Voyage, voyage: Allemagne, le château de Stolzenfels

Le château de Stolzenfels est un château néo-gothique qui se trouve sur la rive gauche du Rhin non loin de la ville de Coblence.

Sa construction a débuté au 13ème siècle puis il a été détruit au 17ème siècle. Il est resté en ruine pendant 150 ans jusqu’à sa reconstruction au début du 19ème siècle.

img_1836-copier

img_1841-copier

Continuer la lectureVoyage, voyage: Allemagne, le château de Stolzenfels

Voyage, voyage: Mehun-sur-Yèvre

La jolie cité de Mehun-sur-Yèvre est située en France entre Bourges et Vierzon. Son histoire vous est présentée ici.

DIGITAL CAMERA
La Porte de l’Horloge

La porte de ville est le plus beau vestige qui subsiste des remparts de la cité de Mehun. Elle date du début du XIIIe siècle et présente les dernières innovations militaires de son temps : passage de la herse, enchaînement des arcades défensives, disposition des archères, chambres de tir intérieures, etc. Dans sa partie supérieure, elle était certainement dotée, à l’origine, de hourds en bois, dont l’allure nous échappe totalement. La cloche qui sonne toujours les heures est très ancienne, c’est une commande du duc de Berry à la fin du XIVe siècle (source).

DIGITAL CAMERA

2016-14-11--20-30-47.jpeg

2016-14-11-20-33-11

DIGITAL CAMERA
La Collégiale Notre-Dame

Construite au tout début du XIe siècle, la collégiale Notre-Dame (qui abritait un collège de neufs chanoines) est un édifice roman.

DIGITAL CAMERADIGITAL CAMERA

Un peu pris par le temps, ce n’était pour nous qu’un arrêt sur un trajet menant ailleurs, nous ne nous sommes pas arrêtés longtemps dans cette ville et je le regrette aujourd’hui tant il me semble avoir raté de jolies choses…

Ce sera peut-être l’occasion d’y retourner…

Continuer la lectureVoyage, voyage: Mehun-sur-Yèvre

Voyage, voyage: Allemagne, Cochem

Le décor offert par les rives de la Moselle en Allemagne est un spectacle que j’apprécie particulièrement en automne. Les coloris y sont chaleureux grâce aux multiples et diverses variétés de vignes qui y sont cultivées.

Aujourd’hui je vais donc vous proposer de visiter la ville ancienne et romantique de Cochem sans oublier bien sûr son château impérial, le Reichsburg .

La ville de Cochem doit son charme, entre autres, aux traces laissées par le Moyen-Âge et ses maisons à colombages, ses ruelles étroites et tortueuses et la belle promenade sur les rives de la Moselle, où l’on déguste les crus de la région. De la place du marché, d’étroits et anguleux escaliers montent au couvent des Capucins construit sur un surplomb de la montagne vers 1630 et qui héberge aujourd’hui le centre culturel de Cochem et le château.(source)

img_1622-copier
Vue sur Cochem et le Reichburg

Et quand on circule à Cochem, pour ajouter au romantisme, les cygnes se déplacent librement dans la ville et tout le monde s’arrête pour les laisser passer…

img_1624-copier

img_1625-copier
Une très jolie mosaïque murale reprenant des dates marquantes

Découverte de la ville avant de monter à l’assaut du château

img_1636-copier

2016-11-11-15-25-51

2016-11-11-15-29-44

Continuer la lectureVoyage, voyage: Allemagne, Cochem

Voyage, voyage: Chinon (2), le château

Bon, nous avons bien parcouru la ville mais nous avons maintenant envie de voir le château. 

Pour ne pas partir ignorants, commençons par nous intéresser à l’histoire de la forteresse.

Le panneau à l’entrée nous met en garde: tapis dans l’ombre ou au grand jour, posés au sol, accrochés sous les voûtes, perchés sur les tours, des dragons majestueux de cinq mètres d’envergure et de fantastiques créatures à trois têtes ou à deux queues envahissent la forteresse royale de Chinon.
La scénographie, tant visuelle que sonore, immerge les visiteurs dans une envoûtante et fantastique ambiance. Une mise en scène inédite ponctuée de nombreuses animations sur le parcours : projections de films sur les ailes de dragons, concours de dessins, vitrines de l’imaginaire, coin lecture…
Un véritable laboratoire de dragonologie ! (source)

Les oeufs de dragon
)</p> " data-medium-file="https://i0.wp.com/photonanie.com/wp-content/uploads/2016/10/DSCN2453-2-Copier.jpg?fit=225%2C300&ssl=1" data-large-file="https://i0.wp.com/photonanie.com/wp-content/uploads/2016/10/DSCN2453-2-Copier.jpg?fit=675%2C900&ssl=1" loading="lazy" class="wp-image-25109 size-full" src="https://photonanie.com/wp-content/uploads/2016/10/DSCN2453-2-Copier.jpg" alt="" width="675" height="900" srcset="https://i0.wp.com/photonanie.com/wp-content/uploads/2016/10/DSCN2453-2-Copier.jpg?w=675&ssl=1 675w, https://i0.wp.com/photonanie.com/wp-content/uploads/2016/10/DSCN2453-2-Copier.jpg?resize=225%2C300&ssl=1 225w" sizes="(max-width: 675px) 100vw, 675px" />
Le cépage de Chinon (à ne pas confondre avec le crêpage de chignon bien sûr😉  )

J’espère que la visite vous aura plu, et je vous dis à bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Chinon (2), le château

Voyage, voyage: le château de Laàs (Pays Basque)

Entre Sauveterre de Béarn et Navarrenx , au coeur du village de Laàs, se trouve le château dont je vous emmène aujourd’hui visiter les jardins.
En effet quand nous y sommes passés la billetterie pour visiter l’intérieur était fermée.

Pour une balade sous le signe de la détente et du dépaysement, ou une pause pique-nique en famille, le parc de 12 ha, aux arbres centenaires, vous invite à déambuler dans son jardin régulier à la française, et son jardin paysager à l’anglaise.
Sur le versant boisé et les bords du gave, trois autres jardins ont été implantés : exotique avec végétation tropicale, ses cases en bambous, le sentier sur pilotis ; italien avec sa succession de terrasses en briques donnant sur le Gave d’Oloron et les sentiers romantiques, cheminement ponctué de petites “alvéoles” de repos et de méditation ; le théâtre de verdure ; la cascade.
Le verger conservatoire situé derrière le château vous permet quant à lui de redécouvrir des variétés d’arbres fruitiers oubliées.(source)

 

L’endroit invite au repos…
Un peu de fraîcheur pour les jours les plus chauds
La variété des vues est fort agréable

Des expositions d’art y sont organisées

Vue sur le gave d’Oloron

Curieuse rencontre que cette noble sphinge

Ça c’est juste pour vous indiquer où ça se trouve… 😉
Continuer la lectureVoyage, voyage: le château de Laàs (Pays Basque)

Voyage, voyage: le château de Blois (Loire)

Il y a quelque temps, nous sommes allés visiter Villandry et ses magnifiques jardins.

Au programme de ce jour, un autre château de la Loire, le château de Blois.

La première chose que nous voyons est le grand escalier en haut duquel se trouve une statue de Denis Papin, natif de Blois.

La Diane d’Anna Hyatt Huntington, à côté du château

 

Ci-dessous, quelques vues des jardins jouxtant le château

Grotte d’améthyste

Place du château

Vestige de la basse cour de la forteresse médiévale, l’avant cour du château est petit à petit occupée par des hôtels particuliers à la Renaissance (présence de la cour et de l’administration royale qu’il faut nourrir et loger). Aujourd’hui, on y trouve l’office de tourisme de Blois-Chambord, des restaurants ou encore un jardin, situé à l’emplacement de l’église Saint-Sauveur, détruite au 18esiècle. Face au château se trouve la Maison de la Magie, musée et théâtre de magie dédiée à la mémoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, né à Blois et sans doute le plus célèbre magicien du 19e siècle.(source)

Statue équestre de Louis XII sous laquelle se trouve le porc-épic, symbole du roi dont la devise était “Qui s’y frotte s’y pique”

Le symbole du roi est présent à différents endroits du château de Blois
L’aile classique Gaston d’Orléans (1635-1638)
L’escalier dit “escalier François 1er”, en forme de F
L’aile renaissance de François 1er (1515-1518)
L’aile gothique de Louis XII (1498-1500)

 

Ci-dessous, quelques vues de l’intérieur

Scène de chasse
Un meuble sculpté avec savoir-faire

Des vitraux de symboles héraldiques: à gauche, l’hermine de la Princesse Claude, fille de Louis XII et à droite, le porc-épic de Louis XII.

L’église Saint-Nicolas

 

A bientôt pour d’autres découvertes…

Continuer la lectureVoyage, voyage: le château de Blois (Loire)

Découverte: la villa Arnaga (Pays Basque français)

A Cambo-les-Bains, au coeur du Pays Basque français que j’aime tant, se trouve la villa d’Edmond Rostand, oui, oui, c’est bien lui, l’auteur de Cyrano de Bergerac.

Lors de la visite guidée, on apprend plein de choses sur la vie de l’écrivain et sur sa formidable avance sur son temps dans la conception de la maison, c’est vraiment impressionnant. Dans le jardin il y a plus de 1200 pieds d’hortensia et le bois qui entoure la maison a été entièrement transplanté d’une autre région suivant la volonté d’Edmond Rostand.  C’est assez incroyable 🤨

Cette villa est fantastique surtout par sa décoration intérieure qu’on ne peut malheureusement pas photographier mais je vous invite à voir, sur le site de la villa, les photos qui y sont présentées. Le hall d’entrée, immense, est très théâtral et les fresques murales des différentes pièces sont très soignées.

J’ai appris également que la célèbre Rosemonde Gérard était l’épouse d’Edmond Rostand, ce que j’ignorais avant cette visite. De son poème “L’éternelle chanson“, qu’elle aurait écrit pour son époux, cette partie est particulièrement connue:
Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain“.

A Arnaga, j’ai aussi vu pour la seule fois de ma vie une horloge comportant 14 heures…de l’expression “chercher midi à quatorze heures”. Il paraît que celle-ci permettait à Rostand d’évincer ceux qui espéraient se faire inviter au repas.

Le chemin d’accès à la villa est bordé d’hortensias

Les différents jardins sont très beaux et bien entretenus

Le jardin à la française
Les dessins du couturier Christian Lacroix pour le costume de Cyrano

La villa

Une habitante de la Basse-cour Chantecler (pour rappel, “Chantecler” est une pièce en 4 actes d’Edmond Rostand)

Si vous souhaitez poursuivre la découverte, je vous suggère de regarder le petit film ci-dessous très  instructif.

Continuer la lectureDécouverte: la villa Arnaga (Pays Basque français)

Voyage, voyage: le Tatoo d’Edimbourg

Depuis le temps que je vous en parle, voilà enfin quelques souvenirs personnels de ce magnifique spectacle que j’ai eu la chance d’admirer au mois d’août dernier sous un ciel clément ce qui n’est, paraît-il, pas toujours le cas.

Si vous ignorez ce qu’est le Tatoo d’Edimbourg, vous trouverez ici toutes les explications sur le sujet.

Ce spectacle a duré 2 heures que nous n’avons pas vu passer même si nous ne sommes pas particulièrement attirés par les musiques militaires. Mais là, il faut bien le dire, la majesté du lieu et les prestations des participants nous ont enchantés.

Outre des Écossais, il y avait également des représentants du Népal, de Jordanie et de Nouvelle-Zélande (ces derniers nous ont d’ailleurs gratifiés d’un haka d’enfer!)

Mais, trêve de bavardages, passons aux choses sérieuses c’est-à-dire les photos et vidéos de cet événement qui rassemble chaque année environ 200.000 personnes sur 3 semaines.

Le château, juste avant le début du spectacle.

Une première vidéo pour vous mettre dans l’ambiance sourcils

Ci-dessous, la danse du cerf: les jeunes filles joignent le pouce et le majeur et écartent les autres doigts pour figurer les bois du cerf

Le château est “habillé” de différentes manières au long de la soirée grâce à de superbes projections lumineuses

La prestation des représentants du Népal

Un hommage est rendu à la reine Elisabeth à l’occasion de son anniversaire (90 ans).

D’autres gracieuses danseuses

Ci-dessous, la délégation de Jordanie

Un impressionnant spectacle de motards

Le haka des Néo-Zélandais

Quelques autres prestations…

Et pour terminer, un magnifique feu d’artifice a été tiré au-dessus du château d’Édimbourg

Continuer la lectureVoyage, voyage: le Tatoo d’Edimbourg

Voyage, voyage: Fécamp

Sur la côte d’Albâtre se trouve la commune de Fécamp, en pays de Caux, dans la valleuse (dépression de terrain permettant l’accès à la mer) de la Valmont (fleuve côtier).

C’est là que je vous emmène en balade aujourd’hui avec une dédicace spéciale pour Pierre qui s’y rend demain en vacances smiley

L’église Saint-Etienne

Ruines du palais ducal
Les façades des maisons, assez jolies, sont décorées avec des morceaux de silex
La falaise à Fécamp (moins spéciale qu’à Etretat je trouve mais ça n’engage que moi)
La plage
Le port

Mais pour moi, le meilleur souvenir et le plus imposant que je garde de Fécamp c’est la visite du Palais Bénédictine. Pas seulement parce qu’on y fait une dégustation et qu’on peut y acheter des bouteilles introuvables ailleurs (quoique… smiley)  mais parce que l’endroit est une vraie oeuvre d’art!

 

Ce qu’on voit en arrivant…
…puis en se mettant juste en face…
…et enfin en entrant dans la cour.
Avouez que c’est impressionnant non?

 

Au-dessus de la porte latérale, on trouve cette inscription qui a donné lieu à la légende de l’appartenance d’Alexandre Prosper Hubert Legrand , inventeur de la liqueur Bénédictine, à la franc-maçonnerie.
Nous entrons enfin dans ce palais
Les vitraux sont magnifiquement ouvragés
Il y a de quoi perdre la tête mais…ici c’est plus qu’une expression, on voit réellement la statue d’un saint céphalophore!
Une très belle porte finement travaillée
Et une autre porte…
…précède logiquement une belle collection de clés et de coffres à mécanismes secrets
Les plafonds aussi sont remarquables (vous savez que je suis souvent tête en l’air)
Un vitrail en hommage à Alexandre Legrand, créateur de la Bénédictine
Une salle de réception somptueuse…
…avec un autre très beau vitrail qu’on découvre en s’approchant.
Nous voilà enfin au coeur de la vedette du lieu: la liqueur Bénédictine, composée de 27 épices orientales et de plantes locales.

 

On peut aussi admirer cette exceptionnelle collection d’anciens pots de pharmacie.
Les cuves où est élaborée la précieuse liqueur.

Chaque bouteille de Bénédictine est munie d’un bouchon portant l’inscription : « Véritable Bénédictine » tout autour, avec en dessous le sigle D.O.M. (Deo Optimo Maximo, latin pour : « À Dieu, le meilleur, le plus grand »), et une large ligature de plomb autour du col des bouteilles avec l’inscription : « Véritable † Bénédictine ».

A Fécamp on peut aussi acheter le cocktail préparé “Bénédictine B&B” pour Bénédictine et Brandy. Ernest Hemingway aurait le premier évoqué  cette boisson dans une nouvelle intitulée “Les mercenaires” en 1919. Le B&B est ainsi devenu un cocktail populaire dans les restaurants et clubs chics américains. En 1937, la Compagnie Bénédictine a décidé de produire directement dans la distillerie du palais cette boisson à destination des Américains. Il n’est pas très facile de trouver cette boisson en Europe hors du palais Bénédictine…

Ce que je peux vous dire, c’est que cette Bénédictine est très efficace pour stopper un rhume débutant et en plus c’est drôlement bon…quand c’est consommé avec modération bien sûr (et ne me demandez pas qui c’est Modération!)

Voilà mes souvenirs personnels sur Fécamp où, je l’avoue, j’ai été un peu déçue par la ville, ayant largement préféré Etretat. Malgré tout,  je ne regrette absolument pas de m’y être arrêtée  puisque, à mon avis, rien que le  palais Bénédictine vaut largement le détour fier

Si vous voulez en savoir davantage sur Fécamp, je vous suggère de jeter un oeil également sur le site du bout menteux que je viens de découvrir.

Continuer la lectureVoyage, voyage: Fécamp