L’abbaye d’Orval bis

On l’a déjà visitée, souvenez-vous c’était ici. Aujourd’hui une personne, tombée sur mon article par hasard, m’a fait parvenir des infos complémentaires et je trouverais dommage de vous en priver.

La démarche est un peu commerciale mais les informations données sur la légende de Mathilde, sont très bien présentées et j’accepte donc de les partager (gratuitement en ce qui me concerne bien sûr).

Si vous souhaitez donc en savoir davantage sur la légende d’Orval, il suffit de cliquer ici.

 

PS: je ne connaissais pas le concept de Divine Box avant aujourd’hui mais je trouve ça finalement assez sympa 

Les murmures des murs

Les murs que je partage aujourd’hui gazouillent plus qu’ils ne murmurent et ils sont pleins de couleurs. 

Si tous les tunnels étaient aussi joliment peints, ils seraient certainement plus agréables à traverser que des endroits souvent sombres et tristounets…on peut rêver non? 

 

On change de style mais ça reste gai et coloré

Personnellement je trouve ça très joli, et vous 

Et puis il y a plus sobre, sans couleur aucune mais avec, peut-être, un message à faire passer…

Une petite balade en Belgique: le village de Celles

Bon j’avoue j’ai failli mettre en titre “Et si on allait à Celles?” mais je me suis dit que vous alliez penser à un article de plus sur le petit coin ou à une balade à cheval 

Ces écueils étant évités, je vous propose de me suivre dans la découverte d’un des plus beaux villages de Wallonie qui était, semblerait-il, déjà habité au 2ème siècle: le village de Celles.

Le nom de Celles trouve son origine dans le nom latin féminin cella signifiant chambre, local, pièce, salle ou encore, cellule. Il provient, suivant la tradition, des cellules que les disciples de Saint-Hadelin (617-690) construisirent pour demeurer auprès de leur maître spirituel, l’ermite Hadelin.(source)

C’est donc munis des informations fournies dans le circuit proposé en ligne que nous nous sommes mis en route sous le soleil.

Si vous voulez nous suivre dans la promenade , il suffit de cliquer

ici

Pour terminer, je vous propose de visionner une découverte curieuse dans ce village 

Du côté de chez Ma

Le mot proposé à l’illustration cette semaine chez Ma est BD

Comme j’ai déjà écrit sur les murs décorés de BD à Bruxelles et à Angoulême, j’ai choisi aujourd’hui de mettre à l’honneur un dessinateur qui fait partie du gratin de la BD belge et qui a son propre musée à Bruxelles, il s’agit de Marc Sleen.

Un inconnu? Pas vraiment, en tout cas pas en Belgique néerlandophone. Il faut quand même signaler que Marc Sleen a reçu une mention dans le livre Guinness des records (en 1989)  pour avoir détenu le record du monde pour une bande dessinée écrite et dessinée par un auteur. 

C’est dans un bâtiment à la façade chargée d’histoire (ancienne maison du peuple), que se trouve un musée avec une belle scénographie: on sent qu’il a été réalisé par de vrais amateurs de l’oeuvre de Marc Sleen. Dans ces conditions, pourquoi se priver d’aller découvrir ce qui nous y est proposé?

Dès l’entrée, on est plongé dans l’univers de Marc Sleen.

Le héro principal…

…et l’auteur

Le parcours créatif

Quelques exemples de BD de Néron

Si vous êtes séduits par le personnage, vous pouvez également vous balader sur les traces de Néron en suivant ce document.

La Fondation Marc Sleen se trouve rue des Sables 31-33 à 1000 Bruxelles et, contrairement à moi, Marc Sleen est sur Facebook.

Autant en em”porte” le vent…

 En hiver, on dit souvent « Fermez la porte, il fait froid dehors » et quand la porte est fermée, il fait toujours aussi froid dehors !  (Pierre Dac – Les pensées, 1972) 

Il n’empêche qu’une belle porte c’est quelque chose qui  attire volontiers mon regard. Il n’y a pas que ça direz-vous, soit, mais une porte ou une poignée originale pour moi c’est la preuve du raffinement de celui qui l’a souhaitée et de celui qui l’a conçue. Parfois c’est la même personne, c’est encore plus touchant à ce moment-là.

Il y a certes le côté fonctionnel de la porte qui isole du regard, du froid, du bruit,… mais également la fonction décorative. C’est celle-là que je souhaite illustrer par quelques photos personnelles. Rassurez-vous, je ne vais pas vous présenter un catalogue de vente de portes en ligne  

Et pour finir, une porte sur laquelle on peut compter à coup sûr 

A bientôt 

La vague de surf urbaine

Sur l’Eisbach (= rivière/ruisseau de glace ») qui est une rivière artificielle, située à Munich près du jardin anglais, on est surpris de voir des surfeurs en combinaison de sport en pleine ville 

Il faut dire que la rivière forme une vague statique d’environ 1 mètre de haut. L’eau y est froide et peu profonde (parfois 40 centimètres), ce qui rend la vague accessible aux surfeurs expérimentés et aux kayaks de rivière.

Quand vous vous promenez et que vous arrivez à cet endroit, vous êtes littéralement hypnotisé tant cela est surprenant. Il est ensuite difficile de quitter l’endroit où les jeunes gens surfent à tour de rôle avec un fair-play très allemand alternant surfeur d’une rive puis de l’autre.

Ci-dessous une vidéo professionnelle:

Étonnant non? 

 

Du côté de chez Ma

D’après Wikipédia, un véhicule est « ce qui sert à transmettre, à transporter ». Parmi les diverses acceptions du terme, j’ai choisi de vous montrer des véhicules qui permettent de se déplacer. Il faut dire que depuis plus de 20 ans les moyens d’être mobile ont rythmé mon quotidien professionnel…
Sans aller bien loin, j’ai pioché dans mes photos de Berlin d’où j’ai extrait quelques véhicules que j’ai trouvés “remarquables” (dignes d’être remarqués) 
A Berlin Est, c’est la fameuse Trabant qui était la plus populaire.
Toujours à Berlin, il est possible de faire une ascension panoramique en ballon et de voir la ville de haut.
Mais vu la propension des Allemands à se désaltérer en grand format, le véhicule ci-dessous est probablement le plus sympathique et le plus convivial des trois 

Toit, toi mon toit

Un p’tit tour tête en l’air, ça vous dit?

Alors suivez-moi, on s’envole sur les toits et on ouvre grand les yeux: il y a de bien jolies choses à y voir 

Le moulin à marbre

Si vous êtes comme moi, vous connaissez les moulins à vent et les moulins à eau. Il y a peu, lors d’un séjour en Bavière, j’ai découvert qu’il existait un troisième type: le moulin à marbre 

Avant tout, il faut savoir que ce moulin particulier utilise la force de l’eau qui provient des très belles gorges de l’Almbach. A l’entrée des gorges, on voit directement le plus vieux moulin à marbre de l’Allemagne. Il transforme des morceaux de marbre en boules parfaitement lisses et ce depuis 1683…

Ce moulin à marbre (Kugelmühle) est situé juste à côté de la route entre Berchtesgaden et Salzbourg. 

Les gorges

Parfaitement aménagées et sécurisées, on s’y déplace facilement sous le bruit impressionnant des chutes.

Le moulin à marbre

Comment les billes sont faites:
Les morceaux de marbre sont collectés et découpés puis les morceaux  cubiques entrent dans le broyeur à boulets.
Cette construction spéciale comprend la meule fixe inférieure (en grès dur de l’Obersalzberg) et la plaque tournante supérieure (en bois de hêtre), sur laquelle est fixée la roue hydraulique (en bois de mélèze).
Le temps de broyage est de 2 à 8 jours, en fonction de la taille souhaitée. Les balles doivent ensuite être polies. (source)

Youtube nous fournit ci-dessous une courte vidéo du procédé:

J’espère que vous aurez apprécié la balade ainsi que la découverte.

A bientôt pour d’autres découvertes.

PS:

Pour faire plaisir, entre autres à Dany, voilà 2 photos: une de la bille de marbre que j’ai achetée en souvenir (le diamètre de celle-ci est d’environ 4 cm) et une d’une vitrine (d’où les reflets) donnant quelques explications dans la langue de Goethe.

 

Du côté de chez Ma

Désolée pour ce gros retard dans ma participation au projet 52 de Ma mais comme certain(e)s le savent, je participe à une expo photo dans ma commune et j’ai été fort occupée.

En plus, je n’ai pas de photos de ce que les Français appellent “bonbons”: j’ai bien de temps à autre des fraises Tagada ou autres mais je n’ai encore jamais réussi à les garder assez longtemps pour les photographier  Et puis, franchement, quand j’en ai, je fais autre chose que prendre mon appareil photo 

Je vous propose donc une photo de douceurs marocaines que j’adore:

Alors, ça ne vaut pas tous les bonbons du monde ça?

Et puis, même si certain(e)s l’ont déjà évoquée, en tant que Belge je ne pouvais pas passer à côté de la chanson que je vous offre avant de vous souhaiter une très belle semaine automnale.