L’agenda ironique de septembre 2022 ✍🏻

L’agenda ironique de ce mois de septembre automnal de 2022 est hébergé par Mijoroy et, en gros, on doit raconter une première fois en utilisant des termes culinaires.

Est-ce la pluie qui tombe sans discontinuer ou l’arivée des premiers frimas, je l’ignore mais l’inspiration s’est fait la malle pour cet exercice, elle a dû partir au soleil. Ça arrive, rarement, mais ça arrive…

Finalement, j’ai choisi comme déclencheur de regrouper un maximum d’expressions culinaires, de les placer dans un shaker et de voir ce qu’il en sortirait comme cocktail. Et bien sûr c’était une première fois 😉.

Voici le résultat:

La vie professionnelle, c’est pas de la tarte !

Elle trainait tellement de casseroles qu’elle angoissait à l’idée d’encore mettre les pieds dans le plat en participant au banquet de fin d’année organisé par la direction.

Elle redoutait, si quelqu’un lui faisait une remarque sur l’année écoulée, de ne pas pouvoir se contrôler et de créer directement une tempête dans un verre d’eau comme on le lui avait souvent reproché.

Il faut dire qu’à la dernière réunion de service, son collègue n’y avait pas été avec le dos de la cuillère ! C’est vrai que Damien n’était pas réputé pour avoir inventé le fil à couper le beurre mais quand même lui balancer ainsi tous les problèmes qu’elle avait engendrés depuis six mois ce n’était pas très diplomatique et ça lui était bien resté sur l’estomac depuis.

Bon, c’est vrai qu’elle était un peu soupe au lait et qu’on ne peut pas dire qu’avant ce malheureux épisode ils étaient copains comme cochons mais elle avait quand même de la bouteille alors que lui en était encore à souvent pédaler dans la semoule !

En fait, depuis qu’elle avait commis une énorme erreur dans les comptes en vérifiant les recettes de la société, elle avait largement mis les bouchées doubles pour tenter de faire oublier cette faute professionnelle inadmissible aux yeux du chef-comptable et de la direction. On lui avait même reproché d’avoir voulu piquer dans la caisse pour mettre du beurre dans ses épinards. Tout ça pour une simple erreur de virgule dans une addition…

Bref, elle en était là de ses réflexions qui la mettaient plutôt mal à l’aise quand elle s’assit à table près de ses collègues. Le menu choisi cette année était essentiellement à base de crustacés. Ce n’était pas du tout sa tasse de thé mais elle allait faire front, sans faiblir pensait-elle.

Enfin ça c’était avant que l’assiette d’écrevisses non décortiquées soit posée devant elle. Elle était littéralement obnubilée par ces cinq paires de petits yeux marrons qui la fixaient avec insistance.

Elle avait chaud, commençait à suer à grosses gouttes et à jeter des regards affolés autour d’elle. Elle ne se sentait vraiment pas dans son assiette et était même à deux doigts de tomber dans les pommes. Comment diable attaquait-on ce genre de bestiole ? Etaient-elles bien mortes au moins ? Il lui avait semblé voir bouger une antenne ou était-ce une patte ? Beark, elle ne se sentait pas capable de décortiquer et encore moins d’avaler ça. Il lui fallait limiter la durée du supplice.

Réprimant un haut le cœur, elle se força pourtant à empoigner une écrevisse et à l’avaler entière, la tête bien haute, carapace comprise. Les conversations s’arrêtèrent instantanément. C’est sûr que dès qu’elle quitterait la table ils allaient encore casser du sucre sur son dos.

Elle était maintenant rouge comme une tomate d’une part par la honte de ce qu’elle venait de faire mais aussi parce que, convaincue que l’écrevisse vivante remontait dans son tube digestif, elle suffoquait d’horreur.

Les secouristes de la boîte l’entraînèrent à l’écart pour s’occuper d’elle. Et, dès qu’elle fut remise sur pied, elle s’enfuit cacher sa honte au fond de son lit, pleurant toutes les larmes de son corps en redoutant les moqueries qui ne manqueraient pas de fuser à son retour au boulot le lundi suivant…

Pour lire les premières fois des autres participant(e)s, allez vite chez Mijoroy et, si vous voulez participer vous-même, sachez que c’est le 28 septembre à minuit la date limite de proposition de texte.

Continuer la lectureL’agenda ironique de septembre 2022 ✍🏻

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique

Comme mon ami Donald a pris goût à notre petit challenge mensuel d’écriture, je me fais à nouveau un plaisir d’héberger son texte pour l’AI de septembre proposé par Mijoroy.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Le vilain petit cochon

par Donald Bilodeau

Jean-Pierre ne veut surtout pas faire chou blanc, comme ce fut le cas la dernière fois avec Doris, elle qui avait fondu comme beurre au soleil. Cela avait frôlé la catastrophe et c’est là un épisode qu’il veut oublier à tout jamais. À présent, avec Lucie, sa toute nouvelle rencontre sur internet, il désire que tout soit parfait. Pas question de faire de la bouillie pour les chats. Et même s’il est fauché comme les blés, cet homme au cœur d’artichaut se démène toute la journée pour préparer un inoubliable festin pour celle qui arrivera à 19 heures pile, tel que convenu. Mais il y a anguille sous roche et, de toute évidence, il est sur les charbons ardents. Le vilain petit cochon.

Lui qui chante comme une casserole n’oublie pourtant pas de penser à la musique. Cinq CD dans le lecteur, presque six heures de concert : une goutte de lounge, une pincée de jazz, un soupçon de franco, le tout saupoudré de baroque, Bach et Vivaldi parmi tant d’autres. Il dresse une table exquise, recouverte d’argenterie et de fine porcelaine, le tout déposé sur la riche dentelle de la nappe. Le vin blanc, un Sancerre, est de grand cru. Au menu, une entrée de crevettes, mangues et avocats, puis comme plat de résistance, un carré de porc mariné dans du vermouth italien et déposé sur une couche de fenouil frais, et comme accompagnement, une purée de carottes et de navets blancs entourée de quelques asperges, grandes et minces, comme Lucie, selon les photos du site de rencontres. En somme, il met les bouchées doubles pour ne faire d’elle qu’une bouchée. Le vilain petit cochon.

À l’heure prévue, la belle dame arrive. C’est bien, elle ne lui a pas posé un lapin. Réellement grande et mince, sculpturale, la voix chaude et basse, elle est souriante et semble frondeuse, avoir du caractère. Elle porte autour du cou un joli foulard de soie. Elle est sans doute un peu trop maquillée pour l’occasion, mais il ne s’en formalise pas. Peut-être même qu’il ne remarque pas ce genre de détails, tout simplement. Aussitôt après lui avoir ouvert la porte, Jean-Pierre, qui se prend une châtaigne devant tant de beauté, l’installe au salon et va verser les apéritifs. La lumière de la pièce est tamisée et l’endroit inspire la sérénité. L’homme rapplique avec deux coupes de kir royal. Il trinque avec elle. Elle est novice dans ce domaine, car c’est la première fois qu’elle goûte à ce surprenant mariage d’un champagne sec et pétillant avec la crème de cassis rouge et sucrée. Une gorgée, puis une deuxième, une troisième, une quatrième… Ouf ! Un vrai délice ! se dit-elle en son for intérieur, heureuse de cette délectable découverte. Cet élixir mérite bien son titre de royal. Elle commence à avoir chaud et, discrètement, elle ouvre sa blouse en dégageant le premier bouton, sans déplacer son foulard de soie. Mais malgré l’ambiance chaleureuse, Lucie est mi-figue, mi-raisin face à son hôte. Il ne s’en rend pas compte, mais une crainte nait dans ses beaux yeux fardés. En effet, elle le trouve un peu pressé et trop entreprenant. Elle n’est pas certaine qu’il ait tout compris. Le vilain petit cochon.

Tout de même, le premier kir terminé et le deuxième fraîchement versé, l’alcool commence déjà à arrondir les angles, à mettre de l’intimité dans les voix. La mayonnaise prend, bref tout baigne dans l’huile. Puis vient le moment de passer à table afin de débuter le repas. Jean-Pierre se rend dans la cuisine et s’y attarde quelques minutes avant de réapparaître dans la salle à dîner avec les deux verrines contenant l’entrée de tartare de crevettes nordiques, une entrée tout en fraîcheur qui semble vraiment appétissante. Mais avant de commencer à manger, Lucie demande au maître de la maison la direction pour se rendre à la salle de bain. Elle veut, lui dit-elle, se laver les mains et se rafraîchir un peu. Il sourit en osant penser que, plus tard dans la soirée, elle passera sûrement de la salle à dîner à la salle de bain et, ensuite, de la salle de bain à la chambre à coucher. Le vilain petit cochon.

Pendant qu’elle s’exécute, une idée folle passe par la tête du vilain petit cochon. Alors qu’il voit le sac à main de son invitée posé sur la chaise, il s’en approche, l’ouvre et se met à fouiller dedans, sans vergogne. Pourquoi donc recevoir cette femme chez lui si, au départ, il ne lui fait pas confiance ? En une fraction de seconde, il se pose lui-même la question, mais il n’a ni l’envie ni le temps d’y répondre. Il se trouve presque ridicule d’agir de la sorte et devient sur-le-champ rouge comme une tomate, mais sa peur d’être pris pour un jambon est plus forte que sa raison. Tout à coup, il aperçoit le permis de conduire de la dame glissé dans l’une des pochettes du sac. Il le prend et le regarde, et comprend bien qu’il vient de se faire rouler dans la farine. Il se trouve que cette « elle » s’avère en réalité être un « il » ! Nom inscrit : Vallières, Luc, sexe : M. Sa respiration devient ardue, il est trop tard, c’est la panique totale. Il a dû se tromper de section lors de sa recherche de l’âme sœur sur le site de rencontres, il n’y voit pas d’autre explication possible. Et c’est ainsi que le souper romantique du pauvre bougre s’est terminé en queue de poisson ! Comme quoi les gamins pressés ratent parfois le dessert. Maintenant, le voilà bien pris dans la mélasse, le vilain petit cochon.

*****

Voilà, j’espère que vous aurez pris autant de plaisir que moi à découvrir l’histoire de ce vilain petit cochon.

Je vous reviendrai prochainement avec mon propre texte si toutefois l’inspiration daigne me visiter…

Et c’est l’occasion pour moi de me poser une question sur la longueur des textes à proposer pour l’agenda ironique. J’ai lu un règlement, qui date d’il y a quelques années, qui préconisait de la concision, le texte ne devant pas dépasser 800 mots. De nos jours on a des textes de longueurs et de styles très variables.(Pour info, le texte de Donald comporte 943 mots). 

Quelqu’un, parmi les habitués, sait-il s’il existe encore un règlement ou si chacun fait, fait, fait, c’qui lui plaît, plaît, plaît (air connu 😊)?

Et si la liberté totale est de mise, alors continuons sans contrainte, considérez que je partageais juste ma réflexion 😉

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique

L’agenda ironique: les résultats d’août et les consignes de septembre

L’agenda ironique du mois dernier est à présent terminé complètement puisque les résultats des votes sont clôturés chez l’Ornithorinque qui nous dit ceci (mais qui nous dit aussi que ce lien s’autodétruira bientôt 🤔 et qu’il vaut mieux se référer à celui-ci):

Le résultat des votes pour l’AI d’août 2022

Report du résultat des votes comptabilisés (8 votants, dont moi).

1 : https://marie-josee-roy.esprit-livre.school/bad-trip-to-mars/ (10 points, 6 votes)

2 : https://filigrane1234.blogspot.com/2022/08/agenda-ironique-trip-to-mars.html (8 points, 4 votes)

3 : un trio à égalité, chacun avec 5 points répartis sur 2 votes : Donald*, Lyssamara et Carnets Paresseux.

Trio suivi de tous les autres dans un désordre martien – mais charmant !

*via le blog de Photonannie

Mijoroy a été plébiscitée pour organiser l’AI de septembre et voici un résumé de ses souhaits:

  • des expressions culinaires
  • raconter une “première fois” d’une gorgée, d’une lampée, d’une bouchée, d’un effluve ou d’un fumet ou d’une morsure (j’avoue que ce dernier point me laisse perplexe…). 

Je vous conseille de consulter la totalité de son message sur son site pour avoir un aperçu précis de ce qu’elle attend de nous 😉.

A vos claviers pour nous mettre l’eau à la bouche en ce mois de rentrée 😋.

Continuer la lectureL’agenda ironique: les résultats d’août et les consignes de septembre

Jouons avec les mots

Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’aime, entre autres, la lecture, l’écriture et donc les mots. Qu’ils soient courants, drôles, osés, démodés ou autres.

J’ai eu le plaisir d’assister récemment à ‘un spectacle de Johan Charvel intitulé “La graineterie de mots”.

Une charrette un peu ancienne comportant des sachets de mots. Il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité bien sûr.

Le colporteur de mots a lui aussi l’air de sortir d’un film d’époque mais ne vous y trompez pas, c’est un magicien des mots, tous les mots.

Soit 450 mots pour réapprendre à utiliser prolixe, kyrielle, ou callipyge, pour ne plus dire putain merde mais zut, fichtre, diantre ou saperlipopette, pour parler latin avec des mea culpa ou des personna non grata et pour cultiver de beaux mots comme concupiscence et procrastination. (Source)

J’ai très peu filmé, absorbée que j’étais par ses paroles, ses mots en fait, et  je n’ai à partager que ce court extrait.

Si ça vous plaît, je vous invite à jeter un oeil sur le site de ce personnage où je  vous conseille particulièrement cette vidéo.

Je vous livre quelques-unes de mes découvertes attrapées au vol dans cette graineterie et comme je ne suis pas vache, je vous mets même les définitions en lien quand c’est possible.
Je pense que la joyeuse équipe de l’Agenda ironique ne pourra qu’apprécier 😉.

Et vous, connaissiez-vous ces mots dont certains désignent pourtant des choses très courantes?

Continuer la lectureJouons avec les mots

L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

L’organisation de l’Agenda Ironique d’août a été confiée à l’Ornithorinque qui nous a proposé comme sujet un voyage vers mars, sans oublier baraque et bonimenteur.

Pour rappel, les infos complètes se trouvent ici  et la date limite de dépose des textes est le 26 août.

Vous pouvez lire ma proposition “Red Night” ci-dessous.

Mon cerveau embrumé ou enrhumé, peut-être un peu les deux, m’avait traduit cette affiche par « Nuit sur la planète rouge ». Et en plus au meilleur prix ! Je suis comme ça parfois, je fonce et je réfléchis après.

Moi, j’aime voyager, découvrir de nouveaux endroits, faire de nouvelles rencontres donc directement j’avais vérifié la date et l’heure, mon budget, le lieu de rendez-vous et cette fois j’y étais.

Devant une sorte de grand hangar tapissé d’affiches très colorées éclairées par des dizaines de spots, un drôle de type gesticulait en parlant fort pour couvrir le bruit ambiant.

Il avait l’air d’avoir beaucoup de choses à dire mais seuls quelques mots me parvenaient à travers le brouhaha de la foule déchaînée. Il criait « en ligne, ex-clu-si-ve-ment en ligne ! ».

Je n’étais pas sûr de comprendre ce qu’il voulait dire mais je pensais que nous devrions lui obéir et nous placer correctement, en file indienne pour qu’il cesse d’avoir l’air aussi énervé.

J’étais tout excité et je cherchais des yeux où pouvait bien se trouver la fusée qui nous emmènerait sur Mars. Vous vous rendez compte, j’allais aller sur Mars ! On m’a souvent dit que j’étais dans la lune mais là pour le coup j’en aurais des choses à raconter après avoir décollé. Je sentais déjà la fierté m’envahir en même temps que l’incertitude : y aurait-il du réseau dans l’espace ? Mon téléphone portable datait un peu, arriverai-je à poster quelques photos sur mon blog ? Je suis certain que les organisateurs y avaient pensé et anticipé mes questions. Un peu de patience et on allait nous expliquer le déroulement, j’étais confiant.

Sauf que le grand type devenait comme la planète Mars de plus en plus rouge, il semblait au bord de l’apoplexie, ses mots sortaient difficilement à présent, la foule le bousculait, tout le monde voulait entrer dans le hangar éclairé. La scène ressemblait à un premier jour de soldes.

A un moment le service de sécurité de la galerie commerciale est intervenu de manière plutôt musclée et un type en uniforme a imposé le silence.

—Reculez et calmez-vous, laissez entrer les clients qui souhaitent acheter du matériel au prix habituel sur place, je répète « sur place ». La promotion annoncée pour la Red Night est valable, comme indiqué, seulement pour les commandes en ligne !

Je lisais la déception sur les visages autour de moi. Certains disaient « bon tant pis, je n’aurai pas la promo mais ce magasin n’est quand même pas très cher alors je vais me faire plaisir. Et puis j’en ai besoin directement de ce lave-vaisselle ».

Quant à moi, je n’y comprenais rien. Je devais avoir la tête de Perrette laissant tomber son pot de lait. Je prenais seulement conscience de ma méprise.

Je faisais la file depuis deux heures pensant aller sur Mars et je me retrouvais devant un magasin d’électroménagers qui faisait une action promotionnelle…en ligne !

Comme moi, de nombreuses personnes faisaient demi-tour mais je ne suis pas sûr que, parmi elles, nombreuses soient celles que leur imagination avait entraînées aussi loin.

Un peu confus je me consolais en pensant que, quoi qu’il en soit, j’y avais cru pendant quelques heures, j’avais voyagé en pensée et j’en avais été heureux et ça, ça n’a pas de prix.

J’espère vous avoir emmené un peu avec moi dans mon délire et je vous invite à lire les autres participations chez l’Ornithorinque voire à participer vous-même avant le 26 de ce mois.

Bonne semaine à tou(te)s.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

La mi-août étant passée (et même si aujourd’hui c’est la journée internationale du chat noir!), il est grand temps de se préoccuper des textes pour l’agenda ironique à rentrer avant le 26 août à minuit sur le blog de l’Ornithorinque où vous trouverez tous les détails de ce voyage vers Mars qu’il nous invite à imaginer.

Pour ma part j’ai toujours les pieds bien ancrés sur terre et le décollage ne se prépare que doucement. Il n’aura lieu que si j’arrive à être moins dans la lune qu’actuellement 😉.

Mais cette fois encore, mon ami Donald Bilodeau a souhaité participer à cet exercice et c’est avec plaisir que je partage son texte plein d’espoir sur mon blog.

Là dehors, très haut, dans ce ciel si beau

Dans ce soir si noir, me parle d’espoir

Une étoile filante, très, très élégante

Me parle de paix, dit : voilà mon souhait.

 

Sa jolie lumière, au-delà de nous

Véloce comme l’éclair, comme un rêve fou

Nous surprend encore, ô quelle galère !

À compter nos morts, à jouer à la guerre.

 

L’astre se questionne, s’étonne et prend peur

Tant de cris résonnent, vils bonimenteurs

Avez-vous laissé sur votre planète

La place aux fossés et aux faux prophètes ?

 

Pourquoi accorder tellement d’importance

Aux mots affectés gardant l’ignorance

Ces mots populaires du gros dictionnaire

Ce vocabulaire que l’on devrait taire.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Je n’y comprends rien, j’ai peut-être tort

Je n’suis, tu sais bien, qu’un gros météore

Ne suis de passage que pour une seconde

Mais je trouve dommage ces peuples qui grondent.

 

Pourtant chaque fois que l’on m’aperçoit

On formule des vœux doux et chaleureux

Me pointant du doigt, alors dites-moi

Où est la logique de vos rhétoriques ?

 

Trop vite disparue dans cet inconnu

Dans l’immensité de la Voie lactée

Elle repart déçue, mon étoile filante

Rien n’est résolu sur la Terre tremblante.

 

Elle s’en va vers Mars, la rouge planète

Nouvelle comparse, c’est ce qu’elle souhaite

Vous, dans vos baraques, restés enfermés

Gardez votre trac et restés armés.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Demain je l’espère, d’un petit clin d’œil

Quittant son repaire, sortant de son deuil

Ma petite étoile réapparaîtra

Dans ce ciel sans voile, quand la paix sera.

Voilà, comme précédemment, je ne fais qu’offrir un espace à ce texte et, si vous commentez ses mots, c’est bien sûr l’auteur qui vous répondra en commentaire.

Bonne lecture, bonne méditation et très bonne journée à tou(te)s 😃.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

 

L’agenda ironique de juillet s’est terminé sur une victoire d’Adrienne : H comme Histoire musicales à égalité avec Carnets Paresseux : Le Lion de Denfert se rêve.

Pour l’Agenda Ironique d’août, c’est l’Ornithorinque qui a été choisi et il nous propose comme sujet un voyage vers mars.

L’époque importe peu, mais deux éléments devront apparaître dans la narration : la barraque et le bonimenteur (homme ou femme).

Les infos complètes se trouvent ici  et vous avez jusqu’au 26 août pour déposer votre texte en commentaire à la même adresse .

A vos claviers pour que nous ayons encore le plaisir de lire de nombreux textes originaux comme chaque mois 👍.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

L’agenda ironique de juillet: le temps du vote

Juillet se termine tout doucement et avec lui l’agenda ironique sur le thème de la musique chez Toulopera.

C’est donc sur ce même blog que vous allez pouvoir trouver les liens vers les douze textes proposés, vous pourrez les (re)lire et même voter pour votre préféré 😊.

A ce sujet, suite à l’une ou l’autre question, je rappelle que tout le monde peut voter librement, les participants aussi mais pas que 😉.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous dis à bientôt pour découvrir qui hébergera l’agenda ironique d’août. A coup sûr de nouvelles contraintes amusantes à appliquer!

 

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet: le temps du vote

L’agenda ironique de juillet ✍🏻

Pour rappel, les règles de l’agenda ironique de ce mois se trouvent chez Toulopera et, sans beaucoup d’étonnement, valsent autour de la musique 🎵.

Je vous livre ci-dessous le texte que mes neurones, ramollis par la chaleur, ont bien voulu imaginer. J’ai même tenté d’y ajouter quelques termes musicaux (en italique).

Philtre d’Amour DIY garanti 100% efficace sur Pinterest (qui est quand même LA référence 😉)

Utiliser un grand faitout qu’ils disaient dans la recette. Comme si j’avais une batterie de cuisine chez moi ! Tu parles, j’ai dû emprunter l’ustensile en question à ma voisine. Je ne cuisine jamais qu’en solo mais j’ai tellement peur de rater la recette que je ne veux rien changer du tout à la partition détaillée dans le grimoire. Déjà que je n’ai pas de balance de cuisine…              
Y plonger le trio d’herbes récoltées en batifolant nue le matin même dans les prés et les bois environnants et faire cuire à gros bouillons avec un bon morceau de bœuf. Ajouter un peu de poudre de perlimpinpin achetée au magasin arabe du village. Saler, poivrer à volonté. Là, ça y est, je vois une envolée de fumée qui part du faitout. Drôle de nom d’ailleurs cette marmite parce que si vraiment elle faisait tout, moi je n’aurais plus rien à faire.

cupérer soigneusement la mousse qui se forme sur le dessus de la préparation, elle sera utile plus tard. Pour faire quoi, je me le demande mais bon, je ne vais pas commencer à chicaner. Il faut juste que je pense à prévoir l’ouverture d’un coin de fenêtre parce que ça sent très fort ce brouet-là ! On est loin du gloubi-boulga mais quand même !

Minimiser la chaleur sous le faitout afin de calmer l’ébullition. Comme je cuisine à l’électricité, ça va mettre un certain temps à se calmer, c’est que c’est bien chaud ce truc-là. Et vas-y que je bouillonne et que je glougloute à fond.

Facile à faire qu’il était écrit en bien gras dans la recette de potion magique. C’est vrai que jusque-là, à part la marmite de la voisine j’ai tout trouvé sans devoir demander conseil à qui que ce soit. Heureusement, j’aurais bien trop honte d’avouer à quelles extrémités je suis rendue pour que Pierre me remarque enfin !

Solstice d’été apparaissait aussi parmi les conditions essentielles pour que le philtre d’amour fonctionne et que les soupirs enamourés de Pierre ne soient plus que pour moi. Heureusement nous sommes le 20 juin et tout se dessine à merveille.

La pire de toutes les filles qui butinent autour de Pierre, c’est Zoé. Elle sort avec tous les garçons du village mais elle ne veut même pas me laisser le seul qui me plaît vraiment. Il faut dire qu’elle passe ses journées à bronzer tandis que moi qui bosse du matin au soir je reste désespérément blanche et peu appétissante.

Si seulement j’étais plus jolie, je n’aurais pas besoin d’user d’artifices, il y a longtemps qu’il m’aurait remarquée…mais on s’arrange avec ce qu’on a comme disait ma mère et cette fois je suis sûre que la magie agira.

Docilement, j’ajoute la mousse réservée précédemment en mélangeant pianissimo. Il ne me reste qu’à verser un peu de cette préparation dans le verre de mon amoureux. Je sais comment faire : le convaincre que je suis la seule à connaître l’accord boisson qui convient à son hamburger du samedi soir sur la place du village et le tour sera joué. Enfin, j’espère…

 

Sauf que cette bonne odeur de viande mijotée aux herbes m’a ouvert l’appétit et que je ne résiste pas à y plonger la cuiller une fois, deux fois,… et zut ! J’ai tout mangé et je suis encore plus amoureuse que jamais mais je n’ai plus aucune potion magique pour amener Pierre à partager mes sentiments. Ce ne sera pas encore l’harmonie entre nous cette fois mais mon estomac ne se plaindra pas lui qui craignait déjà de devoir vivre d’amour et d’eau fraîche !

Voilà, j’espère que cette lecture vous aura distrait et, si l’envie vous prenait de vous essayer à l’exercice, sachez que la date limite pour participer est le 27 juillet. Il vous reste donc assez de temps pour cogiter et nous rejoindre dans l’aventure, toujours amusante, de l’agenda ironique.

Bonne journée 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet ✍🏻

L’agenda ironique de juin

Voici venu le temps de vous proposer ce que j’ai écrit pour l’agenda ironique de juin.

Comme je suis actuellement en vacances, j’ai écrit ce texte rapidement avant de partir et je ne l’ai plus retravaillé (ben oui, en vacances on n’a pas le temps c’est bien connu et avant ben on se prépare😁).

Pour rappel, les consignes et l’hébergement sont assurés par Le retour du Flying Bum.

Je vous invite à partager mon pique-nique:

Le pique-nique annuel de la famille Dupont-Dugard

Il faisait chaud ce dimanche-là. Une chance tout de même après les orages de la semaine : il n’y avait plus aucun nuage au-dessus de nos têtes et la journée promettait d’être très belle.

Il y avait un mois que je préparais tout, faisais des listes d’achats faits ou à faire, entassais des choses improbables dans une armoire dont je gardais jalousement la clé. Je voulais que ce pique-nique familial soit une réussite et une bonne surprise.

Nous organisons chaque année de grandes retrouvailles en famille. Nous sommes environ une soixantaine à chaque fois et l’organisation incombe alternativement à mon frère ainé et à moi parce que nous sommes les plus efficaces ou les plus cons, les autres ayant toujours de bons prétextes pour ne rien faire : « trop de travail », « pas possible avec les enfants », « l’année prochaine peut-être », « tu fais ça si bien » et autres niaiseries. C’était à mon tour cette fois de choisir le thème qui allait nous accompagner dans toutes les activités : les dessins de la vaisselle jetable, les banderoles en papier, les jeux qui nous occuperaient après le repas sans oublier les salades colorées et les viandes froides….

Bien que ne préparant rien, tous jouaient les sycophantes en permanence avec l’air de ne pas y toucher, en me posant des questions apparemment innocentes dans l’espoir que je me trahirais à un moment, sans succès bien sûr, j’étais sur mes gardes 24 heures sur 24.

A peine levée, le samedi matin, j’ai commencé à transporter tous mes achats dans le coffre de la voiture. J’étais surexcitée : la hâte de montrer mes talents d’organisatrice était talonnée par une petite crainte que quelque chose foire.

Arrivée dans la prairie réservée pour l’occasion, je commençai à déplier les tables et à y disposer tous mes achats.

Dans un coin, deux tables supporteraient le buffet. Au moment où je déposais le seau de mayonnaise près des crudités, une odeur nauséabonde se fraya un chemin jusqu’à mes narines : l’émulsion était clairement nidoreuse ! Je me sentis rougir jusqu’à la racine des cheveux, le cœur au bord des lèvres. Dans mon souci de tout cacher, j’avais omis de conserver certaines choses au frais…

Tant pis, il me restait d’autres sauces dont un gros pot de picallili[1]qui ferait l’affaire à coup sûr. J’espérais juste que mon petit-cousin adolescent n’allait pas parcourir le buffet des yeux avant de brailler comme à chaque fois : « Quoi ! Y a même pas de mitraillette »[2] !

Relevant la tête de tout mon barda, je vis une grande asperge aux cheveux flavescents sautiller d’un pied sur l’autre en se tortillant. Il me fallut cinq secondes pour reconnaître Luisa, ma petite cousine. J’avais gardé le souvenir d’une gamine épanouie et là, soit elle avait fait un régime carabiné soit elle était devenue anorexique. Il faudrait que j’éclaircisse ça plus tard. Pour l’heure je me réjouissais qu’elle propose de m’aider, quelle que soit son apparence.

Les aiguilles de ma montre avaient subitement pris une vitesse exponentielle. J’entendais déjà midi sonner au clocher du village quand mon frère arriva en courant, il tenait des propos amphigouriques. De tout son charabia je ne retins que le mot « bébé » qui revenait sans cesse. Il venait d’apprendre qu’il serait bientôt grand-père mais moi, ça m‘était bien égal qu’il y ait une personne de plus au pique-nique de l’an prochain puisque ce serait à lui de le préparer !

Quand tout fut prêt et que le reste de la famille arriva, je compris enfin l’état d’euphorie de mon frère ! 

J’allai le trouver pour le féliciter en écrasant une larme d’émotion et nous tombâmes dans les bras l’un de l’autre. Oublié le stress de préparation du pique-nique, place aux réjouissances !

[1] Le piccalilli belge est une sauce à base de légumes, de vinaigre, de sucre, de moutarde et de curcuma. Les légumes utilisés sont les petits oignons, les cornichons, le chou-fleur.

[2] La mitraillette est une des préparations culinaires les plus populaires de Belgique. Elle se compose d’une demi baguette de pain, de viande, de frites, et de beaucoup de sauce.

La date limite de rentrée des textes est le 24 juin (jour de la Saint-Jean et de ses feux) donc, si l’exercice vous tente, n’hésitez pas à rejoindre ce groupe sympa d’écrivants tolérants et sympathiques.
Il suffit pour cela de déposer votre texte (qui respecte les consignes bien sûr) sur le blog  Le retour du Flying Bum.

Bonne journée.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin