Le poids des mots sans le choc des photos

Je pensais vous proposer un texte dans le cadre de l’atelier en ligne Brick a book mais Alexandra, probablement toujours occupée à corriger son nouveau roman, n’a pas posté de photo déclencheuse d’écriture pour ce lundi.
Pas de photo mais, comme c’est normalement jour d’écriture, je saisis l’occasion pour partager ces quelques mots et réflexions reçus dans ma messagerie.  Ces mots sont “en phase terminale” et deviendront peut-être un jour délicieusement “vintage” ou passeront à la trappe des nouveaux dictionnaires, va savoir!

Inculpation
A été expurgé du Code Pénal au profit de « mise en examen », cela afin d’éviter une infamante présomption de culpabilité.
– Être « en examen » ne présage pas du résultat de l’examen.
– Aujourd’hui quand quelqu’un est mis en examen, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité.
– Comme du temps où il aurait été « inculpé ».
Instituteur
– Longtemps remplacé par « Maître d’école ».
– Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l’enseignement, au bénéfice de « Professeur des écoles ».
Maîtresse
– Ne pas assimiler à la version féminine d’instituteur !
– Ce serait une « professeure des écoles ». Les maris n’ont plus de maîtresse mais une «amie»…
– Les épouses conservent parfois l’amant, mais seulement à cause de la connotation romantique. Les moins romantiques n’ont qu’un « ami » aussi !
Morale
– A force d’être inemployée, a disparu. Ne demeure que « ordre moral », mais attention : connoté de « fascisme ».
– Toutefois, personne ne se réclame du « désordre moral ». La morale n’est plus enseignée, elle est remplacée par l’ «éducation à la citoyenneté».
Mourant
– Il n’y a plus de mourant, mais des malades « en phase terminale ».
– Afin d’éviter une regrettable confusion, ne dites pas à votre fils qu’il est en terminale, mais qu’il va passer son bac !
– Pour désigner un mort doit-on parler d’un individu « en phase terminée »?
Patriote
– Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
– Désigne aussi un bon citoyen américain, et un missile américain…
Pauvre
N’existe plus. C’est un « défavorisé », un « plus défavorisé », un « exclu », un « S.D.F. », à la rigueur un « laissé pour compte ».
– Dans les années 1980, il subsistait uniquement dans l’appellation «nouveau pauvre» ; ce fut le chant du cygne.
Province
– Dire désormais « en RÉGION ». On ne dit plus du « provincial », mais du « régional ».
Race
– A été abolie au profit d’ «appartenance ethnique». Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond,
– On peut néanmoins dire « black » en anglais et en banlieue.
Servante / Bonne
– Se trouve dans les romans du XIXème siècle.
– Aujourd’hui, c’est une « employée de maison ».
– Quand elle s’occupe de vieux – pardon, de «personnes âgées» − elle devient une « auxiliaire de vie ».
Séquestré
– Aucun cadre, aucun chef d’entreprise n’est séquestré : il est «retenu contre son gré» !
Vandales
– A laissé place à « jeunes en colère », voire à « paysans en colère ».
– L’ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.
Vol
– Terme réservé aux gagne-petit et aux obscurs.
– Pour les politiques, on parlera d’ «enrichissement personnel». Ce qui est condamné unanimement par les collègues, contrairement à l’enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu’au parti…
– Mérite la compréhension, ce que les juges n’ont pas encore compris !
Voyou
– En voie d’extinction… On ne connaît que des individus «bien connus des services de police», des «récidivistes» et des «multi-délinquants».

Et les cons sont devenus des « mal-comprenants » ! (Jean d’Ormesson)

Et vous, que pensez-vous de cette transformation du vocabulaire? Attention, je ne suis pas du tout contre une certaine évolution mais je me demande si la différence de perception entre “djeun’s” et “personnes âgées” a été autant marquée à toutes les époques. C’est peut-être simplement le signe que je vieillis…😉

Allez, un peu d’humour pour terminer et illustrer l’écart entre générations, ça vous va? 😊

Continuer la lectureLe poids des mots sans le choc des photos

Brick a book 412 ✍🏻

C’est la reprise après la saison estivale. Alexandra du blog Brick a book nous propose à nouveau, tous les lundis, une photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous et le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Derek Lee

Dix-huit ans enfin! J’avais suivi toutes les leçons de conduite, réussi l’examen et dès demain je pourrais enfin aller chercher mon permis de conduire à la commune.

J’avais bien lu les consignes: je devais me présenter au guichet avec la somme d’argent exacte et une photo d’identité récente à placer sur le précieux sésame.

Les portraits posés c’est pas trop mon truc et l’appareil automatique du supermarché voisin m’avait paru le meilleur plan pour moi.

Un peu fébrile quand même, l’évènement marquait mon entrée dans la vie adulte, je me suis assise sur l’espèce de pouf orange, j’ai esquissé un vague sourire avant de glisser les pièces dans le monnayeur et paf! le flash m’a éblouie violemment.

Il ne me restait plus qu’à attendre le résultat à l’extérieur. Bon, la qualité n’est jamais terrible dans ces appareils mais là c’était le bouquet! J’avais été tellement éblouie que mes yeux s’étaient fermés d’un coup et…j’avais oublié d’enlever mon masque anti-Covid!

Pas certain que la photo soit acceptée pour m’identifier sur mon permis de conduire tout neuf 😂.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 412 ✍🏻

Brick a book 411 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Karim Manjra

Toute ma vie j’avais rêvé de partir en vacances. Découvrir le monde m’ouvrir à différentes cultures, rencontrer d’autres peuples. A chaque fois que l’été revenait c’était mon obsession.

Malheureusement ma vie avait commencé sous de mauvais auspices et j’arrivais tout juste à payer mon loyer et à survivre correctement. Mes parents s’étaient peu occupés de moi et ne m’avaient pas payé d’études. Très vite j’avais dû abandonner l’école pour travailler et apporter mon salaire à la famille. Devenu adulte j’avais trouvé un logement certes minuscule mais au moins j’étais chez moi.

Mon ami Arthur travaillait dans un casse automobile et m’avait cédé une carcasse de Fiat 500 pour une bouchée de pain. Vu son état, elle ne roulerait plus jamais et il me l’avait déposée devant mon logement il y avait de cela deux mois.

J’avais récupéré les sièges et en avais fait des divans acceptables pour mon salon. Puis j’avais trouvé de vieilles valises à la déchetterie, les avais bien nettoyées et ficelées sur la galerie de la voiture, comme pour un départ imminent.

Une étagère soudée à l’avant m’avait permis de déposer un très beau pot offert par une gentille voisine.

Les passants trouvaient l’assemblage amusant mais pour moi le principal était mon moral qui était toujours au beau fixe depuis qu’il me suffisait de regarder  devant ma porte pour croire que mon rêve de voyage allait enfin se réaliser.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Par contre, le moment de la pause estivale est arrivé et l’atelier d’écriture est en vacances jusqu’en septembre 😎.

Continuer la lectureBrick a book 411 ✍🏻

L’agenda ironique de juin

Après une pause, j’ai décidé de rempiler pour l’agenda de ce mois. Il faut dire qu’Anapodoton me manquait un peu et l’appel du pied de Toutlopera m’a titillée😊. 

C’est Max-Louis, alias Iotop, qui héberge l’AI de juin et qui nous a donné des consignes que je résume ci-dessous:

Je vous propose de composer un texte (prose ou poésie – long ou court) avec la langue écrite de votre choix (réelle ou imaginaire) et dans le genre qu’il vous plaît (fantastique, utopique, commun, amoureux, journalier, carnet de bord, romantique, animalier, érotique…) le tout… Ironique.

Et pour « faire » bonne mesure, quatre mots imposés :
– Insomniaque
– Chouette
– Frigoriste
– Narine
(vous pouvez les placer dans le désordre ou l’ordre et même en faire des anagrammes ou les triturer selon votre bon vouloir).

C’est bien beau tout ça mais les textes doivent être envoyés avant le 26 juin et je suis très occupée actuellement.

Cruel dilemme mais tant pis, le texte sera court et un peu bâclé mais il aura le mérite d’exister (comme on dit quand on n’est pas très confiant 🙃)

Je vous livre donc une nouvelle histoire d’Ana et si vous voulez vous rafraîchir la mémoire, les épisodes précédents sont ici: 1, 2 et 3.

Petite rencontre entre amis

Plus d’un an s’était écoulé depuis la rencontre en Absurdie entre Onésime et Ana. Le monde avait été secoué et les voyages étaient devenus quasi impossibles.        
La vie reprenait doucement et les deux compères qui avaient beaucoup échangé (béni soit Internet) s’étaient juré que, dès que possible, Onésime viendrait voir le village natal d’Ana. Tout le monde à Hotton était au courant de l’évènement : Onésime arriverait samedi midi !        

Il y avait bien sûr François, l’ami de toujours, lui qui réussissait les meilleures frites de la région, celles qui faisaient saliver Ana comme un escargot par temps de pluie. Il faut dire qu’Ana dévorait un sachet de frites en moins de 2 minutes chrono au point que François l’avait baptisé avec humour « le frite-ogriste », c’est dire…

Venait ensuite Sandrine, la fille du cantonnier, qu’Ana avait enfin regardée de plus près. Il avait enfin admis que c’était une chouette fille depuis que leurs langues s’étaient trouvées, un peu par hasard, beaucoup par plaisir. Elle se réjouissait vraiment de rencontrer Onésime après qu’Ana lui ait raconté leur virée, en omettant toutefois certains détails moins glorieux… Par exemple le soir où ils étaient sortis du bar en gueulant à tue-tête « C’est nous les gars de la nariiiiiiine… » (air connu) juste parce qu’ils avaient un petit coup dans le nez.

Y avait aussi Dédé la boulange, copain d’enfance de François et Ana, et tous les autres jeunes du village qui avaient soutenu Ana depuis son accident et qui suivaient assidument ses pérégrinations sur Face de bouc.

Il faut dire que c’était un battant Ana. Ses pensées tournaient plus vite que les roues de son fauteuil. Il était souvent speedé même si parfois, de manière inexpliquée, son moral chutait brutalement en même temps qu’une grande fatigue l’envahissait. Heureusement, il avait trouvé le remède : une sieste réparatrice remettait tout en ordre il se trouvait plus en forme au réveil que jamais, prêt à redémarrer plein de choses. C’était ce qu’il appelait en son for intérieur faire « un somme-niaque ».

Bref, l’excitation était à son comble en attendant l’arrivée d’Onésime. C’est sûr que la soirée se terminerait comme la dernière page d’un album d’Astérix : par un grand banquet et des chansons à ne pas mettre entre toutes les oreilles… 

Je pense qu’Ana vivra encore de nombreuses aventures mais d’ici là je vous invite à aller lire les autres textes chez Iotop et à aller y voter pour votre préféré entre le 27 et le 30 juin (de cette année bien sûr 😉).

Bonne lecture et bonne fin de semaine.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin

Brick a book 410 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Nii Shu

Depuis tout petit il était fasciné par les belles lettres bien tracées. Pour chaque anniversaire ou autre célébration, ses parents lui avaient offert des outils de calligraphie adaptés à ses petites mains. Il ne comptait plus les plumes, les calames, les pierres à encre, les livres sur le sujet,…

Au fil du temps, il avait délaissé les tracés arabes, qui l’avaient d’abord attiré, pour la calligraphie d’Extrême-Orient.

Devenu adolescent, il avait été conforté dans son intérêt en découvrant sur Wikipédia que le mot japonais 書道 (shodo), traduit en français par calligraphie, signifiait «la voie de l’écrit». C’était tellement ce qu’il ressentait depuis plusieurs années. Au-delà de la beauté  des caractères, il aimait voir les chemins empruntés par ses mains devenues habiles à tracer les idéogrammes sans s’appuyer ni faire de pâtés d’encre sur le fin papier adapté à son art. Une fois le tracé terminé, les idées se coulaient dans la même voie.

Il avait puisé son inspiration dans des livres d’abord puis ensuite sur internet. Il avait aussi suivi des cours et s’était un temps laissé distraire par l’enluminure mais sans ressentir le même plaisir qu’en traçant des traits simplement à l’encre noire.

Jeune adulte enfin, il s’était naturellement dirigé vers des études en langues et lettres anciennes orientales à l’université.

Il venait d’arriver au Japon dans le cadre d’un séjour Erasmus et était baigné par cette culture qui le fascinait depuis si longtemps.

Dire son émerveillement dans le premier musée qu’il visita demanderait à coup sûr d’utiliser des voies de l’écrit difficiles à tracer pour une Européenne… 😉

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 410 ✍🏻

Brick a book 409 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Kadri Karmo

Il l’avait emmenée faire un tour en barque sur le lac. Elle avait un peu hésité parce qu’elle ne nageait pas très bien mais, sous le charme, elle avait vaincu sa peur et accepté la proposition.

Il avait bien insisté sur le fait qu’il n’y avait aucun danger et que ce serait amusant de voir la rive depuis le milieu du lac comme s’ils étaient seuls au monde..

Au début la promenade l’avait enchantée, il ramait de ses bras vigoureux pendant quelle laissait mollement flotter sa main dans l’eau. Le soleil de juin était haut dans le ciel et il faisait magnifique.

Ils ont entendu le vrombissement avant de voir brusquement surgir le jet-ski beaucoup trop près de leur embarcation.

La surface étale s’est brusquement déchaînée et la barque a chaviré.

En pleine panique elle essayait de s’agripper au bord de bois  tandis que lui essayait de la rassurer tant bien que mal.

Il arriva enfin à retourner la barque heureusement légère et à aider la fille à se hisser dedans.

Revenus au bord du lac, on leur préta des serviettes et des couvertures pour les réchauffer.

Enfin apaisée, elle plaisantait à présent en regardant leurs pieds nus écrasés sur les planches de l’embarcadère.

On peut dire que leur première sortie en amoureux avait été bien arrosée…

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 409 ✍🏻

Brick a book 408 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Haley Phelps

Il avait neigé finement pendant une partie de la nuit mais j’étais tellement décidée à visiter la chapelle que ce n’était pas un tapis blanc qui allait me freiner.

Il y avait plusieurs semaines que je souhaitais me rendre à cet endroit après avoir lu une histoire abracadabrante dans un ancien journal tenu par mon arrière-grand-mère Elle avait écrit que, afin de soustraire son secret à tout le monde, elle avait caché un objet cher à son coeur dans un recoin de la chapelle.

J’étais passée des dizaines de fois devant ce petit édifice religieux mais je n’avais jamais éprouvé l’envie d’y entrer.

Mais ça c’était avant que, désœuvrée pendant l’hiver, je me décide à ranger le grenier de la maison familiale. Dans l’ombre chaleureuse et intime de l’espace poussiéreux sous les toits j’avais trouvé plusieurs cahiers remplis d’une jolie écriture tracée tantôt à la plume et à l’encre violette, tantôt au crayon à l’aniline qu’on n’utilise plus de nos jours.

Ces chroniques quasi quotidiennes m’avaient occupées pendant de nombreuses heures qui paraissaient hors du temps. Je m’étais retrouvée projetée des dizaines d’années en arrière dans une vie difficile à imaginer aujourd’hui.

Et puis j’avais lu le passage où elle évoquait son secret.

Je n’avais pas osé emprunter le chemin pentu pendant l’hiver mais en ce début de printemps, malgré la neige, je ne tenais plus en place. Ma curiosité était telle que je m’étais levée ce matin, avais enfilé mes grosses chaussures, passé une doudoune imperméable et bien chaude et puis j’avais poussé la porte de Saint-Roch.

Une fois à l’intérieur j’étais perplexe, je ne savais pas où chercher…

Après plus d’une heure à scruter tous les coins, le froid avait bien entamé ma détermination et mes mains commençaient à geler. 

Bah, pensai-je, si ce secret est aussi bien caché depuis tellement longtemps, il attendra encore bien des jours meilleurs pour que je vienne le délivrer.

Je retournerais un peu plus tard continuer ma quête, c’était certain maintenant que j’avais commencé, mais risquer d’attraper une pneumonie alors que je ne savais pas ce que je cherchais me paraissait malgré tout bien peu raisonnable.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 408 ✍🏻

Brick a book 407 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Mauro Lima

Il était sorti pour sa pause cigarette. C’était le seul moment avec la pause déjeuner où il s’autorisait à enlever son masque.

Comme il travaillait à la chaîne sur des produits alimentaires les patrons étaient très stricts et ne souhaitaient prendre aucun risque de transmission du virus.

Ce n’est que grâce à une dérogation ministérielle que l’usine avait pu continuer à fonctionner au contraire de tous les services obligés à maintenir leurs employés en télé travail à domicile.

Au moins lui pouvait encore croiser les yeux de ses collègues et trouver une raison de s’apprêter chaque matin.

La vie continuait, comme avant, avec juste ce bout de tissu en plus sur le visage. Déjà que pour travailler il devait porter un tablier spécial et une charlotte, jetables tous les deux chaque jour, finalement le masque n’était qu’un accessoire supplémentaire à sa tenue de travail, c’est ainsi qu’il le ressentait, sans état d’âme particulier.

Le patron s’était débrouillé pour inscrire tous ses employés à la vaccination, pas un n’avait protesté, une chance…

Bientôt la vie reprendrait, comme avant, il en était certain à présent, la lumière au bout du tunnel était bien là et elle commençait à ranimer la joie dans tous les yeux.

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 407 ✍🏻

Brick a book 406 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Maël Balland

Je savais que ma mère serait furieuse si elle apprenait que j’allais jouer dans ce coin-là.

Nous avions entrepris avec les copains de remettre en état une passerelle en bois à moitié effondrée dans les rochers et c’était à qui apporterait le plus grand et le plus solide morceau de bois.

Bien sûr nous devions être discrets et surtout nous n’avions pas d’argent pour acheter des planches de bonne qualité. Nous cherchions donc des bois échoués même si leur solidité nous paraissait douteuse.

Je venais de trouver un magnifique bois qui allait nous permettre de réparer la main courante quand soudain mon pied a glissé sur la surface humide et je me suis retrouvé coincé entre la passerelle et un rocher.

Il était hors de question de courir demander de l’aide à un adulte. Nous devions nous tirer de ce mauvais pas tout seuls. Les copains ont dû s’y mettre à trois pour faire bouger le plan de bois. Grâce à eux je pus enfin extraire mon pied mais, sitôt posé au sol, une douleur fulgurante me coupa le souffle.

C’est en sautillant que je parvins à rentrer chez moi où j’eus beaucoup de peine à justifier le pantalon déchiré et le gonflement impressionnant de ma cheville…

J’avais dix ans et, aujourd’hui encore, une faiblesse au pied droit me fait parfois vaciller, me rappelant les bons jours de ma jeunesse aventureuse.

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 406 ✍🏻

Brick a book 405 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Pablo Torrado

J’avais tout essayé! Je ne comptais plus les dieux que j’avais implorés depuis si longtemps. 

J’avais la nausée des dorures des églises orthodoxes grecques, les églises catholiques m’avaient vite écœurée par les scandales qui les éclaboussaient, les mosquées m’avaient été interdites parce que je n’avais plus de mari à qui demander la permission et puis le voile c’était pas trop mon truc en tant que féministe convaincue…

J’avais aussi consulté un marabout mais celui que j’avais choisi n’utilisait que des bouts de ficelle trop évidents.

Les “Madame Irma” et autres m’avaient baladée et soutiré pas mal d’argent.

Bref, après toutes ces tentatives, je n’avais plus rien à perdre à me tourner vers Boudha. Si lui ne pouvait rien pour moi alors j’étais définitivement perdue.

J’avais trouvé un tour-opérateur dans mes moyens pour partir à Hong Kong. Là il m’avait laissée tomber après avoir empoché mes derniers yuan.

Je mettais toute ma ferveur à prier ce dieu qui était ma dernière bouée de sauvetage. Si lui ne pouvait me sortir de la situation désespérée qui était la mienne, il ne me resterait plus qu’à me laisser couler vers le fond…

Mes yeux parcouraient le décor qui s’étalait devant moi. Je pensais aux vides greniers de ma ville quand les voisins sortaient leurs vieux vases. Je ne voulais pas blesser les indigènes mais la situation m’apparut soudain absurde.

Brutalement la suite fut comme une évidence, je m’éveillais enfin de ce mauvais rêve. Je venais de toucher le fond et il me fallait absolument remonter à la surface si je voulais survivre.

Je fis demi-tour, me précipitai à l’aéroport et achetai mon billet de retour. Heureusement que ma carte de crédit avait été acceptée.

Cette quête d’une aide extérieure m’avait presque détruite mais ma brutale prise de conscience, comme un réveil en sursaut, allait me sauver. Aucune force occulte ne pouvait m’aider, c’est seule que je m’étais mise dans le pétrin et c’est seule que je devais me battre pour retrouver ma dignité.

J’allais m’y employer à présent, de toutes mes forces…

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 405 ✍🏻