Expérience Maux et Cris #1: la suite

Coucou me revoilou.

Vous conviendrez avec moi qu’une expérience n’a de sens que si on compare les différentes manières de l’envisager, foi d’ancienne chimiste (dans ma première vie professionnelle).

Nous avons été une dizaine à répondre à la proposition d’expérience  de Régis avec des projets aussi divers que les personnalités des participant(e)s.

Aujourd’hui je vous invite à aller voir ce que chacun(e) a proposé et ensuite de voter comme Régis nous le demande.

Pour cela, il suffit de se laisser guider par ce lien.

Ne trainez pas, les votes seront clôturés dans quelques jours 😉. Et comme le dit si bien mon compatriote (dessin trouvé sur internet):

Bon choix à tous 😊

Continuer la lecture Expérience Maux et Cris #1: la suite

Expérience Maux et Cris #1

Régis du blog Maux et Cris nous a proposé de participer à une expérience. Si vous me connaissez un peu, vous savez que je suis joueuse et que je refuse rarement ce qui ressemble un peu à un défi 😉.

Je ne suis pas encore bien certaine d’avoir parfaitement compris les règles mais l’important, dit-on, est de participer et, au passage, de s’amuser.

En gros, l’idée est de voir si le contexte peut changer notablement la perception que l’on a d’une photo.

Pour tenter de trouver une réponse, nous devons, en premier lieu,  présenter la photo et le texte témoins. Les miens se trouvent ci-dessous.

Un endroit étonnant, peu fréquenté et une ambiance particulière peut-être différente à la nuit venue…

(Pour les curieux, il s’agit du Col de Bavella en Corse).

 

Ensuite, la version photo, celle où la photo est l’élément principal:

Et pour terminer, la version texte: celle où le texte est l’élément principal:

Voilà c’est fait. Pour moi, c’est clair que l’environnement influence la perception. Et vous, qu’en pensez-vous?

Et si on allait comparer avec les autres participants sur le blog Maux et Cris?

Continuer la lecture Expérience Maux et Cris #1

L’agenda ironique

J’ai découvert cet exercice il y a peu et la date de dépôt est le 26 novembre. Bon, c’est un peu juste comme délai mais l’organisateur m’invite à faire preuve rapidement d’imagination, les votes n’étant pas encore ouverts.

Bref, de quoi s’agit-il exactement?

Il nous est demandé de produire un texte inspiré du thème « Un temps pour chaque chose », comme il est dit dans l’Ecclésiaste III.
Comme contrainte, nous devons faire un (ou plusieurs) anapodotons, ainsi qu’’employer l’expression « Bretzel liquide »!

Pas de panique, moi non plus je ne connaissais ni anapodoton ni anacoluthe jusque là mais ce n’est pas ce petit détail qui va m’arrêter 😄.

J’ai été lire les textes envoyés par les autres participant(e)s et j’ai vraiment apprécié leur diversité, la distraction que ça m’a procurée et les sourires qu’ils ont provoqués.

Comme on sait depuis longtemps que le ridicule ne tue pas et que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, j’ai décidé de me lancer modestement, pas  pour le meilleur mais pour le rire.

J’étais ce qu’on appelle un bon vivant. J’étais connu comme le loup blanc dans mon petit village des Ardennes belges. A Hotton, j’étais de toutes les fêtes, toutes les réjouissances quelles qu’elles soient. Comme j’étais plutôt beau garçon, les filles se battaient pour tournoyer dans mes bras au bal du village. J’étais heureux, insouciant et libre. 

Un jour, alors que je me baladais à proximité de la place du Chat, je vis débouler un camion à toute vitesse. Nous ne pûmes nous éviter, ni l’un ni l’autre. J’appris plus tard que ses freins avaient cédé et que le conducteur n’était que légèrement blessé. Quant à moi, il paraît qu’on me ramassa littéralement à la petite cuiller. J’étais heureusement inconscient et mon esprit se trouvait dans un état semi-comateux, ouaté et ma foi pas désagréable.

La suite l’est moins puisqu’il fallut m’amputer des deux jambes: je devins alors cul-de-jatte ou, comme disent les latinistes un anapode (de ana et pode bien sûr).

Les experts de l’assurance mirent en évidence que non seulement les freins avaient lâché mais aussi que les roues du camion avaient glissé dans une espèce de bretzel liquide géant répandu sur la chaussée! La responsable était bien connue, c’était un ersatz de pâtissière alsacienne installée dans la région depuis longtemps. Ses ratages culinaires étaient connus et on ne passait jamais devant sa maison sans craindre de la voir ouvrir la porte pour balancer rageusement son dernier exploit sur la route!

Oserai-je dire que ça me faisait une belle jambe que les médecins considèrent que j’étais un miraculé? Plus de bals, de filles, d’insouciance. Heureusement que j’étais d’un naturel optimiste et que, trouvant plus de pitié que de  plaisir à Hotton, j’avais décidé de prendre le large en m’offrant un véhicule adapté. Changer d’air et enfin découvrir le monde, c’était ça mon nouveau but. Oh ça ne s’était pas fait en un jour mais un matin je m’étais éveillé en pensant qu’il y avait un temps pour pleurer et un temps pour vivre. C’est celui-là qui m’intéressait maintenant.

De mes voyages, je fis des livres illustrés par mes photos personnelles. J’y racontais mes aventures et je gagnais plutôt bien ma vie tout en m’amusant. J’avais l’impression d’enfin vivre pleinement.

Je me souviens encore de l’air ébahi de mon premier éditeur me demandant quel était le pseudonyme que j’avais choisi.
Pensant à ma nouvelle vie depuis l’accident et à mon village, je suggérais très vite “anapode d’Hotton”. Il compris Anapodoton, resta perplexe mais accepta ma lubie, il en avait vu d’autres… 😉

Voilà c’est tout ce que j’ai pu produire dans un temps aussi court. J’essayerai peut-être de faire mieux une prochaine fois. Le principal pour moi étant de m’être amusée à pondre cette histoire…belge.

Continuer la lecture L’agenda ironique

Le 22 septembre…

Il ne vous aura pas échappé qu’après un été assez spécial en raison, entre autres, des nombreux projets annulés, nous voici arrivés tout doucement en automne.

La situation sanitaire perdure, on ne sait pas quand on pourra revivre normalement mais, heureusement, certains gardent leur humour et en abuser est, à mon avis, très bon pour le moral et n’entraîne que des effets secondaires positifs 😄.

Positivons, en automne on va pouvoir faire de belles photos avec les couleurs chaleureuses de la nature qui nous entoure, préparer de bons moments au coin du feu en soirée, un chat sur les genoux et un bon bouquin en main.

Je ne dirai pas que c’est ma saison préférée, loin de là, mais on n’a pas le choix, c’est comme le reste, il faut attendre que ça passe…

On peut aussi décider qu’être le 22 septembre a finalement peu d’importance 😉

Et pour finir, parce que le principal c’est de sourire et de se dire que ça ira mieux…demain, je partage cette chanson improbable qui est pour moi un souvenir d’adolescence, et je vous souhaite une belle journée d’automne.

Continuer la lecture Le 22 septembre…

⚠ Quelques panneaux de signalisation étonnants

J’ai toujours un appareil photo avec moi et, vous le savez, j’aime dégainer très vite quand je vois quelque chose que je trouve étonnant ou drôle.

C’est les cas des panneaux partagés ci-dessous 😃.

Les derniers, je vous les montre à part parce que je pense qu’ils méritent  réflexion 😊

 

En voyant ça, j’hésiterais quand même 😂

  

Et, pour ce dernier, je me demande vraiment à quoi pensait l’artisan quand il a préparé la gravure de ce nom de rue… 🤔

Continuer la lecture ⚠ Quelques panneaux de signalisation étonnants

Sortez couverts 😷

On entend beaucoup dire que nous vivons une situation exceptionnelle voire inédite.
A l’échelle d’une vie, c’est vrai mais si on fouille un peu dans le passé on se rend compte que nos ancêtres ont également été confrontés à des épidémies qui leur imposaient de porter le masque, tout comme nous aujourd’hui.

Il y a un siècle, à la fin de la première guerre mondiale, la grippe espagnole fit des millions de morts parmi lesquels Guillaume Apollinaire et Edmond Rostand. 

J’ai trouvé, grâce à un ami, un site fort intéressant où on peut voir des photos d’époque.

Et il se trouve que ce site porte un nom qui me va comme un gant (ce qui, vous en conviendrez, tombe plutôt bien par les temps qui courent 😊) puisque c’est “tous les jours curieux“. Il propose des photos et des mots sur différents thèmes variés, bien au-delà des épidémies bien sûr 😉

Je vous invite à découvrir l’article complet sur la grippe espagnole et je vous propose une des photos de cet article ci-dessous.

Sur la pancarte portée par la femme à droite on peut lire «Portez un masque ou vous irez en prison»

Influenza Epidemic, Mill Valley, California, 1918 (C.Raymond)

Et même si L.F. Céline disait que “l’histoire ne repasse pas les plats”, il semble quand même que l’histoire ne soit  jamais qu’un éternel recommencement… 

Continuer la lecture Sortez couverts 😷

Un grand coup de gueule! 😷

Mes thèmes de prédilection sont, dans l’ordre, les photos (de voyage ou autres), l’écriture et surtout l’humour que je saupoudre un peu partout pour mettre un peu de sel dans mes écrits et je n’ai pas pour habitude de venir m’épancher sur mon blog.

Nous ne sommes pas vraiment en guerre, malgré ce qu’a dit Macron, mais il faut bien reconnaître que nous vivons quand même des jours particuliers. Certains avec plus de chance que d’autres, j’en suis consciente, mais l’ambiance environnante est quand même spéciale.

J’ai de la chance puisque j’ai une maison, un jardin et même, à quelques mètres de chez moi, un bois avec de belles balades. Je fais donc partie des privilégiés, je le sais.

Pour cette raison, je suis infiniment reconnaissante au personnel médical qui prend soin des plus touchés mais aussi à tous les autres qui nous permettent de mener une vie la plus “normale” possible: le personnel des magasin, les boulangers, les postiers qui nous apportent courrier et commandes en ligne devenues la norme actuellement, etc.

Alors me direz-vous contre qui ce coup de gueule?

Contre tous ceux qui ont des réactions à vomir envers justement ces gens qui luttent pour limiter les dégâts de cette pandémie et en particulier contre ceux qui ont, sans préavis, viré un infirmier de son logement sous prétexte qu’il pouvait être dangereux pour eux!

Les faits sont relatés dans cet article. Et bien que ce soit arrivé le 1er avril, ça n’avait rien d’une blague 😢.

Dieu sait qu’je n’ai pas le fond méchant,
Je ne souhait’ jamais la mort des gens
(Brassens, Le fossoyeur)

Il n’empêche que j’aimerais voir la tête d’un de ceux-là s’il était contaminé et confronté, à son arrivée à l’hôpital, à une prise en charge par son ex-colocataire!

Ce n’est pas un cas isolé, des faits semblables se sont produits ailleurs, tant en France qu’en Belgique. 
Et même si je disais qu’on n’était pas vraiment en guerre, je ne peux m’empêcher de me questionner sur l’attitude de ceux-là si on était dans une vraie guerre… Et là soudain l’humour me fait défaut 😕.

Continuer la lecture Un grand coup de gueule! 😷

Les volets clos (8)

Mes dernières trouvailles en matière de volets et fenêtres peintes. Chacun ses goûts mais il y a certaines décorations que je trouve vraiment très bien réalisées.

On n’a pas plus tôt fermé ses volets à la lumière du dehors que la lumière du dedans s’évanouit.
L’esprit d’exclusion est un esprit de ténèbres
(
Henri Boucher-1866)

J’ai aussi vu quelques autres peintures originales

Et comme le dit si bien le célèbre chat de Philippe Geluck:

Donner c’est donner, repeindre ses volets” 😄

Bonne fin de semaine à tout le monde.

Continuer la lecture Les volets clos (8)

Journée internationale du droit des femmes 2020 ♀️

La journée de la femme est morte. Vive la journée internationale des droits des femmes. Le 8 mars est devenu un événement politique. Une avancée encore récente et jamais gagnée.

 Faites-vous plaisir mesdames, c’est votre journée. Achetez-vous de la lingerie ”. Quelle marque commerciale oserait encore ce genre de publicité pour célébrer le 8 mars ? Et pourtant, ce fut longtemps le cas. Isabella Lenarduzzi, fondatrice et Directrice Générale de JUMP qui soutient l’empowerment des femmes,  se souvient de cette époque où cette journée était l’occasion d’offrir une fleur aux femmes dans les entreprises et où le Thalys donnait des places à prix réduits pour aller faire du shopping à Paris entre copines. “ C’était il y a moins de 10 ans, écrit-elle sur son mur Facebook. Quel chemin fait depuis ! ”(source)

Les femmes sont nombreuses et diverses. Toutes uniques, toutes différentes, toutes des individus à part entière. Incarnant chacune leur genre à leur manière. Et le 8 mars précisément, ce sont leurs voix, multiples et plurielles, qui se font entendre.(source)

Pour bien expliquer puisque, même en 2020, tout le monde n’a pas encore compris  😥

Dans ma commune, une exposition d’affiches a pris place pour célébrer cette journée. Je partage avec vous deux de mes préférées.

Femme multi-tâches 😉

On termine par un sourire c’est tellement plus agréable avec humour…

Continuer la lecture Journée internationale du droit des femmes 2020 ♀️

Du côté de chez Ma

Ce samedi, Ma nous met au défi d’illustrer une couleur froide en photo.

Les couleurs froides sont le vert, le bleu, le violet, elles ont souvent un effet plus doux que les couleurs chaudes. Ce sont les couleurs de la nuit, de l’eau, de la nature, et elles sont généralement calmes, relaxantes, et un peu réservées. (source)

Si vous n’êtes pas aveugle vous aurez remarqué que j’adore le bleu, tous les bleus et presque pour tout (sauf les bleus au coeur  et au corps bien sûr).

Aussi quand il a été question d’adopter un nouveau petit félin, il n’a pas fallu longtemps pour craquer devant les magnifiques yeux bleus de ma petite Shiva. Malgré la couleur dite froide de ses yeux, elle est très chaleureuse et se prélasse souvent sur mes genoux en ronronnant. Un vrai bonheur 💖!

Je vous montre? C’est un pur chat de gouttière mais avec un peu de Sacré de Birmanie

Pour le fun, je vous propose, ci-dessous, une couleur encore plus  froide, -18°c environ 🥶

Je vous invite à aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré le thème du jour et je vous souhaite un bon week-end.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma