Du côté de chez Ma

Cette semaine Ma nous propose d’illustrer par nos photos le mot nature. Le thème est vaste et la nature est si belle et si variée…

Que choisir? Des fleurs? Des arbres? Des animaux?… Trop banal et puis j’aime bien surprendre. Et si je vous parlais d’un endroit incroyable découvert récemment sur l’île de Kos où j’ai eu vraiment très, très chaud?  Il s’agit de la source chaude située à Agios Fokas, à 13 km seulement de la ville de Kos.

La source jaillit naturellement d’une grotte et s’écoule dans un bassin artificiel aménagé avec des rochers chaque année au mois d’avril. Il change donc à chaque fois d’allure. L’eau jaillit à une température de 80°c et se mélange à l’eau de mer dans le bassin d’environ 10 mètres de diamètre. La température de l’eau se situe entre 35 et 40°c suivant l’endroit où on se trouve, ce qui demande une période d’adaptation tellement c’est chaud! (C’est pas la peine de me chercher, je suis derrière l’appareil qui a pris ces photos).

On est plutôt content de se refroidir dans l’eau de la mer Égée!

L’eau thermale d’Embros contient principalement du dioxyde de carbone mais aussi d’autres gaz y compris une trace de sulfure d’hydrogène ce qui dégage une odeur de soufre (odeur d’œuf pourri).

Il paraît que cette eau aurait des vertus thérapeutiques prouvées contre des maladies de la peau, des yeux, des voies respiratoires et les troubles musculaires. En tout cas c’est très agréable à tester et une dame m’a dit qu’à chaque fois qu’on s’y plongeait on rajeunissait de dix ans. Je n’ai hélas pu y aller qu’une fois cette année mais je compte bien y retourner au moins deux ou trois fois dans le futur.
Ce cadeau de la nature est, à l’heure actuelle, encore accessible gratuitement à toute heure, il est juste demandé de respecter les lieux.

Les détails pratiques sont inspirés de ce site.

Voilà, j’espère que vous aurez apprécié la baignade chaude grâce au cadeau de Dame Nature et je vous invite à aller voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré la nature.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: l’île de Kalymnos (GR)

Cette île est située entre Kos et Leros dans le sud-est de la mer Égée, sa superficie est seulement de 111,14 kilomètres carrés et elle est la quatrième plus grande île du Dodécanèse

Un peu d’histoire

Le Dodécanèse a été occupé par le royaume d’Italie lors de la guerre italo-turque de 1912.  Après la capitulation de l’Italie en , l’archipel italien devient l’enjeu de la campagne du Dodécanèse: les États-Unis ayant refusé d’épauler les Britanniques, ce sont les Allemands qui sortent vainqueurs des combats et, même après la retraite allemande de Grèce continentale en 1944, le Dodécanèse reste occupé jusqu’à la fin du conflit, en 1945. Une fois la Seconde Guerre mondiale terminée, les îles sont brièvement occupées par le Royaume-Uni. Finalement, le Traité de Paris de 1947 permet le rattachement de l’archipel au royaume de Grèce.(source)

La pêche aux éponges

L’île de Kalymnos (’île des « Sponge Divers ») jouit d’une réputation mondiale grâce à ses plongeurs et à sa pêche aux éponges. La pêche aux éponges a une longue tradition sur l’île et contribue à la prospérité économique de l’île.
Kalymnos ainsi que Karpathos, Kasos, Nisyros, Symi et Halki sont les principaux lieux d’où sont originaires les soi-disant «Voutichtadon» (plongeurs qui pêchent des éponges), dont les activités s’étendent à l’ensemble de la Méditerranée orientale. Récemment, ils ont développé leur «métier» même dans des pays tels que l’Amérique, le golfe du Mexique et la Floride. Jusqu’à il y a quelques décennies à peine, les plongeurs dodécanésiens plongeaient nus (plongée sous-marine), ce qui signifiait ne pas porter d’équipement de protection et donc apprendre par l’expérience. C’étaient les fameux Voutichtades. De nos jours, ils utilisent des combinaisons de plongée spéciales et d’autres équipements modernes et s’entraînent entre-temps à la Divers Public School de Kalymnos Island, la seule école de plongée en Grèce qui offre à ses diplômés un diplôme de plongée professionnel. Les plongeurs de l’île de Kalymnos sont célèbres dans toute la mer Méditerranée non seulement pour leurs compétences en matière de pêche aux éponges, mais également pour toute opération liée à la plongée. Pour mémoire, les plongeurs traditionnels ont cessé de plonger en 1895. Depuis lors, tout le monde utilise des combinaisons de plongée et respecte toutes les mesures de sécurité.(source)

A bientôt pour d’autres balades dans le Dodecanèse ou ailleurs…

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Certain(e)s d’entre vous le savent, je suis allée récemment passer quelques jours de vacances sur l’île de Kos. Les photos de murs peints ci-dessous proviennent de là. Certains sont plutôt sympas et d’autres un peu moins soignés mais j’ai souhaité les laisser groupés puisque issus du même endroit.

Un simple clic sur la première miniature ouvrira la photo en grand et vous permettra de naviguer sur les autres.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Comme chaque samedi, Ma nous propose un mot à illustrer en photo. Cette semaine, il s’agit du mot composé « gros plan« .

Tout d’abord j’avais pensé photo macro puis j’ai eu l’idée de voir ce que nous dit Wikipedia à propos du « gros plan » (si on exclut bien sûr le gros plant du Pays Nantais pour lequel je n’ai pas besoin de détails ) et j’ai trouvé ce qui suit:

Au cinéma comme en photographie, un gros plan (parfois appelé close-up, terme anglais) est un cadrage qui isole une partie du corps humain (visage, main, pied, etc.) ou un objet (aux dimensions plus ou moins grandes).
C’est un cadrage intime, à la valeur esthétisante maximale, qui dévoile les qualités ou les défauts physiques.

Je vous offre donc, en primeur, ces visages qui m’ont paru bienveillants 

 

Et puis, parce que j’adore photographier les fleurs en gros plan, je vous en offre quelques-unes, rien que pour vous.

Et si vous alliez voir chez Ma comment les autres participant(e)s ont illustré la proposition de cette semaine?

Bon week-end et à bientôt.

Continuer la lecture
Fermer le menu