Du côté de chez Ma

Ce samedi Ma nous demande d’illustrer comme thème “L’heure du repos“.

C’est drôle parce que nous sommes à la fin des vacances de ceux qui ne sont pas encore retraités… Les enfants sont rentrés à l’école depuis une semaine déjà en Belgique et c’est peut-être avec un brin de nostalgie que sera évoqué ce repos.

J’ai choisi de partager une photo prise il y a peu le long de la Semois. Je ne connais pas la personne sur le banc mais j’ai eu envie en passant d’immortaliser ce moment de calme, de beau temps et de repos paisible.

Comme je ne lis que rarement les thèmes de Ma à l’avance, je n’ai pas pris cette photo dans ce but mais c’est à ce cliché que j’ai pensé directement en découvrant le sujet de cette semaine.

Sans nous presser pour ne pas troubler ce repos, allons chez Ma voir défiler les heures de repos des autres participant(e)s.

Et profitons ensuite sans remords du week-end pour nous reposer… 😴.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Balade en Provence belge

Au point le plus méridional de la Belgique, à la frontière avec la France, se trouve le joli village de Torgny.

Classé parmi les plus beaux villages de Wallonie, Torgny est parfois surnomé la Provence belge en raison du climat particulier qui y règne.

Agglomération de 220 habitants, Torgny s’étend sur le versant sud-est d’une vallée creusée par la Chiers. Le village est accroché à la pente douce de la troisième cuesta bajocienne, caractéristique de notre relief. La cuesta est une colline allongée aux versants asymétriques.

Les attraits essentiels de Torgny résident dans la couleur de sa pierre et ses toits en tuiles “canal”. La pierre calcaire jaune clair, mi-poreuse et grenue, est constituée de débris de coquillages, de grains de quartz, le tout cimenté par de la calcite.

La dénivellation du village a nécessité l’utilisation massive de la pierre pour assurer le soutènement des terrasses, entourer les jardins, les vergers et le cimetière. Ces murs de pierres sèches vous conduiront au fil de charmantes ruelles, de façades en bâtisses agricoles, de maisons manouvrières* en cour seigneuriale comme à la “cour Lassus.(Source)

Quelques photos vous emporteront dans ce charmant village en cliquant

Le diaporama est en avance manuelle de manière à pouvoir le voir à votre rythme (clic pour passer à la photo suivante 😉).

*: Les manouvriers, manœuvres, brassiers ou journaliers sont des paysans qui travaillent de leurs mains, avec des outils rudimentaires en bois, parfois relevés de fer. (Source)

Continuer la lectureBalade en Provence belge

L’agenda ironique d’août 2022: le temps du vote

Voilà, voilà, L’Ornithorinque attend vos votes par mail avant ce vendredi 2 septembre.

Voici son message:

Pour voir la compilation des textes c’est ici.

Et puis, parce qu’en toute chose il faut garder son humour:

Bons votes et on se retrouve bientôt pour l’Agenda Ironique de septembre chez un nouvel hébergeur 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022: le temps du vote

Jouons avec les mots

Si vous me connaissez un peu, vous savez que j’aime, entre autres, la lecture, l’écriture et donc les mots. Qu’ils soient courants, drôles, osés, démodés ou autres.

J’ai eu le plaisir d’assister récemment à ‘un spectacle de Johan Charvel intitulé “La graineterie de mots”.

Une charrette un peu ancienne comportant des sachets de mots. Il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité bien sûr.

Le colporteur de mots a lui aussi l’air de sortir d’un film d’époque mais ne vous y trompez pas, c’est un magicien des mots, tous les mots.

Soit 450 mots pour réapprendre à utiliser prolixe, kyrielle, ou callipyge, pour ne plus dire putain merde mais zut, fichtre, diantre ou saperlipopette, pour parler latin avec des mea culpa ou des personna non grata et pour cultiver de beaux mots comme concupiscence et procrastination. (Source)

J’ai très peu filmé, absorbée que j’étais par ses paroles, ses mots en fait, et  je n’ai à partager que ce court extrait.

Si ça vous plaît, je vous invite à jeter un oeil sur le site de ce personnage où je  vous conseille particulièrement cette vidéo.

Je vous livre quelques-unes de mes découvertes attrapées au vol dans cette graineterie et comme je ne suis pas vache, je vous mets même les définitions en lien quand c’est possible.
Je pense que la joyeuse équipe de l’Agenda ironique ne pourra qu’apprécier 😉.

Et vous, connaissiez-vous ces mots dont certains désignent pourtant des choses très courantes?

Continuer la lectureJouons avec les mots

Du côté de chez Ma

Le thème proposé par Ma ce samedi est “En pleine nature“.

Pour les curieux, cette photo a été prise sur le Sentier de l’étrange à Ellezelles dont je crois bien ne jamais vous avoir parlé 🤔.

Ne vous fiez pas à ma photo, elle est très différente de celles des créatures étranges rencontrées sur ce sentier… 😉

Je vous souhaite un excellent week-end après avoir été vous balader du côté de chez Ma, en pleine nature bien sûr.

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Vous avez dit Pays Basque?

Quand on dit Pays Basque, certain(e)s pensent souvent pelote basque. Et bien je vais vous étonner mais nous n’avions jamais, avant cette année, assisté à un vrai match de pelote. 

Aussi quand notre hôtesse nous a signalé un match, de championnat qui plus est!, nous nous sommes immédiatement décidés.

Il existe plusieurs types de jeux de pelote basque et celui auquel nous avons assisté se jouait avec un grand chistera.

Comme on le voit ci-dessous, le chistera est un panier en osier fixé à la main par un gant de cuir.

Ce match avait lieu en début de soirée au grand fronton de Bidart.  

 

La tenue classique lors d’un tournoi est un pantalon blanc et un polo à col aux couleurs du club. Les pelotari de Bidart (col blanc) étaient opposés à ceux de Saint-Jean-de-Luz (col rouge).

Nous avons eu droit à des explications, bien utiles pour nous, sur les règles du jeu avant que les joueurs commencent à s’échauffer.

Très vite on est fasciné par la vitesse des échanges, la force de frappe et le “ballet” des joueurs.

Nous avons été impressionnés par le fair-play des joueurs et nous avons vraiment apprécié cette découverte 👍.

PS: Pour les curieux, c’est Bidart qui a gagné ce jour-là 😊.

Continuer la lectureVous avez dit Pays Basque?

L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

L’organisation de l’Agenda Ironique d’août a été confiée à l’Ornithorinque qui nous a proposé comme sujet un voyage vers mars, sans oublier baraque et bonimenteur.

Pour rappel, les infos complètes se trouvent ici  et la date limite de dépose des textes est le 26 août.

Vous pouvez lire ma proposition “Red Night” ci-dessous.

Mon cerveau embrumé ou enrhumé, peut-être un peu les deux, m’avait traduit cette affiche par « Nuit sur la planète rouge ». Et en plus au meilleur prix ! Je suis comme ça parfois, je fonce et je réfléchis après.

Moi, j’aime voyager, découvrir de nouveaux endroits, faire de nouvelles rencontres donc directement j’avais vérifié la date et l’heure, mon budget, le lieu de rendez-vous et cette fois j’y étais.

Devant une sorte de grand hangar tapissé d’affiches très colorées éclairées par des dizaines de spots, un drôle de type gesticulait en parlant fort pour couvrir le bruit ambiant.

Il avait l’air d’avoir beaucoup de choses à dire mais seuls quelques mots me parvenaient à travers le brouhaha de la foule déchaînée. Il criait « en ligne, ex-clu-si-ve-ment en ligne ! ».

Je n’étais pas sûr de comprendre ce qu’il voulait dire mais je pensais que nous devrions lui obéir et nous placer correctement, en file indienne pour qu’il cesse d’avoir l’air aussi énervé.

J’étais tout excité et je cherchais des yeux où pouvait bien se trouver la fusée qui nous emmènerait sur Mars. Vous vous rendez compte, j’allais aller sur Mars ! On m’a souvent dit que j’étais dans la lune mais là pour le coup j’en aurais des choses à raconter après avoir décollé. Je sentais déjà la fierté m’envahir en même temps que l’incertitude : y aurait-il du réseau dans l’espace ? Mon téléphone portable datait un peu, arriverai-je à poster quelques photos sur mon blog ? Je suis certain que les organisateurs y avaient pensé et anticipé mes questions. Un peu de patience et on allait nous expliquer le déroulement, j’étais confiant.

Sauf que le grand type devenait comme la planète Mars de plus en plus rouge, il semblait au bord de l’apoplexie, ses mots sortaient difficilement à présent, la foule le bousculait, tout le monde voulait entrer dans le hangar éclairé. La scène ressemblait à un premier jour de soldes.

A un moment le service de sécurité de la galerie commerciale est intervenu de manière plutôt musclée et un type en uniforme a imposé le silence.

—Reculez et calmez-vous, laissez entrer les clients qui souhaitent acheter du matériel au prix habituel sur place, je répète « sur place ». La promotion annoncée pour la Red Night est valable, comme indiqué, seulement pour les commandes en ligne !

Je lisais la déception sur les visages autour de moi. Certains disaient « bon tant pis, je n’aurai pas la promo mais ce magasin n’est quand même pas très cher alors je vais me faire plaisir. Et puis j’en ai besoin directement de ce lave-vaisselle ».

Quant à moi, je n’y comprenais rien. Je devais avoir la tête de Perrette laissant tomber son pot de lait. Je prenais seulement conscience de ma méprise.

Je faisais la file depuis deux heures pensant aller sur Mars et je me retrouvais devant un magasin d’électroménagers qui faisait une action promotionnelle…en ligne !

Comme moi, de nombreuses personnes faisaient demi-tour mais je ne suis pas sûr que, parmi elles, nombreuses soient celles que leur imagination avait entraînées aussi loin.

Un peu confus je me consolais en pensant que, quoi qu’il en soit, j’y avais cru pendant quelques heures, j’avais voyagé en pensée et j’en avais été heureux et ça, ça n’a pas de prix.

J’espère vous avoir emmené un peu avec moi dans mon délire et je vous invite à lire les autres participations chez l’Ornithorinque voire à participer vous-même avant le 26 de ce mois.

Bonne semaine à tou(te)s.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Ce samedi, Ma nous demande d’illustrer en photo le thème “carte postale“.

Comme je lis rarement les thèmes à l’avance j’ai sottement brûlé une cartouche quand le thème était “Voyager sans sortir de chez soi“.

Qu’à cela ne tienne, puisque je vous ai montré mes boîtes à cartes postales je vais cette fois vous montrer une carte qui date du temps où j’étais gamine. Elle a été envoyée en 1969 à mes parents.

Conservatrice moi? Si peu… 😂

Et si nous allions chez Ma découvrir les cartes postales des autres participant(e)s au défi?

Bon week-end 😊

Continuer la lectureDu côté de chez Ma

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

La mi-août étant passée (et même si aujourd’hui c’est la journée internationale du chat noir!), il est grand temps de se préoccuper des textes pour l’agenda ironique à rentrer avant le 26 août à minuit sur le blog de l’Ornithorinque où vous trouverez tous les détails de ce voyage vers Mars qu’il nous invite à imaginer.

Pour ma part j’ai toujours les pieds bien ancrés sur terre et le décollage ne se prépare que doucement. Il n’aura lieu que si j’arrive à être moins dans la lune qu’actuellement 😉.

Mais cette fois encore, mon ami Donald Bilodeau a souhaité participer à cet exercice et c’est avec plaisir que je partage son texte plein d’espoir sur mon blog.

Là dehors, très haut, dans ce ciel si beau

Dans ce soir si noir, me parle d’espoir

Une étoile filante, très, très élégante

Me parle de paix, dit : voilà mon souhait.

 

Sa jolie lumière, au-delà de nous

Véloce comme l’éclair, comme un rêve fou

Nous surprend encore, ô quelle galère !

À compter nos morts, à jouer à la guerre.

 

L’astre se questionne, s’étonne et prend peur

Tant de cris résonnent, vils bonimenteurs

Avez-vous laissé sur votre planète

La place aux fossés et aux faux prophètes ?

 

Pourquoi accorder tellement d’importance

Aux mots affectés gardant l’ignorance

Ces mots populaires du gros dictionnaire

Ce vocabulaire que l’on devrait taire.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Je n’y comprends rien, j’ai peut-être tort

Je n’suis, tu sais bien, qu’un gros météore

Ne suis de passage que pour une seconde

Mais je trouve dommage ces peuples qui grondent.

 

Pourtant chaque fois que l’on m’aperçoit

On formule des vœux doux et chaleureux

Me pointant du doigt, alors dites-moi

Où est la logique de vos rhétoriques ?

 

Trop vite disparue dans cet inconnu

Dans l’immensité de la Voie lactée

Elle repart déçue, mon étoile filante

Rien n’est résolu sur la Terre tremblante.

 

Elle s’en va vers Mars, la rouge planète

Nouvelle comparse, c’est ce qu’elle souhaite

Vous, dans vos baraques, restés enfermés

Gardez votre trac et restés armés.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Demain je l’espère, d’un petit clin d’œil

Quittant son repaire, sortant de son deuil

Ma petite étoile réapparaîtra

Dans ce ciel sans voile, quand la paix sera.

Voilà, comme précédemment, je ne fais qu’offrir un espace à ce texte et, si vous commentez ses mots, c’est bien sûr l’auteur qui vous répondra en commentaire.

Bonne lecture, bonne méditation et très bonne journée à tou(te)s 😃.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

Voyage, voyage: la bastide d’Hastingues (F)

Quand on arrive à Hastingues, commune où se trouve l’abbaye d’Arthous, on comprend très vite ce qu’est une bastide dans le sud-ouest.

Une bastide est une ville nouvelle close de fondation comtale, ou royale et ecclésiastique, construite au Moyen-Âge sur la base d’un lotissement dont le plan régulier comporte une place centrale entourée d’un passage couvert ouvrant par des arcades, et d’une charte municipale permettant aux habitants de s’administrer avec un conseil élu. (Source)

Si l’histoire de cette bastide vous intéresse, je vous invite à suivre ce lien mais aussi celui-ci qui vous donneront de précieuses informations sur cet endroit créé au 14ème siècle.

La porte: sa construction date des années 1307-1310 et son financement fut assuré par le péage sur les marchandises transitant sur les Gaves Réunis (Pau et Oloron). Elle joua également le rôle de tour de guet ainsi qu’en témoignent les deux archères fendant la paroi au sud. Au premier étage subsisterait une salle rectangulaire qui abrita une prison au 19ème siècle. (Source: panneau explicatif sur site).

Une fois cette porte franchie, on découvre les maisons séparées par un espace appelé “androne” qui facilitait la construction, permettait la récupération des eaux de pluie et était censé lutter contre la propagation des incendies.

Un circuit nous emmène voir les maisons les plus remarquables de la bastide. Les informations que je partage proviennent des panneaux explicatifs placés près de ces constructions.

Dans la rue principale, on découvre la plus vieille maison dite Maison Laplante. L’ouverture principale est surmontée d’une moulure en forme d’accolade, à son sommet un ange porte un écusson et deux culots sculptés (homme en robe courte et personnage en robe longue) supportent sa base.

Au-dessus de l’autre porte, on peut lire les initiales IDLP désignant Ioan de La Plante, sergent royal.

Un peu plus loin  la maison Magendie porte le nom du premier pasteur d’Hastingues. Elle fut sans doute aussi le premier site du temple protestant en 1600. Son installation dans la rue principale provoqua une forte réaction de l’église catholique qui obtint, via la commission de l’Édit de Nantes (promulgué par Henri IV pour mettre fin aux guerres de religion et révoqué par Louis XIV en 1598), le déplacement du temple dans une rue plus discrète.

Sur la façade on retrouve la date de construction: 1739.

Notre balade nous amène sur la place centrale avec, autour de la place, les habitations en façade.

Les maisons Cohéré (à l’angle), Lussan et la maison des Jurats témoignent de l’existence d’une galerie qui établissait un promenoir couvert.

Maisons Lussan et Cohéré
Maison des Jurats

La maison des Jurats  (fin 15ème, début 16ème) abritait le bayle et six jurats désignés pour un an (le bayle est le représentant du seigneur dans le village et les jurats sont les magistrats qui l’assistent). Toutes leurs décisions se basent sur une charte établie en 1326.

Nous arrivons ensuite à l’église Saint-Sauveur dont la base du clocher est celle érigée en 1304 alors que l’église a été reconstruite en 1891 sur les fondations de l’église primitive.

Près de la mairie, installée dans la maison Majoureau (édifiée après 1577), un des plus anciens bâtiments de Hastingues, nous voyons la statue d’un “carcoilh”: une légende raconte qu’à l’intérieur de la bastide un escargot géant se serait endormi mais sortirait parfois de sa coquille… 

A droite de la mairie, nous voyons le château d’Estrac. Depuis les années 2000, le château est devenu maison d’hôtes, lieu de séminaires, réceptions et halte jacquaire.

Depuis la naissance de la bastide, plusieurs châteaux se sont succédés sur cet emplacement. La famille Estrac fut anoblie par Louis XIV et en resta propriétaire jusqu’en 1792. Le château actuel a été complètement rebâti en 1884 et est actuellement rénové dans son style d’origine.

Cette balade se termine pour nous sur une façade de maison non indiquée sur le circuit de découverte mais dont le linteau a attiré mon oeil de lynx 😉.

L'an 2 du calendrier républicain: 1793-1794, prairial: vers le 20 mai ou le 20 juin

La liberté et l’égalité des hommes sont posées comme principe en France dans l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. L’article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) inclut les femmes et ajoute l’obligation de fraternité. (Source)

Ainsi se termine ma découverte d’Hastingues en pays d’Orthe. J’espère que la balade sous le soleil vous aura intéressé également.

Continuer la lectureVoyage, voyage: la bastide d’Hastingues (F)