L’agenda ironique de juin 2022 ✍🏻

Comme convenu, Le retour du Flying Bum nous a transmis ses consignes pour le prochain agenda ironique.

Et, au cas où l’exercice vous tenterait, je vous les rapporte volontiers ci-dessous:

C’est à mon tour de vous accueillir ce mois-ci dans ce merveilleux rendez-vous littéraire et amical. Comme juin inaugure notre été, nous qui habitons l’hémisphère nord, quoi de mieux pour sujet qu’un des petits bonheurs par excellence de la belle saison et j’ai nommé le pique-nique. Ce sera le thème pour juin. Mais, pas de pique-nique sans les enquiquineuses comme les fourmis et autres insectes piqueurs ou suceurs, cette fois-ci ce seront des mots bien singuliers qui devront coûte que coûte s’inviter au pique-nique : flavescent, amphigourique, sycophante et nidoreux. Sans toutefois gâcher le pique-nique quand même. Et tant qu’aller pique-niquer en région, pourquoi ne pas y ajouter aussi un régionalisme ou deux?

On se donne jusqu’à la Saint-Jean (24 juin) pour déposer un lien vers son texte, en commentaire sur ce blogue, et ensuite, on votera jusqu’au 30 juin, heure de Paris.

À vos nappes, sandwiches, crayons, plumes, claviers, c’est un départ!

Le flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Voilà, vous en savez à présent autant que moi pour envoyer au Flying Bum un texte délirant respectant les souhaits du mois…

Bon amusement et bon courage à toutes et tous 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin 2022 ✍🏻

L’agenda ironique de juin 2022

Vous vous demandez peut-être qui organisera le prochain agenda ironique?

J’ai le plaisir de vous annoncer que Le flying bum (pour rappel classé premier par votes de préférence en mai) a accepté de gérer le prochain AI 👍.

Ouvrez l’oeil, c’est sur son blog qu’apparaîtront bientôt (lundi 6 juin si tout va bien) les consignes à respecter par les participants.

Pour y aller, c’est facile, c’est par ici 😊.

Bonne fin de journée.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin 2022

L’agenda ironique de mai: les résultats

And the winner is…

Le poisson de glace par Le retour du flying bum 🐟

suivi de Bjarkar par Marinade d’Histoires en 2ème position et de Mon voyage au Nunavik par Photonanie en 3ème position (pour voir le détail des votes cliquez ici).

Bravo à toutes et tous pour votre participation et encore merci d’avoir si bien joué le jeu chez moi 😊. Ce fut un plaisir d’héberger cet AI.

Pour organiser l’AI de juin vous avez choisi Marinade d’Histoires qui cède sa place pour raisons personnelles.

La personne qui la suit de très près dans le classement pour l’hébergement est Solène Vosse.

Si Solène accepte c’est donc sur son blog que nous poursuivrons nos délires.

Je vous tiens au courant dès que j’ai confirmation.

Bonne fin de semaine à tout le monde 😊.

La bonne nouvelle est que le gagnant de l’AI de mai Le flying bum accepte d’héberger l’agenda ironique de juin.

Ouvrez l’oeil, c’est sur son blog que nous trouverons bientôt les nouvelles consignes.

Continuer la lectureL’agenda ironique de mai: les résultats

Laissez-vous (em)porter…

J’aime la lecture, l’écriture, la littérature, l’orthographe, la poésie,… bref, j’aime les mots et ceux qui en jouent. 

Gamine, j’écoutais volontiers les feuilletons radiophoniques sur mon petit transistor et je rêvais, je laissais galoper mon imagination. Je me souviens avoir vécu avec plaisir “Au bonheur des dames” (Zola).

Récemment, j’ai découvert que Thiery Moral (Tmor), un artiste aux talents variés que je trouve tous aussi décalés que drôles, nous a fait cadeau d’un livre audio accessible gratuitement sur Youtube 😊. C’est en quelque sorte Noël avant l’heure 😉.

Le livre existe en version papier depuis 2017 mais je suis convaincue que la lecture par l’auteur lui-même apporte un supplément d’âme à l’histoire.

Pour tout vous dire, je l’ai écoutée avec beaucoup de plaisir dans l’avion qui nous ramenait de vacances. Je me suis callée dans mon siège, les yeux fermés pour bien m’imprégner de l’histoire, les écouteurs bien enfoncés dans les oreilles.

Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps avant de vous le faire découvrir à mon tour. C’est assez long (1 heure 1/4) et je vous conseille de bien vous installer, peut-être de fermer les yeux comme moi pour éviter les distractions et puis il suffit de se laisser (em)porter par la voix de Thierry.

Bonne écoute 🎧

Continuer la lectureLaissez-vous (em)porter…

L’agenda ironique de mai, le temps du vote

Une belle récolte suite à l’organisation de mon premier agenda ironique. Merci à vous d’avoir si bien joué le jeu, je suis plus que ravie 😊.

Par ordre d’entrée en scène, vous avez pu découvrir:

Le moment est venu de voter. Comme d’habitude le premier tableau permet de désigner votre texte préféré et le second désigne la personne pressentie pour organiser l’AI de juin.

NB: sans nouvelle de la dernière participante, La Craie, concernant le fait de savoir si elle possédait un blog qui lui permettrait d’héberger l’AI de juin malgré un courriel adressé à l’adresse renseignée et qui m’est revenu, j’ai pris la décision de ne pas l’inclure dans le deuxième tableau, celui des hébergeurs potentiels.

Je pense clôturer les votes le 1er juin à minuit pour laisser au prochain ou à la prochaine le temps de proposer les nouvelles contraintes pour l’AI de juin.

Marinade d’Histoires m’informe, par un message reçu ce 29 mai, qu’elle n’aura malheureusement  pas la possibilité d’organiser l’AI de juin… Bon à savoir si vous n’avez pas encore voté pour la prochaine  organisation 😉.

A toutes et tous pour vos participations très variées je dis un très grand

MERCI 😊

Continuer la lectureL’agenda ironique de mai, le temps du vote

L’agenda ironique de mai 2022✍🏻

Le temps est venu de partager le texte que j’ai écrit pour cette édition de l’agenda ironique de mai.

Je ne sais pas si c’est pareil pour les autres organisateurs mais ma participation, en ayant moi-même fixé les contraintes, m’a paru un peu plus difficile.

Bref, voilà mon texte:

Mon voyage au Nunavik

J’en avais tellement rêvé et maintenant j’y étais enfin!

Enfin…j’y étais, c’est vite dit, il me restait la partie la plus difficile du voyage à faire.

Faire toutes les formalités m’avait pris trois longues semaines. On m’avait baladée d’une administration à l’autre, c’est que ce n’est pas commun d’aller au Nunavik.

Nunavik, rien que le nom me transportait déjà avec bonheur en pensée dans le grand Nord…

Nord, Lapons, Inuits, des mots qui vont si bien ensemble et qui tournaient en boucle dans ma tête depuis que j’avais lu ce roman.

Ce roman, je l’avais découvert par hasard à la librairie voisine et, bien que je ne lise jamais rien, ma syllogomanie m’avait poussée immédiatement à l’acheter.

Acheter sans nécessité pour le seul plaisir d’accumuler des choses souvent sans intérêt, voilà bien, aux yeux de mes proches, un des problèmes de ma vie.

Vie que je passe à chercher mes chats adorés parmi les montagnes d’objets qui encombrent les dix pièces de mon domicile…

Mon domicile je l’ai quitté il y a déjà deux jours, une fois ma valise bouclée, en confiant les soins de mes matous à une voisine aussi ailurophile que moi, c’est dire ! J’ai vraiment beaucoup de chance qu’elle soit là.

Là où je suis en transit actuellement, il aurait été insensé d’emmener mes douze compagnons, les pauvres auraient été malheureux dans leurs cages de transport sans compter qu’ils auraient risqué d’avoir les pattes gelées et que j’aurais à coup sûr été cataloguée de bec à foin !

Foin de tracasseries administratives ! Il semble que je puisse enfin entrer sur le territoire après avoir dû écouter les douaniers énumérer toutes leurs coquecigrues.

Grues, ou plutôt oies sauvages à ce qu’il paraît, que je vais rencontrer dans cette région qui a hanté mes nuits de façon totalement inouïe.

Inouïe comme les Inuits souriants qui m’accueillent déjà à bras ouverts…

NB : Le point de départ de ce voyage est le magnifique roman « Nirliit » de Juliana Léveillé-Trudel.

J’espère vous avoir emmené avec moi et je rappelle que la date limite pour m’envoyer les textes est le mercredi 25 mai. N’hésitez pas, j’attends les retardataires 😊. Ensuite nous voterons jusqu’au 1er juin inclus.

D’ici là, je vous souhaite d’excellentes journées.

Continuer la lectureL’agenda ironique de mai 2022✍🏻

Agenda ironique de mai 2022 ✍🏻

Le texte qui a recueilli le plus de suffrages au mois d’avril est celui de La Licorne. Bravo à elle 👏.

En ce joli mois de mai, j’ai le plaisir de vous accueillir pour ce nouvel agenda. C’est une grande première pour moi et je vous demande d’être indulgent(e)s, je vais faire de mon mieux 😊.

J’ai envie que l’action se passe dans un pays froid, l’Islande éventuellement mais pas que.

J’aimerais assez que s’y glissent les mots suivants: ailurophile, syllogomanie, bec à foin et puis aussi coquecigrue parce que j’aime bien ce mot.

Si en plus le texte se présente sous forme d’anadiplose je serai comblée mais si ce n’est pas le cas, je le serai aussi, l’important étant que vous soyez nombreuses et nombreux à participer.

J’avoue que je ne sais pas très bien moi-même ce que je vais faire de ce mélange un peu fou mais c’est le principe après tout 😂.

J’attends vos créations pour le 25 mai au plus tard puis j’essayerai de me dépatouiller avec les votes jusqu’au 1er juin.

A vos claviers, prêts? Partez!

Si par hasard vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte via le bouton Contact, je me débrouillerai pour le publier pour vous.

Continuer la lectureAgenda ironique de mai 2022 ✍🏻

Agenda ironique d’avril 2022 ✍🏻

En ce beau mois d’avril printanier, c’est le blog Toutlopera qui nous accueille pour l’agenda ironique.

Voici les consignes :

Je vous propose comme thème général « Les Fées sont d’exquises danseuses« , mais vous pouvez aussi travailler sur « L’effet son, d’exquises danses, heu(ses) » ou encore, si vous êtes cyclistes, « Les fesses ont d’exquises danseuses ».

Il vous faudra glisser ici ou là quelque heureuse homophonie, et si vous réussissez à glisser les mots calembredainepalimpseste et archéoptéryx, vous gagnerez les félicitations du jury.

Vous pouvez écrire dans tous les styles que vous voulez”.

L’histoire que je vais vous raconter met en scène Ana et son ami François (présentés précédemment ici et ) dans un lieu dont je vous ai parlé pas plus tard qu’hier, le Jardin des fées, ainsi que la fée Carabistouille évoquée aussi hier. Je ne l’ai pas inventée, elle existe vraiment et se balade avec un dragon sur l’épaule, la preuve en photo ci-dessous😉.

Les fées sont d’exquises danseuses…ou presque !

Ce jour-là, Ana et son ami François avaient décidé d’aller ensemble au Jardin des fées. Cet endroit était un havre de paix et de verdure et les deux jeunes hommes y passaient volontiers un bon moment. Ils embarquaient la quantité nécessaire de bières fraîches pour y rester environ trois heures à refaire le monde loin de toute civilisation. Ils appelaient ça « faire le plein des sens » tant la nature embaumait. Leurs yeux ravis admiraient les différents verts des alentours tandis qu’eux vidaient les leurs de verres et les chants d’oiseaux les berçaient. Ils aimaient à se taquiner mutuellement en affirmant à chaque fois qu’un piaf se posait qu’il ne pouvait s’agir à coup sûr que d’un archéoptéryx miniature. Plus la bière coulait et plus les archéoptéryx grossissaient dans les propos des deux amis d’ailleurs : ils ne voyaient pas double, ils voyaient plus gros ! Ils en étaient là à savourer le moment présent mais c’était sans compter sur la fée Carabistouille. Celle-ci arpentait les chemins en pestant et en articulant des calembredaines difficilement compréhensibles par le commun des mortels.

Il semblait qu’elle pestait contre un palimpseste réalisé à partir d’un grimoire de sa grand-mère. Quel était donc le malotru qui avait osé effacer les termes soigneusement calligraphiés par son aïeule plus de cent ans auparavant ? Et pour y écrire quoi, je vous le demande, les horaires d’une émission télévisée !

Il y était question de couples de danseurs en compétition… Non mais, comme si les humains pouvaient rivaliser avec les fées qui sont d’exquises danseuses comme tout le monde le sait ou devrait le savoir.

Bref, Carabistouille était en colère et il semblait que rien ne pourrait la calmer rapidement. Elle troublait le repos des deux amis et ne semblait pas près de se poser.

Soudain Ana l’interpella :

  • Oh Cara ! Ton document est irrécupérable nous sommes d’accord, donc, puisqu’il n’y a pas de solution, t’inquiéter ne sert à rien. Viens plutôt t’asseoir près de nous et attrape une bière fraîche au passage, ça va te faire du bien et à nous aussi.

Carabistouille accepta en grommelant mais elle les aimait bien ces deux-là, ils étaient gentils et puis il faisait chaud et la bière était tentante. Ils vidèrent à eux trois tout le contenu de la glacière puis se mirent à chanter tandis que Carabistouille exécutait maladroitement quelques pas de danse sur l’herbe fraîche.

A défaut d’admirer une chorégraphie parfaite, ce fut un grand moment de fou-rire pour Ana et son ami. Particulièrement quand Carabistouille bascula, cul par-dessus tête, dans un buisson. D’abord surprise et silencieuse, elle finit aussi par éclater de son rire tonitruant qui faisait tressauter son énorme fessier !

Ce qui fit dire à Ana cette phrase d’anthologie qui est restée dans les annales: les fesses sont vraiment d’exquises danseuses !

Voilà, c’est tout pour cette fois mais je vous invite à aller lire les autres textes tous dans des styles très différents qui ne vous laisseront pas indifférents 😉.

C’est demain 25 avril, la date limite de rentrée des textes ensuite viendra le moment du vote comme chaque mois. Je vous en reparlerai prochainement.

D’ici là, je vous souhaite un bon dimanche et de bonnes lectures.

Continuer la lectureAgenda ironique d’avril 2022 ✍🏻

Les votes de l’agenda ironique de mars ✍🏻

Un article très court pour vous informer du résultat des votes de mars.

Les trois billets ayant reçus le plus de suffrages sont :

Toutlopera avec Le lièvre et la tortue

John Duff avec Les propriétés antiseptiques de la sarriette

et Palette d’expressions avec Le seuil de l’espérance

et c’est Toutlopera qui a été choisi pour organiser l’agenda ironique d’avril.

Si ça vous tente de venir vous amuser avec une joyeuse bandes de déjantés (mais rien qu’un peu pour certain(e)s 😉), les consignes sont détaillées juste ici.

A vos plumes, euh vos claviers avant le 25 avril.

Bonne journée 😊.

Continuer la lectureLes votes de l’agenda ironique de mars ✍🏻

Agenda ironique de mars 2022 ✍🏻

Bien qu’un peu perdue dans un fonctionnement qui ne ressemble plus à ce que je croyais avoir compris au départ, je participe ce mois encore à l’Agenda Ironique, le principal étant de sortir de sa zone de confort et de s’amuser un peu.

En ce mois de mars, l’AI est hébergé par Brigetoun et les consignes sont les suivantes:

Nous disons donc pour mars le thème serait attente, avec utilisation des mots frémissement, zéphyr, frimas, velours, fendre, torrent, seuil et sarriette.

Je suis absolument certaine que vous voudrez bien en tirer des merveilles, avant le 25 mars.

Visite à la caisse de retraite

A peine franchi le seuil du bâtiment, on m’envoya sur la droite dans une salle d’attente.

J’aurais voulu poser une question à la personne à l’accueil mais, étant d’un naturel soumis, je suis allé sans rien dire m’asseoir sur un siège vide entre deux personnes.

J’ai évidemment dû faire lever la moitié de la rangée. Je ne comprendrai jamais pourquoi les gens laissent toujours un siège vide quand ils s’installent. Au cinéma c’est pareil, il y a toujours un siège de velours rouge snobé qui se trouve pile au milieu des autres. Bizarre…

Dans un long frémissement ressemblant à une onde transversale, chacun a repris sa position assise.

Et nous avons attendu. Heureusement la salle était bien chauffée et nous n’avions plus à subir les assauts des frimas comme quand nous poireautions dans la file à l’extérieur. Il faut dire que depuis huit jours il gelait à pierre fendre et que même le torrent qui se trouvait près de chez moi était pris par la glace. Putain d’hiver ! Il n’en finirait donc jamais.

Quarante ans que j’attendais ce moment et j’étais là comme un con à la caisse de retraite depuis déjà une heure sans qu’il y ait eu de changement. J’étais à l’aube de ma deuxième vie, celle où j’allais enfin occuper mes journées à ma guise et je commençais à m’impatienter. Je n’étais pas encore habitué à laisser le temps au temps.

Je regardais le panneau lumineux placé en haut du mur devant mes yeux. Il indiquait « Caisse de retraites ». Enfin je l’espérais puisque, dyslexique depuis toujours, je lisais en réalité « Caisse de sarriette* » ce qui n’avait évidemment aucun sens.

Enfin ce fut mon tour. Je m’approchais du bureau ad hoc quand une voix a aboyé violemment « J’espère que vous avez tous les documents nécessaires ! J’en ai marre de ceux qui ont fini carrière et comptent sur les autres pour faire le boulot à leur place ».

Pas de bol, j’étais tombé sur une employée dont les paroles étaient soufflées dans un style plus aquilon que zéphyr !

Un peu refroidi, je croisais les doigts pour que tout se passe bien…

*: je précise pour les distraits, j’en connais 😉, que sarriette est l’anagramme de retraites.

Voilà ce que ce thème m’a inspiré. Les autres participations sont à découvrir dans les commentaires chez Brigetoun et, si ça vous tente de participer, courez vite déposer votre texte sur son blog avant le 25 mars.

Bonne journée 😊

Continuer la lectureAgenda ironique de mars 2022 ✍🏻