Voyage, voyage: Barcelone (1)

Nous prenons le départ aujourd’hui pour aller découvrir Barcelone fier. Je vous invite à me suivre pour ce premier contact avec la capitale de la Catalogne.

On aime passionnément Barcelone ! Cette métropole brille par sa culture, son climat, sa gastronomie, sa mythique équipe de football et surtout sa bonne humeur. Barcelone est une ville où il est difficile de s’ennuyer. Par son emplacement privilégié, elle respire un air de vacances perpétuelles, avec les maisons espiègles de Gaudí  qui cohabitent paisiblement avec l’architecture gothique (source).

Les arènes de la place d’Espagne, au pied de la colline de Montjuic
La fontaine de la place d’Espagne
Les tours vénitiennes de la place d’Espagne

Le MNAC

Le siège du Musée National d’Art de Catalogne (MNAC de Barcelone) est situé dans le Palais National. Ce bâtiment se situe dans la montagne de Montjuïc, ce qui lui offre un environnement inégalable avec une vue panoramique de la ville et l’accès à des musées variés comme la fondation Joan Miró, le Musée d’Archéologie de Catalogne, le Musée ethnologique et Caixa Forum, qui se trouvent dans le même Parc de Montjuïc (source).

On aperçoit la tour Agbar dessinée par l’architecte français  Jean Nouvel

Le Théâtre grec (qui n’a rien de grec 😉)

Le théâtre grec de Montjuïc est une œuvre construite pour l’Exposition Mondiale de 1929. Tous les ans, entre le mois de juin et d’août, ce théâtre devient le centre du Festival Grec de Barcelone.

Notre première rencontre barcelonaise avec une oeuvre de Joan Miro

 

Joan Miró est l’un des artistes les plus représentatifs d’Espagne. La fondation qui porte son nom abrite plus de 14.000 pièces .Cette idée provient du peintre en 1968, qui voulait un espace permettant d’accéder et d’apprendre les tendances de l’art contemporain, et veiller à ce que leurs œuvres soient facilement accessibles au public.

La Fondation a été créée en 1975, cette création a donné une impulsion au concept, alors encore nouveau de musée,  ainsi il était plus [aisé]de suivre  ce qu’exprimaient les artistes de  Barcelone à cette  l’époque. L’exposition permanente est organisée en neuf zones, chacune consacrée à une période de l’art de Miró. Ainsi, il est possible de voir des oeuvres consacrées à la céramique,  aux tapisseries, aux peintures ou encore aux sculptures.

Cet espace est situé à Montjuïc, dans un bâtiment qui a été conçu par l’architecte Josep Lluis Sert, un  ami de Miró. Sert  a beaucoup participé au concept du musée, il l’imagine comme un espace ouvert, avec de grandes terrasses et des cours qui a permettant de se déplacer aisément. Cet espace peut être reconnu dans certains  films comme Vicky Cristina Barcelona, réalisé par Woody Allen, qui comprend des scènes tournées dans le monde attrayant de la Fondation Joan Miró (source).

 

On trouve de nombreuses fontaines bien agréables dans le parc de Monjuïc.

Monument dédié à F. Mistral

Rappelons qu’en 1867, des écrivains et hommes politiques catalans, en particulier Victor Balaguer, avaient été exilé d’Espagne pour raisons politiques. Les félibres provençaux : Mistral, Aubanel, Brunet, Roumanille … leur avaient alors offert l’hospitalité. Le calme revenu en Espagne, les catalans, en remerciement, avaient d’une part offert aux félibres provençaux “La coupo Santo”, d’autre part avaient invité les félibres à leur rendre visite en Catalogne où ils furent reçus au mois de mai 1868 avec des honneurs dignes de chefs d’état. Rappelons aussi que les félibres, en 1878, pour réaffirmer l’amitié entre catalans et provençaux avaient offert à leur tour une coupe aux catalans (source).

Caixa Forum: ancienne fabrique textile Casaramona, oeuvre moderniste de Puig i Cadafalch

Après l’entrée, nous montons découvrir les beautés de ce bâtiment et, en particulier, ce sol vallonné en briques.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Barcelone (1)

Voyage, voyage: l’île de Beauté (6) les Aiguilles de Bavella

Les aiguilles de Bavella (I Forchi di Bavedda en corse) dominent le col du même nom à 1 218 m. Les localités de Quenza, Zonza et Conca sont implantées en arc de cercle au sud-ouest du col de Bavella.

J’ai adoré l’ambiance un peu mystérieuse de l’endroit où la brume recouvrait tout. Nous venions d’un endroit très ensoleillé et le contraste avec cette atmosphère spéciale était saisissant et intéressant à côtoyer et à immortaliser en photos smiley

Rencontre inattendue avec les ânes à croix brune sur le dos

L’église Santa Maria Assunta à Zonza (style néo-gothique)
J’aime les vieilles pierres…
…et je ne suis pas la seule 😉
Vue sur les Aiguilles au loin

C’est fou tout ce  qu’on rencontre sur les routes corses!

Le panneau et la statue de Notre-Dame des Neiges

 

C’est une des plus belles célébrations de l’île. Celle de Notre-Dame des Neiges, la sainte patronne de Bavella. Chaque année des centaines de pèlerins viennent rendre hommage à la vierge blanche de l’Alta Rocca, face aux célèbres aiguilles.  Les processions et les célébrations de Marie, sainte protectrice de la Corse, sont nombreuses sur l’île. Celle de Bavella a une particularité, le cadre unique des Aiguilles de Bavella. Notre-Dame des Neiges, c’est le nom qu’ont donné les habitants à la vierge qui leur est apparue en plein hiver.Chaque été depuis les années 50, pèlerins et touristes montent tout en haut du col pour déposer des offrandes, une bougie ou un souvenir pour honorer la sainte patronne et les proches disparus. Des centaines de personnes viennent ainsi célébrer Notre-Dame des Neiges. Certains dès le petit matin, marchent depuis Zonza jusqu’à l’esplanade du col de Bavella. La statue immaculée est portée par les religieux jusqu’à la chapelle de Sainte-Marie, pour un moment de recueillement, de chants et de prières (source)

Continuer la lecture Voyage, voyage: l’île de Beauté (6) les Aiguilles de Bavella

Voyage, voyage: Chinon (2), le château

Bon, nous avons bien parcouru la ville mais nous avons maintenant envie de voir le château. 

Pour ne pas partir ignorants, commençons par nous intéresser à l’histoire de la forteresse.

Le panneau à l’entrée nous met en garde: tapis dans l’ombre ou au grand jour, posés au sol, accrochés sous les voûtes, perchés sur les tours, des dragons majestueux de cinq mètres d’envergure et de fantastiques créatures à trois têtes ou à deux queues envahissent la forteresse royale de Chinon.
La scénographie, tant visuelle que sonore, immerge les visiteurs dans une envoûtante et fantastique ambiance. Une mise en scène inédite ponctuée de nombreuses animations sur le parcours : projections de films sur les ailes de dragons, concours de dessins, vitrines de l’imaginaire, coin lecture…
Un véritable laboratoire de dragonologie ! (source)

Les oeufs de dragon
Le cépage de Chinon (à ne pas confondre avec le crêpage de chignon bien sûr😉  )

J’espère que la visite vous aura plu, et je vous dis à bientôt pour d’autres découvertes.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Chinon (2), le château

Les murmures des murs (6)

Il y a peu, je suis allée passer un petit week-end à Paris. Pour la deuxième fois, comme nous étions assez nombreux mais pas trop, nous avons suivi un parcours à la recherche d’indices dans les rues de Paris. Si vous souhaitez vous amuser en vous instruisant, je vous conseille ces balades ludiques. C’est plaisant, on se balade à son rythme et c’est gratuit. Que demander de plus?

Comme nous avons pas mal tourné dans les rues, ça m’a donné l’occasion de découvrir quelques décorations murales dans des coins où je ne serais peut-être jamais allée…

NB: Je fais une petite parenthèse pour vous signaler également cette possibilité, que j’ai  découverte mais pas encore testée, pour découvrir Paris: Parisien d’un jour.

Bon, vous me suivez? On y va…

 

 

 

 

Quand un musée met en scène son déménagement pour le plaisir des passants

 

Fresque en anamorphose de Coluche à l’occasion des 30 ans des Restos du coeur (réalisée par Zag et Sia et inaugurée le 30 décembre 2015).

Voilà, j’espère que la balade vous a plu même si elle est loin des balades touristiques habituelles à Paris smiley

Continuer la lecture Les murmures des murs (6)

Voyage, voyage: Chinon (1), la ville et la cave de Rabelais

Petite histoire de Chinon

Située au sud-ouest de la Touraine, aux confins de l’Anjou et du Poitou, la ville de Chinon est étendue le long de la Vienne, au pied d’un coteau calcaire dominé par la Forteresse.
Au Moyen-Age, Chinon se développe particulièrement sous le règne d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, qui vient y séjourner régulièrement. Intégrée au domaine royal français en 1205, la ville connaît un nouvel essor au 15e siècle, pendant la guerre de Cent ans, lorsque Charles VII en fait une de ses résidences préférées : c’est ici qu’a lieu la première rencontre entre Jeanne d’Arc et le futur roi. Attirés par la présence de la cour, de nouveaux habitants affluent : la ville s’étend, les églises sont agrandies, de nombreuses demeures nobles et maisons à pans de bois sont construites.
Patrie du célèbre François Rabelais, Chinon n’est plus résidence royale à partir du 16e siècle, mais le patrimoine de la ville continue à s’enrichir d’hôtels particuliers jusqu’au 18e siècle. Après la Révolution, la ville se modernise, notamment à travers l’aménagement de ses quais, aujourd’hui agréable promenade ombragée (source)

De nos jours, Chinon est une cité médiévale où il fait bon flâner parmi les jolies maisons à colombages.
Vous voulez voir comment c’est là-bas?
C’est parti, suivez-moi

Pour découvrir au mieux la ville, je vous suggère de suivre le Circuit découverte qui est très bien réalisé et vous emmènera dans tous les lieux intéressants.

Les caves painctes

Situées dans l’enceinte de la Ville-Fort de Chinon, elles constituent un lieu de pèlerinage pour les admirateurs de Rabelais. Leur aspect ne s’est guère modifié depuis le XVIème siècle. Elles enfoncent profondément leur réseau de souterrains sous les ruines du Château médiéval. Dans ces anciennes carrières, transformées en celliers dès le XVème siécle par les Bourgeois chinonais, le Père de François Rabelais ou quelqu’un de ses amis ou parents possédait, sans nul doute, son petit caveau particulier où il conservait religieusement le vin des années mémorables (source).

J’aimerais assez suivre ce conseil 😋
Non je n’ai pas acheté cette bouteille, elle ne rentrait pas dans le coffre de la voiture 😄
Vue sur la forteresse royale de Chinon

Pour en savoir davantage sur la ville de Chinon, c’est par ici.

Continuer la lecture Voyage, voyage: Chinon (1), la ville et la cave de Rabelais

Voyage, voyage: le château de Laàs (Pays Basque)

Entre Sauveterre de Béarn et Navarrenx , au coeur du village de Laàs, se trouve le château dont je vous emmène aujourd’hui visiter les jardins.
En effet quand nous y sommes passés la billetterie pour visiter l’intérieur était fermée.

Pour une balade sous le signe de la détente et du dépaysement, ou une pause pique-nique en famille, le parc de 12 ha, aux arbres centenaires, vous invite à déambuler dans son jardin régulier à la française, et son jardin paysager à l’anglaise.
Sur le versant boisé et les bords du gave, trois autres jardins ont été implantés : exotique avec végétation tropicale, ses cases en bambous, le sentier sur pilotis ; italien avec sa succession de terrasses en briques donnant sur le Gave d’Oloron et les sentiers romantiques, cheminement ponctué de petites « alvéoles » de repos et de méditation ; le théâtre de verdure ; la cascade.
Le verger conservatoire situé derrière le château vous permet quant à lui de redécouvrir des variétés d’arbres fruitiers oubliées.(source)

 

L’endroit invite au repos…
Un peu de fraîcheur pour les jours les plus chauds
La variété des vues est fort agréable

Des expositions d’art y sont organisées

Vue sur le gave d’Oloron

Curieuse rencontre que cette noble sphinge

Ça c’est juste pour vous indiquer où ça se trouve… 😉
Continuer la lecture Voyage, voyage: le château de Laàs (Pays Basque)

Les murmures des murs (5)

Alors, avez-vous, comme moi, posé des yeux curieux sur les murs qui vous entourent? smiley

J’ai remarqué qu’à certains endroits on trouve sur les murs des pavés décorés. Certains ont un rôle d’information mais les autres décorent, tout simplement…comme les deux extrêmes ci-dessous photographiés à Barcelone.

Et puis bien sûr on retrouve des murs décorés avec plus ou moins de soin, embellis par des artistes de passage, talentueux ou moins…mais c’est toujours un plaisir pour moi de débusquer ces traces de dessinateurs, en général, inconnus …

Celui-ci a été réalisé par un vrai artiste dont le résultat en trompe l’œil est impressionnant!

Ce dernier mur peint donne une touche plus fantaisiste à une maison vraisemblablement ancienne, les échauguettes n’étant plus très d’actualité dans la construction contemporaine. Les couleurs sont toutefois assez sobres pour garder une certaine classe à l’ensemble.

Continuer la lecture Les murmures des murs (5)

Voyage, voyage: le château de Blois (Loire)

Il y a quelque temps, nous sommes allés visiter Villandry et ses magnifiques jardins.

Au programme de ce jour, un autre château de la Loire, le château de Blois.

La première chose que nous voyons est le grand escalier en haut duquel se trouve une statue de Denis Papin, natif de Blois.

La Diane d’Anna Hyatt Huntington, à côté du château

 

Ci-dessous, quelques vues des jardins jouxtant le château

Grotte d’améthyste

Place du château

Vestige de la basse cour de la forteresse médiévale, l’avant cour du château est petit à petit occupée par des hôtels particuliers à la Renaissance (présence de la cour et de l’administration royale qu’il faut nourrir et loger). Aujourd’hui, on y trouve l’office de tourisme de Blois-Chambord, des restaurants ou encore un jardin, situé à l’emplacement de l’église Saint-Sauveur, détruite au 18esiècle. Face au château se trouve la Maison de la Magie, musée et théâtre de magie dédiée à la mémoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, né à Blois et sans doute le plus célèbre magicien du 19e siècle.(source)

Statue équestre de Louis XII sous laquelle se trouve le porc-épic, symbole du roi dont la devise était « Qui s’y frotte s’y pique »

Le symbole du roi est présent à différents endroits du château de Blois
L’aile classique Gaston d’Orléans (1635-1638)
L’escalier dit « escalier François 1er », en forme de F
L’aile renaissance de François 1er (1515-1518)
L’aile gothique de Louis XII (1498-1500)

 

Ci-dessous, quelques vues de l’intérieur

Scène de chasse
Un meuble sculpté avec savoir-faire

Des vitraux de symboles héraldiques: à gauche, l’hermine de la Princesse Claude, fille de Louis XII et à droite, le porc-épic de Louis XII.

L’église Saint-Nicolas

 

A bientôt pour d’autres découvertes…

Continuer la lecture Voyage, voyage: le château de Blois (Loire)

Voyage, voyage: l’île de Beauté (5)Porto Vecchio

La troisième commune de l’île de Beauté est Porto-Vecchio. C’est là que je vous emmène aujourd’hui même si ce n’est pas du tout ma ville préférée de Corse: beaucoup trop touristique à mon goût, touristique dans le mauvais sens du terme bien sûr…

Un peu d’histoire

C’est sur un vaste rocher d’immenses porphyres roses que les sénateurs de Gènes proposèrent en 1539 à l’Office de San Giorgio, richissime banque génoise, d’élever une forteresse permettant la mise en valeur de la plaine et l’exportation de denrées vers leur propre cité.

Ainsi naît la Citadelle de Porto-Vecchio. Malgré un golfe large et un arrière pays fertile, l’endroit n’en demeure pas moins une très forte aire de paludisme et un vrai nid de pirates barbaresques.

De 1540 à 1589, la citadelle a été trois fois détruite puis reconstruite. La République de Gênes finit par céder l’île à la France en 1768.

Un an plus tard, les troupes du Roi Louis XV prennent possession du « Bastion de France » ainsi rebaptisé et s’installent sur un espace fortifié de 3 hectares.(source)

 

L’église Saint-Jean-Baptiste, place de la République
Détail
Intérieur

Les fortifications: le Bastion de France

Pour en apprendre davantage sur la citadelle de Porto-Vecchio, c’est par ici

La porte génoise

Tortue sauvage corse

Le cimetière de Porto-Vecchio
Insectes corses au repos 😉

Notre prochaine escale corse aura lieu dans un endroit qui m’a fortement impressionnée et surtout qui m’a beaucoup plu: les Aiguilles de Bavella.

Un peu de patience…

Continuer la lecture Voyage, voyage: l’île de Beauté (5)Porto Vecchio

Une crise de paréidolie

Cette fois ça y est, ça me reprend et il n’y a pas encore de vaccin! Si vous ignorez de quoi je parle, l’explication se trouve ici. Bon, je crois que ce n’est pas trop grave quand même exhorbité

Je vous dépose mes photos évocatrices en espérant ne pas être seule à y voir…des choses…

Je vous laisse trouver ce que moi j’y ai vu, il faut parfois prendre du recul par rapport à l’écran 😉

Et vous, dites-moi, y voyez-vous aussi des personnages, des visages, des animaux?

Continuer la lecture Une crise de paréidolie