Du côté de chez Ma

Le samedi je joue avec Ma en essayant d’illustrer par au moins une photo personnelle le mot ou groupe de mots proposé.

Cette semaine c’est le mot “usé”.

Pour moi, plusieurs possibilités se présentent quand quelque chose est usé: le réparer, le mettre à la déchetterie ou le jeter s’il est vraiment trop usé.

J’ai été amusée de voir que, sur l’île de Kos (mais ça aurait pu être ailleurs) on pouvait donner facilement une deuxième vie à certains objets de la vie courante quand ils étaient trop usés pour remplir le premier usage auquel on les destinait. Je vous montre ci-dessous:

Et puis comme j’essaye souvent de terminer en chanson, je suis tombée par hasard sur la chanson ci-dessous d’un certain Nicolas Belvalette, dit Usé!

Je vous laisser juger…

N’oubliez pas de passer chez Ma voir les autres participations avant de passer un bon week-end.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

L’ivresse des livres

Il y a peu, j’ai trouvé une pile de marque-pages sur le comptoir de la bibliothèque de ma commune où je vais régulièrement glaner  de quoi passer d’agréables moments.

Ce n’est que rentrée chez moi que je me suis penchée sur l’illustration de ce marque-page.

Interpellée, je me suis informée sur ce que c’était que le “book crossing“. En fait, l’idée est de déposer un livre quelque part, de le libérer, afin qu’il soit ensuite trouvé par d’autres et circule ainsi de mains en mains pour le seul plaisir de la lecture. La bibliothèque provinciale des Chiroux a ainsi libéré des centaines de livres.

Bien sûr il ne s’agit pas de se débarrasser de vieux papiers inintéressants mais plutôt de voir comment circulent les livres de mains en mains et surtout de pays en pays.

Certes, en période de pandémie ce n’est pas vraiment le genre de chose à faire (sauf si on veut faire circuler également le virus bien sûr 😕) mais j’avoue que je ne connaissais pas cette initiative que je trouve assez sympa.

On connait tous les boîtes à livres qui ont fleuri un peu partout mais ici on va un cran plus loin puisqu’on suit littéralement le livre à la trace si on joue bien le jeu.

Je me réjouis de revenir à une situation normale de manière à participer à cette chasse littéraire.

De là, j’ai laissé mon esprit vagabonder et me suis souvenue de cette photo prise un jour en allant à une réunion de travail. J’avais aimé la poésie qui se dégageait de cette installation où on voyait les mots s’envoler des livres.

Les livres ont toujours tenu beaucoup de place dans ma vie. Ils m’ont permis de vaincre la solitude, de m’échapper sans contrainte, de perfectionner ma connaissance du français tout en apprenant de nouveaux mots et de ne jamais m’ennuyer. C’est si facile de glisser un livre dans un sac et de le sortir n’importe où quel que soit le temps dont on dispose…

Contrairement à d’autres personnes, la liseuse ne m’a jamais attirée. J’aime le contact du papier, son odeur, le bruit des pages qu’on tourne et surtout choisir mon livre sur un coup de coeur pour l’illustration de couverture ou pour l’extrait proposé sur la quatrième de couverture.

Les livres, c’est aussi le moyen d’intégrer facilement les règles de grammaire, pour peu qu’on soit attentif bien sûr 😎.

Et vous, aimez-vous lire? Connaissez-vous le “book crossing”?

Vous savez que j’aime lire mais aussi rire et je n’ai rien trouvé de mieux que cette citation pour vous quitter:

«Depuis le moment où j'ai pris votre livre jusqu'à ce que je le pose, j'ai été bouleversé de rire. Un jour, j'ai l'intention de le lire".
Groucho Marx
Comédien
Continuer la lecture L’ivresse des livres

Découverte du fort de la Chartreuse (B)

Je vous l’avais annoncé et, en plus, il se trouve que la date d’aujourd’hui convient plutôt bien à ce que je vous propose. En effet, je vous emmène cette fois, pas très loin de chez moi,  au fort de la Chartreuse qui domine le quartier d’Amercœur à Liège.

Ce fort fut construit, entre 1817 et 1823, à l’époque du Royaume uni des Pays-Bas afin de protéger la cité.

Il tient son nom du monastère de l’Ordre des Chartreux qui occupa le site du 14ème siècle à la Révolution liégeoise. Il n’aura cependant jamais de rôle stratégique important.

En 1891, le fort est déclassé et devient une simple caserne. Il sert de prison pour les patriotes belges durant la Première Guerre mondiale (1914-1918). Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1944, l’armée américaine l’utilise comme hôpital militaire.

De moins en moins utile au ministère de la défense nationale, il est démilitarisé en 1981: les derniers militaires quittent l’ancien fort en 1988. (source)

Génie 1914-1918

Génie 1914-1918

Bastion des fusillés

Bastion des fusillés

A Liège, le site de l'ancien Fort de la Chartreuse abrite un lieu de mémoire particulier. Il est le premier à avoir été consacré à la résistance civile. Durant la guerre 14-18, 48 hommes y ont été fusillés par l'occupant allemand.

La Chartreuse a servi de prison pour des centaines de Belges qui osèrent se dresser contre l'envahisseur et lui résister. C'est à la Chartreuse qu'ont été conduits, la veille de leur exécution, les condamnés à mort par l'autorité militaire allemande.

Détail

Détail

Le réseau Clarence

Le réseau Clarence

Réseau de renseignements belgo-français de la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Libération, le fort a servi d'hôpital militaire à l'armée américaine.

C’est donc un endroit empreint de mémoire sur lequel on trouve de nombreux témoignages liés aux deux guerres mondiales mais, comme il est abandonné depuis plus de 30 ans, une partie des photos des bâtiments relèvent davantage de l’urbex que d’un domaine strictement militaire.

C’est une expérience que je n’avais encore jamais vécue mais, je l’avoue, j’ai aimé ça 😊.

La nature reprend ses droits

C’est aussi un endroit très arboré (voir carte ci-dessous) où il est agréable de se promener.

Ces quelques photos apportent une touche supplémentaire au portrait de la région où je vis.

La prochaine fois, je pense vous emmener plus loin parce que je ne vous ai pas encore dévoilé toutes les beautés du Pays Basque découvertes cette année, du temps où on pouvait encore voyager…

Ceci dit, ne nous plaignons pas trop: en Belgique, on peut encore se déplacer, même en période de confinement 👍.

A bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lecture Découverte du fort de la Chartreuse (B)

Brick a book 384 ✍🏻

Comme tous les lundis, je participe à l’atelier d’écriture en ligne Brick a book.

Le principe est simple, Alexandra nous propose une photo, à nous de tricoter l’histoire qui l’habillera.

Cette semaine c’est la photo ci-dessous qui sert de support.

©Zo Razafindramamba

J’ignore pourquoi les gens détestent les corbeaux. C’est vrai que ce ne sont pas les plus beaux et les plus colorés des oiseaux, loin de là, mais ce sont des êtres vivants.

Moi, depuis plus d’un mois que je suis confiné dans ce chalet de montagne, j’ai eu le temps de les apprécier.

Il faut dire qu’il n’y a pas la télé, pas Internet et mon téléphone portable a parfois une seule barre de réseau quand je me déplace en levant le bras dans les congères autour du chalet et que j’ai de la chance.

Oh bien sûr, les premiers jours j’ai adoré être isolé, sans contraintes ni horaires, enveloppé dans l’ouate de neige qui feutre tous les sons qui d’habitude me gênent pour écrire.

J’ai oublié de vous dire que je suis écrivain. Oui, oui, un vrai, un qui a déjà une dizaine de romans édités à son actif et, en plus, ces derniers se vendent très bien.

Et donc mon cher agent (je dis cher parce qu’avec ce qu’il prélève sur les ventes de livres c’est vrai qu’il me coûte très cher) a eu la merveilleuse idée de louer ce chalet rien que pour moi, il y a mis des tonnes de provisions, du bois en quantité suffisante pour chauffer tout l’hiver et m’ a asséné un péremptoire

—”J’attends ton tapuscrit dans 3 mois au plus tard. De toutes manières tu n’auras que ça à faire donc ça devrait aller”.

Et me voilà, comme un con à essayer d’attirer les corbeaux avec du pain séché. Il faut dire que ce sont les seuls êtres vivants que je côtoie et qu’ils me rappellent qu’il y a une vie ailleurs. Et même s’ils sont moches, malaimés et qu’ils croassent de manière dissonante, ils sont ma seule récréation et c’est dingue comme je les envie de savoir voler…

Comme d’habitude, je vous invite à poursuivre la lecture en découvrant les textes des autres participant(e)s à cet atelier sur le blog Brick a book et je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lecture Brick a book 384 ✍🏻

Faut rigoler…

Je ne sais pas vous mais moi je suis soulagée du résultat de l’élection aux USA. J’ai failli dire l’élection américaine avant de me rappeler que  ça choque mon ami québécois qui ne veut absolument pas être assimilé à ceux qu’il appelle les Etats-Uniens 😉. 

Alors, une fois n’est pas coutume, et, même si je publie rarement le dimanche, j’ai eu envie de partager 2 dessins récents qui traduisent à mon avis le sentiment général en Europe. J’enchaînerai avec une vidéo, d’actualité elle aussi, du jeune humoriste belge GuiHome. Ce sera peut-être une découverte pour certain(e)s d’entre vous.

Ce sera mon petit cadeau pour aujourd’hui: trois occasions de sourire parce que c’est un domaine dans lequel l’excès est fortement conseillé 😊.

Bon dimanche à tout le monde, gardez le moral.

Continuer la lecture Faut rigoler…

Du côté de chez Ma

Tous les samedis, dans le cadre du défi hebdomadaire de Ma, j’essaye de trouver une photo qui illustre le mot ou le groupe de mots proposé.

Cette semaine il s’agit de “pluie“.

Comme vous le savez déjà, chez nous c’est un peu comme en Bretagne. En effet…

Pour illustrer  le thème de Ma, tout en restant en Belgique, confinement oblige, je vous propose une œuvre d’un artiste compatriote qui a longtemps enrobé de poésie les fins de soirée télévisées françaises, je veux bien sûr parler de Jean-Michel Folon.

C’est à la Fondation, qu’il a lui-même créée en 2000, que l’on peut voir la statue ci-dessous.

Si vous aimez l’artiste et souhaitez en voir davantage, vous pouvez retrouver mes précédents articles ici et .

Je termine sur une séquence nostalgie délicieusement kitsch (au moins niveau vestimentaire) parce qu’une autre de nos caractéristiques nationales est de ne pas nous prendre trop au sérieux 😉.

Je vous invite à passer voir les autres participations chez Ma et je vous souhaite un bon week-end, si possible sans pluie et sans nuages 😉 .

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Balade dans les Ardennes belges (4)

Il y a un peu plus de trois ans déjà, je vous avais emmenés en province du Luxembourg en fin d’hiver. Si vous avez oublié, vous pouvez relire l’article si vous le souhaitez.

Je vous emmène à nouveau dans cette belle région de Belgique mais cette fois ce sera en plein automne et je vous aide à situer un peu mieux l’endroit sur la carte ci-dessous:

Pour mieux vous présenter mes photos de cette chouette balade automnale, je vous invite à cliquer sur le bouton ci-dessous. Quand vous serez dans la présentation, n’hésitez pas à cliquer encore sur les photos pour les voir en grand ainsi que  sur les textes explicatifs pour les voir en entier 😊.

Et si la balade vous a fatigués, je vous propose une dernière photo prise sur le chemin du retour qui va vous permettre de vous reposer agréablement…

A bientôt pour une autre découverte d’un endroit étonnant tout près de chez moi.

Continuer la lecture Balade dans les Ardennes belges (4)

Brick a book 383 ✍🏻

Comme chaque lundi, je participe à l’atelier d’écriture en ligne sur Brick a book.

Le principe? Une photo sert de déclencheur d’écriture et on laisse vagabonder son esprit et ses doigts sur le clavier pour écrire une courte histoire.

Cette semaine c’est la photo ci-dessous qui donne le ton 😉.

©Saso Tusar

Je n’aurais jamais dû boire autant! Chaque année c’était pareil, ma grand-mère voulait absolument rassembler toute la famille la veille de la Toussaint. Moi, ça me barbait tellement que, non seulement je m’empiffrais des nombreux plats proposés  mais en plus je les arrosais copieusement grâce aux grands crus sortis de la cave familiale pour l’occasion.

Mon grand-père était un fin connaisseur en œnologie et il avait passé sa vie à accumuler d’excellentes bouteilles au fil des années. Depuis son décès, grand-mère nous gâtait en disant que  depuis que Pépé était parti rien n’avait plus d’importance dans sa vie que notre rassemblement annuel.

Oh nous nous voyions souvent entre cousins mais rarement tous ensemble comme chaque 31 octobre.

Le rituel état immuable, nous passions tous la nuit dans la grande maison qu’avaient fait bâtir mes arrière-grands-parents de manière à être ensemble au moment de partir au cimetière tout proche fleurir les tombes de la famille. Après le repas nous nous étions dispersés. Certains avaient sortis les vieux jeux de société usés par les nombreuses parties qui avaient jalonné nos vacances communes chez nos grands-parents.

Préoccupée par un souci au travail, je n’avais pas souhaité me joindre aux autres et je m’étais éloignée, un verre dans une main et les trois-quarts d’une bouteille entamée dans l’autre.

Je m’étais finalement assoupie dans la véranda agréablement chauffée. Au petit matin, le soleil qui se levait avait paré le ciel de couleurs chaleureuses. J’étais un peu vaseuse, plus tout à fait endormie mais pas tout à fait réveillée quand je vis sauter sur le toit vitré une silhouette qui m’effraya et me sortit brusquement de ma torpeur.

Il paraît que j’ai poussé un hurlement tellement inhumain que j’ai réveillé d’un coup toute la maisonnée. 

C’est quand j’ai vu les têtes hirsutes et les mines inquiètes de mes cousins en pyjama autour de moi que j’ai vraiment pris conscience du comique de la situation.

Un fou-rire irrépressible m’a empêchée pendant plusieurs minutes d’expliquer que c’était Oscar le vieux gros matou de  Mémé qui m’avait tellement effrayée. Il faut dire que mon hurlement l’avait fait fuir au diable Vauvert ce qui finalement n’était que normal à la fin de cette nuit de Halloween!

Votre lecture terminée, je vous invite à vous rendre sur Brick a book pour découvrir les autres écrits inventés au départ de la même photo. C’est souvent très étonnant de voir où chaque écrivant(e) aboutit alors que nous partons tous de la même photo…

Bonne semaine 

Continuer la lecture Brick a book 383 ✍🏻

Du côté de chez Ma 🎃

C’est Halloween aujourd’hui mais ça ne nous empêche pas, comme chaque samedi, de  jouer à illustrer avec une photo personnelle le mot (ou le groupe de mots) proposé sur le blog de Ma.

Le thème de cette semaine est “un peu de moi

Quand on tient un blog il est normal au fil du temps de se livrer, de dévoiler un peu de nous, de notre personnalité , de nos goûts, de nos loisirs,…

Touts ces petits “peu” mis bout à bout finissent par donner à nos visiteurs une certaine image de qui on est. On complète ainsi la rubrique “à propos” du menu supérieur, on la fignole, on la corrige.

Du coup je ne sais pas du tout comment illustrer le thème de ce jour. Bien sûr je pourrais prendre une photo d’un bout de main ou de pied et intituler ça “un peu de moi” mais ce ne serait pas très intéressant. Pas question non plus d’en dire trop sur ma vie privée.

Et puis me sont revenues à l’esprit les paroles d’une chanson de Gérard Lenorman, chanteur que j’apprécie et que je suis depuis mon adolescence (c’est devenu très facile de le suivre depuis quelques années d’ailleurs 😉).

Je vous les livre ci-dessous

Ces mots clôturent le titre “Comme une chanson bizarre” qui se trouve sur l’album “Drôles de chansons” (1976).

Bien sûr je vais vous la faire écouter avant d’aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré le thème de la semaine.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma 🎃

La balade de la rainette des marais 🐸

Que faire de mieux par une belle journée d’automne que d’aller se balader dans la nature? La balade choisie aujourd’hui nous a emmenés du côté de Fallais, à proximité du village du saule.

Cette promenade, dite de la rainette des marais,  nous fait découvrir entre autres le marais de Hosdent:

Cette réserve naturelle, formée d’une zone humide, occupe la plaine alluviale de la Mehaigne, entre les villages de Latinne et Fallais. C’est un milieu devenu rare dans cette région.

Notre balade démarre devant un bâtiment qui regroupe la franche taverne, la cour de justice (qui date de 1685 et où se réglaient les problèmes courants de la vie quotidienne) et le moulin banal de Hosdent.

A l’entrée, nous admirons cette décoration de saule tressé.

Ci-dessous, nous voyons une pierre armoriée qui surmonte la porte d’entrée. Elle porte les noms des seigneurs Salmier et Havrech qui firent construire ce bâtiment.

J’espère vous avoir suffisamment mis l’eau à la bouche pour que vous me suiviez dans cette balade champêtre. Pour que la magie opère, il suffit juste de

J’espère que ça vous a plu et que vous me suivrez à nouveau pour d’autres balades 😊.

Continuer la lecture La balade de la rainette des marais 🐸