Brick a book 337

Ce lundi c’est l’image ci-dessous qui nous est proposée par Alexandra comme déclencheur d’écriture sur son blog Brick a book.

©Samuel Zeller

 

Et voici les mots qu’elle m’a inspirés:

Bien vu!

Ils étaient là, tous mes chéris. Certains se dirigeaient vers la terre ferme tandis que d’autres s’en éloignaient. Mais tous apparaissaient et s’évanouissaient en même temps! Sans logique aucune, comme dans un rêve.

Sauf que j’étais bien éveillée! La douleur ressentie en me pinçant le bras tout à l’heure m’avait confirmé la chose: je perdais peut-être la raison mais j’étais bien éveillée, ça au moins c’était certain.

J’avais beau agiter les bras, crier à perdre mon souffle, aucun d’eux ne me regardait. Si au moins je n’avais pas la jambe dans le plâtre, je pourrais aller vers eux, pour les rejoindre mais surtout me rassurer. Mais non, il avait fallu que je trébuche sur le bord du muret où j’avais sauté. Comme si soudain celui-ci s’était mis à onduler! Et bien sûr cela était arrivé le deuxième jour des vacances en Bretagne. Si seulement ç’avait été le dernier, j’aurais non seulement pu profiter pleinement de notre séjour pour me défouler et enfin bouger comme je le faisais bien trop peu à mon bureau mais j’aurais même bénéficié de quelques jours supplémentaires de congé jusqu’à ce que je puisse conduire ma voiture et aller au boulot.

Bref, le temps passait et je le trouvais trop lent à égrener ses minutes. C’est que j’en avais marre de rester toujours en arrière du groupe ou sur un banc où on m’aidait à m’installer comme si j’étais à moitié grabataire alors que j’avais à peine 50 ans…

Pendant ce temps mon mari et les enfants escaladaient les rochers, jouaient à s’éclabousser, faisaient le plein d’iode, rigolaient,… Après, en me rejoignant, ils ne manqueraient pas de me raconter comme ils s’étaient bien amusés.  Pas comme moi, ça c’est certain, moi j’étais comme un crabe échoué sur le dos et qui n’arrive pas à bouger.

Enfin, il me semblait qu’ils faisaient mine de revenir vers moi. « Pas trop tôt », me disais-je en ayant l’impression d’être restée une éternité sur ce banc bien trop dur. Bref, je n’avais pas le moral et je devais me forcer à arborer un sourire malgré tout.

« Ça va? », me demanda directement mon époux. « On a essayé de ne pas te laisser seule trop longtemps. En plus il ne faisait pas très chaud et l’eau qui clapote près des rochers fait un bruit incroyable: je suis sûr qu’on n’entendrait même pas une corne de brume! »

En claudiquant comme je pouvais jusqu’à la voiture, mon amertume se tassa un peu et je me rappelai, enfin, le rendez-vous de l’après-midi chez l’ophtalmologiste qui devait confirmer la date de mon opération de la cataracte…

 

Et si vous m’accompagniez pour voir les écrits des autres sur Brick a book?

Cet article a 6 commentaires

  1. Bonjour Bernadette !
    Jambe dans le plâtre et cataracte ! … En voilà un joli cocktail de vacances !
     » Bien vu !  » ma foi !
    Bonne journée et bonne semaine !
    Pierre

    1. Bah, il y en a qui n’ont pas de chance 😉
      Sinon moi ça va et j’espère que toi aussi 🙂
      Bonne journée.

  2. C est du vécu ?

    1. Pas du tout, fiction complète 😉
      Bonne journée.

  3. Petite cause., grande conséquence. J.espère que tu as passé meilleures bonnes vacances ! A bientôt.

    1. L’effet papillon… Je confirme que mes vacances ont été bien meilleures 😉
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :