Voyage, voyage: Chinon (2), le château

Bon, nous avons bien parcouru la ville mais nous avons maintenant envie de voir le château. 

Pour ne pas partir ignorants, commençons par nous intéresser à l’histoire de la forteresse.

Le panneau à l’entrée nous met en garde: tapis dans l’ombre ou au grand jour, posés au sol, accrochés sous les voûtes, perchés sur les tours, des dragons majestueux de cinq mètres d’envergure et de fantastiques créatures à trois têtes ou à deux queues envahissent la forteresse royale de Chinon.
La scénographie, tant visuelle que sonore, immerge les visiteurs dans une envoûtante et fantastique ambiance. Une mise en scène inédite ponctuée de nombreuses animations sur le parcours : projections de films sur les ailes de dragons, concours de dessins, vitrines de l’imaginaire, coin lecture…
Un véritable laboratoire de dragonologie ! (source)

Les oeufs de dragon
Le cépage de Chinon (à ne pas confondre avec le crêpage de chignon bien sûr😉  )

J’espère que la visite vous aura plu, et je vous dis à bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Chinon (1), la ville et la cave de Rabelais

Petite histoire de Chinon

Située au sud-ouest de la Touraine, aux confins de l’Anjou et du Poitou, la ville de Chinon est étendue le long de la Vienne, au pied d’un coteau calcaire dominé par la Forteresse.
Au Moyen-Age, Chinon se développe particulièrement sous le règne d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, qui vient y séjourner régulièrement. Intégrée au domaine royal français en 1205, la ville connaît un nouvel essor au 15e siècle, pendant la guerre de Cent ans, lorsque Charles VII en fait une de ses résidences préférées : c’est ici qu’a lieu la première rencontre entre Jeanne d’Arc et le futur roi. Attirés par la présence de la cour, de nouveaux habitants affluent : la ville s’étend, les églises sont agrandies, de nombreuses demeures nobles et maisons à pans de bois sont construites.
Patrie du célèbre François Rabelais, Chinon n’est plus résidence royale à partir du 16e siècle, mais le patrimoine de la ville continue à s’enrichir d’hôtels particuliers jusqu’au 18e siècle. Après la Révolution, la ville se modernise, notamment à travers l’aménagement de ses quais, aujourd’hui agréable promenade ombragée (source)

De nos jours, Chinon est une cité médiévale où il fait bon flâner parmi les jolies maisons à colombages.
Vous voulez voir comment c’est là-bas?
C’est parti, suivez-moi

Pour découvrir au mieux la ville, je vous suggère de suivre le Circuit découverte qui est très bien réalisé et vous emmènera dans tous les lieux intéressants.

Les caves painctes

Situées dans l’enceinte de la Ville-Fort de Chinon, elles constituent un lieu de pèlerinage pour les admirateurs de Rabelais. Leur aspect ne s’est guère modifié depuis le XVIème siècle. Elles enfoncent profondément leur réseau de souterrains sous les ruines du Château médiéval. Dans ces anciennes carrières, transformées en celliers dès le XVème siécle par les Bourgeois chinonais, le Père de François Rabelais ou quelqu’un de ses amis ou parents possédait, sans nul doute, son petit caveau particulier où il conservait religieusement le vin des années mémorables (source).

J’aimerais assez suivre ce conseil 😋
Non je n’ai pas acheté cette bouteille, elle ne rentrait pas dans le coffre de la voiture 😄
Vue sur la forteresse royale de Chinon

Pour en savoir davantage sur la ville de Chinon, c’est par ici.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: le château de Blois (Loire)

Il y a quelque temps, nous sommes allés visiter Villandry et ses magnifiques jardins.

Au programme de ce jour, un autre château de la Loire, le château de Blois.

La première chose que nous voyons est le grand escalier en haut duquel se trouve une statue de Denis Papin, natif de Blois.

La Diane d’Anna Hyatt Huntington, à côté du château

 

Ci-dessous, quelques vues des jardins jouxtant le château

Grotte d’améthyste

Place du château

Vestige de la basse cour de la forteresse médiévale, l’avant cour du château est petit à petit occupée par des hôtels particuliers à la Renaissance (présence de la cour et de l’administration royale qu’il faut nourrir et loger). Aujourd’hui, on y trouve l’office de tourisme de Blois-Chambord, des restaurants ou encore un jardin, situé à l’emplacement de l’église Saint-Sauveur, détruite au 18esiècle. Face au château se trouve la Maison de la Magie, musée et théâtre de magie dédiée à la mémoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, né à Blois et sans doute le plus célèbre magicien du 19e siècle.(source)

Statue équestre de Louis XII sous laquelle se trouve le porc-épic, symbole du roi dont la devise était « Qui s’y frotte s’y pique »

Le symbole du roi est présent à différents endroits du château de Blois
L’aile classique Gaston d’Orléans (1635-1638)
L’escalier dit « escalier François 1er », en forme de F
L’aile renaissance de François 1er (1515-1518)
L’aile gothique de Louis XII (1498-1500)

 

Ci-dessous, quelques vues de l’intérieur

Scène de chasse
Un meuble sculpté avec savoir-faire

Des vitraux de symboles héraldiques: à gauche, l’hermine de la Princesse Claude, fille de Louis XII et à droite, le porc-épic de Louis XII.

L’église Saint-Nicolas

 

A bientôt pour d’autres découvertes…

Continuer la lecture
Fermer le menu