Brick a book 355 ✍🏻

     

C’est lundi et le lundi on écrit ce qui nous est soufflé par la photo proposée sur le blog Brik a book.
C’est la photo ci-dessous, sans contrainte, qui doit guider notre imagination cette semaine.

 

© The New York Public Library

J’avais retrouvé, dans une vieille boîte à chaussures, cette photo de mes arrières-grands-parents. Ma mère m’en avait parlé il y a bien longtemps et  leur histoire  était restée gravée dans ma mémoire.

C’était étrange à notre époque de voir une photo sans couleur. Parfois, je voyais de magnifiques portraits bien contrastés dans des livres de photographie mais là c’était différent, plus pâle et gris, très gris. Lui portait ses habits de tous les jours mais elle semblait avoir fait un effort d’élégance. Il avait enlevé ses lunettes, tout à fait inutiles pour regarder par-dessus l’épaule de sa femme.

Elle, au contraire en portait alors que d’habitude elle n’en avait pas vraiment besoin. On la sentait appliquée à écrire, pour un peu elle aurait tiré un bout de langue. Elle avait posé une planche  sur ses genoux pour supporter les feuilles de papier.

Le courrier leur avait été porté la veille mais lui ne savait pas lire, contrairement à elle. Elle avait tremblé en voyant le nom de l’étude de l’expéditeur soigneusement calligraphié sur l’enveloppe en redoutant on ne sait quels ennuis. Elle avait déchiffré maladroitement les mots tracés à la plume sur les trois feuilles que contenait la grande enveloppe. Ils s’étaient ensuite regardés, ahuris de la nouvelle: un notaire d’un état voisin les informait qu’ils allaient hériter de la ferme d’un oncle qu’ils connaissaient à peine mais dont ils étaient les seuls parents vivants.

L’étonnement puis la joie et enfin le questionnement les submergèrent tour à tour: ils n’avaient jamais compté que sur eux-même pour s’en sortir et, même si cette manne serait la bienvenue, ils ne savaient pas où se trouvait cette ferme et ce qu’ils allaient bien pouvoir en faire, n’étant pas fermiers eux-mêmes…

L’urgence était de se manifester auprès du notaire pour ne pas laisser passer l’occasion. Elle dut chercher pour mettre la main sur le beau porte-plume qu’elle avait reçu pour sa communion mais qu’elle n’avait jamais osé utiliser de peur de l’abîmer entre ses mains endurcies par le travail et devenues malhabiles à l’écriture. Mais cette fois elle avait décidé de se lancer, elle n’allait quand même pas écrire au notaire avec son vieux crayon à l’aniline!

Quant à la ferme, on verrait bien ce qu’on en ferait mais, dans leur situation, il n’était pas question de refuser un cadeau pareil!

Voilà, c’est ce que j’ai lu dans cette photo mais elle aura certainement inspiré des histoires très différentes aux autres participant(e)s. Je vous invite à aller voir par vous-même sur le blog Brick a book.

Continuer la lecture Brick a book 355 ✍🏻

Brick a book 354 ✍🏻

Après quelques jours de pause, voici revenu le temps de laisser notre imagination courir sur la base de la photo proposée par le blog Brick a book.

C’est le cliché ci-dessous qui nous est proposé comme point de départ. Il n’y a pas de contrainte cette fois.

 ©Simon Zhu

C’est la lumière inhabituelle qui m’avait attirée: on aurait dit qu’il y avait un immense feu de joie sous le pont ou que quelqu’un s’amusait avec des lanternes célestes. Vite, j’enfilai mon manteau et me mis à courir, irrésistiblement attirée, comme les papillons de nuit, par la lumière.

Arrivée sur place, je le vis et restai figée dans le froid et l’obscurité. Il faisait tournoyer un objet intensément lumineux attaché au bout d’une corde. Je me dis que c’était original comme illumination de Noël et bien plus magique que les feux d’artifices classiques. Le « spectacle » terminé, j’applaudis à tout rompre et, surpris, le jeune homme s’avança à ma rencontre. 

— Que faites-vous là, demanda-t-il, un brin agressif;

— J’ai été attirée par la lumière lui répondis-je un peu mal à l’aise devant sa mine renfrognée;

— Je suis venu ici pour être seul, aboya-t-il;

— Dans ce cas, il aurait mieux valu être plus discret lui rétorquai-je aussi sec!

Il se radoucit un peu et nous commençâmes à bavarder en oubliant le froid.

Il me dit qu’il était photographe et venait souvent à cet endroit faire des essais de light painting. En général il ne dérangeait personne et réciproquement… Il avait besoin d’être dans l’obscurité pour tester la technique et aimait les espaces assez vastes. De fil en aiguille, je lui dis que moi aussi je pratiquais volontiers la photographie. Notre discussion prit alors un tour plus convivial et nous nous quittâmes après avoir convenu de nous retrouver le lendemain soir au même endroit. Il avait promis de m’initier à cette technique étonnante.

J’étais surexcitée en attendant le jour suivant, et pas que pour les photos en fait parce que la lumière donnait à ses yeux des éclats dorés plutôt chaleureux…quand ils ne lançaient pas des éclairs!

Voilà, je commence doucement cette année et cette série d’écriture mais si vous en voulez davantage, il suffit d’aller sur le blog Brick a book où vous trouverez les textes des autres participant(e)s 😊.

Continuer la lecture Brick a book 354 ✍🏻

Brick a book 353 ✍🏻

Comme chaque lundi c’est l’écriture qui prévaut avec l’atelier du blog Brick a book. La photo ci-dessous accompagnée d’une thématique interdite, l’enfance, doivent servir de déclencheur d’écriture.

©Ryan Stefan

Et voici les mots qui m’ont été soufflés:

J’avais un problème avec mon ombre… D’habitude elle apparaissait au sol, souvent plus grande que je ne l’étais dans la réalité mais elle était toujours grise.
Or, aujourd’hui, je la voyais blanche sur le tarmac! Bon, depuis que mon amoureuse avait enfin accepté  de m’épouser on me trouvait rayonnant  mais quand même, à ce point c’était étrange non?

J’avançais à pas feutrés, je glissais rapidement à droite puis à gauche, rien n’y faisait mon ombre restait blanche! 

Quelqu’un me faisait une blague, ce n’est pas possible voyons une ombre blanche, et pourtant… J’avançais et me retournais brusquement pour piéger le farceur mais personne ne semblait se trouver à proximité. J’étais plutôt quelqu’un de cartésien, je ne croyais pas trop aux esprits ni à l’homme invisible mais là je commençais à transpirer. Mon malaise s’accroissait, je sentais la réalité fondre entre mes doigts et s’échapper de mon cerveau embrumé.

Ce qui était sûr c’est qu’on avait bien picolé pour fêter nos fiançailles la veille avec les copains, c’était peut-être là l’explication mais je n’y croyais qu’à moitié…

Et puis, cette silhouette plus petite à mes côtés ne correspondait à rien de réel puisque j’étais seul pour cette balade matinale.

J’avais de plus en plus chaud supportant difficilement que les choses m’échappent. Cette perte de contrôle sur la réalité commençait sérieusement à m’angoisser.

Quand j’arrivai enfin chez ma dulcinée, elle aussi avait un air bizarre, mi-excitée mi-assommée.

Elle saisit ma main, la posa sur son ventre en me regardant de ses yeux brillants, sa tête faisait « oui » en balançant de haut en bas. La joie m’envahit et c’est là que j’ai commencé à croire aux signes et à accepter la présence de l’irrationnel dans ma vie.

Comme chaque semaine je vous invite à lire les textes proposés par les autres écrivant(e)s sur le blog Brick a book.

Continuer la lecture Brick a book 353 ✍🏻

Brick a book 352 ✍🏻

Ce lundi, la photo qui doit nous inspirer une histoire pour le blog Brick a book est celle ci-dessous.

© Gemma Evans

Il n’y a pas de thématique suggérée ou interdite.

Et voici les mots qu’elle m’a inspirés, aidée en cela par le souvenir du Jardin botanique de Liège et ma distraction de vendredi que quelques visiteurs taquins ont vite repérée 😂

J’aime les plantes, toutes les plantes. Fleuries ou non d’ailleurs. Tout ce qui est végétal me touche et on dit de moi que j’ai les doigts verts. Aussi quand on m’a proposé d’aller récupérer une ou l’autre plante dans l’orangerie du Jardin botanique devenue trop encombrée,  je n’ai pas hésité une seconde, je m’y suis précipitée. Arrivée sur place, j’ai été saisie par la majesté du lieu. Il avait dû en passer des plantes dans cet endroit, et pas que des plantes d’ailleurs mais aussi des invités prestigieux, ou pas, depuis sa création en 1819. Les grandes feuilles des  plantes créaient une atmosphère étonnante et un peu étouffante, voire même presque angoissante. Il faut dire que la chaleur et l’humidité était maintenues pour leur bien-être et la lumière avait bien du mal à traverser les feuillages touffus et les vitres sales.

Je cherchais vainement à m’annoncer à la personne responsable de l’entretien de l’endroit mais j’eus beau crier « ouh ouh, y a quelqu’un? » plusieurs fois, seul le silence me répondit.

Bizarre quand même, j’avais pourtant bien lu l’annonce invitant les personnes intéressées à venir sur place pour faire leur choix.

Une affichette attira soudain mon regard au-dessus d’une longue table de rempotage: elle disait quand même bien que l’accueil avait lieu à partir de onze heures tous les…lundis.

Et c’est là que la pièce est tombée! On n’était pas lundi mais vendredi et, dans ma précipitation, j’étais venue trop tôt… J’avais eu la même blague avec un article pour mon blog parti bien trop vite alors qu’il n’était pas même pas fini. Ah la distraction quand même 😏

Soit, je n’aurais pas de plante aujourd’hui mais je pouvais tout à loisir admirer toutes celles qui m’entouraient, lire leurs noms soigneusement calligraphiés sur de jolies étiquettes et même prendre quelques photos des plus particulières.

Et au moins comme ça, quand je reviendrais le lundi, je saurais exactement celle que j’espérais rempoter..euh…emporter bien sûr.

Et si nous allions, comme chaque lundi, voir sur le blog Brick a book ce que cette photo a inspiré aux autres écrivant(e)s?

Continuer la lecture Brick a book 352 ✍🏻

Brick a book 351 ✍🏻

C’est lundi et que fait-on le lundi? On participe à l’atelier d’écriture d’Alexandra sur Brick a book 😊

Cette fois, c’est la photo ci-dessous qui doit déclencher notre créativité et c’est sans contrainte.

© Evgeny Nelmin

Tout est sec dans ma vie. Le sol, l’air, les gens,…tout je vous dis! Je donnerais un an de ma vie pour prendre un bain ou même pas un bain, juste une douche purificatrice et rafraîchissante.

Je n’en peux plus de cette poussière qui s’insinue partout jusque dans mes poumons. J’étouffe, c’est bien ça, j’é-touf-fe, je m’asphyxie de poussière.

Il paraît qu’il existe des pays où l’eau coule à flots, un rêve impossible pour nous. On n’arrive même pas à imaginer que ça puisse être vrai.

Le simple fait de marcher soulève des nuages de poussière. Inutile de mettre des chaussures, que nous n’avons pas d’ailleurs, la poussière les rendrait rapidement inconfortables.

Et, malgré tout ça, il faut tenir le coup et travailler au moins pour acheter de quoi manger. Moi je suis camelot itinérant, c’est-à-dire que je vends, en plein air, différents textiles. Avant je vendais aussi des étoffes faites avec des poils de chameau mais chez nous aussi, malgré notre pauvreté, il y a des modes et les jeunes veulent tous des pantalons « à l’ américaine » à la place des djellabas et des sarouels que portaient nos parents.

Alors je m’adapte, je me déplace de campement en campement avec mes ballots de tissus , les bâtons et les cordages qui me servent de présentoir pour ce que je ne dépose pas simplement au sol. Ça ne sert à rien de balayer mon espace, en deux minutes le vent  recouvre tout de poussière, de terre sèche et de sable… C’est comme ça depuis toujours ici et ça le restera encore longtemps je crois.

Pour faire moderne, j’ai même donné un nom à mon commerce: « Le Sec Shop » c’est chouette, vous ne trouvez pas? Je suis sûr que ça va attirer les clients.

Je viens juste de dessiner  mon enseigne sur du cuir de chameau

😊

Si vous n’êtes pas trop oppressés par la poussière, je vous encourage vivement à courir voir ce que cette photo a inspiré aux autres écrivant(e)s sur Brick a book.

Continuer la lecture Brick a book 351 ✍🏻

Brick a book 350 ✍🏻

Comme tous les lundis, je laisse mon esprit vagabonder en regardant la photo qui sert de déclencheur d’écriture sur le blog Brick a book. Et cette semaine, la thématique interdite est la mer.
Bon, voyons voir ce que la photo ci-dessous m’inspire…

©Simon Schmitt

Un jour je partirai, c’est certain. J’en ai marre de toujours devoir obéir « Fais pas ci, fais pas ça, et gnanani et gnanana! » Heureusement que j’arrive parfois à m’échapper pour aller m’adosser aux rochers et laisser mon regard et mon esprit dériver en toute liberté jusqu’à l’horizon. Un jour je m’en irai et j’irai au-delà de cette ligne d’horizon qui me paraît déjà bien lointaine.

J’ai froid, mon capuchon n’est pas suffisant contre les assauts du vent mais je m’en fiche, il n’y a qu’ici qu’on ne vient pas me chercher et m’embêter à me dire ce que je dois faire…ou pas.

Quand mon père vivait encore ce n’était pas ainsi mais depuis l’accident ma mère tremble pour tout et ne me lâche pas d’une semelle. 

Il serait quand même temps qu’elle comprenne que j’ai quinze ans et que je ne suis plus un bébé. En plus il y a ma sœur, Clara, qui me surveille aussi, du haut de ses treize ans, et qui rapporte tout à Maman. Ce n’est encore qu’une gamine toujours fourrée dans les jupes de notre mère tandis que moi je suis un homme, ou presque.

Malgré tout, les larmes coulent à chaque fois que je repense à mon père. On s’entendait bien lui et moi, il me montrait des trucs d’hommes, m’apprenait même à conduire la voiture en cachette « pour que je ne sois pas en retard » qu’il disait.  Et puis, un jour maudit, un camion nous l’a enlevé en l’envoyant valdinguer six mètres plus loin que le passage pour piétons où il venait de s’engager. Je me souviens des cris de Maman quand les policiers l’ont prévenue, elle est tombée à terre en se tenant la tête à deux mains, désespérée…

Et depuis ce jour, elle nous couve, Clara et moi, comme  une maman poule protège ses poussins sous ses ailes. Heureusement qu’elle n’a jamais trouvé mon repaire près des rochers. Là je peux réfléchir, rêver et même pleurer sans honte même si je sais bien que je serai grondé quand je rentrerai parce qu’elle aura eu peur pour moi.

Je voudrais tellement vieillir plus vite, devenir un homme et partir ou pas d’ailleurs parce que, quoi que je pense quand je râle,  je n’aurai probablement jamais le coeur de les laisser sans protection, elles sont tout ce qui me reste comme famille.

Comme d’habitude, j’espère vos commentaires et vous invite à aller voir chez Brick a book ce que les autres participant(e)s ont écrit…

Continuer la lecture Brick a book 350 ✍🏻

Brick a book 349 ✍🏻

Comme chaque lundi je participe à l’atelier d’écriture en ligne Brick a book.

Cette semaine, c’es la photo ci-dessous qui sert de déclencheur et il n’y a pas de contrainte thématique interdite. Youpie! 😊

   
© The Joy Of Film

J’avais retiré cette photo du tas de vieux portraits retrouvés dans une boîte métallique après le décès de mes parents. 

Je me souvenais que, gamine, je ne comprenais pas que ma mère, qui me paraissait si vieille du haut de ses trente trois ans, ait pu être amie avec ces souriantes jeunes filles. Elle m’avait raconté que la photo avait été prise au lendemain de la guerre qui avait frappé si durement les Ardennes où elles vivaient. Les demoiselles avaient pris beaucoup de plaisir à poser pour cette photo où on les voyait déguster les chewing gum offerts par les Américains venus les libérer. C’était nouveau pour elles cette matière qu’on mâchait sans l’avaler pour ne pas « qu’elle reste collée partout dans le ventre ».

La guerre, encore une abstraction pour une petite fille… qui écoutait, avec incompréhension, raconter  les privations, la peur, le froid mordant les jambes colorées à la chicorée et les galoches à semelles de bois.

Elle me parlait aussi de chacune d’entre elles: de Johanna partie au Mexique avec un soldat séduisant, de Jeanne et Joséphine, les deux sœurs célibataires qui vivaient toujours dans la maison de leurs parents et puis elle, à l’arrière. Elle regardait  d’un air déjà méfiant ce qu’elle allait mettre en bouche. Cette habitude ne la quitterait jamais comme si le manque de tout durant presque cinq ans avait ancré cette nécessité de bien regarder, goûter, analyser ce qu’on mangeait pour en tirer un  maximum de plaisir.

Aujourd’hui c’est à mon tour et ce sont mes petits-enfants qui ne me reconnaissent pas sur les photos du passé. Quant à la guerre… Les nombreuses vues présentées sur le petit écran la font entrer quotidiennement dans notre vie mais ça se passe toujours ailleurs, loin de nous, sans la force émotionnelle du récit d’un proche qui l’a traversée dans sa jeunesse.

Je vous invite, comme chaque lundi, à aller voir chez Brick a book ce que cette photo a inspiré comme beaux textes aux autres personnes 😊

Continuer la lecture Brick a book 349 ✍🏻

Brick a book 348 ✍🏻

Comme chaque lundi, je participe à l’atelier d’écriture en ligne du blog Brick a book.

Cette semaine, c’est la photo ci-dessous qui nous est proposée comme déclencheur d’écriture et la contrainte est de placer dans notre texte le mot « chevillette ».

The joy of film

Ce sont ses chaussures colorées qui avaient d’abord attiré mon regard. On aurait dit qu’elle les avait choisies pour les assortir à sa couleur de cheveux. C’était étrange, cette dame au bord de l’eau ressemblait à un fantôme. Un peu floue et un brin diaphane, si on excepte sa chevelure et ses pieds, elle tenait son sac à main comme si sa présence élégante était normale à cet endroit…

Les gamins en haut jouaient à sauter dans l’eau et à recommencer encore et encore et elle, elle les regardait, impassible.

Personne n’imaginait que sa mission était d’enlever la chevillette afin de libérer les parois du barrage. Elle n’était pas là par hasard et ses projets n’avaient rien de bienveillants. Au contraire, elle se réjouissait du bon tour qu’elle allait jouer à ces gamins qui s’amusaient et riaient aux éclats alors qu’elle avait perdu le goût de vivre depuis si longtemps. Elle avait d’abord sombré dans l’alcoolisme puis était devenue le pantin d’une bande de voyous qui lui ordonnaient d’exécuter les pires bêtises tout droit sorties de leurs cerveaux dérangés en échange d’une bouteille de mauvais vin. 
Sa seule erreur avait été le choix de ses escarpins car c’est en les voyant que les gamins avaient commencé à l’observer. Comment allait-elle faire maintenant pour mener à bien la mission que son esprit dérangé se sentait obligée d’accomplir?

Elle frissonnait d’angoisse, triturait les anses de son sac, marmonnait toute seule. Les gamins eux riaient aux éclats en regardant cette vieille folle figée au sol.  Elle n’avait plus aucune possibilité d’atteindre la chevillette discrètement et elle s’effondra en larmes au bord de l’eau comme une gamine désobéissante qui va être grondée…

Comme chaque semaine, je vous invite à aller sur Brick a book voir ce que cette photo a inspiré aux autres participant(e)s.

Continuer la lecture Brick a book 348 ✍🏻

Brick a book 347 ✍🏻

Comme chaque lundi, Alexandra du blog Brick a book nous propose une photo comme déclencheur d’écriture. Cette semaine, c’est la photo ci-dessous et la thématique interdite est l’enfance.

© Caroline Hernandez

Et voici les mots qu’elle m’a soufflés:

La tache blanche m’indifférait, je ne voyais que la route qui se déroulait comme un long ruban gris devant mes yeux et me faisait penser à ma vie. Même les cicatrices des accidents de parcours s’y trouvaient. Oh, certains avaient bien essayé de faire de petites réparations, inutiles, de mettre des emplâtres qui ne tenaient pas longtemps, gaspillage. 

Le film venait de se terminer sur cette image. J’avais machinalement éteint la télé et  j’en étais là de mes pensées bien sombres, au moins autant que le temps que je devinais derrière les rideaux.

Pas envie de bouger ni de sortir, peur d’avoir froid, d’être mouillée, d’attraper la mort quoi. Un comble en période d’Halloween où on voyait ses émissaires à tous les coins de rue, dans toutes les vitrines de magasins…

Le vent faisait trembler les feuilles encore en place. Les oiseaux se cachaient dans les haies pour se protéger de la pluie et la lumière déclinait d’heure en heure. Saloperie d’heure d’hiver!

La température extérieure restait légèrement positive contrairement à mon moral. Oubliées les couleurs éclatantes de l’été ou joliment mordorées de l’automne, bienvenue dans l’hiver en noir et blanc. 

Il fallait réagir, et vite, pour ne pas sombrer. Faire une bonne flambée dans la cheminée, faire couler le café et inviter le chat à se pelotonner, bien calés dans le canapé. Quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi les humains ne sont pas programmés pour hiberner?

Ne vous contentez surtout pas de mes mots mais courez vite sur Brick a book voir ce que cette photo a inspiré aux autres participant(e)s.

Continuer la lecture Brick a book 347 ✍🏻

Brick a book 346 ✍🏻

Ce lundi, Alexandra du blog Brick a book nous propose de laisser courir nos doigts sur le clavier (ou nos plumes sur le papier, au choix) en regardant l’image ci-dessous et avec la contrainte de ne pas parler de train.

© Banter Snaps

 

Et voici les mots que cette photo m’a inspirés:

L’accompagnateur

Il m’attendait comme tous les matins, pareil à lui-même. Pareil? Non, aujourd’hui il avait mis des gants blancs. Quelle drôle d’idée! Peut-être voulait-il me dire ce qu’il avait sur le coeur depuis si longtemps ou peut-être qu’il avait un problème de peau et voulait le cacher… Ou peut-être encore avait-il eu à manipuler des choses précieuses à ne pas graisser de ses doigts?  Ce serait étonnant quand même, on n’envoie pas de cette manière des choses précieuses et pour les autres, si on met des gants, on ne les choisit pas blancs. Ces gants avaient un petit côté suranné qui me laissait perplexe. Non c’est certain il avait mis ses gants pour me parler et m’avouer ses sentiments. J’avais bien vu qu’il me regardait toujours longuement et était très prévenant à mon égard.

Tous les jours à 7h30 il se trouvait exactement devant la porte vitrée que j’empruntais. Bien sûr que ça m’intriguait, depuis le temps que ça durait! Au début je n’avais rien remarqué mais, à la longue, je ne pouvais pas ignorer son manège et ses regards en coin. De mon côté, j’avais commencé à lui sourire quand je l’apercevais même si lui restait toujours aussi sérieux et professionnel.

J’allai prendre ma place, sortis un magazine dans lequel je me plongeai non sans relever les yeux à intervalles réguliers pour voir ce qu’il faisait. Il déambulait de place en place toujours ganté. Bizarre quand même… Je devenais nerveuse, lisant et relisant sans cesse les mêmes lignes qui sautillaient devant mes yeux.

Le temps passait et il était bien le seul: rien ne se passait d’autre. J’allais bientôt arriver à destination et je me décidai à me rendre au petit coin tout en le cherchant du regard.

Et c’est là que je le vis, en première classe, servant le café aux passagers privilégiés. C’était donc ça et le roman que j’avais élucubré toute seule s’envola avec les nuages…de lait!

Je vous invite à vous rendre, en empruntant le moyen de locomotion que vous préférez, sur le blog Brick a book afin de voir les écrits des autres participant(e)s.

Continuer la lecture Brick a book 346 ✍🏻