Et hop une nouvelle crise de paréidolie 😎

Vous le savez, il m’arrive de temps à autre de faire une crise de paréidolie, vous vous souvenez?
Heureusement ce n’est pas grave mais il semblerait quand même que ce soit un peu contagieux. En effet, mes proches commencent à ressentir les mêmes effets 😊.

Récemment j’ai reçu, d’un site dont je vous ai déjà parlé et qui s’appelle tljc (tous les jours curieux), un message plutôt bien tourné sur le sujet. Vous pourrez le lire ici si ça vous intéresse. Du coup je me suis décidée à partager les quelques clichés que je gardais au chaud.

J’insiste, les photos ci-dessous m’appartiennent et n’ont pas été glanées sur internet! 😉 .

Bien avant la période de confinement, mon mari avait déposé un masque de bricolage sur cette petite caméra de surveillance et, en tournant la tête, j’ai cru voir vu un drôle de petit  robot casqué 😉.

Un autre jour, je nettoyais un pot de fleur et l’avais mis à sécher à l’envers quand j’ai vu ce regard malicieux…

…dont on peut dire qu’il faisait littéralement partie d’un  tri-pot  😉

On continue le délire avec la clé de la disqueuse déposée au sol dont j’ai eu l’impression qu’elle voulait chanter à tue-tête! (en clé de sol bien sûr).

Ce couvercle en verre, rangé à l’envers sur la marmite, me faisait un grand sourire juste avant de préparer le repas, comme pour m’encourager 😄.

Sortant de chez moi, ça continue…Quel est donc cet étrange animal dont la tête semble accrochée au mur comme un trophée de chasse?

Et ces maisons, vous les voyez, bouche bée ou…

…carrément petit animal mignon?

Je termine sur cette photo prise à Bruxelles de cet homme-nuage prêt  s’envoler, le poing levé, “vers l’infini et au-delà” 🤩 .

Et vous, avez-vous aussi quelquefois des accès de paréidolie ? Vous pouvez me l’avouer, on est entre nous 🤭

Continuer la lecture Et hop une nouvelle crise de paréidolie 😎

Brick a book 375 ✍🏻

C’est la dernière fois, avant une pause estivale, que nous avons reçu une photo du blog Brick a book afin d’écrire un texte qu’elle nous aura inspiré.

©Guillaume Lorain

Des fleurs rouges, il m’avait offert des fleurs rouges! Il savait pourtant que je n’aimais pas cette couleur et que chez moi tout était bleu.

“Oui mais ça me semblait plus approprié pour te demander de m’épouser” m’avait-il dit, plein d’espoir. “Et puis, c’est la fleuriste qui m’a dit que c’était la couleur de la passion”. Soit. Ça pouvait se concevoir mais quand même. Occultant la solennité de l’instant, ma contrariété grandissait. Pourrai-je seulement imaginer passer ma vie avec quelqu’un qui méprisait ainsi mes goûts? Pour moi le rouge est  la couleur du sang, de la douleur, et en plus cette couleur est terriblement agaçante à mes yeux, comme la muleta employée dans les corridas, tout ce que je déteste!

Et donc, il était là, un genou à terre, attendant ma réponse qui tardait à venir, un sourire niais plaqué sur ses lèvres.

Au fil des minutes qui s’égrenaient sans que je ne dise rien, je voyais ses lèvres s’arquer de plus en plus vers le bas; Son bras fièrement brandi avec le bouquet au départ commençait aussi à fléchir. Je ne savais quoi dire, comment lui expliquer qu’il s’était mépris sur mes sentiments. Je l’aimais bien mais le bien était de trop…

Bien sûr les pauvres fleurs rouges n’étaient pas responsables de mon refus qu’il commençait à appréhender de plus en plus mais c’était leurs pétales qui avaient fait déborder le vase.

Enfin il se releva, jeta le bouquet sur la table en se dirigeant vers la porte. Puis, il fit demi-tour et vint reprendre les fleurs en me jetant avec mépris “je ne voudrais pas que leur vue et la mienne t’importunent davantage”.

J’entendis la porte claquer violemment. C’est à ce moment que je me dis que je ne le verrais probablement plus et qu’un immense soulagement m’envahit, sans aucun remord pour la scène qui venait de se jouer.

Comme chaque lundi, je vous invite vraiment à aller voir sur Brick a book les autres textes imaginés à partir de la même photo. Vous serez surpris😊. 

Il n’y a pas que cet atelier qui sera en pause estivale puisque, en ce qui me concerne, je serai absente de mon domicile pendant quelques jours. 
La parution d’articles risque par conséquent d’être un peu plus erratique. J’ai bien dit risque 😉. Tout dépendra de la météo de l’endroit où je serai…

Continuer la lecture Brick a book 375 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Comme tous les samedis je joue avec Ma et le mot à illustrer en photo(s) cette semaine est le mot “caché“.

Je n’ai pas été bien loin pour chercher, et trouver, cette promesse de courgette jaune bien cachée sous les grandes feuilles de la plante.

C’est le moment d’aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont relevé le défi.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Balade estivale

Que faire quand il fait très chaud sinon se balader en cherchant les chemins ombragés?

C’est ce que nous avons fait hier dans le domaine du Sart-Tilman, pas très loin de chez nous. Un peu de nostalgie vite balayée sur les lieux de mon premier et de mon dernier emploi et c’est parti.

Nous commençons notre balade dans le parc du château de Colonster.

J’ai toujours aimé cette grille isolée sans jamais avoir su de quel ensemble elle faisait partie à l’origine. 

Ci-dessous, le château vu depuis l’arboretum.

Construit au XVIe siècle, remanié au XVIIe et après l’incendie de 1966, le château de Colonster accueille aujourd’hui des réunions de travail, congrès scientifiques et manifestations de prestige. 

J’ai une longue histoire avec ce château puisque c’est dans son parc que nous nous sommes rendus pour nos photos de mariage sous la neige, j’y ai eu par la suite de nombreuses réunions professionnelles et, enfin, c’est là que ma fille a reçu son diplôme de master.

L’arboretum, très bien entretenu, contient des arbres vraiment majestueux  qui attirent souvent les citadins en mal de verdure. L’aménagement actuel du parc date de la première moitié du XIXème siècle. Les châtelains transformèrent alors le site en parc anglais à la mode de l’époque. Parallèlement à la composition de lignes plus libres, le choix s’est étoffé avec les découvertes et les acclimatations d’espèces exotiques qui en font tout l’intérêt dendrologique. (source: panneau d’info dans le parc)

Quand on quitte le parc du château, les sentiers dans les bois environnants offrent une ombre bienvenue en cette saison. La multitude de chemins possibles, pour peu qu’on ait le sens de l’orientation, offre la possibilité de choisir le temps qu’on veut consacrer à la balade.

Je vous offre, ci-dessous, quelques moments choisis.

Je vous souhaite un très bon après-midi.

Continuer la lecture Balade estivale

Jetez l’encre ✍🏻

Le lundi c’est le jour de l’écriture mais Alexandra du blog Brick a book n’a pas proposé de photo comme déclencheur aujourd’hui. Or vous le savez, ou pas, je participe également à un atelier d’écriture en présentiel dans ma commune. Cet atelier s’appelle “Jetez l’encre“. Par la force des choses, celui-ci est également devenu atelier en ligne depuis le confinement. Vous suivez?

Donc, pour garder mes (bonnes?) habitudes, je vous propose un texte écrit dans ce cadre. 

La proposition d’écriture qui nous a été faite est la suivante:
Les aiguilles de toutes les horloges de la ville sont arrêtées. Type: récit fantastique ou non.

Pour ne pas écrire de billet sans photo, j’ai choisi le Gros Horloge de Rouen comme illustration.

Gros horloge (Rouen)

Ô temps! Suspends ton vol

On lui avait annoncé son cancer ce matin-même. Stade avancé, aucun espoir permis sauf celui d’employer au mieux les six mois qui lui restaient à vivre.

Loin de déprimer, il ressentait comme une urgence de vivre, de faire tout ce dont il avait rêvé et toujours reporté à plus tard. En homme organisé il avait commencé à lister ses envies, même les plus folles. Il n’avait plus rien à perdre, que du temps, et ça il ne le voulait pour rien au monde bien sûr.

Une phrase d’Alphonse Allais lui trottait sans arrêt en tête, comme un mantra : « Le tic-tac des horloges on dirait des souris qui grignotent le temps ».

La solution paraissait évidente mais comment la réaliser, comment arrêter ce tic-tac angoissant qui décomptait le temps jusqu’à la mort, SA mort ?

Il avait beau réfléchir, tourner et retourner le problème dans sa tête, il avait beau être un grand scientifique, un chercheur éminent, il fallait bien reconnaître qu’il n’avait jamais rien trouvé de révolutionnaire. Là, il y avait urgence, c’est de sa vie qu’il s’agissait. Lui, si cartésien, priait, mettait des cierges dans les églises, faisait des offrandes à toutes les divinités, il avait même fait le déplacement jusqu’à Lourdes ! Sans résultat…

Et puis un jour alors qu’il se morfondait se sentant prisonnier d’un grand labyrinthe sans sortie, il leva les yeux vers le clocher de l’église, prêt à déverser sa colère contre ce dieu qui ne l’écoutait pas, à se demander s’il existait même.

Incrédule il vit que les aiguilles avaient cessé de tourner. « Bah, encore une panne comme d’habitude » pensa-t-il.

Il alla un peu plus loin chez le bijoutier de la rue dont l’enseigne était une énorme horloge. Pareil, les aiguilles semblaient figées ! Il continua ainsi son chemin en allant partout où il savait pouvoir trouver des horloges visibles depuis la rue. Et partout les aiguilles étaient à l’arrêt. Il ne se tenait plus de joie, il avait été entendu. Par qui, il ne le saurait jamais mais sa prière avait été entendue. Il pensait que son temps de vie devenait ainsi infini ou, à tout le moins, prolongé du temps de repos des aiguilles.

Ainsi soulagé, il profita de la vie sans trop réfléchir, calmement mais intensément. Il ne se rendit même pas compte que les aiguilles avaient recommencé à tourner, 2 jours plus tard seulement après l’arrêt. En fait, dès que le satellite qui les pilotait avait été réparé par les techniciens responsables.

Six mois plus tard exactement, son souffle s’arrêta à son tour, comme les aiguilles, mais l’arrêt de celles-ci l’avait apaisé et changé avec bonheur sa manière de compter le temps.

Bonne journée à tou(te)s 😊

Continuer la lecture Jetez l’encre ✍🏻

Du côté de chez Ma

Le samedi je participe au défi de Ma: illustrer en photo(s) le mot ou le groupe de mots proposé. Cette semaine c’est le mot “marche(s)“.

Je n’ai pas eu besoin de beaucoup réfléchir pour choisir ce que j’allais vous montrer: les escaliers du Vieux Thiers dans ma commune.

Précieux lien entre le bas et le haut de la commune, ils sont anciens mais ont été rénovés et rendus plus pratiques (main courante et éclairage) il y a quelques années. Bien plus agréables à emprunter plutôt que de suivre le trottoir le long de la grand route ils invitent à une montée lente au rythme des 156 marches  inégales.

Si vous n’êtes pas trop fatigué par ces nombreuses marches, je vous invite à passer voir chez Ma comment les autres personnes ont illustré le mot de la semaine.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Voyage, voyage: Sancerre, un endroit di vin 🍇

Le nom Sancerre évoque le plaisir d’un bon vin mais la commune, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire est bien plaisante à découvrir également. (Wikipédia)
On sait que les viticulteurs sancerrois produisent un vin blanc sec issu de sauvignon blanc mais on sait moins qu’ils produisent aussi un rouge et un rosé issus du pinot noir.(Wikipédia)

A l’entrée de la ville, on voit directement la porte ci-dessous.

La Porte César

A proximité se trouve l'esplanade du même nom d'où on a une vue panoramique à 180° sur la vallée de la Loire, dominée de quelque 150 m. De là, on peut donc observer une bonne partie du Sancerrois. Au pied de la butte, Saint-Satur et Saint-Thibault, plus loin la Loire avec ses paresseux méandres, et, dans le lointain, une ligne bleue correspondant aux bois de la Puisaye. Ce point de vue permet d'avoir un aperçu du val de Loire, de la Champagne berrichonne et du Pays-Fort. Un panorama à couper le souffle !​

 (source)

Je vous invite à me suivre dans cette charmante commune où le plaisir de vivre n’est pas un vain mot  puisque même les tables de restaurant s’inspirent du traitement du vin 🍷.

C’est parti!

N’hésitez pas à faire défiler les photos ci-dessous…sans modération😊 

Je vous remercie de m’avoir accompagnée dans cette balade et vous souhaite une excellente journée 😊.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Sancerre, un endroit di vin 🍇

Brick a book 374 ✍🏻

Le lundi c’est le jour où je laisse divaguer mes doigts sur le clavier en regardant la photo proposée sur le blog Brick a book.

J’attends quelques instants que l’inspiration vienne puis je me lance…

Cette semaine il s’agit de la photo ci-dessous et le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture.

©Johnwestrock

L’endroit paraissait un peu glauque. Quelle mouche m’avait donc piquée quand j’avais proposé de rencontrer ce collègue en-dehors du boulot? Il était un peu bizarre mais attachant et il semblait avoir de très gros problèmes. Le voyant tellement désemparé, je m’étais approchée de lui et lui avait demandé si ça allait. Il m’avait regardée de ses grands yeux effrayés et avait fait non de la tête.

C’est le moment que choisit mon chef  pour me demander d’accomplir une tâche apparemment urgente. C’était toujours comme ça avec lui, quelle que soit l’importance de sa demande, il faisait sentir qu’il était le chef et ne comptait pas attendre. Pauvre type! Il ne voyait même pas quand ses “sous-fifres”, comme il disait, avaient des problèmes. Entre nous on l’appelait le DRH: destructeur des ressources humaines!

Je fis ce qu’il me demandait puis m’arrangeai pour approcher mon collègue en perdition et lui proposer de bavarder un peu après le boulot.

Il me donna une adresse dans un quartier que je ne connaissais pas en me disant “20 heures si c’est possible pour toi”.

C’est ainsi que je me trouvais devant cet établissement isolé dans une rue peu éclairée si ce n’est par les néons rouge sang. Les barreaux aux fenêtres m’évoquaient une prison et je sentais les battements de mon coeur s’accélérer méchamment. Je suais malgré la fraîcheur de ce soir d’hiver et me balançais d’un pied sur l’autre. 

L’intérieur ne m’attirait vraiment pas pas mais la rue me foutait carrément les jetons alors je décidai brusquement d’entrer. Et je le vis…assis dans un coin, le front barré d’un gros pli et se tordant les mains. Une bouffée de sympathie m’envahit et je sus que j’avais bien fait de venir. 

Arriverai-je à l’aider ou pas n’était pas le principal. A cet instant, le fait de l’aider à porter une partie du poids qui semblait l’écraser serait déjà une bonne chose.

Je ne suis bien sûr pas seule à proposer mes élucubrations sur Brick a book. Je vous invite donc à aller lire les autres textes que cette photo a inspirés et je vous souhaite une bonne semaine.

Continuer la lecture Brick a book 374 ✍🏻

Du côté de chez Ma

Le samedi on joue avec Ma en illustrant, en photo, le mot ou le groupe de mots proposé. Aujourd’hui il s’agit de jardin.

Un peu d’hésitation pour moi. Vous montrerai-je un jardin particulièrement admirable? Si oui je pense à Villandry bien sûr qui est pour moi une réalisation magnifique. Ou peut-être le Jardin japonnais de Hasselt? Plus intime et moins connu, le Jardin des Dietzs pourrait vous plaire… Ou peut-être  Métis? Mais j’ai déjà publié des articles sur ces beaux endroits, ça ferait un peu réchauffé pour les habitués de mon blog (il suffit de cliquer sur leurs noms pour (re)voir mes photos 😉).

Et si je prenais juste une simple photo de mon jardin, tel que je le vois par la fenêtre du bureau d’où je rédige mes billets? Bon, après ça ce ne sera plus un jardin secret mais partager cette vue ne lui causera pas de tort je pense, même si je tiens à mon intimité.

Manque de pot, le soleil ne joue pas vraiment le jeu alors ça paraît un peu terne mais je fais avec ce que j’ai sous les yeux.

C’est mon jardin et je l’aime tel qu’il est avec tout ce qui le compose: des fleurs, beaucoup de fleurs, quelques légumes en croissance dans des bacs potagers en hauteur (pour le dos 😉), de l’eau pour les nénuphars mais également pour le seul poisson dédaigné par le héron (mais où on trouve têtards, tritons et grenouilles en quantité), un kiosque où il fait bon recevoir les amis ou s’isoler pour lire quand il fait chaud et, trônant à l’avant-plan les bras ouverts, de quoi me poser agréablement au soleil en écoutant les oiseaux😎.

Et chez vous, il est comment le jardin? Miniature? Secret? De curé? D’Eden?…Filons vite chez Ma pour le découvrir et bien commencer le week-end 😃.

Continuer la lecture Du côté de chez Ma

Voyage, voyage: Argenton-sur-Creuse (F)

Nous n’avons pas séjourné à Argenton-sur-Creuse, tout au plus fait une halte de mi-journée en allant vers le Périgord, il y a déjà 4 ans, mais cette petite cité m’a laissé un bon souvenir. Comme souvent, j’ai regretté de ne pas avoir plus de temps à passer à cet endroit.

Ancienne place fortifiée, elle a évolué au fil des âges pour devenir une petite ville accueillante et dynamique, dont la modernité des quartiers s’harmonise avec l’authenticité des vieux quartiers du Moyen Âge.

Aussi nommée la “Venise du Berry”, Argenton vit au rythme de la Creuse. tantôt calme et sereine, tantôt tourbillonnante et animée.

Je vous invite à une balade le long de l’eau.

Le vieux pont enjambant la Creuse

On peut encore aujourd’hui admirer quelques belles maisons médiévales, de vieilles maisons à galeries et à balustrades charpentées de toits cuivrés et gris ardoise.(source)

Un incontournable d’Argenton est la chapelle de la Bonne Dame que je vous montre ci-dessous.

La chapelle, qui domine toute la ville avec sa monumentale statue dorée, est visible de loin. C’était, à l’origine, la chapelle du château médiéval. Détruite, reconstruite, diminuée, elle est enfin réhabilitée à la fin du XIXe siècle et fait l’objet d’un pèlerinage, en souvenir de l’épidémie de peste de 1630. Elle étend toujours son bras droit sur la cité, le gauche soutenant l’enfant Jésus. La montée jusqu’à la chapelle demande un effort mais on est récompensé par une vue splendide sur la ville et la Creuse.(source)

On voit de loin la chapelle mais le clocher de l’église Saint-Sauveur est bien présent également.

On le voit aussi de très loin…

Du bord de la Creuse...
...ou en déambulant dans la ville

Remarquable également, cet hôtel particulier, érigé au XVe siècle, il se situe dans la rue Duperthuis. Sa tour en façade lui donne l’allure d’un vieux château de contes de fées.

Tout comme cette porte gothique qui orne la façade d’une demeure bourgeoise (XVe – XVIe siècle) au décor de style gothique flamboyant, dont une belle fenêtre à croisée simple et une arcade surbaissée qui permettait d’accéder à la boutique. La porte est ornée de pinacles et de feuilles de choux.

Une place accueillante où il fait bon flâner au soleil:

Je pense intéressant de mentionner également que

La blanchisserie est une tradition bien établie dans la Vallée de la Creuse ! A partir du 19ème siècle les vêtements sont fabriqués en série et la ville connaît un essor fulgurant dans le domaine de la confection. Le Musée de la Chemiserie et de l’élégance masculine nous rappelle, dans une scénographie moderne, le souvenir des chemisières et filatures qui rythmaient la vie de la vallée… (source)

Malheureusement je n’ai pas eu le temps de le visiter. Une prochaine fois peut-être…

On se retrouve bientôt pour d’autres balades 😎

Continuer la lecture Voyage, voyage: Argenton-sur-Creuse (F)