Voyage, voyage: La Bouteille et Chaumont sur Tharonne (F)

Quand nous partons en vacances en France, nous évitons les autoroutes et privilégions le chemin des écoliers ce qui nous offre parfois de bien jolies découvertes.

Ce fut le cas cette fois en fin de matinée, en arrivant dans l’Aisne où j’ai tenu à photographier cette imposante église fortifiée dans la commune de La Bouteille. 

On a l’habitude en traversant la Thiérache de voir ces églises fortifiées où les habitants pouvaient se réfugier en cas de problème mais elles m’impressionnent toujours par leur aspect massif.

Plus tard dans la journée, j’ai cru voir une statue d’homme assis sur un banc dans une ambiance invitant au repos. Nous avons répondu à l’invitation en décidant de nous arrêter dans cette charmante commune du Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire, Chaumont-sur-Tharonne.

 

Cet hommage à Louis Blériot (1872-1936), premier à traverser la Manche en avion, le 25 juillet 1909, se trouve près de l’église Saint-Etienne, construction portée à l’inventaire des monuments historiques. L’aviateur a en effet résidé dans la commune. 

Plus d’infos sur ces statues ici.

En tournant les yeux en face de l’église, on aperçoit une autre silhouette et, en nous approchant, nous rencontrons une dame âgée, assise à côté de son panier. Elle nous raconte l’histoire du lieu. Je vous en fait écouter une partie.

Continuons notre balade autour de l’église…

Nous pouvons même nous poser et…

Ou, si on préfère, regarder les statues très différentes exposées dans le parc de l’église.

Nous admirons une dernière maison avant de nous remettre en route vers notre première escale en chemin vers Bidache.

Voilà, j’espère que ce départ en vacances vous aura donné envie de me suivre un peu plus loin sur cette route qui nous a réservé, une fois encore, de bien jolies surprises et découvertes étonnantes.

Soyez juste un peu patient(e)s, je suis fort occupée et j’ai plus envie de profiter de l’extérieur que de m’asseoir devant un écran 😎.

Continuer la lectureVoyage, voyage: La Bouteille et Chaumont sur Tharonne (F)

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique

Il semblerait bien que Donald se soit piqué au jeu puisque, après sa participation en juin, il vient de m’envoyer un texte pour juillet.

Nous sommes quelques-uns à souhaiter élargir les participations à cet exercice littéraire amusant et il serait dommage que le fait de ne pas avoir de blog soit un frein absolu.

Voici donc la participation de Donald Bilodeau à l’AI de juillet dont les règles se trouvent chez Toutlopera.

Musique

par Donald Bilodeau

 

UTile au-delà de l’océan

Jusqu’au bout de tous les continents

Tu es la seule à unir les Hommes

Digne maillon de la chaîne en somme.

 

futant l’argument de la guerre

Les soldats se prenant pour des frères

Chantent tous en chœur sur toi, si belle

Universelle et intemporelle.

 

MIrage d’amour coûte que coûte

J’en suis certain, je n’ai plus de doute

Il n’y a que toi que l’on écoute

Toi, la virtuose ouvrant les routes.

 

FAscinante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde en constantes discordances ?

 

SOLidaire pour tendre tendance

D’un jour sans soupirs et sans silences

Telle une symphonie d’allégresse

Comme une douceur, une caresse.

 

LA mélodie de jour ou de nuit

Dans le bruit de l’eau, le chant des feuilles

Le souffle du vent chassant l’ennui

Ou dans un salon, un soir de deuil.

 

SI tu habilles si bien les mots

Mets de la couleur dans nos radios

Fais danser les notes du piano

En sonate au tempo allegro !

 

DOminante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde aux si grandes espérances ?

 

*****

Je me permets de faire un petit ajout à la fin de ce texte: cette chanson de Jean-Pierre Ferland que Donald m’a fait découvrir (il est écrivain, mais aussi mélomane 👍). Écoutez bien les paroles…

Voilà, je laisse bien sûr à Donald le soin de répondre à vos commentaires et je commence doucement à réfléchir au texte de ma propre participation.

Je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique

Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi je joue avec Ma en illustrant par une photo personnelle non trafiquée le thème du jour.

Il s’agit cette fois du mot “végétal“. Bien sûr c’est facile de sortir au jardin et de photographier un végétal mais j’avais envie de trouver quelque chose d’un peu plus original…

Et j’ai trouvé dans mes archives: une maison avec un toit de chaume! On en voit de moins en moins parce que ça coûte très cher et que les pompiers n’aiment pas trop parce que c’est très inflammable mais avouez qu’il a quand même un charme fou ce toit végétal 😊

Je vous souhaite un excellent week-end et vous invite à passer voir les végétaux proposés chez Ma.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

L’agenda ironique de juillet

Juin étant terminé maintenant, vous pourrez voir les résultats sur le blog Le retour du flying bum (le tableau des votes est ici). Place maintenant à juillet qui nous apporte un nouvel hébergeur et de nouvelles propositions d’écriture.

C’est cette fois Toulopera qui nous accueille et ses souhaits sont les suivants:

Je vais vous proposer d’écrire un texte en sept parties, dont chacune d’elles devra commencer par une note de musique, dans l’ordre composé par Guido d’Arezzo en 1050.

Si ça peut vous aider, voici le texte latin écrit par Guido pour nous permettre de retenir le nom des notes :

« UT queant laxis / Pour que puissent
« REsonare fibris / résonner des cordes
« MIra gestorum / détendues de nos lèvres
« FAmili tuorum, / les merveilles de tes actions,
« SOLve polluti / ôte le péché,
« LAbii reatum, / de ton impur serviteur,
« Sancte Iohannes. / ô Saint Jean.

Donc, si vous voulez remplacer le DO par un UT, vous avez toute liberté de le faire. Comme petite contrainte supplémentaire, je vous demanderai d’employer quelques termes musicaux simples, tels que silence, soupir, croche ou ouverture et portée.

Il n’y a pas d’autre contrainte, sinon celle de nous surprendre et de nous faire sourire. Votre texte pourra être un poème, une nouvelle, une recette de cuisine… Ce que vous aurez envie d’écrire, en bref.

On se donne jusqu’au 27 juillet pour élaborer tous nos charmants textes.

Précipitons nous toutes et tous sur nos claviers, activons nos neurones et nos talents musicaux (ou pas, c’est préférable dans mon cas 😂) afin de proposer des textes respectant les idées ci-dessus et si possible nous faire sourire.

N’hésitez pas à en parler autour de vous, voire à essayer vous-même, il suffit de se lancer et de se laisser porter par la suite.

Bon amusement et rendez-vous au plus tard le 27 juillet pour cet exercice.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet

Si je vous dis “Spa-Francorchamps”…

Les amateurs de Fomule1 vont directement penser au grand-prix de Spa- Francorchamps et au circuit apprécié des pilotes auto/moto du monde entier (il y a quelque temps ont justement eu lieu les 24h motos).

Un petit bout du raidillon de l'Eau Rouge

Mais ce n’est pas de ça que je veux vous parler. J’ai découvert récemment, à proximité, une église étonnante où les pilotes de course peuvent rapidement aller faire leurs prières avant de risquer leur vie 😉.

Il s’agit  de l’église Saint-Georges (consacrée en 1970), une église moderne dont l’empreinte au sol est triangulaire et le sommet arrondi.

Ce qui est particulier, ce sont les détails de la façade en béton conçue par le sculpteur André Pirlot (1926-1997), un habitant de la région qui a fait carrière en Suisse et en France. A l’extérieur, il a imaginé un bas-relief graphique et, à l’intérieur, il a sculpté le tabernacle, les fonts baptismaux et le Christ en croix.

Le grand bas-relief en façade énonce le thème général du symbole.
Il désigne les entrées de l’église, marque un passage.
Les symboles humains sont intégrés suivant une progression définie :

Un être isolé, c’est l’homme… un autre différent, c’est la femme… puis le couple, puis les trois désignant la famille, enfin les quatre suivants, c’est le groupe, c’est-à-dire l’Église, conduit par Saint Georges qui tient la croix et écrase le démon. (source)

Sincèrement, sans ces explications je n’aurais jamais imaginé tout ça! Bon, je vous la montre ci-dessous cette fresque étonnante.

Je place ci-dessous un agrandissement de la fresque (il semblerait qu’on ne voit pas bien sur la première photo 😉).

Une autre particularité est que le cocher est isolé et, dans le mur qui le joint à l’église, on peut voir d’anciennes pierres tombales scellées qui datent de la seconde moitié du 18° siècle..

L’édifice est tellement bien intégré grâce à ses matériaux (ardoises, pierres naturelles et éléments en bois)que ceux qui visitent la région passent  souvent à côté sans s’y intéresser…

Vue de côté
Vue de l'arrière

Et vous, avez-vous vu tous les détails du bas relief? 😉

Continuer la lectureSi je vous dis “Spa-Francorchamps”…

Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi je joue avec Ma  et aujourd’hui elle nous demande d’illustrer le thème “Voyager sans sortir de chez soi”.

J’ai bien sûr des guides de voyage dans ma bibliothèque, j’aime regarder les émissions du style “Des racines et des ailes”, “Échappées belles” ou autres, j’ai aussi pensé que boire un verre d’Izarra pouvait me transporter en pensée au Pays Basque tout en restant chez moi 😋 mais finalement j’ai choisi d’illustrer le thème par les cartes postales d’amis ou de la famille qui m’en envoient encore et que je garde précieusement dans des boîtes adaptées depuis très longtemps.

N’allez pas penser que je sois syllogomane mais je n’aime pas jeter les petites attentions qu’on a pour moi…

Et si nous allions voir chez les autres participant(e)s au projet de Ma comment on voyage tout en restant chez soi?

Bon week-end à tout le monde, chez vous ou pas 😎.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

L’agenda ironique de juin: le temps du vote

Voici venu le temps de participer à différents pique-niques et à choisir votre préféré.

C’est sur le blog Le retour du Flying Bum que vous pourrez vous exprimer librement à condition que ce soit au plus tard le 30 juin.

N’hésitez pas à picorer dans tous les plats proposés avant de vous décider.

Et, si l’aventure vous tente, pourquoi ne pas envisager de participer à l’agenda ironique de juillet? Les modalités proposées par l’hébergeur seront connues au début du mois prochain.

A bientôt pour d’autres délires littéraires… ou presque 😊

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin: le temps du vote

Et hop, une nouvelle crise de paréidolie!

Les chercheurs n’ont pas encore trouvé de vaccin et je continue à vivre ces épisodes, heureusement plus drôles que douloureux, de manière épisodique.

Impossible pour moi de ne pas voir des “visages”, des “animaux”,… dans plein d’objets étranges…

Je vous montre ci-dessous.

A votre avis, est-ce grave? Et vous, voyez-vous aussi ces drôles de petites têtes?

Continuer la lectureEt hop, une nouvelle crise de paréidolie!

Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi, je joue avec Ma et ce samedi elle nous demande d’illustrer le thème “porte ou fenêtre”.

Comme je suis généreuse, je vous offre les deux: une fenêtre au-dessus d’une porte. Mais ce n’est pas la fenêtre qui est intéressante dans cette vue.

Il s’agit d’une photo prise au Pays Basque (à Iholdy) et on voit que, comme au-dessus de nombreuses portes de cette région, un linteau sculpté et décoré indique le nom de la famille qui y résidait et la date de la construction.

La maison du Pays Basque est un symbole très fort de l’organisation sociale et d’une activité rurale.
Quel que soit son style, “Etxea” (etchéa), la maison est au centre de la société Basque et représente l’importance des liens qui unissent les familles autour de ce patrimoine précieux. Il n’est pas rare que les habitants se connaissent mieux sous le nom de leur maison que sous leur réel patronyme.

Pour en apprendre davantage sur la symbolique de la maison basque, je vous invite à consulter ce site d’où est extrait le petit texte ci-dessus.

Et puis bien sûr je vous invite à ouvrir toutes les fenêtres et pousser toutes les portes des autres participant(e)s au projet de Ma.

Bon week-end à tout le monde 😊.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Des frites?

Bon, je ne vais pas faire un caprice comme les membres de la famille Tuche…

…mais, comme le savent la plupart d’entre vous,  je suis Belge et chez nous les frites c’est sacré 😋.

La preuve:

Je viens même de voir en vitrine des chaussettes brodées d’un cornet de frites!

Mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est que je suis tombée sur cet article qui me prouve une fois encore que les Etats-Uniens n’ont pas toutes leurs frites dans le même sachet (en français: il leur manque une case 😉).

Ils viennent en effet de créer un parfum…à la frite!

Un parfum à la frite, vous le croyez ? Cela existe pourtant bel et bien : le flacon “Frites by Idaho” est l’œuvre de l’Idaho Potato Commission (États-Unis), composée de passionnés qui ne manquent pas d’idées et il est collector.(source)

Ce qui me console un peu, c’est qu’ils parlent de French fries (frites françaises). Ouf! l’honneur des Belges est  sauf!

Si je vous ai vraiment donné envie, même sans parfum, je vous invite plutôt à visiter le musée de la frite à Bruxelles😊.

Continuer la lectureDes frites?