Brick a book 383 ✍🏻

Comme chaque lundi, je participe à l’atelier d’écriture en ligne sur Brick a book.

Le principe? Une photo sert de déclencheur d’écriture et on laisse vagabonder son esprit et ses doigts sur le clavier pour écrire une courte histoire.

Cette semaine c’est la photo ci-dessous qui donne le ton 😉.

©Saso Tusar

Je n’aurais jamais dû boire autant! Chaque année c’était pareil, ma grand-mère voulait absolument rassembler toute la famille la veille de la Toussaint. Moi, ça me barbait tellement que, non seulement je m’empiffrais des nombreux plats proposés  mais en plus je les arrosais copieusement grâce aux grands crus sortis de la cave familiale pour l’occasion.

Mon grand-père était un fin connaisseur en œnologie et il avait passé sa vie à accumuler d’excellentes bouteilles au fil des années. Depuis son décès, grand-mère nous gâtait en disant que  depuis que Pépé était parti rien n’avait plus d’importance dans sa vie que notre rassemblement annuel.

Oh nous nous voyions souvent entre cousins mais rarement tous ensemble comme chaque 31 octobre.

Le rituel état immuable, nous passions tous la nuit dans la grande maison qu’avaient fait bâtir mes arrière-grands-parents de manière à être ensemble au moment de partir au cimetière tout proche fleurir les tombes de la famille. Après le repas nous nous étions dispersés. Certains avaient sortis les vieux jeux de société usés par les nombreuses parties qui avaient jalonné nos vacances communes chez nos grands-parents.

Préoccupée par un souci au travail, je n’avais pas souhaité me joindre aux autres et je m’étais éloignée, un verre dans une main et les trois-quarts d’une bouteille entamée dans l’autre.

Je m’étais finalement assoupie dans la véranda agréablement chauffée. Au petit matin, le soleil qui se levait avait paré le ciel de couleurs chaleureuses. J’étais un peu vaseuse, plus tout à fait endormie mais pas tout à fait réveillée quand je vis sauter sur le toit vitré une silhouette qui m’effraya et me sortit brusquement de ma torpeur.

Il paraît que j’ai poussé un hurlement tellement inhumain que j’ai réveillé d’un coup toute la maisonnée. 

C’est quand j’ai vu les têtes hirsutes et les mines inquiètes de mes cousins en pyjama autour de moi que j’ai vraiment pris conscience du comique de la situation.

Un fou-rire irrépressible m’a empêchée pendant plusieurs minutes d’expliquer que c’était Oscar le vieux gros matou de  Mémé qui m’avait tellement effrayée. Il faut dire que mon hurlement l’avait fait fuir au diable Vauvert ce qui finalement n’était que normal à la fin de cette nuit de Halloween!

Votre lecture terminée, je vous invite à vous rendre sur Brick a book pour découvrir les autres écrits inventés au départ de la même photo. C’est souvent très étonnant de voir où chaque écrivant(e) aboutit alors que nous partons tous de la même photo…

Bonne semaine 

Cet article a 8 commentaires

  1. Geneviève Hubinon

    Belle histoire d’ Halloween avec un chat, finalement très sympa ! Je me souviens de l’ histoire de l’ an passé ( la première ??) avec un yeti pas gentil . Bon Lundi !

    1. Photonanie

      Bonne mémoire Gene, tu n’as pas oublié mon yéti pas gentil qui n’était quand même pas trop effrayant 😉
      Bonne journée.

      (pour les autres visiteurs, ne cherchez pas, l’histoire du yéti n’a pas été publiée sur mon blog 😉 )

  2. Leodamgan

    Bonjour,
    Bravo pour cette petite histoire dont je ne voyais pas le rapport avec la photo avant les toutes dernières lignes. La chute était imprévisible à souhait!
    Bonne soirée,
    Mo

  3. Pierre

    Bonjour Bernadette !
    Belle imagination: chat me botte !
    Bonne journée et ne picole pas trop !
    Pierre

    1. Photonanie

      Toujours avec modération en ce qui me concerne 😉
      Bonne journée près du porche aux oiseaux

  4. Kroum

    L’alcool, c’est avec modération Phonanie. Très joli texte plein de suspens jusqu’à la chute. On ressent qu’on est à la période des fantômes. Bravo!

    1. Photonanie

      Bien sûr Kroum, toujours avec modération, on voit les effets en cas d’excès 😉

Un commentaire quel qu'il soit, ou presque, me fait toujours plaisir...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.