Brick a book 416 ✍🏻

Cette semaine, Alexandra du blog Brick a book nous propose la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Robert Collins

Il en avait littéralement plein le dos de cette bonne femme!

Ils s’étaient connus à la salle de musculation, avaient échangé quelques sourires appréciateurs puis s’étaient rapidement trouvés dans le même lit pour le meilleur et pour le…meilleur.

Il y avait deux ans déjà. Complètement obsédés tous les deux par leur apparence, ils prenaient des tas de produits anabolisants pour parfaire leur musculature. Aucun concours, aucun programme d’exhibition dans la région ou plus loin ne les rebutait. On les voyait partout, ensemble et sur la même longueur d’onde, créant de nouvelles figures à deux pour faire saillir leurs muscles.

Tout allait merveilleusement bien jusqu’au début du printemps dernier. Elle commença par limiter sa consommation de produits dopants laissant ainsi rapidement fondre sa masse musculaire. il s’en étonna mais mit ça sur une lubie de régime ou autre fantaisie féminine.

Puis elle commença à laisser traîner des magazines avec des photos d’enfants un peu partout dans leur appartement. Inutile de dire que le signal n’arrivait pas au cerveau masculin de son compagnon. A croire que les nœuds de ses muscles empêchaient l’information d’arriver jusqu’à ses neurones!

Au fil du temps, l’horloge biologique de l’une avait pris de l’avance sur celle de l’autre, toujours obsédé par son corps.

Hier elle lui avait carrément posé un ultimatum: tu me fais un enfant, très vite, ou je te quitte directement après l’exhibition de ce soir.

Il savait qu’il vivait les derniers instants de leur couple et qu’il sentait pour la dernière fois le poids de sa compagne sur ses épaules. Il ne pouvait pas laisser tomber tous ses rêves et changer radicalement de vie, même sous la menace.

Le spectacle fini, elle rentra une dernière fois dans leur logement pour emporter le bagage préparé discrètement au cas où malgré l’espoir qu’il partage enfin son envie de fonder une famille.

Cette  photo, devenue collector, est la dernière des “Musclamoureux” comme on les appelait dans le milieu.

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 416 ✍🏻

Brick a book 415 ✍🏻

Cette semaine, Alexandra du blog Brick a book nous propose la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

@ random institute

Elle espérait que les battements de son coeur allaient ralentir. Elle avait l’impression qu’on entendait les pulsations résonner dans tout le wagon. Pour son malheur…

Elle était arrivée à semer ses poursuivants mais l’angoisse la paralysait encore. Elle savait qu’ils n’abandonneraient pas de sitôt leur traque.

Les rouages de son cerveau tournaient à toute vitesse. Il fallait qu’elle arrive à leur échapper une bonne fois pour toutes.

Le pire c’est qu’elle ne savait pas ce qu’ils lui voulaient. Ils parlaient une langue étrangère avec des tonalités qui lui évoquaient une langue des pays de l’est mais sans certitude.

Ils avaient commencé à la bousculer, la narguer, la tripoter, crier en tournant autour d’elle. Il l’invectivaient et personne parmi les passagers en attente sur le quai n’avait réagi. Tous regardaient ailleurs, comme gênés par la scène mais ne souhaitant surtout pas s’en mêler.

Sa mère avait eu raison de craindre qu’on s’en prenne à elle qui avait toujours été différente des autres enfants. Plus lente, moins réactive, moins agressive surtout, une proie idéale pour des adolescents en recherche de sensations.

Elle était arrivée à ouvrir la porte de l’endroit réservé aux colis encombrants et surtout à s’y enfermer. Elle ne savait plus trop s’orienter dans cet espace où les fenêtres brillaient surtout par leur absence. Comment savoir où descendre du train alors que tous les repères mis en place par sa mère lors du premier trajet effectué ensemble avaient disparu…

A un moment la porte s’ouvrit doucement. Elle retenait son souffle, s’attendant au pire.

— Mais que faites-vous ici, dit le contrôleur aussi surpris qu’elle.

Quand elle fondit en larmes, le brave homme ne sut plus quoi faire. Il décida d’appeler l’accompagnatrice du train qui parvint difficilement à calmer la jeune fille et à lui faire raconter son histoire. 

Avec beaucoup de patience ils comprirent plus ou moins ce qui s’était passé et ne la quittèrent plus jusqu’à son arrêt où ils s’assurèrent que sa maman l’attendait bien sur le quai.

Le plus dur serait de remonter dans le train le lendemain et les jours suivants mais il le fallait si elle voulait acquérir, peu à peu, un minimum d’indépendance…

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 415 ✍🏻

L’agenda ironique d’octobre

Je ne participe pas tous les mois à l’agenda ironique mais les consignes de celui d’octobre, élaboré par Carnets Paresseux, m’ont un peu inspirée.

Voici ce qu’il nous propose:

Il va s’agir de raconter une histoire de premier jour. Tout simplement en hommage à James Ussher, archevêque d’Armagh et Primat d’Irlande, qui, après de très savants calculs assigna au premier jour de la Création du monde la date du 22 octobre.

Donc, une histoire de premier jour, de génèse, de commencement, bref, de début, sous forme de chanson, de conte, de thèse, d’opéra, de feuilleton (j’ai beaucoup d’affection pour les feuilletons), recette de cuisine, pièce de théâtre, poésie animalière, cinématographe ou aquarelle, ce que vous voulez, en un épisode ou en vingt livraisons ; avec – si vous voulez – une écrevisse, et – obligé –deux vers empruntés à l’ami Norge , au choix entre ces quatre là :

« la porte était lourde / ça faisait des heures »
ou
« j’attends de savoir / ce qu’il faut attendre »

Pour celles et ceux qui l’ignoreraient, l’aventure d’Ana a débuté ici. Vous trouverez mes participations à l’agenda ironique en cliquant sur l’étiquette AI dans la colonne de droite 😉.

Ana était perplexe. Il avait reçu le matin-même un colis qui lui était adressé mais dont l’expéditeur avait omis d’indiquer son nom. Curieux de découvrir ce que c’était, il déchira prestement le papier gris et vit une paire de chaussures de la marque « 22 octobre ».

Il connaissait bien cette marque belge créée par le designer Olivier Strelli mais pourquoi diable lui envoyait-on des chaussures à lui qui n’en avait plus besoin depuis plusieurs années…

Il secoua le papier, puis la boîte, puis le papier à nouveau puis la boîte encore, et rien ne tomba, pas le moindre petit mot d’accompagnement.

Il était perplexe mais en même temps il sentait une sorte d’excitation joyeuse. C’était probablement le premier jour d’une nouvelle occupation. A force de regarder les épisodes de Lupin à la télé, il avait de soudaines envies de résoudre des énigmes, si possible tarabiscotées. Il aurait pu choisir de devenir « gentleman cambrioleur » mais son fauteuil roulant n’étant pas le meilleur accessoire pour cette activité il avait bien dû choisir l’autre camp…

Très organisé, il commença par mettre de l’ordre dans les différentes données de ce mystère pour essayer de le percer :

  1. Un colis envoyé par la poste : par qui ? d’où ? (il faudra penser à vérifier le cachet postal pour voir si le lieu de dépôt est mentionné).
  2. Des chaussures : pourquoi offrir cela à un cul-de-jatte ? Personnellement il aurait préféré un pull ou une chemise. Il y avait peut-être un sens caché.
  3. La marque de chaussures « 22 octobre », une marque un peu vintage qu’on ne trouve plus qu’en seconde main ou plutôt en second pied dans ce cas. La marque a-t-elle une signification ou pas ? Sur internet il avait lu que le 22 octobre était le jour de la pomme. Pour l’heure il lui semblait parfaitement clair que c’était de la sienne qu’on se moquait dans cette histoire.
  4. « 22 octobre », un mois tout pile après le « 22 septembre » de Brassens : il serait intéressant de chercher un éventuel lien entre les deux. Peut-être un moisiversaire?

Manifestement il serait difficile de trouver l’expéditeur mystérieux mais, par chance, le cachet de la poste était bien lisible. Le paquet avait été déposé au bureau de poste de Houte-si-Plou. Il avait beau se creuser les méninges, il ne connaissait personne qui habitait par là. Ou alors, ça faisait partie d’une blague, ça ne pouvait qu’être cela en y réfléchissant bien puisque, dans la région, envoyer quelqu’un à Houte-si-Plou revenait à l’envoyer au diable.

Il en était là de ses réflexions et pensait « j’attends de savoir lequel de mes amis va se trahir et évoquer le sujet mais ce qu’il faut attendre me paraitra probablement trop long ». C’est vrai que la patience n’était pas la plus grande qualité d’Ana. Depuis son accident il avait une telle soif de vivre que tout devait toujours aller très vite.            
C’est comme la première fois où il avait mangé une écrevisse, il était tellement pressé qu’il l’avait à peine décortiquée et avait failli mourir étranglé. Heureusement que ses potes l’avaient fortement tapé dans le dos jusqu’à ce qu’il recrache tout. Il avait gardé une méfiance terrible à l’égard des crustacés depuis lors. Mais là n’était pas le problème.

A ce moment son amie Sandrine entra dans le salon en grommelant. La porte était lourde et ça faisait des heures qu’elle avait envie de retrouver son ami. Dans sa précipitation elle s’était un peu blessée à la main mais, en voyant la tête d’Ana avec sa paire de chaussures en main, elle ne put s’empêcher de pouffer.

« Oh zut, s’écria-t-elle, j’ai oublié de te prévenir. J’ai trouvé une paire de chaussures du tonnerre et en très bon état pour trois fois rien sur Vinted et je les ai commandées. Pour plus de facilité, j‘ai donné ton nom et ton adresse vu que je passe presque tout mon temps chez toi  maintenant ».

Ana partit d’un grand éclat de rire. Pour le coup, cette histoire l’avait bien fait marcher voire même courir !

Il se demandait finalement si ce premier jour n’était pas aussi le dernier de sa nouvelle occupation de fin limier…

Dommage, il voyait déjà la plaque apposée sur sa porte d’entrée:

“Ana Logique, Enquêtes en tout genre”

Dès que nous aurons atteint la date exacte du 22 octobre, il s’agira de voter.
Je vous communiquerai alors le lien à suivre pour donner votre voix au texte que vous aurez préféré dans cet exercice 😊.

Vous pouvez dès à présent découvrir les premiers textes chez Carnets paresseux, c’est à coup sûr la garantie d’un bon moment de lecture 👍.

Continuer la lectureL’agenda ironique d’octobre

Brick a book 414 ✍🏻

Cette semaine, Alexandra du blog Brick a book nous propose la photo ci-dessous en guise de déclencheur d’écriture.

Comme d’habitude, le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

En voyant l’oriel plein de charme j’avais pris ma décision instantanément: ce serait cet appartement et aucun autre!

Je prévoyais de remplacer les voilages par d’autres mieux ajustés et plus élégants mais c’est certain, je voulais m’installer à cet endroit pour lequel j’avais eu un vrai coup de foudre.

Je travaillais depuis deux ans déjà et j’avais pu économiser en continuant à vivre chez mes parents. Mais depuis que j’avais rencontré mon amoureux la cohabitation avec eux était devenue moins évidente. Il était temps que je déménage enfin pour vivre à ma guise.

Depuis presque deux mois j’avais écumé les petites annonces immobilières et visité pas mal de logements proposés à la location sans parvenir à me décider. Je commençais à rêver de Stéphane Plazza!

Et là enfin la chance me souriait. J’imaginais déjà un petit canapé confortable, d’une couleur plutôt chaude, baigné par la lumière des trois hautes fenêtres et  propice au cocooning ainsi qu’à la lecture.

Le reste de l’appartement était un peu vieillot mais plein de charme également et c’est sans hésiter davantage, de peur qu’il m’échappe, que j’ai signé le bail de location qui m’emplissait de fierté et de bonheur.

A moi la belle vie, enfin je l’espérais très fort…

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 414 ✍🏻

Brick a book 413 ✍🏻

Après une semaine sans, Alexandra du blog Brick a book nous propose à nouveau, ce lundi, une photo en guise de déclencheur d’écriture.

Il s’agit de  la photo ci-dessous et le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Jakub Arbet

C’était tout ce qu’il avait pu sauver lors de sa fuite hors des frontières de ce pays qui l’avait vu naître mais qu’il détestait à présent.

Il avait laissé derrière lui tout ce qu’il possédait pour prendre son seul trésor: le violoncelle fabriqué par son père.

Ceux qui l’avaient aidé à passer la frontière avaient rechigné en voyant l’encombrement mais il avait été intransigeant. Il voulait bien leur donner tout l’argent épargné depuis des mois et des mois mais il ne quitterait pas son instrument.

Il n’avait plus aucune famille et les sons qu’il tirait en frottant son archet sur les cordes lui rappelaient l’ambiance de la maison familiale. Ses parents lui avaient donné très tôt l’amour de la musique. Il faut dire que son père était un luthier reconnu à des kilomètres à la ronde. La musique avait accompagné son enfance et son adolescence et quand ses parents avaient été tués ensemble dans un accident de la route il avait décidé de quitter ce pays où plus rien ne le retenait.

Depuis quelques mois, il passait ses journées devant l’église où les passants s’étaient habitués à sa présence et aux sons mélodieux qu’il faisait sortir du violoncelle.

Son esprit s’évadait souvent en même temps que s’envolaient les notes et il oubliait la faim, les chaussures trouées et sa condition misérable…

L’avenir serait plus clément, il voulait y croire à tout prix.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 413 ✍🏻

Le poids des mots sans le choc des photos

Je pensais vous proposer un texte dans le cadre de l’atelier en ligne Brick a book mais Alexandra, probablement toujours occupée à corriger son nouveau roman, n’a pas posté de photo déclencheuse d’écriture pour ce lundi.
Pas de photo mais, comme c’est normalement jour d’écriture, je saisis l’occasion pour partager ces quelques mots et réflexions reçus dans ma messagerie.  Ces mots sont “en phase terminale” et deviendront peut-être un jour délicieusement “vintage” ou passeront à la trappe des nouveaux dictionnaires, va savoir!

Inculpation
A été expurgé du Code Pénal au profit de « mise en examen », cela afin d’éviter une infamante présomption de culpabilité.
– Être « en examen » ne présage pas du résultat de l’examen.
– Aujourd’hui quand quelqu’un est mis en examen, on doit toujours insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité.
– Comme du temps où il aurait été « inculpé ».
Instituteur
– Longtemps remplacé par « Maître d’école ».
– Il tend à disparaître par sa dissolution dans le concept fourre-tout de l’enseignement, au bénéfice de « Professeur des écoles ».
Maîtresse
– Ne pas assimiler à la version féminine d’instituteur !
– Ce serait une « professeure des écoles ». Les maris n’ont plus de maîtresse mais une «amie»…
– Les épouses conservent parfois l’amant, mais seulement à cause de la connotation romantique. Les moins romantiques n’ont qu’un « ami » aussi !
Morale
– A force d’être inemployée, a disparu. Ne demeure que « ordre moral », mais attention : connoté de « fascisme ».
– Toutefois, personne ne se réclame du « désordre moral ». La morale n’est plus enseignée, elle est remplacée par l’ «éducation à la citoyenneté».
Mourant
– Il n’y a plus de mourant, mais des malades « en phase terminale ».
– Afin d’éviter une regrettable confusion, ne dites pas à votre fils qu’il est en terminale, mais qu’il va passer son bac !
– Pour désigner un mort doit-on parler d’un individu « en phase terminée »?
Patriote
– Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
– Désigne aussi un bon citoyen américain, et un missile américain…
Pauvre
N’existe plus. C’est un « défavorisé », un « plus défavorisé », un « exclu », un « S.D.F. », à la rigueur un « laissé pour compte ».
– Dans les années 1980, il subsistait uniquement dans l’appellation «nouveau pauvre» ; ce fut le chant du cygne.
Province
– Dire désormais « en RÉGION ». On ne dit plus du « provincial », mais du « régional ».
Race
– A été abolie au profit d’ «appartenance ethnique». Sinon, vous êtes raciste, fasciste, nauséabond,
– On peut néanmoins dire « black » en anglais et en banlieue.
Servante / Bonne
– Se trouve dans les romans du XIXème siècle.
– Aujourd’hui, c’est une « employée de maison ».
– Quand elle s’occupe de vieux – pardon, de «personnes âgées» − elle devient une « auxiliaire de vie ».
Séquestré
– Aucun cadre, aucun chef d’entreprise n’est séquestré : il est «retenu contre son gré» !
Vandales
– A laissé place à « jeunes en colère », voire à « paysans en colère ».
– L’ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.
Vol
– Terme réservé aux gagne-petit et aux obscurs.
– Pour les politiques, on parlera d’ «enrichissement personnel». Ce qui est condamné unanimement par les collègues, contrairement à l’enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu’au parti…
– Mérite la compréhension, ce que les juges n’ont pas encore compris !
Voyou
– En voie d’extinction… On ne connaît que des individus «bien connus des services de police», des «récidivistes» et des «multi-délinquants».

Et les cons sont devenus des « mal-comprenants » ! (Jean d’Ormesson)

Et vous, que pensez-vous de cette transformation du vocabulaire? Attention, je ne suis pas du tout contre une certaine évolution mais je me demande si la différence de perception entre “djeun’s” et “personnes âgées” a été autant marquée à toutes les époques. C’est peut-être simplement le signe que je vieillis…😉

Allez, un peu d’humour pour terminer et illustrer l’écart entre générations, ça vous va? 😊

Continuer la lectureLe poids des mots sans le choc des photos

Brick a book 412 ✍🏻

C’est la reprise après la saison estivale. Alexandra du blog Brick a book nous propose à nouveau, tous les lundis, une photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous et le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Derek Lee

Dix-huit ans enfin! J’avais suivi toutes les leçons de conduite, réussi l’examen et dès demain je pourrais enfin aller chercher mon permis de conduire à la commune.

J’avais bien lu les consignes: je devais me présenter au guichet avec la somme d’argent exacte et une photo d’identité récente à placer sur le précieux sésame.

Les portraits posés c’est pas trop mon truc et l’appareil automatique du supermarché voisin m’avait paru le meilleur plan pour moi.

Un peu fébrile quand même, l’évènement marquait mon entrée dans la vie adulte, je me suis assise sur l’espèce de pouf orange, j’ai esquissé un vague sourire avant de glisser les pièces dans le monnayeur et paf! le flash m’a éblouie violemment.

Il ne me restait plus qu’à attendre le résultat à l’extérieur. Bon, la qualité n’est jamais terrible dans ces appareils mais là c’était le bouquet! J’avais été tellement éblouie que mes yeux s’étaient fermés d’un coup et…j’avais oublié d’enlever mon masque anti-Covid!

Pas certain que la photo soit acceptée pour m’identifier sur mon permis de conduire tout neuf 😂.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Bonne semaine 😊.

Continuer la lectureBrick a book 412 ✍🏻

Brick a book 411 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Karim Manjra

Toute ma vie j’avais rêvé de partir en vacances. Découvrir le monde m’ouvrir à différentes cultures, rencontrer d’autres peuples. A chaque fois que l’été revenait c’était mon obsession.

Malheureusement ma vie avait commencé sous de mauvais auspices et j’arrivais tout juste à payer mon loyer et à survivre correctement. Mes parents s’étaient peu occupés de moi et ne m’avaient pas payé d’études. Très vite j’avais dû abandonner l’école pour travailler et apporter mon salaire à la famille. Devenu adulte j’avais trouvé un logement certes minuscule mais au moins j’étais chez moi.

Mon ami Arthur travaillait dans un casse automobile et m’avait cédé une carcasse de Fiat 500 pour une bouchée de pain. Vu son état, elle ne roulerait plus jamais et il me l’avait déposée devant mon logement il y avait de cela deux mois.

J’avais récupéré les sièges et en avais fait des divans acceptables pour mon salon. Puis j’avais trouvé de vieilles valises à la déchetterie, les avais bien nettoyées et ficelées sur la galerie de la voiture, comme pour un départ imminent.

Une étagère soudée à l’avant m’avait permis de déposer un très beau pot offert par une gentille voisine.

Les passants trouvaient l’assemblage amusant mais pour moi le principal était mon moral qui était toujours au beau fixe depuis qu’il me suffisait de regarder  devant ma porte pour croire que mon rêve de voyage allait enfin se réaliser.

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Par contre, le moment de la pause estivale est arrivé et l’atelier d’écriture est en vacances jusqu’en septembre 😎.

Continuer la lectureBrick a book 411 ✍🏻

L’agenda ironique de juin

Après une pause, j’ai décidé de rempiler pour l’agenda de ce mois. Il faut dire qu’Anapodoton me manquait un peu et l’appel du pied de Toutlopera m’a titillée😊. 

C’est Max-Louis, alias Iotop, qui héberge l’AI de juin et qui nous a donné des consignes que je résume ci-dessous:

Je vous propose de composer un texte (prose ou poésie – long ou court) avec la langue écrite de votre choix (réelle ou imaginaire) et dans le genre qu’il vous plaît (fantastique, utopique, commun, amoureux, journalier, carnet de bord, romantique, animalier, érotique…) le tout… Ironique.

Et pour « faire » bonne mesure, quatre mots imposés :
– Insomniaque
– Chouette
– Frigoriste
– Narine
(vous pouvez les placer dans le désordre ou l’ordre et même en faire des anagrammes ou les triturer selon votre bon vouloir).

C’est bien beau tout ça mais les textes doivent être envoyés avant le 26 juin et je suis très occupée actuellement.

Cruel dilemme mais tant pis, le texte sera court et un peu bâclé mais il aura le mérite d’exister (comme on dit quand on n’est pas très confiant 🙃)

Je vous livre donc une nouvelle histoire d’Ana et si vous voulez vous rafraîchir la mémoire, les épisodes précédents sont ici: 1, 2 et 3.

Petite rencontre entre amis

Plus d’un an s’était écoulé depuis la rencontre en Absurdie entre Onésime et Ana. Le monde avait été secoué et les voyages étaient devenus quasi impossibles.        
La vie reprenait doucement et les deux compères qui avaient beaucoup échangé (béni soit Internet) s’étaient juré que, dès que possible, Onésime viendrait voir le village natal d’Ana. Tout le monde à Hotton était au courant de l’évènement : Onésime arriverait samedi midi !        

Il y avait bien sûr François, l’ami de toujours, lui qui réussissait les meilleures frites de la région, celles qui faisaient saliver Ana comme un escargot par temps de pluie. Il faut dire qu’Ana dévorait un sachet de frites en moins de 2 minutes chrono au point que François l’avait baptisé avec humour « le frite-ogriste », c’est dire…

Venait ensuite Sandrine, la fille du cantonnier, qu’Ana avait enfin regardée de plus près. Il avait enfin admis que c’était une chouette fille depuis que leurs langues s’étaient trouvées, un peu par hasard, beaucoup par plaisir. Elle se réjouissait vraiment de rencontrer Onésime après qu’Ana lui ait raconté leur virée, en omettant toutefois certains détails moins glorieux… Par exemple le soir où ils étaient sortis du bar en gueulant à tue-tête « C’est nous les gars de la nariiiiiiine… » (air connu) juste parce qu’ils avaient un petit coup dans le nez.

Y avait aussi Dédé la boulange, copain d’enfance de François et Ana, et tous les autres jeunes du village qui avaient soutenu Ana depuis son accident et qui suivaient assidument ses pérégrinations sur Face de bouc.

Il faut dire que c’était un battant Ana. Ses pensées tournaient plus vite que les roues de son fauteuil. Il était souvent speedé même si parfois, de manière inexpliquée, son moral chutait brutalement en même temps qu’une grande fatigue l’envahissait. Heureusement, il avait trouvé le remède : une sieste réparatrice remettait tout en ordre il se trouvait plus en forme au réveil que jamais, prêt à redémarrer plein de choses. C’était ce qu’il appelait en son for intérieur faire « un somme-niaque ».

Bref, l’excitation était à son comble en attendant l’arrivée d’Onésime. C’est sûr que la soirée se terminerait comme la dernière page d’un album d’Astérix : par un grand banquet et des chansons à ne pas mettre entre toutes les oreilles… 

Je pense qu’Ana vivra encore de nombreuses aventures mais d’ici là je vous invite à aller lire les autres textes chez Iotop et à aller y voter pour votre préféré entre le 27 et le 30 juin (de cette année bien sûr 😉).

Bonne lecture et bonne fin de semaine.

Continuer la lectureL’agenda ironique de juin

Brick a book 410 ✍🏻

Comme tous les lundis, Alexandra du blog Brick a book nous propose une nouvelle photo en guise de déclencheur d’écriture.

Cette semaine il s’agit de  la photo ci-dessous. Le texte qu’elle m’a inspiré se trouve à la suite.

Bonne lecture 😊.

©Nii Shu

Depuis tout petit il était fasciné par les belles lettres bien tracées. Pour chaque anniversaire ou autre célébration, ses parents lui avaient offert des outils de calligraphie adaptés à ses petites mains. Il ne comptait plus les plumes, les calames, les pierres à encre, les livres sur le sujet,…

Au fil du temps, il avait délaissé les tracés arabes, qui l’avaient d’abord attiré, pour la calligraphie d’Extrême-Orient.

Devenu adolescent, il avait été conforté dans son intérêt en découvrant sur Wikipédia que le mot japonais 書道 (shodo), traduit en français par calligraphie, signifiait «la voie de l’écrit». C’était tellement ce qu’il ressentait depuis plusieurs années. Au-delà de la beauté  des caractères, il aimait voir les chemins empruntés par ses mains devenues habiles à tracer les idéogrammes sans s’appuyer ni faire de pâtés d’encre sur le fin papier adapté à son art. Une fois le tracé terminé, les idées se coulaient dans la même voie.

Il avait puisé son inspiration dans des livres d’abord puis ensuite sur internet. Il avait aussi suivi des cours et s’était un temps laissé distraire par l’enluminure mais sans ressentir le même plaisir qu’en traçant des traits simplement à l’encre noire.

Jeune adulte enfin, il s’était naturellement dirigé vers des études en langues et lettres anciennes orientales à l’université.

Il venait d’arriver au Japon dans le cadre d’un séjour Erasmus et était baigné par cette culture qui le fascinait depuis si longtemps.

Dire son émerveillement dans le premier musée qu’il visita demanderait à coup sûr d’utiliser des voies de l’écrit difficiles à tracer pour une Européenne… 😉

 

Et si vous vous lanciez en essayant également d’écrire un texte? Allez voir sur Brick a book, vous serez surpris de la diversité des idées générées par la même photo et qui sait… 😉

Continuer la lectureBrick a book 410 ✍🏻