Voyage, voyage: Berlin (1)

téléchargement

Berlin, capitale et plus grande ville d’Allemagne, où il y a tant de choses jolies et/ou impressionnantes à voir …

   C’est assurément une ville à découvrir en s’en donnant le temps 

L’église du souvenir de l’empereur Guillaume (en réfection)

La Ludwig-Erhard-Haus,  bâtiment moderne (1998), qui abrite la Chambre du commerce et de l’industrie ainsi que la Bourse de Berlin. L’architecte britannique Nicholas Grimshaw, connu, entre autres, pour avoir réalisé la gare de Waterloo à Londres, est l’auteur de ce surprenant bâtiment, dont la silhouette évoque celle d’un tatou. Des dimensions différentes ont été données aux 15 arcs qui supportent la toiture et les étages de bureaux, et ce afin d’adapter la structure au relief du terrain. (source)
On a l’impression de voir d’énormes pattes!

DSCN3094 (2) (Copier)

La colonne de la Victoire: victoire de l’Allemagne contre le Danemark, en 1864. Elle est surmontée d’une statue de la déesse romaine Victoria. La colonne repose sur une rotonde, dont les mosaïques retracent l’histoire de l’armée allemande.

Le Palais du Reichtag qui abrite le Buntestag, l’Assemblée parlementaire qui élit le chancelier fédéral ou la chancelière (depuis le 22 novembre 2005, Angela Merkel).

 

La Porte de Brandebourg, à coup sûr le monument le plus représentatif de la ville de Berlin. Ce monument a aussi symbolisé la division de la ville puisqu’il faisait partie intégrante du mur de Berlin.

La cathédrale de Berlin aussi appelée Dôme allemand ou Neue Kirche

DSCN3146 (2) (Copier)

Salle de concerts berlinoise

DSCN3172 (2) (Copier)

Sculpture appelée “To break the wall” par le sculpteur bulgare Georgi Tschapkanov alias Tchapp (en face de l’ ambassade de Bulgarie à Berlin)

A plus tard pour la suite de cette découverte

3Alemania-germany_gs

La mort leur va si bien…

Oui je sais, ça peut surprendre surtout quand on dit que mourir est vraiment la dernière chose à faire  :;cligne;: mais quand je vous aurai dit que je ne vous emmène pas dans n’importe quel cimetière vous comprendrez mieux mon invitation…à me suivre rue du Repos à Paris.

Si vous n’avez pas encore trouvé où on va, je vous propose un indice ci-dessous

  

2016-14-6--12-59-51

 

Bon, maintenant que vous avez compris, je vous invite à me suivre dans cette visite un peu particulière en cliquant juste ici

En ce qui me concerne, pas de tombe, ni modeste ni majestueuse, mais, comme il parait que j’ai la bougeotte, j’aimerais qu’on place mes cendres dans un sablier et qu’on le retourne souvent    53849:;rirediscret;:

Mais surtout que ça ne vous plombe pas le moral , c’est pas pour tout de suite

Satisfait

Voyage, voyage: Wurzburg(D)

Nous continuons notre découverte de la Franconie par la jolie ville de Wurzburg.

DSCN1997 (2) (Copier)

Dans l’église des Augustins, impressionnante de blancheur et de dépouillement

IMG_1466 (2) (Copier)

Détails

IMG_1463 (2) (Copier)

DSCN1998 (2) (Copier)

DSCN2000 (2) (Copier)

DSCN2002 (2) (Copier)

La Maison du Faucon (non je n’ai pas photographié celle du vrai!)

DSCN2013 (2) (Copier)

L’hôtel de ville

DSCN2016 (2) (Copier)

Marienberg et les vignes

DSCN2019 (2) (Copier)

DSCN2022 (2) (Copier)

Le vieux pont et, dans le fond, la cathédrale

DSCN2018 (2) (Copier)

Statue de Saint Killian sur le vieux pont

DSCN2024 (2) (Copier)DSCN2037 (2) (Copier)

DSCN2042 (2) (Copier)

La Résidence, ancienne maison du prince-évêque

 

J’espère vous avoir donné l’envie de découvrir ce coin d’Allemagne un peu moins connu  par les étrangers que les grandes villes… 

A bientôt  ://niceday//:

 

 

 

 

 

 

 

Le musée Guggenheim de Bilbao

Une fois n’est pas coutume, je replonge dans mes souvenirs plus lointains et, en particulier, dans un travail que j’ai dû rédiger sur les mutations culturelles des sociétés post-industrielles…vaste programme! 4936dd71

Après avoir un peu cherché sur quoi me baser, j’ai très vite jeté mon dévolu sur le musée imaginé par l’architecte Franck Gerry (celui qui a aussi imaginé la maison dansante à Prague, dont je vous ai déjà parlé).

On peut en effet considérer que le musée Guggenheim de Bilbao est né d’une articulation entre un univers culturel et des structures sociales, puisqu’il est le résultat de la fusion entre le souhait des administrateurs de la fondation Solomon R. Guggenheim de doter leur célèbre collection d’art moderne et contemporain d’un nouveau site en Europe et du projet de revitalisation économique des représentants basques.

Je n’ai vu “en vrai” ce musée que quelques années plus tard mais il m’a fortement impressionnée par son allure particulière

Je le trouve tout simplement magnifique vu de l’extérieur  

DIGITAL CAMERA

En approchant du musée

DIGITAL CAMERA

“Maman”, l’araignée géante de Louise Bourgeois

DIGITAL CAMERA

DIGITAL CAMERA

Au loin la statue de Ramón Rubial Cavia (28 October 1906-1999), leader socialiste espagnol

DSC01112 (2) (Copier)

DSC01107 (2) (Copier)DSC01108 (2) (Copier)

DIGITAL CAMERA

L’entrée du musée

DSC01128 (2) (Copier)

“Puppy” de Jeff Koons,

DIGITAL CAMERA

http://www.guggenheim-bilbao.es/fr/oeuvres/puppy-4/

Il était interdit de prendre des photos à l’intérieur malheureusement. Vous voyez donc ci-dessus les deux seuls clichés pris avant qu’on ne me fasse la remarque…

A gauche, de gigantesques tôles d’acier fournies par Arcelor Mittal (aussi appelé Harceleur Métal dans les régions sidérurgiques désaffectées de nos jours…) et, à droite, de véritables voitures suspendues dans l’espace de ce gigantesque musée que je trouve finalement bien plus joli de l’extérieur…(il faut dire que sans photo-souvenir, j’ai un peu de mal à me remémorer ce que j’y ai vu comme oeuvres mis à part deux ou trois installations qui m’ont marquée à l’époque).

Voyage, voyage: de Matane à Percé (Québec)

Nous poursuivons notre périple en Gaspésie en nous rendant cette fois à Percé où nous attendent encore de jolies découvertes et de belles rencontres…

P1030534 (2) (Copier)

En chemin nous passons devant le sanctuaire Notre-Dame des Douleurs (côte de Gaspé). C’est un lieu où les pèlerins viennent se recueillir depuis 1940. A l’intérieur se trouvent les oeuvres du sculpteur Médard Bourgault, notamment le crucifix principal et le Saint-Joseph ouvrier. On y trouve également les huit stations du chemin des douleurs de Marie en céramique. À l’extérieur se trouve une réplique de la grotte de Lourdes ainsi que sept stations du chemin des douleurs de Marie en bronze. (source)

P1030517 (2) (Copier)

Un vrai décor de carte postale…

P1030497 (2) (Copier)

Les mouettes ont trouvé un perchoir qui leur convient bien on dirait

En chemin, nous passons devant le “rocher à la tête d’indien” à Saint-Georges de Malbaie.

P1030544 (2) (Copier)

La cantine de la Tête d’Indien

La légende est jolie bien qu’un peu tristounette:

“C’est à bord d’un grand voilier qu’un équipage venu d’Europe accosta près des côtes de Saint-Georges de Malbaie. L’ancre fut jetée dans une petite anse située non loin de l’île Plate. En quête d’eau douce et de fruits sauvages, quelques-uns des membres de l’équipage atteignirent le rivage. Une fois sur la terre ferme, ils aperçurent une jeune princesse indienne qui s’amusait avec des enfants. Sans doute envoûtés par cette jeune fille, les hommes blancs décidèrent de la capturer. Ils l’embarquèrent alors sur le navire qui allait les ramener vers un continent lointain
La disparition de la jeune Indienne provoqua un très grand chagrin chez son amoureux…
Encore aujourd’hui on peut percevoir la douleur de l’Indien affligé par la perte de l’être cher. Ce visage incrusté dans la falaise est celui d’un fiancé attendant inlassablement le retour de sa fiancée. Dos à la mer, l’Indien attendra, avec tristesse, que celle-ci lui ramène l’élue de son coeur…”

P1030547 (2) (Copier)

Que cela ne vous attriste pas, nous n’avons pas fini notre voyage et il y a encore de bien jolies choses à voir dans la belle province…

signature_1

 

 

Les vrais faux

Oui je sais, vous ne me croyez pas et pourtant…les faux existent, je les ai vus de mes yeux et ils sont bien vrais. Ce sont donc bien de vrais faux :;cligne;:

Si ça vous intéresse, vous pourrez allez vérifier en vous rendant à Verzy près de Reims puisque  l’article du jour traite des faux de Verzy.

Vous verrez, ci-dessous, quelques vraies photos de faux en été et en hiver, la perception étant très différente suivant la saison.

Je vous invite à me suivre en espérant que cette vraie balade des faux vous plaira.

DSCN1711 (2) (Copier)IMG_9497 (2) (Copier)IMG_9498 (2) (Copier)IMG_9496 (2) (Copier)DSCN1715 (2) (Copier)DSCN1718 (2) (Copier)DSCN1719 (2) (Copier)DSCN1720 (2) (Copier)DSCN6326 (2) (Copier)DSCN6369 (2) (Copier)DSCN6453 (2) (Copier)

DSCN6486 (2) (Copier)
IMG_9396 (2) (Copier)IMG_9399 (2) (Copier)IMG_9401 (3) (Copier)IMG_9431 (2) (Copier)IMG_9442 (2) (Copier)IMG_9508 (2) (Copier)

IMG_9558 (2) (Copier)

Un vrai amateur de faux

Voyage, voyage: le village des hippies en Crête

Matala, petit village de pêcheurs sur la côte sud de la Crête, est connu pour ses grottes aménagées et ses cavités creusées à la main. A l’époque du “Flower Power”, nombreux furent les hippies qui y formèrent une communauté sur la plage et dans les grottes. Bob Dylan, Cat Stevens et Joni Mitchell en étaient… Cette dernière a immortalisé Matala dans sa chanson Carey.

Chaque année au mois de juin (du 17 au 19 en 2016) a lieu un festival de musique rock seventies/reggae,  le 

Je vous invite à visiter ce site où vous en apprendrez davantage sur Matala et les peintures au sol.

Et puis, parce que c’est votre jour de chance et que c’est mieux quand c’est vivant je partage la petite vidéo ci-dessous

Et enfin, parce que c’est mon blog quand même, et oh! faudrait pas l’oublier :honte1: je partage quelques-unes de mes propres photos. Quand je vous disais que c’était votre jour de chance…

DSCN0565 (2) (Copier)DSCN0567 (2) (Copier)DSCN0569 (2) (Copier)

Matala a fait sienne cette maxime:« La vie c’est aujourd’hui, demain n’arrive jamais. »

DSCN0570 (2) (Copier)DSCN0575 (2) (Copier)DSCN0576 (2) (Copier)DSCN0580 (2) (Copier)DSCN0585 (2) (Copier)IMG_2174 (2) (Copier)IMG_2173 - Copie (2) (Copier)IMG_2176 (2) (Copier)IMG_2180 (2) (Copier)IMG_2183 (2) (Copier)IMG_2186 (2) (Copier)IMG_2187 (2) (Copier)IMG_2189 (2) (Copier)DSCN0525 (2) (Copier)

Le soleil se couche après une nouvelle journée de belles découvertes…

Ils sont faits lin pour l’autre…

Un sujet un peu différent cette fois mais, vous le savez, j’aime vous surprendre de temps à autre en sortant des sentiers battus, et dans le cas présent, ce n’est pas un euphémisme :;cligne;:

Vous avez peut-être loupé l’expo ULTRA LIN (du 26 mai au 5 juin 2016 à Paris) mais il vous reste la possibilité de voir SOLO LINO (Italie 2016-17) ou SO LINEN (Angleterre 2017-18). Vous l’aurez compris je vous emmène sur le chemin du lin.

Capture (Copier)

J’avoue que j’y suis passée un peu par hasard, ce n’est pas ce que je cherche habituellement du côté de la place des Vosges 🙂  mais j’ai trouvé là une belle occasion de rappeler  les nombreuses qualités du lin.

En déambulant dans cet espace parisien en plein air, j’ai appris des choses que j’ignorais sur cette plante très ancienne (la plus ancienne fibre au monde!) que nos aïeux utilisaient beaucoup smileyet j’ai même reçu un sachet de graines de lin à semer chez moi!

Bien sûr tout le monde connaît les draps et nappes en lin, un tissu connu pour sa fraîcheur et son manque de docilité sous le fer à repasser  mais vous êtes-vous déjà demandé comment on obtient cette matière?

DSCN5200 (2) (Copier)

Pour bien tout nous montrer depuis le début, le scénographe de cette installation avait placé de grands bacs avec des plants de lin sur la place des Vosges.

Des ballots de lin complétaient les explications du traitement…

et des exemples des étapes suivantes  interpellaient le passant…

Jusque là, rien d’exceptionnel si ce n’est la projection de mini-vidéos expliquant tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le lin sans oser le demander ://emotup//:

Où ça devenait plus instructif, c’est dans la partie de l’installation consacrée aux objets contenant des fibres de lin ://surpris2//:

DSCN5194 (2) (Copier)

J’aime beaucoup le lin pour les vêtements et je ne rechigne pas à le repasser quand il n’est pas trop sec mais là j’avoue que j’ai appris avec grand plaisir pas mal de choses sur cette matière que je ne connaissais pratiquement que sous forme textile.

Pour vivre l’expérience du lin en vidéo, c’est par ici

DSCN5203 (3) (Copier)

Si vous voulez en savoir bien davantage tout en découvrant une jolie ville belge, je vous suggère de visiter le Musée du lin de Courtrai  qui est vraiment agréable à découvrir au détour d’une balade…

Voyage, voyage: Rothenburg ob der Tauber (D)

Rothenburg ob der Tauber la ville où le Moyen-Âge est resté vivant…

Aucune autre ville n’a conservé autant de traces de cette époque…ou bien le temps s’y est arrêté allemand

DSCN1854 (2) (Copier)

Tour du château
C’est ici que débuta l’histoire de Rothenburg, en effet, sur la Tauber  “Ob der Tauber”, un château impérial fut construit en 1142 par le Roi Conrad III avant d’être rapidement abandonné à l’avantage du développement de la ville. Son histoire se termine avec le tremblement de terre de 1356 qui l’anéantit. Il ne reste aujourd’hui que la Chapelle Saint-Blaise, une salle de réception du roi et non une église à l’époque impériale.

DSCN1806 (2) (Copier)

Dans le fond, des escaliers menant au chemin de ronde

DSCN1811 (2) (Copier)

Un ancien puits, en rue

DSCN1814 (2) (Copier)

DSCN1838 (2) (Copier)

Les Schneeballen sont une spécialité culinaire de la ville de Rothenburg. Ce dessert de Franconie, surnommé “nids de cigogne”, en forme de boule de neige, était dans la tradition préparé pour les grandes occasions comme les mariages ou les fêtes locales. 

 Il s’agit de boules de pâte brisée roulées et aromatisées à des parfums variés, qui sont en général fourrées au massepain (pâte d’amande) et saupoudrées de sucre glace pour leur donner l’aspect d’une boule de neige. A Rothenburg, les Schneeballen sont aussi parfumées au schnaps de cerise. Toutefois, elles sont désormais recouvertes de toutes sortes d’ingrédients allant du chocolat aux éclats de noisettes pour ne citer que les versions les plus courantes.

DSCN1818 (2) (Copier)DSCN1821 (2) (Copier)

DSCN1828 (2) (Copier)

Retable du Saint-Sang dans l’église Saint-Jacques

DSCN1830 (2) (Copier)

Le retable des 12 apôtres

Les sculptures du retable des « Douze Apôtres » ont été réalisées par des artistes souabes, tandis que les peinture sont des œuvres du peintre allemand Friedrich Herlin de Nördlingen réalisée en 1466.

À la gauche du retable des douze apôtres, il y a un tabernacle… tout aussi superbe et comportant des statues en pierre de la Trinité, avec le Christ Roi à droite

DSCN1836 (2) (Copier)

La Trinité représentée de manière originale

DSCN1839 (2) (Copier)DSCN1848 (2) (Copier)

DSCN1849 (2) (Copier)DSCN1850 (2) (Copier)

DSCN1864 (2) (Copier)

Vue sur la ville

DSCN1893 (2) (Copier)

DSCN1899 (2) (Copier)

A gauche, le petit pont de bois…

DSCN1899-PANO (2) (Copier)

DSCN1907 (2) (Copier)

Le chemin de ronde

DSCN1911 (2) (Copier)

DSCN1915 (2) (Copier)

DSCN1920 (2) (Copier)

Le chemin de ronde est bien visible quand on arrive au sommet des 103 marches d’une tour 

DSCN1925 (2) (Copier)DSCN1944 (2) (Copier)

L’hôtel de ville
Depuis la place avec son marché le mercredi et le samedi, vous voyez également le Ratstrinkstube (L’ancienne Auberge des Notables) et la Fontaine St. Georges, la plus connue des nombreuses fontaines Renaissance de Rothenburg. Cette dernière d’une profondeur de 8 mètres et d’une capacité de 100’000 litres date de 1608 et servait non seulement à l’approvisionnement en eau mais également comme réservoir en cas d’incendie.

DSCN1946 (2) (Copier)

L’ancienne Auberge des Notables où se trouve aujourd’hui l’office du Tourisme possède plusieurs horloges sur la façade donnant sur la Place du Marché, la plus grande date de 1683 et est accompagnée à droite et à gauche depuis 1910 par deux petites fenêtres qui s’ouvrent toutes les heures entre 11 et 15 heures et entre 20 et 22 heures. 
C’est de 1631 que date la fameuse histoire de la« Rasade du Bourgmestre – Meistertrunk», l’histoire est la suivante : 

La ville protestante est prise par la Ligue Catholique qui voulait tuer tous les membres du Conseil de Rothenburg et saccager la ville. Pour adoucir l’humeur du Général Comte de Tilly, du vin fut servit dans une carafe de 3 litres ¼. Tilly offrit une dernière chance à la ville ; si quelqu’un a le courage de boire d’un trait le contenu de la carafe, alors la ville sera préservée. L’ancien Bourgmestre Nusch releva le défi et réussit cet exploit, sauvant ainsi Rothenburg.

DSCN1977 (2) (Copier)

Détail de la façade et l’horloge astronomique

IMG_1433 (2) (Copier)

Une bien sympathique pharmacie

IMG_1439 (2) (Copier)

Les façades sont joliment colorées

IMG_1441 (2) (Copier)

Les murmures des murs (suite de la suite…)

Sur ce premier mur, j’ai lu un message prémonitoire et c’était vrai!   ://fantastic//:

DSCN5318 (2) (Copier) - Copie

DSCN5310 (2) (Copier)

Hommage à Jean-Baptiste Clément surtout connu pour “Le temps des cerises

DSCN5314 (2) (Copier)DSCN5315 (2) (Copier)DSCN5317 (2) (Copier)

DSCN5416 (2) (Copier)DSCN5419 (2) (Copier)DSCN5420 (2) (Copier)DSCN5422 (2) (Copier)DSCN5424 (2) (Copier)DSCN5426 (2) (Copier)DSCN5429 (3) (Copier)IMG_3103 (2) (Copier)IMG_3207 (2) (Copier)

Vous aurez compris que les deux derniers se trouvent en Bretagne, les autres sont  à Paris.

Je continue à trouver que certains artistes mériteraient d’être davantage reconnus pour leurs créations qui embellissent des murs  qui, sans ça, seraient bien tristounets…souriant

tag