Brick a book 379 ✍🏻

Chaque lundi je m’essaie à l’exercice proposé sur Brick a book, à savoir imaginer une histoire au départ d’une photo.

Cette semaine il s’agit de la photo ci-dessous et elle est suivie des mots qu’elle m’a inspirés.

©Connor Houtman

Il faisait noir, très noir comme si la lune était partie loin, très loin sans se retourner. J’étais fatigué d’avoir marché tellement, dans tous les sens en te cherchant. En levant les yeux je vis ces quatre chiffres qui brillaient dans le noir comme une invite.

“1989”, l’année de réunification des deux parties de l’Allemagne. C’était bon signe. Non que toi ou moi sois allemand mais, dans l’état où j’étais, me rappeler d’une réunification ne pouvait qu’être positif.

Et puis ils étaient bien éclairés en vert ces chiffres, n’était-ce pas la couleur de l’espoir? Par un raccourci osé mon esprit traduisit cela par “l’espoir d’une réunification”…pour notre couple.

Tu étais partie en claquant la porte, pleine de colère à mon encontre. Nous nous disputions souvent mais jamais encore tu n’étais partie comme ça.

Après avoir contacté tous nos amis et ta famille malgré l’heure tardive, l’angoisse m’avait laissé pantelant. Il fallait que je bouge, que je parte à ta recherche. Je ne pouvais pas rester à rien faire dans cette maison vide, tellement vide sans toi.

J’ai parcouru les rues en m’éloignant de plus en plus du quartier où nous vivions jusqu’à tomber en arrêt devant ces signes d’espoir tout là-haut.

Je sais bien que je m’accrochais à un fétu de paille mais la raison avait déserté mon esprit pour l’emplir du manque de toi.

La nuit qui s’achevait doucement me vit chanceler, ivre de fatigue et de chagrin.  Dans ma tête, la raison me soufflait de faire demi-tour et ces chiffres, devenus moins visibles au lever du jour, semblaient là, juste pour moi, à me dire que toi aussi tu avais fait demi-tour…peut-être…

Pour que l’exercice soit complet, je vous invite à aller voir sur Brick a book les mots des autres participant(e)s et je vous souhaite une excellente semaine.

Continuer la lectureBrick a book 379 ✍🏻

Brick a book 378 ✍🏻

Le lundi on fait l’inverse du samedi: chez Ma on illustre en photo(s) un mot ou groupe de mots et sur Brick a book on illustre une photo par nos propres mots.

Deux exercices différents mais qui combinent deux de mes centres d’intérêt, c’est chouette non?

Cette semaine Alexandra nous a proposé la photo ci-dessous comme déclencheur d’écriture. Elle est sans couleurs et m’inspire plutôt de la tristesse.

Vous trouverez sous le cliché, les mots qui me sont venus.

©Philippe Dehaye

J’étais un peu stressé dans la voiture qui m’emmenait à l’aéroport.

Je regardais défiler les paysages. Je connaissais bien cette région, c’était la mienne, celle où j’avais vécu tellement de choses déjà depuis ma naissance.

Ne trouvant pas d’emploi malgré une recherche assidue depuis deux ans, j’avais fini par chercher une autre solution. Je ne pouvais pas rester inactif et continuer à vivre à charge de mes parents. Je n’avais rien d’un Tanguy et ils étaient, par ma faute, obligés de se serrer la ceinture. Les fins de mois étaient difficiles, même si ma mère me disait de ne pas m’inquiéter et que ça lui faisait plaisir de me garder encore un peu sous son aile.

J’aimais beaucoup mes parents mais je ne supportais plus de vivre ainsi. Quand j’avais vu une offre d’emploi qui m’obligerait à partir de l’autre côté de la terre, je n’avais pas hésité une seconde à postuler.

Pendant trois mois, j’avais participé aux différentes épreuves qui devaient mener au choix de l’ heureux candidat  qui serait engagé in fine.

Mon acharnement à bien préparer chaque épreuve avait fini par payer puisque j’avais finalement  été retenu pour le poste à pourvoir.

Passés l’ivresse de la victoire et l’enthousiasme de voir enfin mon ciel s’éclaircir après avoir effacé tous ses nuages, j’étais troublé.

J’avais l’impression que j’allais basculer dans le vide en quittant ma vie, ma famille, mes copains, mes petites habitudes.

J’étais anxieux en voyant arriver le moment des adieux. Je me forçais pourtant à positiver en me disant que j’avais été le meilleur et qu’une nouvelle vie, forcément belle, m’attendait à l’arrivée.

Mon coeur était serré, mon estomac noué et mes mains se tordaient de manière incontrôlée. 

Les premiers temps furent difficiles mais j’ai fini par m’habituer à mon nouvel environnement. 

Depuis quelques mois, je fréquentais assidûment celle qui, au départ n’était qu’une collègue  et j’étais en route vers l’aéroport afin d’accueillir mes parents qui nous rendaient visite pour la première fois.

A nouveau, mon coeur était serré et mon estomac noué par crainte qu’ils désapprouvent mon choix…

Mais j’avais mûri depuis mon arrivée et j’étais plus serein. J’avais construit ma nouvelle vie et je ne pouvais imaginer qu’elle ne soit pas merveilleuse. 

Quand votre lecture est terminée, si vous êtes curieux de lire les autres textes inspirés par la même photo, rendez-vous vite sur Brick a book 🙂.

Continuer la lectureBrick a book 378 ✍🏻

Brick a book 377 ✍🏻

Puisqu’on a recommencé une nouvelle année (scolaire) d’écriture chez Brick a book lundi dernier, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Le principe est toujours le même, liberté totale pour écrire un texte inspiré par la photo proposée. Cette semaine c’est la photo ci-dessous qui sert de déclencheur d’écriture

©Steven Wright

Et voici les mots qui me sont venus:

On m’avait dit d’aller au premier étage et de me diriger vers le fond du couloir en sortant de l’ascenseur. Quand j’ai levé les yeux j’ai été comme hypnotisée par une très forte lueur jaune. C’était comme si on avait tenté d’enfermer le soleil à cet endroit.

A part ça, les murs n’étaient percés d’aucune porte… Et bien sûr l’ascenseur était parti.

J’essayais de voir ce qu’était ce cercle jaune qui me faisait un peu penser au dispositif de tirage du Lotto, sans les boules.

Curieusement en m’approchant malgré la douleur oculaire provoquée par cette lueur intense, je ne ressentais aucun rayonnement de chaleur. Au contraire, je frissonnais d’inquiétude et d’incompréhension mais aussi parce qu’un grand froid m’envahissait.

Levant les yeux au plafond, je vis des sortes de caissons et me demandais ce qu’ils cachaient.

Je me sentais un peu idiote avec mes sacs de courses, plantée devant “la chose” comme figée.

Quand soudain, j’entendis le signal d’arrêt de l’ascenseur et vit un homme en salopette qui paraissait aussi étonné que moi.

— Je peux savoir ce que vous faites là, me demanda-t-il brusquement.

—On m’a dit de monter au premier étage et de me diriger vers le fond du couloir mais je ne comprends pas du tout où je suis, bégayai-je.

—Ah ok, me répondit l’homme, tout sourire, l’ascenseur est encore déréglé. Ça arrive environ une fois par semaine. En fait ici nous sommes au 3ème étage, là où normalement le public n’a pas accès actuellement.  Je suis occupé à mettre en place les dispositifs pour la prochaine exposition son et lumière.
Je vais vous accompagner au bon endroit pour éviter tout problème et, si vous le permettez, je vous offrirai une invitation pour le vernissage de l’expo. 

Aussitôt dit aussitôt fait. Ce n’est qu’en regardant en détail le carton d’invitation que je vis la photo de l’artiste.  Quelle ne fut pas ma surprise de reconnaître mon sauveur rayonnant sur le bristol…jaune vif.

Comme d’habitude, je vous invite à passer sur le blog Brick a book, croyez-moi, vous serez étonné(e) de voir la diversité de textes imaginés au départ de la même photo.

Continuer la lectureBrick a book 377 ✍🏻

Parce que…

  • les vacances sont finies
  • j’ai envie/besoin de nouveaux projets
  • j’aime écrire au moins autant que photographier
  • je suis arrivée un peu par hasard sur ce blog d’écriture et m’y suis sentie bien

… j’ai eu envie de participer au jeu mensuel qui consiste à écrire un texte avec une phrase de départ et une contrainte.

Ce mois-ci, le texte doit commencer par “Moi aussi, j’ai une fée chez moi…” suivant la chanson ci-dessous tout en plaçant dans le texte au moins 10 mots commençant par la lettre F.

Voici mon texte:

Moi aussi j’ai une fée chez moi…

Une vraie fée du logis
Qui frotte partout
fredonnant
Qui manie bien le fer à repasser
Même là où c’est très froncé !
Qui fait briller toutes les fenêtres
Et dispose des fleurs à foison
Pour embellir notre maison.
Sans faiblir, vers midi, elle s’agite
Et le fumet du dîner se répand
Comme une invite.
Sans falbalas elle se déplace
Fluette et toujours avec grâce.
Et le soir, dans son fauteuil au coin du feu,
Quand les  flammes projettent leur éclat
Elle sourit en s’affaissant
Pensant que la vie est fantastique
Quand on se contente de ce qu’on a.

Mais revenons à la réalité, la vie n’est pas un conte de fée voyons 🙄

Bonne journée 😊

Continuer la lectureParce que…

Brick a book 376 ✍🏻

Après une pause estivale tout en nuances et en prudence avec cette situation inédite qui perdure, il est bon de venir souffler un peu dans cet espace où on laisse notre esprit vagabonder à sa guise, sans masque ni gel obligatoire. De quoi je parle? Mais du blog Brick a book bien sûr où une photo sert de déclencheur d’écriture chaque semaine.

Cette semaine c’est la photo ci-dessous.

©Kayla Koss

Et voici ce qu’elle m’a inspiré:

Purée Josiane mais qu’est-ce que tu as fait! 

Je t’envoie en reportage dans cette nouvelle école de danses modernes, je te demande “simplement” de rapporter quelques photos donnant une idée de mouvement, de légèreté, de grâce pour illustrer un article et toi, que fais-tu? tu m’apportes un seul cliché où on voit le ciel, surtout le ciel, mais on s’en moque un peu du ciel, non? Et par contre on ne voit pas les jambes ni les pieds de la danseuse!

Tu imagines vraiment des danseuses sans pieds ni jambes? Ah ben oui tiens et à côté j’écrirai une histoire sans queue ni tête comme ça le tableau sera complet! C’est sûr que ça va vachement intéresser nos lectrices ça, c’est sûr.

D’accord la position de la jeune fille est suggestive, on voit bien qu’elle ne souffre pas d’arthrose et sait cambrer les reins tout en continuant à sourire. Moi, à mon âge, ça suffit déjà à me faire rêver mais je te rappelle que la moyenne d’âge de nos lectrices est 25 ans Josiane!

Et quand je cherche les autres clichés sur la carte mémoire de l’appareil, je ne trouve rien, nada. 

Comment? ah, tu avais oublié de recharger ta batterie? Wouah! Mais tu vas gagner le titre de reporter de la semaine c’est sûr ça! Non je plaisante Josiane, après un coup pareil, tu vas surtout gagner la porte, l’ouvrir, sortir et ne plus revenir. On t’enverra tes affaires personnelles chez toi!

Bon, maintenant que le sort de Josiane est réglé😉 , je vous invite à aller lire les autres histoires imaginées au départ de la même photo sur Brick a book.

Continuer la lectureBrick a book 376 ✍🏻

Zone de livre-échange

“Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser:
mettez des livres partout.”

(Victor Hugo, ouverture du congrès littéraire international de 1878) 

Vous le savez, si vous me suivez depuis un moment, j’aime les mots, j’aime lire, j’aime écrire et j’aime les bons mots. Les mots laids aussi mais ceux-là me font plutôt courir tandis que les mots roses étonnamment m’ennuient 😉.

Ce goût de l’écriture vient de loin et s’est développé grâce à la lecture qui a meublé ma vie depuis mon enfance. Impossible de s’ennuyer dès lors qu’on possède un bon livre.

Il était donc tout à fait normal que je me réjouisse de voir pousser, comme des champignons, des boîtes à lire ou à livres. 

Leur diversité même m’amuse, le principal étant davantage le contenu que le contenant, même si l’emballage met souvent le cadeau en valeur quand même.

Nichoirs pour belles histoires, les boîtes à livres abritent des ouvrages migrateurs à la recherche de nouveaux lecteurs. Sages comme des images, romans, bande-dessinées et autres imprimés y attendent patiemment de tourner la page. 

Apparues un beau jour sous nos latitudes, les boîtes à livres fleurissent au gré du vent, portées par des lecteurs enthousiastes à l’idée de partager leurs coups de cœur, autant que de recycler certains de leurs chefs d’œuvre.

Adeptes des écoles et des maisons communales, les boîtes à livres se donnent à voir partout où il y a de la joie de vivre et se nourrissent de convivialité et de générosité. Surprenantes, enrichissantes ou décevantes, on y trouve rarement ce qu’on y apporte, si ce n’est le bonheur partagé de récits retrouvés.(Source)

Je vous invite à voir ces “nichoirs pour belles histoires” rencontrés au fil de mes balades…

Ne m’en veuillez pas de déjà vous quitter mais j’ai un bon bouquin qui m’attend 😊.

Continuer la lectureZone de livre-échange

Brick a book 375 ✍🏻

C’est la dernière fois, avant une pause estivale, que nous avons reçu une photo du blog Brick a book afin d’écrire un texte qu’elle nous aura inspiré.

©Guillaume Lorain

Des fleurs rouges, il m’avait offert des fleurs rouges! Il savait pourtant que je n’aimais pas cette couleur et que chez moi tout était bleu.

“Oui mais ça me semblait plus approprié pour te demander de m’épouser” m’avait-il dit, plein d’espoir. “Et puis, c’est la fleuriste qui m’a dit que c’était la couleur de la passion”. Soit. Ça pouvait se concevoir mais quand même. Occultant la solennité de l’instant, ma contrariété grandissait. Pourrai-je seulement imaginer passer ma vie avec quelqu’un qui méprisait ainsi mes goûts? Pour moi le rouge est  la couleur du sang, de la douleur, et en plus cette couleur est terriblement agaçante à mes yeux, comme la muleta employée dans les corridas, tout ce que je déteste!

Et donc, il était là, un genou à terre, attendant ma réponse qui tardait à venir, un sourire niais plaqué sur ses lèvres.

Au fil des minutes qui s’égrenaient sans que je ne dise rien, je voyais ses lèvres s’arquer de plus en plus vers le bas; Son bras fièrement brandi avec le bouquet au départ commençait aussi à fléchir. Je ne savais quoi dire, comment lui expliquer qu’il s’était mépris sur mes sentiments. Je l’aimais bien mais le bien était de trop…

Bien sûr les pauvres fleurs rouges n’étaient pas responsables de mon refus qu’il commençait à appréhender de plus en plus mais c’était leurs pétales qui avaient fait déborder le vase.

Enfin il se releva, jeta le bouquet sur la table en se dirigeant vers la porte. Puis, il fit demi-tour et vint reprendre les fleurs en me jetant avec mépris “je ne voudrais pas que leur vue et la mienne t’importunent davantage”.

J’entendis la porte claquer violemment. C’est à ce moment que je me dis que je ne le verrais probablement plus et qu’un immense soulagement m’envahit, sans aucun remord pour la scène qui venait de se jouer.

Comme chaque lundi, je vous invite vraiment à aller voir sur Brick a book les autres textes imaginés à partir de la même photo. Vous serez surpris😊. 

Il n’y a pas que cet atelier qui sera en pause estivale puisque, en ce qui me concerne, je serai absente de mon domicile pendant quelques jours. 
La parution d’articles risque par conséquent d’être un peu plus erratique. J’ai bien dit risque 😉. Tout dépendra de la météo de l’endroit où je serai…

Continuer la lectureBrick a book 375 ✍🏻

Jetez l’encre ✍🏻

Le lundi c’est le jour de l’écriture mais Alexandra du blog Brick a book n’a pas proposé de photo comme déclencheur aujourd’hui. Or vous le savez, ou pas, je participe également à un atelier d’écriture en présentiel dans ma commune. Cet atelier s’appelle “Jetez l’encre“. Par la force des choses, celui-ci est également devenu atelier en ligne depuis le confinement. Vous suivez?

Donc, pour garder mes (bonnes?) habitudes, je vous propose un texte écrit dans ce cadre. 

La proposition d’écriture qui nous a été faite est la suivante:
Les aiguilles de toutes les horloges de la ville sont arrêtées. Type: récit fantastique ou non.

Pour ne pas écrire de billet sans photo, j’ai choisi le Gros Horloge de Rouen comme illustration.

Gros horloge (Rouen)

Ô temps! Suspends ton vol

On lui avait annoncé son cancer ce matin-même. Stade avancé, aucun espoir permis sauf celui d’employer au mieux les six mois qui lui restaient à vivre.

Loin de déprimer, il ressentait comme une urgence de vivre, de faire tout ce dont il avait rêvé et toujours reporté à plus tard. En homme organisé il avait commencé à lister ses envies, même les plus folles. Il n’avait plus rien à perdre, que du temps, et ça il ne le voulait pour rien au monde bien sûr.

Une phrase d’Alphonse Allais lui trottait sans arrêt en tête, comme un mantra : « Le tic-tac des horloges on dirait des souris qui grignotent le temps ».

La solution paraissait évidente mais comment la réaliser, comment arrêter ce tic-tac angoissant qui décomptait le temps jusqu’à la mort, SA mort ?

Il avait beau réfléchir, tourner et retourner le problème dans sa tête, il avait beau être un grand scientifique, un chercheur éminent, il fallait bien reconnaître qu’il n’avait jamais rien trouvé de révolutionnaire. Là, il y avait urgence, c’est de sa vie qu’il s’agissait. Lui, si cartésien, priait, mettait des cierges dans les églises, faisait des offrandes à toutes les divinités, il avait même fait le déplacement jusqu’à Lourdes ! Sans résultat…

Et puis un jour alors qu’il se morfondait se sentant prisonnier d’un grand labyrinthe sans sortie, il leva les yeux vers le clocher de l’église, prêt à déverser sa colère contre ce dieu qui ne l’écoutait pas, à se demander s’il existait même.

Incrédule il vit que les aiguilles avaient cessé de tourner. « Bah, encore une panne comme d’habitude » pensa-t-il.

Il alla un peu plus loin chez le bijoutier de la rue dont l’enseigne était une énorme horloge. Pareil, les aiguilles semblaient figées ! Il continua ainsi son chemin en allant partout où il savait pouvoir trouver des horloges visibles depuis la rue. Et partout les aiguilles étaient à l’arrêt. Il ne se tenait plus de joie, il avait été entendu. Par qui, il ne le saurait jamais mais sa prière avait été entendue. Il pensait que son temps de vie devenait ainsi infini ou, à tout le moins, prolongé du temps de repos des aiguilles.

Ainsi soulagé, il profita de la vie sans trop réfléchir, calmement mais intensément. Il ne se rendit même pas compte que les aiguilles avaient recommencé à tourner, 2 jours plus tard seulement après l’arrêt. En fait, dès que le satellite qui les pilotait avait été réparé par les techniciens responsables.

Six mois plus tard exactement, son souffle s’arrêta à son tour, comme les aiguilles, mais l’arrêt de celles-ci l’avait apaisé et changé avec bonheur sa manière de compter le temps.

Bonne journée à tou(te)s 😊

Continuer la lectureJetez l’encre ✍🏻