L’agenda ironique de février

En cette fin février, c’est Frog qui pilote l’agenda ironique du mois.

Voici les consignes à suivre telles que je les ai comprises mais le mieux est d’aller voir directement chez ( Frog 😉 )

  • nous endosserons cette fois la peau d’un dragon
  • un objet attire notre convoitise mais un importun nous empêche de nous en emparer
  • nous devons nous débarrasser de cet importun mais sans recourir à cette vilaine habitude de cracher du feu
  • pour corser un peu les choses, nous glisserons dans notre texte les 3 mots suivants: baragouin, buffle et méphitique (dont, je dois bien l’avouer, je ne fais pas un usage quotidien).

Ceci étant dit, je vous propose le texte que j’ai  rédigé dans ce cadre. Comme je publie à la dernière seconde ou presque, vous ne devrez pas attendre longtemps avant d’aller voter, sur le blog de Frog, pour votre texte préféré avant le 27 /2/2021.

Esdragon

Dès sa naissance, sa maman avait directement su qu’il ne ressemblerait jamais à ses autres enfants. Quand l’œuf avait éclos et qu’elle s’était précipitée pour renifler son nouveau-né avec son vieux nez à elle qui en avait senti bien d’autres, elle avait fait une vilaine grimace.

Ce bébé-là sentait la verdure ! En secret elle décida de le baptiser Esdragon mais n’en dit rien aux autres mamans de la communauté. Pour cacher cette particularité, elle enveloppa Esdragon et s’en alla bien vite le rouler dans les marécages afin qu’il dégage, comme les autres une odeur moins fraîche, plus nauséabonde, en un mot méphitique.

En plus d’avoir une odeur différente, on ne comprenait jamais rien de ce qu’il disait. Il susurrait des sons et tous tendaient l’oreille sans savoir si c’étaient des sons suaves ou si ses récits s’inspiraient des sagas sataniques islandaises mais il semblait souffler dès qu’il ouvrait la gueule. Tsssssss !

Bref Esdragon s’était, dès sa plus tendre enfance, retrouvé au ban du régiment des dragons. Pauvre de lui…

Il était par la force des choses devenu très solitaire et un jour qu’il errait sans but il vit un drôle d’animal errer dans la forêt.

On aurait dit un bison mais à l’école des dragons le maître avait dit qu’ils avaient disparu de la surface de la terre. Il s’approcha un peu plus, sortit de sous son aile le téléphone portable offert par sa maman pour lui faire un peu oublier son isolement, le prit en photo, lança la recherche sur Gougueulededragon et lut « buffle d’Afrique ».

L’animal avait l’air placide et, en s’approchant, Esdragon vit sur son épaule un petit être minuscule joliment étendu au soleil. Sa maman lui disait tellement souvent qu’il rêvait de coquecigrues qu’ il se frotta les yeux avant d’oser parler.

    • Ssssalut ! T’es qui toi ?
    • Moi, répondit la créature, on m’appelle libellule mais certains disent aussi dragonfly, j’aime bien ce nom.
    • Ççççça c’est drôle ! Moi je m’appelle Esdragon. Je me demande si nous sommes parents.

Libellule, l’air moqueur, regarda Esdragon et lui dit qu’elle serait fort étonnée si c’était le cas tant leurs différences étaient nombreuses.

    • Regarde comme mes ailes sont gracieuses et d’une finesse incroyable. Le soleil leur donne de magnifiques reflets irisés. Tandis que les tiennes sont moches, épaisses et caoutchouteuses.

Malgré tout, un courant de sympathie circula rapidement entre eux et ils commencèrent à se balader ensemble dans la forêt. C’était un drôle d’équipage qu’Esdragon et Dragonfly qui rigolaient en se tapant sur le ventre.

La libellule, un peu paresseuse, profitait de la grande taille de son ami pour lui demander de la nourrir sans qu’elle ait à bouger une aile. On voyait ainsi, à longueur de journée, Esdragon fouiller les buissons à la recherche de mouches, sauterelles, fourmis ailées, … pour satisfaire la gourmandise de son amie.

Jusqu’au jour où un étrange animal sauta brusquement sur un nid de mouches que s’apprêtait à emporter notre ami dragon ! Esdragon ne l’avait pas vu, à croire qu’il s’était camouflé dans le feuillage. Imperturbable, Léon le camé, car c’était de lui qu’il s’agissait, continuait à avancer placidement en marmonnant dans les replis de sa peau qui avait l’air bien trop large pour son corps comme s’il s’était trompé de taille au magasin de peau.

Ne comprenant pas un mot du baragouin de l’animal mais fort en colère de s’être vu ainsi dépouillé du repas réservé à son amie, Esdragon sans réfléchir mit une patte sur le caméléon et sproutch ! l’écrasa sans sommation.

Esdragon se tenait à ce moment dans la posture de Saint-Georges terrassant son grand-père ! La fierté se lisait dans ses grands yeux verts. Pour la première fois de sa vie, il se sentait enfin utile à quelqu’un. Dragonfly, qui savait que le caméléon aurait aussi pu la gober comme une mouche voua à Esdragon une reconnaissance infinie jusqu’à la fin de ses jours.

Ils vécurent longtemps heureux ensemble même s’ils n’eurent bien sûr jamais d’enfants.

J’espère que l’histoire d’Esdragon vous a distrait et je vous invite à passer chez Frog lire les autres textes de dragons et bien sûr  d’y passer une nouvelle fois demain pour voter 😃.

Rendez-vous en mars pour le prochain agenda ironique. 

Cet article a 20 commentaires

  1. Géhèm

    Dès que j’ai lu Esdragon, j’ai pensé à Gotot. J’attendrai… un moment de loisir pour lire la suite. https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

    1. Photonanie

      Je suppose que tu as voulu dire Godot https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif
      Si c’est ça, tu as le temps, il y a presque 70 ans qu’il attend https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  2. Pierre

    Bonjour Bernadette !
    ça c’est de l’aventure dragonesque ! Tu ne racontes pas de salade sur Esdragon !
    Et en plus il y a une grande histoire d’amour ! Que demander de plus ?
    Bon lundi avec ou sans dragon !
    Pierre

    1. Photonanie

      Je pense plutôt au poulet Esdragon https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif mais ce n’est même pas encore l’heure de l’apéro https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

  3. Geneviève Hubinon

    Histoire cocasse , beau conte avec des animaux sympas ou non et des anachronismes bien vus !
    Bonne journée, Bernadette.

    1. Photonanie

      Merci Gene. Tu vois que je ne lâche pas tout à fait la plume ou plutôt le clavier https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
      Bonne journée à toi.

      1. Geneviève Hubinon

        En effet ! Super !

  4. Mo

    Bonjour Bernadette,
    Il est adorable ton petit conte. Un dragon végétarien sans doute qui a comem copine une libellule qui, elle, est plutôt carnassière… ;-)
    Bravo!
    Bonne journée à toi,
    Mo

    1. Photonanie

      Merci Mo. Bonne fin de journée (j’ai commencé l’arrachage dans la rocaille, il fait tellement beau https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif)

  5. gibulene

    Beaucoup d’humour dans cette improbable rencontre ! je retiens le sproutch que derniersoupire le caméléon Mais il est un peu dindon de la farce avec sa libellule profiteuse, non ? enfin s’ils sont heureux, on en redemande !!!

    1. Photonanie

      Un dragon-dindon, que voilà une étrange bestiole ;-) Et si en plus il est en couple avec une libellule profiteuse la chose se corse. Et si on voyait seulement la force du sentiment qui les lie?
      Par crainte du sproutch, je n’ai pas cherché à m’en mêler davantage https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  6. Frog

    En même temps si Léon s’était moins camé, il aurait peut-être remarqué qu’un dragon le précédait sur les lieux et ainsi évité cette triste fin. :D Merci beaucoup Photonanie pour cette jolie histoire pleine de clins d’oeil ! J’aime beaucoup ton dragon avec son cheveu sur la langue.

    1. Photonanie

      Merci de ton passage Frog. As-tu senti l’odeur d’herbe de mon dragon? C’est une odeur de début de printemps…mais c’est peut-être aussi ce qui a attiré Léon :-)

  7. Véronique

    Il sentait super bon le printemps ton dragon, et avec dragonfly dans l’histoire, un beau détournement plein d’humour . Finiront-ils sous l’esdredon? L’histoire n’en dit pas plus… ;) Un bon moment, merci Photonanie

    1. Photonanie

      L’hiver a été long et nous avons besoin de légèreté :-)

  8. Emmanuel

    Belle écriture. Je reste un choqué par la violence du dénouement. J’aurais préféré une libellule végan.

    1. Photonanie

      Elle y travaille avec les encouragements d’Esdragon ;-)

Laisser un commentaire

https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
https://photonanie.com/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.