Agenda ironique de mai 2022 ✍🏻

Le texte qui a recueilli le plus de suffrages au mois d’avril est celui de La Licorne. Bravo à elle 👏.

En ce joli mois de mai, j’ai le plaisir de vous accueillir pour ce nouvel agenda. C’est une grande première pour moi et je vous demande d’être indulgent(e)s, je vais faire de mon mieux 😊.

J’ai envie que l’action se passe dans un pays froid, l’Islande éventuellement mais pas que.

J’aimerais assez que s’y glissent les mots suivants: ailurophile, syllogomanie, bec à foin et puis aussi coquecigrue parce que j’aime bien ce mot.

Si en plus le texte se présente sous forme d’anadiplose je serai comblée mais si ce n’est pas le cas, je le serai aussi, l’important étant que vous soyez nombreuses et nombreux à participer.

J’avoue que je ne sais pas très bien moi-même ce que je vais faire de ce mélange un peu fou mais c’est le principe après tout 😂.

J’attends vos créations pour le 25 mai au plus tard puis j’essayerai de me dépatouiller avec les votes jusqu’au 1er juin.

A vos claviers, prêts? Partez!

Si par hasard vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte via le bouton Contact, je me débrouillerai pour le publier pour vous.

Continuer la lectureAgenda ironique de mai 2022 ✍🏻

Agenda ironique d’avril 2022 ✍🏻

En ce beau mois d’avril printanier, c’est le blog Toutlopera qui nous accueille pour l’agenda ironique.

Voici les consignes :

Je vous propose comme thème général « Les Fées sont d’exquises danseuses« , mais vous pouvez aussi travailler sur « L’effet son, d’exquises danses, heu(ses) » ou encore, si vous êtes cyclistes, « Les fesses ont d’exquises danseuses ».

Il vous faudra glisser ici ou là quelque heureuse homophonie, et si vous réussissez à glisser les mots calembredainepalimpseste et archéoptéryx, vous gagnerez les félicitations du jury.

Vous pouvez écrire dans tous les styles que vous voulez”.

L’histoire que je vais vous raconter met en scène Ana et son ami François (présentés précédemment ici et ) dans un lieu dont je vous ai parlé pas plus tard qu’hier, le Jardin des fées, ainsi que la fée Carabistouille évoquée aussi hier. Je ne l’ai pas inventée, elle existe vraiment et se balade avec un dragon sur l’épaule, la preuve en photo ci-dessous😉.

Les fées sont d’exquises danseuses…ou presque !

Ce jour-là, Ana et son ami François avaient décidé d’aller ensemble au Jardin des fées. Cet endroit était un havre de paix et de verdure et les deux jeunes hommes y passaient volontiers un bon moment. Ils embarquaient la quantité nécessaire de bières fraîches pour y rester environ trois heures à refaire le monde loin de toute civilisation. Ils appelaient ça « faire le plein des sens » tant la nature embaumait. Leurs yeux ravis admiraient les différents verts des alentours tandis qu’eux vidaient les leurs de verres et les chants d’oiseaux les berçaient. Ils aimaient à se taquiner mutuellement en affirmant à chaque fois qu’un piaf se posait qu’il ne pouvait s’agir à coup sûr que d’un archéoptéryx miniature. Plus la bière coulait et plus les archéoptéryx grossissaient dans les propos des deux amis d’ailleurs : ils ne voyaient pas double, ils voyaient plus gros ! Ils en étaient là à savourer le moment présent mais c’était sans compter sur la fée Carabistouille. Celle-ci arpentait les chemins en pestant et en articulant des calembredaines difficilement compréhensibles par le commun des mortels.

Il semblait qu’elle pestait contre un palimpseste réalisé à partir d’un grimoire de sa grand-mère. Quel était donc le malotru qui avait osé effacer les termes soigneusement calligraphiés par son aïeule plus de cent ans auparavant ? Et pour y écrire quoi, je vous le demande, les horaires d’une émission télévisée !

Il y était question de couples de danseurs en compétition… Non mais, comme si les humains pouvaient rivaliser avec les fées qui sont d’exquises danseuses comme tout le monde le sait ou devrait le savoir.

Bref, Carabistouille était en colère et il semblait que rien ne pourrait la calmer rapidement. Elle troublait le repos des deux amis et ne semblait pas près de se poser.

Soudain Ana l’interpella :

  • Oh Cara ! Ton document est irrécupérable nous sommes d’accord, donc, puisqu’il n’y a pas de solution, t’inquiéter ne sert à rien. Viens plutôt t’asseoir près de nous et attrape une bière fraîche au passage, ça va te faire du bien et à nous aussi.

Carabistouille accepta en grommelant mais elle les aimait bien ces deux-là, ils étaient gentils et puis il faisait chaud et la bière était tentante. Ils vidèrent à eux trois tout le contenu de la glacière puis se mirent à chanter tandis que Carabistouille exécutait maladroitement quelques pas de danse sur l’herbe fraîche.

A défaut d’admirer une chorégraphie parfaite, ce fut un grand moment de fou-rire pour Ana et son ami. Particulièrement quand Carabistouille bascula, cul par-dessus tête, dans un buisson. D’abord surprise et silencieuse, elle finit aussi par éclater de son rire tonitruant qui faisait tressauter son énorme fessier !

Ce qui fit dire à Ana cette phrase d’anthologie qui est restée dans les annales: les fesses sont vraiment d’exquises danseuses !

Voilà, c’est tout pour cette fois mais je vous invite à aller lire les autres textes tous dans des styles très différents qui ne vous laisseront pas indifférents 😉.

C’est demain 25 avril, la date limite de rentrée des textes ensuite viendra le moment du vote comme chaque mois. Je vous en reparlerai prochainement.

D’ici là, je vous souhaite un bon dimanche et de bonnes lectures.

Continuer la lectureAgenda ironique d’avril 2022 ✍🏻

Les votes de l’agenda ironique de mars ✍🏻

Un article très court pour vous informer du résultat des votes de mars.

Les trois billets ayant reçus le plus de suffrages sont :

Toutlopera avec Le lièvre et la tortue

John Duff avec Les propriétés antiseptiques de la sarriette

et Palette d’expressions avec Le seuil de l’espérance

et c’est Toutlopera qui a été choisi pour organiser l’agenda ironique d’avril.

Si ça vous tente de venir vous amuser avec une joyeuse bandes de déjantés (mais rien qu’un peu pour certain(e)s 😉), les consignes sont détaillées juste ici.

A vos plumes, euh vos claviers avant le 25 avril.

Bonne journée 😊.

Continuer la lectureLes votes de l’agenda ironique de mars ✍🏻

Agenda ironique de mars 2022 ✍🏻

Bien qu’un peu perdue dans un fonctionnement qui ne ressemble plus à ce que je croyais avoir compris au départ, je participe ce mois encore à l’Agenda Ironique, le principal étant de sortir de sa zone de confort et de s’amuser un peu.

En ce mois de mars, l’AI est hébergé par Brigetoun et les consignes sont les suivantes:

Nous disons donc pour mars le thème serait attente, avec utilisation des mots frémissement, zéphyr, frimas, velours, fendre, torrent, seuil et sarriette.

Je suis absolument certaine que vous voudrez bien en tirer des merveilles, avant le 25 mars.

Visite à la caisse de retraite

A peine franchi le seuil du bâtiment, on m’envoya sur la droite dans une salle d’attente.

J’aurais voulu poser une question à la personne à l’accueil mais, étant d’un naturel soumis, je suis allé sans rien dire m’asseoir sur un siège vide entre deux personnes.

J’ai évidemment dû faire lever la moitié de la rangée. Je ne comprendrai jamais pourquoi les gens laissent toujours un siège vide quand ils s’installent. Au cinéma c’est pareil, il y a toujours un siège de velours rouge snobé qui se trouve pile au milieu des autres. Bizarre…

Dans un long frémissement ressemblant à une onde transversale, chacun a repris sa position assise.

Et nous avons attendu. Heureusement la salle était bien chauffée et nous n’avions plus à subir les assauts des frimas comme quand nous poireautions dans la file à l’extérieur. Il faut dire que depuis huit jours il gelait à pierre fendre et que même le torrent qui se trouvait près de chez moi était pris par la glace. Putain d’hiver ! Il n’en finirait donc jamais.

Quarante ans que j’attendais ce moment et j’étais là comme un con à la caisse de retraite depuis déjà une heure sans qu’il y ait eu de changement. J’étais à l’aube de ma deuxième vie, celle où j’allais enfin occuper mes journées à ma guise et je commençais à m’impatienter. Je n’étais pas encore habitué à laisser le temps au temps.

Je regardais le panneau lumineux placé en haut du mur devant mes yeux. Il indiquait « Caisse de retraites ». Enfin je l’espérais puisque, dyslexique depuis toujours, je lisais en réalité « Caisse de sarriette* » ce qui n’avait évidemment aucun sens.

Enfin ce fut mon tour. Je m’approchais du bureau ad hoc quand une voix a aboyé violemment « J’espère que vous avez tous les documents nécessaires ! J’en ai marre de ceux qui ont fini carrière et comptent sur les autres pour faire le boulot à leur place ».

Pas de bol, j’étais tombé sur une employée dont les paroles étaient soufflées dans un style plus aquilon que zéphyr !

Un peu refroidi, je croisais les doigts pour que tout se passe bien…

*: je précise pour les distraits, j’en connais 😉, que sarriette est l’anagramme de retraites.

Voilà ce que ce thème m’a inspiré. Les autres participations sont à découvrir dans les commentaires chez Brigetoun et, si ça vous tente de participer, courez vite déposer votre texte sur son blog avant le 25 mars.

Bonne journée 😊

Continuer la lectureAgenda ironique de mars 2022 ✍🏻

Agenda ironique de février 2022

L’agenda ironique de ce mois de février est hébergé par le blog de Joséphine où vous trouverez le détail des consignes. En résumé, il nous faut choisir une partie du corps, quelle qu’elle soit, et consigner son monologue qui comprendra de nombreuses parenthèses ou tirets, le tout avant le 25 de ce mois.

Mon choix s’est porté sur le coeur d’un musicien liégeois surtout connu pour ses opéras comiques mais pas que 😉.

André Grétry  a été enterré au cimetière du Père Lachaise mais son cœur a été rapatrié à Liège en 1842. Il se trouve dans une urne nichée dans le socle de sa statue en bronze juste devant l’Opéra de Wallonie.

Le coeur de l'Opéra

En passant dernièrement sur la place de l’Opéra j’ai entendu un grommellement qui se glissait entre les bruits de la ville. Interloqué, j’ai pensé:

— Tiens, une manif se prépare, à moins que ce soit le tonnerre qui commence à gronder… La météo se sera encore trompée!

Mais en traversant la chaussée, j’ai cru distinguer quelques mots et je me suis approché, l’oreille tendue, de la statue qui trône fièrement au milieu du rond-point. Je ne vous cache pas que j’étais perplexe en me rendant compte que c’était la statue de bronze qui parlait toute seule.

— Pfff! Mais qu’est-ce que je m’ennuie moi ici. Il y a plus de 200 ans que je moisis ici tout seul dans cette urne.

J’ai produit mes premiers battements en février 1741 dans un corps né en Principauté de Liège (la Belgique ne sera créée qu’en 1830). Mon hôte a eu une vie  palpitante et avec lui je me suis toujours beaucoup amusé. Il faut dire qu’il a été l’ami de Voltaire et le protégé de Napoléon.  Il a aussi été directeur de musique de la reine Marie-Antoinette. Bref, vous l’avez compris, ce n’était pas n’importe qui.

Quant à moi, j’ai toujours été là pour lui. J’ai battu plus fort quand il a rencontré son épouse ainsi qu’à la naissance de leurs trois filles. J’ai souffert avec lui lors des décès de ces dernières alors qu’elles n’avaient même pas vingt ans. Et je n’ai finalement cessé de battre qu’en 1813 quand il s’est retiré à l’ermitage de Montmorency après la mort de Jean-Jacques Rousseau, le précédent locataire .

Pour tout vous dire, il m’a un peu déçu quand il a, dans ses dernières volontés, exprimé le souhait d’être enterré au cimetière du Père Lachaise mais que son cœur soit rapatrié à Liège.

Avant on rigolait avec les autres organes: estomac, foie, rein, rate,…on échangeait comme les bons copains que nous étions devenus au fil du temps, j’aurais tellement aimé continuer à vivre “en corps”*. On a eu de bons et de moins bons moments mais nous faisions front, ensemble. Et puis on nous a séparés… A dire vrai, c’est seulement moi qu’on a séparé des autres. Subitement j’ai été loin des yeux et eux loin du cœur …

Oh, je ne me plains quand même pas trop parce que j’ai été placé dans une jolie urne et la niche où on l’a posée est grillagée. Je peux donc ressentir, en permanence, la vie de  l’Opéra de Wallonie. En fonction de l’origine du vent, je peux même entendre parfois quelques notes de musique s’échapper par les fenêtres.

Mais la plupart du temps c’est surtout le bruit de la circulation automobile qui m’empêche de me reposer. Qu’est-ce qu’il y a comme trafic autour de la place! Et les coups de klaxon à longueur de journée et parfois même de nuit! Parfois la tête me tourne et j’en ai mal au cœur, je veux dire vraiment mal au cœur !

Et voilà maintenant que la ville fait des travaux pour installer un tram! Je sens que je vais encore trembler sous les vibrations des engins de chantier et peut-être même avoir certains jours le cœur au bord des lèvres…enfin vous m’avez compris.

Pourtant le jour où il a composé “Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille“, j’aurais dû me douter du sale tour qu’il me jouerait en me faisant rapatrier, seul.

Où peut-on être mieux, où peut-on être mieux
Qu’au sein de sa famille ?
Tout est content,
Tout est content,
Le cœur, les yeux.
Le cœur, les yeux.

Tu parles! Je ne les ai même plus les yeux pour pleurer je suis seul et je me demande pour combien de temps encore…

Bon, je vous laisse, j’entends les répétitions à l’Opéra, au moins ce soir je pourrai m’endormir en musique en rêvant du passé 🎵.

*: j’ai emprunté l’expression “En corps” à Cédric Klapish. Il s’agit du titre de son dernier film qui sortira en mars prochain 😉.

Je vous propose trois liens supplémentaires pour en savoir davantage:

Urne contenant le coeur de Grétry

Voilà, ma participation s’arrête ici mais nous sommes encore une fois nombreux à avoir joué le jeu et je vous conseille vivement de passer chez Joséphine lire les autres textes. Je ne doute pas que vous y prendrez beaucoup de plaisir 😊.

Continuer la lectureAgenda ironique de février 2022

Brick a book 419 ✍🏻

Cette semaine voit le retour, après quelques problèmes techniques, d’Alexandra du blog Brick a book. Elle nous propose ce lundi la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Molly Blackbird

Il m’en avait fallu du temps pour arriver à ce résultat!

J’avais beau suivre des cours de photographie depuis trois ans déjà, maîtriser parfaitement tous les réglages de mon appareil et avoir quelques milliers de clichés honorables stockés dans mon disque dur, celui-ci me procurait une joie immense.

D’abord parce que mon modèle n’était pas n’importe qui, c’était la femme de ma vie. Ensuite parce que, peu importe le temps passé à essayer encore et encore en déplaçant la source de lumière, en changeant la pose, le nombre d’iso et la balance des blancs, l’émotion ressentie en voyant le résultat gommait les moments de tension.

Je voulais tellement traduire en image ce que je voyais depuis les coulisses quand elle se concentrait sur scène avant le lever du rideau et l’éclairage des spots, pile au moment du basculement entre l’ombre et la lumière.

Ce moment c’était le nôtre, celui où nous étions en communion juste avant qu’elle m’échappe temporairement pour offrir sa chorégraphie à son public.

Aujourd’hui était un jour particulier, le 14 février, et, peu coutumier de la fête devenue commerciale, j’avais néanmoins décidé de le choisir pour lui demander de m’épouser!

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 419 ✍🏻

L’agenda ironique de décembre 2021

Le lundi c’est souvent le jour de l’écriture mais il n’y a toujours pas de proposition sur le blog Brick a Book. Qu’à cela ne tienne, je vous propose de lire le texte que j’ai écrit pour l’agenda ironique de ce mois. Les consignes pour ce dernier AI de 2021 ont été soigneusement concoctées par Patrick Blachon du blog “Peintures chamaniques“.

Les voici:

D’abord être un enfant et connaitre le nom du premier renne tirant le char du Père Nöel me semble essentiel.

Ensuite il faut évidemment que le paysage commence à se recouvrir de neige et de silence, Peut être que le mot tintinnabuler tomberait à pic comme orange, étincelles, écarquiller, introït ( celui-là vraiment pour le fun) jeûne, moyeu, rayon, centre, Saint ( ou sain et sein si la phonétique vous inspire) Etoile bien sur, et conifère aller tiens ça change de sapin.

Le tr « rennes » oh ! du Père Noël

Rudolph était tout contrarié ! Depuis des siècles c’était toujours lui qui paradait fièrement en tête du traîneau du Grand Barbu.  Il faut dire que son nez rouge illuminant la nuit leur avait souvent permis d’éviter ornières et obstacles pendant les livraisons.

Fringant le jalousait depuis toujours et mourrait d’envie de prendre sa place pour que tous puissent l’admirer comme il se doit mais le boss était intransigeant sur le sujet : la sécurité avant tout.

Tonnerre était à ses côtés, en tête du troupeau. Sa force exceptionnelle permettait de tirer un poids qui dépassait la raison mais il y avait tellement d’enfants sages à gâter. Un jeûne de quelques jours pour perdre le gras accumulé depuis le Noël précédent et renforcer sa masse musculaire lui avait été conseillé par le vétérinaire mais si quelqu’un imaginait qu’il puisse se contenter d’une seule orange au goûter et bien il se trompait…       
Cette année si particulière qui avait privé les petits de nombreux plaisirs et parfois même d’école, le Père Noël souhaitait l’effacer en leur offrant davantage de cadeaux soigneusement emballés par les lutins.

Et voilà que le premier ministre venait d’annoncer que dorénavant seuls les transports de marchandises électriques pourraient circuler dans le pays ! Il paraissait que les autres véhicules étaient trop bruyants et empêchaient les experts de tout poil de se concentrer.

En général l’équipage de Noël glissait sur la neige tassée, en silence ou presque. Un tout petit chuintement se devinait si on tendait très, très fort l’oreille. Par chance il n’y avait ni roues ni moyeux sur le traineau, et par conséquent aucun risque de grincement intempestif.

Il est vrai que par moment les clochettes soigneusement disposées autour du cou des cervidés par la Mère Noël tintinnabulaient à qui mieux mieux. Ils seraient tristes de ne pas pouvoir exprimer leur joie en sautillant mais peut-être qu’en disposant des étoiles comme des rayons de soleil au centre et sur les côtés du traineau ça compenserait un peu. Peut-être même que des batônnets produisant des étincelles pourraient animer un peu la scène. Il était impératif que les enfants éveillés la nuit écarquillent les yeux au passage du traineau de Noël !

Il n’était pas question de faire comme Saint-Nicolas, seul avec son âne pour délivrer les jouets discrètement la nuit du 6 décembre. A défaut de faire du bruit il fallait au moins que ça brille !

Thimoté ignorait bien sûr les états d’âme des rennes mais il avait été bien sage et espérait recevoir les cadeaux demandés. Il avait déposé sa liste dans la boîte aux lettres spéciale Noël et n’avait nul doute de les trouver le 25 décembre au pied du grand conifère qui trônait depuis quelques jours dans un coin du salon.

Il savait qu’il devrait encore être sage pendant le repas de réveillon en famille et supporter l’introït incontournable de la messe de minuit où sa grand-mère les entraînait chaque année. Et puis, comme chaque 24 décembre, il espérait de toutes ses forces ne pas s’endormir avant d’avoir vu briller le nez rouge de Rudolph dans la nuit. Et si ce n’était pas cette année, ce serait sûrement l’année prochaine  😊.

Voilà, si vous êtes arrivés jusqu’ici je vous invite à continuer chez Patrick afin d’y lire tous les textes participant à cet AI. Jai jeté un coup d’oeil discret et croyez-moi, il y a de la variété dans les écrits!

D’ici là, je vous inviterai probablement à voter mais avant tout, laissez-moi vous souhaiter

Continuer la lectureL’agenda ironique de décembre 2021

Brick a book 418 ✍🏻

Cette semaine, Alexandra du blog Brick a book nous propose la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

© lcs vgt

Il avait tellement rêvé de cet instant!

Depuis plusieurs années il ne loupait aucun épisode d’Alex Hugo à la télé, juste pour se projeter dans les si beaux paysages de montagne.

Mais toujours quelque chose l’obligeait à annuler ses vacances. Il y a trois ans, c’était du boulot en retard et les yeux de cocker triste de son patron le suppliant de tout finaliser avant une date buttoir. Il y a deux ans, il avait le pied plâtré après une chute mémorable sur un tapis de feuilles mortes humides. L’année dernière la pandémie avait vu l’annulation de sa réservation.

Mais là il culminait fièrement sur un éperon rocheux et il se sentait si bien, presque seul au monde. La première étape était franchie et son regard ne quittait pas le somment enneigé de l’autre côté de la vallée. Il n’avait pas osé y aller seul, par prudence (un pied cassé est si vite arrivé 😉), mais demain matin il rejoindrait un petit groupe emmené par un guide expérimenté.

Il s’assit pour admirer l’immensité presque silencieuse qui l’entourait. Les derniers mois avaient été difficiles mais il n’y pensait plus, tout à son bonheur d’être enfin là où il le voulait. Il respirait profondément cet air si pur qu’il lui donnait l’impression de purifier également ses poumons et ses pensées.

Plus qu’une fois dormir, comme disent les enfants, et il trônerait encore plus fièrement qu’aujourd’hui sur la montagne si blanche, là, juste en face!

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 418 ✍🏻

L’agenda ironique de novembre

Les mois filent à la vitesse grand V et voilà déjà venu le temps de proposer un texte pour l’agenda ironique hébergé ce mois-ci par Laurence Délis du blog Palette d’expressions.

Les consignes sont:

Aussi pour pour parer aux jours gris de novembre, novembre de brume et de mélancolie, je vous propose de débuter votre récit par une phrase empruntée à Charles Trenet « Y a de la joie […] par-dessus les toits […] du soleil dans les ruelles » à laquelle j’ajoute “et novembre”.

Ce qui donne la phrase suivante : « Y a de la joie par-dessus les toits, du soleil dans les ruelles et novembre… »  

A vous d’écrire une suite où il sera question de ce mois novembre. Que fait novembre ou que faire de novembre ou que faire en novembre, avec qui ou quoi… bref, c’est à vous de le dire, comme bon vous plaira avec un zeste d’ironie agenda oblige 😉

Il faudra ajouter trois mots à votre inspiration du mois  :

un puits – le passage – se taire

Y a de la joie par-dessus les toits, du soleil dans les ruelles et novembre n’est qu’un passage vers l’hiver auquel succèderont le printemps et puis l’été.

Depuis la nuit des temps c’est ainsi et il n’y a pas de raison objective pour que ça change.

Quoique…

Il est difficile de se taire et de considérer que tout est immuable depuis qu’un bête minuscule virus de rien du tout a brutalement bouleversé nos vies.

Si l’humour est toujours là, l’ironie elle s’est faite plus discrète, la sensibilité à fleur de peau de certains nous suggérant plus de retenue,  pour ne pas les blesser pendant la traversée du tunnel.

Avant, pour nous, le rythme était bien établi, plutôt tranquille l’hiver, quelques belles balades pour photographier les reflets du soleil sur la neige immaculée ou alors au coin du feu, un bon livre en main et un chat sur les genoux, le bonheur quoi. Après la chaleur des fêtes de fin d’année, début janvier, commençait la frénésie de programmer des rencontres amicales et des vacances de printemps et/ou d’été. Choisir où, dans quelles conditions, pendant combien de temps, seuls ou avec des amis, bref un autre bonheur en pensée et par avance, comme un acompte sur les plaisirs à venir.

Depuis mars 2020, les jours d’hiver ont peu changé : la neige est toujours là, le feu, la lecture et le chat aussi. C’est rassurant. En été par contre, les vacances ont été écourtées puis ont laissé place à des balades moins loin, à d’autres loisirs plus casaniers, le jardin s’est refait une beauté. On a moins vu les amis ou alors en extérieur, tous un peu gênés de ne plus oser se faire la bise, comme des amoureux à leur premier rendez-vous.

Malgré ces moments difficiles, passés, présents et à venir, (bien sûr que nous avons un avenir et que le meilleur est à venir!) après avoir eu parfois l’impression de glisser dans un puits sans fond, la vie a doucement repris le dessus, d’autres manières de vivre se sont installées, la résistance s’est bien organisée. Au passage, notre échelle de valeurs a changé, est devenue plus sensée mais le principal est que nous sommes toujours là, participants permanents au bal masqué, ohé, ohé à clamer haut et fort que oui vraiment y a de la joie par-dessus les toits et que bientôt nous pourrons fredonner ces quelques mots en dansant

Aujourd’hui j’embrasse qui je veux, je veux
Devinez, devinez, devinez qui je suis
Derrière mon loup, j’embrasse qui je veux, je veux
Aujourd’hui, (aujourd’hui) tout est permis (tout est permis)
(Au bal masqué, la Compagnie créole).

 

Voilà, si vous êtes arrivés jusqu’ici, au bas de la page, il vous reste à passer chez Laurence lire les autres participations puis, dans quelques jours, à répondre à l’invitation à voter.

Prenez soin de vous 😊.

Continuer la lectureL’agenda ironique de novembre

Brick a book 417 ✍🏻

Cette semaine, Alexandra du blog Brick a book nous propose la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite et, comme je suis ailurophile, je n’ai pas eu trop de mal à démarrer mon texte. Il m’a suffit de regarder la boule de poils qui partage notre vie depuis quelques années😻.

Bonne lecture 😊.

©iana Parkhouse

Ça c’est moi, Pacha.

Au début de ma vie, je me suis retrouvé, avec mes frères et sœurs,  dans un carton déposé au bord de la rivière. Nous avions faim et ne comprenions pas ce qui nous arrivait. Où était notre maman?

Très vite une gentille dame nous a trouvés et emportés dans ce qu’elle a appelé un refuge. Nous ne comprenions pas bien ce que c’était mais au moins on nous a donné à manger.

Quelques jours plus tard est arrivée celle qui est depuis devenue mon esclave. Elle m’a soulevé dans ses mains et a dit

— C’est celui-ci que je veux, je l’aime déjà!

Depuis, elle vit chez moi. Bon, au départ c’était sa maison mais très vite elle a compris qui était le maître.

Si je veux manger je miaule un peu devant ma gamelle et elle se précipite pour me donner coquettes et bouchées de choix.

Si je souhaite qu’elle m’ouvre la porte, je miaule brièvement devant celle-ci et elle accourt pour l’ouvrir.

Heureusement elle me laisse passer la nuit dans le garage où j’ai une maison chaleureuse rien que pour moi ainsi qu’un coussin sur la chaudière. Une petite porte qui s’ouvre dès que je l’approche me permet de faire la java jusqu’au matin avec les autres chats du quartier. Ils m’aident à oublier ma famille sauf quand j’ai le cafard.

C’est mon esclave mais je crois que je commence quand même à l’aimer, surtout quand elle me laisse me blottir sur ses genoux et qu’elle me caresse le ventre.

Finalement je me dis que, même mal commencée, ma vie est finalement très belle et mon nom très bien choisi.

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 417 ✍🏻