A côté de la plaque 😀

Vous savez que j’aime la photo mais aussi l’écriture sous toutes ses formes et les défis. Je photographie souvent à la volée des plaques d’immatriculation qui me « parlent » et, quand j’en ai amassé quelques-unes, j’essaye de les mettre en forme pour en faire une histoire qui tienne la route (c’est bien le moins pour des plaques de voitures 😉)

Voilà ma dernière bêtise en date:

m’a invitée pour 

au bord d’

Je me suis dit

il va encore passer du Yoko

mais je trouve que 

Alors j’ai dit je viens mais je 

Ono contre

Il m’a accusée de faire de mon

mais j’ai répondu: c’est ça ou je dors 🤨

Non mais!

 

Continuer la lecture A côté de la plaque 😀

Brick a book 361 ✍🏻

Comme tous les lundis on laisse le champ libre à notre imagination dans le cadre de l’atelier Brick a book et cette fois c’est au départ de la photo ci-dessous et sans contrainte additionnelle.

©Sean Thoman

Voici l’histoire que mes neurones, engourdis par le froid et surtout par un rhume carabiné, ont tricotée:

Notre journée se terminait dans ce ferry qui nous ramenait à bon port. 

Nous avions longuement hésité à la faire cette randonnée de seize kilomètres dans ce qu’on nous décrivait comme un endroit magnifique, un incontournable lors de vacances en Crête: les gorges de Samaria. Et puis, un peu téméraires ou un peu fous, nous nous étions inscrits pour cette longue journée accompagnée.

Le soleil était bien là mais la chaleur était restée supportable ce matin. Nous avions marché d’un bon pas, échangeant des banalités avec ceux qui nous dépassaient ou ceux, plus rares, que nous dépassions. Pas question de rater le bateau du retour sinon nous devions dormir sur la plage jusqu’au lendemain. Un peu fous d’accord mais pas complètement barges quand même!

La balade, tout en descente, n’avait pas été trop difficile malgré les « rolling stones » sous nos pieds et les jeunes gens qui la faisaient en courant, nous bousculant un peu au passage…

Et là, nous étions bien tranquilles, seuls à l’intérieur alors que tout le monde voulait encore emmagasiner un maximum de soleil sur le pont. Un sentiment de fierté d’avoir réussi nous envahissait même si nous avions résisté aux marchands de t-shirts où on lisait « I survived Samaria Gorge » .

La fatigue lentement s’installait et le roulis du bateau nous berçait doucement. Nous hésitions à nous allonger sur les banquettes qui nous tendaient leurs bras de simili-cuir bon marché. Nous nous obligions à parler, de tout et de rien, face à la mer étale, pour ne pas sombrer avant de débarquer et rentrer à l’hôtel.

Demain nous serions reposés mais c’est certain que nos mollets nous rappelleraient avec insistance que nous l’avions fait!

N’oubliez pas d’aller lire les autres textes imaginés à partir de la même photo sur le blog Brick a book.

Bonne semaine à tout le monde 😀

Continuer la lecture Brick a book 361 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Aujourd’hui, le mot à illustrer en photo(s) pour relever le défi de Ma est « sauvage« .

Je vais donc, une fois encore, vous inviter à me suivre en Grèce, à Kos plus précisément.

Et là je vais vous montrer des fleurs sauvages

et aussi des chats sauvages, heureusement nourris par des bénévoles

Pour voir comment les autres participant(e)s ont illustré le mot sauvage, il suffit d’aller sur le blog de Ma 😊

Je vous souhaite un excellent week-end.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Voyage, voyage: Corfou, Kanoni, l’île de la Souris et la villa Mon Repos

Parce que la tempête est passée et qu’il est permis de rêver au beau temps à venir, je vous emmène dans un coin de Corfou que j’ai particulièrement apprécié.

La presqu’île de Kanoni doit son nom à une batterie de canons abandonnée par les troupes napoléoniennes. Au large de Kanoni se trouve l’îlot surmonté du monastère de Vlacherna.
Au paysage vient s’ajouter la célèbre île de Pontikonissi, avec l’église de Pantocrator.
C’est ce petit coin de terre (l’île de la Souris), qui est probablement le symbole le plus connu de Corfou et qui, selon la légende, serait le bateau mythique d’Ulysse, que Poséidon transforma en pierre, comme le raconte Homère dans l’Odyssée.(source)

La villa Mon Repos

Mon Repos est un palais de la famille royale grecque situé dans l’île de Corfou. Construit en 1831, il se trouve en haut d’une colline, dans le centre archéologique de Corfou, et occupe probablement le site de l’ancienne Corcyre. (…) Après l’annexion des îles Ioniennes par le royaume de Grèce en 1864, le palais est racheté par le roi Georges Ier qui le nomme Mon Repos. Le souverain achète progressivement divers lopins de terres jouxtant le palais jusqu’à créer un domaine de plus de 250 hectares. Les jardins de « Mon Repos » étaient réputés pour la diversité des plantes et des arbres (2000 espèces différentes) provenant de cadeaux de familles royales européennes. La famille royale s’y rend régulièrement l’été et plusieurs descendants du roi y voient le jour dont le prince Philip (futur duc d’Édimbourg) en 1921 (source)

Comme d’habitude, il faut cliquer sur le bouton ci-dessous pour m’accompagner en balade

Continuer la lecture Voyage, voyage: Corfou, Kanoni, l’île de la Souris et la villa Mon Repos

Brick a book 360 ✍🏻

C’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture dans le cadre de l’atelier d’écriture du blog Brick a book.

Le principe? On regarde la photo et on laisse dériver notre imagination pour rédiger une histoire en quelques lignes. Parfois une contrainte est ajoutée à la photo mais ce n’est pas le cas ce lundi.

©Steven Roe/ www.instagram.com/steveroe_

Mon histoire se trouve ci-dessous…

Un vrai cauchemar! Je m’étais réveillé sur ce palier à l’ambiance apocalyptique sans savoir où je me trouvais. J’avais fait la fête la veille au soir avec deux asiatiques rencontrés dans un bar et on avait pas mal picolé il faut le reconnaître. Le Nihonshu (日本酒) ne me réussissait pas vraiment si j’en jugeais par les coups de marteau-piqueur qui résonnaient dans mon crâne.

J’étais en déplacement professionnel au Japon et, après une journée bien remplie de réunions assez tendues, j’avais eu envie de me plonger dans l’ambiance de cette ville afin de découvrir autre chose que les salles de conférence climatisées qui se ressemblaient toutes, quel que soit le continent. J’avais erré dans les rues animées et bruyantes, essayant d’éviter les nombreuses motos qui bourdonnaient tout autour de moi puis, lassé de zigzaguer, j’étais entré dans le premier bar qui me paraissait moins louche que les autres.

C’est là que mes deux compagnons de beuverie m’avaient approché, entamant la conversation dans un anglais approximatif. Nous avions sympathisé rapidement, l’alcool ayant fait tomber toutes mes inhibitions, et passé plusieurs heures à échanger des idées qui devraient nous permettre de refaire le monde afin qu’il devienne parfait à nos yeux.

Après, c’est le trou noir, l’amnésie complète jusqu’à mon douloureux réveil, couché à même le sol peu ragoûtant et sous ces néons rouge sang. La porte de l’ascenseur était ouverte et semblait bloquée ainsi que je pus le confirmer en me traînant jusque là.

Mes poches étaient anormalement plates, tous mes papiers et mon argent ayant été subtilisés de même que mon téléphone portable.

Impossible d’appeler qui que ce soit à l’aide, d’autant plus que ma voix de rogomme aurait immédiatement indiqué à mon interlocuteur à quoi j’avais passé la soirée.

En me retournant, j’aperçus une porte qui conduisait à des escaliers. Je me faufilai afin de sortir de ce cauchemar et de regagner mon hôtel où j’essayerais d’entrer discrètement. Je n’avais plus vraiment l’allure du jeune cadre dynamique un brin condescendant avec le personnel qui était arrivé avant-hier.

Honteux et confus, je me jurai, mais un peu tard comme le corbeau, qu’on ne m’y prendrait plus!

J’espère que ce texte vous aura plu et je vous invite à découvrir les textes produits par les autres participant(e)s chez Brick a book.

Je vous souhaite de passer une excellente semaine.

Continuer la lecture Brick a book 360 ✍🏻

Lendemain de Saint-Valentin

Vous me connaissez, je fais rarement les choses comme tout le monde 😁

C’est donc à dessein que j’ai omis de parler de cette fête bien trop commerciale qui permet à celles et ceux qui n’ont rien à dire d’offrir un présent, petit ou gros, à l’élu(e) de leur coeur.

Il y a longtemps que j’ai compris que l’amour, quel qu’il soit, ne se prouve pas en achetant des choses à offrir (il suffit pour cela d’avoir de l’argent) mais en multipliant les petites attentions, à bon escient, au fil du temps.

Et comme j’aime bien aussi rigoler, je partage cette courte vidéo afin que nous riions ensemble.

Continuer la lecture Lendemain de Saint-Valentin

Du côté de chez Ma

Le samedi on cherche des photos pour illustrer le mot proposé par Ma chaque semaine.

Cette fois, c’est le mot porte qui nous est suggéré.

Si vous fréquentez régulièrement mon blog vous savez que mon oeil aguerri traque tout ce qui est joli, ou à tout le moins original et décoré, partout où je vais. Je photographie ainsi les girouettes, les enseignes,… et les portes que j’estime « remarquables ». Je vous en propose quelques-unes découvertes lors de mes balades ici et là.

Je vous l’ai montrée récemment dans mon article sur Amersfoort, la porte de Koppen.

Mais j’ai envie de vous en montrer d’autres, même si elles sont plus « classiques » dans leur usage.

Les très colorées

Le jour et la nuit

Les personnages

J’en ai encore quelques-unes à partager prochainement et, si vous passez me rendre visite, elles vous seront ouvertes mais, en attendant, n’hésitez pas à passer la porte chez Ma 😊

Bon week-end à tout le monde.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Consoles, gargouilles et drôles de bouilles

Que d’eau, que d’eau aujourd’hui! Les garnitures qui suivent guident l’eau qui coule par les gouttières ou les tuyaux et certaines ont vraiment des drôles de bouilles! La garniture s’invite décidément partout en rue et ça me ravit 😀

Et c’est bien normal vu que…

Continuer la lecture Consoles, gargouilles et drôles de bouilles

Voyage, voyage: Amersfoort et le Musée Mondrian (NL)

A une vingtaine de kilomètres au N-E d’Utrecht, Amersfoort s’est développée très tôt (12ème siècle) à l’abri d’une forteresse.

Avec ses grandes places animées à toute heure, ses vieilles rues commerçantes et son vaste marché, la ville natale de Mondrian est une cité attachante, qui a choisi un rocher pour étendard, symbole d’autodérision*! Portes médiévales, ceintures de canaux noyés dans la verdure, églises gothiques et maisons patriciennes, le coeur historique d’Amersfoort est une invitation à la déambulation.(source)

*: En 1663, Everard Meyster, aristocrate un peu excentrique, lança un jour le pari qu’il parviendrait à convaincre les habitants de Amersfoort de rouler un rocher de 9 tonnes, le Kei, à l’intérieur des murs de la ville. Avec beaucoup d’enthousiasme et avec l’aide de beaucoup de bière et de bretzels frais, 400 personnes d’Amersfoort ont relevé le défi.

Je vais bien sûr vous emmener à ma suite dans le coeur de cette ville agréable mais également évoquer son enfant le plus célèbre, le peintre Piet Mondrian (1872-1944) dont les couleurs de prédilection sont bien représentées ci-dessous.

Vous connaissez la chanson maintenant, pour voir le montage de mes photos, il suffit de cliquer

Ah, au fait, les Pays-Bas ne veulent plus être appelés Hollande!

C’est la résolution des Pays-Bas pour la nouvelle année : ne plus être appelés « Hollande ». En effet, les ministères, les ambassades, les entreprises, les universités et les institutions du pays pourront seulement utiliser « Pays-Bas » désormais. Le pays a également créé un nouveau logo pour le représenter, un NL en forme de tulipe.

Ah, au fait, les Pays-Bas ne veulent plus être appelés Hollande!

C’est la résolution des Pays-Bas pour la nouvelle année : ne plus être appelés « Hollande ». En effet, les ministères, les ambassades, les entreprises, les universités et les institutions du pays pourront seulement utiliser « Pays-Bas » désormais. Le pays a également créé un nouveau logo pour le représenter, un NL en forme de tulipe.
En effet, « Hollande » désigne seulement deux provinces du pays : la Hollande septentrionale où se trouve Amsterdam et la Hollande méridionale qui englobe notamment Rotterdam et La Haye. C’est le cœur politique et économique du pays, mais aussi la région la plus touristique. L’objectif est de faire découvrir aux touristes le reste des Pays-Bas.
Mais il reste un hic toutefois : le site de l’office de tourisme a pour nom holland.com ! (source)

A bon entendeur…

Continuer la lecture Voyage, voyage: Amersfoort et le Musée Mondrian (NL)

Brick a book 359 ✍🏻

Le lundi c’est atelier d’écriture avec Alexandra du blog Brick a book.

Le principe? Une photo différente nous est proposée chaque semaine, avec ou sans contraintes additionnelles, et nous laissons courir notre imagination pour écrire une histoire qui en découle.

©Karl Fredrickson

Voici ce qui m’a été inspiré cette semaine:

J’étais entrée dans cette église comme il m’arrive régulièrement de le faire en vacances. J’aime pénétrer dans ces enveloppes feutrées où les mots se chuchotent et les pas se font glissants.

Oh je n’ai rien d’une grenouille de bénitier, loin de là, mais j’aime ces endroits souvent solennels et grandioses. Peu m’importe d’ailleurs à quelle religion est consacré l’édifice si l’ambiance générale me plaît dès l’entrée. Les églises protestantes ont ma préférence pour leur côté dépouillé tandis que les orthodoxes m’étouffent un peu par leurs surcharges d’icônes dorées.

Je m’étais assise, machinalement, sur un banc inconfortable, seule. J’aimais la douce clarté diffusée par les luminaires ajourés qui pendaient du plafond mais ce qui m’intéressait le plus était le vitrail géant face à moi. Mon esprit s’évadait et je me demandais combien d’heures de travail méticuleux et de patience avait demandées cette magnifique réalisation multicolore. Depuis que j’avais lu « Les piliers de la terre« , je ne regardais jamais plus une église distraitement mais j’éprouvais toujours  respect et admiration pour ses bâtisseurs.

Soudain, le silence éclata sous le souffle de l’harmonium! J’étais tellement plongée dans mes pensées, somnolant presque, que je n’avais pas entendu la porte s’ouvrir derrière moi. La musique emplissait à présent l’espace, le rendant joyeux, comme s’il venait de s’éveiller en sursaut . Je ressentais moi aussi cette allégresse malgré quelques notes discordantes. Je me laissais porter par la musique et mes rêveries prirent une autre direction, me ramenant à mon adolescence et mes chansons préférées.

Je compris qu’en poussant cette porte, j’avais rencontré, sans le voir, « l’enfant des cathédrales »! Et subitement j’étais redevenue l’adolescente qui rêvait de rencontrer son chanteur préféré.

L’arrêt de la musique me laissa un peu étourdie, reprenant pied dans la réalité.

Je me levai et me dirigeai vers la sortie, laissant glisser, sur le dossier du banc, mon manteau de rêves…

Au cas où, la chanson évoquée est celle ci-dessous.

Comme d’habitude, je vous invite à aller lire les autres textes  inspirés par cette photo sur Brick a book.

Continuer la lecture Brick a book 359 ✍🏻