Voyage, voyage: la ville de Toul

Je n’ai fait qu’y passer un court moment en descendant dans le Jura mais cette ville  lorraine , nichée dans une boucle de la Moselle, m’a suffisamment intéressée pour que je lui consacre un petit article.

C’est que j’aime bien sortir des sentiers battus et que Toul n’est pas vraiment une destination de vacances pour nous donc j’ai trouvé sympa de s’y arrêter en allant ailleurs  

Et je n’ai pas été déçue si ce n’est par le temps qu’on a pu y passer: j’aurais aimer en voir davantage mais nous étions attendus dans le Jura…

Mais ce n’est pas pour rien que Toul est reprise dans “les plus beaux détours de France“! Il faut dire que c’est la seule ville lorraine à conserver une enceinte Vauban fortifiée.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la cathédrale de Toul se trouve ici et les détails sur la maison bleue proviennent de .

Je sais que ce n’est pas complet comme description de la ville mais peut-être que ça suffira à vous donner envie d’aller voir par vous-même 

Invitations à entrer

Aujourd’hui vu qu’il fait un peu frisquet , je vous invite à entrer en partageant une partie de ma moisson d’enseignes ouvragées en Allemagne.

Vous savez combien j’aime ces garnitures et, à chaque fois que je vais en Allemagne, je suis littéralement comblée, ne sachant même parfois plus où donner de la tête et de l’appareil photo

Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’en dire davantage et je vous invite donc à cliquer

ici

pour visionner ces précieuses enseignes.

Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous propose d’illustrer en photo une ‘indication directionnelle”.

J’aurais pu vous dire d’aller voir à Yeur si j’y suis ou vous montrer les panneaux ci-dessous mais vous vous doutez que j’ai d’autres ressources…

C’est en Crête que j’ai vu ce bel ensemble d’indications directionnelles signalant la distance entre cet endroit et de nombreuses villes de par le monde.

Ci-dessous, on nous indique la direction que doivent prendre les petits hommes bleus

Ici, on indique aux médecins qu’ils peuvent se garer dans des emplacements réservés mais que ce serait bien qu’ils pensent à se garer correctement (ben oui, c’est pas parce qu’on est médecin qu’on sait manipuler correctement son véhicule en pensant aux autres…)

Et puis là, je trouve ça très discriminatoire mais on indique où se garer quand on est une femme 

Et là je ne comprends pas très bien pourquoi les dalmatiens ne peuvent pas aller dans cette direction de 7 à 19h 

Pour terminer, je vous présente également celui-ci qui indique où rouler quand on est cycliste à Prague

A bientôt pour illustrer un autre mot chez Ma.

Découverte: l’expo universelle de 1958 (du 17 avril au 19 octobre)

Le 17 avril 1958, Bruxelles ouvre les portes de l’Expo 58. Si aujourd’hui cette exposition peut paraître le reflet d’une Belgique disparue, l’événement avec sa dimension humaniste et encyclopédique, a été majeur.
Sur le site du plateau du Heysel, c’est plus de 110 pavillons qui s’étendent et tentent de réunir la culture mondiale en un seul lieu. Les styles de ces pavillons varient des démonstrations de prouesses architecturales à des styles plus traditionnels. Une des constructions retient plus l’attention, l’Atomium, symbole de l’Expo 58 et très vite de Bruxelles, emblème des Sciences servant l’Humanité, soulignant l’ambition de l’exposition, le Bilan du monde pour un monde plus humain. Pendant près de 200 jours, c’est environ 42 millions de personnes qui foulent le site de l’Expo 58 qui accueille tous les jours plusieurs dizaines de milliers de visiteurs venus de tous les continents.(source)
Pour fêter le cinquantième anniversaire de cette expo, un nouveau pavillon appelé “Pavillon du bonheur provisoire” est construit en face de l’Atomium. Il est composé de 40.000 bacs de bière. .
L’ensemble ressemble à un bunker jaune, éventé par les poignées des casiers, savamment réparties par les ingénieurs architectes. L’intérieur fait penser à une église car des colonnes apparaissent pour soutenir le toit, colonnes qui se rejoignent en composant des voûtes. (source)

60 ans plus tard, que reste-t-il de cette exposition 58?

Dans le parc des Expositions de Bruxelles les cinq palais emblématiques (aujourd’hui Palais 5, 4, 6, 2 et 10) situées autour de la pièce d’eau (face à l’Atomium) sont l’héritage de l’Exposition universelle de 1935 et érigés en style Art Deco. 
Le site du Heysel fut gardé pour l’exposition universelle de 1958. Cependant, il a nécessité quelques réaménagements. Par ailleurs, il fut décidé de l’agrandir et drainer les bâtiments. Œuvre de l’Art Déco, le Grand Palais ne correspondait pas avec l’épanouissement des années 50, durant lesquelles régnait un climat d’internationalisation, de joie et de vivacité. (source)

Le palais 5 vu du haut de l’Atomium

Le Palais 5

 Vue du site depuis la plus haute sphère de l’Atomium:

Le pavillon américain

Ce pavillon était l’une des plus grandes constructions circulaires du monde: 364 m de circonférence, 116 m de diamètre, 30 m de haut.
Ses dimensions étaient approximativement celles du Colisée de Rome. 
L’exposition qui y était présentée reflétait la vie aux Etats-Unis. Elle était centrée sur l’«humanisme américain» et montrait “l’effort continu que font les Etats-Unis pour une amélioration du mode de vie”. (source)
60 ans plus tard, sous la présidence de Donald Trump, on est en droit de se poser des questions… 
Nous terminons cette petite découverte de Bruxelles par deux bâtiments incongrus dans le paysage bruxellois: le pavillon chinois et la tour japonaise, sans liens avec l’expo. Pour avoir une idée de leurs fonctions cliquer ici
La tour japonaise:  d’autres infos
Après avoir célébré le 100ème anniversaire de la fin de la première guerre mondiale, le moment me semblait bien choisi pour célébrer le 60ème anniversaire de cette exposition internationale qui a marqué bien des Belges.

Découverte: le “street art” à Verviers

Aujourd’hui je vous invite à me suivre dans la ville de Verviers en région wallonne de Belgique.
Mais d’où vient ce nom?

Le sens global serait « (endroit) sur l’eau, sur la rivière », la ville est en effet traversée par la Vesdre. Des étymologies fantaisistes sont courantes : Le nom de Verviers pourrait provenir de l’anthroponyme Virovius, qui aurait donné le toponyme Viroviacus. La plus populaire, quoique fantaisiste, reste « Vert et vieux », qualités désignant le chêne qui aurait ombragé Verviers, et dont les branches figurent sur les armoiries de la ville. Sur le linteau d’une porte de l’ancienne Grand’Poste on peut lire un laconique « Verre vieux ». (source)

Cette ville a beaucoup de richesses à nous montrer et j’y reviendrai probablement dans le futur mais pour cette première évocation, c’est d’art urbain que je souhaite vous parler.

Avant tout, je souhaite vous initier au vocabulaire spécifique de cet art en lisant ce petit lexique.

Deux projets d’importance ont vu le jour ces dernières années à Verviers.

  • Le premier est constitué de 5 fresques illustrant le thème du livre du journaliste français Edwy Plenel, “Dire nous“. Contre les peurs et les haines, nos causes communes, Paris, Don Quichotte, 2016.
  • Le deuxième porte le nom de “Entracte” et s’applique au premier festival d’arts urbains qui va redorer l’image de la rue Spintay et l’embellir via une fresque géante. (source)
    Ce quartier, anciennement très animé du temps de l’activité textile de la ville, a connu un déclin avec la fin de cette activité. La situation s’est encore dégradée au cours des trente dernières années et les projets de revitalisation ont poussé les commerçants à déserter leurs boutiques désormais abandonnées à leur sort.

Je vous invite à découvrir les oeuvres en cliquant juste

ici

J’espère que vous aurez apprécié la promenade illustrée et colorée à travers cette ville belge.

La pause réclame

Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de partager des publicités qui sont de petits bijoux à mes yeux d’enfant .
Le produit vanté importe peu dans ce cas-ci (et je ne suis pas sponsorisée ) c’est l’idée de réalisation qui me plaît.

On commence par une pub pour de la laine…

Et on poursuit avec une pub Evian un peu moins connue chez nous que les autres.

On continue avec une pub pour le gaz naturel…

…et on termine avec une pub réalisée pour la marque John Lewis. Celle-ci met en scène Sir Elton John qui interprète son mythique « Your Song »

Et vous, aimez-vous aussi les spots publicitaires qui ne vous donnent pas envie de zapper?

Du côté de chez Ma

Le mot proposé par Ma en cette 46ème semaine est “ruines”.

Je vous ai déjà montré de nombreuses ruines et je n’avais pas envie de reprendre les mêmes. J’ai donc choisi cette fois de partager des photos d’un endroit qui se trouve en Albanie et que nous avons visité cette année: le site archéologique de Butrint.

Ville importante à l’époque antique, Butrint a deux histoires: une histoire mythologique et une histoire archéologique. Selon la légende, la cité aurait été fondée par des Troyens fuyant la guerre de Troie. A leur arrivée sur les côtes de l’Epire, pour honorer les Dieux, ils sacrifient un bœuf, qui, seulement blessé, continua à courir jusqu’à tomber mort sur la presqu’île de Butrint. Voyant ici un bon augure, les Troyens décidèrent de bâtir la cité Buthrotum, « le bœuf blessé ». L’histoire archéologique est évidemment tout autre. Occupé, depuis l’Age du Bronze par différentes tribus, le site prit de l’importance au VIe siècle av. J-C, lorsqu’il devint un centre cultuel avec l’édification d’un temple dédié à Asclépios (Esculape), le Dieu de la médecine. Au IVe siècle av. J-C, Butrint devint un centre administratif de la tribu des Chaoniens et se dote alors d’une agora regroupant les institutions politiques et religieuses. C’est de cette époque que date le théâtre. (source)

Temple d’Asclépios

Porte du lion (un lion mange un bœuf)

Ancienne basilique

Chapelle baptismale

Amphithéâtre

Voilà, je vous laisse méditer sur ces ruines albanaises probablement moins connues que les grecques ou les italiennes mais qui méritent quand même une petite visite…

N’hésitez pas à aller voir chez Ma les autres participations à ce projet.

 

Les murmures des murs

Une petite pause sympathique et reposante avant le défi de Ma demain ça vous dit?

A demain 

La grande lessive (2)

Vous le savez, j’ai l’habitude de faire la dernière grande lessive de l’année vers la mi-novembre, avant les premières gelées.
Le moment est donc venu de voir où nous pouvons, en France, laver notre linge sale pas forcément en famille mais en tout cas à l’ancienne.

Vous avez vos paniers à linge et le savon de Marseille?

Alors il suffit de me suivre 

ici

Il ne restera plus ensuite qu’à s’occuper du séchage pour être dans de beaux draps!

Avouez que ça a quand même plus de charme que ça 

 

Du côté de chez Ma

Cette semaine, le mot proposé par Ma est “mémoire”. Fastoche, il y a plein de commémorations de la grande guerre. Trop facile même, y a qu’à se baisser… Ne voulant pas tomber dans la facilité mais jouer le jeu quand même dans l’esprit du moment j’ai choisi de vous proposer des photos personnelles  d’endroits de mémoire qui m’ont particulièrement touchée.

  • Le Mémorial de Caen

Le mémorial de Caen est un endroit que tout le monde devrait visiter ne fut-ce qu’une fois dans sa vie pour entretenir la mémoire collective, surtout de nos jours où certains la perdent dangereusement!

Ce que j’ai aimé à cet endroit ce sont les témoignages qui nous font prendre conscience que tous les hommes ont le même coeur et que, de l’autre côté aussi, certains souffraient et n’avaient pas choisi de faire la guerre!

  • Un endroit plus confidentiel

Cet endroit se trouve dans l’enceinte d’une chambre d’hôtes où nous sommes allés quelques fois  à Ver-sur-Mer en Normandie. C’est très émouvant de se trouver là et de lire les mots ci-dessus en se remémorant ce qui s’est passé dans la région.

  • Daschau

J’y suis allée, glacée d’horreur en avançant. Le silence était aussi assourdissant que tous les cris qui avaient dû y être poussés. J’ai pris des photos, pour moi, pas pour en faire un article: il faut y aller pour s’en imprégner et un récit reste un récit, ce n’est jamais qu’un travail de mémoire par procuration…ceux qui sont tombés valent mieux que ça!