a réalisé la fresque géante d’Alice à l’extérieur.

Dans les quelques photos de natures mortes présentées, je trouve que la dernière est très parlante et illustre plutôt bien le terme de “nature qui se meurt”, comme le dit l’artiste, hélas…

Pour davantage de détails sur Zeso et les natures mortes proposées, vous pouvez cliquer ici.

Comme je ne tiens pas à vous assommer par trop de photos en une fois, je parlerai prochainement de Ted Nomad (mon coup de coeur) dans un article qui lui sera réservé.

Je suis consciente qu’on peut aimer ou pas ce travail. Certes, je n’apprécie pas tout avec la même intensité mais je garde un souvenir émerveillé de ma visite à Street Art City en regard du travail exceptionnel réalisé par les artistes qui y ont mis leur âme.

Continuer la lecture Les cris des murs (3)

Jean-Michel Folon (2)

Il y a un peu plus de 4 ans, je vous présentais quelques oeuvres que j’avais eu le plaisir d’admirer à la Fondation Folon à la Hulpe (si vous avez oublié, cliquez ici).

Ayant récemment été voir une très belle exposition de photos, j’ai été fortement attirée par un cliché représentant un vitrail dessiné par Folon. Aussitôt dit aussitôt fait, l’église de Waha, où se trouve l’original, n’étant qu’à une cinquantaine de kilomètres, nous nous y sommes rendus. La découverte de cet endroit, si proche et pourtant méconnu, a été plus qu’agréable et m’a donné envie de vous le faire découvrir également à travers mes quelques photos.

L’église et ses abords

Pas vraiment le genre de bâtiment qui me donne envie de m’y arrêter en passant si je n’ai pas de motif précis..
Et pourtant…

 

L’endroit est charmant et la découverte des magnifiques vitraux dont est dotée cette église a été un très bon moment.

Si vous voulez tomber sous le charme également, si vous appréciez le travail de Folon en général ou si vous êtes tout simplement curieux, je vous invite à cliquer ci-dessous et je pense que vous ne serez pas déçus 😊.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire suite à cette visite…

Continuer la lecture Jean-Michel Folon (2)

Les cris des murs (2)

Après vous avoir baladés sur le site de Street Art City, je vous propose maintenant de visiter l’Hôtel 128. Il y a tant à voir et j’avais tellement envie de m’imprégner de plusieurs ambiances différentes que je n’ai pas pu tout voir en une visite. C’est littéralement étourdissant comme expérience. Parfois on aime et on voudrait prendre le temps mais certaines portes ont été refermées à peine entrouvertes. Question de goût personnel… Ce véritable hôtel hébergeait le personnel de France Telecom qui venait en formation de plusieurs jours à cet endroit avant qu’il ne soit abandonné.

Voilà la présentation faite sur le site internet:

Dès l’entrée le ton est donné, la couleur dominera.

Je vous propose de me suivre dans quelques chambres. Notez bien que ceci est une proposition honnête 😉 (je précise pour les quelques malotrus qui me font le plaisir de passer parfois par ici, ils se reconnaîtront 😊) . Les informations que j’ai notées proviennent des panneaux explicatifs présents à l’entrée de chacune d’elles.

Pour compléter la visite, je consacrerai un troisième et dernier article sur le sujet aux œuvres exposées dans les galeries intérieures tout en réservant une place de choix aux créations de Ted Nomad.

A bientôt

Continuer la lecture Les cris des murs (2)

Les cris des murs (1)

Depuis quelques années j’ai partagé avec vous des photos de murs peints sous le titre “Les murmures des murs”. Ceux dont je vais vous parler font beaucoup plus que murmurer. Leur nombre, leur diversité et leur puissance m’a poussée à parler de leurs cris.

Sur la route des vacances en France, nous avons fait un très léger détour pour passer à Lurcy-Levis dans l’Allier. De la commune elle-même nous n’avons rien vu parce que notre objectif était de visiter “Street Art City“.

Cette résidence artistique (unique au monde!)  entièrement dédiée à l’art pictural urbain était, jusque dans les années 90, un centre de formation de France Telecom.

Depuis 2015, les artistes du monde entier expriment leur talent sur 22.500 m². En immersion totale pendant des périodes variant de une à plusieurs semaines, les artistes sont libres de créer puisque délestés des contraintes quotidiennes par la Résidence.

En extérieur on découvre une centaine de fresques murales et, en intérieur, on est complètement immergé dans l’Hôtel 128 (qui servait de logement au personnel de France Télécom).

S’y ajoutent encore des galeries et des expositions en intérieur.

Je ne vais pas partager toutes mes photos, ce serait fastidieux et pour vous et pour moi. Je vais réaliser un exercice qui me sera difficile: choisir parmi les magnifiques réalisations vues à cet endroit.

Je vous montre ci-dessous une des oeuvres les plus monumentales à mes yeux. Elle est réalisée dans un immense hangar et représente Alice au pays des merveilles.

Pour voir les murs que j’ai choisi de partager, il suffit de cliquer

N’hésitez surtout pas à cliquer également sur les photos du Sway pour les voir en grande taille, le travail réalisé est vraiment impressionnant.

Si vous avez aimé autant que moi, vous aimerez peut-être aussi un prochain article qui vous fera découvrir quelques-unes des chambres personnalisées par des artistes de toutes origines ainsi que quelques oeuvres exposées dans le bâtiment principal.

A bientôt… 😊

Continuer la lecture Les cris des murs (1)

Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)

Le jardin botanique créé par Paul Jovet

 

Un site exceptionnel! À Saint-Jean-de-Luz, au bord du sentier littoral, le jardin botanique surplombe l’océan. Sa visite est une invitation au voyage à travers les paysages de la Côte basque. Des collections originales complètent ce tableau: plantes utiles, labyrinthe des familles botaniques, plantes des cinq continents… 

L’idée de créer un tel site à Saint-Jean-de-Luz, destiné à conserver des espèces, est née dans les années 1980, dans le sillage de deux botanistes fortement impliqués dans la connaissance des milieux naturels régionaux : Paul Jovet et Jean Bost.

Des amoureux des plantes se sont ensuite mobilisés au sein d’une association pour la faire vivre et grandir.
En 2002, la ville lance la création du Jardin botanique et en confie la gestion et l’animation à l’association « Les Amis du Jardin botanique littoral Paul Jovet ».

En 2013, la commune reprend la gestion du Jardin botanique pour l’intégrer dans sa politique de développement territorial et durable.(source)

Je partage ci-dessous quelques-unes de mes photos, juste pour vous donner envie d’aller vous balader dans ce jardin si vous en avez l’occasion 😎.

Clerodendrum bungei
Cardère à lainer Astalaharra
Cardère des foulons
Aloe striatula
Rudbeckia
Phymaspermum acerosum
La salsepareille, le mets favori des Schtroumpfs 😋
Yucca rostrata

Zoomons sur le jardin des "plantes utiles"

J’espère que ma courte présentation vous aura plu même si elle n’offre qu’un tout petit échantillon de ce qu’on peut découvrir sur place.

A bientôt pour d’autres découvertes Basques.

Continuer la lecture Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)

Ma belgitude…

J’ai reçu, il y a quelque temps déjà, un message qui m’a fait redresser fièrement la tête et dont je me suis largement inspirée pour composer l’article ci-dessous. Le 21 juillet on célèbre la fête nationale belge et le moment me semble plutôt bien choisi pour le publier.

Si Bécaud a chanté “La  solitude, ça n’existe pas” et bien moi je pourrais vous chanter “La belgitude ça existe bien”.Je vous invite à prendre le temps de visiter les fondamentaux de mon pays, carrefour de l’Europe, paradoxalement morcelé, riche de trois langues nationales et de 120 langues maternelles (et à ce jour toujours sans gouvernement 😊). 

Les mots en blanc sont des liens qui peuvent raviver vos souvenirs ou révéler de bonnes surprises, n’hésitez pas à cliquer dessus 😉.

Être Belge…

C’est un doux surréalisme, aux saveurs de croquettes aux crevettes, de moules-frites, de “gauff” de Liège. C’est déguster le meilleur chocolat et les meilleurs bières au monde et pétiller au Chant d’Éole en compagnie de Ruffus (ben oui, nous pouvons aussi être chauvins, parfois 😉).

NB.: Les photos ci-dessous proviennent toutes d’internet.

Être Belge…

C’est se sentir Magritte, en costume de Tintin ou de Spirou. Contempler Rubens, Van Dijk ou Brueghel, sur un air de Sax(o).
Entrer dans une gare de Delvaux en compagnie du Chat de Geluck, de la mouette de Gaston Lagaffe ou des Schtroumpfs.
S’étonner de la petite taille du Manneken Piss et compter les boules de l’Atomium (et pas l’inverse n’est-ce pas Rotpier 😈). Mais aussi lire Van Cauwelaert, Nothomb ou Yourcenar avec fierté.
C’est se rappeler que Tintin a été le premier à marcher sur la lune…et s’étonner de la drôle de frimousse de Dirk Frimout, notre astronaute qui est aussi un exemplaire vivant du professeur Tournesol!

Être Belge…

C’est piloter comme Icks et pédaler comme Merckx. C’est un smach de Hénin, une volée de Clijsters, un ace de Goffin ou un tir d’Eden Hazard.

C’est chanter avec Brel, Adamo, rêver avec les Wallace Collection ou boire un coup avec le Grand Jojo. C’est croiser Annie Cordy avec un chapeau d’Elvis Pompillo sur la tête…

C’est se dire “Alors on danse” avec Stromae ou fredonner avec Maurane, Lara Fabian, Selah Sue, Alice on the Roof, Plastic Bertrand ou Axelle Red. Mais bien sûr sans oublier notre petit chouchou, Loïc Nottet 😍 (n’hésitez pas à écouter).

Être Belge…

C’est Poelvoorder avec Arno, Bernard Yerlès, Patrick Ridremont et François Damiens sur un air de Toots Thielemans. C’est sublimer Virginie Effira et Marie Gillain en écoutant chanter Pierre Rapsat

C’est la pipe de Simenon  et le génie “jeudemotesque” de Stephane De Groodt, digne fils de Raymond Devos. C’est aussi s’appeler De France quand on se prénomme Cécile et être “aware” comme JCVD 😁.

Être Belge…

C’est discuter cinéma avec les frères Dardenne et Jaco Van Dormael  sans oublier Yolande Moreau, Olivier Gourmet, Bouli Lanners, etc..

 

Être Belge enfin, c’est être fier, sans finalement trop s’y croire 😉.

Si vous me connaissez, vous savez que j’aime beaucoup l’humour (belge bien sûr 😉) et je vous invite à regarder cette capsule qui vous aidera un peu à mieux nous comprendre…ou pas…😂.

Continuer la lecture Ma belgitude…

Le Musée de la Boverie à Liège (B)

Il y a bientôt 4 ans, je vous avais emmenés découvrir les environs du Musée de la Boverie récemment rénové à Liège.

A l’époque on pouvait se balader librement et agréablement dans le parc attenant ainsi que parcourir la passerelle Belle Liégeoise en croisant des joggers ou des cyclistes qui profitaient eux aussi du soleil (qui a dit qu’il pleuvait toujours en Belgique? 🤨).

A l’époque, je vous avais montré très peu l’intérieur du Musée. Aujourd’hui nous sommes confinés et, en conséquence, nous passons plus de temps devant nos ordinateurs.

J’ai pensé que c’était l’occasion d’en profiter pour visiter, depuis votre canapé, ce très beau musée sans aucun risque de contamination 😃

Pour cela, il suffit de cliquer

Faites-vous plaisir, il y a moyen de naviguer dans de nombreuses photos de qualité en parcourant les galeries et en plus sans vous fatiguer 😊

Source

Continuer la lecture Le Musée de la Boverie à Liège (B)

Voyage, voyage: Amboise

Je risque de vous décevoir mais je ne vais pas parler de la visite du château que, par manque de temps, nous n’avons pas effectuée. Nous avons privilégié la visite du Clos Lucé, tout proche, dont je partagerai des photo prochainement.

Pour ne pas vous frustrer tout à fait, voici quand même quelques clichés de l’extérieur du château.

Vue depuis la rive opposée

Vues depuis le bas

Si vous le voulez, je vous emmène faire une courte balade dans la jolie ville ligérienne d’Amboise.

En déambulant dans la ville, on peut admirer de très jolies façades à pans de bois.

Un peu plus loin c’est l’ancien hôtel de ville devenu le musée “Hôtel Morin” qui nous impressionne. 

L’histoire du musée Hôtel-Morin a été reconstituée grâce à des textes compilant un certain nombre de données depuis près d’un siècle. C’est entre 1501 et 1505 que Pierre Morin, financier du roi Louis XII (1498/1515) fait construire ce bâtiment dans le plus pur style de la Première Renaissance française. Son architecture allie ainsi la tradition gothique française (toits pentus, escalier en vis en œuvre, décorations sculptées représentant des figures secondaires, etc.) et la Renaissance italienne récemment introduite (frises décoratives, alignement vertical et horizontal des fenêtres, etc.).(source)

Je ne pouvais évidemment pas manquer d’évoquer la  fontaine imposante commandée à Max Ernst.

Détails

Comme la pierre de tuffeau a été largement exploitée dans la région, nous voyons également quelques habitations troglodytiques.

Et nous terminons avec cette oeuvre du sculpteur italien Amleto Cataldi (1886 – 1930), représentant Léonard de Vinci sous les traits d’un dieu antique. 

Pour notre prochaine balade dans la région, je vous emmènerai au Clos Lucé, la demeure de Léonard.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Amboise

Du côté de chez Ma

Le samedi on cherche des photos pour illustrer le mot proposé par Ma chaque semaine.

Cette fois, c’est le mot porte qui nous est suggéré.

Si vous fréquentez régulièrement mon blog vous savez que mon oeil aguerri traque tout ce qui est joli, ou à tout le moins original et décoré, partout où je vais. Je photographie ainsi les girouettes, les enseignes,… et les portes que j’estime “remarquables”. Je vous en propose quelques-unes découvertes lors de mes balades ici et là.

Je vous l’ai montrée récemment dans mon article sur Amersfoort, la porte de Koppen.

Mais j’ai envie de vous en montrer d’autres, même si elles sont plus “classiques” dans leur usage.

Les très colorées

Le jour et la nuit

Les personnages

J’en ai encore quelques-unes à partager prochainement et, si vous passez me rendre visite, elles vous seront ouvertes mais, en attendant, n’hésitez pas à passer la porte chez Ma 😊

Bon week-end à tout le monde.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma