Brick a book 379 ✍🏻

Chaque lundi je m’essaie à l’exercice proposé sur Brick a book, à savoir imaginer une histoire au départ d’une photo.

Cette semaine il s’agit de la photo ci-dessous et elle est suivie des mots qu’elle m’a inspirés.

©Connor Houtman

Il faisait noir, très noir comme si la lune était partie loin, très loin sans se retourner. J’étais fatigué d’avoir marché tellement, dans tous les sens en te cherchant. En levant les yeux je vis ces quatre chiffres qui brillaient dans le noir comme une invite.

“1989”, l’année de réunification des deux parties de l’Allemagne. C’était bon signe. Non que toi ou moi sois allemand mais, dans l’état où j’étais, me rappeler d’une réunification ne pouvait qu’être positif.

Et puis ils étaient bien éclairés en vert ces chiffres, n’était-ce pas la couleur de l’espoir? Par un raccourci osé mon esprit traduisit cela par “l’espoir d’une réunification”…pour notre couple.

Tu étais partie en claquant la porte, pleine de colère à mon encontre. Nous nous disputions souvent mais jamais encore tu n’étais partie comme ça.

Après avoir contacté tous nos amis et ta famille malgré l’heure tardive, l’angoisse m’avait laissé pantelant. Il fallait que je bouge, que je parte à ta recherche. Je ne pouvais pas rester à rien faire dans cette maison vide, tellement vide sans toi.

J’ai parcouru les rues en m’éloignant de plus en plus du quartier où nous vivions jusqu’à tomber en arrêt devant ces signes d’espoir tout là-haut.

Je sais bien que je m’accrochais à un fétu de paille mais la raison avait déserté mon esprit pour l’emplir du manque de toi.

La nuit qui s’achevait doucement me vit chanceler, ivre de fatigue et de chagrin.  Dans ma tête, la raison me soufflait de faire demi-tour et ces chiffres, devenus moins visibles au lever du jour, semblaient là, juste pour moi, à me dire que toi aussi tu avais fait demi-tour…peut-être…

Pour que l’exercice soit complet, je vous invite à aller voir sur Brick a book les mots des autres participant(e)s et je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lecture Brick a book 379 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Ce samedi, Ma nous propose d’illustrer par une photo personnelle le thème suivant: “Fruits d’automne”.

Il reste encore quelques grappes de raisin sur ma vigne (celles qui ont échappé à ma frénésie de confiture parce qu’elles étaient encore trop petites), les noisettes ne font jamais long feu emportées avec gourmandise par quelque écureuil vagabondant dans le jardin et photographier ma corbeille de fruits de saison me paraissait un peu simpliste…

Qu’à cela ne tienne,  je vais vous montrer les fruits de mon callicarpa (appelé aussi arbre aux bonbons) même s’ils se mangent surtout avec les yeux.

Cet arbuste est un vrai plaisir pour moi par sa couleur si remarquable au jardin et surtout parce que les fruits apparaissent à un moment où la nature a déjà “déjolivé” pas mal de végétaux.

Comme d’habitude je vous invite à me suivre chez Ma pour voir les fruits d’automne proposés par les participant(e)s.

Bon week-end automnal à tout le monde

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Les cris des murs (1)

Depuis quelques années j’ai partagé avec vous des photos de murs peints sous le titre “Les murmures des murs”. Ceux dont je vais vous parler font beaucoup plus que murmurer. Leur nombre, leur diversité et leur puissance m’a poussée à parler de leurs cris.

Sur la route des vacances en France, nous avons fait un très léger détour pour passer à Lurcy-Levis dans l’Allier. De la commune elle-même nous n’avons rien vu parce que notre objectif était de visiter “Street Art City“.

Cette résidence artistique (unique au monde!)  entièrement dédiée à l’art pictural urbain était, jusque dans les années 90, un centre de formation de France Telecom.

Depuis 2015, les artistes du monde entier expriment leur talent sur 22.500 m². En immersion totale pendant des périodes variant de une à plusieurs semaines, les artistes sont libres de créer puisque délestés des contraintes quotidiennes par la Résidence.

En extérieur on découvre une centaine de fresques murales et, en intérieur, on est complètement immergé dans l’Hôtel 128 (qui servait de logement au personnel de France Télécom).

S’y ajoutent encore des galeries et des expositions en intérieur.

Je ne vais pas partager toutes mes photos, ce serait fastidieux et pour vous et pour moi. Je vais réaliser un exercice qui me sera difficile: choisir parmi les magnifiques réalisations vues à cet endroit.

Je vous montre ci-dessous une des oeuvres les plus monumentales à mes yeux. Elle est réalisée dans un immense hangar et représente Alice au pays des merveilles.

Pour voir les murs que j’ai choisi de partager, il suffit de cliquer

N’hésitez surtout pas à cliquer également sur les photos du Sway pour les voir en grande taille, le travail réalisé est vraiment impressionnant.

Si vous avez aimé autant que moi, vous aimerez peut-être aussi un prochain article qui vous fera découvrir quelques-unes des chambres personnalisées par des artistes de toutes origines ainsi que quelques oeuvres exposées dans le bâtiment principal.

A bientôt… 😊

Continuer la lecture Les cris des murs (1)

Brick a book 378 ✍🏻

Le lundi on fait l’inverse du samedi: chez Ma on illustre en photo(s) un mot ou groupe de mots et sur Brick a book on illustre une photo par nos propres mots.

Deux exercices différents mais qui combinent deux de mes centres d’intérêt, c’est chouette non?

Cette semaine Alexandra nous a proposé la photo ci-dessous comme déclencheur d’écriture. Elle est sans couleurs et m’inspire plutôt de la tristesse.

Vous trouverez sous le cliché, les mots qui me sont venus.

©Philippe Dehaye

J’étais un peu stressé dans la voiture qui m’emmenait à l’aéroport.

Je regardais défiler les paysages. Je connaissais bien cette région, c’était la mienne, celle où j’avais vécu tellement de choses déjà depuis ma naissance.

Ne trouvant pas d’emploi malgré une recherche assidue depuis deux ans, j’avais fini par chercher une autre solution. Je ne pouvais pas rester inactif et continuer à vivre à charge de mes parents. Je n’avais rien d’un Tanguy et ils étaient, par ma faute, obligés de se serrer la ceinture. Les fins de mois étaient difficiles, même si ma mère me disait de ne pas m’inquiéter et que ça lui faisait plaisir de me garder encore un peu sous son aile.

J’aimais beaucoup mes parents mais je ne supportais plus de vivre ainsi. Quand j’avais vu une offre d’emploi qui m’obligerait à partir de l’autre côté de la terre, je n’avais pas hésité une seconde à postuler.

Pendant trois mois, j’avais participé aux différentes épreuves qui devaient mener au choix de l’ heureux candidat  qui serait engagé in fine.

Mon acharnement à bien préparer chaque épreuve avait fini par payer puisque j’avais finalement  été retenu pour le poste à pourvoir.

Passés l’ivresse de la victoire et l’enthousiasme de voir enfin mon ciel s’éclaircir après avoir effacé tous ses nuages, j’étais troublé.

J’avais l’impression que j’allais basculer dans le vide en quittant ma vie, ma famille, mes copains, mes petites habitudes.

J’étais anxieux en voyant arriver le moment des adieux. Je me forçais pourtant à positiver en me disant que j’avais été le meilleur et qu’une nouvelle vie, forcément belle, m’attendait à l’arrivée.

Mon coeur était serré, mon estomac noué et mes mains se tordaient de manière incontrôlée. 

Les premiers temps furent difficiles mais j’ai fini par m’habituer à mon nouvel environnement. 

Depuis quelques mois, je fréquentais assidûment celle qui, au départ n’était qu’une collègue  et j’étais en route vers l’aéroport afin d’accueillir mes parents qui nous rendaient visite pour la première fois.

A nouveau, mon coeur était serré et mon estomac noué par crainte qu’ils désapprouvent mon choix…

Mais j’avais mûri depuis mon arrivée et j’étais plus serein. J’avais construit ma nouvelle vie et je ne pouvais imaginer qu’elle ne soit pas merveilleuse. 

Quand votre lecture est terminée, si vous êtes curieux de lire les autres textes inspirés par la même photo, rendez-vous vite sur Brick a book 🙂.

Continuer la lecture Brick a book 378 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Vous connaissez la chanson maintenant, le samedi Ma nous propose d’illustrer, en photo(s), un mot ou un groupe de mots.

Ce samedi c’est “en toute simplicité“.

Et voilà la photo que j’ai choisi de partager

Cette sculpture, que je trouve belle en toute simplicité, s’appelle  “Femme en prière”. Elle est l’œuvre du sculpteur ukrainien Valiev Anatoly Vasilievich et a été réalisée en 2006 lors des Rencontres internationales de sculpture de Sprimont.

Je l’ai découverte il y a peu lors d’une balade avec un groupe de photo-nature sur le site marial de Banneux qui est  un peu notre petit Lourdes belge 👼.

Je suis loin d’être une grenouille de bénitier mais vous comprendrez quand même aisément pourquoi j’ai pensé directement à cette ancienne chanson 😉.

Avant de vous souhaiter un bon samedi, je vous invite à passer chez Ma voir les autres illustrations du thème.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

La vie de château à Harzé (B) 🏰

Je vous emmène souvent à ma suite en vacances dans des pays frontaliers ou plus lointains mais il ne faudrait pas oublier que mon pays recèle aussi pas mal de beautés.

Les Journées du Patrimoine sont une belle occasion de découvrir sous un autre jour, ou en profitant des explications d’un guide, des endroits que l’on voit souvent sans trop s’y arrêter. C’est le cas du château de Harzé que j’ai envie  de vous présenter depuis longtemps.

Un peu d’histoire

Comme il arrive parfois pour certains châteaux, celui de Harzé était au Moyen-Âge une simple maison forte très pauvrement meublée. Elle était composée uniquement d’une tour, une cuisine, une grande et une petite salle.  Le côté sud devait être défendu par un pont-levis là où, de nos jours, se trouve un pont de pierre donnant accès à la cour d’honneur. Les douves étaient alimentées par une source aujourd’hui disparue.

Le château, tel que ne nous le voyons aujourd’hui, est en partie dû au Comte Ernest de Suys-de-Lynden à qui on doit, entre autres, la  belle galerie Renaissance italienne de la cour d’honneur (17ème siècle).

L’entrée du côté nord avec ses deux tourelles ainsi que la magnifique salle des Comtes sont l’oeuvre d’Edgar de Potter d’Indoye (début du 20ème siècle). C’est à lui que nous devons également l’ajout d’un oriel et de 3 fenêtres sur le bâtiment d’origine.

 

Entrée nord

Je vous invite à me suivre pour découvrir ce château en cliquant

Pour situer le château de manière précise et en apprendre un peu plus de manière synthétique, vous pouvez cliquer  ici.

De nos jours, le château abrite un hôtel et une taverne.

J’espère que vous aurez apprécié cet endroit qui démontre qu’il ne faut pas toujours s’éloigner beaucoup de son domicile pour faire de jolies découvertes 😉.

Continuer la lecture La vie de château à Harzé (B) 🏰

Le 22 septembre…

Il ne vous aura pas échappé qu’après un été assez spécial en raison, entre autres, des nombreux projets annulés, nous voici arrivés tout doucement en automne.

La situation sanitaire perdure, on ne sait pas quand on pourra revivre normalement mais, heureusement, certains gardent leur humour et en abuser est, à mon avis, très bon pour le moral et n’entraîne que des effets secondaires positifs 😄.

Positivons, en automne on va pouvoir faire de belles photos avec les couleurs chaleureuses de la nature qui nous entoure, préparer de bons moments au coin du feu en soirée, un chat sur les genoux et un bon bouquin en main.

Je ne dirai pas que c’est ma saison préférée, loin de là, mais on n’a pas le choix, c’est comme le reste, il faut attendre que ça passe…

On peut aussi décider qu’être le 22 septembre a finalement peu d’importance 😉

Et pour finir, parce que le principal c’est de sourire et de se dire que ça ira mieux…demain, je partage cette chanson improbable qui est pour moi un souvenir d’adolescence, et je vous souhaite une belle journée d’automne.

Continuer la lecture Le 22 septembre…

Brick a book 377 ✍🏻

Puisqu’on a recommencé une nouvelle année (scolaire) d’écriture chez Brick a book lundi dernier, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Le principe est toujours le même, liberté totale pour écrire un texte inspiré par la photo proposée. Cette semaine c’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture

©Steven Wright

Et voici les mots qui me sont venus:

On m’avait dit d’aller au premier étage et de me diriger vers le fond du couloir en sortant de l’ascenseur. Quand j’ai levé les yeux j’ai été comme hypnotisée par une très forte lueur jaune. C’était comme si on avait tenté d’enfermer le soleil à cet endroit.

A part ça, les murs n’étaient percés d’aucune porte… Et bien sûr l’ascenseur était parti.

J’essayais de voir ce qu’était ce cercle jaune qui me faisait un peu penser au dispositif de tirage du Lotto, sans les boules.

Curieusement en m’approchant malgré la douleur oculaire provoquée par cette lueur intense, je ne ressentais aucun rayonnement de chaleur. Au contraire, je frissonnais d’inquiétude et d’incompréhension mais aussi parce qu’un grand froid m’envahissait.

Levant les yeux au plafond, je vis des sortes de caissons et me demandais ce qu’ils cachaient.

Je me sentais un peu idiote avec mes sacs de courses, plantée devant “la chose” comme figée.

Quand soudain, j’entendis le signal d’arrêt de l’ascenseur et vit un homme en salopette qui paraissait aussi étonné que moi.

— Je peux savoir ce que vous faites là, me demanda-t-il brusquement.

—On m’a dit de monter au premier étage et de me diriger vers le fond du couloir mais je ne comprends pas du tout où je suis, bégayai-je.

—Ah ok, me répondit l’homme, tout sourire, l’ascenseur est encore déréglé. Ça arrive environ une fois par semaine. En fait ici nous sommes au 3ème étage, là où normalement le public n’a pas accès actuellement.  Je suis occupé à mettre en place les dispositifs pour la prochaine exposition son et lumière.
Je vais vous accompagner au bon endroit pour éviter tout problème et, si vous le permettez, je vous offrirai une invitation pour le vernissage de l’expo. 

Aussitôt dit aussitôt fait. Ce n’est qu’en regardant en détail le carton d’invitation que je vis la photo de l’artiste.  Quelle ne fut pas ma surprise de reconnaître mon sauveur rayonnant sur le bristol…jaune vif.

Comme d’habitude, je vous invite à passer sur le blog Brick a book, croyez-moi, vous serez étonné(e) de voir la diversité de textes imaginés au départ de la même photo.

Continuer la lecture Brick a book 377 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Comme tous les samedis, on joue avec Ma. Cette semaine elle nous met au défit d’illustrer en photo le terme carte postale.

Les gens envoient de moins en moins de cartes postales mais, avec mon groupe d’amis, nous continuons heureusement à entretenir cette tradition.

Pour moi, c’est toujours un plaisir de trouver dans le courrier une carte colorée qui  me montre que quelqu’un a pensé à moi.

Les autres années, le mur du bureau est bien garni de toutes ces cartes reçues mais, en 2020, de nombreux projets de vacances ont été annulés et j’ai reçu beaucoup moins de cartes que d’habitude 😕.

Ci-dessous, je partage avec vous la dernière que j’ai reçue ce jeudi.

C’est une carte réalisée en ligne sur base d’une photo personnelle. Plusieurs de mes amis pratiquent comme ça maintenant, avec plus ou moins de bonheur. Et vous, utilisez-vous aussi ce système ou faites-vous, comme moi, tourner les présentoirs à la recherche de LA carte postale qui correspondra au mieux aux goûts du destinataire?

Et quand vous avez enfin trouvé votre bonheur, vous contentez-vous d’un “il fait beau tout va bien” ou personnalisez-vous chaque message?

Et par la suite, que faites-vous des cartes reçues? Les jetez-vous  sans regrets ou, comme moi, au départ d’une nouvelle année, les dépunaisez-vous pour les ranger dans une boîte à souvenirs comme celle ci-dessous?

J’avoue aussi que j’achète souvent des cartes postales pour moi, en souvenir, quand je n’ai pas pu prendre telle ou telle photo ou quand j’en trouve une qui me plaît vraiment.

Comme d’habitude, je vous invite chez Ma pour voir comment les autres participant(e)s ont illustré le thème.

Bon week-end 😎

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)

Le jardin botanique créé par Paul Jovet

 

Un site exceptionnel! À Saint-Jean-de-Luz, au bord du sentier littoral, le jardin botanique surplombe l’océan. Sa visite est une invitation au voyage à travers les paysages de la Côte basque. Des collections originales complètent ce tableau: plantes utiles, labyrinthe des familles botaniques, plantes des cinq continents… 

L’idée de créer un tel site à Saint-Jean-de-Luz, destiné à conserver des espèces, est née dans les années 1980, dans le sillage de deux botanistes fortement impliqués dans la connaissance des milieux naturels régionaux : Paul Jovet et Jean Bost.

Des amoureux des plantes se sont ensuite mobilisés au sein d’une association pour la faire vivre et grandir.
En 2002, la ville lance la création du Jardin botanique et en confie la gestion et l’animation à l’association « Les Amis du Jardin botanique littoral Paul Jovet ».

En 2013, la commune reprend la gestion du Jardin botanique pour l’intégrer dans sa politique de développement territorial et durable.(source)

Je partage ci-dessous quelques-unes de mes photos, juste pour vous donner envie d’aller vous balader dans ce jardin si vous en avez l’occasion 😎.

Clerodendrum bungei
Cardère à lainer Astalaharra
Cardère des foulons
Aloe striatula
Rudbeckia
Phymaspermum acerosum
La salsepareille, le mets favori des Schtroumpfs 😋
Yucca rostrata

Zoomons sur le jardin des "plantes utiles"

J’espère que ma courte présentation vous aura plu même si elle n’offre qu’un tout petit échantillon de ce qu’on peut découvrir sur place.

A bientôt pour d’autres découvertes Basques.

Continuer la lecture Voyage, voyage: belles découvertes à Saint-Jean de Luz (3)