Voyage, voyage: Valkenburg (2), Pays-Bas

Comme promis, voilà la suite de cet article dans lequel je vous ai réservé le meilleur pour la fin puisque je vous emmène carrément dans la Grotte de Velours  

Dans cette grotte, où règne une température constante de 12°c, on trouve un grand nombre de fresques murales, des inscriptions et des sculptures dans la marne. On y trouve même une chapelle romantique du XVIIIème siècle.

La Grotte de Velours se compose de différentes galeries qui sillonnent les ruines du château en souterrain. Elles furent probablement créées au XIème ou au XIIème siècle, lors de la construction du château. Ce véritable dédale de galeries s’est formé lors de l’extraction de la marne, pierre de calcaire et d’argile qui a servi à bâtir le fort. Ces passages secrets constituaient des issues de secours idéales pour les chevaliers, qui pouvaient ainsi fuir le château en état de siège et surprendre l’ennemi en l’attaquant. Les Brabançons, lors de leur attaque du fort, ne comprenaient pas comment les habitants du château pouvaient trinquer autour de nombreux banquets malgré le siège. Ceux-ci s’échappaient en réalité de la forteresse par la Grotte de Velours, afin d’aller se ravitailler dans l’arrière-pays. Plusieurs inscriptions et peintures murales contribuent à l’atmosphère mystérieuse de la grotte. Des bas-reliefs aux formes étonnantes sculptent également la paroi de marne. Une chapelle romantique de l’époque française remonte au XVIIIème siècle. La grotte abrita les habitants de la ville et les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation allemande.(source)

A cette époque-ci de l’année, s’y tient un très beau marche de Noël, exceptionnel vu le nombre de galeries. Ces dernières ont été créées par les carriers qui découpaient les blocs de marne à la scie (les ‘blokbrekers’) pour la construction notamment du Château de Valkenburg. (source)

Ci-dessous, quelques-unes des oeuvres que l’ont côtoie dans la grotte  de velours

Ci-dessous, un dragon sculpté à même la marne

Et, pour terminer cette visite en beauté, la chapelle romantique du XVIIIème siècle

On comprend que le Père Noël se sente bien dans cette grotte pour déchiffrer les listes de souhaits…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Valkenburg (1), Pays-Bas

La commune de Valkenburg (Fauquemont en français) se situe dans le sud du Limbourg néerlandais.

Je profite de l’occasion pour vous rappeler/apprendre que les Pays-Bas sont constitués de 12 provinces dont 2 seulement portent le nom de Hollande. Il est donc faux de désigner les Pays-Bas sous le nom de Hollande et les habitants sous le nom de Hollandais au lieu de Néerlandais.

En route donc pour  Fauquemont-sur-Gueule (la Gueule est un affluent de la Meuse).

Un peu d’étymologie pour commencer, Valkenburg vient de valken=faucons et burg, déformation de berg=mont , Fauquemont signifie également le Mont des Faucons. Il est donc facile d’imaginer que nous sommes à un endroit où se trouvent de nombreux faucons. Il doit bien en traîner quelques vrais aussi mais ça, c’est une autre histoire .
En été vous pourrez assister à de beaux spectacles de rapaces dans les ruines du château.

Mais ça c’est pour dans quelques mois, la période actuelle étant plutôt axée sur Noël, et pour ça aussi Valkenburg est un endroit où on trouve de nombreuses animations sur ce thème.

Nous nous baladons d’abord un peu dans le village. Ci-dessous, vue de la Gueule (oui je sais, ça fait drôle)

Ci-dessous, une des 2 portes d’entrée datant de l’époque médiévale

Ci-dessous, la Porte de la Gueule (rien à voir avec la porte dans la gueule, ce qui arrive quand on regarde par le trou de la serrure!)

Ci-dessous on peut voir une partie et un détail de la Wihelminatoren ainsi que les ruines du château que l’on surplombe quand on est au pied de la tour.

La tour Wihelmine est une tour de guet d’une trentaine de mètres de haut. Elle est accessible par une passerelle ou un téléphérique au départ du centre-ville. La tour en forme de fusée a été construite en pierre de tuffeau, abondante dans la région comme nous le verrons plus tard, et a quatre contreforts surmontés de faucons sculptés.(source)

Ci-dessus, un groupe de statues en bronze, dans une rue de Valkenburg. Theodoor Dorren (1857 – 1937), l’homme qui tient le panneau, vivait là dans ce paysage morne où ne se trouvaient que de petits villages insignifiants, au milieu de pâturages maigres et presque déserts, les ruines de l’autrefois si imposant château servant maintenant de terrain de jeu pour les enfants. C’est grâce à ce personnage que Valkenburg est devenu un lieu de renommée internationale. Theodoor Dorren a véritablement été le re-créateur de sa ville natale, lui le self-made man, n’ayant connu d’autre instruction que celle de l’école primaire du village. (librement inspiré de ce texte). 

Continuer la lecture
Fermer le menu