C’est la saison des allergies mais pas que… 🤧

Chez moi c’est aussi le moment d’une crise de paréidolie! Une de plus…Oh ce n’est pas grave mais vu que je circule beaucoup plus en été, forcément les effets se manifestent davantage…

Je vais donc vous livrer les images qu’a fait jaillir dans mon esprit ramolli par la canicule cette nouvelle crise afin de voir si vous aussi vous êtes atteints.

Il suffit de cliquer sur les vignettes ci-dessous pour voir les photos en grand. Ce sont souvent des visages qui m’apparaissent mais aussi des animaux (escargot, papillon).

La dernière image m’a irrésistiblement évoqué Pinocchio, allez savoir pourquoi…

Et n’ayez crainte, il semblerait que ce ne soit pas contagieux, quoique…

Continuer la lecture
Ça faisait longtemps que j’allais mieux… 😏

Et puis soudain, ça m’a repris! Quoi? Mais une crise de paréidolie bien sûr 

Il paraît que la paréidolie tient de la neurophysiologie de la perception, dit comme ça, ça pourrait faire peur  Mais bon, il semble que ce soit assez banal surtout que je ne suis pas la seule à avoir ce genre de visions. La preuve, cet article plutôt amusant dont je ne me souviens plus si je vous ai déjà parlé ou pas…

On y va pour le partage?

(un p’tit clic sur les images pour voir en grand 😉)

Et, vous, voyez-vous aussi tous ces visages, museaux, profils que moi je vois un peu partout?

Continuer la lecture
L’anamorphose paréidolique…🤨

Mais non je ne suis pas atteinte d’une pathologie contagieuse, n’ayez crainte…

En fait j’ai reçu une vidéo sur des oeuvres urbaines que je trouve vraiment très chouettes et j’ai eu envie de les partager ici. Il s’agit de dessins improvisés dans les rues par David Zinn (Michigan) selon un processus appelé «anamorphose paréidolique» ou «paréidolie anamorphique». Zinnart, vous avez dit Zinnart? Comme c’est étrange…

Vous ne m’en voudrez pas si ni la vidéo ni les photos qui la composent ne sont de moi. Mais bon, on sort à peine de la période fatigante des fêtes de fin d’année alors on va s’y remettre doucement si vous  le voulez bien.

En guise d’introduction, je vous propose simplement une traduction approximative des écrits trouvés à propos de cet artiste.
David Zinn embellit les rues par son art: ses créatures imaginatives sont toujours improvisées et réalisées à partir de craies colorées, de fusains et d’objets trouvés dans la rue elle-même.
Ses seules limites: son imagination et la taille du trottoir.
David Zinn a fait le tour du monde avec son art époustouflant qui fait sourire les passants.

En fait, il voit simplement le monde différemment et chaque fissure est un début unique pour une œuvre d’art impressionnante.
Ces grands dessins sont généralement emportés par la pluie … mais (heureusement!) les photos les capturent pour l’éternité.

Jean de la Fontaine a dit « Pour me rendre heureux, un sourire peut suffire », j’espère que mon partage aura au moins provoqué le vôtre…

Continuer la lecture
Et hop, une nouvelle crise!

Si ça continue je vais perdre la face! Et pourtant est-ce ma faute? Non certainement pas puisque c’est moi la victime de ces crises de paréidolie!

Donc si on considère que je ne suis pas responsable, que ça m’amuse et que, comme je partage volontiers, ça pourrait bien vous faire sourire aussi alors, il est où le problème ?  Et bien il n’y en a pas et c’est très bien ainsi 

Bon alors on va voir si vous êtes aussi dérangé de la ciboulette que moi (c’est pas la peine de s’énerver, je sais bien qu’on dit ciboulot mais j’ai décidé de réagir contre la trop grande place du masculin dans le vocabulaire et de féminiser quand c’est possible, mais, dans ce cas-ci, juste un brin  )

Ce qui serait chouette, ce serait que vous me disiez si vous voyez autre chose que moi, ok? On pourrait ainsi faire avancer la recherche sur cette maladie rare qu’est la « paréidolite aiguë » 

Ne sont-ils pas trognons ces minois vus en plein champ?

Et le petit fantôme souriant, l’auriez-vous repéré au pied de son arbre où il vivait heureux?

Ci-dessous, moi je vois une tête d’animal, un chien peut-être…qui n’a pas l’air bien méchant, c’est le principal.

Je dois vous faire un dessin…ou pas?

La voyez-vous aussi cette belle alanguie qui tend ses jambes au soleil au bord de l’eau?

Et ben mon cochon! J’espère que tu as échappé à la peste porcine 

Mais qui lui a tapé sur le crâne jusqu’à l’aplatir? Il en a les yeux tout tristes et le nez chiffonné (chiffonnez?) …

Bon, d’accord, son copain n’est pas mieux loti (non je n’ai pas parlé de pierre loti(e)!

Ce caribou ne manque pas de piquant(s)!

Tiens, une autre benne qui tire la tête celle-ci.

Le profil de Bart Simpson himself sur la route! 

Le même modèle de benne que le précédent mais au teint olivâtre cette fois…on a dû lui balancer quelques saloperies je pense…

Ce pignon de maison me faisait les yeux doux en battant des cils à chaque fois qu’on passait devant ♥️

Rencontré en chemin, ce pauvre personnage fort cerné m’a fait pitié.

J’ai manifestement pris par surprise les maisons-jumelles ci-dessous: elles en sont restées bouches bées! 

Comment ne pas trembler face aux petits yeux chafouins de cet engin!

Même le gsm/gps nous offre un profil souriant à gros nez! Je crois que la crise s’intensifie et que je suis de plus en plus atteinte. Vite, vite, qu’on trouve l’antidote…ou pas!

Et un dernier « vert » pour la route! Quand je pense que depuis plus de 100 ans tout le monde connait le « Cri » de Munch et que, sans moi, l’oeuvre de la nature ci-dessous serait restée ignorée je me demande ce que font les critiques d’art 

Je rappelle que toutes les photos sont personnelles et je vous donne rendez-vous à la prochaine crise 

Continuer la lecture
Encore une petite crise (et je ne sais toujours pas si c’est contagieux!) 😷

Une crise de quoi? Mais de paréidolie bien sûr! Ça me prend comme ça de temps à autre, je ne sais pas pourquoi sauf cette fois-ci où je sais précisément ce qui a provoqué la crise: un passage sur ce blog!

Du coup, l’idée de partager mes dernières trouvailles en date a pris forme. Je vous note ce que j’y ai deviné, à vous de me dire si vous pensez pareil ou pas du tout… 

Continuer la lecture
Une nouvelle crise de paréidolie!

Et le pire c’est que cette affection ne se soigne pas, au contraire, je vois de plus en plus de « choses » 

Souvent je suis seule à voir ces faces, ces animaux, ces personnages,… c’est pour ça que je les partage ici de manière à savoir si l’épidémie de paréidolie se propage ou pas…

On regarde mes dernières « visions » et vous me dites ce que vous en pensez?

Les faces

Les animaux

Dites-moi si vous comprenez mes délires même si je suis vraiment incurable… 😉

Continuer la lecture
Ardèche (8): le bois de Païolive

Le bois de Païolive, forêt de roches pétrifiées et de chênes blancs, est un véritable labyrinthe naturel dans lequel la balade ombragée est fort agréable et les rencontres, à chaque tournant, de formes identifiables à des animaux fantastiques (il suffit d’un peu d’imagination) ne manquent pas d’étonner les promeneurs.

Malgré son nom, dont l’origine reste inexpliquée à ma connaissance en tout cas, le bois de Païolive ne contient pas d’olives mais est le deuxième site le plus visité en Ardèche (plusieurs milliers de personnes chaque année) après le Pont d’Arc.

Un petit clic sur les miniatures ci-dessous:

Le bois est un territoire naturel remarquable et possède une biodiversité exceptionnelle (arbres, flore, faune). Restez discrets lors de vos balades afin de ne pas trop perturber les différents habitants de cette zone naturelle sensible. Il est important de veiller à ne pas bouleverser ce que nous offre la nature. 

L’alliance de la roche et du végétal dans ce lieu sauvage et mystérieux, suscite l’imagination chez les petits comme les grands… Façonnées par les eaux de pluie à l’époque jurassique et crétacée, les roches blanches du « Bois des fées » forment un chaos calcaire surprenant et mystérieux où vous aurez le plaisir de rencontrer une  » tortue « , un  » éléphant « , un  » ours  » ou encore un  » lion  » au cours de vos aventures (Natura 2000).
Le Bois de Païolive fut sous Richelieu un refuge pour les protestants et les bandits de grand chemin.
Gardez à l’esprit que vous vous trouvez sur un site classé et sur des propriétés privées, discrétion et respect seront votre meilleur pass.(source)

Continuer la lecture
C’est reparti pour une crise!

Pour certains le printemps est synonyme du retour des allergies mais pour moi, quelle que soit la saison, je fais des crises subites de paréidolie ! Là où il n’y a rien pour les gens normalement constitués, pour moi il y a des formes, des visages, des personnages,…

Mais après tout, si ça m’amuse et même si c’est contagieux, où est le problème?  La vie est trop courte pour qu’on ne s’amuse pas de petits riens qui feront mieux ressortir les grands bonheurs 

Je vous livre donc avec plaisir mes derniers délires…

Voyez-vous le dinosaure devant cette maison?

Et cette grosse tête torturée, vous la devinez?

Cette vilaine sorcière au menton en galoche, aux grands yeux enfoncés et au long nez m’a longtemps narguée dans la haie pendant que je déjeunais dans la cuisine…

Je me suis récemment rendu compte que ce détecteur de présence dans le dressing pleurait de rire à chaque fois qu’il me voyait apparaître…

De l’enduit pour lisser des imperfections au sol et paf! involontairement apparaît une tête de canard, c’est dingue non?

Ici je vois des profils de visages…

Un serpent? Le monstre du Loch Ness?

Les doigts de pied en éventail…

Je terminerai par ce « visage » souriant photographié au gsm à travers le pare-brise. non, ce n’est pas moi qui conduisais 

Continuer la lecture
Balade automnale dans la Charmille

Aujourd’hui, profitant d’un timide soleil, je suis partie me balader dans les bois, pas trop loin de chez moi, dans un bel endroit appelé la Charmille.
C’est Simon des Marets, receveur général du prince-évêque de Liège, qui fit édifier un ensemble comprenant un château et des dépendances au début du XVIIe siècle. La charmille fut érigée en 1885 par J. R. Nys, un ancien industriel devenu rentier.

dsc_0073-2-copier

L’endroit porte un nom bien de saison et nous met directement dans l’ambiance…

dsc_0074-2-copier

Il a bien plu les derniers jours et la pluie a laissé derrière elle des miroirs naturels reflétant joliment les arbres du chemin.

dsc_0075-2-copier

Ce très bel arbre, dans lequel une rechute de paréidolie me fait voir un personnage de profil avec un long nez fin, est bien mis en valeur par les deux piliers qui  guident mon regard.

dsc_0077-2-copier

Un panneau, à l’entrée, nous explique que nous allons voir une charmille ne manquant pas de…charmes yeux2 .

dsc_0078-3-copier

Impressionnante et jolie cette charmille, vous ne trouvez pas?

dsc_0079-2-copier

Un des charmes a tellement charmé une pièce métallique qu’il l’a engloutie et, du coup, le bois s’est déformé au point de ressembler (à mes yeux) à une partie de tête d’éléphant!

Plus loin, je rencontre des charmes enlacés ou fusionnés…serait-ce pour ça qu’on les appelle « charmes »? vil2_roucouler

dsc_0086-2-copier

Au bout de la charmille, on aperçoit à nouveau le ciel tout entier et cette croix de pierre dont l’emplacement m’ étonne avant la découverte de l’info ci-dessous…

 Madame de Behr née Victoire
                           Épouse de monsieur le chevalier de Haut-Marais
                                  Laquelle est décédée le 16 novembre 1819
 
C’est en effet, à cet endroit précisément, que dans la froidure de l’hiver, dame Victoire fut découverte inanimée, sortie de ses étriers.
dsc_0087-2-copier
A cet endroit est mentionnée la « vèquée ou vecquée » (chemin de l’Evêque) reliant Liège, la cité des princes-Evêques, à l’abbaye de Stavelot.

Dans le même coin, je croise deux étranges animaux ou plutôt des bouts de bois qui m’évoquent une tête de chien et un escargot géant  vil-respireet pourtant je vous assure que j’ai bien emprunté des chemins automnaux et pas aux tonneaux!

dsc_0091-2-copier

Pour quitter l’emplacement de la charmille, j’emprunte une rue portant le nom de  Vert Buisson (certainement davantage d’actualité au printemps à mon avis parce qu’il n’y a pas grand chose de vert en cette saison…)

dsc_0090-2-copier

La dernière photo de l’endroit, c’est ce pignon de maison où l’on trouve une croix avec cette inscription « O Crux ave, spes unica » ainsi que la date de construction et un blason, probablement celui du premier propriétaire.

Comme quoi, on ne doit pas forcément s’éloigner beaucoup de son domicile pour découvrir des endroits…pleins de charme(s)!

Continuer la lecture
Une crise de paréidolie

Cette fois ça y est, ça me reprend et il n’y a pas encore de vaccin! Si vous ignorez de quoi je parle, l’explication se trouve ici. Bon, je crois que ce n’est pas trop grave quand même exhorbité

Je vous dépose mes photos évocatrices en espérant ne pas être seule à y voir…des choses…

Je vous laisse trouver ce que moi j’y ai vu, il faut parfois prendre du recul par rapport à l’écran 😉

Et vous, dites-moi, y voyez-vous aussi des personnages, des visages, des animaux?

Continuer la lecture
  • 1
  • 2
Fermer le menu