L’agenda ironique: les résultats d’août et les consignes de septembre

L’agenda ironique du mois dernier est à présent terminé complètement puisque les résultats des votes sont clôturés chez l’Ornithorinque qui nous dit ceci (mais qui nous dit aussi que ce lien s’autodétruira bientôt 🤔 et qu’il vaut mieux se référer à celui-ci):

Le résultat des votes pour l’AI d’août 2022

Report du résultat des votes comptabilisés (8 votants, dont moi).

1 : https://marie-josee-roy.esprit-livre.school/bad-trip-to-mars/ (10 points, 6 votes)

2 : https://filigrane1234.blogspot.com/2022/08/agenda-ironique-trip-to-mars.html (8 points, 4 votes)

3 : un trio à égalité, chacun avec 5 points répartis sur 2 votes : Donald*, Lyssamara et Carnets Paresseux.

Trio suivi de tous les autres dans un désordre martien – mais charmant !

*via le blog de Photonannie

Mijoroy a été plébiscitée pour organiser l’AI de septembre et voici un résumé de ses souhaits:

  • des expressions culinaires
  • raconter une “première fois” d’une gorgée, d’une lampée, d’une bouchée, d’un effluve ou d’un fumet ou d’une morsure (j’avoue que ce dernier point me laisse perplexe…). 

Je vous conseille de consulter la totalité de son message sur son site pour avoir un aperçu précis de ce qu’elle attend de nous 😉.

A vos claviers pour nous mettre l’eau à la bouche en ce mois de rentrée 😋.

Continuer la lectureL’agenda ironique: les résultats d’août et les consignes de septembre

L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

L’organisation de l’Agenda Ironique d’août a été confiée à l’Ornithorinque qui nous a proposé comme sujet un voyage vers mars, sans oublier baraque et bonimenteur.

Pour rappel, les infos complètes se trouvent ici  et la date limite de dépose des textes est le 26 août.

Vous pouvez lire ma proposition “Red Night” ci-dessous.

Mon cerveau embrumé ou enrhumé, peut-être un peu les deux, m’avait traduit cette affiche par « Nuit sur la planète rouge ». Et en plus au meilleur prix ! Je suis comme ça parfois, je fonce et je réfléchis après.

Moi, j’aime voyager, découvrir de nouveaux endroits, faire de nouvelles rencontres donc directement j’avais vérifié la date et l’heure, mon budget, le lieu de rendez-vous et cette fois j’y étais.

Devant une sorte de grand hangar tapissé d’affiches très colorées éclairées par des dizaines de spots, un drôle de type gesticulait en parlant fort pour couvrir le bruit ambiant.

Il avait l’air d’avoir beaucoup de choses à dire mais seuls quelques mots me parvenaient à travers le brouhaha de la foule déchaînée. Il criait « en ligne, ex-clu-si-ve-ment en ligne ! ».

Je n’étais pas sûr de comprendre ce qu’il voulait dire mais je pensais que nous devrions lui obéir et nous placer correctement, en file indienne pour qu’il cesse d’avoir l’air aussi énervé.

J’étais tout excité et je cherchais des yeux où pouvait bien se trouver la fusée qui nous emmènerait sur Mars. Vous vous rendez compte, j’allais aller sur Mars ! On m’a souvent dit que j’étais dans la lune mais là pour le coup j’en aurais des choses à raconter après avoir décollé. Je sentais déjà la fierté m’envahir en même temps que l’incertitude : y aurait-il du réseau dans l’espace ? Mon téléphone portable datait un peu, arriverai-je à poster quelques photos sur mon blog ? Je suis certain que les organisateurs y avaient pensé et anticipé mes questions. Un peu de patience et on allait nous expliquer le déroulement, j’étais confiant.

Sauf que le grand type devenait comme la planète Mars de plus en plus rouge, il semblait au bord de l’apoplexie, ses mots sortaient difficilement à présent, la foule le bousculait, tout le monde voulait entrer dans le hangar éclairé. La scène ressemblait à un premier jour de soldes.

A un moment le service de sécurité de la galerie commerciale est intervenu de manière plutôt musclée et un type en uniforme a imposé le silence.

—Reculez et calmez-vous, laissez entrer les clients qui souhaitent acheter du matériel au prix habituel sur place, je répète « sur place ». La promotion annoncée pour la Red Night est valable, comme indiqué, seulement pour les commandes en ligne !

Je lisais la déception sur les visages autour de moi. Certains disaient « bon tant pis, je n’aurai pas la promo mais ce magasin n’est quand même pas très cher alors je vais me faire plaisir. Et puis j’en ai besoin directement de ce lave-vaisselle ».

Quant à moi, je n’y comprenais rien. Je devais avoir la tête de Perrette laissant tomber son pot de lait. Je prenais seulement conscience de ma méprise.

Je faisais la file depuis deux heures pensant aller sur Mars et je me retrouvais devant un magasin d’électroménagers qui faisait une action promotionnelle…en ligne !

Comme moi, de nombreuses personnes faisaient demi-tour mais je ne suis pas sûr que, parmi elles, nombreuses soient celles que leur imagination avait entraînées aussi loin.

Un peu confus je me consolais en pensant que, quoi qu’il en soit, j’y avais cru pendant quelques heures, j’avais voyagé en pensée et j’en avais été heureux et ça, ça n’a pas de prix.

J’espère vous avoir emmené un peu avec moi dans mon délire et je vous invite à lire les autres participations chez l’Ornithorinque voire à participer vous-même avant le 26 de ce mois.

Bonne semaine à tou(te)s.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

La mi-août étant passée (et même si aujourd’hui c’est la journée internationale du chat noir!), il est grand temps de se préoccuper des textes pour l’agenda ironique à rentrer avant le 26 août à minuit sur le blog de l’Ornithorinque où vous trouverez tous les détails de ce voyage vers Mars qu’il nous invite à imaginer.

Pour ma part j’ai toujours les pieds bien ancrés sur terre et le décollage ne se prépare que doucement. Il n’aura lieu que si j’arrive à être moins dans la lune qu’actuellement 😉.

Mais cette fois encore, mon ami Donald Bilodeau a souhaité participer à cet exercice et c’est avec plaisir que je partage son texte plein d’espoir sur mon blog.

Là dehors, très haut, dans ce ciel si beau

Dans ce soir si noir, me parle d’espoir

Une étoile filante, très, très élégante

Me parle de paix, dit : voilà mon souhait.

 

Sa jolie lumière, au-delà de nous

Véloce comme l’éclair, comme un rêve fou

Nous surprend encore, ô quelle galère !

À compter nos morts, à jouer à la guerre.

 

L’astre se questionne, s’étonne et prend peur

Tant de cris résonnent, vils bonimenteurs

Avez-vous laissé sur votre planète

La place aux fossés et aux faux prophètes ?

 

Pourquoi accorder tellement d’importance

Aux mots affectés gardant l’ignorance

Ces mots populaires du gros dictionnaire

Ce vocabulaire que l’on devrait taire.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Je n’y comprends rien, j’ai peut-être tort

Je n’suis, tu sais bien, qu’un gros météore

Ne suis de passage que pour une seconde

Mais je trouve dommage ces peuples qui grondent.

 

Pourtant chaque fois que l’on m’aperçoit

On formule des vœux doux et chaleureux

Me pointant du doigt, alors dites-moi

Où est la logique de vos rhétoriques ?

 

Trop vite disparue dans cet inconnu

Dans l’immensité de la Voie lactée

Elle repart déçue, mon étoile filante

Rien n’est résolu sur la Terre tremblante.

 

Elle s’en va vers Mars, la rouge planète

Nouvelle comparse, c’est ce qu’elle souhaite

Vous, dans vos baraques, restés enfermés

Gardez votre trac et restés armés.

 

Tendresse et partage plus que mots de rage

Mais y’a des nuages dans ton entourage

Je sens la misère sur la Terre entière

Drôle d’atmosphère sous la stratosphère.

 

Demain je l’espère, d’un petit clin d’œil

Quittant son repaire, sortant de son deuil

Ma petite étoile réapparaîtra

Dans ce ciel sans voile, quand la paix sera.

Voilà, comme précédemment, je ne fais qu’offrir un espace à ce texte et, si vous commentez ses mots, c’est bien sûr l’auteur qui vous répondra en commentaire.

Bonne lecture, bonne méditation et très bonne journée à tou(te)s 😃.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique 😊

L’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

 

L’agenda ironique de juillet s’est terminé sur une victoire d’Adrienne : H comme Histoire musicales à égalité avec Carnets Paresseux : Le Lion de Denfert se rêve.

Pour l’Agenda Ironique d’août, c’est l’Ornithorinque qui a été choisi et il nous propose comme sujet un voyage vers mars.

L’époque importe peu, mais deux éléments devront apparaître dans la narration : la barraque et le bonimenteur (homme ou femme).

Les infos complètes se trouvent ici  et vous avez jusqu’au 26 août pour déposer votre texte en commentaire à la même adresse .

A vos claviers pour que nous ayons encore le plaisir de lire de nombreux textes originaux comme chaque mois 👍.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’août 2022 ✍🏻

L’agenda ironique de juillet: le temps du vote

Juillet se termine tout doucement et avec lui l’agenda ironique sur le thème de la musique chez Toulopera.

C’est donc sur ce même blog que vous allez pouvoir trouver les liens vers les douze textes proposés, vous pourrez les (re)lire et même voter pour votre préféré 😊.

A ce sujet, suite à l’une ou l’autre question, je rappelle que tout le monde peut voter librement, les participants aussi mais pas que 😉.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous dis à bientôt pour découvrir qui hébergera l’agenda ironique d’août. A coup sûr de nouvelles contraintes amusantes à appliquer!

 

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet: le temps du vote

L’agenda ironique de juillet ✍🏻

Pour rappel, les règles de l’agenda ironique de ce mois se trouvent chez Toulopera et, sans beaucoup d’étonnement, valsent autour de la musique 🎵.

Je vous livre ci-dessous le texte que mes neurones, ramollis par la chaleur, ont bien voulu imaginer. J’ai même tenté d’y ajouter quelques termes musicaux (en italique).

Philtre d’Amour DIY garanti 100% efficace sur Pinterest (qui est quand même LA référence 😉)

Utiliser un grand faitout qu’ils disaient dans la recette. Comme si j’avais une batterie de cuisine chez moi ! Tu parles, j’ai dû emprunter l’ustensile en question à ma voisine. Je ne cuisine jamais qu’en solo mais j’ai tellement peur de rater la recette que je ne veux rien changer du tout à la partition détaillée dans le grimoire. Déjà que je n’ai pas de balance de cuisine…              
Y plonger le trio d’herbes récoltées en batifolant nue le matin même dans les prés et les bois environnants et faire cuire à gros bouillons avec un bon morceau de bœuf. Ajouter un peu de poudre de perlimpinpin achetée au magasin arabe du village. Saler, poivrer à volonté. Là, ça y est, je vois une envolée de fumée qui part du faitout. Drôle de nom d’ailleurs cette marmite parce que si vraiment elle faisait tout, moi je n’aurais plus rien à faire.

cupérer soigneusement la mousse qui se forme sur le dessus de la préparation, elle sera utile plus tard. Pour faire quoi, je me le demande mais bon, je ne vais pas commencer à chicaner. Il faut juste que je pense à prévoir l’ouverture d’un coin de fenêtre parce que ça sent très fort ce brouet-là ! On est loin du gloubi-boulga mais quand même !

Minimiser la chaleur sous le faitout afin de calmer l’ébullition. Comme je cuisine à l’électricité, ça va mettre un certain temps à se calmer, c’est que c’est bien chaud ce truc-là. Et vas-y que je bouillonne et que je glougloute à fond.

Facile à faire qu’il était écrit en bien gras dans la recette de potion magique. C’est vrai que jusque-là, à part la marmite de la voisine j’ai tout trouvé sans devoir demander conseil à qui que ce soit. Heureusement, j’aurais bien trop honte d’avouer à quelles extrémités je suis rendue pour que Pierre me remarque enfin !

Solstice d’été apparaissait aussi parmi les conditions essentielles pour que le philtre d’amour fonctionne et que les soupirs enamourés de Pierre ne soient plus que pour moi. Heureusement nous sommes le 20 juin et tout se dessine à merveille.

La pire de toutes les filles qui butinent autour de Pierre, c’est Zoé. Elle sort avec tous les garçons du village mais elle ne veut même pas me laisser le seul qui me plaît vraiment. Il faut dire qu’elle passe ses journées à bronzer tandis que moi qui bosse du matin au soir je reste désespérément blanche et peu appétissante.

Si seulement j’étais plus jolie, je n’aurais pas besoin d’user d’artifices, il y a longtemps qu’il m’aurait remarquée…mais on s’arrange avec ce qu’on a comme disait ma mère et cette fois je suis sûre que la magie agira.

Docilement, j’ajoute la mousse réservée précédemment en mélangeant pianissimo. Il ne me reste qu’à verser un peu de cette préparation dans le verre de mon amoureux. Je sais comment faire : le convaincre que je suis la seule à connaître l’accord boisson qui convient à son hamburger du samedi soir sur la place du village et le tour sera joué. Enfin, j’espère…

 

Sauf que cette bonne odeur de viande mijotée aux herbes m’a ouvert l’appétit et que je ne résiste pas à y plonger la cuiller une fois, deux fois,… et zut ! J’ai tout mangé et je suis encore plus amoureuse que jamais mais je n’ai plus aucune potion magique pour amener Pierre à partager mes sentiments. Ce ne sera pas encore l’harmonie entre nous cette fois mais mon estomac ne se plaindra pas lui qui craignait déjà de devoir vivre d’amour et d’eau fraîche !

Voilà, j’espère que cette lecture vous aura distrait et, si l’envie vous prenait de vous essayer à l’exercice, sachez que la date limite pour participer est le 27 juillet. Il vous reste donc assez de temps pour cogiter et nous rejoindre dans l’aventure, toujours amusante, de l’agenda ironique.

Bonne journée 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet ✍🏻

Quand je sers de relais pour l’agenda ironique

Il semblerait bien que Donald se soit piqué au jeu puisque, après sa participation en juin, il vient de m’envoyer un texte pour juillet.

Nous sommes quelques-uns à souhaiter élargir les participations à cet exercice littéraire amusant et il serait dommage que le fait de ne pas avoir de blog soit un frein absolu.

Voici donc la participation de Donald Bilodeau à l’AI de juillet dont les règles se trouvent chez Toutlopera.

Musique

par Donald Bilodeau

 

UTile au-delà de l’océan

Jusqu’au bout de tous les continents

Tu es la seule à unir les Hommes

Digne maillon de la chaîne en somme.

 

futant l’argument de la guerre

Les soldats se prenant pour des frères

Chantent tous en chœur sur toi, si belle

Universelle et intemporelle.

 

MIrage d’amour coûte que coûte

J’en suis certain, je n’ai plus de doute

Il n’y a que toi que l’on écoute

Toi, la virtuose ouvrant les routes.

 

FAscinante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde en constantes discordances ?

 

SOLidaire pour tendre tendance

D’un jour sans soupirs et sans silences

Telle une symphonie d’allégresse

Comme une douceur, une caresse.

 

LA mélodie de jour ou de nuit

Dans le bruit de l’eau, le chant des feuilles

Le souffle du vent chassant l’ennui

Ou dans un salon, un soir de deuil.

 

SI tu habilles si bien les mots

Mets de la couleur dans nos radios

Fais danser les notes du piano

En sonate au tempo allegro !

 

DOminante… Es-tu l’avenir ?

Pourrais-tu nous éviter le pire ?

Musique… Es-tu la dernière chance

D’un monde aux si grandes espérances ?

 

*****

Je me permets de faire un petit ajout à la fin de ce texte: cette chanson de Jean-Pierre Ferland que Donald m’a fait découvrir (il est écrivain, mais aussi mélomane 👍). Écoutez bien les paroles…

Voilà, je laisse bien sûr à Donald le soin de répondre à vos commentaires et je commence doucement à réfléchir au texte de ma propre participation.

Je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lectureQuand je sers de relais pour l’agenda ironique

L’agenda ironique de juillet

Juin étant terminé maintenant, vous pourrez voir les résultats sur le blog Le retour du flying bum (le tableau des votes est ici). Place maintenant à juillet qui nous apporte un nouvel hébergeur et de nouvelles propositions d’écriture.

C’est cette fois Toulopera qui nous accueille et ses souhaits sont les suivants:

Je vais vous proposer d’écrire un texte en sept parties, dont chacune d’elles devra commencer par une note de musique, dans l’ordre composé par Guido d’Arezzo en 1050.

Si ça peut vous aider, voici le texte latin écrit par Guido pour nous permettre de retenir le nom des notes :

« UT queant laxis / Pour que puissent
« REsonare fibris / résonner des cordes
« MIra gestorum / détendues de nos lèvres
« FAmili tuorum, / les merveilles de tes actions,
« SOLve polluti / ôte le péché,
« LAbii reatum, / de ton impur serviteur,
« Sancte Iohannes. / ô Saint Jean.

Donc, si vous voulez remplacer le DO par un UT, vous avez toute liberté de le faire. Comme petite contrainte supplémentaire, je vous demanderai d’employer quelques termes musicaux simples, tels que silence, soupir, croche ou ouverture et portée.

Il n’y a pas d’autre contrainte, sinon celle de nous surprendre et de nous faire sourire. Votre texte pourra être un poème, une nouvelle, une recette de cuisine… Ce que vous aurez envie d’écrire, en bref.

On se donne jusqu’au 27 juillet pour élaborer tous nos charmants textes.

Précipitons nous toutes et tous sur nos claviers, activons nos neurones et nos talents musicaux (ou pas, c’est préférable dans mon cas 😂) afin de proposer des textes respectant les idées ci-dessus et si possible nous faire sourire.

N’hésitez pas à en parler autour de vous, voire à essayer vous-même, il suffit de se lancer et de se laisser porter par la suite.

Bon amusement et rendez-vous au plus tard le 27 juillet pour cet exercice.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juillet

L’agenda ironique de juin: le temps du vote

Voici venu le temps de participer à différents pique-niques et à choisir votre préféré.

C’est sur le blog Le retour du Flying Bum que vous pourrez vous exprimer librement à condition que ce soit au plus tard le 30 juin.

N’hésitez pas à picorer dans tous les plats proposés avant de vous décider.

Et, si l’aventure vous tente, pourquoi ne pas envisager de participer à l’agenda ironique de juillet? Les modalités proposées par l’hébergeur seront connues au début du mois prochain.

A bientôt pour d’autres délires littéraires… ou presque 😊

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin: le temps du vote

L’agenda ironique de juin

Voici venu le temps de vous proposer ce que j’ai écrit pour l’agenda ironique de juin.

Comme je suis actuellement en vacances, j’ai écrit ce texte rapidement avant de partir et je ne l’ai plus retravaillé (ben oui, en vacances on n’a pas le temps c’est bien connu et avant ben on se prépare😁).

Pour rappel, les consignes et l’hébergement sont assurés par Le retour du Flying Bum.

Je vous invite à partager mon pique-nique:

Le pique-nique annuel de la famille Dupont-Dugard

Il faisait chaud ce dimanche-là. Une chance tout de même après les orages de la semaine : il n’y avait plus aucun nuage au-dessus de nos têtes et la journée promettait d’être très belle.

Il y avait un mois que je préparais tout, faisais des listes d’achats faits ou à faire, entassais des choses improbables dans une armoire dont je gardais jalousement la clé. Je voulais que ce pique-nique familial soit une réussite et une bonne surprise.

Nous organisons chaque année de grandes retrouvailles en famille. Nous sommes environ une soixantaine à chaque fois et l’organisation incombe alternativement à mon frère ainé et à moi parce que nous sommes les plus efficaces ou les plus cons, les autres ayant toujours de bons prétextes pour ne rien faire : « trop de travail », « pas possible avec les enfants », « l’année prochaine peut-être », « tu fais ça si bien » et autres niaiseries. C’était à mon tour cette fois de choisir le thème qui allait nous accompagner dans toutes les activités : les dessins de la vaisselle jetable, les banderoles en papier, les jeux qui nous occuperaient après le repas sans oublier les salades colorées et les viandes froides….

Bien que ne préparant rien, tous jouaient les sycophantes en permanence avec l’air de ne pas y toucher, en me posant des questions apparemment innocentes dans l’espoir que je me trahirais à un moment, sans succès bien sûr, j’étais sur mes gardes 24 heures sur 24.

A peine levée, le samedi matin, j’ai commencé à transporter tous mes achats dans le coffre de la voiture. J’étais surexcitée : la hâte de montrer mes talents d’organisatrice était talonnée par une petite crainte que quelque chose foire.

Arrivée dans la prairie réservée pour l’occasion, je commençai à déplier les tables et à y disposer tous mes achats.

Dans un coin, deux tables supporteraient le buffet. Au moment où je déposais le seau de mayonnaise près des crudités, une odeur nauséabonde se fraya un chemin jusqu’à mes narines : l’émulsion était clairement nidoreuse ! Je me sentis rougir jusqu’à la racine des cheveux, le cœur au bord des lèvres. Dans mon souci de tout cacher, j’avais omis de conserver certaines choses au frais…

Tant pis, il me restait d’autres sauces dont un gros pot de picallili[1]qui ferait l’affaire à coup sûr. J’espérais juste que mon petit-cousin adolescent n’allait pas parcourir le buffet des yeux avant de brailler comme à chaque fois : « Quoi ! Y a même pas de mitraillette »[2] !

Relevant la tête de tout mon barda, je vis une grande asperge aux cheveux flavescents sautiller d’un pied sur l’autre en se tortillant. Il me fallut cinq secondes pour reconnaître Luisa, ma petite cousine. J’avais gardé le souvenir d’une gamine épanouie et là, soit elle avait fait un régime carabiné soit elle était devenue anorexique. Il faudrait que j’éclaircisse ça plus tard. Pour l’heure je me réjouissais qu’elle propose de m’aider, quelle que soit son apparence.

Les aiguilles de ma montre avaient subitement pris une vitesse exponentielle. J’entendais déjà midi sonner au clocher du village quand mon frère arriva en courant, il tenait des propos amphigouriques. De tout son charabia je ne retins que le mot « bébé » qui revenait sans cesse. Il venait d’apprendre qu’il serait bientôt grand-père mais moi, ça m‘était bien égal qu’il y ait une personne de plus au pique-nique de l’an prochain puisque ce serait à lui de le préparer !

Quand tout fut prêt et que le reste de la famille arriva, je compris enfin l’état d’euphorie de mon frère ! 

J’allai le trouver pour le féliciter en écrasant une larme d’émotion et nous tombâmes dans les bras l’un de l’autre. Oublié le stress de préparation du pique-nique, place aux réjouissances !

[1] Le piccalilli belge est une sauce à base de légumes, de vinaigre, de sucre, de moutarde et de curcuma. Les légumes utilisés sont les petits oignons, les cornichons, le chou-fleur.

[2] La mitraillette est une des préparations culinaires les plus populaires de Belgique. Elle se compose d’une demi baguette de pain, de viande, de frites, et de beaucoup de sauce.

La date limite de rentrée des textes est le 24 juin (jour de la Saint-Jean et de ses feux) donc, si l’exercice vous tente, n’hésitez pas à rejoindre ce groupe sympa d’écrivants tolérants et sympathiques.
Il suffit pour cela de déposer votre texte (qui respecte les consignes bien sûr) sur le blog  Le retour du Flying Bum.

Bonne journée.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin