Du côté de chez Ma

Le thème de cette semaine est “cinéma”. Je n’y vais pas très souvent mais j’aime bien à l’occasion voir un film intéressant ou amusant sur grand écran.

Dans les cinémas où je vais, on achète une carte pour 10 séances à un prix raisonnable (non nominative et illimitée dans le temps) et surtout on n’y vend pas de gobelets géants de pop-corn et autres trucs à grignoter (en faisant un max de bruit), pas de boissons, friandises, etc. bref, rien à renverser sur les sièges et ça, c’est appréciable. Certains films sont  présentés en avant-première avec le réalisateur ou des acteurs et on peut leur poser des questions. J’aime beaucoup ça, surtout pour des films qui ne sont pas à gros budgets mais qui sont conçus avec amour.

Pour ma participation au projet de Ma cette semaine, je vous propose

  • cette photo d’un mur peint de Lyon (puisque nombreux sont ceux qui en parlent mais personne n’a encore placé de photo lyonnaise 

  • et, en bonus, cette photo, prise à Besançon, de personnages qui représentent “l’arroseur arrosé

Bonne semaine à tou(te)s les participant(e)s 

 

Toi, toi mon toit

Il y a peu nous avons passé deux jours reposants et étonnants dans un endroit situé à “seulement” 300 km de notre domicile. Des amis nous avaient offert un bon pour une nuit avec petit déjeuner sur le thème “Au bord de l’eau”. Une belle occasion d’aller enfin voir un endroit qui me faisait très envie depuis un moment déjà suite à un diaporama reçu via internet. Et comme…

Aussitôt pensé, aussitôt réservé en choisissant bien notre moment sous un généreux  et une température de 27°c!

Je suis occupée à traiter comme il se doit les photos de ces deux jours mais j’ai fait une tellement bonne moisson de décorations de toits que je ne résiste pas à partager directement  ces photos. NB: certaines paraissent un peu moins nettes parce que photographiées de trop loin 

Jne vous dis pas où c’était mais il y a de nombreux indices dans le montage de mes photos…

J’attends vos suggestions… 

Balade au parc Saint-Martin (B)

Dernièrement une balade dite “ludique et poétique” était organisée dans une commune proche de chez moi appelée Comblain-au-Pont.

La vallée de l’Ourthe a longtemps été, et est encore, jalonnée de carrières de pierres: moellons de grès et pierres bleues. Il y a donc depuis très longtemps de nombreux ouvriers carriers mais également de chouettes sculpteurs. C’est l’un d’entre eux, et pas le moins connu dans la région, qui guidait la promenade dont je souhaite partager quelques photos Il s’agit de Philippe Ongena.

Ci-dessous, une courte vidéo de présentation de l’artiste comblennois pour qui j’ai beaucoup d’admiration.

Lire la suite »

Du côté de chez Ma

Souvenez-vous, samedi dernier je me demandais pourquoi ne pas participer au projet de Ma? Le premier pas étant fait, bien sûr il se doit d’être suivi de nombreux autres. Après tout un pas par semaine ce n’est pas trop fatigant mais ça permet quand même d’avancer  

Si vous êtes curieux de connaître les autres thèmes passés ou à venir voilà la liste complète.

Lire la suite »

Zen, soyons zen..dans un jardin japonais

A 45′ de chez moi, en Région Flamande,  se trouve un endroit reposant que j’ai découvert récemment: le jardin japonais de Hasselt.

Un jardin japonais est un lieu où la nature est mise en scène avec respect. Tout incite au repos et à la méditation 

La composition d’un jardin japonais (日本庭園) suit trois grands principes : la reproduction de la nature en miniature, le symbolisme et la capture de paysages.
On retrouve la plupart des éléments suivants dans de nombreux jardins :

  • des rochers, choisis pour leur forme, leur taille, leur couleur et leur texture,
  • de l’eau : mares, rivières, chutes ; dans le cas d’un lac central on y trouve souvent une île, et un pont ou des pierres de gué menant à l’île ; les étendues d’eau contiennent fréquemment des carpes koï ; contrairement aux jardins occidentaux, on ne trouve presque jamais de fontaines,
  • du sable ou du gravier, sur lequel sont dessinés des motifs,
  • des éléments décoratifs : lanternes (traditionnellement de pierre), pagodes, statues, bassins d’eau, shishi-odoshi(mécanismes faisant du bruit pour écarter les chevreuils ou les sangliers),
  • un salon de thé ou un pavillon,
  • une bordure comme une haie, une palissade ou un mur de facture traditionnelle,
  • des chemins de terre, de gravier, ou de pierres.
    (Source)

Lire la suite »

Et pourquoi pas…

… répondre à l’invitation de Ma

Un blog c’est surtout un moyen de communiquer et même si j’échange déjà volontiers avec quelques autres blogueurs, j’ai envie de me lancer dans les projets de Ma d’autant plus que le thème de ce samedi a été le déclic.

En quoi ça consiste? C’est relativement simple, comme il y a 52 semaines dans une année, Ma propose, chaque samedi, un nouveau mot à illustrer par une seule photo. C’est à la fois facile, amusant de chercher et en même temps difficile de choisir LA photo qu’on a envie de partager parce qu’elle nous parle.

Cette semaine c’est le mot “livre” qui est proposé.

J’ai commencé à fouiller dans mon importante réserve de photos, j’ai trouvé quelques photos de livres ou de lecteurs puis au moment du choix, la pièce est tombée: le livre que je devais photographier pour le partager parce qu’il m’accompagne depuis que je sais lire c’est “La grammaire-index de la langue française” (1944) qui appartenait à mon grand-père maternel!

Les autres livres ne font que passer dans mes mains, plus ou moins longtemps suivant leur intérêt ou mon envie de vite connaître la fin (comme avec l’excellent Ring Est d’Isabelle Corlier qui est le dernier que j’ai dévoré) mais celui que je vais vous montrer m’a été utile très souvent et l’est encore parfois. Il est vieux, jauni (non rassurez-vous je ne parlerai pas d’héritage  ), quelques coins sont cornés mais il m’est précieux quand même.

Bon, je vous le montre 

Vous comprenez mieux maintenant pourquoi il m’est utile depuis si longtemps? Je n’ai jamais trouvé de grammaire aussi pratique à utiliser.

Sinon, côté lecture en général, mes goûts sont assez variés: polars, thrillers, romans du terroir, historiques, romantiques (meuh non pas Harlequin!),… Actuellement je suis accroc à “Le temps est assassin” de Michel Bussi. Je vous le conseille.

Une dernière chose: je n’ai pas de liseuse électronique, j’aime trop l’odeur du papier et la sensation de tenir un vrai livre entre les mains.

A samedi prochain pour un nouveau mot chez Ma 

Les murmures des murs

Puisque je vous dis que les murs nous font passer des messages… 
C’est bien le cas du premier que je partage non? 
Et je dois dire que je suis plutôt satisfaite de cette première récolte. Serait-elle due à la saison? Il faut dire que, enfin!, …

Lire la suite »

Pomme, pomme, pomme, pomme…

Et non, je ne vais pas vous parler de la 5ème symphonie de Beethoven même si elle est célèbre mais je souhaite vous parler d’un des peintres surréalistes belges parmi les plus connus: René Magritte, l’homme à la pomme. Même si celui-ci nous a quittés depuis 50 ans, rares sont les personnes qui, voyant un de ses célèbres tableaux, ne savent pas qu’il en est l’auteur.

Ses peintures jouent souvent sur le décalage entre un objet et sa représentation. Par exemple, un de ses tableaux les plus célèbres est une image de pipe sous laquelle figure le texte : « Ceci n’est pas une pipe » (La Trahison des images, 1928-29). Il s’agit en fait de considérer l’objet comme une réalité concrète et non pas en fonction d’un terme à la fois abstrait et arbitraire. Pour expliquer ce qu’il a voulu représenter à travers cette œuvre, Magritte a déclaré : « La fameuse pipe, me l’a-t-on assez reprochée ! Et pourtant, pouvez-vous la bourrer ma pipe ? Non, n’est-ce pas, elle n’est qu’une représentation. Donc si j’avais écrit sous mon tableau “Ceci est une pipe”, j’aurais menti ! » (source)

Lire la suite »

Chasse et pêche?

Noooonn! Vous avez vraiment cru que j’allais vous parler de l’émission bien connue des insomniaques d’il y a quelques années? Celle-ci?
Je suis souvent tombée dessus en zappant quand le sommeil me fuyait. Une de mes collègues de boulot qui me voyait bailler, les traits tirés, me demandait alors en rigolant “Chasse et pêche cette nuit?”.

Non, en fait je voulais juste vous faire part de ce cruel dilemme en ce dimanche de Pâques, 1er avril: fait-on la chasse aux oeufs ou la pêche aux poissons? 

Bon, pour la pêche aux poissons (d’avril bien sûr) je délègue volontiers à Gad le soin de vous dérider 

Il sera aidé en cela par Bobby Lapointe dont je vous conseille de bien écouter les paroles  

En ce qui concerne la chasse aux oeufs, je fais appel à mes souvenirs d’enfance 

Je me souviens de mon étonnement quand j’étais gamine et que, après quelques jours de silence, les cloches de l’église sonnaient à toute volée pour annoncer leur retour de Rome (oui je sais, j’étais naïve).

C’était alors l’occasion de commencer la chasse aux oeufs dans le jardin ou ailleurs s’il faisait mauvais temps. Mais surtout  pour moi, ça signifiait le retour du beau temps, des jours plus longs et des parties de marelle à n’en plus finir.

Maintenant, c’est moi la  et les oeufs ont été dissimulés par mes soins pour le plaisir de voir la joie dans les yeux des petits.
Dans les pays anglo-saxons, ce ne sont pas les cloches mais le lapin de Pâques qui distribue des oeufs peints ou en chocolat pour les petits..

Peu importe, le principal est de passer un bon moment avec une pensée émue pour les lapins en chocolat quand même.

Je vous souhaite donc de tout coeur de passer de

 

Découverte: l’Atomium

Comme Paris a la tour Eiffel, Bruxelles a l’Atomium. C’est un symbole de grande taille, visible de loin et qui caractérise la capitale de la Belgique.
L’Atomium a été installé en 1958 à l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles, j’y reviendrai en détail dans un autre article.
Cette sculpture architecturale en acier représente un cristal de fer agrandi 165 milliards de fois et elle pèse 2.400 tonnes.


Installé au départ pour six mois, l’Atomium fête à présent ses 60 ans même si, en 2013, CNN l’a classé en tête des monuments les plus bizarres d’Europe.
J’ai toujours pensé que ce cristal avait été choisi pour symboliser les 9 provinces belges à l’époque mais, depuis 1995, il y a 10 provinces…cette théorie ne tient donc plus la route.

Lire la suite »