Découverte: la sablière de l’Arbois et le mur géologique (B)

Après vous avoir baladés au Pays Basque (et avant d’y retourner 😉) j’aimerais vous faire découvrir un endroit étonnant pas très loin de chez moi et pourtant peu connu même des Belges. Située sur la commune de Comblain-au-Pont se trouve la sablière de l’Arbois.

Les sables proviennent de la dernière mer qui a recouvert notre région il y a environ vingt-cinq millions d’années, donc au cours de l’ère tertiaire.
Mis à jour par l’exploitation humaine, le sable tertiaire est aujourd’hui en voie de recolonisation par une végétation adaptée à ce sol sableux, très pauvre en sels minéraux. (source)

A proximité de cet endroit on trouve le très intéressant Centre de la chauve-souris: un bâtiment entièrement dédié à ce petit mammifère.

De là-haut, on a une très belle vue sur la vallée de la rivière Ourthe…Le cadre est assez enchanteur vous ne trouvez pas?😎

…et on peut même tenter de s’asseoir 😄.

Toujours dans le même coin et pour terminer cette petite balade, je vous présente le mur géologique de Comblain-au-Pont, un ouvrage étonnant, toujours en cours de réalisation. Il s’agit d’une échelle stratigraphique réalisée avec les pierres naturelles provenant des formations géologiques du pays. Plus d’infos ici ou si ça vous dit.

« Étonnant, non ? » comme aurait si bien dit Monsieur Cyclopède alias Pierre Desproges.

Continuer la lectureDécouverte: la sablière de l’Arbois et le mur géologique (B)

Découverte du fort de la Chartreuse (B)

Je vous l’avais annoncé et, en plus, il se trouve que la date d’aujourd’hui convient plutôt bien à ce que je vous propose. En effet, je vous emmène cette fois, pas très loin de chez moi,  au fort de la Chartreuse qui domine le quartier d’Amercœur à Liège.

Ce fort fut construit, entre 1817 et 1823, à l’époque du Royaume uni des Pays-Bas afin de protéger la cité.

Il tient son nom du monastère de l’Ordre des Chartreux qui occupa le site du 14ème siècle à la Révolution liégeoise. Il n’aura cependant jamais de rôle stratégique important.

En 1891, le fort est déclassé et devient une simple caserne. Il sert de prison pour les patriotes belges durant la Première Guerre mondiale (1914-1918). Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1944, l’armée américaine l’utilise comme hôpital militaire.

De moins en moins utile au ministère de la défense nationale, il est démilitarisé en 1981: les derniers militaires quittent l’ancien fort en 1988. (source)

Génie 1914-1918

Génie 1914-1918

Bastion des fusillés

Bastion des fusillés

A Liège, le site de l'ancien Fort de la Chartreuse abrite un lieu de mémoire particulier. Il est le premier à avoir été consacré à la résistance civile. Durant la guerre 14-18, 48 hommes y ont été fusillés par l'occupant allemand.

La Chartreuse a servi de prison pour des centaines de Belges qui osèrent se dresser contre l'envahisseur et lui résister. C'est à la Chartreuse qu'ont été conduits, la veille de leur exécution, les condamnés à mort par l'autorité militaire allemande.

Détail

Détail

Le réseau Clarence

Le réseau Clarence

Réseau de renseignements belgo-français de la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Libération, le fort a servi d'hôpital militaire à l'armée américaine.

C’est donc un endroit empreint de mémoire sur lequel on trouve de nombreux témoignages liés aux deux guerres mondiales mais, comme il est abandonné depuis plus de 30 ans, une partie des photos des bâtiments relèvent davantage de l’urbex que d’un domaine strictement militaire.

C’est une expérience que je n’avais encore jamais vécue mais, je l’avoue, j’ai aimé ça 😊.

La nature reprend ses droits

C’est aussi un endroit très arboré (voir carte ci-dessous) où il est agréable de se promener.

Ces quelques photos apportent une touche supplémentaire au portrait de la région où je vis.

La prochaine fois, je pense vous emmener plus loin parce que je ne vous ai pas encore dévoilé toutes les beautés du Pays Basque découvertes cette année, du temps où on pouvait encore voyager…

Ceci dit, ne nous plaignons pas trop: en Belgique, on peut encore se déplacer, même en période de confinement 👍.

A bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lectureDécouverte du fort de la Chartreuse (B)

Balade dans les Ardennes belges (4)

Il y a un peu plus de trois ans déjà, je vous avais emmenés en province du Luxembourg en fin d’hiver. Si vous avez oublié, vous pouvez relire l’article si vous le souhaitez.

Je vous emmène à nouveau dans cette belle région de Belgique mais cette fois ce sera en plein automne et je vous aide à situer un peu mieux l’endroit sur la carte ci-dessous:

Pour mieux vous présenter mes photos de cette chouette balade automnale, je vous invite à cliquer sur le bouton ci-dessous. Quand vous serez dans la présentation, n’hésitez pas à cliquer encore sur les photos pour les voir en grand ainsi que  sur les textes explicatifs pour les voir en entier 😊.

Et si la balade vous a fatigués, je vous propose une dernière photo prise sur le chemin du retour qui va vous permettre de vous reposer agréablement…

A bientôt pour une autre découverte d’un endroit étonnant tout près de chez moi.

Continuer la lectureBalade dans les Ardennes belges (4)

La balade de la rainette des marais 🐸

Que faire de mieux par une belle journée d’automne que d’aller se balader dans la nature? La balade choisie aujourd’hui nous a emmenés du côté de Fallais, à proximité du village du saule.

Cette promenade, dite de la rainette des marais,  nous fait découvrir entre autres le marais de Hosdent:

Cette réserve naturelle, formée d’une zone humide, occupe la plaine alluviale de la Mehaigne, entre les villages de Latinne et Fallais. C’est un milieu devenu rare dans cette région.

Notre balade démarre devant un bâtiment qui regroupe la franche taverne, la cour de justice (qui date de 1685 et où se réglaient les problèmes courants de la vie quotidienne) et le moulin banal de Hosdent.

A l’entrée, nous admirons cette décoration de saule tressé.

Ci-dessous, nous voyons une pierre armoriée qui surmonte la porte d’entrée. Elle porte les noms des seigneurs Salmier et Havrech qui firent construire ce bâtiment.

J’espère vous avoir suffisamment mis l’eau à la bouche pour que vous me suiviez dans cette balade champêtre. Pour que la magie opère, il suffit juste de

J’espère que ça vous a plu et que vous me suivrez à nouveau pour d’autres balades 😊.

Continuer la lectureLa balade de la rainette des marais 🐸

Jean-Michel Folon (2)

Il y a un peu plus de 4 ans, je vous présentais quelques oeuvres que j’avais eu le plaisir d’admirer à la Fondation Folon à la Hulpe (si vous avez oublié, cliquez ici).

Ayant récemment été voir une très belle exposition de photos, j’ai été fortement attirée par un cliché représentant un vitrail dessiné par Folon. Aussitôt dit aussitôt fait, l’église de Waha, où se trouve l’original, n’étant qu’à une cinquantaine de kilomètres, nous nous y sommes rendus. La découverte de cet endroit, si proche et pourtant méconnu, a été plus qu’agréable et m’a donné envie de vous le faire découvrir également à travers mes quelques photos.

L’église et ses abords

Pas vraiment le genre de bâtiment qui me donne envie de m’y arrêter en passant si je n’ai pas de motif précis..
Et pourtant…

 

L’endroit est charmant et la découverte des magnifiques vitraux dont est dotée cette église a été un très bon moment.

Si vous voulez tomber sous le charme également, si vous appréciez le travail de Folon en général ou si vous êtes tout simplement curieux, je vous invite à cliquer ci-dessous et je pense que vous ne serez pas déçus 😊.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire suite à cette visite…

Continuer la lectureJean-Michel Folon (2)

La vie de château à Harzé (B) 🏰

Je vous emmène souvent à ma suite en vacances dans des pays frontaliers ou plus lointains mais il ne faudrait pas oublier que mon pays recèle aussi pas mal de beautés.

Les Journées du Patrimoine sont une belle occasion de découvrir sous un autre jour, ou en profitant des explications d’un guide, des endroits que l’on voit souvent sans trop s’y arrêter. C’est le cas du château de Harzé que j’ai envie  de vous présenter depuis longtemps.

Un peu d’histoire

Comme il arrive parfois pour certains châteaux, celui de Harzé était au Moyen-Âge une simple maison forte très pauvrement meublée. Elle était composée uniquement d’une tour, une cuisine, une grande et une petite salle.  Le côté sud devait être défendu par un pont-levis là où, de nos jours, se trouve un pont de pierre donnant accès à la cour d’honneur. Les douves étaient alimentées par une source aujourd’hui disparue.

Le château, tel que ne nous le voyons aujourd’hui, est en partie dû au Comte Ernest de Suys-de-Lynden à qui on doit, entre autres, la  belle galerie Renaissance italienne de la cour d’honneur (17ème siècle).

L’entrée du côté nord avec ses deux tourelles ainsi que la magnifique salle des Comtes sont l’oeuvre d’Edgar de Potter d’Indoye (début du 20ème siècle). C’est à lui que nous devons également l’ajout d’un oriel et de 3 fenêtres sur le bâtiment d’origine.

 

Entrée nord

Je vous invite à me suivre pour découvrir ce château en cliquant

Pour situer le château de manière précise et en apprendre un peu plus de manière synthétique, vous pouvez cliquer  ici.

De nos jours, le château abrite un hôtel et une taverne.

J’espère que vous aurez apprécié cet endroit qui démontre qu’il ne faut pas toujours s’éloigner beaucoup de son domicile pour faire de jolies découvertes 😉.

Continuer la lectureLa vie de château à Harzé (B) 🏰

Je suis Belge

Il y a un mois et demi environ, je vous disais ici ma fierté (bien que modeste) à appartenir au peuple belge à nul autre pareil. Nul chauvinisme là-dedans, juste une satisfaction due au hasard de la vie.

Si vous ne vivez pas sur la lune vous ne pouvez pas avoir raté l’info de la disparition de la meilleure représentante de l’esprit (aussi appelé grain de folie😊) belge .

Madame la baronne nous a quittés sans avoir jamais perdu son énergie et sa bonne humeur communicatives. Elle n’a jamais renié non plus ses origines, les faisant même rayonner partout sur son passage.

On pouvait bien sûr ne pas être sensible à ce qu’elle faisait mais en voyant les hommages qui affluent de toutes parts, on ne peut nier son parcours exceptionnel: 700 chansons au style enjoué et festif, une vingtaine de comédies musicales et d’opérettes, une quarantaine de films, une trentaine de séries et téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre, elle a aussi donné près de 10 000 galas.

Amie des plus anciens (Gabin, Mariano, Aznavour, Delon, Line Renaud,…) comme des plus jeunes (MC Solar, Virginie Effira,…) qui tous sont unanimes sur sa bienveillance, sa gentillesse et surtout sa simplicité dans ses rapports aux autres.

Pas question de vous faire réécouter Tata Yoyo ou Chaud Cacao. J’avoue que j’ai hésité à choisir “Ça ira mieux demain” qui serait d’à propos vu l’ambiance générale actuelle.

J’ai finalement opté pour une chanson beaucoup moins connue d’un autre chanteur belge, disparu lui aussi, Jean Vallée, qu’elle interprétait avec tellement de coeur.

Nul doute que la bonne du curé va mettre une sacrée ambiance au paradis des artistes…

Continuer la lectureJe suis Belge

Ma belgitude…

J’ai reçu, il y a quelque temps déjà, un message qui m’a fait redresser fièrement la tête et dont je me suis largement inspirée pour composer l’article ci-dessous. Le 21 juillet on célèbre la fête nationale belge et le moment me semble plutôt bien choisi pour le publier.

Si Bécaud a chanté “La  solitude, ça n’existe pas” et bien moi je pourrais vous chanter “La belgitude ça existe bien”.Je vous invite à prendre le temps de visiter les fondamentaux de mon pays, carrefour de l’Europe, paradoxalement morcelé, riche de trois langues nationales et de 120 langues maternelles (et à ce jour toujours sans gouvernement 😊). 

Les mots en blanc sont des liens qui peuvent raviver vos souvenirs ou révéler de bonnes surprises, n’hésitez pas à cliquer dessus 😉.

Être Belge…

C’est un doux surréalisme, aux saveurs de croquettes aux crevettes, de moules-frites, de “gauff” de Liège. C’est déguster le meilleur chocolat et les meilleurs bières au monde et pétiller au Chant d’Éole en compagnie de Ruffus (ben oui, nous pouvons aussi être chauvins, parfois 😉).

NB.: Les photos ci-dessous proviennent toutes d’internet.

Être Belge…

C’est se sentir Magritte, en costume de Tintin ou de Spirou. Contempler Rubens, Van Dijk ou Brueghel, sur un air de Sax(o).
Entrer dans une gare de Delvaux en compagnie du Chat de Geluck, de la mouette de Gaston Lagaffe ou des Schtroumpfs.
S’étonner de la petite taille du Manneken Piss et compter les boules de l’Atomium (et pas l’inverse n’est-ce pas Rotpier 😈). Mais aussi lire Van Cauwelaert, Nothomb ou Yourcenar avec fierté.
C’est se rappeler que Tintin a été le premier à marcher sur la lune…et s’étonner de la drôle de frimousse de Dirk Frimout, notre astronaute qui est aussi un exemplaire vivant du professeur Tournesol!

Être Belge…

C’est piloter comme Icks et pédaler comme Merckx. C’est un smach de Hénin, une volée de Clijsters, un ace de Goffin ou un tir d’Eden Hazard.

C’est chanter avec Brel, Adamo, rêver avec les Wallace Collection ou boire un coup avec le Grand Jojo. C’est croiser Annie Cordy avec un chapeau d’Elvis Pompillo sur la tête…

C’est se dire “Alors on danse” avec Stromae ou fredonner avec Maurane, Lara Fabian, Selah Sue, Alice on the Roof, Plastic Bertrand ou Axelle Red. Mais bien sûr sans oublier notre petit chouchou, Loïc Nottet 😍 (n’hésitez pas à écouter).

Être Belge…

C’est Poelvoorder avec Arno, Bernard Yerlès, Patrick Ridremont et François Damiens sur un air de Toots Thielemans. C’est sublimer Virginie Effira et Marie Gillain en écoutant chanter Pierre Rapsat

C’est la pipe de Simenon  et le génie “jeudemotesque” de Stephane De Groodt, digne fils de Raymond Devos. C’est aussi s’appeler De France quand on se prénomme Cécile et être “aware” comme JCVD 😁.

Être Belge…

C’est discuter cinéma avec les frères Dardenne et Jaco Van Dormael  sans oublier Yolande Moreau, Olivier Gourmet, Bouli Lanners, etc..

 

Être Belge enfin, c’est être fier, sans finalement trop s’y croire 😉.

Si vous me connaissez, vous savez que j’aime beaucoup l’humour (belge bien sûr 😉) et je vous invite à regarder cette capsule qui vous aidera un peu à mieux nous comprendre…ou pas…😂.

Continuer la lectureMa belgitude…

Balade estivale

Que faire quand il fait très chaud sinon se balader en cherchant les chemins ombragés?

C’est ce que nous avons fait hier dans le domaine du Sart-Tilman, pas très loin de chez nous. Un peu de nostalgie vite balayée sur les lieux de mon premier et de mon dernier emploi et c’est parti.

Nous commençons notre balade dans le parc du château de Colonster.

J’ai toujours aimé cette grille isolée sans jamais avoir su de quel ensemble elle faisait partie à l’origine. 

Ci-dessous, le château vu depuis l’arboretum.

Construit au XVIe siècle, remanié au XVIIe et après l’incendie de 1966, le château de Colonster accueille aujourd’hui des réunions de travail, congrès scientifiques et manifestations de prestige. 

J’ai une longue histoire avec ce château puisque c’est dans son parc que nous nous sommes rendus pour nos photos de mariage sous la neige, j’y ai eu par la suite de nombreuses réunions professionnelles et, enfin, c’est là que ma fille a reçu son diplôme de master.

L’arboretum, très bien entretenu, contient des arbres vraiment majestueux  qui attirent souvent les citadins en mal de verdure. L’aménagement actuel du parc date de la première moitié du XIXème siècle. Les châtelains transformèrent alors le site en parc anglais à la mode de l’époque. Parallèlement à la composition de lignes plus libres, le choix s’est étoffé avec les découvertes et les acclimatations d’espèces exotiques qui en font tout l’intérêt dendrologique. (source: panneau d’info dans le parc)

Quand on quitte le parc du château, les sentiers dans les bois environnants offrent une ombre bienvenue en cette saison. La multitude de chemins possibles, pour peu qu’on ait le sens de l’orientation, offre la possibilité de choisir le temps qu’on veut consacrer à la balade.

Je vous offre, ci-dessous, quelques moments choisis.

Je vous souhaite un très bon après-midi.

Continuer la lectureBalade estivale

Découverte nature: Het Vinne (B)

Continuant d’explorer mes photos d’archives, je vous emmène aujourd’hui dans un domaine provincial dont le nom  Het Vinne fait référence à un fen (un étang naturel, une tourbière). Ce lieu de détente, balade et observation de la nature est constitué d’une zone de 100 ha asséchée par l’industrie et l’agriculture.

Situation

Jusqu’en 1841, la réserve naturelle provinciale Het Vinne était le seul lac naturel de Flandre. Depuis le Moyen Âge, la tourbe était extraite au bord de l’eau comme combustible et, jusqu’au 19e siècle, la fosse de 4 mètres de profondeur était constamment sous l’eau. Le «lac» se figeait chaque hiver et était ensuite transformé en une véritable foire avec des stands de glace, de boissons et de nourriture. En été, il était possible de pêcher ou de nager, et des bateaux faisaient traverser les visiteurs.(source)

Pour mieux vous rendre compte de la configuration des lieux, je vous propose de regarder le plan ci-dessous.

La balade à laquelle je vous invite a été faite en novembre. C’est un bel endroit où des aménagements permettent d’observer les oiseaux de manière fort agréable.

Selon les endroits, on marche sur la terre ou … sur l’eau 😉 en toute sécurité.

Faites défiler les photos ci-dessous grâce aux flèches blanches.

La bestiole ci-dessous se trouve dans la plaine de jeu à l’entrée du domaine.  Heureusement que j’ai osé l’approcher sans crainte, malgré sa taille exceptionnelle de plus d’un mètre d’envergure, pour découvrir ce beau parc. 😏.

J’espère que vous vous serez bien aérés durant cette balade au bord de l’eau, très très près de la nature.

Continuer la lectureDécouverte nature: Het Vinne (B)