Atelier d’écriture Brick à Book 326

Ce mois-ci, c’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture pour l’atelier Brick a book.

 © Jay Toor

 

Et voici le texte qu’elle m’a inspiré: Rétrovision

Regarder en arrière, voilà ce qu’il n’aurait jamais dû faire ! Encore, s’il avait regardé dans le rétro il aurait pu dire qu’il n’avait rien vu, rien entendu mais là, quand leurs yeux se sont croisés…
C’est vrai qu’elle l’avait bien gonflé. Pourtant il était sympa, il l’avait embarquée alors qu’elle avançait nonchalamment sur le bord de la route, le pouce mollement levé.

  • Salut, tu vas où ?
  • Où tu vas, ça ira.

Sourires, échanges de regards, son sac à dos jeté sur le siège arrière et elle qui se laisse tomber côté passager, tout de suite à l’aise.              
Pas deux minutes plus tard, elle chipotait à l’autoradio : elle n’aimait pas la voix qui en sortait. Arrêt brusque sur une musique de dingue hurlant à la mort. Tout ce qu’il déteste ! Et elle qui se trémousse et qui hurle de concert. Trop c’est trop. Il arrête la radio en remerciant l’inventeur des commandes au volant. Et elle, elle qui ronchonne, qui le traite de ringard et le tape sur l’épaule…
D’un coup elle attrape son sac à l’arrière et décapsule une canette de soda qui pétille jusque sur le tableau de bord. Lui qui est si soigneux avec sa voiture, la première qu’il a pu se payer en travaillant et qu’il bichonne dès qu’il a du temps libre ! 
La tension monte, elle devient perceptible dans le véhicule et les enveloppe. Ils se taisent à présent, tous les deux écoutent le silence, lui avec satisfaction, elle en fulminant. Elle commence alors à fredonner un truc débile, une rengaine de gamine immature. C’est comme si elle devait remplir l’espace de sa présence, d’une manière ou d’une autre… D’ailleurs la voilà qui dépose un pied nu sur le pare-brise comme une gosse mal élevée, provocante et sexy à la fois sans se demander jusqu’où on peut aller trop loin.            
On ne lui a jamais parlé du danger qu’il y a à monter dans la voiture d’un inconnu ?
Coup de frein violent, elle se plie en deux sous le choc et peste de plus belle. Lui, d’habitude si courtois lui crie de dégager, de le laisser à ses pensées. C’est sa voiture après tout et il a cru bien faire en l’emmenant mais il n’en peut plus à présent. 
Effrayée par la violence de son discours, elle ne demande pas son reste et descend, la tête basse et les larmes aux yeux.
Mais quand leurs regards se croisent et qu’il la voit si démunie avec son sac jeté au sol il ne peut pas résister et sans aller comme si de rien n’était.

Sans réfléchir, il enclenche la marche arrière et recule jusqu’à l’endroit d’où elle n’a pas bougé d’un pouce. Elle baisse la tête et réprime à grand peine un sourire de triomphe.

Pour voir les autres participations, il suffit de cliquer ici.
              

Continuer la lecture
Atelier d’écriture Bric à Book 325

Pour l’atelier d’écriture Brick a Book d’avril, c’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture.

© Arthur Humeau

Et voici le texte que cette photo m’a inspiré:

Le mufle

Il me narguait… Il était fier d’avoir pu trouver place dans la rame de métro tandis que je devais rester sur le quai. A cette heure d’affluence on n’aurait plus pu insérer même un petit enfant, et toutes les rames étaient pareillement bondées, m’empêchant de le suivre…

Nous nous étions disputés une fois encore pour des bêtises. Cela nous arrivait de plus en plus souvent ces deniers temps. A la béatitude des premiers jours suivant notre rencontre, avaient succédé la routine et les désaccords de plus en plus marqués.

Je crois bien que je l’aimais quand même mais son intransigeance, son manque d’égards pour ma personne m’exaspéraient. A chaque fois que nous discutions de quelque chose, inévitablement le ton montait et nos avis divergeaient, jusqu’à carrément s’opposer, de plus en plus.

Si « s’aimer c’est regarder dans la même direction », comme disait Saint-Exupéry, c’est sûr que ce n’était plus notre cas, je dirais même que nous étions presque dos à dos au moment de regarder l’avenir !

Cette fois il avait dépassé les bornes : au lieu de me répondre, même brusquement, il avait ostensiblement inséré les écouteurs de son iPod dans ses oreilles pour ne plus m’entendre puis il avait sauté dans le métro en me plantant là, abasourdie, ne sachant plus que faire sur le quai devenu hostile.

Il ne souriait même pas comme s’il m’avait joué un bon tour, non, c’était pis, il me regardait sans me voir. En tout cas c’est ainsi que je le ressentais. Il fallait que ça cesse me dis-je. Cette fois c’en était trop.

Je m’affalai sur un banc, puis je me demandai ce qui se serait passé si j’avais pu moi aussi prendre ce métro. Probablement pas grand-chose puisqu’il s’était retranché derrière sa musique préférée. Bientôt il fermerait les yeux pour s’isoler davantage, comme d’habitude, mais avant il aurait peut-être eu un regard méprisant pour ma personne en voyant que je lui courrais après…Il était tellement sûr de son charme envoûtant.

Un sursaut de fierté s’abattit soudain sur moi. C’était comme si le voile qui recouvrait la vision que j’avais de lui venait de s’envoler ! Je me sentis soudain plus légère que jamais, un soulagement infini m’envahit et c’est souriant et chantonnant que je pris la direction opposée à celle qu’il venait d’emprunter.

Allons voyons, la vie était belle et j’avais perdu assez de temps avec ce malotru. Jolie comme j’étais, et enfin libérée de son emprise, j’allais certainement bientôt trouver le bonheur.

Comme quoi, on ne devrait pas sous-estimer l’effet du manque de place dans le métro:  ça peut changer toute une vie! 

N’oubliez pas d’aller voir comment les autres participant(e)s ont traité ce sujet!

Continuer la lecture
Atelier d’écriture Bric à Book 324

Ce mois-ci, la photo proposée par l’atelier d’écriture en ligne Bric a Book est celle ci-dessous. Vous trouverez à la suite le texte que j’ai imaginé en voyant cette photo.

Bonne lecture et, comme d’habitude, j’aimerais avoir vos avis, critiques, commentaires,…

Et pour voir ce que cette photo a inspiré aux autres participants, c’est ici que ça se passe.

© Sabine Faulmeyer

 

Le vélo de Léo

Léo avait rangé son tricycle bien comme il faut, pile entre les deux lignes blanches. Il savait bien que Maman faisait une manœuvre pour mieux se garer quand, par hasard, un pneu de la voiture familiale chevauchait une ligne de parking. Et, comme il devenait grand, il tenait à tout bien faire. Il devenait d’ailleurs tellement grand qu’il avait décidé d’abandonner son tricycle. Ses copains se moquaient de lui et le traitaient de bébé quand il voulait faire la course avec eux. Il faut dire qu’eux roulaient déjà sur des vrais vélos ! Oh certes, ils avaient des stabilisateurs mais bientôt ils pourraient s’en passer. Léo avait demandé au Père Noël de lui apporter un nouveau vélo mais Maman lui avait dit que ce n’était pas un jouet d’hiver et qu’il ferait mieux de demander autre chose. Il avait quand même gardé son idée et chuchoté au vieux barbu du supermarché que, lui, ce qu’il voulait c’était une belle bicyclette verte mais il faut croire que ce dernier était sourd puisque, au matin de Noël Léo avait trouvé un robot miniature et des jeux de société.              
Pâques approchait et il espérait que cette fois le lapin de Pâques, bien plus jeune et plus agile que le Père Noël, penserait à lui apporter ce qu’il souhaitait plus que tout au monde en plus des habituels œufs en chocolat. Léo était perdu dans ses rêves quand soudain un grand bruit dans la rue l’effraya. Il se précipita à la fenêtre du salon avec curiosité et vit un petit tas de ferraille sur la chaussée. Juste à côté, un monsieur avait l’air bien embêté en regardant le tricycle, car c’était bien lui, réduit en un genre de sculpture métallique qu’on aurait facilement pu prendre pour une œuvre abstraite !        
Il faut dire que les deux lignes blanches n’avaient été tracées que la veille par des ouvriers qui préparaient une intervention au milieu de la voirie…         
Le conducteur regardait de tous les côtés quand la maman de Léo sortit de chez la voisine et, en un regard, comprit ce qui venait d’arriver. Après avoir discuté un moment, l’homme admit qu’il avait été distrait une seconde et que l’accident aurait pu avoir des conséquences bien plus graves. Soulagé, il proposa, pour se faire pardonner, de rembourser le jouet. Léo, qui avait suivi les échanges depuis son poste d’observation, comprit directement le marché. C’est sûr, il faudrait bien maintenant que Maman l’emmène chez le marchand et pas question de tricycle de bébé cette fois !           
La vie donnant parfois un bien pour un mal, le moment était enfin venu, pour Léo, de recevoir le vélo de ses rêves!

Continuer la lecture
Bric à Book

Si vous vous souvenez, j’ai décidé de commencer un nouveau projet cette année en adhérant à l’atelier d’écriture en ligne Bric à Book.

Le principe est simple, une photo nous est proposée chaque mois comme déclencheur et le défi est d’écrire une histoire d’environ une page A4 au départ de ce cliché.

La photo de l’atelier d’écriture 323 est celle-ci

©Steve Ramon

Et voici l’histoire qu’elle m’a inspirée 

Le jeune voleur

Depuis toujours il voyait des choses que les autres ne devinaient même pas. Dès qu’il entrait dans un local, les nombreux faisceaux infra-rouges des détecteurs antivol devenaient comme des néons devant ses yeux d’un bleu tendant vers l’héliotrope. C’en était parfois gênant mais, avec le temps, il s’y était habitué. Aucun médecin n’avait jamais pu expliquer ce que lui-même ne décrivait d’ailleurs que de manière très évasive. Quand il en parlait, ses parents pensaient qu’il avait une imagination débordante et cela ne les inquiétait pas trop, tant que ses résultats scolaires restaient corrects. Quant à lui, il pensait bien qu’un jour ce don l’aiderait à réaliser un coup d’éclat. Depuis quelques années, il n’en avait plus parlé à qui que ce soit, espérant ainsi que le souvenir de cette particularité s’estomperait peu à peu dans l’esprit de ses proches.

Le samedi soir, ses parents avaient l’habitude de sortir en amoureux. C’était le bon moment pour s’éclipser discrètement sans devoir prétexter un devoir à finir chez un copain. Le musée n’était pas trop loin de son domicile et, en enfourchant son vélo, il y arriverait en dix minutes à peine. Il lui suffirait alors de se faufiler à contre-sens dans la foule des visiteurs pressés de sortir et de gagner les toilettes pour s’y cacher. Son plan fonctionna à merveille et il arriva enfin devant la salle qui l’intéressait. A quinze ans à peine, il s’était accoutumé à subir ces visions en bien d’endroits mais jamais encore il n’avait vu pareil entrelacement de cadres. Et pourtant il s’était bien juré de parvenir à entrer dans la salle du musée où était exposée cette énorme pépite d’or. Oh, il n’en avait pas réellement besoin et d’ailleurs il ne saurait qu’en faire mais pour briller aux yeux de Callista il était prêt à toutes les folies. Peut-être ne le regarderait-elle plus comme un gamin s’il réussissait.

Après avoir déposé son sac au sol, il se positionna devant le premier cadre et étudia le maillage lumineux qu’il était seul à voir sans accessoire. Ses entraînements de gymnastique lui donnaient une grande souplesse et il passa sans difficulté le premier piège de faisceaux. Les suivants, fort proches, lui donnèrent un peu plus de fil à retordre et il dut se contorsionner pour ne pas déclencher l’alarme. Il voyait à présent clairement briller la pépite dont le présentateur du JT avait dit que c’était la plus grosse jamais trouvée. Son pouls s’accéléra encore en approchant du but. Une dernière glissade sous un faisceau et il prit enfin l’or dans ses mains. Quelle chance quand même il avait de voir luire ces rayons alors que n’importe qui d’autre aurait déjà déclenché l’alarme par un seul petit geste. Il lui restait simplement à faire le chemin en sens inverse, à poser la pépite dans son sac à dos et à rentrer chez lui sans précipitation pour ne pas attirer l’attention des passants.  Il se prit à  rêver à la tête que ferait Callista en voyant son trésor. C’est sûr, elle ne pourrait que craquer devant son audace et l’admirer pour les risques qu’il aurait pris juste pour l’épater.        
Il reprit sans soucis le chemin inverse et ses yeux performants lui évitèrent de se faire détecter par les faisceaux que tout le monde pensait invisibles. Poussant un ouf de soulagement, il se surprit à siffloter tant il était heureux. Enfin il allait impressionner la belle Callista et rendre jaloux tous ses copains.               
Il se dirigea le cœur léger vers la sortie, empoigna le bouton de la porte principale, le fit pivoter et, tout à coup, une sonnerie stridente traversa ses tympans qui eux n’avaient rien d’exceptionnel ! En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le gardien engoncé dans son uniforme surgit devant lui en brandissant un index menaçant. 
Si le jeune homme comprit directement que, comme Perrette et son pot au lait, son rêve venait de brutalement s’achever, ni le gardien, ni le directeur du musée ne comprirent jamais comment le garçon avait pu déjouer les pièges du système antivol sophistiqué ! L’histoire dit qu’ils cherchent toujours…

Si vous avez lu jusqu’au bout et que vous avez aimé, ou pas, dites-le moi sans crainte, ça m’intéresse.

Continuer la lecture
Nouvelle année, nouveaux défis!

En commençant ce blog, j’avais annoncé ne pas vouloir me dévoiler trop vite et en dire trop sur moi, vous suggérant de me découvrir petit à petit, pas tout de suite, pas trop viiiite… Vous le savez, j’aime la photo, l’humour, les échanges, les découvertes, l’apprentissage de nouvelles choses mais j’aime aussi beaucoup lire et même écrire.

Depuis maintenant plus de deux ans, je participe mensuellement à un atelier d’écriture créative dans ma commune et j’aime ça! Le nom de cette initiative: « Jetez l’encre ». Un espace Facebook propose régulièrement des infos je pense mais comme je suis un peu (beaucoup même!) rétive à Facebook…ben je ne sais jamais trop ce qui s’y passe , préférant les contacts humains « dans la vraie vie ».

Dernièrement, me laissant dériver dans le labyrinthe des blogs, je suis arrivée sur le site Bric à Book qui m’ a paru intéressant . Infos sur les sorties littéraires de différents genres et autres informations littéraires mais ce qui m’a surtout accrochée c’est l’atelier d’écriture en ligne. 

Sur base d’une photo, chacun, chacune écrit ce qu’il souhaite (il n’y a apparemment pas vraiment de contraintes, à confirmer bien sûr) et le partage se fait en ligne une fois par mois.

Les écrits pour la première participation de l’année sont demandés pour le 7 janvier 2019 (oui, demain 😉 )

Je l’annonçais dès le titre de cet article, nouvelle année, nouveau défi. Je verrai dans le temps si j’ai suffisamment d’inspiration, de temps, d’envie tout simplement pour continuer mais je me lance modestement. Alors si ça peut déjà me faire plaisir au moins en ce début 2019, pourquoi me priver?

La photo proposée pour l’atelier n°322 est celle ci-dessous

© Nick Cooper

Et voici les quelques lignes qu’elle m’a inspirée puisque, va savoir pourquoi, j’ai spontanément traduit par « café pour noirs »…et que je n’ai pas souhaité changer de cap 🙂

Black and white

Ils s’étaient assis distraitement en terrasse sans un regard pour l’enseigne de l’établissement. Personne n’avait osé faire de commentaire. La serveuse, magnifique noire élancée, s’était postée devant eux sans dire un mot. Elle ressentait leur présence comme une provocation. On disait que l’apartheid c’était du passé, que plus personne n’y pensait aujourd’hui mais à ce moment précis, elle ne pensait qu’à ça et aux humiliations vécues par ses aïeux.          
Et puis l’homme a parlé, il a demandé la carte des boissons. Impressionné par la fierté silencieuse de la jeune femme, il était sans voix. Il se contenta de pointer du doigt ce qu’ils souhaitaient consommer en indiquant « deux » avec ses doigts. Il accroissait ainsi, sans le savoir et même sans le vouloir, l’agacement de la barmaid qui y vit plutôt un signe de victoire, un de plus de la part de ces blancs qu’elle haïssait viscéralement.    
Et pourtant, ils n’avaient fait que commander deux petits blancs secs plutôt que deux cafés noirs…

 

Je vous invite à aller voir dès demain sur le site Brik a Book les autres participations, je sollicite votre indulgence à mon égard (sans fausse modestie, juré, craché!) et je vous souhaite un bon amusement.

Continuer la lecture
  • 1
  • 2
Fermer le menu