Voyage, voyage: Wismar (D)

Je vous l’avais annoncé, après Potsdam nous allons visiter la ville hanséatique de Wismar, au bord de la Baltique (voir Google Map ci-dessous).

 

L’histoire nous apprend que Wismar a longtemps été suédoise, sous le nom de Wisborg. Ce n’est qu’en 1903 qu’elle est redevenue allemande.

Depuis 2002, la vieille ville de Wismar est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il faut dire que cette ville est assez particulière et imposante et, malgré les bombardements alliés, elle a gardé intacts de nombreux monuments historiques.

L’église Sainte-Marie

De cette église du 13ème siècle, ne subsistent que la tour et des restes de fondations originales permettant d’imaginer ce qu’était le bâtiment entier. Le haut clocher de l’église Sainte-Marie (80 mètres) est un point de repère très visible et très utile dans la ville.  Les cadrans de la tour de l’horloge ont un diamètre de 5 mètres. Le mouvement permet chaque jour à 12 h, 15 h et 19 h d’entendre résonner l’un des quatorze hymnes sur les carillons.(source)

Ci-dessus, le Tauziehergruppe (groupe de tireurs de corde), créé par Karl-Henning Seemann représente bien les tensions qui ont accompagné l’aménagement des abords de cette église.
L’archidiaconat (ci-dessous) daterait lui de 1450.

Le Palais de Furstenhof

Le Palais princier de Wismar est un superbe édifice de style Renaissance italienne. Admirez les sculptures qui ornent sa façade ci-dessous.

Ci-dessous une ancienne bâtisse transformée en débit de boissons « Alter Schwede » (le vieux Suédois) la plus ancienne maison de la ville…

…et le restaurant voisin à la façade richement décorée. Ces édifices se trouvent sur la Grand-Place de Wismar.

L’église Saint-Georges

Sur la porte Saint-Georges de Karl Henning Seemann, ci-dessous, nous découvrons 3 thèmes

  • Sur les poignées: Saint-Georges se voit comme un dragon dans un miroir
  • Sur le tympan: Christophoros au milieu d’innombrables enfants des rue affamés. « Ce que vous avez fait à l’un de mes frères, vous me l’avez fait à moi-même ». Qui sauve l’un d’entre eux, le ressuscite. 
  • Le vantail:  le passage de la Mer Rouge, pas le texte biblique traditionnel. Non pas des réfugiés dans la mer mais une mer de réfugiés.

Quelques autres jolies façades ci-dessous

Pour compléter la visite, si vous souhaitez en 60 secondes chrono faire le tour de Wismar il suffit de cliquer ici.

Je ne voulais pas vous effrayer, j’ai donc attendu la fin de cet article pour vous rappeler que c’est à Wismar que se déroule une grande partie du film de Werner Herzog Nosferatu, fantôme de la nuit.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Potsdam (2), le palais de Sans-Souci

Sans-Souci: un nom évocateur pour la résidence estivale de Frédéric II de Prusse!

Je vous le disais, la plus grosse attraction de Potsdam est, à mes yeux en tout cas, le palais de Sans-Souci construit dans un style rococo avec dorures dégoulinantes et décorations à foison.

Cet endroit très riche est assez difficile à décrire avec ses jardins, ses fabriques, les bâtiments gigantesques, les vignes, les fontaines,… donc, plutôt que de me lancer dans des explications compliquées qui risquent d’endormir les non-passionnés par le sujet (qui eux suivront les liens et pourront lire les descriptions à satiété), je vous propose de cliquer ici pour voir le petit montage de mes photos.

J’espère que cette découverte vous aura plu ou donné envie d’aller vous-même vous balader « sans soucis »…

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Potsdam (1)

Je vous l’avais annoncé il y a quelque temps, nous repartons en Allemagne. Cette fois nous nous dirigeons vers le sud-ouest de Berlin, plus précisément à Potsdam

Dans le passé, alors que la capitale officielle était Berlin, la cour restait à Potsdam. La ville a perdu son rôle de deuxième capitale en 1918 quand Guillaume II a abdiqué.

Le centre historique de Potsdam, inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, est composé de plusieurs quartiers bien délimités avec en son cœur la rue de Brandenburg, une zone piétonne très agréable et entièrement restaurée depuis 1989.(source)

En fait, nous avons déjà approché Potsdam dans l’article sur le Pont des Espions publié précédemment mais nous allons maintenant passer un peu de temps dans la ville même.

C’est une ville absolument charmante et notre hôtel situé près de la Porte de Nauen (voir ci-dessous) nous permettait de bien circuler à pied dans Potsdam.
Cette porte date de 1733 et les tours d’inspiration gothique ont été ajoutées aux alentours de 1754.

C’est un endroit fort agréable où se trouvent de nombreux commerces et restaurants fort sympathiques. L’ambiance y est presque villageoise.

La deuxième porte que nous rencontrons est la Porte de Brandebourg, un autre monument imposant. Elle est inspirée d’un arc de triomphe romain et est ornée d’armoiries et de trophées. 

Ci-dessous, la troisième porte, la Porte des Chasseurs, est couronnée d’un groupe de chiens de chasse attaquant un cerf.

Le Roi-Sergent, Frédéric-Guillaume 1er, mit la militarisation de l’État dans ses priorités. La ville de garnison fut entourée par un mur d’octroi pour augmenter les recettes de l’État mais aussi pour empêcher toute tentative de désertion.(source)

La Porte de Brandebourg est avec les deux autres Portes, la Jägertor (Porte des Chasseurs) et la Nauener Tor, une relique de l’ancien mur d’octroi.

Ci-dessus deux façades remarquées à Potsdam.

La statue ci-dessus se trouve près de l’endroit où nous logions.

Notre prochaine découverte portera sur l’endroit incontournable à visiter à Potsdam: le Palais Sans-Souci.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Perleberg (Allemagne)

Nous visitons à nouveau l’Allemagne mais nous nous rendons dans une autre région, plus loin de chez moi mais plus proche de Berlin. Nous commencerons notre découverte par Perleberg puis Potsdam où je vous emmènerai visiter un palais au nom prometteur: le « Sans-souci ». Nous ferons peut-être un petit tour également du côté  de Wismar mais une chose à la fois pour bien savourer…

Perleberg se trouve dans la Prignitz, au nord-est du Brandebourg au bord de la rivière Stepenitz. La vieille ville est bâtie sur une île entre deux bras de la rivière. C’était l’une des villes les plus riches du Brandebourg au xve siècle.(source)

L’hôtel de ville, dont la construction démarrée en 1837 s’est terminée deux ans plus tard, se trouve sur la place du Marché et est entièrement en briques rouges.

On érige en 1498 une statue de Roland en bois, une autre sera élevée en grès en 1546, sur la place du marché. Cette dernière mesure 4,26 mètres de hauteur. Impressionnant non?

A côté de l’hôtel de ville se trouve l’église paroissiale Saint Jacobi. L’entrée  ci-dessous a particulièrement attiré mon regard tellement je la trouvais joliment réalisée.

Nous poursuivons notre tour de ville en admirant les maisons très ouvragées.

Ainsi se termine notre découverte de Perleberg. A bientôt pour la suite des découvertes proches de Berlin.

Continuer la lecture
Balade hivernale (3): Bad Münstereifel

Pour terminer cette balade nous avons eu la chance de découvrir un endroit très joli: Bad Münstereifel, charmante cité médiévale dont l’enceinte fortifiée a été restaurée. Cette ville thermale de caractère a pris naissance au début du 9ème siècle et comporte de pittoresques maisons à colombages.
Le centre historique, avec ses rues et ses ruelles étroites, peut être atteint par quatre portes d’entrée. On trouve également un château perché au-dessus de la ville.

De plus, si vous souhaitez faire du shopping à prix intéressants, vous êtes également au bon endroit puisque plus de 40 boutiques de marques jalonnent les rues de la ville. Si ça vous intéresse, vous trouverez les infos ici.

Je vous l’ai dit: cette ville est vraiment un chouette endroit où se faire plaisir! 

Vous trouverez la présentation de mes quelques photos personnelles ici et je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous pour découvrir la vie dans cette ville (les commentaires sont en allemand mais les vues sont suffisamment parlantes si on ne comprend pas cette langue).

Et si vous souhaitez passer encore un peu plus de temps, sous le soleil, dans cette ville, c’est possible ici.

J’espère que vous avez pris plaisir à m’accompagner pour cette promenade.

Continuer la lecture
Balade hivernale (2): Schleiden, Blankenheim, Wirft et Adenau (Allemagne)

Je vous avais promis une suite et la voilà. Nous avons poursuivi notre balade dans l’Allemagne voisine, sans trop nous écarter de la Belgique et découvert ainsi quelques beaux coins.

Comme pour la première partie de la balade, je vous invite à cliquer

ici

et à vous laisser emmener… 

Nous partons parfois avec une petite idée de la région qu’on souhaite découvrir, on pointe quelques noms sur une carte puis on se laisse guider par le GPS   en évitant toujours les autoroutes et en choisissant même quelquefois le chemin le plus court dans les options. Parfois, ça nous joue des blagues mais souvent ça nous permet d’arriver dans des endroits où nous ne serions jamais passés par hasard. Ensuite, c’est l’ambiance du lieu ou un bâtiment qui nous interpelle et nous invite à quitter la voiture pour découvrir de plus près ce qui est offert à notre regard et les surprises sont souvent bonnes.

Une entrée de ville par une « porte » à l’ancienne annonce généralement une ville médiévale comme celle que vous découvrirez dans la 3ème et dernière partie de la balade hivernale en Allemagne…si vous le voulez bien sûr…

Continuer la lecture
Balade hivernale (1): vers Montjoie (Allemagne)

Quand la météo annonce une journée froide mais très belle, il ne faut pas me demander deux fois si ça m’intéresse d’aller faire une balade dans les beaux paysages immaculés de l’est de la Belgique et même de faire une petite incursion dans l’Allemagne toute proche. Je suis très vite emmitouflée et prête à partir.

Si vous voulez m’accompagner, il suffit de cliquer  

ici  

(pour faire défiler vers le bas, la roulette de votre souris sera parfaite. Il y de petits ascenseurs sur le côté de certains textes pour pouvoir tout lire et les mots soulignés conduisent vers d’autres explications).

Voilà, j’espère que le début de la balade vous a plu parce que ce n’est pas fini 

Continuer la lecture
Le Rhin romantique et la légende de la Lorelei

Il y a quelque temps je vous ai montré le château de Stolzenfens mais le Rhin romantique comporte bien d’autres merveilles. Je vais en partager quelques autres aujourd’hui et vous raconter l’histoire de la Lorelei.

La journée s’annonce intéressante puisque nous voyons cette première construction médiévale (que je ne suis pas arrivée à identifier  mais si quelqu’un peut me renseigner, ça m’intéresse) qui ne sera pas la dernière.

Nous voyons ensuite le château de Stahleck , un château fort du 12 ème siècle qui a subi bien des dégâts au fil du temps.

Wikipédia nous apprend que:

À partir de 1925, le château a été restauré sur les soubassements pour devenir une auberge de jeunesse. Sous le Troisième Reich le château a été transformé en camp de rééducation pour la jeunesse. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le château est à nouveau une auberge de jeunesse.

Tout en haut, au milieu des vignes, on aperçoit la forteresse Gutenfels qui domine le Rhin, une centaine de mètres au-dessus de la ville de Kaub, dans le land de Rhénanie-Palatinat.

La station de péage de Pfalzgrafenstein

Construit en 1328 par Louis de Bavière, le château fort Pfalzgrafenstein près de Kaub a servi de station de péage jusqu’en 1866. Pendant l’hiver de 1813/14 le château fort entrait dans l’histoire européenne. C’est ici que le feld-maréchal prusse Blücher a réussi à traverser le Rhin avec son armée, ce qui signifiait le début de la chute de Napoléon. De cet acte témoigne le musée Blücher à Kaub, qui mérite certainement une visite. La traversée à ce château fort jamais détruit sur une île dans le Rhin est une expérience qui vaut la peine (source).

Un autre château,  Schönburg,  qui est devenu un hôtel:

Les  photos suivantes nous montrent la charmante petite ville médiévale  d’Oberwesel .

Ci-dessus: La Ochsenturm (la tour du bœuf) se dresse comme une pointe à l’extrémité nord de la muraille de la ville. Elle montre, comme aucune autre tour, la puissance et la confiance en soi de la ville médiévale de Oberwesel (source).

Tout en haut de la photo (ci-dessous), on aperçoit le château du Katz. Je signale aux amateurs des BD’s de Yoko Tsuno  que ce château et ses environs ont servi de décor pour « L’Orgue du diable«  

Et bien sûr nous voyons enfin la statue de la belle Lorelei au pied du rocher!

Lorelei (Loreley, Loreleï ou Lorely) est le nom d’un rocher qui culmine à 132 mètres au-dessus du Rhin à proximité de Sankt Goarshausen (Saint Goarshausen en français) en Allemagne (Rhénanie-Palatinat).
C’est l’endroit le plus étroit du fleuve entre la Suisse et la mer du Nord. L’avancée du rocher réduit d’un quart la largeur du fleuve. Le courant très violent et les nombreux rochers immergés ont causé de nombreux accidents de navigation.
Lorelei est aussi le nom d’une nixe (nymphe de la mythologie germanique) qui attire les navigateurs du Rhin jusqu’à leur perdition par ses chants, comme les sirènes de la mythologie grecque ancienne.
Cette légende de la Lorelei sur son rocher a inspiré de nombreux artistes, dont le poète allemand Heinrich Heine qui écrivit en 1824 l’histoire Die Lore-Ley plus tard mise en musique et popularisée par le compositeur Friedrich Silcher (source).

Je vous invite à vous asseoir confortablement pour lire la légende complète sur Wikipédia, si ce n’est pas encore fait, puis pour regarder la vidéo ci-dessous.

Si vous en voulez encore, vous trouverez ici des informations détaillées sur les châteaux situés entre Coblence et Rudesheim.

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Allemagne, Aix-la-Chapelle (2)

Les sources d’eau chaude sont à l’origine de la ville d’Aix-la-Chapelle. C’est pour être proches de ces sources que les hommes s’y sont installés depuis très longtemps.

Pour rappeler que nous sommes bien dans une ville thermale, de nombreuses fontaines ouvragées, comme celle ci-dessous, trouvent leur place dans les espaces publics.

dsc_0055-copier

Continuer la lecture
Voyage, voyage: Allemagne, Aix-la-Chapelle (1)

J’ai la chance d’habiter à moins d’une heure de la charmante ville d’Aix-la-Chapelle (Aachen en allemand).

Le nom d’ Aix-la-Chapelle viendrait du latin aqua (eau), pour Aix, et capella pour Chapelle, la relique étant conservée dans l’édifice homonyme construit par Charlemagne de 794 à 797 (d’où il contrôlait son empire).

Selon la légende de Saint-Martin, celui-ci aurait donné un morceau de sa cape a un déshérité. La nuit suivante, le Christ lui est apparu vêtu de ce morceau de cape. Le reste de la cape sera placé plus tard à la vénération des fidèles dans une pièce appelée chapelle (cappella en italien, chapel en anglais, Kapelle en allemand).(source)

Selon Victor Hugo, c’est dans cette ville que serait né l’empereur Charlemagne. En tout cas, une chose est certaine, c’est qu’il y a vécu comme nous le rappellent de nombreux signes dans la ville.

dsc_0058-copier
Charlemagne par Ottmar Hörl

Continuer la lecture
Fermer le menu