Découverte: le « street art » à Verviers

Aujourd’hui je vous invite à me suivre dans la ville de Verviers en région wallonne de Belgique.
Mais d’où vient ce nom?

Le sens global serait « (endroit) sur l’eau, sur la rivière », la ville est en effet traversée par la Vesdre. Des étymologies fantaisistes sont courantes : Le nom de Verviers pourrait provenir de l’anthroponyme Virovius, qui aurait donné le toponyme Viroviacus. La plus populaire, quoique fantaisiste, reste « Vert et vieux », qualités désignant le chêne qui aurait ombragé Verviers, et dont les branches figurent sur les armoiries de la ville. Sur le linteau d’une porte de l’ancienne Grand’Poste on peut lire un laconique « Verre vieux ». (source)

Cette ville a beaucoup de richesses à nous montrer et j’y reviendrai probablement dans le futur mais pour cette première évocation, c’est d’art urbain que je souhaite vous parler.

Avant tout, je souhaite vous initier au vocabulaire spécifique de cet art en lisant ce petit lexique.

Deux projets d’importance ont vu le jour ces dernières années à Verviers.

  • Le premier est constitué de 5 fresques illustrant le thème du livre du journaliste français Edwy Plenel, « Dire nous« . Contre les peurs et les haines, nos causes communes, Paris, Don Quichotte, 2016.
  • Le deuxième porte le nom de « Entracte » et s’applique au premier festival d’arts urbains qui va redorer l’image de la rue Spintay et l’embellir via une fresque géante. (source)
    Ce quartier, anciennement très animé du temps de l’activité textile de la ville, a connu un déclin avec la fin de cette activité. La situation s’est encore dégradée au cours des trente dernières années et les projets de revitalisation ont poussé les commerçants à déserter leurs boutiques désormais abandonnées à leur sort.

Je vous invite à découvrir les oeuvres en cliquant juste

ici

J’espère que vous aurez apprécié la promenade illustrée et colorée à travers cette ville belge.

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Les murs que je partage aujourd’hui gazouillent plus qu’ils ne murmurent et ils sont pleins de couleurs. 

Si tous les tunnels étaient aussi joliment peints, ils seraient certainement plus agréables à traverser que des endroits souvent sombres et tristounets…on peut rêver non? 

 

On change de style mais ça reste gai et coloré

Personnellement je trouve ça très joli, et vous 

Et puis il y a plus sobre, sans couleur aucune mais avec, peut-être, un message à faire passer…

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Bon, ce n’était pas prévu maintenant mais puisque j’ai entrouvert la porte j’ai décidé de partager quelques découvertes et, pour commencer, présenter toutes les photos du passage qui a illustré le projet de Ma dans l’article précédent ainsi que d’autres photos prises à proximité. Toutes ces photos ont été prises en Bavière 

Vous pouvez les faire défiler ci-dessous si ça vous tente. Personnellement je trouve que certaines peintures sont vraiment artistiques et très recherchées 

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

 

A bientôt pour la suite de mes photos.

Continuer la lecture
Du côté de chez Ma

Tout d’abord dire que mon blog va prochainement émerger de la torpeur qui l’a envahi en cette période estivale. La canicule mais aussi diverses occupations telles que quelques semaines de voyages ajoutées aux jours agréables en compagnie de mes (petits-)enfants sans oublier le jardinage et l’entretien des bacs à légumes m’ont rendue un peu moins bavarde sauf pour le rendez-vous hebdomadaire de Ma.

Depuis fin mai, j’ai glané pas mal de photos que je suis toujours en train de trier, annoter, classer,… et qui devraient fournir quelques sujets intéressants dans les semaines à venir 

Ceci étant précisé, abordons le projet 52 de Ma, dont le thème de cette semaine est passage.

Les habitué(e)s savent que j’admire beaucoup les murs peints et je dois dire que ce passage décoré m’a vraiment attirée comme un aimant. J’en parlerai et donnerai d’autres vues dans un article de la catégorie « murmures des murs » prochainement.

A la semaine prochaine pour un autre défi 

Continuer la lecture
Les murmures des murs

Clairement je préfère les ponts entre les êtres humains de toutes origines que les murs qui visent parfois à les séparer (cf le mur de Berlin,  le mur du Mexique) mais il faut bien reconnaître que je trouve plus de murs  que de ponts décorés…

Je vous offre donc une partie de mes récentes photos de murs en espérant que, même décoré, il ne s’en dressera pas un entre nous .

 

 

Vous aurez peut-être reconnu Berthe de La Roche-en-Ardenne

Le dernier est un peu plus spécial dans le sens où il a une histoire que je vais vous raconter.

Il y a environ 40 ans naissait le Musée en plein air du Sart-Tilman. Des oeuvres diverses, tant en styles qu’en matières, étaient installées dans le campus universitaire de Liège. Depuis, leur nombre n’a cessé de s’accroître avec plus ou moins de bonheur quant à ce qui est exposé et qui reste visible librement pour tout promeneur du campus.

On aime ou pas ce qui est présenté mais s’il est bien une oeuvre qui a suscité la polémique c’est cette Cadillac (neuve à l’origine) à demi enfouie dans un bloc de béton dont le titre donné en 1980 par Fernand Flausch, son créateur,  est « La mort de l’automobile ».

Je me souviens qu’à l’époque tout le monde trouvait cela « horrible » et était choqué de voir le coût de l’ouvrage. Au fil du temps, la Cadillac a été dégradée, taguée, nettoyée et les vitres ont été remplacées par un métal résistant. Ce qui est risible, enfin pas pour tout le monde, c’est que cette oeuvre a été placée à un carrefour où, par un effet du hasard, de nombreux accidents se sont produits et où on voyait souvent des morceaux de pare-chocs ou de carrosserie entourer le cube de béton.

Pourquoi ce nom « Mort de l’automobile »? Au départ, l’oeuvre aurait dû se situer ailleurs,  au bout d’une route sans issue, ce qui  aurait donné toute sa signification à ce monument. Pour des raisons que j’ignore, ce ne fut pas le cas.

Bref, pour les 40 ans du Musée en plein air, cette oeuvre a été revisitée, revitalisée et revue avec une regard neuf par deux jeunes artistes liégeois: Michaël Nicolaï, fondateur de l’asbl Spray Can Art (dont je vous ai peut-être déjà parlé), et Zorg Aourir, ancien étudiant en BD à l’Académie des Beaux Arts de Liège, détenteur d’un master en sérigraphie à l’Académie de Beaux-Arts de Bruxelles et enfin, petit-fils de Fernand Flausch.

NB: je vous parlerai peut-être un jour d’autres oeuvres de ce Musée et, en particulier de celle intitulée « Le grand aigle des conquêtes animé par un moteur à merde ». Je sais, ça laisse rêveur… 

 

Continuer la lecture
Les murmures des murs (6)

Il y a peu, je suis allée passer un petit week-end à Paris. Pour la deuxième fois, comme nous étions assez nombreux mais pas trop, nous avons suivi un parcours à la recherche d’indices dans les rues de Paris. Si vous souhaitez vous amuser en vous instruisant, je vous conseille ces balades ludiques. C’est plaisant, on se balade à son rythme et c’est gratuit. Que demander de plus?

Comme nous avons pas mal tourné dans les rues, ça m’a donné l’occasion de découvrir quelques décorations murales dans des coins où je ne serais peut-être jamais allée…

NB: Je fais une petite parenthèse pour vous signaler également cette possibilité, que j’ai  découverte mais pas encore testée, pour découvrir Paris: Parisien d’un jour.

Bon, vous me suivez? On y va…

 

 

 

 

Quand un musée met en scène son déménagement pour le plaisir des passants

 

Fresque en anamorphose de Coluche à l’occasion des 30 ans des Restos du coeur (réalisée par Zag et Sia et inaugurée le 30 décembre 2015).

Voilà, j’espère que la balade vous a plu même si elle est loin des balades touristiques habituelles à Paris smiley

Continuer la lecture
Fermer le menu