Brick a book 349

Comme chaque lundi je participe à l’atelier d’écriture en ligne Brick a book.

Cette semaine, c’es la photo ci-dessous qui sert de déclencheur et il n’y a pas de contrainte thématique interdite. Youpie! 😊

   
© The Joy Of Film

J’avais retiré cette photo du tas de vieux portraits retrouvés dans une boîte métallique après le décès de mes parents. 

Je me souvenais que, gamine, je ne comprenais pas que ma mère, qui me paraissait si vieille du haut de ses trente trois ans, ait pu être amie avec ces souriantes jeunes filles. Elle m’avait raconté que la photo avait été prise au lendemain de la guerre qui avait frappé si durement les Ardennes où elles vivaient. Les demoiselles avaient pris beaucoup de plaisir à poser pour cette photo où on les voyait déguster les chewing gum offerts par les Américains venus les libérer. C’était nouveau pour elles cette matière qu’on mâchait sans l’avaler pour ne pas « qu’elle reste collée partout dans le ventre ».

La guerre, encore une abstraction pour une petite fille… qui écoutait, avec incompréhension, raconter  les privations, la peur, le froid mordant les jambes colorées à la chicorée et les galoches à semelles de bois.

Elle me parlait aussi de chacune d’entre elles: de Johanna partie au Mexique avec un soldat séduisant, de Jeanne et Joséphine, les deux sœurs célibataires qui vivaient toujours dans la maison de leurs parents et puis elle, à l’arrière. Elle regardait  d’un air déjà méfiant ce qu’elle allait mettre en bouche. Cette habitude ne la quitterait jamais comme si le manque de tout durant presque cinq ans avait ancré cette nécessité de bien regarder, goûter, analyser ce qu’on mangeait pour en tirer un  maximum de plaisir.

Aujourd’hui c’est à mon tour et ce sont mes petits-enfants qui ne me reconnaissent pas sur les photos du passé. Quant à la guerre… Les nombreuses vues présentées sur le petit écran la font entrer quotidiennement dans notre vie mais ça se passe toujours ailleurs, loin de nous, sans la force émotionnelle du récit d’un proche qui l’a traversée dans sa jeunesse.

Je vous invite, comme chaque lundi, à aller voir chez Brick a book ce que cette photo a inspiré comme beaux textes aux autres personnes 😊

Cet article a 10 commentaires

  1. Très beau texte !

    1. Merci Dany, semi-auto-biographique 😉

  2. Bonjour Bernadette !
    Tu as bien travaillé à partir de cette photo !
    Je suis né en 46 … tout juste après la guerre !
    Il est vrai que les événements vécus restent gravés dans les mémoires: je me souviens très bien de 68 et des 5 semaines de grève dans mon usine que nous occupions ! ça marque !
    Bonne journée !
    Pierre

    1. Moi, bien que gamine, je me souviens des grèves de 60 en Belgique: mon père, ouvrier, ne touchait plus son salaire, nous vivotions grâce au crédit de l’épicière du coin…
      Mes enfants ne peuvent pas imaginer cette vie.
      Profitons de chaque jour qui passe Pierre, Carpe Diem 🙂

  3. Très émouvant ! Je retrouve des tas de réflexions entendues dans la bouche de ma mère qui était jeune fille pendant la guerre, elle aussi ! Ah, le chewing-gum qui colle au ventre, cette légende a perduré jusque dans les années 60 quand j’ai commencé à en mâcher moi aussi !!

    1. Cette photo a fait remonter des tas de choses chez moi…Nostalgie quand tu nous tient 😉

  4. On ne peut que croire à cette histoire. Notre génération en tout cas ! Bonne soirée.

    1. Oui mais faut-il s’en réjouir, c’est une autre question 😉 Bonne soirée Gene.

  5. Elles ont découvert le chewing gum, ils m’ont fait découvrir le coca cola. Ta dernière strophe (Quant à la guerre… Les nombreuses vues …..sans la force émotionnelle du récit d’un proche qui l’a traversée dans sa jeunesse) sonne douloureusement juste :

  6. Merci de ton appréciation Chinou.
    J’ai prévu un article plus léger demain 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :